Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Salle 'Lachlan Maclean'
 

 Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Shawn FaradayShawn Faraday
Professeur
Professeur
http://www.catharsis-rpg.com/t1994-shawn-faraday-the-leaves-are-Messages : 219 Points : 995
Pseudo : Magneion
Avatar : Tom Hardy
Crédits : Valtersen
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: Un ours
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyLun 25 Nov - 13:56



Infra Ophiucus
Everybody

« If we were all like you in the end / Oh, we'd be killing ourselves by sleeping in » MCR - Party Poison
Il y avait du monde à cette soirée, énormément de monde, et Shawn se tint tranquille assez longtemps pour y voir des figures qui ne lui disaient rien qui vaille. Méfiant, le médicomage se dit qu'il n'avait pas à les côtoyer, ou à leur parler, mais être dans la même pièce qu'eux suffisait à l'irriter... Tout comme l'arrivée d'Alden suffit à faire diversion. Shawn rit doucement à la remarque d'Alden, réellement amusé. Ce qu'il pouvait être distrait !

— Alden. Je ne bois pas, t'as oublié ?

Mais au moins n'avait-il plus l'air de vouloir se foutre en l'air, non ? Il soupira et se détendit un peu plus en voyant arriver Althea, magnifique dans sa robe, qui venait le saluer. Il lui passa le sobriquet ridicule parce que c'était sa sœur adorée, et garda un fin sourire qu'il élargit en lui disant tout le bien qu'il pensait de sa tenue.

— Tu es ravissante, comme toujours. Ah, Althea, je te présente Alden Lauriel. On travaille ensemble. Alden, c'est Althea Faraday, ma petite sœur.

Il insista lourdement sur ce dernier mot, peut-être un peu trop, comme pour signifier qu'il n'y avait aucun risque de concurrence entre lui et cette charmante jeune femme.

— J'imagine à peine comment ce doit être en coulisses...! Merci d'être passée en tout cas. Tout se passe bien ?

Shawn s'était jeté un peu précipitamment sur ses proches, comme pour oublier que dans une telle foule, il pouvait faire des rencontres déplaisantes. Il ne manquerait plus que la soirée se finisse en pugilat, tiens. N'empêche que, dans un gala de charité destiné aux victimes de Gloriam, Shawn trouvait la présence de moldus notoires on ne peut plus déplacée.

Quant à Ashton, qui lui aussi avait remarqué certains visages, il dissimulait bien mieux son trouble et sa désapprobation. Lui ne perdait jamais une occasion de faire des affaires : son groupe d'hommes d'affaires fut rejoint d'ailleurs par une femme d'affaire, la jeune Elizabeth Burke, avec qui il avait tout intérêt à discuter. Hélas, un jeune homme bien peu avisé lui coupa l'herbe sous le pied, et lui ôta l'occasion de pouvoir lui parler de suite. Ashton la connaissait déjà de vue, il aurait tout le loisir de revenir vers elle plus tard.

Résumé:
 

(c) DΛNDELION


«Run into a new maze, open up your minds and soon we'll all be drop dead cynical»
FLORISSONE
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-sMessages : 426 Points : 1780
Pseudo : Alda/Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Bb Adra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Appart’ d’Adra qu’elle squatte, tmtc wsh
Patronus: À ce jour, un mystère.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMar 26 Nov - 12:16



Infra Ophiuchus

08.02.02 § ft. everyone

◊ ◊ ◊

Quelques minutes à peine dans le rôle et voilà que déjà, on la coinçait. On voulait l’isoler, la retirer de la protection d’Adrasteia, comme s’ils savaient. Son premier ennemi de la soirée, un homme aux cheveux longs et aux lunettes tombant de son nez, sonna en son esprit le signal d’alerte. L’homme au gobelin. L’homme aux cracmols. La seule personne qui, peut-être, avait plus de visages différents que la jeune femme. Anya lui adressa un sourire et inclina poliement la tête en guise de remerciements face aux compliments, mais s’accrocha au bras d’Adrasteia à sa demande d’entretien. Non. Non, non, non. Elle ne s’éloignerait pas. Pas déjà.

Elle offrit son regard à son aînée, dans l’espoir qu’elle ouvre la bouche, qu’elle lâche l’une de ses excuses bien réfléchies, mais elles furent toutes deux devancées. Une jeune femme au visage familier s’approcha, saisissant l’occasion pour se glisser dans la conversation. Sans le savoir, la dame venait de lui épargner une montagne de difficultés. Alors, avec un enthousiasme réel, Anya prit doucement la main que lui tendait subtilement Cirice et la porta à ses lèvres. Embrasses toujours ton propre pouce, sinon elle va croire que tu veux te la taper ; la phrase raisonna dans sa tête, prononcée de ce ton accusateur qu’avait parfois Adrasteia lors de leurs apprentissages. « Nous avons de la chance de vous compter parmis nous, mademoiselle Podmore, articula-t-elle de la manière la plus fluide possible. Et vous avez raison ; ma femme s’est… Quel était le mot déjà ? Le mot, le mot, le mot… Ah ! surpassée. » Elle écouta ensuite sagement ce que racontait Adrasteia, profitant de son discours pour enregistrer le plus de vocabulaire possible. Elle pouvait le faire. Elle y arriverait. Ce n’était que deux heures, après tout.

Elle balaya la salle du regard, à la recherche de visages connus. D’un premier coup d’oeil, elle ne reconnut personne au-delà de son petit groupe. Mais, au loin, une tignasse rousse attira son attention. Si Calypso n’était pas en train de grouiller dans ses bras, elle aurait cru que le temps s’était arrêté. Theodora Knight se tenait là, habillée pour la soirée, sans scupules et sans remords. « Mais qu’est-ce qu’elle fout là ? murmura-t-elle en russe à elle-même. » Si l’implication de la généticienne n’était au public que des rumeurs, Tatiana était aux premières loges pour valider les accusations. Et pourtant, elle ne pouvait rien dire. Comme toujours, elle était condamnée au silence.

Son attention se rapporta cependant à sa soeur, lorsque celle-ci lança joyeusement le nom de Mr. Prendergast. Les yeux de Tatiana se posèrent alors sur l’homme. Malgré l’ambiance de fête, il avait un air troublé ; chose qu’elle n’aurait jamais même cru possible. Il était toujours si froid, si droit, que le voir aussi tendu provoqua en elle une véritable vague d’angoisse. Alors, authentiquement inquiète, elle lui demanda, la voix trahissant ses émotions : « Tout va bien, mon oncle ? » Elle observa au-dessus son épaule, cherchant la source des malheurs de Oswald ; les yeux du vieil homme étaient posés sur un couple qui entrait à peine, un couple qu’elle n’avait jamais vu de sa vie. Elle s’approcha donc de son professeur, et lui murmura tout bas, de sorte à ce que son message n’atteigne pas les oreilles des autres curieux : « C’est qui, ces deux là ? J’suis supposée les connaître, moi ? »

Information importante !:
 

(c) oxymort



Endless game of hide and seek
It's finally come, come to knock down my door. I can't hide this time like I hid before. The storm is awake, the danger is real. My time's running out, don't feel, don't feel.
Alistair FawleyAlistair Fawley
StaffMoldu
StaffMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 989 Points : 2505
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : AVENGEDINCHAINS | Signature : QUIET RIOT.
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMar 26 Nov - 15:13

Salle MacLean - 8 février 2002.

Devant le perron du complexe habité par la salle MacLean, il y a une grande baie vitrée. Voilà maintenant plusieurs longues minutes que je suis devant la porte principale, à porter à ma bouche 2, 3 ou peut-être 4 clopes à la suite les unes des autres... Attendant patiemment d'oser avancer, de faire ce pas qui m'offrirait une immense consolation mélangée à une si grande douleur.

En recevant l'invitation, quelques jours plus tôt, j'ai bien évidemment été particulièrement touché par la volonté d’œuvrer pour les enfants cracmols. Je me foutais bien de savoir que la soirée était contre Gloriam. Ce n'est pas car je fais partie de l'organisation que j'en soutiens toutes les actions. Seulement, si quelqu'un me voit ici, me reconnait... Oh. Ce serait un gros problème, et j'aurais bien du mal à garder mon calme en expliquant vainement aux dirigeants que, oui oui, je suis là pour espionner bien évidemment. Mais non enfin, je ne suis pas du tout touché personnellement par la cause. Voyons.
Pour venir, je n'avais pas vraiment de choix, je devais disparaître. Alistair Fawley n'était pas le bienvenue. Pourtant, il était hors de question que je reste chez moi, à attendre de voir la petite aiguille de l'horloge faire sa route tandis que je pourrais, si seulement une paire de couilles daignait pousser entre mes cuisses, aller me montrer là-bas et défendre ouvertement la situation si délicate des cracmols et la faire valoir. Alors j'ai fait ce que j'ai pu. J'ai fouillé dans mes affaires, regardé parmi les nombreuses merveilles que j'ai pu dénicher, ce qui pourrait m'aider dans cette situation. Et j'ai sorti ce masque... Cajacambio.

Ils m'avaient dit, qu'en le mettant, je changerais d'apparence mais sans savoir à qui je ressemblerais. Ils m'avaient dit que je pourrais être n'importe qui. Mais pourquoi. Pourquoi, ce putain de karma a-t-il jugé bon de me changer et me donner les traits de la seule personne que je pourrais tuer, vraiment ?
Mon père. J'avais le visage de mon père. Ces traits tirés, vieux, ce regard mélangeant la haine et l'ambition, ses mains rugueuses et sa jambe vexée qui boitille derrière lui. Je retrouvais cet homme que j'exécrais. J'avais une chance, immense, celle de le jouer, de pouvoir le détruire de l'intérieur, et je n'avais que deux petites heures pour ça. Ma seule crainte, toutefois, était de croiser Eugénie que je savais là, grand ponte du Sacre, et je serais incapable de lui mentir à elle, à ma sœur.
Alors j'étais toujours dehors, dans mon costume trois pièces, à écraser du bout de ma chaussure trop cirée ma cinquième cigarette. J'attendais l'impulsion, et elle vint soudainement quand entre deux portes ouverts je vois Adrasteia au bras d'un Léandre que je sais fictif.

Je ne m'explique toujours pas ce soudain sentiment qui m'a poussé à débarquer en grande pompe... Mais je vois quelques regards déjà qui viennent me trouver tandis que je passe l'ouverture de la porte. Et je reconnais, moi, Alistair, certains de ces regards. Seulement ce sont vers les autres que je vais me porter, ces inconnus, afin de leur montrer comme, cet autre moi, Rigel Fawley, je suis un homme détestable et que la magie que je défends tant est tout aussi hideuse.

Je m'approche des silhouettes qui se secouent, au centre de la pièce. Trop faible, je suis toutefois incapable de retenir un sourire étrangement doux à l'attention d'Anya qui se cache sous Léandre - et qui doit se demander qui est ce vieil abruti qui la regarde. Mais c'est vers l'égérie de ce soir, Althea, que je décide de me rendre, car quoi de mieux qu'être accompagné d'une belle image pour créer un souvenir mémorable ? « L'élément phare ? Eh bien. Que dites-vous de faire un tour de salle accrochée à un bras "phare" à sa façon, lui aussi ? ». Je lui lance ce sourire que seul mon père peut si bien manier, ramenant la lumière sur lui avec autant de délicatesse qu'un éléphant en rut, puis me retourne vers le petit groupe d'hommes qui l'entourent. « Oh, je ne veux pas vous la voler, mais je suis un vieil homme, j'aurais bien besoin d'une belle jeune femme pour me guider dans cette foule. Promis, je vous la rendrais. ». Puis sans attendre véritablement, je commence à m'éloigner doucement en tirant avec moi la jeune femme pour avancer et papillonner dans le reste de la salle déjà bondée.

Résumé:
 
Infos sur Papa-Fawley:
 


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what "nemesis" means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent. Personified in this case by an 'orrible cunt... me.

Theodora Rose KnightTheodora Rose Knight
Moldu
Moldu
http://www.catharsis-rpg.com/t2236-theodora-rose-knightMessages : 2525 Points : 8583
Pseudo : Théodora
Avatar : Jessica Chastain
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence de l'Abondance
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMer 27 Nov - 3:53

Au fur et à mesure que les invités arrivaient, elle se demandait ce qu’elle était venue faire dans cette soirée. Fallait-il qu’elle ait du remord pour qu’elle se dise qu’elle pourrait réparer un tant soit peu le mal qui avait été fait à ces enfants ! Aucun visage connu à l’horizon et comment pouvait-il en être autrement. C’était une soirée sorcière si on acceptait cette expression et elle avait si peu de connaissance dans ce milieu ! Pourtant ce n’était pas les patients sorciers qui manquaient à ses dossiers. A croire qu’aucun d’entre eux n’avait décidé de se montrer à cette soirée de charité. Elle finissait par se dire que soupçonner de tomber ce soir dans un piège était une réalité qui prenait corps.

Ses patients faisaient sans doute partie des plus modérés des mages. Des non-partisans de la mixité n'accepteraient sans doute pas de se faire soigner par une moldue. Si, ceux qui s’y prêtaient, étaient absents c’était qu’ils n’approuvaient pas leurs frères intégristes. Cette pensée lui donna des frissons de terreur. Elle pressentait un danger avant de venir mais là les choses semblaient se préciser. Le fait d’y penser lui sembla un danger plus grand encore. Elle devait se tenir à ce qu’elle avait décidé. Elle esquissa un geste vers un plateau de coupes pétillante d’un liquide doré, mais décida de ne pas vérifier si c’était du véritable champagne ou simplement une de ces imitations qui maintenait l’illusion jusqu’au moment ou l’on y trempait les lèvres. Elle se devait de garder les idées claires. En même temps qu’elle ne devait laisser à) personne l’occasion de soupçonner quoi que ce soit sur elle, même s’ils se mettaient en tête de tenter de lire dans son esprit au milieu de la foule.

“Vous ne prenez rien ?”

Le professeur page ne semblait pas bouder le plaisir de contempler les bulles dans la flûte qu’il tenait en main en même temps qu’il se montrait surpris de la sobriété de sa cavalière. Celle-ci lui envoya un sourire moqueur.

“L’alcool me fait dormir. Je ne serais pas de très bonne compagnie et je ne voudrais pas manquer tout ça. Elle désigna du regard l’étalage de faste qui les entourait.

La foule. Elle avait compté dessus depuis qu’elle avait pris sa décision et elle devait bien l’admettre, de ce côté, elle était servie. Les gens se pressaient comme à la réception à laquelle il fallait absolument se montrer. Elle eut envie de rire de se trouver dans ce genre d’endroit. Ce n’était tellement pas elle ! Donnez-lui des centaines de patient et des nuits blanche de recherche pour qu’elle se sente à son aise, même épuisée par le travail ! Mais mon dieu ! Tout ce raout ! Elle était évidemment injuste. Comment pouvait-elle supposer que personne ne lui ressemblait et n’était là que par simple obligation ? D’autres encore pouvaient même avoir été payée pour être présents. Elle suivit un instant du regard l’égérie de la maison qui régalait ce soir. Comment avait-il dit qu’elle se nommait déjà ? Ah oui. Althea Faraday. On ne pouvait le lui enlever, elle était très belle et l’écrin qu’elle portait finissait de la mettre en valeur. Elle papillonna du regard lorsque qu’un vieux beau lui imposa sa présence. Elle ne savait pas ce que lui rapporterait cette soirée, peut être rien si c’était inscrit dans son contrat originel, mais elle ne l’aurait pas volé. Harcelé par tous ces mâles qui voulaient se montrer à ses côtés. Il valait mieux en rire et se dire que si elle était exploitée d’une certaine façon, il fallait lui faire confiance sur son aptitude à tirer son épingle du jeu. Si les papillons viennent se brûler les ailes à sa lumière, elle devait bien pouvoir en tirer quelques bénéfices… Voilà qu’elle se surprenait à être aussi futile et superficielle que tout un chacun ici, enfin suivant l’image qu’elle se faisait de ce genre de réjouissances. De toute façon, faire preuve de légèreté serait le mieux qu’elle pourrait faire et c’était bien ce qu’elle avait prévu à l’origine. Chasser Gloriam et la guerre très loin de son esprit dût-elle se livrer à des actions qui ne lui ressemblaient pas forcément ou surtout à celles que peu de gens pouvaient soupçonner de sa part. Elle prit doucement mais fermement la main à la flûte de son cavalier et la porta à ses lèvres. Du vrai Champagne. Les Rosiers avaient les moyens ou en tout cas faisaient tout pour le montrer.

“Désolée… Difficile de résister à une gorgée…”

Elle lança un sourire enjoué à son collègue amusé par ce geste inattendu, comme après avoir pris une bonne résolution ou s’être donné un peu de courage.

“Bon, on ne va pas rester là comme si nous étions sur le point de partir. Faisons un peu de tour de la place. J’avoue que je ne connais personne mais peut-être pourrez-vous me présenter des amis à vous ?”

Page la regarda un instant incrédule avant d'acquiescer.

“Et bien soit. Mais mes connaissances comme vous l’avez dit, se limite à la presse un peu people… Et puis je ne sais pas mais les non mages ne semblent pas se précipiter ici. En tout cas je ne les connais pas...”

Il jeta un regard alentours comme pour obtempérer aux désirs de la rouquine.

“Il y a bien sûr des visages qui me disent quelque chose, mais je serais bien incapable de mettre un nom dessus…
_ Apparemment certaines personnes vous connaissent étant donné tous les regards qui vous sont adressés.
_ Détrompez-vous, ce ne sont que des œillades de façade ou de curiosité. Il est de bon ton de faire ceux qui connaissent tout le monde au moins de vue ? D’ailleurs elles vous sont tout autant adressées. Le jeu est de paraître aussi à l’aise…”


Il ne put retenir un rire ironique destiné aux pratiques mondaines auxquelles il semblait plus familier que la généticienne et s'arrêta face à elle comme frappé par une révélation.

“Mais ne me dites pas que c’est votre première sortie de ce genre ?! Déjà tout petit mes parents me traînaient dans ce genre de réjouissances…”

Une moue dépitée provoqua un rire chez sa cavalière.

“L’avantage d’être une famille middle class mais pas assez en vue…
_ Vous ne pouvez pas imaginer le pensum ! Alors maintenant, j’évite et lorsque je me rends dans ce genre d’endroit, je tente de jouer avec les conventions.”


Au fil de la conversation, elle en apprenait plus qu’elle n’aurait supposé sur son partenaire de soirée. Visiblement son aisance trahissait une longue habitude des réceptions et ses connaissances ne limitaient certainement pas à une culture people, comme il avait tenté, tout d'abord, de le faire croire. Il avait fini par instituer un jeu, celui du sourire de connaissance ou de reconnaissance. C’était à qui imposerait le plus de “défis de sourire” à l’adresse de parfaits inconnus destinés à faire penser qu’ils se connaissaient. Petit à petit ce jeu finissait de détendre Theodora Rose Knight et elle se prêtait maintenant avec amusement à cette activité de caméléon qu’elle n’avait pas encore pratiquée, mais qui pourrait bien lui servir.

“Tenez. Là. Le vieux beau au bras de Miss Faraday. Attention opération interception du regard…”

La rouquine saisit alors des yeux ceux de Rigel Alderamin Fawley dont elle ignorait même jusqu’au nom et inclina le chef avec un sourire qui ressemblait à un compliment.

Résumé:
 
Idalina Cadena VerduzcoIdalina Cadena Verduzco
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2365-idalina-cadena-verduzco#53263Messages : 116 Points : 2120
Pseudo : Idalina
Avatar : Penelope Cruz
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMer 27 Nov - 8:01

D’autres personnes connues ou croisées seraient-elles là ?

Pas certain et je commence à trouver que la soirée a du mal à démarrer. Ou alors est-ce moi qui ai perdu mon agressivité ? J’ai un peu fait le tour des personnalités en vue, présentes. On ne peut pas le nier, il y a déjà du beau monde et tout de même une ou deux que je connais. Cela me rassure. J’ai parfois la sensation d’être complètement out. Mais rien de tel pour se remettre à la page que ce genre de mondanité. Je ris intérieurement au souvenir de mon aventure avec la Rosier. Là encore rien de tel pour faire tomber le gens de leur piédestal que d’avoir des souvenir communs où ils ne sont pas forcément à leur avantage. Le moins qu’on puisse dire cependant c’est que la belle slave n’est pas le moins du monde marquée ni par ce souvenir ni par sa récente grossesse. C’est sans doute ça qui donne cette aura à tous ceux qui s'estiment supérieurs aux autres. Jamais le doute sur eux et leur légitimité ne les effleure. Je ne sais pas si c’est vraiment un avantage par les temps qui courent. Ce genre de personnes a toujours du mal à sentir le vent tourner. Mais pour l’heure, elle est parfaitement dans son rôle et le vent semble la porter comme un grand cygne noir. Je me dis que sans doute je suis jalouse de cette femme et c’est sans doute quelque part le cas. Je me suis toujours demandé qui d’elle ou de son bellâtre de mari tenait les rênes. Lequel est le faire valoir de l’autres. En tout cas l’image affichée est parfaite. Couple amoureux à la limite du fusionnel se protégeant des assauts de leurs admirateurs. Que demander de plus ?

Au contraire, du peu que j’ai pu la côtoyer et dans les mêmes circonstances, Cirice Podmore attire toute mon admiration. Non contente d’avoir un charme et une classe folle, son calme et sa détermination m’avaient conquises sur le Titanic. C’est sans doute la deuxième personne vers qui je pourrais éventuellement exercer mon culot durant cette soirée, mais je n’ai pas envie de fondre sur ces deux femmes comme une acromentula sur sa proie. Ce serait mal venu et puis je veux me laisser une chance de ne pas gaspiller une meilleure rencontre ou occasion.

Le champagne cependant est exquis et fi à tous ceux qui trouvent que c’est du snobisme d’apprécier ce breuvage. Moi j’adore ! Tout en portant ma flûte aux lèvres _ il ne faut pas laisser réchauffer ce nectar _ je poursuis mon inventaire des personnalités présentes ou tout au moins que je reconnais.

Non évidemment, ce n’est pas l’héritière Burke, Elizabeth de son prénom _bravo hija, tu as bien révisé tes fiches ! _ qui va attirer plus que cela mon attention. Après tout ce n’est pour l’heure qu’une étudiante à qui il faut laisser le temps de grandir. ¡No es posible! Je parle et pense comme une vieille rombière. Je baisse la tête pour pouvoir finir de me moquer de moi en aparté. Non non je ne pense pas que ce soit l’âge qui me rendre déjà sénile. ¡Por todos los Phoenixes! Ce serait la fin de tout ! Non, mais je veux bien accepter une dose de cynisme qui accorde un intérêt aux personnes en fonction de ce qu’elles peuvent m’apporter. La très belle Rain Kvelgen, Caleb Ollivander malgré sa prestance du jour et dans une moindre mesure, Althea Faraday la rejoignent dans le même panier, quoique cette dernière pourrait bien devenir une porte d’entrée vers les Rosiers si la voie directe échouait et si je maintenais le projet de les approcher.

Un frisson de plaisir et d’excitation me saisit à la nuque. Ce n’était pas possible ! Je veux dire quelle aubaine ! Le sulfureux, le mystérieux, le controversé Oswald Prendergast venait de faire son apparition ! Si je n’étais pas dans un repère de mangemorts, en tout cas ceux-ci ne craignaient pas de se montrer ici. Même si la justice ou l’Histoire en avaient laissé tranquille ou s’étaient montrées clémente avec certains d’entre eux, ils restaient des anciens disciples de celui dont on ne prononçait plus le nom, non plus par crainte de l’invoquer, mais parce qu’il faisait ressortir de douloureux souvenirs et mettait le doigt sur les diverses compromissions qu’il avait fallu tolérer sous prétexte de faire avancer l’Histoire et la cause de la mixité. En tant qu’Argentine, je connais trop bien ce sentiment d’amertume des oubliés de l’histoire, dont la douleur et la mémoire ont été mises sous le tapis des politiques. Cependant, s’il est un personnage intéressant à approcher c’est bien ce vénérable patriarche blanchi par les ans, l’expérience et sans doute les secrets. En tant que journaliste donc, il m’était aisé de mettre le couvercle sur les polémiques de ma conscience déjà bien mise à mal par la vie et sa réalité. L’homme prétend bien des choses mais j’aimerais tant les toucher du doigts. Une interview de ce mystère ! Je me laissai même aller à m’instituer sa biographe ! Et pourquoi pas ? J’étais fascinée par la légende qui traversait la pièce. Le bougre avait gardé une sacrée classe malgré les ans ! Je devais bien le reconnaître…

Il fallait absolument que je l’approche. Le tout était d’adopter la bonne stratégie. Encore une fois me précipiter sur lui comme un oiseau tonnerre sur un cratère volcanique n’aboutirait à rien d’autre qu’à une catastrophe. Jouer le nunuche qui renverse sa coupe de champagne sur lui par mégarde ne me faisait pas peur si cela permettait d’atteindre mon objectif mais je ne pense pas que ce vieux renard se laisserait tromper par cette ruse grossière ou apprécierait d’accorder du temps à une gourdasse. Je devrai me montrer la plus crédible possible sans paraître agressive. Et dire que je me plaignais d’avoir perdu mon mordant ! Là je me sentais comme un chien dans une dragonne dans un magasin baguettes magiques. J’avais beau retourner ce projet dans tous les sens je ne trouvais pas la façon idéale d’aborder le patriarche Prendergast. Je me voyais contrainte de rester en embuscade, prête à mettre à profit la moindre occasion. Avec un peu de chance, le hasard ferait bien les choses… Je déteste le hasard et même la notion de chance ! La chance on ne peut l’apprécier qu’à postériori ! Ce n’est pas un outil ni rien sur quoi on peut avoir de l’influence. Rien ne valait un bon réseau une bonne planification aussi tordue et sans scrupule soit-elle ! L’homme se dirigeait de toute façon vers le couple organisateur de la soirée et je me voyais mal l’intercepter et l’empêcher de leur rendre l’hommage qui leur était dû. En revanche, je pouvais très bien faire l’impasse sur le drôle de sentiment que provoquait chez moi la veuve Rosier pour trouver un moyen de l’approcher… M’approcher géographiquement du centre de la soirée devenait la meilleure chose à faire pour le moment.

Mon champagne avait réchauffé et je reposai la coupe à moitié pleine sur un plateau tout en me dirigeant lentement vers le couple vedette. Je piquai au passage une flûte couverte d’une condensation du plus bel augure. Rien de mieux pour se donner contenance et attirer l’attention si besoin était. J’espérais juste que la Rosier ait meilleure opinion de moi après nos deux brèves rencontres que moi d’elle. J’avais les moyens de me montrer aussi hypocrite que possible et elle ceux de se montrer cassante voire humiliante. Il fallait juste que j’intercepte son regard et on verrait bien. La maîtresse de maison se devait d’avoir un œil sur l’ensemble de la soirée et ce ne fut pas trop difficile de croiser ses grands yeux qui ont participé à sa réputation. Il n’y avait plus qu’à lui adresser une moue de félicitation pour l’organisation de sa soirée et l’assortir d’un léger lever de verre dans sa direction, pour lui souhaiter tout le succès possible. Je n’étais pas certaine de l’effet que cela avait eu sur elle, mais maintenant la balle était dans son camp. J’avais bon espoir, même si elle ne m'appréciait pas plus que cela que mon état de journaliste la pousse à profiter de l’occasion de donner un autre rayonnement à sa réception.

C’est alors qu’une autre cible de choix fit son entrée en la personne de Rigel Alderamin Fawley en chair et en os. A croire que les personnages les plus intéressants avaient passé les soixante-quinze ans ! L’homme était bien connu pour son rôle au sein du Breakfast Chronicle et le journal avait suffisamment de rayonnement pour faire bondir mon cœur dans ma poitrine, même si son image de coureur de jupons encore à son âge avancé et justement sa façon directe d’entreprendre l'égérie de la soirée, ternissait celle du patron de presse. Il venait, rien qu’en faisant son apparition de faire de l’ombre à ma première cible. Il allait me falloir choisir. Courir les deux lièvres à la fois relevait de la gageure ou alors pouvait me permettre de me consoler d’un échec auprès de l’un par un succès auprès de l’autre.

En quelques minutes, mon ennui venait de se muer en excitation qui me lançait sur le sentier de la guerre, si je pouvais m’exprimer ainsi.
Alden O. LaurielAlden O. Lauriel
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2435-alden-lauriel-treacherous-desMessages : 172 Points : 1367
Pseudo : Chlo
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : //
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: L'Enclave Résidentielle sorcière, à l'Est. Manoir 6.
Patronus: Un puma noir.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMer 27 Nov - 10:01

INFRA OPHIUCHUS
Alden & Shawn & Others



Alden s'avance vers son collègue. Ravi de voir, qu'il est resté sobre jusqu'à aujourd'hui et qu'il ne compte pas se laisser flatter par une petite goutte d'alcool, bien qu'il ait l'air aussi bon sur ces tables décorées. Il est content de le voir, il va pouvoir passer le temps plus vite. Puis il l'avoue, que sa présence ne lui est pas désagréable. Lui ne va pas se priver de s'en remplir l'estomac pour que les heures passent plus rapidement. Il s'apprête à poser une main sur l'épaule de Shawn, juste, comme ça, mais manque de chance parce que celui ci se tourne vers une jeune fille qu'Alden n'a jamais vu. Évidemment, la première chose à laquelle il pense, c'est qu'il s'agit de sa.. femme ? Cette dernière lui ressemble malheureusement, ou heureusement d'ailleurs, bien trop pour l'être. En effet, le russe reconnaît un peu l'air Faraday qui se balade sur les traits de la jeune fille.

- Ta soeur... Eh bien.

Il ne sait pas trop quoi faire. La bise ? Trop personnel. Lui serrer la main ?.. Ou un baise-main? Le genre de politesses que s'accordent les aristocrates, ce qu'il n'est pas réellement. Alden n'a pas l'élégance d'un aristo" - il est brutal et sans vergogne, d'une impitoyable lassitude, de tout, qui le rend bestial en toutes circonstances même quand il n'y parait pas. En dévisageant la jeune femme, il essaye de lui sourire, mais un Alden qui sourit, vous vous imaginez bien que ça n'arrive pas tous les jours. Alors un simple hochement de la tête suffit, jusqu'à ce qu'il lui tende sa main pour serrer la sienne.

- Ouais, on travaille ensemble. Shawn est un gars exemplaire et sérieux au boulot. C'est toujours un plaisir de faire affaire avec lui.

Il aurait mieux tourné sa phrase, pour être honnête. Ils ne font pas vraiment affaire, ils travaillent simplement ensemble. Reste à espérer qu'elle ne comprenne pas le sous-entendu de ses propos. Même Shawn ne va pas le manquer. C'est là qu'Alden esquisse un sourire qu'il ne contrôle pas, moqueur et malicieux. Il jette un coup d'oeil à son collègue et attrape un verre qui passe sans savoir ce qu'il contient, avant d'écarter les jambes en coincant un bras sous l'autre, parfaitement innocent.


Spoiler:
 

 
Elizabeth Rose BurkeElizabeth Rose Burke
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2241-elizabeth-rose-burke-alone-inMessages : 40 Points : 765
Pseudo : Arthur
Avatar : Alicia Vikander
Crédits : Wanderlust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Villa du Sacre
Patronus: Corbeau
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyJeu 28 Nov - 16:56

Elle était fière la Burke, fière d’être ici, parmi les grands de ce monde qui était venu montrer leur soutien à la juste cause défendue par une des leurs. Certes, toutes les personnes présentes n’étaient pas réellement de grandes figures du monde sorcier, ou ayant la moindre influence à vrai dire, mais la jeune femme préférait en faire abstraction. Elle n’était pas là pour se rabaisser, pour se mêler à des personnes qui ne pourraient rien lui apporter. Aussi juste et importante était la cause, les affaires restaient les affaires. Quelles qu’elles soient. Et un tel événement était l’endroit rêvé pour faire les bonnes rencontres, ou pour entretenir son réseau. Elle sirota une nouvelle gorgée de son champagne.

Le petit groupe qu’elle avait rejoint s’agrandit bien vite, presque trop vite à son goût. Toutefois, elle n’était pas à se déplaire de ceux qui venaient de les rejoindre. Le jeune Ollivander était extravagant, ça donnait de la couleur et de la chaleur au groupe, plus enclin initialement à parler affaires. Elizabeth se souvenait lorsqu’elle était plus jeune, lors des soirées mondaines organisées par et pour la noblesse sorcière, elle lorgnait toujours un tel moment. Après tout, ce genre de réunions n’était pas du genre à plaire aux plus jeunes, et elle s’amusait à glousser avec ses amies des bêtises et extravagances que pouvaient faire les jeunes garçons. Et le comportement d’Ollivander réveillait la fillette en elle, la faisant glousser intérieurement. Son introduction n’était pas des plus traditionnelles, mais c’était loin de lui déplaire. Après tout, il était incroyablement charmant. « Je me doute, les Ollivander, ça ne court pas les rues », répondit-elle amusée, sourire aux lèvres, levant la main vers lui. « Elizabeth Burke, enchantée. » Elle marqua une petite pause, jetant un coup d’œil à la foule par-dessus son épaule, étendant son cou. Son sourire s’agrandit alors que son regard croisait celui de sa meilleure amie, la star de la soirée. Elle lui fit un clin d’œil d’encouragement. « Il y a du beau monde ce soir, oui. Cela fait plaisir de voir autant de mobilisation pour une si juste cause. »

Ils furent rapidement rejoints par une jeune femme. Elle ne la connaissait pas, mais visiblement ils semblaient se connaître avec Caleb étant donné les regards échangés. L’ancienne Serpentard ne savait pas à quoi s’attendre d’un tel duo. Mais ils avaient tous deux l’air bien sympathiques, et ils sont de bonnes familles, alors elle ne voyait vraiment aucune raison de ne pas apprécier une discussion avec eux. « Bonsoir. Oh non, rassurez-vous, il est tout à fait charmant », gloussa-t-elle, le regard pétillant tourné vers le grand jeune homme. « Elizabeth Burke, ravie de vous rencontrer. Votre nom me dit quelque chose, vous travaillez sur l’île de Rùm, c’est ça ? Et vous, Monsieur Ollivander, que faites-vous ? »
Elvis C. ArkeonkaneElvis C. Arkeonkane
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2811-powerful-chameleon-elvis-c-arMessages : 17 Points : 290
Pseudo : Chlo
Avatar : Timothée Chalamet
Crédits : HN avatars
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Un paon.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyVen 29 Nov - 14:34

INFRA OPHIUCHUS
Elvis & Others



Du jaune, du jaune partout.
Jaune impérial pour la veste, jaune maïs pour la cravate et le pantalon, jaune poussin, oui, poussin, pour les chaussures, et pour finir, du jaune nankin pour la chemise. Beaucoup de jaune, pour tant de bleu. Une grande occasion, tu portes toujours de l'or pour les grandes occasions. Tu t'attends à ressembler à un petit soleil sur les photos des journalistes, mais tu n'en aperçois pas en pénétrant dans l'immense salle. Le décor est frappe à l'oeil, un peu comme toi, qui n'a forcé sur le jaune sans consulter personne. Tes cheveux sont collés à ton crâne par une importante couche de gel et tu as rajouté un zeste de parfum pour clore le tout.

Ni ta famille ni tes frères sont au courant de ta venue ici ; s'ils l'étaient, tu ne saurais pas  quel dieu prier pour te faire pardonner d'un tel affront, oh, oui un affront. Pour tes parents, toutes ces causes sont des affronts à leur patrie. Ces combats sanglants, qu'arrive pourtant à cautionner ton père, sont aussi ces sectes secrètes que ta mère critique. Dire ! Dire qu'ils ne sont eux mêmes pas blancs comme des linges, et quand bien même ils soutiennent le combat, ils n'y prennent pas part pour leur intégrité. L'idée même de la rebellion est une niaiserie à leurs yeux qu'ils ne peuvent pas imaginer dans leur propre famille. Il n'y a que toi pour voir à quel point elle les attire, malgré tout ce qu'ils en disent et tout ce qu'ils en pensent. Leur réticence n'est qu'une foutue manière de préserver une image qu'ils n'arrivent pas à lustrer au château. Leurs masques tombent, jamais le tien.
Toi, en revanche, tu es bien plus intrépide.

Tu te montres, t'exposes fièrement aux yeux de tous, parce que oui - évidemment, une partie de toi est indéniablement attirée par tout le mystère qui règne autour de ces extrèmistes. MiM, particulièrement. Fascinant. Tu n'as pas encore eu la chance d'en croiser personnellement, des membres. C'est pour ça que tu es là, sans honte, et que tu déambules innocemment entre les invités. T'étais déjà allé à ce genre de soirées, et tu as déjà respiré ce luxe maintes fois dans ta vie, un peu comme une odeur qui devient habituelle quand on la rencontre tous les jours. Ça te plaît bien ; tu t'attardes sur les détails, sur les voûtes céleste au plafond, tu t'intéresses à la vaiselle finement décorée d'or et aux petites étoiles des tables. Du regard, tu cherches une fenêtre, un balcon pour aller fumer la cigarette qui tient en équilibre derrière ton oreille. Voyou royal.

Tu te retournes dans tous les sens, et puis en t'arrêtant quelques secondes, t'aperçois entre deux boucles brunes la jeune et magnifique - il faut le dire, princesse de cette soirée. L'une d'entre elles, du moins. Adrasteia Raventhrone, aujourd'hui Adrasteia Rosier puisqu'elle a pris le nom de son mari. Une sombre histoire cette famille, un vieux récit qui remplira des grimoires entiers dans la bibliothèque des historiens. Il y a pleins de belles personnes ce soir - tu entends des voix de tout types, des voix langoureuses, d'autres profondément fausses, ou d'autres encore, plus sérieuses, toutes caressant lascivement tes sensibilités. Tu n'as pas besoin de jacasser, tu es surtout là pour donner gracieusement un peu de ta fortune, contre le gré de ta famille et observer le monde qui t'entoure. D'un geste de la main, t'attrapes un verre sur un plateau qui passe et goûte à la fraicheur de ton cocktail.


Spoiler:
 



 
Matt ClickerlyMatt Clickerly
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1635-matt-clickerly-you-don-t-knowMessages : 850 Points : 5239
Pseudo : Arthur
Avatar : Matt Damon
Crédits : Bibi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Faubourgs | Centre-Ville
Patronus: Loup gris
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptySam 30 Nov - 15:52

Il n’était pas vraiment à son aise. Les soirées mondaines, et de manière générale, tous les événements de type réception n’étaient pas son fort. Il était, avant toute chose, un homme de terrain. Son domaine de prédilection, il n’était pas entre quatre murs, à discuter, à parlementer, à réseauter. Pourtant, il devait s’y résoudre, il n’avait pas le choix que de le faire, cela pouvait lui apporter grandement. Les informations, les secrets, le savoir, tout cela avait un pouvoir, une force plutôt incroyable sur quiconque était concerné. Connaître les secrets de quelqu’un, c’était la plus grande des forces que l’on pouvait exercer sur cette personne. Aussi puissant, aussi influent, aussi costaud, aussi talentueux, tout le monde avait un point de pression qu’il fallait être capable d’utiliser à bon escient. Bien sûr, cela pouvait mal tourner, et cette pression pouvait entraîner une rupture, créant par là-même un ennemi. Toutefois, toute information apportée correctement pouvait créer une relation, une alliance de circonstance. Voilà pourquoi il était venu. Non seulement, c’était une bonne occasion pour parler avec Léandre, d’essayer d’en savoir plus sur sa disparition, sur ce qu’il s’était passé durant ce temps, mais c’était également l’occasion d’obtenir des informations utiles. Et, de toute façon, il fallait quelqu’un pour assurer la sécurité d’Adrasteia. D’autant plus qu’une soirée telle que celle-ci risquait d’attirer les dangers. Après tout, l’objectif de cette soirée était fortement chargé politiquement, et nul doute qu’il n’y aurait pas que des partisans de la cause sorcière en ces lieux. Matt avait demandé à deux de ses hommes d’être présents en plus de lui-même.

Les choses ne se passaient pas réellement comme prévu. Il semblerait qu’il ne pourrait s’entretenir avec Léandre comme il l’avait souhaité en venant à cette soirée. Si John le voyait, sûrement qu’il lèverait les yeux au ciel, à se balader librement, impunément, dans une soirée avec autant de monde qui pouvait le reconnaître. Certes, il aurait pu trouver une autre occasion pour revoir Léandre, pour qu’il lui dise ce qu’il avait à savoir, s’il y avait de nouvelles choses à prendre en compte vis-à-vis de la sécurité de sa femme. Et puis, Matt était inquiet tout simplement, en tant qu’ami, il voulait s’assurer que son meilleur ami allait bien, qu’il ne courait plus aucun risque. Toutefois, le fougueux lion ne lui était pas accessible et il faudra qu’il tente autrement de l’approcher.

Il fallait voir les choses du bon côté après tout. Cette soirée était une bonne occasion pour approcher les membres du Sacre, et leurs sympathisants, ainsi que ceux de Magic Is Might. Peut-être serait-ce par là qu’il aurait enfin le levier d’action qu’il recherchait depuis si longtemps pour atteindre la haute hiérarchie du groupuscule. Peut-être pas. Quoiqu’il se produirait, ce ne serait très certainement pas du temps perdu. Le discours d’Adrasteia ne le surprenait guère, étant donné l’ordre de la soirée qu’elle organisait. Toutefois, il avait des doutes quant à la conviction qu’il y avait dans ses propos. Cela dit, il ne pouvait présumer de rien. Même si les Rosier étaient plutôt proches des traditions de la haute société sorcière, individuellement, chaque personne avait sa propre façon de penser. Abigaïl Kvelgen le lui avait démontré plus d’une fois, et bien sûr John était le meilleur exemple vivant de cette opposition individuelle face aux idées des siens. Peut-être était-ce également le cas de la dirigeante de l’UkRa. Seul l’avenir le lui dirait. « Que tous nos concitoyens entendent vos belles paroles, le monde serait meilleur. » Il marqua une pause. « Sûrement avez-vous raison, madame Rosier, le moment pourrait être mieux choisi pour discuter avec votre mari. » Leur petit groupe fut rapidement rejoint par un ponte de l’aristocratie sorcière et véritable pilier des valeurs traditionalistes. Oswald Prendergast, oncle de Léandre. Entre lui et Adrasteia, il n’avait plus aucune chance de parler tranquillement avec Léandre. Il n’aurait d’autre choix que de reporter la discussion qu’ils devaient avoir, qui semblait en plus davantage prédisposé à l’ignorer et obéir à sa femme. Etrange.

De toute façon, la discussion s’accentuait sur le trio qu’il formait avec Cirice et Adrasteia. Autant suivre le courant maintenant. « Bien sûr, où sont mes manières ? James Finnerty, pour vous servir », dit-il en saisissant la main tendue de la jeune femme pour y faire un baise-main. Le geste était maladroit et il n’était pas compliqué de voir qu’il n’était pas un habitué de ces traditions et manières de l’aristocratie. Il se tourna ensuite vers Cirice. « Miss Podmore, enchanté de faire votre connaissance. Que faites-vous dans la vie ? »
Cirice T. PodmoreCirice T. Podmore
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2225-cirice-theodora-podmore-can-yMessages : 147 Points : 1731
Pseudo : M
Avatar : Jenna Louise Coleman
Crédits : Mie :heart:
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitations Troglodytes, Ville-Haute
Patronus: Papillon
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyDim 1 Déc - 7:42

C'est avec une sympathie éclatante qu'Adrasteia lui répondit, en lui assurant qu'il était plus agréable de passer du temps ensemble à soutenir une oeuvre de charité qu'à tanguer désespérément sur un faux paquebot. Cette sombre expérience lui faisait encore dresser les cheveux dans sa nuque ; elle aurait mieux fait d'ignorer cette sotte initiative, ce jour-là. Sors de ta zone de confort Cirice, laisse-toi porter par le flot de la vie Cirice, que pouvait-il arriver de mal ? Mais surtout, qu'était-il arrivé de bien ? A part une nausée au rythme de la houle des vagues et la crainte de mourir noyée, absolument rien. Ou peut-être pas tout à fait… Si ce soir elle faisait partie du groupe phare de la soirée, si elle pouvait se permettre de prendre sa place auprès du couple Rosier, c'était possiblement une conséquence de leur rencontre fortuite au cours de cette désastreuse expérience.

« - Je ne peux qu'approuver votre discours, nous avons plus que jamais besoin de montrer un front uni pour nous soutenir, les uns et les autres, dans cette bataille acharnée pour la tranquillité. Non pas la paix - car la jeune femme ne se couvrait pas d'illusions aussi sottes. La paix, cela n'existait pas, ou alors simplement pour ceux trop ahuris pour voir la réalité du monde, vice tentaculaire, se déployer avidement. Son sourire retroussa son nez : Vous avez un goût certain pour la mode, miss Rosier, et je n'ai pas encore eu le plaisir d'admirer vos créations… Il me tarde d'assister au défilé - et si mes économies chez Gringott's me le permettent, de m'offrir l'une d'elles ! » lança-t-elle avec un rire clair, véritablement à l'aise dans ces échanges mondains mais pourtant sincères.

Elle avait une réelle admiration pour cette femme, force de la nature, qui représentait un splendide symbole de pouvoir. Mère de trois enfants, mariée à un éminent sang-pur, héritière d'une compagnie de luxe, elle avait su orienter la trajectoire de sa vie à la hauteur de ses ambitions. Du moins, c'était cette face-là que la Podmore voyait et à laquelle elle aspirait. Même si Adrasteia soutenait les principes traditionalistes, elle semblait en parfaite maîtrise de sa vie et de ses choix. Mister Rosier, quant à lui, connaissait à la perfection les petites nuances du protocole, et ce contact fugace avec un être de la gente masculine éveilla un frisson dans son corps. Comme on pouvait s'en douter, l'Irlandaise n'était pas très tactile, et les désirs voraces de la chair humaine n'avaient jamais allumé le feu dévorant qui aurait consumé ses entrailles. Ou alors n'avait-elle point encore rencontré son Léandre comme Adrasteia ; un homme qui serait capable de provoquer en elle ce frémissement de tantôt sans faux-semblant. Toutefois, c'est un autre sentiment qui fit se redresser son corps en une vive décharge ; son regard avait perçu celui d'Oswald Prendergast. Immédiatement, elle se tourna vers lui, inclinant sa tête d'un mouvement gracieux du cou pour lui dire bonsoir.

« - Permettez-moi de vous présenter Oswald Prendergast, dirigeant de sa famille. Mais il semblait absent - elle connaissait par coeur ses expressions et avait su déceler son trouble. Elle remonta la piste de son regard et sentit un hérissement interne. Là, dans la foule, un duo maudit, une hydre bicéphale ; Evanore et Ghrystal. Alors elle aurait voulu s'enfuir à l'autre bout de la salle, occulter sa propre venue à leur vue, et ne pas avoir à entrer dans cette danse infernale. Mais ça ne lui ressemblait pas et il était hors de question de supplier une trêve sur son champ de bataille. Un autre baise-main la ramena à la réalité, et elle feignit un intérêt soudain pour l'homme qui voulait, quelques minutes auparavant, subtiliser Léandre. Ce que je fais dans la vie ? Tenez, essayez donc de deviner ! » défia-t-elle pour détourner sa propre attention du couple. Et une gorgée pétillante de champagne était également un prompt renfort ; sa coupe était désormais vide, signifiant pour elle-même qu'elle était prête.

Résumé:
 


Divine
It's my own design, it's my own remorse, help me to decide, help me make the most
Arno KvelgenArno Kvelgen
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2925-families-are-nothing-other-thMessages : 29 Points : 625
Pseudo : Parménion
Avatar : Landon Liboiron
Crédits : Squirrel / Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Chambre étudiante
Patronus: Un hippogriffe
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 EmptyMar 3 Déc - 20:36

INFRA OPHIUCHUSLIBRE ET OUVERT À TOUS

Les soirées mondaines étaient une chose que j'appréciais particulièrement. Enfin... Disons que j'appréciais le luxe, car de soirées elles n'avaient que le nom. On pouvait boire, mais sans aller jusqu'à se mettre dans un état second. On pouvait séduire, mais sans jamais dépasser les bonnes mœurs. En d'autres on laissait cours à notre hédonisme dans des conditions qui nous différenciant du monde sauvage, éloigné de l'aristocratie sorcière. J'avais toujours fait bonne figure, malgré ma réputation tumultueuse sur le campus de l'université. Après tout, si on voulait jouir de son statut de sang-pur il fallait faire des concessions. Par ailleurs, cela me permettait d'éviter les réprimandes de ma sœur sur ma réputation. Si en plus d'elle, les amis de la famille venaient à critiquer mon comportement, j'allais vite devoir trouver une autre source de revenue. Cette soirée n'était clairement pas une de celle auxquelles je pensais participer. Une soirée du sacre... Enfin, c'était surtout une soirée en la mémoire de... Non en vrai je ne m'en souvenais pas vraiment. Ce n'était pas comme si la politique m'intéressait réellement. C'était quelque chose de potentiellement anti-moldu et c'était la seule chose qui me plaisait. Ça et la présence d'Adrasteia, qui était la seule qui pouvait me parler de sujets sérieux sans que j'ai la profonde envie de dormir. Malheureusement, mon affection pour elle ne suffit pas pour me faire arriver à l'heure. Alors que j'entrai dans le lieu de la réception, je tripotais ma chevalière aux couleurs de la maison Rosier. Pourvu qu'Adra ne me tienne pas trop rigueur du retard, elle qui comptait sur moi. Heureusement, j'avais fait un effort sur ma façon de m'habiller, une tenue entièrement en noire.


Je regardais autour de moi. Des petits groupes s'étaient déjà formés. Les politesses étaient toujours de mises dans ces réceptions. Je n'étais pas toujours à l'aise avec la forme à appliquée. On était l'élite du monde sorcier pour certains et on s'amusait à faire des courbettes... C'était une chose qui me dépassait. Même si cela donnait de jolies joutes verbales qui ne se résolvaient  pas par un concours de vulgarité ni un duel contrairement à celles de l'université. Cela avait son charme, pour peu que l'on était pas le perdant humilié devant tous. Autant dire que ce n'était pas ma sœur que j'imaginais à ce genre de réceptions. Déjà parce que notre famille et surtout notre génération n'était pas portée sur des discours anti-moldus. J'étais peut-être celui qui méprisait le plus ces parasites de notre monde. Enfin, à côté de certains j'étais un ange. Il fallait avouer que les extrémistes qui faisaient des expériences sur les cracmols... Ah mais c'était ça le but de la soirée ! Voilà, je me souvenais maintenant. Bon, je n'allais pas trop être perdu et subir les regards noirs des convives. Enfin... Du moins pas à cause de ma méconnaissance du sujet. Bref. Maintenant que tout le monde était en pleine conversation je devais trouver Adra, mais avant ça, ne pas y aller la gorge sèche. Si possible pas quelque chose de trop vulgaire... Du champagne... Non. Du whisky pur feu, c'était un alcool noble et distingué, surtout à mes yeux. Certains problèmes avaient leur solutions, pour les autres, il y avait le whisky. Je regardai à droite et à gauche vérifier qu'une Solyne sauvage n'allait pas me vider le verre en me faisant la morale. Bon, après une petite gorgée, il était temps de trouver la famille Rosier.

Ah. J'avais trouvé Adra, mais la personne que je vis près d'elle me fit m'arrêter. Léandre... Une certaine vision du passé. D'accord, cela ne faisait pas si longtemps qu'il avait disparu, mais tout de même. Sa femme m'avait mis dans la confidence de sa disparition. Je n'aurai pas cru qu'elle impliquerait Tatiana dans cette soirée, même si finalement c'était assez logique. Pas de gaffe Arno, facile... Oué... On allait dire ça. Les complots n'étaient pas forcément ma tasse de thé. Je marchai d'un pas inquiet vers le groupe. Certaines personnes... Pour ne pas dire toutes en dehors d'Adra et Léandre m'étaient totalement inconnues. Comment m'incruster sans me faire réprimander... Pourquoi je me soucierai en fait de me faire réprimander ? J'étais la honte des Kvlegen, autant l'assumer jusqu'au bout. Surtout si Léandre attirait trop l'attention, un cousin un peu trop bruyant et accaparant pourrait le tirer d'affaire. Enfin le... Je sentais que ça allait être compliqué même dans ma tête. « Léandre ! » avais-je dit avec force. « Cela fait longtemps. Tu me dois quelques soirées ! » Je m'approchais à grand pas de Tatiana. Avec de la chance, sa sœur l'avait mise au courant de mon implication dans l'histoire. Sinon... Sinon il était agréable de penser l'état de stress dans lequel je la mettais. Moi sadique ? Si peu. Je fis mine de prendre conscience de l'entourage autour du couple Rosier. « Veuillez pardonner mes manières. Arno Kvelgen, cousin de Léandre. » Après avoir bu une nouvelle gorgée, je fis le plus charmant des sourires aux gens qui nous entouraient. Le genre de sourire que seul un diable sous forme humaine pouvait faire, charmant, mais aussi faux que certaines moldu dans leurs journaux.

Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous - Page 2 Empty

 
Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: