Annexe : Biographies des PNJ Principaux
AuteurMessage
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Annexe : Biographies des PNJ Principaux   Sam 4 Mar - 13:42

ANNEXE
Biographies des PNJ Principaux

Vous trouverez dans ce topic les biographies des Personnages Non-Jouables principaux de Catharsis : il s'agit des personnages emblématiques importants au contexte général.
Il n'est pas essentiel d'être des experts de leurs histoires, mais étant des personnages dont les décisions sont susceptibles d'influencer votre personnage et son entourage, voici un moyen pour vous de mieux les comprendre !

Sommaire

UPA  |  Reia Byrne-Adamson  |  Doyenne de l'Université

Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Re: Annexe : Biographies des PNJ Principaux   Sam 4 Mar - 13:42

BIOGRAPHIE

Reia Byrne-Adamson
Des rangées de livres anciens de chaque côté de la pièce, un mur vitré à la vue surplombant tout Atlantis, la chaleur douce d’une cheminée qui crépite, le son du goutte à goutte d’un distilleur ancien flottant au centre de la pièce. Nous avons rencontré le professeur Reia Byrne-Adamson au coeur même de son quotidien, dans les quartiers de l’Université Paracelse d’Atlantis, sur l’île de Manadh. Entretien avec l’une des visionnaires de notre génération.
Le professeur Byrne-Adamson nous accueille dans son salon, et dès lors que nous nous asseyons face à elle, c’est un service à thé qui se joint à la conversation. Le sourire énigmatique de la doyenne de l’Université Paracelse d’Atlantis à ma stupeur de sentir les vapeurs d’un doux thé Oolong avec un nuage de lait de soja, exactement comme à mon habitude, restera gravé dans ma mémoire. C’est avec une voix profonde mais marquée de confiance que le professeur Byrne-Adamson accepte donc de me raconter son histoire et son fabuleux destin.

La jeune Reia Byrne naît en 1947 à Dublin, d’une famille de libraires irlandaise. Elle grandit au coeur de la littérature et du savoir, conditionnant sa soif de connaissances. Enfant unique d’une famille de la classe ouvrière, elle sera la première à poursuivre des études supérieures après son diplôme de l’école Poudlard. « Le Choixpeau n’eut pas à réfléchir bien longtemps, » raconte-elle avec une expression de nostalgie heureuse, « Je fus répartie à Serdaigle en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Je dois admettre que la description de la maison par Rowena Serdaigle elle-même m’est frappante de pertinence, même si être psychanalysée aussi simplement a toujours un revers un tantinet frustrant (rires). » Reia Byrne fut réputée pour son parcours brillant et sans accroche, mais aussi pour son caractère exigeant et son franc-parler, voire même parfois sa répartie cinglante. Elle vouera, et voue toujours une très grande admiration au professeur Minerva McGonagall, à l’époque toute jeune professeur de Métamorphose. « Le professeur McGonagall a toujours été un modèle pour moi, et ce depuis mon premier pas dans sa salle de classe. C’est une femme forte et indépendante, mais aussi brillante, sans manquer d’élégance. Ce fut un honneur pour moi d’avoir pu étudier dans ses classes. »

Après avoir décroché ses ASPICs comme major de promotion en 1965, Reia Byrne intègre ensuite un programme d’études à l’hôpital Sainte-Mangouste de Londres, et y étudiera, puis travaillera, sous la tutelle du professeur Giacomo Rosetti. Reia Byrne est fasciné par le travail de cet éminent Médicomage d’origine italienne sur la conception de remèdes magiques, mais aussi sur leurs actions et effets sur le corps humain, au sens anatomique du terme. « Bien qu’il y eut des cas de sorciers dans ma famille, notamment chez mes grands-parents paternels et certains cousins du côté de ma mère, mes parents étaient malheureusement tous deux dénués de facultés magiques. Je me suis posé la question sur les origines de cette différence avec mes géniteurs très tôt, » précise le professeur Byrne-Adamson. « Nous étions pour moi fort semblables, et j’ai toujours considéré les facultés magiques comme un talent comme un autre. Je pouvais faire léviter des objets, mais j’ai toujours été incapable de jouer au cricket, » ajoute-t-elle avec un rire cristallin.

« [...] j’ai toujours considéré les facultés magiques comme un talent comme un autre. Je pouvais faire léviter des objets, mais j’ai toujours été incapable de jouer au cricket. »

Pr. Reia Byrne-Adamson


C’est en Septembre 1972 que, sur les conseils du professeur Rosetti, le docteur Byrne se rend à Boston, Massachussetts, dans le cadre d’un colloque sur le développement de médecines hybrides, auquel furent invités les Médicomages du monde entier, mais également nombre de médecins Moldus familiers du monde magique par le biais de leurs antécédents familiaux. « Ce fut la première fois que ce genre d’évènement fut organisé, » commente le professeur, « Pouvoir partager une philosophie et des objectifs communs avec autant de brillants professionnels, en faisant complète abstraction de leurs facultés quelles qu’elles soient, ce fut comme une révélation. J’ai su dès les premières minutes que j’avais enfin trouvé les causes pour lesquelles je me battrai toute ma vie. »
Mais la recherche et les objectifs professionnels du professeur Byrne-Adamson ne furent pas les seuls à être drastiquement ébranlés lors de cet évènement, puisque c’est à ce moment-là que le docteur Byrne croise la route du docteur Henry Adamson, médecin-chercheur cracmol américain. « Ma carrière a toujours été une priorité dans ma vie, et je n’ai jamais compris cette notion, créée par les standards sociaux modernes, de considérer le mariage et la constitution d’une famille comme l’apogée d’une vie, » confesse le professeur Byrne-Adamson. « Il se trouve que Henry et moi partagions les mêmes valeurs et objectifs, et c’est un bonheur non-négligeable que de pouvoir travailler épaulée par une personne chère, tout comme pouvoir transmettre cet héritage de connaissances à nos enfants. » En effet, Reia Byrne et Henry Adamson se marient trois ans plus tard, et de cette union naissent deux enfants : Eleanor Brianna Adamson, née en 1976, étudie actuellement à l’université de Cambridge, dans l’objectif de devenir médecin-chirurgien, et Kerry Teagan Adamson, née en 1983, est actuellement élève à l’école de sorcellerie d’Ilvermorny dans le Massachussetts, sous la coupe de la maison Puckwoodgenie.

L’un des tournants de la carrière du professeur Byrne-Adamson a alors lieu en 1989, six ans après la levée officielle du Secret. Après près de quinze ans d’études et de recherches, le professeur Byrne-Adamson, le docteur Henry Adamson et le professeur Rosetti parviennent à la finalisation d’un élixir de guérison des boutons de fièvre, l’élixir Byrne-Adamson-Rosetti, plus connu dans le commerce actuelle sous le nom de “Ébar” ; c’est en effet le premier remède magique conçu ayant l’exacte même efficacité sur les patients sorciers comme Moldus. « Beaucoup ne se rendent pas compte de l’exploit ayant été accompli sur l’Ébar, » ajoute le professeur Byrne-Adamson, « Bien sûr, il y eut nombre d’échecs, de retours à la case départ. Mais comme le disait Einstein, un homme n'ayant jamais commis d’erreurs n’a non plus jamais tenté d’innover. La recherche médicale hybride n’en n’était qu’à ses prémices, la recherche médicale était également à l’aube de nombre de découvertes et innovations qui ont aujourd’hui changé la donne. L’élaboration d’un remède également efficace sur tous les individus, peu importe leurs facultés génétiques, était une victoire d’une vie. Pour citer Neil Armstrong, ce fut certes un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité. » Les découvertes ayant découlé du succès de cet élixir ont grandement influencé la recherche médicomagique et hybride moderne, plaçant le professeur Byrne-Adamson comme une des visionnaires de notre génération. Malheureusement, le professeur Rosetti décède en 1995, à l’âge de 94 ans, laissant le professeur Byrne-Adamson et son mari comme tenanciers de l’Ébar. Le professeur prononcera un long discours en hommage à son mentor lors de ses funérailles, à laquelle assisteront tous les plus brillants médicomages et médecins de notre monde actuel.

« [...] comme le disait Einstein, un homme n'ayant jamais commis d’erreurs n’a non plus jamais tenté d’innover. »

Pr. Reia Byrne-Adamson


C’est en 1996 que le professeur Byrne-Adamson est contactée afin de faire partie du comité décideur de l’élaboration et la construction de l’île de Manadh. Elle dirige alors les négociations et discussions autour de l’élaboration d’une université permettant aux jeunes sorciers de poursuivre leurs études après leur diplôme élémentaire, mais également aux jeunes Moldus de s’initier à la théorie de la magie, dans une harmonie à l’image de la carrière du professeur Byrne-Adamson. « La communication est la clé du progrès. Sorciers et Moldus sont, après tout, deux types d’individus de la même race. A la manière de notre couleur de peau ou de notre sexe, c’est par l’acceptation et la coopération que nous pourrons assurer la reproduction et l’évolution de la race humaine, » commente le professeur Byrne-Adamson avec un sourire énigmatique, en joignant ses mains, confortablement assise dans un fauteuil baroque tapissé d’un velours aux motifs géométriques, détail presque anachronique, dans un intéressant parallèle avec notre discussion. « L’Université Paracelse d’Atlantis se veut être un catalyseur de cette collaboration qui, je le suis persuadée, deviendra la clé d’un futur brillant. »

C'est sur ces paroles que le professeur Byrne-Adamson finit alors de raconter son histoire et l’origine de ses plus grands succès, me laissant sans mot pendant quelques minutes. Je réalise alors exactement pourquoi le professeur est assise dans ce bureau, et pourquoi son nom est gravé en lettres dorées sur la plaque près de la porte d’entrée. Je comprends alors exactement pourquoi, en à peine six mois, l’Université Paracelse d’Atlantis jouit déjà d’un rayonnement et d’une réputation exemplaires de progressivité, de créativité, d’intelligence et de pédagogie. Certes la qualité de cet établissement provient-elle de la vision du professeur et de ses exigences quant à son corps enseignant. Mais comme le disait Abd el-Kader, c’est en interrogeant la vie entière du professeur Reia Byrne-Adamson, plus que ses origines, que nous pouvons entièrement comprendre les profondes raisons derrière le brillant futur de l’Université Paracelse d’Atlantis comme fleuron de l’éducation hybride moderne.

— Augusta McClaggen pour Catharsis Inside

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annexe: L'OCP (Archives)
» Annexe de l'Hôpital
» Demandes de Job Annexe
» ANNEXE ₪ Les femmes à Pompéi
» Annexe médicale - Arai.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Hors-jeu - Renseignements :: Boîte à Renseignements :: Compléments au RP :: Les Annexes-
Sauter vers: