Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Salle 'Lachlan Maclean'
 

 Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Ambassadrice du mois
Ambassadrice du mois
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1957 Points : 5821
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyJeu 14 Nov - 16:22

Collecte de fonds pour les enfants Cracmols victimes de Gloriam
Ouvert à tous, petits ou grands posts, on s'en fiche, Membres des groupuscules FORTEMENT encouragés à rejoindre la partie 770 mots
Infra Ophiuchus


8 février 2002, 19 h

T
out était parfait. Chaque coin de l’immense salle, chaque décoration, chaque détail vendait du rêve. À peine les imposantes portes passées que le décor vous subjuguait déjà : les teintes de bleu profond et d’or, chacune disposées de façon esthétiquement stratégique, offrait une ambiance céleste digne des plus grands observatoires. Cette salle, souvent utilisée pour les concerts de l’Orchestre Symphonique Mixte d’Atlantis, avait revêtu ses allures de banquet. Chaque table était décorée avec soin, leurs nappes de drapé couleur de nuit cascadant élégamment au sol. La vaisselle nacre était complimentée de touches dorées, les mêmes qu’arboraient les instruments de coutellerie. À chaque place reposait une serviette soigneusement pliée ainsi que les petites assignations, visiblement tracées à la main.

Les tables encadraient le podium crème, à cet instant toujours désert, mais qui accueillerait plus tard le défilé. De chaque côté tombaient de longs rideaux d’un bleu marin, repère des modèles qui monteraient sur scène. L’éclairage simple et doux vous force à lever les yeux pour découvrir la source de lumière principale. Au plafond, les chandeliers de cristaux de la salle n’ont pas bougé, mais sa couleur habituelle a laissé place à un ciel enchanté, digne de celui qui vous avait déjà enchanté, jadis, dans la Grande Salle de Poudlard. Le ciel nocturne était saupoudré d’étoiles couleur de bronze, disposées de sortes à satisfaire le plus savant des astronomes. De toutes les constellations, l’une ressortait du lot de par sa brillance : Ophiuchus.

Enfin, un espace vide, distinguable par son bois blanc de chêne, était réservé aux valses qui auraient lieu une fois la soirée démarrée. Oui, tout était parfait.


La Slave croisa les bras, haussant le menton du fierté qui lui était propre tandis qu’elle donnait ses dernières indications avant d’enfin ouvrir les portes. Elle hocha la tête avant d’enjamber les derniers mètres qui menaient à l’arrière scène pour aller rejoindre les jeunes sorcières qui faisaient valser les légers tissus ornés de diamants qui composaient leurs robes, laissant un doux sourire effleurer ses lèvres laissant deviner son appréciation auprès de ses employés. Les temps étaient plutôt durs, à tous les niveaux… mais pour l’UkRa spécialement, les tensions se faisaient vives depuis les dernières diatribes qu’avaient été profanées de sa mère patrie. Nul n’était le moment d’en montrer quelconque faiblesse, encore moins lors de cette soirée. Et d’un mouvement gracile, elle s’était dirigée vers l’arrière, pressant ses lèvres alors qu’elle se postait devant Tatiana… ou plutôt, devant Léandre… qui se laissait remodeler le visage par les petites mains curieuses de sa fille. « Tu es prête ? Les portes sont ouvertes… Ce n’est qu’un jeu, sois fière… ce n’est rien de plus qu’un jeu. » avait-elle murmuré, baissant les yeux pour concentrer toute son attention sur Calypso qui s’esclaffait des mimiques qu’elle créait de ses propres frasques. La Rosier lui fit signe de se lever, glissant son bras au creux de son coude tandis qu’elle entamait les premiers pas de l’épopée…

Ce serait un vrai bordel cette soirée. Un pur bordel.




I'm headed straight for the castle
If you wanna break these walls down, you're gonna get bruised. Now my neck is open wide, begging for a fist around it. Already choking on my pride, so there's no use crying about it. I'm headed straight for the castle, they've got the kingdom locked up. And there's an old man sitting on the throne, that's saying I should probably keep my pretty mouth shut.
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-sMessages : 426 Points : 1780
Pseudo : Alda/Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Bb Adra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Appart’ d’Adra qu’elle squatte, tmtc wsh
Patronus: À ce jour, un mystère.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyVen 15 Nov - 14:29



Infra Ophiuchus

08.02.02 § ft. everyone

◊ ◊ ◊

Elle détestait jouer Léandre. Autant que sous Ombeline, elle avait appris à s’amuser un peu, le temps de gambader d’un manoir à l’autre à travers les enclaves ; autant que sous le Rosier, il n’y avait rien de plaisant. Constamment sous pression, envahie par l’angoisse de briser une couverture méticuleusement travaillée, Anya hésitait toujours avant d’avaler le polynectar. Il était une chose de s’asseoir sur la chaise du directeur de l’UkRa de temps en temps, en hochant la tête devant des statistiques qu’elle ne comprenait pas ; il en était une autre de se pavaner en soirée avec autant de gens qui avaient rencontré le Rosier. Il y aurait une proximité qu’elle n’avait jamais vécue avant. En tête-à-tête avec des aristocrates qu’elle devait connaître, en entretien avec des financeurs potentiels… Elle s’était entraînée, pourtant. Mais serait-ce suffisant ?

En arrière-scène avec Adra, attendant patiemment qu’elle termine ses vérifications avec les modèles, Anya se remémora la dernière fois qu’elle avait mis les pieds dans cette salle. C’était en mai, lors du concert de printemps. La scène sur laquelle elle avait joué avait laissé place au podium, et les sièges des spectateurs avaient été rangés pour disposer les tables du banquet. L’arrière-scène, qui avait déjà accueilli de nombreux musiciens, était maintenant occupée par une quinzaine de mannequins. Grandes, gracieuses, magnifiques. Chacune portait une étoffe plus grandiose que la précédente, et elles faisaient onduler les tissus sous les yeux envieux d’une Tatiana masquée.  Elle ne demandait pas à déambuler sur le podium, non. Rien que de se joindre à cette fête qui lui tenait tant à coeur. Elle aurait voulu, elle aussi, flâner de table en table en souriant, une toilette étoilée valsant de ses épaules jusqu’au sol. Elle aurait voulu être des leurs.

Mais Tatiana n’était pas présente. Elle était à la maison, à veiller sur les jumeaux, tandis que Léandre et Adrasteia Rosier prenaient part à la soirée. Lorsque la dame s’approcha, lui demandant si elle était prête, Anya ne fit que hausser les épaules. Ce n’est qu’un jeu. Oui, un jeu. Comme tout le reste de sa vie, d’ailleurs. Anya était devenue plus mensonges qu’humaine, depuis cet été. « Un de plus ou de moins, répondit-elle en russe, la voix basse, qu’est-ce que ça change. » Et elle accorda un sourire à sa soeur, la seule raison pour laquelle elle se faisait chier avec toutes ces conneries. Anya ne comprenait pas toutes ces histoires de dynasties, mais elle connaissait les ravages d’un scandale ; et elle n’en apporterait aucun à son aînée. Si Konstantin n’avait jamais voulu de sa deuxième-née, Adrasteia, elle, attendait avec impatience le jour où sa petite soeur pourrait enfin porter leurs noms.

Alors Anya inspira, tandis le bras à la Rosier et, le menton relevé, entra en scène.

Information importante !:
 

(c) oxymort



Endless game of hide and seek
It's finally come, come to knock down my door. I can't hide this time like I hid before. The storm is awake, the danger is real. My time's running out, don't feel, don't feel.
Shawn FaradayShawn Faraday
Professeur
Professeur
http://www.catharsis-rpg.com/t1994-shawn-faraday-the-leaves-are-Messages : 219 Points : 995
Pseudo : Magneion
Avatar : Tom Hardy
Crédits : Valtersen
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: Un ours
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyVen 15 Nov - 18:39



Infra Ophiuchus
Everybody

« If we were all like you in the end / Oh, we'd be killing ourselves by sleeping in » MCR - Party Poison
Du moment où Shawn avait reçu la lettre de sa chère sœur Althea, la date avait été bouclée. Depuis que Quinlan, après les fêtes de Noël, était reparti à Poudlard, son appartement était retombé dans le calme et le silence et rien n'empêchait le professeur de médicomagie d'assister au banquet qui se tiendrait dans la salle MacLean. Il avait également contacté son frère jumeau Ashton, qui lui avait confirmé qu'il serait là. Enfin, Shawn avait invité son "collègue" Alden, qu'il espérait retrouver ce soir.

Ce n'était pas dans les habitudes de Shawn de se parer de soie pour pavaner en public : il laissait généralement sa barbe et ses cheveux en bataille, passait un vêtement au hasard et mettait par-dessus un de ces manteaux moldus pour faire genre qu'il n'était pas aussi radical qu'il l'était réellement. Ça ne dupait personne, mais on appréciait l'effort. Pour ce soir-là, il sortit le grand jeu. Il tailla sa barbe, arrangea ses cheveux, passa un costume trois pièces du meilleur goût d'un bleu foncé qu'on pourrait croire sobre, mais trouva la coquetterie de lui ajouter une montre à gousset dont la chaîne d'un doré brillant contrastait avec le tissu sombre. En guise de touche finale, une longue et ample robe de sorcier noire doublée d'argent.

Il retrouva devant la salle son frère jumeau Ashton Faraday. Bien que semblables sur le papier, les jumeaux n'avaient pas grand-chose en commun dans l'allure : Ashton se rasait, s'habillait mieux, portait les cheveux plus courts que son frère. Récemment, il les avait même totalement rasés et portait pour l'occasion une chemise aux motifs ophidiens. Ils se saluèrent et entrèrent dans la salle, dont le luxe ne surprit ni l'un ni l'autre. Et si Ashton appréciait ce décor sophistiqué et artistique, il ennuyait déjà Shawn qui chercha du regard des visages connus. Bien qu'il connaisse celui de Léandre & Adrasteia Rosier, il ne leur avait jamais vraiment parlé, et ne se sentait pas assez à l'aise pour oser les aborder. Au contraire d'Ashton, parti saluer quelque connaissance ou collaborateur, Shawn n'était pas dans son élément, et cela se voyait à sa mine renfrognée.

Résumé:
 
Tenues:
 
(c) DΛNDELION


«Run into a new maze, open up your minds and soon we'll all be drop dead cynical»
FLORISSONE
Alden O. LaurielAlden O. Lauriel
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2435-alden-lauriel-treacherous-desMessages : 172 Points : 1367
Pseudo : Chlo
Avatar : Joel Kinnaman
Crédits : //
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: L'Enclave Résidentielle sorcière, à l'Est. Manoir 6.
Patronus: Un puma noir.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptySam 16 Nov - 15:55

INFRA OPHIUCHUS
Alden & Shawn & Others


Il se pourrait, il se pourrait qu'Alden ait encore un coeur caché sous sa carapace de pierre.Loin de lui toutes ces soirées pompeuses où se regroupent généralement tous les plus riches, les airs fiers, les gosses de riches.Mais là, là c'est différent parce qu'en tant que père, il ne peut pas ne pas être sensible au massacre auquel ont participé tout ceux qui veulent éradiquer leur espèce. Au même titre que MiM, Gloriam aura toujours la légitimité de prétendre que leurs actes sont à la même hauteur que les leurs. Mais des gosses, sérieux. Des gosses. Aujourd'hui, Alden a décidé de participer parce que son salaire le lui permet. Il a beaucoup de fric. Du moins, assez pour faire un geste. Il arrive dans la salle de réception paré d'un costume des plus chics, une tenue de travail presque, qu'il ne porterait pourtant ni d'Adam ni d'Ève en dehors de cet endroit.

Un endroit déjà bondé à son arrivée, remplis de visages qu'il n'a jamais encore jamais vu - ne serait-ce que celui de la belle Adrasteia Rosier et de son mari dont il a déjà entendu parler. Plus tard peut être ira t-il les saluer. En attendant il doit retrouver Shawn dans cette foule opaque. Autrement dit, retrouver un gnome, deux même, puisqu'il parait qu'il est venu avec son frère, et ne pas les confondre. Alden ne s'en fait pas, il ne risque pas d'oublier de sitôt le visage de son... collègue ? Amant ? Au début, il repensait à cette nuit innatendue avec un goût amer dans la bouche, mais le fait est que le russe n'a pas l'habitude de se tourmenter la tête avec ce qu'il a, ou pas fait dans sa vie. Il a rapidement accepté ce qu'il s'était passé entre eux deux, néanmoins encore loin d'être prêt à en reparler avec du recul.

Ce qui ne l'empêche pas d'être venu. Il lève le menton pour voir au-dessus de toutes ces têtes, et aperçoit alors Shawn au milieu de tous ces gens. Il tire une de ces gueules, mon dieu c'est pas possible. Alden secoue la tête - ce genre de petites soirées ne l'émeuvent pas plus qu'elles ne l'amusent, mais quand il faut être là, il faut. Le russe s'avance calmement vers son collègue et s'arrête à un ou deux mètres tout au plus.

- Arrête de tirer la gueule Faraday, on dirait que tu t'apprêtes à t'pendre, sérieusement. Ce n'est pas si terrible, vraiment. Je suis certain qu'il y a du bon alcool qui traine quelque part.

On dirait qu'ils sont deux gamins capricieux qui viennent enfin de se retrouver pour pouvoir partager leur ennui. La fête peut commencer. Bon sang, même ses ados' n'ont pas une vie aussi chiante. Il ne se l'avouera jamais assez, mais avec tout le respect qu'il témoigne à cette cause, et le chèque qu'il leur fournira qui ne sera à son goût, jamais à la hauteur de la colère qu'il ressent, Alden n'est définitivement pas fait pour l'or et le luxe de ces rassemblements.


Spoiler:
 

 
Idalina Cadena VerduzcoIdalina Cadena Verduzco
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2365-idalina-cadena-verduzco#53263Messages : 116 Points : 2120
Pseudo : Idalina
Avatar : Penelope Cruz
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyDim 17 Nov - 2:59

Lorsque je reçus l’invitation, je me demandai bien ce qui lui avait valu cet honneur. Je n’avais pas fait suffisamment mon trou à Atlantis pour le mériter, mais peut-être tous les membres de la presse avaient-ils été recensés et invités… J’avais en premier lieu regardé le carton avec distance. Les mondanités et le people n’étaient pas ma tasse de thé et je nourrissais à l’égard de mes confrères qui faisaient des avatars des célébrités leurs choux-gras un certain mépris. J’ai bien le sentiment de me prendre un au sérieux lorsque je dis ça, mais prendre son métier au sérieux n’est-ce pas un minimum si on désire le faire dans les règles de l’art ? Même si mes règles pouvaient passer pour arrogantes et prétentieuses, je les assumais plutôt fièrement. J’étais habituée depuis l’école déjà pour passer pour celle qui écrit plus haut que son balai, et cela ne m’affectait plus le moins du monde.

En même temps si j’en jugeais par la petite note indiquant que les billets d’entrée seraient en vente à l’entrée, je ne pouvais pas vraiment estimée que j’étais invitée en tant que journaliste. Me voir assimiler aux huiles de la cité était un peu décalé par rapport à ce que j’estimais m’être dû comme reconnaissance dans cette cité. Déjà en Argentine ce n’était pas grand-chose, mais ici… Je fus rassurée lorsque je finis par rapprendre que tous les habitants d’Atlantis avaient été convié à la soirée. Je tentai de me mettre à la place de ce qui n’ont pas les moyens de paraître ou de donner à ce genre de manifestation. Comment recevaient-ils l’indécence de l’étalage de richesse qui aurait lieu ce soir-là ? Mais les Raventhrone n’avaient sans doute jamais été confronté à une vie simple et encore moins chiche et n’avaient pensé alors qu’à en jeter plein la vue à leur monde, objectif qu’ils avaient certainement atteint.

Cela faisait beaucoup de raisons pour que l’invitation ne passe à la corbeille. Mais en lisant plus attentivement le motif de cette soirée caritative, je me ravisai. Si ne je sautais pas sur cette occasion pour m’infiltrer parmi les opposants à Gloriam et recueillir leurs réflexions, je passerais à côté d’une occasion en or et j’aurais du mal à ne pas le regretter. L’entrée ne serait sûrement pas donnée, mais je pourrais toujours tenter de faire passer ça en note de frais surtout si cela débouchait vers un article intéressant… En dernier lieu, mais je savais que c’était un argument purement psychologique le nom de la salle était un argument qui venait mettre un point final à une éventuelle tergiversation. Je repensai avec un brin de déception à la liste de questions que j’avais envoyée à l’héritier de cette maison et qui n’avait pas trouvé de réponse. J’avoue que je le vivais comme un affront personnel.  Même si cela faisait partie de mon travail je vivais ainsi tout refus qui m’était adressé.

Mais, ma décision était donc prise et ceux qui me connaissent savent qu’alors rien ne me détourne de l’objectif. En même temps le seul obstacle qu’il me restait à surmonter était de trouver une tenue appropriée à la soirée qui ne soit pas hors de prix. Pour le manteau et mon arrivée, j’avais ressorti un long manteau de cuir qui avait de mon point de vue une certaine classe, pour une sortie hivernale. Il était assez chic pur ne pas trop faire tache dans le gotha d’Atlantis et me positionnait aussi comme autre chose que bourgeoise qui peut investir un peu de sa fortune dans une œuvre caritative, bref comme je l’espérais quelqu’un qui avait un intérêt un peu plus professionnel. J’avais bien conscience que je n’allais pas le garder toute la soirée et je me devais tout de même de faire honneur à notre hôtesse.

Il me fallait trouver quelque chose de chic mais qui ne faisait pas trop comme toutes les femmes de la hautes qui ne manqueraient pas de se présenter jambe à l’éventaire et décolleté plongeant, starlettes sur le retour. Je finis par me décider pour une tenue classique et un peu décalée. Une veste smoking noire, classique au revers aile de corbeau sur un pantalon gris anthracite dans lequel était glissé soigneusement les pans d’une chemise blanche impeccable au col resserré par une fine cravate de satin gris assorti. Et pour finir d’installer mon image de femme d’action, mais femme chique tout de même j’avais tiré soigneusement mes cheveux en arrière en un chignon non moins serré sur la nuque. Seul mon fidèle maquillage venait ajouter la touche de fantaisie dont je ne pouvais me passer pour effacer le plus possible le nez qui me défigurait depuis bien trop d’années et je n’avais pas résisté à orner mes lobes d’oreille de clips en brillants en forme d’étoile histoire de mettre à mon accoutrement, un rappel du thème de la soirée.

Lorsque je me présentai sous toutes les coutures, devant mon miroir, le résultat était conforme à mes espérances. Je découvris enfin, un avantage à tout cela que je n’avais pas anticipé avant de m’apprêter : nul besoin de pochette ou de sac à main supplémentaire. Tout pouvait tenir dans les poches. Avec un petit “reducto”, ces dernières n’allaient même pas être déformées.

En dernier lieu j’avais choisi une arrivée discrète. J’avais déjà imaginé tous les sang-purs se complaire dans leurs apparitions théâtrales en bout de transplanage, histoire de faire bien voir à tout le monde que la magie et les sorciers étaient dans la place. Décidément il y en a qui n’apprennent jamais rien ! Avec leur emphase, il ne faudra pas qu’ils s’étonnent si aucun moldu ne vient participer à leur petite sauterie. Non mais ! Ils s’imaginent ces serrés du cul que les non mages vont s’attrister que la magie soit éradiquée s’ils se comportent comme ça, en propriétaire du monde et en race supérieure ? Transplaner c’est bien quand on est pressé mais c’est un peu trop voyant. En contrepartie la marche en hiver, avec pas grand-chose sur les jambes n’est pas plaisante. Transplaner à proxiumité dans une endroit discret et finir à pied me paraissait plus décent et c'était une technique que j'utilisais régulièrement... J'espérais juste ne pas être transie en arrivant sur les lieux de la soirée. Heureusement j'avais fini par retrouver dans les très fond de ma mémoire le caloroferta qu me permit de tenir jusque sure le parvis de la salle

20h. Un groom m’indiqua cérémonieusement la porte où se pressaient déjà les invités. Même si j’avais déjà vu cela dans des reportages, je ne m’attendais pas un jour à être concernée par ce genre d’égards. Mais heureusement je n'avais aucune raison de me sentir gênée car que j’adorais cela. Là où je me sentis cloche ce fut de constater à quel point le transplanage et le balai était entré dans les usage de la mixité, le ballet des apparition et des taxis-balais dont les pilots c'étaient mis sur leur trente et un était à son comble. J'avais raté un truc là. Les moldus se reconnaissaient à leur maladresse ou à leur mine de gamins après leur premier tour de manège. Je m’étais dit que cela ne se faisait pas d’arriver trop tôt mais apparemment je n’étais pas la seule à être dévorée de curiosité à l’idée de ce que les Raventhrone nous réservaient.

L’escalier de pierre venait faire oublier que le bâtiment n’était pas plus ancien que la cité et juste après les portes titanesques, le rouge du tapis nous signifiait notre qualité d’invités ou presque puisqu’en échange de notre écot, un luxueux ticket, à l’image de l’invitation d’entrée nous fut délivré. Chacun faisait de son mieux pour ne pas montrer d’impatience et la bien séance laissait au moins un mètre entre chaque arrivant. Les conversations étaient feutrées et l’ambiance était digne des romans du XIXème siècle comme si le luxe et le pouvoir n’avait pas d’âge. Mais c’est en pénétrant réellement dans les lieux que la beauté me coupa le souffle, je crois que je n’avais jamais été conviée à un pareil étalage de raffinement. Je restai proche de l’entrée immobile au milieu du passage au risque de gêner l’arrivée des autres convives. Je fis trois sourires d’excuse et autant de pas sur le côté pour ne pas me faire emporter par le flot des invités. Je réalisai là que j'étais une des rares personnes à ne pas être accompagnée. En même temps je venais pour le travail. Je n'aurais pas su le temps d'être disponible pour le ou la malheureuse partenaire qui m'aurait suivi dans ce qui pourrait ne pas être une partie de plaisir.

Le thème annoncé par l’invitation était respecté à la lettre et chaque détail avait son importance. Les maîtres des lieux n’avaient rien laissé au hasard. Je réalisai que le luxe me convenait parfaitement. Depuis la mort de père et mère, je l’avais presque oublié. Avec un sourire ironique et d’autodérision je m’avançai enfin pour pénétrer plus loin dans cette immense salle, tentant d’apercevoir des visages connus. Si les informations que j’avais glanées étaient exact, une vieille connaissance devrait être aux premières loges. La belle Adrasteia Rosier. Pourquoi n’avais-je pas été surprise de la trouver à l’origine de cette soirée ? Pour la trouver, il suffisait de suivre les mouvements de foule pour identifier son sillage. En bonne maîtresse de maison elle passait d’un groupe à un autre et distribuait, je le supposais des bienvenues et des bonsoirs à grand renfort de sourire, surtout là où le luxe semblait avoir élu domicile… Je comprenais bien qu’il faille soigner son réseau et les possibles donateurs. Je savais que je ne serai pas destinataire de ses attentions et cela m’était égal. La fille était belle et intelligente mais les deux fois où nous avions eu affaire j’avais éprouvé le malaise qui est le mien lorsque je côtoie les gens qui font tourner le monde autour de leur personne. Et c’était un modèle dans le genre qui vous en parle ! A chaque fois que je pense à ce défaut qui est le mien, j’ai presque honte de ne pas en avoir honte mais cela finit toujours par me faire rire comme si le temps passé à tenter de m’accepter comme j’étais ou même comme les gens me voyaient avait porté un peu trop ses fruits…

D’autres personnes connues ou croisées seraient-elles là ?
Elizabeth Rose BurkeElizabeth Rose Burke
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2241-elizabeth-rose-burke-alone-inMessages : 40 Points : 765
Pseudo : Arthur
Avatar : Alicia Vikander
Crédits : Wanderlust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Villa du Sacre
Patronus: Corbeau
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyDim 17 Nov - 7:50

Les évènements mondains, il ne fallait pas se le cacher, les membres de la noblesse sorcière en raffolaient. Pour beaucoup, c’en était presque leur raison de vivre. Après tout, à quoi cela pouvait-il servir d’arpenter cette planète qui était la leur si ce n’était pour profiter des avantages qu’offraient la vie et, bien sûr, la richesse qui étaient la leur. La seconde guerre sorcière avait beau avoir décimé des familles et ternis leur image, il était hors de question qu’ils renoncent aux privilèges qui étaient les leurs et à leur mode de vie. En tant que membre du Sacre, Elizabeth comprenait parfaitement tout cela et luttait pour que les traditions de l’aristocratie sorcière se maintiennent. Toutefois, à la différence de certains de ses semblables, elle acceptait que le monde change, et qu’il fallait en jouer. Ainsi avait-elle transformé l’entreprise familiale pour s’adapter au monde moderne et s’ouvrir à un plus grand marché. Pour l’instant, ces changements s’avéraient payants et lui permettaient de maintenir une place de choix dans l’aristocratie et, bien sûr, les cercles d’influence que cela offrait. Sa famille était de celles meurtries par la guerre et tout reposait maintenant sur ses épaules pour faire perdurer son nom de famille. La richesse qu’elle avait, et qui s’accroissait, faisait d’elle un excellent parti, mais sa volonté non-négociable d’un mariage matrilinéaire était un inconvénient de taille pour fonder une famille.

Pour toutes ces raisons, il n’était pas question qu’elle ne rate cette soirée. Non seulement elle se devait d’être là car nombre de personnes influentes seraient présentes, mais également car elle se devait d’apporter tout le soutien qu’elle pouvait à Adrasteia, et au Sacre. Elle avait d’ailleurs fait une grosse promesse de don à sa consœur aristocrate pour la cause qu’ils défendaient tous ce soir. Les méfaits de Gloriam devaient être mis à la vue de tous, et ils devaient montrer qu’ils ne se laisseraient pas faire, qu’ils seraient solidaires avec les leurs, envers et contre tout. Gloriam ne gagnerait pas ce combat perdu d’avance. L’aristocratie sorcière prévaudrait, quoi que fusse le sort que Morgane et Merlin leur réservaient.

Parée d’une très belle robe noire, dont les finitions laissaient apparaître des petites flammes lorsque le tissu de la robe ondulait, elle avança dans la salle MacLean magnifiquement décorée pour l’occasion. Adrasteia s’était visiblement donnée beaucoup de mal pour que cette soirée soit parfaite. Un serveur lui tendit un plateau duquel elle prit une coupe de champagne. Elle s’avança dans la foule de personnes présentes pour l’occasion. Elle reconnaissait plusieurs visages, qu’elle n’était pas étonnée de voir en ce lieu ce soir. Elle avait hâte de voir la collection portée par l’UkRa et dont l’effigie n’était autre que sa meilleure amie, Althea. Elle était contente qu’elle arrive enfin à percer dans ce milieu qu’elle voulait sien. Nul doute qu’elle sera un jour un grand mannequin, reconnue et admirée de tous. Liz sirota une gorgée de champagne, s’approchant d’un groupe de personnes dont certains lui étaient connues. Il irait saluer et remercier les hôtes de la soirée plus tard, visiblement occupés à discuter avec d’autres personnes actuellement.

Résumé:
 
Theodora Rose KnightTheodora Rose Knight
Moldu
Moldu
http://www.catharsis-rpg.com/t2236-theodora-rose-knightMessages : 2525 Points : 8583
Pseudo : Théodora
Avatar : Jessica Chastain
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence de l'Abondance
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyDim 17 Nov - 8:57

Lorsqu’elle reçut l’invitation, elle se demanda bien ce qui lui avait valu cet honneur. elle n’avait pas l’impression de faire partie du gratin d’Atlantis sauf à y inclure peut-être les personnes qui se montrent dans les manifestations culturelles. En tout cas c’était la seule raison qu’elle trouvait pour en être destinataire. Elle avait en premier lieu regardé le carton avec distance voire répulsion. Sa provenance d’une des familles sorcières les plus en vue d’Atlantis était à elle seule une raison plus que valable pour éviter de s’y montrer et surtout y croiser une concentration insupportable de jeteur de sorts.  En outre, les mondanités n’avaient jamais été à son goût. Même les soirées d’intégrations ou post-examens de ses études de médecine la rebutaient au plus haut point. Trop de monde qu’on est sensé connaître et qu’en fait on ne remet pas, trop d’obligation à avoir l’air.  Elle préférait de loin des choses plus intimes entre réels amis ou copains, quitte à parfois se déchirer en boite de nuit ou autre folie dont elle était à l’occasion capable à la grande surprise de deux qui ne la connaissaient pas sous ce jour.

Ce carton sonnait comme une accusation dirigée contre elle. Mon dieu ! Comme cet épisode pesait sur sa conscience même si elle n’avait pas été l’instigatrice ce scandale ! Elle n’avait pas eu assez de poids au sein de l'organisation pour l’empêcher. Combien avait-elle versé de larmes et combien elle avait été soulagée par leur libération ! Il y avait des défaites qui sonnaient comme un soulagement et celle-ci avait été une délivrance. Une manifestation en faveur de ces enfants ne pouvait donc que ressembler à un doigt accusateur contre Gloriam mais aussi contre elle qui en faisait partie et n’avait pas réussi à influer sur les décisions barbares et stupides car d’autres moyens existaient et allaient apporter plus que ce laboratoire clandestin et ces expériences hasardeuses.

“Professeur Knight !?”

Un pas précipité derrière elle, accompagné de la voix maintenant familière l’avait faite se retourner et attendre le professeur Page.

“Professeur. Vous comptez vous rendre à la soirée organisée par les Raventhrone?”

Les mains dans les poches de sa blouse, elle élargit un regard étonné avant de répondre.

“Vous croyez que je devrais ?
_ Je ne sais pas. Je le disais juste qu’en tant que médecin moldue collaborant avec des magico-mages...
_ J’avoue que je n’avais pas fait ce rapprochement mais de toute façon, je me vois mal y aller seule…
_ Justement je me disais que je pourrais y accompagner mon glacier préféré… Enfin… Si cela lui convenait…”


Le professeur Page ne manquait jamais une occasion de lui renvoyer une image de femme froide distante et sans doute pas aussi enjouée qu’elle le devrait. Elle avait fini par s’y habituer et même y comprendre une certaine bienveillance de la part de son collègue ORL. Un sourire de complicité se peignit sur le visage de la généticienne comme pour faire mentir son confrère. Comme pour finir de la convaincre, ce dernier reprit.

“Et puis ce serait le moyen de faire savoir que nous condamnons ce genre de pratique en tant qu’être humain et en tant que scientifique…”

Bizarrement ce dernier finit de la convaincre. S’il existait un moyen de se racheter en partie de cette souillure, pourquoi pas ? Cela ne changerait rien à sa complicité muette, mais peut-être y trouverait-elle un réconfort… L’argent lui semblait une bien piètre rançon. Elle n’était pas bien certaine d’être d'excellente compagnie mais elle pouvait compter sur l’humour de son cavalier de soirée pour la divertir. Il avait déjà démontré son humour en de nombreuses occasions. Elle changea son sourire pour une moue approbatrice.

Eh bien, pourquoi pas ?
_ Parfait je passe vous prendre ou on se retrouve sur place ?
_ Sur place ce sera parfait je pense.
_ Vingt heures ?... Trente ?
_ Vingt heures trente. Parfait. Le huit février…”


Le professeur Page avait tourné les talons avant qu’elle ait pu changer d’avis. Elle avait eu plusieurs jours pour se faire à l’idée de l’épreuve qui l’attendait car ça en serait une à n’en pas douter. Plusieurs jours se préparer à toutes les éventualités et en particulier à se laisser submerger par le chagrin. Quelque chose en elle lui criait qu’elle devrait de toute façon expier cette infamie. Lui vint alors l’idée que cette soirée soit possiblement un piège destiné à démasquer les membres de Gloriam. Elle ne savait pas tout de la magie mais elle imaginait assez bien que des sorts puissent parvenir à lire dans l’esprit des gens ou quelque chose d’approchant. Une vague de frayeur l’avait alors submergée et avait compromis son sommeil.

Sa décision était prise et elle se voyait mal décommander mais elle devait se tenir prête à toute éventualité. Venir armée était impensable pour bien des raisons qui tenaient autant de la loi que d’elle-même. Son salut en cas de malheur ne pourrait venir que de ses propres ressources. Elle avait noté un tas de possibilités, d’atout, de stratégies qui pourraient lui sauver la mise. Pour la première fois, elle sentait qu’elle allait se jeter dans la gueule du loup. Pour la première fois non mais les fois précédentes paraissaient bien anodines par rapport à celle qui l’attendait là. Elle avait été plusieurs fois, à deux doigts de renoncer mais s’était ravisée au dernier moment. D’abord parce que cela ne manquerait pas de lui valoir les questions insistantes du docteur Page et que quelque chose du défi et du passage obligé s’inscrivait en elle. Si les choses ne se passaient pas trop mal, se disait-elle pour s’encourager, c’était l’occasion de s’acheter une virginité aux yeux de tous.

Trouver une tenue appropriée à la soirée n’avait pas tenu la priorité dans ses préparatifs, mais elle se devait de faire honneur aux moldus. Sa chevelure était assez flamboyante et un peu de simplicité lui siérait plus qu’une tenue trop éblouissante. Un long manteau noir un peu cintré à la taille, rehaussé d’une écharpe écrue pour lutter contre les assauts de la bise hivernale serait parfait pour la protéger du froid durant la marche qui la mènerait sur les lieux de la réception. Quant à sa robe, elle serait longue également, toute en dentelle avec un décolleté carré mis en valeur par un collier de brillants assorti et même acheté avec la robe et qui faisait comme un faux col de camérière. Elle avait retrouvé dans sa boîte à bijoux de simples brillants qui lui faisaient comme des étoiles aux lobes de ses oreilles Seule note de couleur à sa tenue, son rouge à lèvres et ses talons bronze qui feraient écho à sa pochette qu’elle laisserait sans doute au vestiaire mais sans laquelle elle ne pouvait prétendre sortir. Ses cheveux brillants étaient lâchés et soigneusement brossés

Lorsqu’elle sortit de chez elle le froid lui arriva au visage comme pour la revigorer toute entière. Elle se surprit à penser que cela faisait du bien comme le stress avant une intervention. Elle remonta son écharpe pour protéger son nez du froid et ne pas faire son entrée avec une framboise à la place. Elle marcha d’un pas alerte malgré ses talons et aperçut la tête poivre et sel qui l’attendait apparemment patiemment. Elle regarda sa montre machinalement pour s’assurer qu’elle n’était pas en retard. Vingt heures vingt-sept. Y avait-il un style médecin ? Elle trouve que son cavalier du moment était très assorti à elle avec son manteau sombre et son pantalon de la meilleure coupe qui tombait sur ses souliers Richelieu.

“Bonsoir Theodora. Vous permettez que je vous appelle Theodora?”

Comment refuser à se sourire enjôleur ? Elle était décidément trop sensible au charme de certains hommes. Elle acquiesça du chef et il l'entraîna en haut des marches. Cela n’apparaissait pas dans le service, mais il semblait alerte et son allure bien plus sportive. Il était définitivement plus son type qu’Alistair dont elle se demandait encore ce qui l’avait poussé entre ses bras hormis les hormones. Elle en était encore là de ses pensées lorsqu’ils s’acquittèrent de leur laissez passer et se laissèrent retirer leurs manteaux respectifs.
Lorsqu’elle se retourna vers son cavalier il ne put réprimer une phrase admirative.

“Vous êtes resplendissante !”

C’était le genre d’adjectif qui pouvait englober tant et si peu de choses qu’il en était à la fois respectueux et flatteur. De ce qui pouvaient avoir de l’effet sur elle.  

“Merci. Vous êtes très élégant vous-même.”

C'était sincère et en outre, de quoi pouvaient bien parler deux médecins qui ne se côtoyaient que dans le cadre de l’hôpital ? Leurs premières phrases étaient convenues et attendues mais servaient au moins à montrer à l’autre qu’ils étaient un minimum, éduqués. Comme s’il en prenait conscience Quentin Page eut un petit rire de circonstance avant de prendre l’initiative avec l’aisance qu’elle lui connaissait. Autour d’eux les gens semblaient bien plus dans leur élément et son adaptabilité leur serait d’un grand secours

“Si nous allions voir ce que nous réserve notre hôtesse ?”


Lorsqu’ils y pénétrèrent, la salle de réception, la beauté de l’endroit coupa le souffle de la rouquine. Tout était princier jusqu’à l'indécence mais aucune faute de goût ne pouvait être reprochée aux organisateurs.
Le thème annoncé par l’invitation était respecté à la lettre et chaque détail avait son importance. Les maîtres des lieux n’avaient rien laissé au hasard.

“Ne restons pas là, nous gênons.”

Il lui prit le coude avec gentillesse en lui souriant pour lui indiquer un endroit où se retrancher. Elle pensa aux attentions de son ancien fiancé et se rembrunit un brin avant que son cavalier ne lui indique un couple qui circulait de personne en personne.

“Je crois que ce sont nos hôtes.”

Elle le scruta une fraction de seconde un sourire de surprise aux lèvres.

Mon dieu ! Mais vous êtes très au fait des personnalités de la ville !
_ Que voulez-vous ? Je n’ai pas tous les soirs la chance d’en accompagner une des plus belles femmes. Il faut bien que je rêve un peu.”


La rouquine fut cueillie par le naturel de ces propos qui ressemblaient à de la drague des plus directes, mais qui dans la bouche du médecin dont elle connaissait l’humour prêtaient à confusion et prolongeait son charme. Elle préféra en rire et lui renvoyer la taquinerie.

“D’accord. Liane brune aux grands yeux. Voilà le type de femme du docteur Page ! ...”
Matt ClickerlyMatt Clickerly
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1635-matt-clickerly-you-don-t-knowMessages : 850 Points : 5239
Pseudo : Arthur
Avatar : Matt Damon
Crédits : Bibi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Faubourgs | Centre-Ville
Patronus: Loup gris
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyDim 17 Nov - 15:18

Les mondanités n’étaient pas son truc. D’ailleurs, la dernière fois qu’il avait participé à un tel évènement, c’était encore du temps où il était Auror et qu’il avait supervisé la soirée dans les mines de sel, avec le résultat que tout le monde connaissait. Mais là, c’était différent. MIM lui avait demandé d’être là, de veiller sur celles et ceux de hauts rangs, de la plus haute noblesse sorcière. Il y allait à contre-cœur, car une telle soirée ne lui offrirait pas beaucoup de cachettes, d’ombre. Et contrairement à l’affaire MacLean qu’il essayait d’élucider, il ne souhaitait pas prendre de risques inutiles s’il n’en sentait pas l’utilité. Mais à quoi bon résister, un ordre est un ordre. Ce qui l’embêtait, c’était qu’il n’avait même plus de ce Polynectar qu’il avait utilisé lors du mariage des Rosier, il devrait faire avec ses déguisements habituels. Au moins, cette soirée serait à double enjeu car il pourra également veiller sur Adrasteia, et tenir ainsi sa promesse auprès de Léandre.

Comble de l’ironie pour quelqu’un recherché comme lui par les forces de l’ordre, il avait décidé d’apparaître aux yeux de tous comme il l’avait fait lors de l’exposition MacLean. Il portait une barbe touffue mais parfaitement peignée, une queue de cheval et des lunettes. Certes, il s’agissait de simples verres non correctifs, mais tout était dans l’apparence. Chaque détail comptait. En plus de cela, il s’était paré des mêmes vêtements que lors de l’exposition : une chemise et un blazer en soie, assorti avec son pantalon. Il portait par-dessus cela une veste de la même fabrique, son porte-baguette accroché à son avant-bras gauche. Il n’avait pas pris la peine de s’équiper de son couteau, la sécurité à l’entrée l’aurait empêché de rentrer de toute façon. Bref, il apparaissait tel un amateur d’art et de mode tout ce qu’il y a de plus commun – et de cliché avouons-le nous – dans ce genre de milieu.

Une fois à l’intérieur, il dut reconnaître que l’UkRa avait mis le paquet pour cette soirée, rien de bien étonnant dans tout cela. Il apercevait certains visages connus dans la foule de participants. Bien sûr, Adrasteia et Léandre Rosier, qu’il n’hésitera pas à aller saluer, mais d’autres qu’il ne s’était pas spécialement attendu à voir. S’il n’était pas étonné de voir Ashton Faraday participer à un tel évènement, il était plus surpris de voir son frère Shawn, ainsi qu’Alden. Ils n’apparaissaient pas comme le type de personnes à participer à ce genre d’évènements à ses yeux. D’ailleurs la tête de Shawn en disait long. Peut-être que MIM leur avait demandé de venir également. Qui sait… Et, bien sûr, il y avait Idalina Verduzco, avec qui il collaborait sur l’affaire MacLean. Avec les mois, ils avaient appris à s’apprivoiser mutuellement et une certaine confiance avait commencé à naître entre eux.

De toutes ces personnes, les premières qu’il souhaita aborder, c’étaient bien sûr les hôtes de la soirée. Il n’avait pas vu Léandre depuis son retour annoncé et il fallait qu’il sache comment il allait et s’il y avait du nouveau quant à la mission qu’il lui avait confiée. Ainsi s’approcha-t-il d’eux et leur adressa la parole d’un air des plus mondains. « Madame et Monsieur Rosier, je tenais à vous remercier pour cette magnifique soirée que vous nous offrez. C’est absolument merveilleux ce que vous faites pour ces pauvres enfants victimes de Gloriam, et que Merlin soit mon témoin, je suis de tout cœur avec vous. » Il marqua une petite pause, avant de reprendre. « Madame Rosier, si vous me le permettez, j’aimerais vous emprunter votre mari pour discuter de quelques sujets. Promis, je vous le ramène bientôt, » dit-il en souriant.
Cirice T. PodmoreCirice T. Podmore
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2225-cirice-theodora-podmore-can-yMessages : 147 Points : 1731
Pseudo : M
Avatar : Jenna Louise Coleman
Crédits : Mie :heart:
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitations Troglodytes, Ville-Haute
Patronus: Papillon
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyLun 18 Nov - 8:35

Elle dénotait fortement avec l'ambiance éthérée de la décoration minutieusement organisée de la salle MacLean. Sa robe sombre, arborant un rouge sanguin et un noir opaque, tranchaient dans le bleu cosmique des tentures luxueuses. Quelques broderies d'argent miroitaient lorsqu'elle se mouvait sous la lumière éclatante du lustre ; elle était époustouflante, dans la mesure où il était rare d'observer Cirice se pavaner avec tant de coquetterie. Ses atours étaient simples mais pas moins élégants ; une unique bague d'onyx zébré ornait son majeur droit. Et elle avait opté pour la tradition dans sa tenue : sa robe était de manches longues et d'un col fermant sur son cou, gage de la sobriété habituelle qu'elle portait dans ses tenues plus modernes. Oh oui, la Podmore était convaincue qu'il n'y avait nul besoin d'exposer sa chair pour susciter l'envie, ce qui n'était visiblement pas l'avis de tout le monde à cette soirée. Silencieuse sentinelle, elle accueillait les participants à l'entrée de la salle, invitant chacun à profiter de ce moment et à avoir une pensée pour les enfants maltraités de Gloriam - monétaire et spirituelle, cela allait sans dire.

Avec cet air ennuyé digne des nobles harrassé des fêtes et du faste, elle quitta son poste lorsqu'une autre membre du Sacre vint lui proposer son relai. Ca n'était pas de refus, elle voulait parcourir plus en détail cet endroit aux airs si majestueux ce soir - elle avait déjà vu des photos des lieux, dans les gazettes, mais les cerveaux qui s'étaient affairés à les transformer avaient vraiment du talent, il fallait bien le reconnaître. D'un pas lent, observant les alentours et les personnes présentes, elle fit un arrêt près des tables dressées qui proposaient boissons et nourriture. Sa gracieuse main sélectionna une flûte de champagne ; les fines bulles remontaient en se suivant, indiquant la qualité même du produit. Le Sacre n'avaient pas fait les choses à moitié pour organiser cette soirée, et tout cela souleva une vague de nostalgie dans sa cage thoracique ; l'Irlande et ses réunions mondaines, l'éducation qui allait de pair, les conversations interminables et l'illusion de vivre en vase clos et impénétrable. Que c'était loin, tout cela.

Dans la foule qui s'amassait au fur et à mesure, elle distingua la très distinguée Adrasteia Rosier ; les deux femmes s'étaient déjà rencontrées au cours d'une expérience malheureuse du cinéma moldu. Plus jamais elle ne mettrait les pieds dans un tel endroit… Mais à l'époque, la dame d'épines était enceinte - aujourd'hui, elle rayonnait au milieu du bouquet de ses invités. La brune se déplaça vers le couple, sachant où il fallait abattre ses cartes pour tirer profit de toutes ces rencontres et heures à piétiner le plancher ; autant nourrir les relations utiles pour l'avenir. Jamais elle n'avait encore rencontré son mari, et elle avait connaissance de son affiliation pour la cause du Sacre. Il était de bon ton d'aller se présenter, ainsi que de complimenter l'hôtesse principale. Son sourire se tourna vers la Slave :

« - Madame Rosier, votre dévouement à la cause du Sacre et du destin tragique de ces enfants a résulté en quelque chose de… magnifique, dit-elle avec sincérité. A ses côtés, son époux se voyait accaparé par quelque inconnu obséquieux, qui intervenait au mauvais moment pour ses propres plans. Poliment, elle intervint, non sans une fausse note d'humour : Allons, vous oseriez, monsieur, priver si tôt monsieur Rosier des invités et de la soirée ? Ayant attiré l'attention des deux hommes, elle fit une petite révérence : Cirice Podmore, nouvelle membre du Sacre. »
Résumé:
 

Tenue:
 


Divine
It's my own design, it's my own remorse, help me to decide, help me make the most
Caleb OllivanderCaleb Ollivander
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1889-caleb-ollivander-cherry-blossMessages : 305 Points : 811
Pseudo : Magneion
Avatar : Armie Hammer
Crédits : Rain / Aeariel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville, en coloc avec Milo
Patronus: Un héron
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyLun 18 Nov - 16:45



Infra Ophiuchus
Everybody

« Just another product of today / Rather be the hunter than the prey » Natural - Imagine Dragons
L'invitation l'avait laissé perplexe. Qu'irait-il faire dans un gala de charité, lui qui n'avait pas une tune ? Il n'avait pas encore accepté d'être l'associé de Finn Bowman, bien qu'il soit, selon toute vraisemblance, son partenaire. Ce dernier était d'ailleurs absent, retenu ailleurs. Peut-être était-ce là une ruse de sa part, un moyen pour Caleb de développer son réseau un peu tout seul, de se trouver des coffres-forts bien remplis à vider.

Il s'était trouvé une tenue appropriée avec difficulté, lui qui était plus habitué à la toque qu'au nœud papillon. Elle lui avait coûté un bras, mais il ne comptait pas la porter qu'une seule fois, alors ça allait. Il en était sûr, il allait percer dans le milieu aristo, et ce sans l'aide de son nom. Ollivander... Il aurait déjà dû faire partie de ce monde de Sangs-Purs, si seulement il n'était pas aussi progressiste.

Car il savait exactement où il mettait les pieds : dans le nid de serpents. C'était même assez étrange qu'ils aient choisi le Serpentaire comme décoration, bien que la constellation soit effectivement jolie. Les cours d'astronomie de Caleb remontait à loin, mais ses moqueries envers la maison du serpent étaient toujours aussi fraiches dans sa mémoire et il se souvenait de farces et de menaces à base de serpentaire - la constellation représentant un homme étranglant un serpent. L'oiseau, ça marchait aussi.

En arrivant (et en transplanant parce que c'était tellement plus simple), Caleb ne reconnaissant pas grand-monde. Il y avait des visages connus mais appartenant à des gens qu'il ne connaissait pas personnellement : les Rosiers, bien entendu, mais aussi beaucoup d'inconnus qu'il avait pourtant dû croiser à Poudlard, vu leur âge. Et il était là pour se faire des contacts... Ça n'allait pas être du gâteau. Perdu pour perdu, il s'avança vers une des convives, une des plus proches de lui, seule dans sa jolie robe noire et l'aborda :

— Il y en a du monde par ici... J'ai perdu l'habitude d'une telle foule. Oh mais, je me présente, Caleb Ollivander.

Et avant qu'elle ne puisse lui répondre, il ajouta avec un grand sourire charmeur.

— Oui, je suis le fils du célèbre Ollivander.

Avec un peu de chance, son charme naturel allait opérer... Pour les affaires, bien sûr.

Résumé:
 
Tenue:
 
(c) DΛNDELION


Redeemer
Kodoku na kono sekai ha kimi no koe o matte iru
Sonzai o, sono imi o sakebe
Ore ha ima, koko ni iru...
; Redeemer - DEspairsRay - aeairiel.
Oswald PrendergastOswald Prendergast
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2452-oswald-prendergast-be-prepareMessages : 15 Points : 149
Pseudo : Mork
Avatar : Jeff Bridges
Crédits : Shany a composé l’ensemble
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: L'Enclave sorcière
Patronus: Spider Terreur
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyLun 18 Nov - 21:16

IV.I. Infra Ophiuchus


Ophiuchus trônait comme figure centrale du ciel qui dominait la salle de bal. La treizième figure du zodiaque astronomique. Asclépios, rappelons-le, était cette figure mythologique représentée par la constellation; il étranglait un serpent d’une main. Cet acte lui avait donné sa désignation habituelle. Serpentaire. Ces informations étaient celles connues de tous les gens médiocres. Les plus instruits, eux, pouvaient voir une signification plus profonde dans cet acte décoratif apparemment inoffensif. Asclépios était un guérisseur d’un talent mythique, ainsi pouvait-il ramener les morts à la vie, les extirpant de l’Hadès. Zeus, après avoir exécuté l’homme, nomma l’unique vérité universelle. Tout mortel doit mourir un jour. Ce soir, ce message brillait au-dessus d’une foule illettrée. Divertis par les robes, par le champagne, la vie mondaine, ils ne voyaient pas l’horreur de la situation, celle à laquelle tous est confronté. Oswald, lui, ne l’oubliait jamais.

Dès l’ouverture des portes, on pouvait remarquer la constitution de réseaux, de petits systèmes qui s’articulaient autour des figures fortes du public. Sans surprise, Adrasteia et Léandre Rosier furent pris tout de suite comme point de gravitation pour les plus pathétiques des invités. Lui-même ferait la tournée des organisateurs pour les remercier de mettre en branle une si superficielle soirée. Au bal, tous et chacun portait son masque; les simplets qui ne se cachaient point n’existaient que pour ajouter à la pulsation constante des foules, celles-là même qui réveillaient en Oswald la haine la plus pure. Or, il avait ici un travail à remplir, des secrets à apprendre et à protéger. Alors, il observait attentivement Léandre.

Tatiana Voronkova était une jeune femme charmante, sa petite obsession du moment. Elle était tout bonnement étonnante, une victime certes, écrasée par tous et chacun, mais tout de même porteuse d’une flamme qu’il ne pouvait s’empêcher de vouloir exploiter. Si jeune encore et déjà noyée dans le mensonge, elle avait un potentiel d’impureté infini. Il souhaitait lui tendre la main, se présenter comme une bouée dans le grand océan de ses doutes et peurs, pour mieux l’avoir. Elle avait une valeur inestimable; celle d’être elle-même une des dernières bouées de sauvetage de cette pauvre Adrasteia Raventhrone, celle qu’on appelait toujours Rosier sans n’être plus qu’une veuve qui ne s’accepte pas. Néanmoins, la femme était puissante et expérimentée dans le jeu des relations. Ainsi, il ne pouvait la sous-estimer, ni oser la manipuler directement; elle ne mordrait jamais à l’hameçon. Voilà pourquoi il avait besoin de la jeune Tatiana, voilà pourquoi, cette soirée-là, il protégerait l’intégrité de Léandre. Leur alliance ne pouvait être compromise, pas avant de pouvoir capitaliser sur l’émotivité de Raventhrone. Ce n’est qu’un jeu.

Ce ne fut pas bien long qu’un Innommable se présenta aux pieds de Tatiana. Dès lors, le patriarche Prendergast, sans sentir même une once de peur, s’amorça à traverser la pièce pour venir au secours de la jeune camouflée. Il croyait en elle, mais pas en son anglais. Il progressait d’un pas assuré, se glissant entre les figures arrêtées, les figurants, lorsque, à quelques mètres, il vit une silhouette gracieuse affublée de la plus charmante des robes rouges. Podmore, plus coquette qu’à son habitude, s’était présentée au niveau des hôtes, s’adressait au ridicule personnage. Elle affichait cet air de grandeur, celui qu’elle n’osait pas porter lorsqu’ils étaient face à face. Il arriva à leur niveau et resta en retrait, écoutant la fin des mots prononcée par sa vassale. Il allait profiter de la présentation de Cirice pour s’intégrer lui-même à la conversation, lorsque son regard s’arrêta sur les portes. Un mouvement, une entrée, inattendue, bouleversait son calme absolu.

Une jeune femme et un jeune homme, tous deux de l’âge de mademoiselle Podmore, pénétraient ensemble dans la grande salle. Elle, petite, brune. Lui, grand, blond, avec cette dégaine qu’il reconnaissait, cet air insupportable, un miroir, sa jeunesse.

Il perdrait contrôle.


† It’s the family name that lives on. It’s all that lives on. Not your honor, not your personal glory, family.
Evanore A. BlavatskyEvanore A. Blavatsky
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2224-evanore-a-blavatsky-history-hMessages : 165 Points : 863
Pseudo : Sha / Anya
Avatar : Felicity Jones
Crédits : Bazzart pour le code, Mie pour l’avatar, moi pour les icones
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyLun 18 Nov - 21:16

INFRA OPHIUCHUS
08.02.02 - ft. Everyone
Elle avait lâché un juron lorsqu’elle avait reçu sa lettre. Qu’est-ce qu’il lui demandait, encore ? J’ai eu vent que mon grand-père est en ville. Oui, effectivement. Et il ne venait pas simplement d’emménager, alors pourquoi visiter maintenant ? Cerise sur le gâteau, il ne prévoyait pas de toquer simplement à sa porte, non. Il voulait le rejoindre à cette levée de fonds, et demandait à Evanore de l’accompagner. Quel intérêt y avait-il à lui imposer une soirée mondaine dont elle ne voulait rien savoir ? Ce monde, ce n’était pas le sien. Ses revenus s’opposeraient probablement à cette affirmation, mais elle restait convaincue qu’elle n’appartenait pas à la haute société. Ce n’était pas son genre. Elle préférait son salon, ses bouquins et son chat.

Et pourtant, elle n’arrivait pas à lui dire non. Malgré les années, les faits et la raison. Malgré la douleur et les pleurs, les vagues de rage et la rancune qui refusait de s’effacer, elle ne pouvait lui refuser quoi que ce soit. C’était absurde, elle en était consciente. Et, pourtant, elle avait acheté les billets pour la soirée, en offrant tout de même une dizaine de soupirs au pauvre employé qui n’avait rien demandé. Et puis, dans tous les cas, son éditeur lui martelait la tête depuis au moins deux ans sur le fait qu’elle devait se trouver une cause à soutenir. Un organisme à financer. C’était bien beau d’écrire des livres à la tonne, d’avoir sa tête un peu partout dans les revues d’histoire, elle était devenue malgré elle une personnalité publique. Elle ne quittait pas son nid et, pourtant, le monde l’avait poussée de l’avant.

Evanore n’était pas une grande adoratrice des détails, et avait donc choisi pour la soirée une simple robe bleu nuit, entièrement cousue de velour. Le col suivait une ligne parfaitement horizontale, qui embrassait au passage ses épaules saillantes. Quant aux manches, elles longeaient ses bras jusqu’à son poignet, où elle se concluaient en une forme triangulaire jusqu’à son majeur. Le corsage épousait ses maigres formes jusqu’à ses hanches, avant que le tissu de la jupe ne cascade jusqu’au sol, plus ample. Pour habiller son cou nu, elle avait revêtu un collier de perles d’eau douce immaculées. Manquant d’expérience avec les chaussures de soirées, elle avait priorisé la sécurité à l’élégance, et avait choisi un talon d’une hauteur raisonnable. Ses cheveux foncés, qui ondulaient normalement sous ses épaules, étaient relevés en une coiffure haute qu’elle avait eu bien de mal à exécuter.

Les portes étaient ouvertes et, pourtant, elle n’avançait pas. Tétanisée par la peur de ne pas avoir sa place, au milieu des tous ces gens qui avaient l’habitude de lever le petit doigt en buvant leur thé. Mais il lui tendit son bras et, impuissante, elle se contenta de soupirer en le rejoignant. « Le nombre de conneries que tu me fais faire, je te jure, lâcha-t-elle d’un ton à la fois lasse et amusé. » Et il la guida à l’intérieur, alors que des visages familiers venaient alimenter ses plus grandes craintes. Au loin, elle reconnut la silhouette de Alden et se raidit, décidée à ne pas reproduire leur dernier entretien. Elle détourna les yeux de l’homme, et tomba plutôt sur un petit groupe tout sauf atypique. Elle connaissait le visage des Rosier, mais ignorait celui du bonhomme à lunettes qui discutait avec eux. Cependant, les deux autres figurants de la bande lui coupèrent le souffle. Évidemment que Oswald Prendergast serait présent ; il était la raison de sa propre visite. Comme toujours, elle était impressionnée à sa vue, mais n’en était point surprise. C’était plutôt à la vue de la dame à ses côtés, d’une élégance à faire tomber tous ses soupirants potentiels, que le vertige la frappa de plein fouet. Cirice. Ça faisait sens, tellement de sens, et elle n’y avait pourtant pas pensé. Evanore inspira profondément et releva le menton, avant de pencher la tête vers son cavalier.

« Eh bien, Ghrys, chuchota-t-elle à son oreille. J’ai trouvé ton grand-père. »
code by bat'phanie




Heaven knows I don’t wanna play
but the world is cruel, and vile, and wicked ; life is mean, and ironic, and unfair. And the game is on.
Rain KvelgenRain Kvelgen
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 223 Points : 473
Pseudo : CelestialThunder
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CelestialThunder
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyMar 19 Nov - 7:46



Rain trustait déjà le bar. Elle avait laissé Antti (son "plus un" ce soir) papillonner de groupe en groupe, développant son réseau Made in Atlantis grâce à son charme finlandais à toute épreuve. Elle le regardait de loin, un verre de whisky à la main, reconnaissante envers les Dieux pour ce jeune homme Fantastique qui aimait ses dragons autant que Hagrid adorait ses ignobles Scrouts à pétard.

Elle n'en était qu'à sa première gorgée de la double dose de liquide ambré, mais elle sentait déjà au travers de la brûlure épicée, une certaine inhibition gagner ses sens. Rain, en stéréotype de la nordique renfermée ne se sentait pas à sa place dans cette robe de créateur. Et pourtant, elle avait fait simple: une coupe structurée et simple, une soie d'un beige tendre légèrement rosé. Elle se serait sentie plus à son aise dans une tenue de travail qui pue le dragon ou dans l'un de ses ensemble de ville plus classe pour ses rendez vous d'affaire.

A son arrivée un peu plus tôt dans la soirée, elle avait été saluer Adrasteia et Léandre avant de les laisser à leurs invités beaucoup trop nombreux au goût de la dragonologiste. Comme à son habitude, elle avait câliné son cousin, peut être un peu plus longtemps, le temps de lui glisser qu'elle était heureuse de le revoir en un seul morceau. Elle avait rapidement prit des nouvelles d'Adra et de la petite puce avant de prendre congé. Même si elle venait à cette soirée avant tout pour les soutenir, elle ne voulait pas les importuner trop longtemps ni les monopoliser.

Depuis le bar elle observait le ballet tranquille des invités. Quelques têtes qu'elle connaissait de plus ou moins loin, quelques personnes qu'elle avait fréquenté à Poudlard. D'autres qui étaient simplement venues à la réserve en qualité de visiteurs. Dans toute cette masse, elle ne pensait pas trouver si vite une tête bien trop connue: Celle de Caleb Ollivander qui faisait son charmeur de bas étage auprès d'une jeune femme. Même s'il était très beau dans son costume trois pièces, la finlandaise connaissait trop bien ce grand dadais pour le laisser importuner quelqu'un... Rain soupira, prit une autre gorgée de son verre et se dirigea d'un pas aussi rapide que possible vers Caleb.

Bonsoir!

Elle s'adressait aussi bien à Caleb qu'à la jeune femme. Rain lui lança son célèbre regard "sois sage". Le jeune Ollivander le connaissait depuis Poudlard, ce regard. Affichant un large sourire elle se tourna vers la jeune femme.

J'espère qu'il ne vous importune pas trop. Permettez moi de me présenter, Rain Kvelgen.

Résumé:
 

Tenue:
 



Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous Xjif
Althea A. FaradayAlthea A. Faraday
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2000-althea-faraday-bite-your-lipsMessages : 585 Points : 2785
Pseudo : Flow
Avatar : Deborah Ann Woll
Crédits : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Villa du Sacre
Patronus: Une jolie petite raie léopard, mortel prédateur marin
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptyMar 19 Nov - 15:28


Infra Ophiuchus

- RP de groupe-


"You got blue blood on your hands, I know it's my own. You came at me in the midnight to show me my soul. Of all the people, I hoped it'd be you, to come and free me, take me away, and show me my home, where I was born, where I belong." Blue blood - Foals
Lorsqu’ils se meuvent, on a parfois l’impression que les vêtements ont une âme. Après tout, ils ont tous des coloris, des matières, des styles différents : et en les revêtant, on endosse la personnalité qu’ils font transparaître, jouant des allures et des apparences en un tourbillon de taffetas et de volants. C’est peut-être la raison pour laquelle elle aime tant revêtir des habits qui sont œuvres d’art, plutôt que des simples bouts de tissu, Althea. Parce que, quelque part, ils deviennent des masques, des moyens de prétendre, de se voir étoile parmi les astres, voire galaxie dans l’univers. Elle se transforme, le temps d’une soirée, en cette impératrice qu’elle se plait à prétendre être intuitivement, par le simple pouvoir d’un col soigneusement brodé ou d’un bijou divinement sculpté. Elle transcende sa beauté naturelle. Elle resplendit, en fait.

Cela fait plusieurs semaines maintenant qu’ils préparent l’événement, mais il n’a semblé réel que lorsqu’elle a eu entre les mains les invitations qu’ils enverraient à tous les citoyens d’Atlantis. Elle s’est admirée longuement, sur ce papier glacé où elle apparait, solaire, en tant qu’égérie de la collection de l’UkRa. Bien sûr, le combat d’Adrasteia la touche, et elle sait pertinemment que les enfants ne méritaient pas un tel sort, c’est une histoire tragique, blablabla, mais il faut bien avouer que c’est son rôle de mannequin, de clou du spectacle qui l’enthousiaste le plus. Il nourrit son égo, celui de la petite fille qui grandit dans l’ombre de ses frères, celui de la Sang-mêlée qui rêve d’aristocratie, celui de la femme qu’on a toujours sous-estimée, parce que jolie donc forcément stupide. Althea ne remerciera jamais assez les Rosier pour l’opportunité qui lui est offerte sur un plateau d'argent, et s’est promise de tout faire pour que la soirée soit un succès.

Alors que les premiers invités commencent à affluer dans la salle, elle se tient, splendide, en retrait. Elle porte l’une des robes de la collection, bien entendu : oh, pas encore celle qui retiendra l’attention de tous, le vêtement qui fera tourner les têtes et chavirer les cœurs. Celui-là est précieusement conservé dans l’arrière-salle, sur un portant accueillant les autres pièces centrales d’Infra Ophiucius, attendant d’être montrées sur le podium lorsque le moment sera venu. Elle a hâte de sentir la scène sur ses pieds, de voir tous les regards braqués sur elle. En attendant ce moment, elle salue les pontes du Sacre qu’elle croise un peu partout, ainsi que l’ensemble des invités. Prévenante, souriante, elle rigole aux blagues les plus vaseuses des donneurs aux porte-monnaie les plus remplis, et flirte doucement avec ceux qui n’ont pas de bagues à leurs doigts – si le fait qu’ils soient mariés ne la chagrinerait pas plus que ça, habituellement, l’heure n’est pas au scandale.

Quand, finalement, elle voit ses frères entrer dans la grande salle, elle offre un gracieux signe de la tête au vieillard qui lui tenait la chandelle depuis un bon quart d’heure, pour mieux se diriger vers Ashton, en premier lieu. Il est aisé de différencier ses jumeaux de frère, et même si ce n’était pas le cas, nul doute qu’elle saurait reconnaître l’aisance bien différente avec laquelle ils se fondent dans le décor. Le médicomage a l’air déjà ennuyé de ces mondanités, tandis que l’autre arbore un sourire bien différent. Après un câlin d’usage, la rouquine se tourne vers Shawn, qui parle pourtant avec un homme grand, portant bien le smoking. Elle ne le connait pas, mais la nymphe ne va certainement pas s’empêcher d’embrasser son frère pour lui. Ah, et de lui donner un de ses légendaires surnoms, cela va de soi.

« - Shawnounet d’amour ! Merci d’être venu, ça me fait plaisir. Alors, comment tu me trouves ? Elle tourne sur elle-même, faisant voleter les strass et les dorures, sa chevelure soigneusement coiffée reposant sagement contre sa nuque. Quand elle a finit de se montrer, elle se repositionne face à son ainé qu’elle dépasse, sur ses hauts talons, de plusieurs centimètres. Les mystères de la génétique. Tu me présentes, grand frère ?

Elle se tourne vers un Alden qu’elle trouve très séduisant, et lui offre un de ces petits sourires timides, que ceux qui la connaissent ont appris à reconnaitre comme étant sa marque de fabrique. Elle joue tellement de son image candide, Althea. Peut-être que ce sont ses grands yeux bleus, peut-être que c’est sa peau d’albâtre, toujours est-il qu’elle n’a aucune honte à battre des cils pour se faire passer pour la petite fille naïve qu’elle n’est clairement pas, et ce, quand ça lui chante.

- J’ai beaucoup de choses à faire ce soir, de gens à saluer… je suis un élément phare de l’événement, vous comprenez, dit-elle comme si elle faisait une confidence, alors qu’il est évident qu’elle se vante de son statut. Mais je suis toujours ravie de rencontrer des amis de Shawn ! »

Et c’est vrai. Elle peut voir du coin de l’œil Elizabeth, qui discute avec un jeune homme tout aussi beau et élégant, qu’elle se doit d’aller voir ensuite ; d’autres inconnus, mais dont la stature démontre leur importance ; et il y a bien sûr Adrasteia et Léandre, splendide couple phare, qu’elle ne veut pas tout de suite déranger alors qu’ils semblent déjà accaparés de tous les côtés. Elle a le temps, de toute façon : la soirée vient à peine de commencer, et elle promet déjà d’être fortement… intéressante.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 898 WORDS.



Résumé:
 



    ♕ I want it all ♕
    Listen all you people, come gather round. I gotta get me a game plan, gotta shake you to the ground, but just give me what I know is mine. People do you hear me, just gimme the sign. It ain't much I'm asking, if you want the truth, here's to the future for the dreams of youth.+ buckaroo.

Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Ambassadrice du mois
Ambassadrice du mois
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1957 Points : 5821
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous EmptySam 23 Nov - 18:21

Collecte de fonds pour les enfants Cracmols victimes de Gloriam
Ouvert à tous, petits ou grands posts, on s'en fiche, Membres des groupuscules FORTEMENT encouragés à rejoindre la partie 770 mots
Infra Ophiuchus


8 février 2002, 19 h

S
on sourire s’était fait fadasse aux premiers abords, réajustant sa prise pour reprendre un peu mieux ses façades alors qu’ils avaient rejoint les premiers invités qui comblaient l’espace désigné aux convives. Et de sa main furtive elle s’était emparée d’une flûte de champagne sur l’un des plateaux qui passait à sa droite, tentant silencieusement de se rappeler d’appliquer ses propres conseils qu’elle venait d’offrir à sa cadette. Ce n’était qu’un jeu, un simple jeu qu’elle savait mener jusqu’à sa propre victoire. Parce qu’elles sortiraient gagnantes, la soirée serait un succès et les fonds amassés seraient suffisant pour faire une belle presse, un bon message qui serait exposé avec grâce et sophistication, adressé à Gloriam et ses sbires, à Gloriam et ses chiens sans morale et sans amour-propre. Beaucoup de visages se frayaient un chemin parmi la foule, s’arrêtaient quelques secondes pour leur offrir leurs salutations et félicitations. Tout allait bien, tout irait bien. Et elle s’autorisa, l’espace de quelques secondes, un regard en direction de son époux, pinçant ses lèvres d’une morosité qui lui tordait le cœur. Néanmoins, même si la Slave se laissait accabler d’une amertume intérieure, il n’en restait pas moins qu’un brin d’espoir tentait de brave sa tempête intérieure, à contre-courant, pour lui remémorer que tant et aussi longtemps que Tatiana pouvait revête la carrure du roi Paradoxe, cela signifiait qu’il était toujours vivant. Toutefois, était-ce réellement une bonne nouvelle ou une source supplémentaire d’inquiétude alors qu’elle se demandait quel calvaire Léandre pouvait bien endurer depuis…

Trois mois. Cent-trois jours sans le voir, sans le toucher… et elle se surprenait à humer son parfum, baissant les yeux pour s’arrêter net devant cette paire de chaussures qui se prostrait devant le faux couple qui parcourait la salle. Elle avait relevé les yeux, haussant les sourcils tandis qu’elle tentait de reprendre sa concentration pour suivre la conversation qui débutait. Elle hocha la tête, un sourire avenant étirant ses lèvres aux compliments… Avant d’incliner la tête légèrement vers la droite à la demande de l’homme en question. Elle ne le reconnaissait pas, et ce n’était pas faute d’avoir côtoyé Léandre suffisamment pendant des soirées mondaines pour en connaître presque la totalité des hommes avec qui il aimait bien se faufiler hors de la salle pour aller boire quelques verres de whisky pur feu et se lancer dans des récits d’aventure qu’il n’hésitait pas à amplifier chaque fois. Parce qu’il était un conteur incroyable Léandre, aggravant ses péripéties au gré des éclats hilares de ses confrères, excité à l’idée de pouvoir bomber le torse et fanfaronné ses idioties accompagnées de blagues salaces. Mais elle ne connaissait pas cet homme… et il était bien trop dangereux de laisser Tatiana s’éloigner pour parler en privé avec quelqu’un qu’elle n’avait pas été préparée de rencontrer. Elle souffla toutefois discrètement avant de poser ses lèvres sur le cristal de sa flûte alors que Cirice venait inconsciemment à son secours. La Slave resserra sa prise contre le bras de son époux « Merci, toutefois, c’est à moi de vous remercier pour votre présence. C’est tous ensemble que nous ferons une différence… il est temps que les Atlantes se montrent comme un peuple soudé face à l’adversité et que les sorciers véhiculent un message suffisamment fort contre les horreurs de Gloriam. » Avait-elle déclaré, son menton levé fièrement pour en exprimer la force de ses convictions. « Et si les moldus veulent se joindre à nous pour manifester leur appui contre les actes terroristes profané par les leurs, nous les accueillerons avec les bras ouverts, ce dont j’espère sincèrement pouvoir démontrer ce soir. » avait-elle délibérément menti, pour faire bonne impression, pour faire diversion. « Cirice a raison toutefois, peut-être un peu plus tard. D’autant plus que je ne vois pas l’utilité de vous retirer pour manigancer quoi que ce soit dans votre coin. Considérant que Léandre travaille pour moi, si vous devez discuter d’affaire, j’ose espérer que vous ne me laisseriez pas de côté ! » avait-elle faussement réprimandé d’un air malicieux. Mieux valait assumer qu’il s’agissait d’une histoire liée à l’UkRa qu’autrement. « Vous êtes magnifique Cirice ce soir, je suis heureuse de vous revoir en… de plus plaisantes circonstances. »

Son sourire s’était élargi, étirant le cou un peu pour observer le reste des convives pour s’assurer de la bonne continuité de la soirée. Althea était de sortie et semblait jouer son rôle à la perfection, abordant l’une des créations de la nouvelle collection, et c’était la raison précise pour laquelle elle s’était elle-même contentée d’aborder une robe plus neutre, simplement pour donner l’occasion aux créations de briller parmi les invités, puisqu’elle n’était pas la vedette ce soir, ni le clou du spectacle. D’une œillade, elle balaya la salle avant de constater la présence du Prendergast, tapotant brièvement l’épaule de Léandre pour attirer son attention. « Oh ! Léandre ! Regarde qui est là ! » s’était-elle empressée de lui indiquer, saisissant la chance d’une nouvelle diversion qui pouvait les sauver d’une discussion en tête-à-tête avec l’homme mystère. Elle tendit la main en direction de l’homme pour l’inviter à se rapprocher du petit cercle. « Oswald ! Venez un peu par ici pour redresser votre petit-neveu qui pense déjà à s’éclipser pour aller siroter un peu trop d’alcool en cachette avec ses amis. » avait-elle insisté, d’un ton blagueur qui laissait sous-entendre la nécessité de sa présence, délaissant sa prise pour pousser un peu Tatiana en direction du plus vieux. « Oh ! Pendant que nous y sommes… Cirice, je vous présente… Pardonnez-moi… Je ne connais pas votre nom moi-même ? » avait-elle demandé alors qu’elle reportât son attention sur Matt, main tendue alors qu’elle attendait sagement les présentations..




I'm headed straight for the castle
If you wanna break these walls down, you're gonna get bruised. Now my neck is open wide, begging for a fist around it. Already choking on my pride, so there's no use crying about it. I'm headed straight for the castle, they've got the kingdom locked up. And there's an old man sitting on the throne, that's saying I should probably keep my pretty mouth shut.
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous   Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous Empty

 
Infra Ophiuchus - Libre et ouvert à tous
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: