Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre
Le deal à ne pas rater :
Achetez une seconde manette DualSense pour la PS5
69.99 €
Voir le deal

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville
 

 La nuit tous les chats sont gris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Idalina Cadena VerduzcoIdalina Cadena Verduzco
Sorcier
Sorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t2365-idalina-cadena-verduzco#53263Messages : 164 Points : 4020
Pseudo : Idalina
Avatar : Penelope Cruz
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: La nuit tous les chats sont gris   La nuit tous les chats sont gris - Page 2 EmptyVen 3 Avr - 4:05

Le dernière minute avec fait oublier le style de l'endroit dans lequel je me trouvais. Soline était plutôt de bonne compagnie et le café après tout j'en avais bu des pires. Tant qu’il ne s’agissait pa de dormir dedans son lit était suffisamment confortable et donnait à notre petite soirée improvisée un côté cosy qui ne me déplaisait pas. A croire que développais une appétence pour la nostalgie. Mais non ! Pour un style de confort, c’est tout. Au bout de quelques minutes on finissait par oublier le côté cheap de la résidence pour ne plus penser qu’à ses occupantes, surtout sa locataire et sa façon de personnaliser, ou plutôt de ne pas personnaliser son refuge.

Cette fille savait recevoir en mettant à disposition tout ce qu’elle avait et en même temps ne semblait consacrer à rien d’autre que ses études sa présence ici. En Regardant les murs de sa chambre et le reste de sa déco j’aurais bien eu du mal à dire quel genre de lecture ou de littérature elle appréciait, de quelle célébrité elle était fan, de quel voyage elle rêvait ou elle exposait les souvenirs… Mais peut être que ce n’était pas une fille du genre à s’attacher aux souvenirs. Un bon point pour elle. Les souvenirs sont là pour nourrir notre expérience et nous rendre plus forte, pas pour nous inspirer des regrets ou même de la nostalgie. Je sais, les vieux disent tu verras plus tard, tu te rendras compte que tu es était en train de vivre le meilleur de ta vie ! Peut-être, mais en attendant on était là pour aller de l’avant. Elle ne devait pas non plus être du genre à être fan de… Décidément, cette petite, pro dios, je parle encore comme une vieille et en plus elle est plus grande que moi. Bref Solyne marquait des points si elle était ce qu’en disait sa chambre. Pas d’idole c’est toujours un signe d'indépendance. Je ne vais pas lui demander non plus de ne pas avoir de petit ami hein ! Faut garder un peu de sel dans la vie même si ça ne doit nous promettre que du drama…

Pour le moment j’étais assez contente qu’une fois rentrée chez elle, elle reprenne un peu d’humour. Décidément, si ce n’était son côté naïf, cette nana me plaisait bien. Qui sait, côtoyer quelqu’un qui lui ouvrirait les yeux pouvait faire d’elle quelqu’un de fréquentable ?! Non, non, Idalina tu ne vas pas t’encombrer de l’éducation de cette fille! Tu as autre chose à faire ! Et c’était vrai. Bon cela ne m'empêchait pas de profiter de cette soirée ni de tracer en rêve un chemin vers le détachement et la lucidité. C’est sûr pour y arriver, il ne suffit pas de suivre les enseignements des grands gourous, morts ou encore vivant que les gens ont proclamés grand sage. Il faut prendre de grandes claques dans la gueule aussi. J’étais assez présomptueuse pour penser que les décès de mes parents les trahisons de mes amis et couvrir les affaires parmi les plus sordides avait fait de moi la personne détachée que je me plaisais à vouloir être. Et Solyne? D’après ce que j’avais compris elle avait morflé durant la guerre des sorciers et là elle venait de s’en prendre une bonne sur le casque. Elle était sur la bonne voie à mon avis. De quoi envoyer les idoles de notre temps aux orties, qu’ils soient Dumbledore ou le Dalaï Lama!

Mais pour l’heure j’avais besoin d’encore la confirmation qu’elle était dans de telles dispositions. Si ça se trouvait elle allait me révéler qu’elle ne jurait que par Harry Potter, que tout le monde présente comme le sauveur de notre monde. Moi je sais bien que sans Hermione Granger, il serait mort à dix ans ! Hermione Granger ! Ça c’était la classe. Quoi ? Une contradiction ? Pas du tout, il est bon de reconnaître les mérites de ceux qui en ont. C’est tout.

Je ne pouvais qu’approuver ce qu’elle m’apprenait sur elle. Approuver non, plutôt ponctuer d’un hochement de tête ou d’un “Hum” qui indiquait que j’étais toute ouïe et que je notais tout ce qu’elle me disait dans un coin de ma tête ? C’est ça aussi s'intéresser aux gens non ? A chaque fois ce genre de pensée me rappelait les jugements dépréciatifs que les gens portaient sur moi sur mon égocentrisme et mon cynisme. Ils n’étaient pas dans mon esprit, sino ils verraient que tous leurs jugements étaient faux ! Bien sûr je ne me targuais pas d’héroïsme et sans doute, s’il s’était agi de choisir entre ma peau et celle de Solyne je n’aurais pas mis longtemps à choisir. Mais j’aurais sûrement été triste pour elle…

Son côté hyperactif aussi me plaisait et quelque part j’en avait une petite dose, ne serait-ce que pour ne pas penser à tout ce qui dégoûte dans la vie. Tant que j’étais en action à écrire ou à faire des recherches, je ne pensais pas qu’un jour je serais happée par le néant que j’étais absolument seule, non ça c’était plutôt cool. Si les gens allaient s’entretuer pour des raisons de sorcellerie, ce serait sans moi qui resterait la spectatrice que j’avais décidé de demeurer depuis que j’avais écrit mon premier article de gamine et qui m’avait lancée dans ma profession actuelle. Cela ne servait à rien de fondre en empathie mais peut être que de décrire la vérité toute nue pouvait inciter certains à la changer si elle devait l’être. De toute façon, ce n’était pas mon rôle.

En tout cas cela faisait de Solyne quelqu’un de créatif et j'avais toujours estimé les créatifs, qu’ils soient savants ou artistes, ils ouvraient de nouvelles portes à l’humanité et même si ce n’était que de petites lucarnes, il était toujours bon d’y jeter un œil pour en prendre la substantifique moelle _ c’est pas moi qui est trouvé cette expression si ? Ce serait drôlement bien ! Faudra que je recherche... _ ce qui pouvait être réintégrer à notre siècle. A contempler les croquis de la jeune femme, il y aurait sans doute des choses à reprendre, mais je n’avais pas l’œil assez aiguisé de ce point de vue même si j’aimais les fringues. Je devais l’avouer, je les aimais pour leur aptitude à me mettre en valeur, pas comme œuvre d’art à part entière, c’est sans doute ce qui me différenciait de Solyne. Enfin, il faudrait que j’en discute avec elle, mais si je devais discuter ce soir de tous les sujets que la visite de ses quartiers m’inspirait, nous allions rester enfermées ici pour le semaine !

Il me sembla voir un éclair de nostalgie ou de sentiment approchant à l’évocation de Poudlard. Cette fille n’était pas encore passée du bon côté de la barrière et elle n’était pas encore au bout de ses souffrances. Je me forçai à repenser à Castelo Bruxo pour tenter d'analyser les émotions que cela provoquait en moi. Je sais ce que vous allez me dire, que je ne peux pas être le sujet et l’observateur, mais cela suffisait à me rassurer. Non aucune nostalgie, aucun regret ! De la gratitude oui envers ma mentor qui m’avait ouvert les portes de la légimentie, de l’ensemble de l’école qui m'avait formée et à qui j'accordais une partie de ce que j’étais devenue. Et même si je conservais au fond de moi ma haine pour “mes très chères traitresses”. Je prenais cela pour un cadeau pour affronter la vie et m’éviter de nouvelles désillusions.

Je rendis à Solyne son rire. Par la dame du lac! Cette fille était bourrée de bons sentiments et elle devait friser le militantisme à réagir à mes paroles anodines. Certainement pas très habiles, mais qui ne présageait en rien de mes jugements. Je n’avais rien du tout contre les Elfes de maison et regrettais leur condition. Moi-même n’en avais jamais eu… Arh! Cette notion de possession lorsqu’il s’agit de personnes ! Je m’imaginais parfois dans leur situation et j'avais juste envie de crier la souffrance qui devait être la leur et quand certains vous disent qu’ils sont sur la terre pour cela je n’arrive pas une seconde à l’accepter. En même temps leur fidélité sans faille me posait aussi problème car elle donnait raison à ceux qui justifiait ce que j’appelais leur esclavage. Je ne comprenais pas mais il y avait tant de choses que je ne comprenais pas, qu’ils acceptent sans broncher leur condition. Pour le reste, de mon point de vue d’humaine, ils étaient moches, ils étaient moches ! C’était un fait. Un fait lié à une appartenance culturelle certes tout comme il y avait peu de gens qui trouvaient les araignées ravissantes. en plus ils me renvoyaient l’image de mon nez! Et ça !

“Ne te fais pas de fausses idées. Loin de moi le désir de dénigrer les elfes de maison…”

Je pris le parti de ne pas développer ma pensée. Si elle le voulait je me serais fait un plaisir d’en débattre, mais l’ambiance n’était pas aux polémiques mêmes amicales.

“Terrasser un troll ça me paraît bien et si as besoin d’un témoin…”

Une jolie petite histoire capable de vous redorer le blason ça !

“Eh ! Bien ! Si tu ne sais pas quoi faire je suis preneuse de tes excédents. Bravo ! Je me régale.”

C’était fou le nombre de choses qu’elle était capable de faire et en plus dans aussi peu d’espace ! Pour ma part, je devais bien l’admettre, je ne savais pas faire grand-chose de mes mains. Un peu de dessins, vite fait, mais à part ça !... C’était sans doute la rançon d’avoir été élevée avec une cuillère en argent dans la bouche. Mes talents de cuisinières étaient pour ainsi dire inexistants et en matière de textile, à part remettre un bouton et encore avec l’aide de la magie ! A la main, ils étaient la plupart du temps trop serrés et ne pouvaient pas laisser l’épaisseur du tissu se faufiler en dessous… En matière de jardinage, je crois que c’est encore pire en dehors de ce que j'avais appris en soin des plantes magiques car je ne supportais pas que mes petites camarades aient de meilleurs résultats que moi dans cette matière non plus. Et pourtant cela pouvait leur arriver de me damer le pion c’est dire !

Pour ce qui était de me lécher les doigts, sur le principe je n’étais pas contre mais là aussi, reste de mon éducation un peu prout prout. La jeune fille semblait plus à l’aise avec ce genre de convention. C’était étrange comme elle ne semblait pas bien certaine de l’orientation de ses études et je ne pus m’empêcher d’insister sur le sujet.

“Tu n’as l’air bien certaine de tout ça… Ce serait bête d’avoir des regrets. Mais bon tu vas te demander de quoi je me mêle…”


Solyne n’avait pas l’air de vouloir en dire plus sur le sujet et je décidai de respecter. Après tout je n’étais pas non plus la plupart du temps très prolixe sur moi-même. Je dirais que c’était plus par déformation professionnelle qu’autre chose, même si me livrer me demandait un effort de confiance. En même temps nous restions pour le moment dans les banalités et je n’avais pas de raison de me méfier de ce que je pourrais bien révéler à mon hôtesse qui m’avait fort bien accueillie. Je me décidai donc à lui répondre.

“Castelo Bruxo au Brésil. Je ne sais pas si tu as déjà entendu parler, ce n’est ps aussi prestigieux que Poudlard bien sûr mais quand on habite en Argentine…
Pour le journalisme ? Je ne sais pas trop si c’est moi qui ai choisi ou si c’est lui qui m’a choisie…”


J’éclatai de rire.

“Ces histoires de vocation et tout je n’y crois pas beaucoup. C’est juste un concours de circonstance. Des réussites mises en valeur au bon moment je suppose… De toute façon, je ne sais rien faire d’autre.”

Nouvel éclat de rire. Quelque part j’enviais les multiples talents de Solyne et en même temps je ne me voyais pas lui ressembler. Après tout chacun sa voie et la mienne c’était le journalisme et il me prenait suffisamment de temps pour que je n’aie pas besoin de me chercher d’autres talents même si parfois je me trouvais un peu démunie lorsque je devais faire appel à une tierce personne qui maîtrise tel ou tel savoir-faire.
 
La nuit tous les chats sont gris
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: