Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Rotonde des Portails
 

 Comprend moi... (ft Solyne Travis)

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie CampbellCharlie Campbell
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2919-fiche-de-charlie-campbellMessages : 11 Points : 220
Pseudo : VanDamn
Avatar : Iwan Rheon
Crédits : i love harvard
Plus d'informations
MessageSujet: Comprend moi... (ft Solyne Travis)   Comprend moi... (ft Solyne Travis) EmptyDim 10 Nov - 12:57


Amour Impossible
ft Solyne Travis


Comprend moi...




L’amour est un sentiment profond, que dis-je ? Insondable. Beaucoup le considère dangereux, car imprévisible. D’autres en revanche, voit en lui la consécration d’un bonheur établie et durable. Tenter de savoir quelle théorie est la plus juste serait perdre mon temps mais vous raconter comment un homme fâché avec ses sentiments y a fait face, pourra peut-être éclairer votre jugement. Notre protagoniste est Charlie Campbell, un étudiant d’une vingtaine d’années fermement attaché à la justice et à la raison. Ce pourquoi il suit un cursus en Justice Magique à L’Université Paracelse d’Atlantis, oscillant entre les cours et les entraînements de Quidditch, sport qu’il affectionne tout particulièrement. Charlie est indéniablement amoureux de Solyne Travis, une jeune fille qu’il côtoyait à l’école secondaire, et tout comme il ne fait aucun doute qu’il nourrit de profonds sentiments pour elle, il s’est enfermé dans un déni si bien rôdé, que la plus évidente des preuves ne suffirait à le convaincre de ce qu’il ressent. C’est ce qu’arrive bien souvent aux gens trop rationnels, Charlie ne supporte pas l’idée de n’avoir aucun contrôle sur un aspect de sa vie, pas plus qu’il ne supporte le tumulte d’émotions qui l’assaille à chaque fois qu’il pense à elle. Parce que Solyne n’est pas une femme comme les autres, non Solyne est différente. Solyne est belle, Solyne est fière, Solyne est forte, Solyne lui tient tête, Solyne le surprend, Solyne est courageuse, Solyne est bienveillante, Solyne n’est pas banale, Solyne est... Solyne tout simplement. Et malheureusement pour lui, Charlie est Charlie, avec le caractère méfiant qui l’accompagne.

Jusqu’ici, lutter contre cette attirance n’était pas bien difficile, ils ne se voyaient plus depuis un an et n’entretenaient qu’une relation épistolaire. Seulement voilà, Paracelse étant l’une des meilleures universités magiques en activité, Solyne s’est résolue, sans entretenir Charlie de sa décision, à venir y étudier elle aussi. C’est à ce moment là que le peu de quiétude qu’il restait dans la vie du futur juriste s’est effondrée pour laisser place à l’appréhension. Elle lui en voudrait incontestablement d’être resté si loin d’elle pendant tout ce temps, elle trouverait quelqu’un d’autre à aimer ici, lui resterait seul parce qu’il ne parviendrait pas à faire autrement, en bref son arrivée n'annonçait pour Charlie qu’un monceau de problèmes. Néanmoins, malgré toutes ces évidences, le désir de la revoir ne serait-ce qu’une fois, dominait largement celui de préserver son pauvre coeur.
Voilà pourquoi, en ce matin ensoleillé de début Septembre, une cigarette à la main, appuyé contre le mur du bâtiment abritant la rotonde des portails, Charlie attend patiemment que Solyne apparaisse. Il est anxieux mais n’en montre rien, il ne faudrait pas que quelqu’un le remarque. Il n’a pas dormi ou très peu, même le travail n’a pas suffit à le sortir de ses rêveries incessantes. Quantité d’émotions le torturent, allant de l’impatience de la revoir à l’angoisse de sa réaction, en passant par la colère de ne pas être fichu de contenir tout ça “comme un homme”. Charlie jette son mégot dans une poubelle avant de passer une main fébrile sur son visage fatigué, s’autorisant un soupir presque désespéré. Il jette un coup d’oeil à son portable, il n’est que 17h50, le temps s’écoule d’une lenteur insupportable.
Une fois de plus, Le jeune homme gamberge sans pouvoir s’en empêcher, réfléchissant à toutes les possibilités qui s’offrent à lui, à l’attitude qu’il doit adopter, à ce qu’il devra lui dire. Et avant qu’il n’ait eu le temps de prendre la moindre décision, Solyne apparaît.

Et Charlie oublie tout.

Les mots restent coincés dans sa gorge lorsque son regard océan croise le sien, d’une intensité qu’il avait écarté de sa mémoire sans le vouloir. Son coeur s’affole mais comme toujours, il élude cette réaction caractéristique d’un sentiment auquel il ne veut pas avoir à faire face. Elle a vieillit, tout comme lui, mais elle n’a pas perdu sa beauté, bien au contraire. Le jeune homme enfile le masque de l’impassibilité, celui qui lui sied le mieux et croise les bras sur son torse, mouvement de défense.

Salut…

Tant d’éloquence ferait sûrement pâlir son professeur de droit, lui qui d’habitude a toujours quelque chose à dire se retrouve soudainement à court de munitions.

Je suis content de te voir…





I DO WHATEVER IT TAKES
Solyne TravisSolyne Travis
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
Messages : 10 Points : 230
Pseudo : Ophélie
Avatar : Amanda Seyfried
Crédits : Moi
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Comprend moi... (ft Solyne Travis)   Comprend moi... (ft Solyne Travis) EmptyMar 12 Nov - 16:27

Comprend moi ... Charlie & Solyne
Mon dieu qu'elle avait été heureuse et soulagée de quitter enfin ce vieux château. Poudlard avait beau avoir été son foyer pendant sept années, elle avait la sensation que le quitter l'aiderait à tirer définitivement un trait sur cette foutue guerre et les troubles qu'elle lui avait créé. Avec un peu de chance, commencer une nouvelle vie comblerait le vide qu'elle portait en elle depuis que sa mère avait découvert ses pouvoirs magiques. Et qu'elle l'avait, par la même occasion, fait disparaître de sa vie.

Bref, il était temps d’aplanir le passé et de créer des bases, solides, pour construire sa nouvelle vie. Et c'était Atlantis qu'elle avait choisi pour son nouveau départ. Une ville qui semblait avoir tout pour plaire : la nature chère à son cœur et des paysages ensorcelants, une volonté de rapprocher moldus et sorciers ce qui faciliterait la vie de Solyne qui s'était toujours sentie tiraillée entre ces deux mondes, et Charlie..
Qui disait rentrée scolaire, disait shopping sur le chemin de traverse. En fin d'après midi elle avait rejoint le portail qui lui permettrait d'atteindre cette fameuse université mais aussi l'élu de son cœur.

Nous y voilà donc. De l'autre côté de ce portail elle retrouvait le beau brun qui avait tant manqué à ses journées et à ses nuits pour sa dernière année à Poudlard. Pourtant, au moment de rejoindre Atlantis, l'angoisse et le doute s'emparèrent d'elle. Elle avait passé un été parfait, dans son village d'enfance, accompagnée des rares amis qui lui restaient, et d'Antoine. Il y a deux ans, leur amitié avait manqué de se briser en milles morceaux, après qu'il ait eu un comportement douteux avec la blonde. Les excuses à répétitions de son ami et son envie de rentrer chez elle l'avait donc poussé à accepter son offre de passer les vacances chez lui. Elle n'aurait pas à travailler tout l'été pour voir son maigre salaire disparaître dans une location d'appartement miteux, pourrait passer du bon temps avec ses amis et mettre un peu d'argent de côté en prévision de son année à l'université. Elle avait retrouvé un semblant de vie normale. Comme tous les étudiants, elle était rentrée « chez elle » pour les vacances. Son moral aurait pu être au beau fixe si Charlie n'avait pas hanté ses pensées. Enfin ce n'était pas vraiment Charlie, mais plutôt son fantôme, celui qui savait trouver les mots justes pour lui redonner confiance en elle ou la rassurer, celui qui avait le don de lui faire oublier le vide glacial qui s'était trouvé une place de choix dans son ventre lorsque sa mère l'avait abandonné. Ce mec la faisait vibrer, chaque moment passé avec lui était un vrai délice et incomparable à ce qu'elle avait pu vivre avant. Elle appréciait sa perspicacité, son âme torturée, la douceur de ses mains, la courbure de ses lèvres, sa façon de paraître sûr de lui, l'intonation de sa voix, son air provoquant et les remarques taquines qui l'accompagnait souvent, sa franchise, l'affection qu'il avait pour elle lorsqu'ils étaient à l'abris des regards indiscrets … Elle appréciait même son arrogance, trait de caractère qu'elle avait toujours trouvé insupportable chez les autres..  


Rien de tout ça ne transparaissait dans ses lettres qui au fil des mois s'étaient faites de plus en plus rares et de plus en plus froides. Elle se doutait qu'il ne lui enverrait pas une lettre par semaine, mais elle pensait qu'elle resterait assez importante pour lui pour qu'il ne l'oublie pas.
Elle était allergique à l'amour et n'y croyait pas. Elle s'était répétée maintes et maintes fois qu'elle ne laisserait personne dérober son cœur. Elle n'avait aucun modèle de couple stable, son père s'étant barré en apprenant la grossesse de sa mère. Et celle qui devait lui vouer un amour éternel l'avait froidement écarté de sa vie. Quel amour plus pur que celui d'une maman ?
Comment pouvait-elle alors tomber amoureuse elle-même ?

Pourtant.. son cœur avait battu la chamade lorsqu'à Poudlard elle recevait des morceaux de parchemins froissés portant son écriture lui demandant de le retrouver le soir même. Chacune de ses caresses, ses lèvres, l'intonation de sa voix, son odeur étaient devenus un drogue. A chacune de leurs rencontres elle avait eu envie de le revoir plus vite, plus longtemps.

Elle avait longtemps refusé l'évidence, mais lorsque Charlie avait quitté Poudlard, elle n'avait pu qu'accepter le fait qu'elle était tombé follement amoureuse de lui. Chacune de ses cellules hurlaient de douleur d'être séparées des siennes.
Elle avait saisi que cet amour n'était pas réciproque lorsque les réponses à ses lettres s'étaient faites froides et rares.


Et là, devant ce portail, elle se demandait pourquoi il avait proposé de la retrouver et de l'accompagner jusqu'à la résidence universitaire. Par sympathie ? En mémoire de leur « amitié » passée ? S'était-il sentit obligé ? Au fond d'elle, elle espérait qu'il avait envie de la revoir. Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer qu'il lui sourirait et la serrerait fort contre lui, lui chuchotant à l'oreille qu'elle lui avait terriblement manqué. Pourtant cette option semblait la moins probable.

Elle prit une inspiration avant de traverser le portail. Elle avait entendu dire que la sensation était moins désagréable qu'en transplanant. Cela ne l'empêcha pas d'arriver à Atlantis le cœur serré à l'idée de revoir Charlie et retourné après ce voyage express.

La vérité était qu'elle trépignait d'impatience à l'idée de le revoir. A l'instant ou leurs regards se croisèrent, un sourire franc naquit sur les lèvres de Solyne. Il eut vite fait de s'atténuer puis de disparaître. Il la salua, avant d'ajouter qu'il était content de la voir. Il laissa sa phrase en suspens comme s'il ne savait quoi dire. Tout dans son attitude semblait contredire sa dernière phrase. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui saute dans les bras, mais certainement pas à un accueil aussi … glacial. Elle chercha un minuscule signe de plaisir sur le visage de Charlie, dans son attitude, mais n'en trouva aucun. Merde, il n'avait aucune envie de la revoir, il était là seulement par principe. Cette vérité la heurta de la même manière que l'aurait fait une gifle. Elle se rendit compte que son silence se faisait trop long pour qu'il ne soit pas gênant. Sans compter que Charlie la connaissait trop bien pour ne pas avoir deviné la déception qui l'envahissait. D'une petite voix, emprunte de gêne, elle lui répondit enfin :

-Je suis contente aussi. Tu vas bien ? Tu me fais visiter ?

Elle était prête à tout pour éviter un silence gênant. Pour que Charlie se concentre sur les mots plutôt que sur son corps qu'il ne connaissait que trop bien et qui trahissait ses émotions. Elle ravala sa déception et son amertume. Elle ne tenta pas de lui sourire de nouveau, elle savait qu'il sonnerait faux.
Bouchon poussa un cri perçant dans sa cage, se rappelant à son bon souvenir. Solyne apprécia cette diversion qui lui offrait. Elle lui ouvrit la cage, lui caressa tendrement la tête et la laissant s'envoler avant de la réduire sa cage d'un coup de baguette et de la glisser dans une poche de sa petite valise.

Alors qu'elle trépignait d'impatience il y a quelques secondes, elle aurait donné tout ce qu'elle avait pour que ce moment se termine rapidement.

code by EXORDIUM.
Images by tumblr.



   

   La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.
Arno KvelgenArno Kvelgen
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2925-families-are-nothing-other-thMessages : 27 Points : 565
Pseudo : Parménion
Avatar : Landon Liboiron
Crédits : Squirrel / Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Chambre étudiante
Patronus: Un hippogriffe
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Comprend moi... (ft Solyne Travis)   Comprend moi... (ft Solyne Travis) EmptyVen 15 Nov - 20:12

Comprend moi ... ft. Solyne Travis & Charlie Campbell

Passer l'été célibataire avait ses avantages. Du moins quand on connaissait les bonnes adresses, ce qui était mon cas. J'avais laissé quelques additions assez salés qui avaient adoucis le goût de certains plaisirs que l'on trouvait dans la cha... Bref tout ça pour dire que je commençais la rentrée dans des conditions idéales. J'avais hâte de rencontrer les nouvelles étudiantes qui arriveraient au cours de ma deuxième année à l'université. Comme j'avais pu l'expérimenter à mes débuts, les nouvelles arrivantes étaient souvent perdues et cherchaient une liberté que Poudlard n'offrait que trop rarement à leurs étudiants. C'est-à-dire de l'alcool et autre joyeuseté. Chose que je me faisais un plaisir de fournir avec l'argent de père et mère sous le regard inquisiteur de ma sœur. J'avais une très belle vie, la meilleure à bien des égards. Le seul défaut était que je croisais un peu trop une certaine ex à mon goût, mais les soirées ne manquaient pas pour l'oublier. D'ailleurs même pour faire autre chose que l'oublier. Finalement, le plus gros point noir de l'université était qu'il fallait étudier au lieu de courir les jupons. Enfin courir les jupons... Durant l'année scolaire j'essayais de me poser avec une fille avec qui ça dépassait rarement le mois avant d'en retrouver une autre. Un contrat de relation à durée très limitée où la relation avait tout sauf une implication émotionnelle de ma part. L'amour ? Un grand mot pour justifier la dépendance et les souffrances. Je n'y croyais plus vraiment.

Je croyais seulement dans les jolies blondes aux tenues légères. D'ailleurs c'était pour une jolie blonde que je me dépêchais d'aller au portail. Non, pas pour une jolie blonde que je voulais séduire. De toutes les femmes du monde magique, Solyne était bien la dernière avec qui j'envisageais de faire ça. Peut-être quand même après mes sœurs, car j'étais loin d'être incestueux, les sang-pur se reproduisaient assez comme ça entre eux sans que ce soit entre frère et sœur. Bref... Solyne était ma meilleure amie que j'avais rencontré à Poudlard, bien avant d'avoir ce goût pour les fêtes et jolies demoiselles. Elle m'avait connu à Poudlard juste très social, un peu perturbateur et très inattentif en cours. Elle avait assisté à ma transformation vers la fin de ma scolarité. Ce changement n'avait en rien altéré notre amitié, même si du coup les discours moralisateurs pleuvaient. Pourvu qu'elle n'entende jamais parler de ma tendance à jeter les filles comme de vieilles chaussettes. Car même si on avait vécu bien des choses ensemble et que notre amitié était une bouffée d'oxygène, la blondinette ignorait bien des choses à mon sujet. Du moins je ne m'étalais pas en confessions. La seule personne qui avait ce « privilège » si on pouvait appeler ça comme ça était Adra, l'épouse mon cousin Léandre. Rien que mon goût pour les Arts, Solyne en ignorait tout, selon ce que j'en savais. C'était un sujet que je n'avais pas vraiment abordé avec d'autres personnes.

Alors que j'arrivais vers le portail je voyais que je n'étais pas le seul à avoir eu l'idée. J'avais du mal à voir de là où j'étais, ça semblait être un garçon, même si c'était difficile à dire avec seulement la coupe de cheveu. J'étais presque sûr que ça devait être Charlie, le mec dont était amoureuse Solyne, avec qui elle s'était bien envoyé en l'air, mais où ça n'avait jamais dépassé ça. Après, si on était honnête, on pouvait noter quand même que ça restait une vie sentimentale plus saine que la mienne. Si j'avais été quelqu'un de correct, je leur aurais laissé le temps, partager un moment. Toutefois, je n'étais pas correct. C'était ma meilleure amie et je n'allais pas laisser n'importe quel mec qui lui plantait un dard monopoliser son temps. « Solyne ! » J'avais presque crié à quelques mètres d'elle. Je marchai vers elle, ignorant totalement le garçon avec elle. D'un pas rapide et décidé, je m'étais résolu à ne pas courir, je n'étais pas une adolescente devant mon joueur de quidditch préféré. Une fois à porté je sautai dans les bras de la blondinette avec un sourire qui était loin d'être feint. Certes, j'avais un plaisir malsain à me dire que j'avais sans doute rendu la situation encore plus gênant, mais au-delà de ça, j'étais ravi de revoir cette fille. Le temps avait paru long sans la voir aussi souvent qu'à Poudlard. Puis, je feins de me rendre compte de la présence de son compagnon, oui c'était Charlie. « Oh... Salut Charlie... » Après une pause, je m'éloignai de Solyne, passant ma main dans les chevaux d'un air gêné. Elle me connaissait assez pour savoir que je n'étais pas gêné du tout, mais j'étais plutôt bon comédien. Des années à me plaindre de mes sœurs à mes parents, ça aidait. « J'espère n'avoir rien interrompu. » Mettre les pieds dans le plat, une spécialité Kvelgen depuis le Moyen-Âge.   

Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Comprend moi... (ft Solyne Travis)   Comprend moi... (ft Solyne Travis) Empty

 
Comprend moi... (ft Solyne Travis)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Travis Hamonic

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: