MAINTENANCE
Une maintenance sera prévue à partir du 15 Décembre à 18 heures !

 Stanley Adams | Boîte aux lettres
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Stanley Adams | Boîte aux lettres   Mer 4 Jan - 6:28


« Ecrire, c'est déjà mettre du noir sur du blanc. »
Invité
MessageSujet: Re: Stanley Adams | Boîte aux lettres   Mer 4 Jan - 6:34

HRP:
 

Alda,

Ça y est, j’suis rentrée à la maison. Forcément il caille plus qu’en Angleterre, en Norvège. Mais moi ça me va bien ; au moins, j’respire, ici. Cette pause forcée pouvait pas mieux tomber. Avec tout ce qu’y s’est passé, j’avais besoin d’prendre de la distance. Avec la magie, avec les cours, avec le pays entier. T’as vu ce que la Gazette a publié sur moi ? Ces enflures me soupçonnent de rejoindre l’armée de Greyback. Plutôt retourner là-bas et me faire becter vivante par sa meute.

Dis, faut que je te raconte un truc totalement débile qui m’est arrivé hier, en rentrant. Je marchais tranquillement sur le quai, en sortant des toilettes ; c’était bondé. Et je sais pas trop comment l’expliquer, mais je sentais les gens me regarder. M’observer, tu vois ? Au début, je me disais que c’était à cause de la Bataille. Puis je m’assois sur un banc en pierre, et là, je sens que la matière est assez froide et trop… présente. Comme si je m’étais assise dessus sans jupe, juste avec ma culotte et mon collant.

C'était ça, en fait.

Ma jupe était coincée dans mon collant, tout le long. La honte suprême, j’suis devenue toute rouge sur mon banc. En plus, je portais une culotte trop ridicule, tu sais, celle que Maman m’a offerte, où y a marqué « it’s kinda magic » sur les fesses. Sérieux, je savais plus où me foutre. Finalement, j’me suis dit que si t’avais été là, t’aurais bien rigolé. Et moi aussi.


Viens me voir quand tu veux, j’pense à toi ! XXX

MK


PS : Prends des pulls, des gants, des écharpes et des fourrures etc
Invité
MessageSujet: Re: Stanley Adams | Boîte aux lettres   Ven 6 Jan - 15:18

HRP:
 


S,

J’ai vachement hésité à répondre. Ça se voit à la date, de toute façon. Disons que j’suis passée par plusieurs stades bien distincts, dans ma réaction à ta lettre. Pour le coup, ça doit être un des trucs les plus inattendus d’ma vie. Dernièrement j’entends, parce que, comme tout l’monde, j’ai déjà eu beaucoup de surprises cette année. Des bonnes, des mauvaises. Y en a pour tous les goûts.

Stade 1 : La honte. Pire que la honte sur ce foutu banc. Savoir qu’on a avoué quelque chose d’aussi perso à un (ou une ?) inconnu(e), ça remue, quand même. Personne d’autre que celle à qui j’ai écrit ne devait lire ces lignes débiles – ironie du sort. J’me confie qu’à elle, elle sait tout et n’importe quoi, sur moi. Mais voilà ; tu t’es incrusté là-dedans sans l’vouloir.

Stade 2 : La colère. Contre moi, contre toi, contre ce putain de hibou, même pas capable d’apporter une lettre à son vrai destinataire. Dur à digérer, tout ça. En fait, j’ai même balancé ta lettre dans un coin de la pièce, de rage. J’ai voulu effacer cet épisode relou, ne plus y penser. Mais non, ça revenait ; comme un bouton de moustique qu’on gratte, en croyant que ça ira mieux. Et c’est tout l’inverse.

Stade 3 : Enfin, le recul. Deux jours après, j’ai relu ta réponse. C’qui m’a le plus étonnée, en fait, c’était le ton global que t’avais choisi. C’était… bienveillant, presque. Okay, t’as pris ça avec humour, mais c’était pas moqueur – réaction qui m’a interrogée. Pourquoi ? Et aussi, pourquoi pas ?

Stade 4 : Le dernier ; la curiosité. Pour avoir une réponse à mes deux questions, là, j’devais t’écrire, te renvoyer la balle. Plutôt la plume, dans ce cas-là. Donc j’ai pris mon courage – et ma dignité perdue – à deux mains, pour pondre quelque chose de correct.


Par contre, tu m’donnerais pas quelques infos sur toi ? T’as carrément dix longueurs d’avance. Histoire qu’on soit sur un pied d’égalité.

MK

PS : J’crois que je te classe dans la catégorie des bonnes surprises, si ça t’intéresse.
PS 2 : J’ai écrit au masculin, parce que j’avais la flemme de supposer le féminin à chaque fois.
PS 3 : Si tu trouves où j’habite, t’es le bienvenu. Bon courage.

Invité
MessageSujet: Re: Stanley Adams | Boîte aux lettres   Sam 21 Jan - 18:58

HRP:
 

S,

Merlin, c’que tu peux être prétentieux comme correspondant. Faut quand même nuancer le truc ; c’est la situation globale qui m’a secouée. Pas toi en particulier, pas tes choix de mots, pas le tracé maîtrisé de ton encre. Mais ça a l’air de te faire plaisir d’y croire, alors j’te laisse y croire. Si t’es un sorcier, j’parie 5000 Gallions que t’étais à Serpentard. Si t’as étudié à Poudlard, aussi. C’est dingue que ce genre d’info basique m’échappe. J’trouve que ça change, comme façon de faire connaissance. Y a pas le jugement physique, y a pas de nom qu’on pourrait relier à des événements, des ragots, des connaissances. Seulement du papier et un style d’écriture unique. Seulement une lettre ; S.

Mais qui a dit que j'voudrais te connaître réellement ? Si ça se trouve, le jeu des échanges de petits mots nous gonflera. Et on s’oubliera progressivement. Pas par refus, non, plutôt par simple lassitude. Me comprends pas de travers ; c’est pas c’que je souhaite. C’est juste une possibilité d’évolution probable, en fait. Tu penses que ton petit cœur le supporterait ?

Tu pourrais être tellement de visages, tellement d’histoires à la fois. Tu l’dis toi-même dans ta réponse. L’imagination rend ce nouveau jeu particulier ; nous sommes anonymes sur nos identités. Je parle de nos identités physiques, concrètes – le nom et le visage. Mais dans ces lettres, on donne de nous. On donne nos points de vue, nos réactions. C’est spontané, c’est ce qu’on se permet d’offrir à l’autre. Le plus énorme dans cette histoire, c’est l’absence de jugement. Tu as pris ma lettre comme elle est venue, tu t’es pas posé de question, t’as répondu. Pas pour m’insulter ou pour te foutre de moi, simplement pour saisir ce moment et créer quelque chose.

C’est quand même plus simple de parler sans filtre, dans cette situation. Tu m’connais pas, alors je peux te dire tout et n’importe quoi. J’en aurais rien à foutre que t’ailles balancer ce que je dis à tes potes ; je suis une anonyme. Mais je suis agréablement surprise de savoir que tu nous trouves déjà des points communs.

Tu vas sans doute trouver ma question pas très originale, mais j’ai envie de te situer dans l’espace. Pour avoir plus de détails quand j’essaierais de t’esquisser sur le fond noir de mon esprit. T’habites en Angleterre ?

PS : Rien que de recevoir une nouvelle réponse à chaque fois, ça me surprend.
Invité
MessageSujet: Re: Stanley Adams | Boîte aux lettres   Mar 7 Fév - 5:40

HRP:
 

S,

Finalement, t’as peut-être raison. Le trouble est présent et il dégoulinera de chacun de mes mots, chacune de mes lettres, pendant un long moment. J’sens déjà la question te brûler les doigts, alors pour t’épargner de l’encre, j’vais y répondre. Tu noteras ma grande générosité. Parce que tu as justement cette occasion unique de me découvrir sans masque, sans filtre, sans rien. Moi et moi-même, nue sur un bout de parchemin griffonné avec hâte. Et pas à la hâte, nuance. La première donnée que t’as absorbée de moi, c’était une histoire foutrement gênante. Forcément, ça induit quelque chose de personnel, d’intime même ; alors que j’suis pas franchement du genre à partager mes histoires de panties avec n’importe qui. Mais ça, tu le sais déjà, non ?

Allons-y alors, puisque tu sembles vouloir voir plus loin que la mesure et le choix de mes phrases. L’apparence nous servira à rien dans le merveilleux monde épistolaire ; il y a déjà tant d’infos propres à nous-mêmes qu’on se refile sans même capter. Tu le soulignes très justement d’ailleurs. Mais tu m’as l’air d’un esprit aiguisé et vif, à l’affût, intrigué par le moindre mouvement social autour de toi. Pas par altruisme, simplement par intérêt presque égoïste. Tu te nourris des fonctionnements des autres pour compléter ta collection de masques. & t’en choisis un pour chaque jour, chaque occasion, chaque rencontre. Tu es méthodique et avisé, petit serpent. Mais non, pas ici, pas avec moi.

J’dois avouer, honnêtement, ça me rend fière. Fière d’avoir su entretenir cette discussion d’encre et d’pas être restée campée sur mes positions. Parce que la honte est quelque chose d’insupportable pour moi ; le ridicule me tue. Être ridicule, c’est accepter d’avoir des failles, de ne pas toujours être grand, de voir son ombre diminuer sur le monde. Je déteste ça. J’peux bien te le dire à toi, S, hein ? Le contrôle est une chose vraiment importante pour moi. Tu vois, j’suis convaincue que y a deux genres de personnes dans la société ; ceux qui contrôlent, ceux qui sont contrôlés. Je te laisse deviner quel côté est mon préféré.

Très heureuse, j’te remercie d’avoir répondu. Ma curiosité est repue, pour l’instant.

Contrainte, c’pas vraiment le mot juste. J’ai terminé Poudlard cet été et l’université d’Atlantis ouvre qu’en septembre prochain. Donc faut bien que je m’occupe, en attendant. Alors j’ai voulu rentrer chez moi, près de ma famille, renouer avec mes racines. Ça va être une année bien chouette, j’pourrai m’exercer à l’art complexe des potions. J’pourrai aller où je veux, quand je veux, sans me soucier de toutes les contraintes d’un emploi du temps défini. Ça va être génial.

Tant d’informations nouvelles pour toi à propos de moi. Je m’attends à d’autres questions, quand t’auras tout raccordé dans ta tête.

MK
Contenu sponsoriséVoir son profil
MessageSujet: Re: Stanley Adams | Boîte aux lettres   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» Quiz "Who lost the stanley cup ?" 23

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Rp - Poudlard-
Sauter vers: