Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre
Le Deal du moment :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, ...
Voir le deal

Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Naturelle
 

 Les bons comptes font les bons amis - Solyne

Aller en bas 
AuteurMessage
Irvin FowlerIrvin Fowler
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 965 Points : 951
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations diverses:
MessageSujet: Les bons comptes font les bons amis - Solyne   Les bons comptes font les bons amis - Solyne EmptyJeu 30 Jan - 16:06

Adopter un chaton, alors que nous venions d’avoir un bébé, n’avait pas été la décision la plus raisonnable de ma jeune vie. La petite boule de poils mal en point que j’avais récupérée s’était pourtant muée en un chat de taille acceptable et son poil avait largement gagné en lustre, malgré cette tâche grise sur le museau qui lui donnait toujours l’air un peu sale. Monsieur Sulu avait gardé de son abandon précoce un caractère de pot-de-colle, surtout avec Torvi et moi ; moins avec Rosie, dont il craignait les mouvements brusques et les accès d’affection qui consistaient à lui sauter dessus au détour d’une porte. Depuis que ma Hobbite savait marcher, le chat appréciait particulièrement les étagères, les dessus de meubles et les arbres. Le moment préféré de ses journées venait le soir, une fois Rosie couchée et Matthew parti pour le travail. Si je travaillais seul dans ma chambre, il se roulait en boule sur mon lit et accompagnait mes révisions de ronronnements bienvenus ; ou alors il se joignait à Torvi et à moi, en train de regarder un film, de ranger la maison ou de parler de tout et de rien, et s’installait sur les premiers genoux disponibles.

Ce jour-là pourtant, son ennemi était sa meilleure alliée : agrippée à la cage que je venais de verrouiller, ma Hobbite lançait des « Lulu ! » plaintifs, soucieuse de voir le chat enfermé.

- Il va bien, ne t’inquiète pas, je l’emmène seulement chez le médecin des chats.

J’eus pour toute réponse un regard suspicieux. Rosie fit le tour de la cage, se pencha pour observer le félin roulé en boule à l’opposé, se pencha encore et tomba sur ses fesses, où elle resta pour planter son regard dans celui de l’animal. Je sentais le drame arriver, le chat qui se sentirait agressé et lancerait une patte acérée au travers de la grille pour faire fuir l’envahisseur bébé, alors j’attrapai ma fille et m’assis avec elle sur le tapis pour continuer le jeu commencé dans la matinée, à savoir vider tous les tiroirs et boîtes à sa portée et disperser leur contenu sur le sol. Mon caractère de maniaque devait se faire violence, car Mom et Mummy m’avaient expliqué que retourner la maison de ses parents était une étape indispensable dans la vie de tout bébé bien portant.

Soudain, alors qu’elle secouait de toutes ses forces le jouet dévideur de croquettes du chat, elle s’interrompit et tendit l’oreille. Torvi surgit dans le salon, et elle qui s’était à peine absentée pour aller aux toilettes fut accueillie comme une reine par des « mamma ! » enthousiastes. Alors que Rosie se hissait périlleusement sur ses petites jambes, je profitai pour me saisir de la cage et filer vers l’entrée. Deux minutes d’au-revoir plus tard, j’étais dans la rue, en route vers l’UPA, pour faire subir vaccins et contrôle de routine à un Monsieur Sulu soulagé de se retrouver loin de son mini-humain.

Un point restait sensible : l’argent. Nourrir, soigner et vacciner un chat n’était pas gratuit. Mon salaire et celui de Torvi nous faisaient vivre simplement, mais j’avais dû trouver un stratagème pour ne pas finir tous les mois à zéro pendant le reste de mes études. Le stratagème s’appelait Evan et étudiait la vétérimagie à l’UPA. Depuis un an, il fournissait croquettes et soins en échange d’entrées à l’Atlantease (procurées par Matthew) ou d’aide aux devoirs (procurée par moi-même, l’étudiant pêchant sérieusement en chimie). Depuis un an, nous étions tranquilles, et j’espérais pouvoir poursuivre cet arrangement jusqu’à la fin de mon cursus. Pour ne pas être soupçonnés, il me faisait remplir un bon attestant que je n’avais pas de revenus et avait besoin d’aide pour mon animal. Nous avions nos horaires habituels, je venais seulement pendant ses gardes, ainsi je ne risquai pas de tomber sur un.e autre étudiant.e.

J’arrivai donc dans la salle d’attente de la clinique de l’UPA, aux heure et jour habituels. Une courte file s’étendait devant moi et j’en profitai pour vérifier que mon complice se trouvait toujours là.

Mince. Il y avait bien quelqu’un derrière le bureau d’accueil, mais ce n’était pas Evan. Je vérifiai l’heure, je ne m’étais pas trompé ; quelque chose clochait. La file avançait cependant, et mon stock de croquettes ne tiendrait pas la semaine. Peut-être était-il simplement malade ? J’observais la jeune femme qui le remplaçait, j’avais du mal à comprendre ses mots mais elle semblait plutôt sympathique, avenante en tout cas, souriante autant avec les animaux qu’avec leurs humains. Je devais jouer finement.

A force de réfléchir, je me retrouvais devant elle.

- Bonjour. Est-ce qu’Evan est ici ? C’est lui qui s’occupe de mon chat d’habitude.


Les bons comptes font les bons amis - Solyne 74833510
Solyne TravisSolyne Travis
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2924-solyne-travisMessages : 61 Points : 1385
Pseudo : Ophélie
Avatar : Amanda Seyfried
Crédits : Moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis - Solyne   Les bons comptes font les bons amis - Solyne EmptyDim 2 Fév - 6:45


Les bons comptes font les bons amis.


Accueillir les gens, entendre pourquoi ils venaient aujourd'hui, rassurer des maîtres de petite boules de poils qui ne s'alimentaient plus ou semblaient « en dépression », rester aimable face à des personnes qui se montraient pressées et du coup pas très aimables... Voilà de quoi était fait le quotidien d'un étudiant à l'accueil de la clinique de l'UPA. Et aujourd'hui, c'était au tour de Solyne.
Elle accueillait des gens venus simplement pour des vaccins, mais aussi des personnes venues car ils avaient observés que quelques chose clochait chez leur animal chéri. Solyne accueillait leur détresse et se voulait aussi rassurante que possible. Le lien que ces personnes entretenaient avec leur petite créature était vraiment belle à voir. La jeune femme les enviait sincèrement.

Ce matin là, l'étudiante avec reçu un câlin d'une petite fille. Cette dernière, très inquiète était venue avec son Boursouf. Les larmes et la voix tremblotante elle lui avait expliqué qu'il « ne faisait plus le petit bruit comme d'habitude » et qu'il ne bougeait plus beaucoup alors qu'en temps normal il « se promenait dans toute la maison, adorait se réfugier dans ses oreillers et peluches et allait boire dans les toilettes ce qui embête beaucoup maman ». La petite fille avait eu du mal à finir ses explications, retenant avec difficultés ses sanglots. Solyne s'était alors mise à sa hauteur et lui avait demandé si elle pouvait examiner son compagnon.
Les deux box qui accueillant les petites créatures et leurs maîtres étaient déjà occupés et même si Solyne appréciait accueillir les gens et les orienter, elle préférait de loin administrer quelques soins aux animaux. Elle était en première année alors elle ne pouvait pas intervenir sur tous les cas. Mais cela ne la frustrait pas. Elle aimait observer et apprendre.

Pour ce qui était de ce petit Boursouf, il lui avait suffit de le mettre en confiance et d'une petite inspection pour se rendre compte qu'une écharde s'était logée dans une de ses pattes. Une petite pince plus tard, un onguent désinfectant qui empêcherait l'infection et le petit Boursouf bourdonnait dans les bras de sa maîtresse ravie.


Les étudiants avaient établi un tour de rôle. L'accueil n'était le poste préféré d'aucun d'eux.
Alors qu'un jeune homme, une caisse à la main, se présentait à elle, sa camarade passa la tête par la porte de la salle d'attente en lui lançant :


-J'arrive, je prends mon tour dans deux minutes.


Solyne lui lança un clin d'oeil et retourna à la tâche.


-Bonjour. Est-ce qu’Evan est ici ? C’est lui qui s’occupe de mon chat d’habitude.

-Bonjour, je suis désolée, mais Evan est partit. Je sais que ce n'est pas forcément facile de confier son animal à une nouvelle personne mais je suis sûre de pouvoir vous aider.

Elle avait accompagné ses paroles d'un sourire rassurant. Elle entendit un box se libérer derrière elle. Aucun petit patient à poil ou à plume attendait son tour, elle pouvait bien laisser la borne d'accueil vide le temps que sa camarade prenne le relais.  

-Si ça vous convient on va s'installer ?

Elle désigna la pièce d'où sortait un homme accompagné de son Crup et d'un étudiant plus âgé.

-Je te laisse la place So', si tu as besoin d'aide n'hésites pas à m'appeler.


Elle hocha la tête et invita le jeune homme à entrer dans la pièce désormais vide.

Pando



   

   La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.
Irvin FowlerIrvin Fowler
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 965 Points : 951
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis - Solyne   Les bons comptes font les bons amis - Solyne EmptyDim 16 Fév - 9:50

Evan, parti. Je restai stoïque, ne laissant rien voir de ma préoccupation. Il allait falloir jouer finement, très finement. Le risque était grand, la partie compliquée ; il fallait à tout prix éviter d’être dénoncé auprès de l’université. Je n’avais jamais été un bon juge de caractère, je n’avais aucun instinct dans ce domaine, aucun sixième sens qui m’indiquait si l’étudiante en face de moi allait courir me dénoncer ou m’aider. L’occasion s’était présentée avec Evan de façon providentielle – il avait besoin d’aide scolaire et l’arrangement s’était imposé de façon quasi naturelle - mais une telle chance ne se présente pas deux fois aussi facilement.

Elle me souriait, m’invitait à entrer, j’allais sembler suspect si je reculais maintenant. Discrètement, je tâtais ma poche et l’argent qui s’y trouvait, calculant ce qui me restait. Et j’entrai.

- Evan est vraiment parti ? Il a quitté l’université ?

Je devais en avoir le coeur net avant de me lancer.

Le chat n’était pas particulièrement content de se retrouver dans une salle inconnue avec une jeune femme tout aussi inconnue qui tentait de l’attirer hors de sa caisse avec force sourires et main tendue. Il se révélait parfois étrangement peureux.

- Il est un peu stressé ce matin, ma fille lui a fait peur en voulant jouer avec lui. Elle est trop petite et un peu brusque sans le vouloir.

Insinuer que j’ai un enfant en bas âge à charge, première étape de mon entreprise. Je détestais être sournois ainsi. Je me penchai face à la caisse et attirai doucement le chat à moi, centimètre par centimètre, en reculant ma main contre laquelle il frottait avidement ses joues. Lorsqu’il fut complètement sorti, je grattai sa tête et l’arrière de ses oreilles pour achever de le détendre. Je le sentais ronronner sous mes doigts.

- Je viens pour ses rappels de vaccins et un contrôle de santé général.

Je sortis le livret de santé de Monsieur Sulu et le tendis à l’étudiante, toujours avenante, toujours souriante. Je n’étais pas doué pour être subtil, Matthew se moquait toujours gentiment de moi à ce sujet. J’aurais dû l’envoyer lui, il aurait embobiné n’importe qui en cinq minutes avec ses sourires.

- J’ai aussi besoin de croquettes, il mange beaucoup en ce moment, un peu trop même, n’est-ce pas ? dis-je en plantant mes yeux dans ceux du chat qui se mit à ronronner de plus belle.

Je le poussai doucement vers l’étudiante et mon regard tomba sur les tarifs des soins. Je me retins de sortir mon portefeuille pour compter mon argent sous le nez de la jeune femme, j’avais une très nette idée de mon budget. Ces tarifs là n’y entraient pas.

J’aurais sûrement plus de chances en demandant franchement, en exposant ma situation et en quémandant l’aide de l’étudiante. J’aurais même pu la supplier. Mais il y avait une chose que je ne supportais pas, que je refusais absolument : c’était la pitié. Je manquais d’argent, certes, mais je refusais d’en avoir honte. Avoir adopté Rosie était une décision réfléchie, tout comme l’avait été l’adoption de Monsieur Sulu et le choix de reprendre des études. La pitié que j’avais lue dans les yeux de trop nombreuses personnes pendant mon enfance, après ma maladie, ma surdité, m’avait touché au vif, marqué d’une empreinte brûlante qui manquait de se raviver trop souvent. J’étais fier d’être le papa de Rosie. Fier d’en être responsable, de m’être improvisé parent en un temps record et de la voir grandir, fier malgré les galères du quotidien. J’assumais tout, et je le ferai toujours de façon digne, pour moi et pour elle aussi, parce que c’était l’exemple que je voulais lui donner.


Les bons comptes font les bons amis - Solyne 74833510
Solyne TravisSolyne Travis
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2924-solyne-travisMessages : 61 Points : 1385
Pseudo : Ophélie
Avatar : Amanda Seyfried
Crédits : Moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis - Solyne   Les bons comptes font les bons amis - Solyne EmptyVen 6 Mar - 12:13


Les bons comptes font les bons amis.


-Evan est vraiment parti ? Il a quitté l’université ?

Ils venaient d'entrer dans la pièce laissée libre par son collègue que déjà il lui reparlait de ce fameux Evan. Ça en devenait presque vexant. Elle n'était qu'en première année certes, mais elle pouvait s'occuper des soins basiques ; soit ce que venaient chercher la plupart des personnes qui se présentaient à la clinique de l'UPA. Pour le reste, elle s'en remettait à des étudiants plus âgés. La plupart d'entre eux étaient généralement assez fier de pouvoir montrer ce qu'ils savaient faire, et certains étaient même plutôt heureux de partager leurs connaissances avec elle. Elle s'était promis de faire partie des étudiants du deuxième groupe quand elle aurait avancé dans ses études. Les étudiants qui la regardait de haut et avec suffisance l’insupportait. Eux aussi avaient dû débuter leurs études avant d'en arriver là. Bref, elle avait fait le tri et savait maintenant qui appeler si elle ne s'en sortait pas seule.
Elle savait très bien cacher son irritation, et comptait bien faire ses preuves. Avec un ton mesuré et un sourire cordial elle répondit au jeune homme :


-Oui il est partit, je ne sais pas si c'est définitif, je ne le connais que de nom, mais en tout cas, une chose est sûre, il va falloir vous contenter de moi aujourd'hui.

Elle accompagna ses mots d'un petit sourire en coin, avant de s’intéresser à son petit patient du jour. Le chat voulait à tout prix éviter qu'elle le touche. Elle eut beau lui parler, tenter une caresse, il se tenait tout au fond de sa cage, espérant qu'elle n'arriverait pas à l’attraper. Il se tortillait pour éviter son contact, ce qui eut le mérite de la faire rire. Elle proposa alors à son propriétaire de le sortir lui même, histoire de le rassurer avant de passer aux choses sérieuses. Il lui confia que son chat était stressé à cause de sa fille qui l'avait un peu bousculé ce matin.
Elle sourit en imaginant un petit poupon, gratifiant maladroitement le gentil minet de caresses mal contrôlées. Elle adorait les enfants. Elle avait passé énormément de temps à pouponner la nièce d'Antoine et elle s'était imaginée un nombre incalculable de fois maman d'une grande famille. Ces rêves étaient derrière elle, bien loin, enfoui au plus profond d'elle même, ensevlis sous une quantité astronomique de déceptions et désillusions. Elle aimerait les enfants des autres, ça n'irait pas plus loin.

Son interlocuteur se montra bien plus habile qu'elle pour réussir à sortir le chat de sa cage. A force de caresses et de grattouilles, il dompta l'animal. Il tendit à Solyne le livret de santé de son chat et lui expliqua qu'il venait pour les rappels de ses vaccins, un contrôle de santé général. Chouette, elle pourrait s'occuper de tout ça toute seule. Il ajouta qu'il avait besoin de croquette. Cette dernière requête l'étonna. Rares étaient ceux qui achetaient les croquettes ici, elles étaient hors de prix. La clinique de l'UPA attirait par ses prix plus attractifs que dans une clinique privés. Les soins étant prodigués par des étudiants les prestations y étaient plus abordables. La clientèle était donc majoritairement composée de personne avec des revenus faibles ou moyens qui préféraient donc acheter des croquettes au supermarché du coin.

Habilement, il incita le chat à se rapprocher d'elle. Elle suivit son exemple et prodigua quelques grattouilles à l'animal qui se montra un peu moins farouche. Elle lui porta donc toute son attention, observant ses oreilles entre deux caresses, palpant son ventre, jetant un œil à ses griffes.
Elle se saisit ensuite de son livret, histoire de lui injecter le bon vaccin.


-Ce chat me semble être en excellente santé, je ne suis qu'en première année, si vous voulez un deuxième avis, je peux vous appeler quelqu'un une fois que je lui aurai fait son vaccin.

Elle se dirigea vers un frigo vitré et se mit à la recherche du bon produit. Ce n'était clairement pas la partie des soins qu'elle préférait, elle ne se destinait pas du tout à travailler en clinique dans le futur. Elle ne savait même pas vraiment ce qu'elle faisait là finalement. Il avait fallut choisir une orientation, les créatures magiques la fascinait et elle s'était retrouvée dans cette université.
Pando



   

   La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis - Solyne   Les bons comptes font les bons amis - Solyne Empty

 
Les bons comptes font les bons amis - Solyne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser