Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: La Ville Haute :: Les tours d'or blanc
 

 I can see the end as it begins + Zeke

Aller en bas 
AuteurMessage
Draco MalfoyDraco Malfoy
StaffSorcier
StaffSorcier
https://www.catharsis-rpg.com/t21-draco-choking-on-my-pridMessages : 917 Points : 1265
Pseudo : Angie / Batgirl
Avatar : Lucky Blue Smith
Crédits : cosmic light & endlesslove
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Inexistant, impossible à invoquer.
Informations diverses:
MessageSujet: I can see the end as it begins + Zeke   I can see the end as it begins + Zeke EmptyVen 11 Oct - 11:54

I CAN SEE THE END
AS IT BEGINS
22 janvier 2002.

Il y avait peu de choses dans le monde magique qui révulsaient profondément Draco. Il n’avait jamais véritablement eu peur des monstres qui pouvaient se cacher sous son lit – et il savait que certains pouvaient le faire – des Epouvantards – ce n’était pas réel – ou même des Détraqueurs – même si, pour le coup, il préférait ne pas s’en approcher. Il n’était pas effrayé par la créature en elle-même, pourtant, mais plutôt par ce qu’elle faisait naître en lui ; des souvenirs et des peurs qu’il conservait habituellement soigneusement dissimulées au fond de ses protections mentales, là où son esprit ne regardait jamais.

Mais la situation était la suivante : le 20 janvier 2002, Draco Malfoy s’était éveillé à 4h56 du matin, trempé de sueur dans ses draps de coton égyptien, frissonnant comme s’il avait reçu un mauvais présage. Le même jour, il s’était rendu chez sa voyante, qui, avant même de lui tirer les cartes, l’avait regardé longuement (l’odeur de l’encens était toujours entêtante, presque sirupeuse, chez elle ; et son esprit se perdait souvent dans les volutes de fumée de ces bâtonnets qui se consumaient, avant de ricocher dans les plis tentures dont la pièce était drapée) avant de déclarer : une ombre vous suit. Il avait ensuite tiré l’arcane majeure numéro 13 – la Mort – mais ce n’était pas un présage de mort ; puis il avait tiré une arcane mineure, le 3 d’épées, et c’était un présage de mort ; et enfin, il avait tiré le 7 d’épées, et sa voyante avait dit : vous êtes hanté. Il ne savait pas si elle voulait dire qu’il était hanté, physiquement, ou s’il était hanté, mentalement. Alors il était rentré chez lui, et des lettres étranges, incomplètes, étaient apparues sur son miroir couvert de buée alors qu’il se douchait ; des murmures avaient semblé venir des murs (et Draco Malfoy, ancien (?) Mangemort, était habitué aux murmures – mais ceux-ci étaient différents) ; une tasse avait glissé, se brisant en mille morceaux sur son carrelage ; il lui avait semblé entendre son violon être joué, alors qu’il ne l’avait pas touché ; et, enfin, il avait senti un ombre, là, au niveau de sa cage thoracique, sans pouvoir expliquer pourquoi. Le 21 janvier à 4h56 du matin, Draco Malfoy s’était éveillé à nouveau. Cette fois-ci, il eut le temps de déceler une forme furtive au-dessous de son visage avant qu'elle ne disparaisse, et de ressentir la pression qu’elle avait fait peser sur ses lèvres ; le pincement qu’on avait infligé à ses narines ; le souffle étranger qui avait chatouillé sa gorge. Le 21 janvier à 4h57, Draco comprit que quelque chose avait tenté de le tuer – il n’était juste pas certain de quoi.

Alors il avait contacté cet exorciste, en ville, se demandant s’il valait quelque chose ; et surtout, s’il était véritablement hanté. Le 22 janvier à 4 heures du matin, Draco était donc encore éveillé, vêtu de cachemire et d'un pantalon chino, assis dans un des fauteuils de son luxueux penthouse des tours d'or blanc, entouré d’objets collectionnés et d’objet acquis ; de choses familières et de mensonges ; une tasse de thé à la main, alors que l’exorciste – Ezekiel – s’affairait à faire des choses d’exorciste. Le thé était brûlant, et sa chaleur irradiait, près de son visage, le maintenant éveillé.

Draco était habitué à ce qu’on souhaite le tuer. C’était pourtant la première fois que quelqu’un – quelque chose – tentait de le faire avec si peu de manières.

« A votre avis, qu’est-ce que ça peut être ? » demanda-t-il pour rompre le silence de la nuit.


(c) AMIANTE



    monsters are made, not born

    Inside your head the sound of glass, a car crash sound as the trucks roll over and explode in slow motion. Hello darling, sorry about that. Sorry about the bony elbows, sorry we lived here, sorry about the scene at the bottom of the stairwell and how I ruined everything by saying it out loud. Especially that, but I should have known.
Ezekiel G. WolfeEzekiel G. Wolfe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2736-zeke-les-morts-ont-de-la-chanMessages : 120 Points : 1131
Pseudo : Flow
Avatar : Brendon Urie
Crédits : Avatar : jenesaispas, Signature : anaphore
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, maison n°5
Patronus: Un panda. Une boule de poil géante, en effet, mais paresseuse, maladroite, et rigoureusement adorable, mangeant du bambou toute la sainte journée.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I can see the end as it begins + Zeke   I can see the end as it begins + Zeke EmptyLun 14 Oct - 15:49

I can see the end as it begins

- Ezekiel G. Wolfe — Draco Malfoy -


"Long lost words whisper slowly to me. Still can't find what keeps me here when all this time I've been so hollow inside. I know you're still there, watching me, wanting me.
I can feel you pull me down.
" Haunted - Evanescence
C’est étrange de se balader dans les rues d’une ville à quatre heures du matin. C’est vide, et plein à la fois : on ne peut voir personne dehors, à part quelques fêtards trop alcoolisés qui rentrent chez eux pour cuver de tout leur saoul, mais on ressent l’énergie de toutes les âmes contenues dans les bâtiments alentours, endormies, mais foutrement vivantes. C’est un fourmillement dans le bout des doigts qui se propage jusqu’au coude, avant d’arriver au cerveau dans une onde toute particulière. La sensation de n’être qu’une ouvrière dans la gigantesque ruche qu’est le monde. La solitude de l’homme dans un univers bien trop vaste pour qu’il puisse le comprendre. La vacuité de notre point de vue sur une existence absconse.

Cette nuit-là, lorsqu’il fut réveillé par un hibou énervé – celui-là même qui gère les affaires de l’agence, il avait moins de deux heures de sommeil dans les pattes. Zeke a toujours du mal à s’endormir, c’est un processus long et laborieux, où son esprit s’agite constamment dans tous les sens, ses bras et ses jambes sont pris de spasmes inconscients, où il se tourne et se retourne sur son oreiller, sans cesse à la recherche d’une position qui l’apaiserait suffisamment pour que le sommeil vienne le délivrer de cette torture. Il fallut que l’oiseau lui picore le visage pour qu’il daigne ouvrir les paupières : il n’a pas signé pour ça, lorsqu’il a ouvert la succursale Atlante de "Death and Company". Les morts, ils sont morts, alors ils peuvent attendre qu’il fasse jours pour qu’on s’occupe d’eux. Il est suffisamment fatigué comme ça lorsqu’il se réveille, souvent, vers une heure de l’après-midi, pour ne pas se rajouter des interventions en pleine nuit.
Et pourtant, le voilà qu’il marche dans les rues d’Atlantis, jusqu’à la ville haute. Il peut déjà voir, au loin, les tours d’or blanc qui se hissent insolemment au-dessus du niveau des nuages, comme un pied de nez des nantis aux misérables mortels qui habitent tout près du sol. Savent-ils ce qu’on pense d’eux en bas ? Ils ont probablement peur de tout, confondant les chiens et les loups, faisant des pièges où ils tomberont un jour : des jeux de rois. Ne l’a-t-il pas entendu quelque part, cette rengaine ? Peut-être bien. Toujours est-il que l’exorciste est en route pour la demeure de Draco Malfoy, et c’est probablement la raison pour laquelle il a accepté de s’arracher à son lit malgré l’heure tardive.

Dans le monde sorcier, c’est une petite célébrité, après tout – oh, pas de celles dont on lira les exploits dans les journaux ou qu’on verra en interview dans les magazines. C’est une sale petite célébrité, celle dont on se passerait bien et qui nous colle à la peau, qu’on le veuille ou non : presque autant que la Marque sur son bras, en tout cas, Zeke s’en doute. Est-ce qu’elle est encore là ? Est-ce qu’il pourra la voir ? Est-ce qu’il pourra sentir chez ce jeune homme à peine sorti de l’enfance les relents de ténèbres qui accompagnent son passé ? La curiosité du musicien est débordante, autant qu’elle est mal-placée. Il sait qu’il doit rester professionnel, d’autant que l’affaire semble délicate, vu les éléments fournis dans la lettre griffonnée à la va-vite, mais le Wolfe ne peut cacher son excitation. Alors, arrivé en bas de la tour, il sonne, monte à l’étage qu’on lui indique d’une voix blanche. Et puis, le voilà, le Malfoy. Aussi blond qu’on le raconte, aussi pâle, aussi. Il aurait pensé qu’il était plus grand, par contre.

Des salutations d’usage, et voilà que Zeke parcourt l’appartement, sa baguette à la main. Il essaie de capter des zones de froid dans l’appartement, qui indiqueraient que c’est bel et bien un fantôme à qui l’on a affaire ici, mais cette théorie semble peu plausible. Si la chose a pu toucher Draco, c’est qu’elle a une forme matérielle, ce qui n’est pas le cas des fantômes. Si c’est autre chose… et bien, ça se complique. Déjà, parce qu’il y a l’hypothèse que ce ne soit pas un esprit, et, dans ce cas-là, l’exorciste devrait prendre congé – il n’est absolument pas qualifié pour gérer ce genre de choses, que ce soit la faute d’une créature vivante ou d’un sortilège – mais aussi et surtout, la possibilité que ce ne soit que l’imagination du Sang-pur qui lui joue des tours – et y’a définitivement pas marqué psychomage sur le front de Zeke.

Plongé dans sa réflexion, le guitariste des Chicken Nuggets est surpris d'entendre la voix de Draco retentir dans le silence, et il sursaute alors que le fil de ses pensées est interrompu soudainement.

« - Oh, euh, m’sieur Malfoy… Pour l’instant, je peux pas être vraiment sûr, il va falloir que j’écarte des possibilités… Ca fait longtemps que vous habitez ici ? Les esprits ont tendance à s’accrocher aux lieux, ou aux objets… Un nouvel achat, peut-être, d’un truc ancien auquel le spectre aurait pu s’attacher, c’est souvent des babioles sentimentales, vous voyez… Ses yeux regardent les objets de collection qui ornent les meubles luxueux, tous plus étranges les uns que les autres. Les riches et leurs goûts bizarres, décidément. Et puis euh… Vous m’avez dit que c’était pas la première fois que ça vous arrivait, c’est ça ? A la même heure ? Les fantômes, de base, c’est pas censé être violent. J’veux dire, ils peuvent être chiants comme leurs pieds hein, mais y’a quelque chose qui les retient sur terre, et ils arrivent pas à se détacher de ça, c'est une obsession. Y’en a certains qui pensent que c’est la faute des vivants, mais c’est loin d’être la majorité, souvent ils sont un peu tristes et ils arrivent pas à prendre leur courage à deux mains pour passer de l'autre côté. Donc j'me dis, que peut-être... vous avez énervé quelqu’un dans votre vie ? Assez pour qu’il veuille… Vous buter dans votre sommeil ? »

Il regarde le blond, et puis il se dit que sa question est un peu stupide. Il connaît la réponse, en fait, mais s’il commence à prononcer un mot qui finit en mort, genre, au hasard, Mangemort ou Voldemort, ça risque de jeter un froid dans la conversation.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 1039 WORDS.





ANAPHORE
 
I can see the end as it begins + Zeke
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paret Petroleum Begins Geological Survey For Hydrocarbons in Haiti
» SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK
» 3. Personnages de l'Aliea Gakuen

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: