MAINTENANCE
Une maintenance sera prévue à partir du 15 Décembre à 18 heures !

 Libre - Quand on n'a pas de caractère, il faut bien se donner une méthode.
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Libre - Quand on n'a pas de caractère, il faut bien se donner une méthode.   Ven 20 Jan - 15:21


A l'ovale de son visage répondait l'opalescence de l'objet. Il y avait dans ses reflets tant de choses à lire. Finalement, que ne pouvait-on apprendre de plus qu'en ces traits floutés, embués ? Il fallait pourtant pour cela oser s'y plonger, s'abandonner à une contemplation créative. L'imagination était nécessaire pour, de la surface plane, construire l'histoire décousue d'une vie passée ou rêvée. Il fallait être capable de rêverie ; pouvoir projeter sur l'inanimé et l'inconnu un sens inventé. Les irisations devaient, par moments, dans un mouvement suivant celui du regard, refléter le scintillement d'iris perdues, volontairement.

Dans les mains fines, pâles, osseuses, que le froid marquait de rugosités aux jointures, l'objet restait cependant inerte. Il n'était que le froid miroir de l'ennui.
Beaucoup brillaient, en magie. Des fluides à la viscosité variable, porteurs de charmes comme de trahisons, au fond d'un chaudron jusqu'à la manifestation éphémère d'un sortilège, qui dans l'air chargé de poussière du château millénaire traçait la résolution de l'instant. Pour ainsi luire, on parlait de talent, de prédisposition et souvent, pour beaucoup, malheureusement, d'acharnement.

C'est pourquoi dans ces salles délaissées après l'heure dite, on trouvait encore quelques élèves. Venus répéter, ils saisissaient que la catalyse n'était pas chose aisée et que seul l'entrainement leur permettrait de réussir. Ce n'étaient pas les livres, dont certains s'échinaient à compulser les milliards de données, dans la bibliothèque, qui leur permettraient d'être de grands sorciers. Non, face à l'ampleur de la tâche, seule la répétition des mouvements, seule la sueur de leur front, garantirait la réussite.
On ne pouvait se contenter de rêvasser, de se laisser vivre, sur le fil se laisser couler. Il fallait s'atteler à la tâche et le courant canaliser.
Du moins, si vous questionniez Kiara Sharen à ce sujet, elle vous répondrait ainsi, avec certes moins de verve et sans imager. Elle était de ces gens qui vivent dans le concret, le quotidien, sans s'appesantir sur la dimension immatérielle de son existence. Si elle était intangible, il y avait bien une raison. En revanche, la routine était le cadre de son apprentissage inlassable, de sa formation sans fin ; car elle n'était pas encore celle qu'elle devait être et il lui fallait bien se forger, à l'image de cette pièce lisse d'étain, pour donner toute la mesure de sa capacité.

Alors, si l'alchimie l'intéressait, de la même manière que la métamorphose, profondément, elle l'agaçait. Par Merlin ne pouvait-on pas progresser en sciences sans se questionner sans fin sur le pourquoi du comment ?
Invité
MessageSujet: Re: Libre - Quand on n'a pas de caractère, il faut bien se donner une méthode.   Mer 22 Fév - 8:22

Je m'étais levé dans l'espoir de pouvoir avancer un peu sur mon cours d'étude des moldus. Ce qui était pour moin rien de moins qu'une formalité. Facile diriez-vous ? Et bien non car j'étais une sang mêlée et donc je ne devais naturellement savoir que peu de chose sur le monde dans lequel vivait le reste de la terre. Car oui , j'étais et suis toujours une sorcière. C'est pourtant en "Etude des Moldus" où j'étais la meilleure. Où j'avais les meilleures notes de tous mes cours. Comme cela j'arriverais peut-être à comprendre le monde dans lequel vivaient tous mes grands-parents qui eux n'avaient aucune trace de magie en soi.

J'avais donc décidé de me trouver une salle de classe vide pour étudier le cours. L'on avait abordé les moyens de transport moldus. Ce qui m'avait toujours intrigué. Surtout leurs automobiles comme ils les appelaient. J'en voyais tout le temps quand j'étais à Londres. J'allais enfin comprendre comment ils faisaient pour ce déplacer sans transplanage ou poudre de cheminette. Ce dernier moyen était celui que j'avais déjà pu expériementer. Je n'avais pas encore l'âge de passer mon diplôme de transplanage et pour le moment cela m'importais moins que de réussir mes A.S.P.I.C.S.

J'étais donc au premier étage où je savais que certaines classes étaient souvent libres et je me dis que j'allais entrer dans la première à ma droite, livre d'une main et baguette de l'autre. Seulement je ne vis pas qu'il y avait déjà du monde dans la pièce que j'avais choisie pour mes révisions scolaires. Pour une fois que j'avais envie de travailler et surtout dans ma matière préférée. Il fallait qu'il y ait du monde dans la pièce du château. Celle que j'avais choisi. Et moi qui détestais être en présence de gens lorsque je faisais quelque chose. C'était ma timidité qui refaisait surface bien que j'essayais depuis longtemps de la surmonter.

Je m'assis à un bureau lorsque je reconnus l'élève qui était dans la pièce. Une serpentarde de la même année que moi. Une certaine Kiara Sharen. Je lui dis simplement par politesse :

"Bonjour. Je peux m'assoir dans cette pièce ? Ca ne te dérange pas ?"

J'espérais bien que ça la dérangerait et alors j'aurais une excuse pour trouver une autre salle vraiment déserte cette fois-là. Et puis une gryffondor et une serpentarde dans le même espace clos, ça n'allait pas de soit. Tout le monde à Poudlard savait combien les rivalités entre les deux maisons étaient entretenues depuis des siècles. Je ne voulais que de la tranquillité pour revoir mon cours et peut-être que Kiara pensait de même.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'
» [M/LIBRE] Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» A la bibliothèque de Travia, ou quand on s'adresse à quelqu'un, c'est bien de ne pas lui faire peur quand même [Libre]
» [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Rp - Poudlard-
Sauter vers: