Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Toute autre destination britannique
 

 Helpless § ft. Ella Kvelgen

Aller en bas 
AuteurMessage
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-sMessages : 503 Points : 2416
Pseudo : Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Me, myself and I
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Elle a enfin vidé son dernier carton aux Salines, dans ses appartements du logement fraternel.
Patronus: Elle ne connaît pas le sort, ni ne pourrait le réaliser correctement. Mais,si un jour elle réussit, ce sera un cygne qui volera devant elle.
Informations diverses:
MessageSujet: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptySam 1 Fév - 11:07



HELPLESS

05.04.02 § ft. Ella Kvelgen

◊ ◊ ◊


Saccagé. Anéanti. Détruit.

Il ne restait du Mount Helicon que le nom, alors que les vitrines en miettes jonchaient le sol grafigné. Les tables, habituellement si joliment disposées, gisaient à travers le local en un, deux, trois morceaux. De la vaisselle, il n’y avait que des traces de porcelaine. Comme un amas de pièces de puzzle que Tatiana n’arrivait pas à résoudre. Sur les lieux, il n’y avait que les dégâts de la tempête, que les vestiges d’une attaque dont elle n’avait pas été témoin. Experts, aurors et policiers étaient réunis autour de la scène, mais personne ne la laissait entrer. Personne ne daignait lui expliquer rien. Dans le brouhaha du chaos, c’était le silence.

Seule. Écartée. Ignorée.

Ella ne l’avait pas contactée pour la prévenir du drame. Elle n’avait ni cherché son réconfort, ni tenté de la prévenir des événements. Elle était restée muette. Était-ce là une punition, pour toutes les fois où Anya s’était cousues les lèvres quant aux épisodes de sa vie ? Une censure contrôlée, un silence calculé ? Parce qu’elle s’était pointée, la petite, son tablier bien enfoui dans son sac. Elle était prête à venir servir son énième café, prête à s’esquiver d’une question portant sur tous ces livres qu’elle ne pouvait lire. Le Mount Helicon, ce n’était pas le summum de l’ambition, ni son plan de vie à long terme. Mais, sans cela… Que lui restait-il de son identité ?

Énervée. Choquée. Blessée.


Elle avait sauté dans le tram pour rentrer aux Salines, maudissant son incapacité à simplement transplaner. À quoi lui avait servi la magie, jusqu’à présent, si ce n’était que pour lui mettre des bâtons dans les roues ? Elle n’était pas moins limitée, au contraire. Chaque action se devait d’être calculée minutieusement, pensée trois fois avant d’être exécutée. Et pour quoi, en échange ? Quelle utilité avaient donc ses pouvoirs ? Elle n’allait tout de même pas réparer les tasses une à une avec son sortilège de débutante. À quoi servait-elle, exactement ?

Perdue. Anxieuse. Paniquée.

Elle avait sauté hors du tram trop lent et s’était ruée jusqu’à son appartement, poussant chaque porte avec la ferveur de ses émotions. Par réflexe, avait avait rejoint son propre salon, même s’il ne s’agissait pas de la première cheminée sur son chemin. Mais elle ne réfléchissait pas. Elle se laissait porter. Son corps la guidait, son esprit la martelait. Elle s’était jetée dans sa cheminée, avait attrapé une poignée de poudre de cheminette et s’était écriée d’un ton élevé par l’angoisse : « The Lair ! »

Vexée. Déçue. Inquiète.

Elle avait atterri dans la chambre d’ami, dont les murs beiges s’étaient doucement tachés de rouge. L’enveloppe écarlate serrait ses griffes agressantes contre elle, mais elle s'extirpa de la pièce en un clin d’oeil. « Ella ?! lâcha-t-elle, sa voix trahissant son état. » Elle n’eut aucune réponse. Elle répéta son appel, son cri, et éplucha toutes les pièces de la maison. À chaque fois, elle beuglait un peu plus fort. Son angoisse escaladait en elle à un rythme trop rapide pour le contrôler. Chaque fois qu’elle poussait une porte et qu’elle n’y décelait aucune silhouette, elle sentait son ventre se serrer un peu plus. Puis, enfin, elle la trouva. Dehors.

Livide. Distante. Éteinte.

Le fantôme qui était assis là n’avait d’Ella que son visage, son corps. Cette âme fougueuse, cet esprit vivace… rien n’y était. La bonne approche, probablement, aurait été de s’agenouiller près d’elle. Bienveillance, douceur, tout ça. Mais, plutôt, elle avait posé ses mains contre ses hanches. Sous son thorax, son coeur semblait vouloir s’évader. Il battait si fort, trop fort. À lui en faire mal. « Eh bah ! fit-elle, la respiration forte. Merci pour le mémo, hein ! C’était apprécié ! Imagine un peu la panique que j’aurais eu moi, à juste trouver le café explosé comme ça ! Sans que personne me dise rien ! »

(c) oxymort



Entr'acte
©️crack in time
Ella KvelgenElla Kvelgen
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 568 Points : 3411
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Moi-même #proud
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: The Lair, Cornwood, Devon, UK
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptySam 8 Fév - 8:54

Bien trop tôt ce matin, elle avait été arrachée à son précieux sommeil par les vibrations incessantes de son téléphone portable. La blonde, le visage grimaçant, décrocha d'une voix pâteuse. Maudit gadget, qu'est-ce qui lui avait pris d'accepter un truc pareil dans sa vie… Ca faisait que couiner, biper, vrombir sans qu'on ai rien demandé. Et en plus, c'était rarement pour annoncer de bonnes nouvelles. Cet appel là fut tout sauf une exception ; au bout du fil, un agent de police embêté à la fois de l'avoir réveillée mais aussi par ce qu'il allait lui dire. Ella se redressa dans son lit, droite comme un piquet. Le Mount Helicon était retourné, sans dessus dessous, et ils avaient été alertés par les habitants du quartier du centre-ville. Incapable de réagir tout de suite, l'agent en profita pour l'assommer encore plus de formalités, comme quoi faudrait qu'elle se pointe pour déposer plainte, pour être auditionnée afin de diriger les pistes de l'enquête… Putain. C'était sa réponse, et tout ce qu'elle trouva à lui dire avant de raccrocher sans même capter son geste irrespectueux. Comme pour effacer cet événement de sa mémoire, elle chercha à se rendormir, profitant de sa somnolence semi-présente. Mais rien à faire, c'était foutu ; les mots du flic tournaient en boucle dans sa tête, rengaine fatale, qui, une heure plus tard, l'avait laissée étalée entre ses couvertures, les yeux grands ouverts sur le plafond où passait un mince rai de lumière, annonçant le jour qui se levait. Maintenant, c'était trop tard. Tout le monde allait savoir.

La sorcière se traîna partout dans sa baraque, en quête d'un truc à faire pour passer le temps. Se pointer au café et constater l'ampleur des dégâts ? Hors de question. A aucun moment elle avait eu l'envie d'aller contempler sa propre ruine, et rien la ferait changer d'avis. C'était tout, point. Elle engloutit deux cafés accompagnés de cigarettes ; d'habitude, elle fumait pas dans sa cuisine. Si y avait bien un truc qu'elle pouvait pas blairer avec les fumeurs, c'était ceux qui embaumaient leur intérieur de la fumée grisâtre dégueulasse. Comme tous les matins, elle pris le temps de regarder le soleil s'extirper de derrière les collines, magnifique spectacle de la nature. Et la tranquilité. Puisque c'était pour ça qu'elle s'était barrée d'Atlantis, nid à conneries et emmerdes. Une image brouilla le paysage ; une porte défoncée, des vitres explosées. La scène jonchée de débris et de poussière, témoins silencieux du carnage. Elle cligna des yeux et passa ses mains plusieurs fois sur son visage. Et les livres… Démembrés, étripés et éparpillés sur le plancher. Ses yeux s'embuèrent et elle renifla bruyamment puis se racla la gorge. La carcasse transparente de Simeon apparut par le plafond.

« - T'en tires une tête, ma jolie. La Kvelgen sentit son menton trembler et elle eut un sourire triste. - C'pas facile aujourd'hui. Le café est… mort. »

Le fantôme émit un grognement frustré, comme s'il voulait tout faire sauf l'écouter se plaindre de sa vie ennuyeuse de sac d'os et de chair. Mais il descendit quand même s'installer à table avec elle. Ella tournait la tête vers les collines, le soleil, les oiseaux qui venaient picorer les graines de tournesol. Les larmes coulèrent sans un bruit sur ses joues et elle accepta le contact glacé de son colocataire qui tentait de l'étreindre. Entre ses doigts, sa cigarette s'était consumée et la cendre tomba par terre lorsqu'elle fut secouée de violents sanglots. La douche lui permit d'évacuer le choc, puis elle se prépara un troisième café en y ajoutant, cette fois, du whisky écossais. Il était 7h46 du matin. Emmitouflée dans un jogging et un énorme pull, elle s'installa dans le fauteuil usé qu'elle avait mis dans le jardin. A lentes gorgées, elle observait la campagne s'éveiller, s'animer et il lui semblait que ça allait mieux, là. Puis une voix exaspérée la fit sortir de sa torpeur ; Tatiana. Qu'est-ce qu'elle foutait là ? Elle l'avait même pas entendue entrer. Faudrait qu'elle pense à enchanter sa porte ou un truc comme ça… Elle aurait dû y penser, pour le Mount Helicon. Son regard vitreux était braqué sur l'expression de la Russe. Elle eut un rire qui lui fit jeter sa tête en arrière, reprit une gorgée de café arrangé et lança d'un ton amer :

« - Si c'est pour me prendre la tête que t'es v'nue, la sortie, c'est par là, indiqua-t-elle en tendant le bras. Elle alluma une autre cigarette et détourna le visage, comme si la brune avait subitement disparu de ses préoccupations. J'ai pas la force pour tes états d'âme. »


warden
Into your sanctum you let them in. Now all your loved ones and all your kin will suffer punishments beneath the wrath of God
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-sMessages : 503 Points : 2416
Pseudo : Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Me, myself and I
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Elle a enfin vidé son dernier carton aux Salines, dans ses appartements du logement fraternel.
Patronus: Elle ne connaît pas le sort, ni ne pourrait le réaliser correctement. Mais,si un jour elle réussit, ce sera un cygne qui volera devant elle.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptyDim 9 Fév - 20:43



HELPLESS

05.04.02 § ft. Ella Kvelgen

◊ ◊ ◊

Elle portait pour la nouvelle maison de Ella une admiration inexplicable. Loin de ces demeures somptueuses auxquelles elle n’avait jamais eu droit, l’habitation ne correspondait pas tout à fait aux rêves que Tatiana s’était imaginé pour elle. Mais à chaque visite chez son amie, à chaque détour à la campagne anglaise, elle avait l’impression d’être en trêve. Comme si la vie sur Atlantis n’était que mise sur pause. Comme si rien de mal ne pouvait se passer. Entre la bâtisse rustique et les jardins, Anya se plaisait à passer du temps là-bas. Pourtant, ce jour-là, le charme de la maison lui était invisible. Cette serre qu’elle enviait tant, ce jardin sur lequel elle se languissait chaque fois de travailler, ils ne lui faisaient aucunement de l’oeil. Ces plantes en croissance, ces fleurs en éclosion, elle ne les voyait pas. Tout ce qu’elle distinguait, c’était une Ella nébuleuse, effacée dans son fauteuil. Contraste étonnant avec ce rire fort, vif, qui s’émana de sa gorge. Sous son manteau luxueux de printemps, Anya trembla d’un frisson pour lequel le froid n’était pas à blâmer. Elle s’était raidie, désormais plus choquée que vexée. Même que ses mains, bien ancrées dans ses hanches, s’étaient relâchées. Ses bras, béants, pendaient le long de son corps, à présent dépourvu de toute fougue, de tout confiance.

Si c’est pour me prendre la tête que t’es v’nue, la sortie, c’est par là. La tête d’Ella s’était détournée, alors que les sourcils de son amie abasourdie s’arquaient. Évidemment, elle comprenait l’humeur désagréable de Ella. Son café venait d’être saccagé. Son bébé était détruit. Il y avait de quoi bouder, de quoi pleurer, de quoi rager. Mais cette remarque passive-agressive… Ce n’était tellement pas son genre. Jamais, auparavant, elle n’avait parlé comme ça. Était-ce là une manifestation de sa frustration légitime ; rien qu’une réaction inhabituelle face à un facteur stressant ? Ou était-ce plutôt un masque qui tombait, caché derrière le prétexte de l’incident ? « Je— » J’ai pas la force pour tes états d’âme.

Pour toute réaction, Anya fronça les sourcils, une exclamation silencieuse de moquerie s’échappant de ses lèvres étirées. Elle n’était pas amusée, non ; c’était un rictus agacé qui décorait son visage. Dans une tentative vaine de ne pas se laisser atteindre, elle passa sa langue contre ses dents. Très bien. Très bien, madame Kvelgen. Qu’est-ce qu’elle s’imaginait ? Qu’elle était la seule secouée par la situation ? « Okay ! lâcha finalement Anya en tapant dans ses mains. Super agréable. Mais t’es fâchée, j’comprend ça. J’comprend. » Le temps d’un instant, elle se dit qu’il était probablement plus judicieux de simplement… rentrer. Retourner chez elle, revenir quand le choc serait atténué. Pourtant, elle ne bougea pas d’un pouce. Plutôt, elle chercha du regard de quoi s’assoir, et ses yeux s’arrêtèrent sur un tabouret au bois pourri. Elle le rejoignit d’un pas agacé, l’attrapa à bout de bras et le déposa près du fauteuil d’Ella. Sans plus d’artifices, elle s’installa sur le siège de fortune, ses mains posées sur ses cuisses ; son regard coincé sur l’horizon inexistant. « Il s’est passé quoi, au juste ? demanda-t-elle le ton moins agressif. Personne voulait rien me dire, là-bas… »

(c) oxymort



Entr'acte
©️crack in time
Ella KvelgenElla Kvelgen
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 568 Points : 3411
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Moi-même #proud
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: The Lair, Cornwood, Devon, UK
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptyMer 12 Fév - 12:53

Pourquoi Tatiana se barrait pas ? Ou mieux ; pourquoi elle explosait pas dans uns de ces larmoyants soliloques dont seule elle détenait le secret ? Ouais, Ella avait déjà fait la blague sur les Raventhrone et leur propension inégalée au drama, c'est bon, on a compris. On essaye de se renouveler, par ici. Mais c'était pas facile tous les jours. Pourtant elle avait eu son lot de merdes dans la vie et jamais elle avait été si… nombriliste. Si prompte à plomber la moindre ambiance avec ses petites angoisses et ses petites misères. Du moins, elle s'en souvenait plus et avait barricadé ces souvenirs irritants dans un coin oublié de sa tête. Comme ça, vous vous dites que c'était pas très sympa, ni très compatissant… Après tout, c'était qu'une ado qui avait vécu à peu près autant de traumatismes que la moitié de l'Angleterre en vingt ans de vie. P't'être que ça se comprenait - mais la blonde en avait ras le bol de le justifier. Elle tira si fort sur sa clope que la cendre tomba dans l'herbe humide, perlée de rosée. Étonnement, elle restait plantée là comme un radis, à l'obserber. Elle attendait vraiment qu'elle la ramène jusqu'à l'entrée, ou quoi ?

Du coin de l'oeil, elle l'observa attraper un vieux tabouret branlant et se visser dessus. C'était pas très safe comme choix de siège, ce truc-là avait pris la pluie et le vent plus souvent qu'à son tour. Et elle aurait de belles traces d'humidité sur ses vêtements… Et puis, par Thor, qu'est-ce qu'elle en avait à foutre ? Chacun sa merde, surtout aujourd'hui. Les vapeurs d'alcool lui firent tourner la tête, diluées dans son café chaud qui faisait danser les collines baignées dans la lumière orange. Dans quinze minutes environ, le soleil froid du matin les aveugleraient, projetant ses rayons en plein sur son jardin et sa serre. Elle avait une vue tellement dégagée qu'elle pouvait suivre à la trace la course d'Hélios, jusqu'à son endormissement, de l'autre côté de la vallée, tout à l'ouest. A la question de la Russe, Ella eut un rire narquois, en réalisant qu'elle avait aucune putain d'idée de ce qu'il s'était vraiment passé. Le flic lui avait donné aucun détail et elle en avait pas demandé. D'une voix rauque, elle répondit, toujours face au paysage :

« - J'en sais rien. J'ai pas vu. Juste… on m'a appelée tôt c'matin. Elle sentit une boule remonter dans sa gorge sèche et ne parla plus pendant un bon moment. Étranglée par l'émotion, elle se repassait en boucle son échange avec l'agent, avant de lâcher : Qu'est-c'que t'as vu ? »

Regret instantané d'avoir posé cette question. Mais qu'est-ce qui était le pire ? Faire comme si de rien n'était et prétendre que ce rien avait aucune espèce d'importance ? Sans blague, se mentir à soi-même, c'était pas l'genre de la maison. Pourtant, Ella se sentait pas prête du tout à recevoir la réponse. Une mésange bleue voleta et se posa sur un piquet en bois envahi de lierre, qui bordait son jardin. Les dessins sur sa petite tête de piaf étaient comme un masque, avec ses grandes plumes bleues qui se mariaient admirablement bien au bleu, au gris, blanc et noir. La sorcière renifla et termina son café amélioré en frissonnant.


warden
Into your sanctum you let them in. Now all your loved ones and all your kin will suffer punishments beneath the wrath of God
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-sMessages : 503 Points : 2416
Pseudo : Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Me, myself and I
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Elle a enfin vidé son dernier carton aux Salines, dans ses appartements du logement fraternel.
Patronus: Elle ne connaît pas le sort, ni ne pourrait le réaliser correctement. Mais,si un jour elle réussit, ce sera un cygne qui volera devant elle.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptySam 15 Fév - 16:51



HELPLESS

05.04.02 § ft. Ella Kvelgen

◊ ◊ ◊

Il fallait qu’elle arrête. Elle devait ranger ces rires arrogants qui s’émanaient sans scrupule de sa gorge, ou Anya allait perdre patience. Au premier, elle avait préféré ne rien dire, ne pas le relever. Mais à la deuxième exclamation de moquerie, le regard de la jeune femme s’était durci. Ella comptait se tordre à chaque fois que son amie ouvrirait la bouche ? C’était ça, le plan ? Extérioriser son angoisse, c’était une chose ; rire avec mépris en était une autre. Anya inspira profondément, et balaya le jardin du regard. Elle avait besoin d’un thé. Là, maintenant. « J’me fais une tisane et j’te raconte, d’accord ? demanda-t-elle, déjà debout. D’accord. » Sans attendre de réponse, elle s’éclipsa à petits pas vers l’intérieur, et chercha la bouilloire à travers les armoires. Il aurait été plus judicieux de demander la permission à Ella, mais comme il lui fallait choisir entre l’infusion ou la crise de nerfs… elle se permit ce petit écart de conduite.

Le dos appuyé contre le comptoir, elle croisa les bras en attendant que son eau chauffe. Comment allait-elle donc aborder Ella ? Elle avait envie de la secouer, envie de lui jeter une bonne tasse d'eau glacée au visage, envie de lui hurler de prendre sur elle. Mais ses mots… J’ai pas la force pour tes états d’âme. La phrase résonnait en boucle dans sa tête, comme un reproche qui aurait marqué l’esprit d’un enfant. Combien de non-dits se cachaient dans son exclamation ?

Elle déposa quelques feuilles dans le fond d’une tasse, et versa l’eau bouillante avec toute la précaution que lui offrait ses mains tremblantes. Elle inspira un bon coup, attrapa son breuvage et retourna s’asseoir sur sa bûche. « Désolée pour ça, lâcha-t-elle d’un ton lasse. Me le fallait. C’est juste un peu d’rose et de camomille, mais je t’en apporterai si tu veux. » Elle redressa la dos, comme si elle cherchait à repousser le moment de l’annonce. « Bon, si tu veux tout savoir… c’est l’enfer, déclara-t-elle d’une voix triste. Toute la vaisselle… elle est brisée. Y a des tables et des chaises juste abîmées, mais d’autres… cassées. Y a une vitrine aussi. Et hum, le sol. Et… » Elle se frotta le front de sa main libre avant de pousser un soupir. « Rien qui s’arrange pas avec un peu d’magie et beaucoup d’patience, mais… » Elle prit une gorgée pour empêcher sa gorge de se serrer. « Mais ça fait mal au coeur quand même. »

(c) oxymort



Entr'acte
©️crack in time
Ella KvelgenElla Kvelgen
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 568 Points : 3411
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Moi-même #proud
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: The Lair, Cornwood, Devon, UK
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen EmptyJeu 27 Fév - 11:57

A son grand soulagement, Tatiana la quitta pour aller trifouiller elle ne savait quoi à l'intérieur. A vrai dire, elle avait pas écouté. Maintenant, elle avait qu'une peur qui lui tordait le bide ; savoir ce qui s'était vraiment passé. La blonde réajusta sa capuche sur sa tête ; ça avait quelque chose de réconfortant, comme une pression quasiment imperceptible qui lui assurait qu'elle était protégée, entièrement enveloppée, intouchable. Comme quand on est môme et que papa ou maman vient vous caresser tendrement les cheveux. Sauf que y avait qui, dans sa vie, maintenant, à part elle-même, pour faire ça ? Bah personne. Si un beau jour elle refusait de se prendre par la main par flemme, personne viendrait le fait à sa place. Et par l'oeil de verre d'Odin, elle était épuisée d'être son propre pilier. D'un coup elle sentit le monde se dérober sous ses pieds, et tout au fond de l'abîme imaginaire, elle voyait son entourage. Mais pouvait-elle vraiment leur faire confiance ? Vers qui pourrait-elle se tourner dans les cas de force majeure ? La réponse la désola tant qu'elle préférait pas la révéler vraiment.

Et puis aller toquer à la porte des autres pour quémander de l'aide, c'était pas vraiment son genre. La Kvelgen s'était toujours très bien démerdée toute seule, alors à quoi bon ? A quoi ça servait d'attendre des autres ce qu'ils ne donnaient jamais spontanément ? A part se torturer inutilement, de longues heures, à se demander si l'isolement valait pas mieux que tout ça. Siobhan et Aldabella lui manquaient, elle aurait donné n'importe quoi pour qu'elles apparaissent, là, crac, au milieu des champs. Une boule de tristesse remonta dans sa gorge, se diluant dans ses yeux humides. Elle comprenait pas. Pourtant c'était pas faute d'avoir gueulé, merde. Cet hiver, quand elle avait piqué sa scène au manoir des Rosier, ça leur avait pas suffit ? Fallait qu'elle frôle l'anévrisme tous les six mois pour être un peu écoutée et entendue ? Et puis la brune reparut, avant de lui dresser un tableau qu'elle connaissait déjà par coeur tant elle l'avait peint et repeint dans sa tête, depuis l'aube. Le regard inexorablement tourné vers les rayons agressifs du soleil, elle plissait les yeux, sans réagir. Après tout, elle savait déjà. Et puis les mots de la Russe la firent frémir malgré elle. Mais ça fait mal au coeur, quand même. Quoi ? Lentement, Ella fit volte-face et planta ses iris perçantes et rougies dans les siennes en reprenant, entre ses dents :

« - Ca fait mal au coeur ? … Encore un rire sonore mais furtif, qui résonna dans la vallée. Casser sa tasse préférée, ça fait mal au coeur. Faire tomber sa tartine du mauvais côté, ça fait mal au coeur. Salir son pull préféré, ça fait mal au coeur ! Elle parlait de plus en plus vite et de plus en plus fort. Mais ça… ! Elle se propulsa si fort de son fauteuil qu'elle faillit tomber en avant, les effets de l'alcool trahissant son équilibre. Ca, putain, on appelle ça un coup sur la gueule, tu vois ? dit-elle en se rapprochant et en se penchant vers elle, avec une intonation semblable à si elle parlait à un enfant abruti. Tu comprends ? Coup-sur-la-gueule. Paf ! » fit-elle en écrasant son poing dans sa main, avec un rire amer. Elle s'éloigna un peu vers sa clôture, sentant son pouls à ses tempes. Doucement, mais sûrement, elle se sentait partir à la dérive, loin, où elle ne maîtrisait plus rien. Son soi rationnel prenait congé, hop, ciao !


warden
Into your sanctum you let them in. Now all your loved ones and all your kin will suffer punishments beneath the wrath of God
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Helpless § ft. Ella Kvelgen   Helpless § ft. Ella Kvelgen Empty

 
Helpless § ft. Ella Kvelgen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser