Partagez | 
 Frères d'art - Derek & Tobias
AuteurMessage
Tobias A. O’Doherty
avatar
Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/04/2017 Messages 40 Points d’activité 115
      Pseudo : Sarah
      Avatar : Cillian Murphy
      Crédits : angeldust
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un lion, symbole christique par excellence.
      Informations supplémentaires:
MessageSujet: Frères d'art - Derek & Tobias   Dim 11 Juin - 20:35

All art is quite useless
Have no fear of perfection - you'll never reach it. - Salvador Dali

Tu regardes ton œuvre. Concentré. Le visage d'un homme satisfait. Tu esquisses même un sourire de fierté. Elle est parfaite. Tu le savais. Mais plus tu la contemples, plus tu en es convaincu. A croire que tu serais plutôt bon. Dommage que ce talent ne serve plus qu'à ça, ou presque. Génie mis au service de l'argent. Créateur réduit à un simple imitateur. Le meilleur des faussaire certes, mais toujours un élément de l'ombre, un artiste inconnu, inachevé, un coup de pinceau étouffé par celui des autres, des grands noms que tu égales, sans jamais les défier.

Tu poses la peinture en évidence dans le salon, sur une table basse, appuyée contre la baie vitrée, personne ne pourrait la rater. Elle semble flotter dans le ciel extérieur, entourée d'un cadre de pierre brut sublime. Elle trône, véritable reine de la pièce. Tu as hâte de voir l'éclat dans ses yeux quand il la verra. Tu sais déjà que son regard va s'illuminer, qu'il esquissera un sourire. Il ne peut pas ne pas l'aimer. Elle est sublime.

Un coup d'oeil à ta montre, il ne devrait pas tarder. La nuit tombe doucement. Tu sors sur le balcon, prolongement du reste de l'appartement. C'est une des plus belles chose que tu ais vues ici, à Atlantis, ces demeures sculptées à même la roche. D'un bloc, de la pierre nue, froide, magnifique. Avec quelques enchantements le tour était joué. Le confort d'une suite digne des plus grands palace dans un grotte. Caché à la vue de tous, fondu dans les profondeur de la terre. Tu fumes ta cigarette, admirant les volutes de fumée qui se mêlent aux quelques nuages qui parsèment l'horizon.

Au fond tout ça n'est qu'un prétexte. Bien sûr tu lui vendras la toile une fortune, bien sûr il y aura transaction. Il sera heureux, toi aussi. Tout le monde en aura pour son argent et pour son temps. Toi surtout. Lui il se contente de marchander le labeur des autres. Enfin chacun fait avec le talent qui lui a été donné. Mais il ne se déplaçait pas uniquement pour ça. Sinon tu aurais envoyé un de tes hommes à ta place, tu n'aurais pas pris la peine de le recevoir chez toi. Il ne venait pas que pour faire affaire.

Il venait aussi pour la bière. Elles étaient au frais, elles n'attendaient plus que vous. Triple Karmeliet. Bière 100 % moldu. Enfin de la bière pour toi, lui était plus branché whisky.

Tu n'en avais presque plus conscience d'être devenu ce paradoxe ambulant. Tu leur faisais la guerre, de façon incessante. Ils devaient disparaître, tu le savais bien. Pas que ça te fasse plaisir, mais c'était nécessaire, pour la survie de l'espèce humaine. Et pourtant tu étais peut être le plus moldu des sorciers. Peu doué en magie, imprégné de la culture de ces pauvres mortels. Prophète qui empestait les objets et les pratiques païennes. Tes mœurs étaient un péché que tu refusais d'admettre. Au fond tu n'avais rien contre les inventions moldues. Il y avait des choses à garder, comme l'architecture ou la bière, la technologie même. Le problème des moldus c'était leur intelligence, leur créativité. Ils étaient les véritables maillons faibles de l'évolution. Vous vous aviez la magie, eux n'avaient rien. Alors ils avaient fait avec. Ils avaient évolué. Ils étaient allés trop loin. Les sorciers aussi avaient versé du sang, mais ils était prévisibles, enfermés dans une magie qui évoluait peu, dans un univers presque fini. Pour toi la magie était un art sans nouveauté, pas toujours bienveillante mais jamais trop surprenante. Avec les moldus en revanche on ne pouvait pas savoir où ça s'arrêterait, est ce que même ça s'arrêterait avant qu'il ne soit trop tard. Les moldus étaient plus dangereux que les soricers ne le seraient jamais. Et maintenant il était question d'allier la science et la magie ? Il faudrait d'abord te passer sur le corps.

Les coups frappés à la porte d'entrée t'arrachent à ta contemplation. Il est là. Tu écrases ton mégot dans le cendrier et quittes le balcon pour aller lui ouvrir. Tu es heureux de le voir. Avec le temps Derek est devenu plus qu'un partenaire de commerce, il fait parti de ceux que tu respectes, ceux sur qui tu peux compter.

Frères d'art.
© GASMASK

_________________



Can the chosen one smoke ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Knight
avatar
Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 03/05/2017 Messages 195 Points d’activité 414
      Pseudo : Flow
      Avatar : Aidan Turner
      Crédits : Mon immense talent
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
      Patronus: Un raton-laveur
      Informations supplémentaires:
MessageSujet: Re: Frères d'art - Derek & Tobias   Mar 13 Juin - 16:55


Frères d'art
ψ Derek & Tobias ψ
Derek n’aurait jamais pensé qu’il se lierait d’amitié avec Tobias. Cela faisait des années qu’ils se connaissaient, professionnellement : il lui achetait des tableaux alors qu’il habitait encore à San Francisco, car c’était l’un des meilleurs faussaires sur le marché, sinon le meilleur. Lorsque le voleur acquérait un faux, il dépêchait une équipe afin d’aller échanger l’original contre la copie, dans les musées du monde entier (parfois il s’y rendait lui-même, lorsque Sacramento n’était pas demandé ailleurs). Même les experts n’y voyaient que du feu. Lorsque Derek avait déménagé au Royaume-Uni, il avait emmené avec lui sa collection impressionnante d’œuvres des plus grands et avait loué un entrepôt où il avait entreposé ses pièces de musée, parfaitement conservées à la bonne température et avec des lumières tamisées spéciales et hors de prix. Parfois, il s’y rendait pour les admirer, seul. C’était son antre, son refuge. Même Patrick n’osait pas s’y rendre.

Il avait rencontré pour la première fois le peintre lors de son arrivée à Atlantis, et avait reprit une relation professionnelle florissante. Mais plus qu’un simple lien d’artiste à acheteur, une amitié s’était créée entre les deux hommes : ils étaient tous les deux assez similaires, et ils aimaient à discuter autour d’un verre. C’était la raison pour laquelle il se dirigeait, ce soir là, vers la demeure de Tobias. Bien sûr, il lui achèterait un tableau, cela ne faisait aucun doute : mais il savait également qu’il pourrait retrouver là-bas de l’alcool, et une bonne compagnie. Chose incongrue, le faussaire habitait dans une maison troglodyte entièrement emménagée, parfait contraste avec Derek, qui habitait dans la plus haute tour d’Atlantis, parmi les nuages. Il avait choisi cette demeure avec soin, afin de pouvoir admirer les splendeurs de la ville mélangeant architecture moldue et sorcière, mais c’était également un pied de nez aux autorités. Sacramento se trouvait sous leur nez, dans le plus grand bâtiment de la ville, et ils ne pouvaient pas le voir.

Derek prenait son temps pour arriver chez son ami, et aimait flâner parmi les habitats creusés à même la roche, appréciant l’air frais de la nuit tombante. Il sentait ses cheveux bouclés bouger avec le vent et pouvait entendre les clameurs de la ville sans qu’ils soient trop présents, bref, c’était une belle soirée. Dans sa main se trouvait une mallette, qui contenait plus d’argent que n’importe qui serait confortable à l’idée de transporter : l’équivalent en Gallion d’Or de plus de  20000 livres, une petite fortune. Lui était calme, serein. Il se présenta devant la porte de Tobias, et, d’une main assurée, frappa trois fois contre le bois, avant d’attendre qu’on ne vienne lui ouvrir : ce qui arriva rapidement, et il vit les yeux bleus du peintre le saluer. Après lui avoir serré la main, poli à outrance, il attendit patiemment qu’on l’invitât à entrer, avant de pénétrer dans la pièce, décorée sobrement mais avec goût.

Il voulait à tout pris voir le tableau que lui avait préparé Tobias, pour pouvoir admirer, comme d’habitude, la maitrise de ses traits et la précision avec laquelle il pouvait reproduire les œuvres les plus délicates, que ce soit artistiquement ou techniquement parlant. Et il la vit, parfaite, exactement comme il l’avait imaginé. Mieux, même. Il avait pour le talent de cet homme un respect incommensurable, lui qui se contentait de collectionner. Il avait essayé, lorsqu’il était jeune, de peindre lui-même, mais il avait vite compris que ce n’était pas pour lui.

« -Tobias. Je ne dirai jamais assez à quel point ton génie me fascine. Quelle fée s’est penchée sur ton berceau, pour que tu puisses réaliser de telles splendeurs ?
Il se rapprocha du tableau, se délectant des lignes fines et des couleurs éclatantes. Il pouvait déjà imaginer l’endroit où il allait le placer, enfin, bien entendu, sa contrepartie originale. La reproduction de Tobias irait rejoindre le MOMA, à New-York, où elle serait admiré par des milliers de personnes chaque jour. Lorsqu’il eut fini son inspection, il déposa sa mallette sur une table.

-Si tu veux compter… Bien que tu saches pertinemment que l’argent n’est pas un problème, pour moi.
Il s’assit ensuite avec fluidité, croisant les jambes, regardant Tobias d’un petit sourire en coin. Si celui-ci ne connaissait pas sa double identité, il savait qu’il nageait dans des eaux criminelles, et ce à haut niveau. Si Derek n’achetait pas autant d’œuvres, il serait multi-millionnaire.

-J’ose espérer que tu allais m’offrir à boire. »
Son ton était plaisantin et familier, bien loin de son ton habituel lorsqu’il traitait en affaire. Il aurait pu envoyer Patrick, ou un autre de ses hommes, pour faire cette transaction. Mais elle n’était qu’un prétexte, et il était décidé à partager un moment privilégié avec son ami.

_________________
Remember me.
What is a man, if his chief good and market of his time be but to sleep and feed? a beast, no more. Sure he that made us with such large discourse, looking before and after, gave us not that capability and god-like reason to fust in us unused. (♣) William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-don
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» père Tobias
» Derek Boogaard meurt à l'âge de 28 ans
» Signature de contrat - Derek Boogaard
» Inscription de Derek Sagan
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: La Ville Haute :: Les habitats troglodytes-
Sauter vers: