Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Place du Marché
 

 La course aux cadeaux feat Irvin Fowler

Aller en bas 
AuteurMessage
Eira BlevinsEira Blevins
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2824-eira-blevins-la-louveteau-desMessages : 679 Points : 3522
Pseudo : Grisella
Avatar : Hannah Murray
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un faucon pèlerin
Informations diverses:
MessageSujet: La course aux cadeaux feat Irvin Fowler   La course aux cadeaux feat Irvin Fowler EmptyJeu 3 Oct - 14:31

Le 15 décembre 2001,

Plus que neuf jours avant le réveillon de Noël, Eira n'a pas eu le temps de faire ses achats, trop occupée à effectuer ses missions d'auror et à s'occuper de sa fille. Il faut qu'elle s'y attelle surtout qu'elle a de nombreux présents à trouver cette année. Il faut aussi qu'elle chine des décorations pour pouvoir décorer le sapin, qui attend sagement dans son salon, avec sa fille.

Afin d'éviter la foule, elles se lèvent tôt et prennent un petit déjeuner en famille avant de se rendre sur la place du marché accompagnée de Nymeria, qui elle aussi aura un cadeau bien emballé avec un gros noeud pour qu'elle puisse prendre le bout du ruban avec ses dents et tirer dessus pour dévoiler la surprise. La Galloise adore ses festivités. Elle est soulagée que le souper est lieu chez ses parents car elle n'aura qu'à aider à mettre la table et elle n'aura pas le droit de mettre un pied dans la cuisine.

La jeune mère est impatiente de voir le visage de Dyrin émerveillé par les décors féeriques mis en place par les différents commerçants. La magie les rend encore plus inoubliable. Chaudement vêtues et portant un bonnet coloré et assorti avec un énorme pompon, elle tient la main de sa fille qui marche fièrement à côté d'elle. Nyméria est de l'autre côté afin que la petite puce ne tombe pas.

Des maisonnettes en bois ont été installées sur la place du marché où des artisans moldus et sorciers se mêlent offrant un panel de possibilités. Une alléchante odeur de chocolat vient leur chatouiller les narines, elle achète deux gobelets dont un qu'elle verse dans un biberon pour que Deryn puisse le boire plus facilement. Elles flânent et elles passent devant un fabriquant de jouets, elle prend sa fille dans ses bras pour qu'elle puisse voir ses merveilles. Elle remarque une peluche ressemblant à Nymeria et un cheval à bascule en bois, elle les montre discrètement et murmure au créateur qu'elle souhaite les acheter et qu'ils soient livrés ce soir chez elle. Pour que sa fille ne se doute de rien, elle lui achète une petite licorne que le vendeur lui donne quand elle la repose par terre. Elles reprennent leur route et elle s'arrête à certains stands pour acheter des chocolats sorciers, des petites babioles qu'elle offrira aux autres membres de sa famille.

Malheureusement, elle ne trouve rien pour ses proches amis alors elle quitte le marché de Noël pour s'aventurer dans les rues environnantes. Son regard s'arrête sur un magasin d'objets magiques. Elle pousse la porte et elle demande au propriétaire si Nymeria peut entrer. Sa fille a posé sa main sur le flanc de la louve et le commerçant attendri par leur complicité les laissent toutes les trois entrer. L'échoppe est presque vide, elles peuvent se faufiler facilement dans les rayons. Une orbe lumineuse attire le regard de l'auror, elle s'approche d'elle et sa fille en profite pour lâcher sa main. Deryn s'amuse avec la chienne quand elle remarque une petite fille, elle avance tout doucement vers elle, les bras levés. Nymeria la suit comme son ombre, protectrice comme à son habitude.


La course aux cadeaux feat Irvin Fowler 017e60b273beef8cf1e13dd6b035130eLa course aux cadeaux feat Irvin Fowler DzYqLa course aux cadeaux feat Irvin Fowler 6ZDV
Irvin FowlerIrvin Fowler
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 955 Points : 871
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: La course aux cadeaux feat Irvin Fowler   La course aux cadeaux feat Irvin Fowler EmptyMar 22 Oct - 15:05

- Doucement, j’ai compris, tu veux descendre.

Je suis maltraité par ma propre fille. Dans l’écharpe qui la maintient contre moi, ma hobbite gigote, se tortille et m’envoie au passage quelques coups de pieds involontaires pour se libérer et attraper enfin ce fabuleux objet inconnu et brillant sous ses yeux. Tout est fabuleux et brillant aux yeux d’un bébé de onze mois. Je l’extirpe de son étreinte de tissu et la pose à terre, sur ses petites jambes pas encore très assurées qui se dérobent sous elle une fois avant de la porter. Elle est persévérante. Je ne crois pas avoir jamais vu autant de ténacité que dans les yeux d’un bébé lancé à l’assaut d’une nouvelle expérience, autant d’obstination à se relever après être tombé. C’est fascinant à regarder. Matthew et tous les autres peuvent me traiter de papa gaga autant qu’iels veulent, ma fille est objectivement formidable. Seule Torvi me comprend.

Rosie a tellement grandi. Je me rappelle de sa naissance comme d’un jour tout proche alors qu’elle a déjà presque un an. Elle commence à marcher, dit « maman » en suédois et quelques petits mots anglais, découvre le monde avec un enthousiasme intarissable. Elle joue beaucoup, apprend autant, absorbe tout ce qui passe à la portée de son esprit avide d’apprentissage. J’avais, j’ai toujours, des doutes concernant son éducation ; mais je ne doute plus de mon choix de l’avoir adoptée. Je crois que je ne me lasserai jamais de ses jeux, de ses mimiques, de ses rires ; l’observer grandir est l’expérience la plus intéressante que j’ai jamais faite.

Mais c’est aussi une fatigante petite boule d’énergie et maintenir le rythme de papa-étudiant reste un défi quotidien. Heureusement, Torvi et moi sommes bien entourés. Mom et mummy sont souvent volontaires pour la petite, Grace et Milo aussi (même si je me méfie de l’influence de ce dernier), et puis il y a Matthew. J’avais peur que ma paternité pas très ordinaire finisse par nous séparer, mais nous tenons bon. Il aime ma petite Hobbite, s’occupe d’elle comme un second papa, partage les tâches avec Torvi et moi ; il essaye déjà de la corrompre avec ses goûts musicaux douteux, je l’ai surpris la semaine dernière en train d’encourager Rosie à se dandiner sur Dancing Queen.

Ce qui intéresse ma fille aujourd’hui, et depuis le début du mois de décembre, ce sont toutes ces décorations, ces lumières, ces choses brillantes. Elle vit son premier Noël et je redécouvre cette période par ses yeux émerveillés. Le magasin où nous sommes entrés déborde littéralement de tentations à portée de main, aussi je m’accroupis près d’elle pour la surveiller. Il est encore tôt, les clients matinaux sont rares, j’ai choisi cette heure exprès pour que nous soyons tranquilles. Nous passons quelques minutes à découvrir ensemble les objets, je lui nomme tout ce que son petit doigt tendu et curieux indique. Ses yeux s’ouvrent et se plissent, joyeux ou scrutateurs, au fur et à mesure que nous progressons dans les rayons. Les yeux tous aussi scrutateurs du vendeur nous suivent mais je m’en fiche. C’est un des petits moments seuls avec ma Hobbite que je n’abandonnerai pour aucun œil jugeant au monde. Nous arrivons vers le comptoir et je peux enfin m’atteler à ma mission du jour, dénicher un cadeau pour mom dans ce paradis des bricoleurs. Mais ma fille se rappelle aussitôt à moi par un insistant tirage de bas de pantalon.

- Po !

Je suis le petit doigt et mon regard tombe sur un immense chien, gardien d’une petite fille qui observe le magasin avec des yeux aussi brillants que la décoration.

- Non, ce n’est pas Monsieur Spock. C’est un autre chien.

Elle insiste, répète, certaine que c’est moi qui me trompe. Je me tourne à nouveau vers le vendeur et son comptoir alors que Rosie lâche un « Po » décidé et plante son regard scrutateur sur l’animal, le visage concentré et sérieux, bien droite grâce à sa main qui serre ma jambe.

- J’ai vu un nouveau modèle de couteau suisse dans votre vitrine, est-ce que vous pouvez me l’amener ?

Le vendeur acquiesce et s’interrompt, soudain amusé. Je baisse la tête. Rosie a lâché mon pantalon. Un sursaut de panique me surprend avant que je la repère, quelques mètres plus loin. Elle a galopé de toute la vitesse de ses quatres pattes, vers le chien et la petite fille, et tend la main vers la gueule de l’animal qui se penche pour la renifler.

- Rosie !

Je cours vers elle et la soulève du sol. Son visage se gonfle aussitôt de larmes et elle se met à crier, je la calme de mon mieux tout en cherchant du regard le coupable de ce presqu’accident. La voilà ; elle a accouru en entendant les pleurs et se plante devant moi.

- Vous êtes complètement irresponsable de laisser un chien pareil seul avec une enfant ! Les magasins sont interdits aux animaux !


La course aux cadeaux feat Irvin Fowler 74833510
Eira BlevinsEira Blevins
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2824-eira-blevins-la-louveteau-desMessages : 679 Points : 3522
Pseudo : Grisella
Avatar : Hannah Murray
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un faucon pèlerin
Informations diverses:
MessageSujet: Re: La course aux cadeaux feat Irvin Fowler   La course aux cadeaux feat Irvin Fowler EmptyLun 4 Nov - 17:44

L'orbe lumineuse pourrait plaire à Verity. Il lui suffira de poser sa main sur le cristal et de prononcer un mot pour que celle-ci lui offre une chanson aux paroles improvisées. Sa meilleure amie est un vrai rossignol et la galloise n'a jamais compris sa passion pour la musique. Mais, elle sait que ce présent la touchera comme elle sait à quel point la lionne n'a pas l'oreille musicale.

Pendant ce temps, Deryn accompagnée de Nymeria visite la boutique et remarque une autre petite fille. Attirée, elle se dirige vers elle d'une démarche maladroite suivie par sa nounou à quatre pattes. L'autre petite fille pose son regard sur la chienne et elle lui donne un drôle de petit nom. Son père lui dit que ce n'est pas leur chien et reprend sa discussion avec le vendeur. Profitant qu'il est occupé, elle lâche son pantalon pour se mettre à quatre pattes et filer à toute vitesse vers la louve.

Quand le jeune homme relève la tête, il voit son bébé tendre sa minuscule menotte vers la gueule impressionnante de Nym. Si l'angoisse ne l'avait pas envahi, il aurait pu observer que la louve remuait la queue contente d'être le centre d'intérêt d'une nouvelle amie. Malheureusement, la peur le pousse à exprimer sa colère. En quelques enjambées, il rattrape son enfant et le soulève pour l'éloigner de l'animal. Le bébé éclate en sanglots et ses pleurs sont contagieux, des larmes roulent sur les joues de Deryn. La chienne penaude s’assoit, l'air de dire qu'elle ne comprend pas ce qui pousse ce bipède à vociférer. Eira se précipite et se met face au client en colère. Ses mains se posent sur ses hanches. Elle sent l'énervement poindre le bout de son nez. Elle sait que si elle explose, la querelle risque de tourner au drame alors elle décide de choisir l'humour pour désamorcer cette bombe ambulante qui a réussi à effrayer sa petite fille innocente et lui gâcher ce moment, cette rencontre avec une nouvelle camarade. Elle se penche pour prendre sa merveille dans ses bras et sa princesse se blottit contre elle apeurée. La main gauche de l'auror caresse les cheveux de la fillette pour la calmer. Elle finit par répondre d'une voix rassurante :- Monsieur, calmez-vous. Nymeria est la chienne la plus douce du monde et sachez qu'elle est la nounou de ma fille. Vous n'avez jamais lu le conte "Peter Pan" vu votre réaction disproportionnée, je me trompe ? Elle fait une pause le temps de lancer un regard navré au propriétaire de la boutique devant le comportement irrespectueux du jeune homme : - Le propriétaire de la boutique a permis à Nymeria de venir dans sa boutique quand il a vu leur complicité. Je comprends que vous ayez eu peur pour votre enfant. Mais, qui effraie le plus nos petites filles à votre avis ? Ma chienne ou vous ? Nymeria se couche et cache son museau sous ses pattes comme pour s'excuser d'une faute qu'elle n'a pas commise. Elle pousse un petit gémissement pour lui demander pardon.


La course aux cadeaux feat Irvin Fowler 017e60b273beef8cf1e13dd6b035130eLa course aux cadeaux feat Irvin Fowler DzYqLa course aux cadeaux feat Irvin Fowler 6ZDV
Irvin FowlerIrvin Fowler
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 955 Points : 871
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: La course aux cadeaux feat Irvin Fowler   La course aux cadeaux feat Irvin Fowler EmptyLun 20 Jan - 17:19

Rosie crie contre mon oreille gauche et le bruit transmis par mon implant est insupportable. Mais ce qui m'insupporte encore plus, c'est l'air de reproche qui se répand sur le visage de la mère en face de moi. Un reproche non adressé à elle, non, mais à moi. Je l'écoute et reste stupéfait de sa réponse.

- La nounou ? Un chien comme nounou ?! Mais c'est insensé.

Elle me parle de contes, je ne saisis pas tous ses mots car les plaintes de Rosie font grésiller mon implant et saturent ma prothèse. Elle se base sur un conte pour s'occuper de son enfant ? Cette femme est réellement irresponsable. Pour qui se prend-elle alors, pour me faire des reproches et regarder le vendeur comme si c'était moi, l'être le plus bizarre de cette histoire ?

Puis vient l'ultime blâme, et je fulmine. Moi, je fais peur à ces enfants ?

- Elle aime les chiens parce qu'on en a un, mais elle est trop petite pour savoir qu'ils ne sont pas tous amicaux. C'est mon rôle de lui apprendre ça, vous devriez le savoir.

Ma réponse cingle comme un point final à cette conversation, puis je cale Rosie dans mes bras et tourne les talons. Je marche, calme et digne, jusqu’à un autre rayon - le magasin est assez grand pour éloigner le chien de la vue de ma Hobbite. Elle crie toujours, agite ses bras dans la direction de l'animal. Je caresse ses petits cheveux et la berce.

- Il est trop grand ce chien, il pourrait te mordre. On ne le connaît pas, c'est dangereux.

Elle crie de plus belle, insensible à mes tentatives. Je me sens encore démuni face à ses émotions, qui la submergent si violemment qu'elle en a les joues rouges et les yeux plein de larmes, les poings serrés et les pieds qui martèlent le vide. Elle refuse de se laisser remettre dans son écharpe, et moi, tout fulminant encore de la discussion précédente, j'oublie toutes mes connaissances acquises à force de lecture et de discussion avec mes mères.

J'expérimente une nouvelle sorte de peur depuis que ma petite Hobbite est capable de se mouvoir seule. Une peur différente de toutes celles que j'ai pu ressentir avant ; latente et imprédictible, comme si le monde entier pouvait s'écrouler sur ma fille à tout instant et que j'étais son seul rempart. Viscérale aussi, et brutale ; cela je l'avais ressenti lors de ma période de dépression. C’est aussi celle qui m’étreint à chaque fois que Matthew se frotte un œil un peu trop intensément, qu’il semble boiter ou qu’un de ses bras s’engourdit, alors que le temps imparti avant la prochaine crise est presque écoulé.

Je ne couve pas ma fille pour autant – Matthew y veille - mais je reste toujours aux aguets. Il lui est déjà arrivé une mésaventure stupide à cause de mon inattention. Et puis je ne l'entends pas, elle est trop discrète, trop furtive même pour ma prothèse, trop légère pour faire vibrer le sol sous moi, trop petite pour que je perçoive tous ses mouvements dès qu’elle s’éloigne un peu de mon champ de vision. Est-ce qu'elle peut comprendre ça, cette mère qui m'accuse de faire peur à des bambins ?

Je souffle profondément, tenant toujours fermement Rosie dans mes bras. Je souffle et me calme pour faire revenir à mon esprit les mots et les gestes qui sauront la calmer. Puis je pose ma fille à terre et plante mon regard dans le sien.

- Tu es triste, c'est ça, tu voulais jouer avec le chien ?

Je la lâche pour signer le mot « triste » avec mes mains, plusieurs fois, face à elle. Elle lutte encore, mais je persiste et elle laisse mes mots l’atteindre. Elle se calme, lentement, et je lui tends une boule de Noël prise sur une étagère pour la distraire de sa peine déjà presque oubliée. Tout aussi lentement, un sourire grandit sur son visage alors que ses mains se referment sur l’objet, et je lui souris en retour avant de caresser sa petite tête pour lisser ses cheveux en bataille.

C’est Torvi qui a trouvé cette astuce, ces mots magiques pour l’apaiser, il y a quelques jours seulement. Elle est si calme, toujours si posée ; nul doute qu’elle aurait réagi différemment face au chien.

- Tu la veux, cette boule ? C’est vrai qu’elle est jolie.

Je prends les mains de Rosie entre les miennes pour faire tourner la boule et agiter la neige à l’intérieur. La crise est définitivement passée, son attention est toute absorbée par les flocons artificiels flottant délicatement dans le globe de verre. Mais je grimace en voyant le prix.

- Tu vois Rosie, pour le prix de cette boule, je peux t’acheter deux semaines de petits pots. Qu’est-ce que tu préfères ? Les repas ou la boule ? Choisis bien.

Je la fixe, elle me fixe, puis lance un babillage approbateur.

- On est d’accord, c’est trop cher pour une décoration. Ta grand-mère pourra t’en fabriquer une encore plus belle.

Je sors le doudou de Rosie de la poche de ma veste et le lui tends, et la boule reprise à sa petite main retourne aussi vite sur l’étagère, pour éviter toute nouvelle tentation. Pas satisfaite pour autant, elle me rejoint et fouille consciencieusement dans ma poche, comme si un doudou fabuleux pouvait s’y cacher. Son exploration se termine, bien que sa petite main s’attarde le plus possible dans le tissu, et m’autorise à me lever, prêt à finir mes achats et à sortir le plus vite possible. Mais c’est déjà peine perdue ; la petite fille au chien, peut-être attirée par l’étagère étincelante de globes, s’avance à nouveau vers nous. Et Rosie, évidemment, de babiller joyeusement et de s’avancer vers sa nouvelle meilleure amie. Son doudou dans la main, sur deux pattes puis quatre, elle rejoint l’autre petite et l’observe avec presque autant de curiosité que les décorations. Puis elle lui tend son doudou. Et un autre objet, long et transparent, qui ressemble à une fiole.

Une fiole ?

Je fouille ma poche, l’autre poche, celle qui gardait la fiole achetée pour Mummy, mais elle est vide ; je fouille la seconde mais elle ne contient que mon portefeuille.

Rosie s’est redressée en s’appuyant sur l’étagère à sa portée. Sa petite main heurte un globe, qui roule, glisse, tombe et chute au sol entre les deux enfants. Le verre se fend et s’ouvre en deux, libérant son décor de flocons et de père Noël volant. Le contenu de la fiole est déjà en train de s’ajouter au liquide, Rosie l’a lâchée sous le coup de la surprise.

Mes yeux horrifiés suivent les quatre petits pieds qui se décrochent du sol. Et avant que je puisse faire quoi que ce soit, les fillettes ont atteint le plafond.


La course aux cadeaux feat Irvin Fowler 74833510
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: La course aux cadeaux feat Irvin Fowler   La course aux cadeaux feat Irvin Fowler Empty

 
La course aux cadeaux feat Irvin Fowler
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: