Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Signaler un RP libre

Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Aérienne :: Antenne Radio
 

 Oh, I love this track | RP Libre

Aller en bas 
AuteurMessage
Alistair FawleyAlistair Fawley
StaffMoldu
StaffMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 989 Points : 2505
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : AVENGEDINCHAINS | Signature : QUIET RIOT.
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations diverses:
MessageSujet: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyMer 2 Oct - 11:02

Antenne Radio, UPA - 4 janvier 2002.

Edgar est un homme qui a les dents si longues qu'elles raclent définitivement le sol. Il est au sein de Gloriam depuis si longtemps que je crois que tout le monde le connaît ici, c'est une sorte d'institution. Il fait partie des murs, mais ce n'est pas vraiment le mur le plus joliment décoré. Pas très grand, avec le crâne dégarni et une sorte de toc faisant trembloter sa main et son bras gauche, comme des spasmes qu'il ne contrôle pas et a de fait décidé d'ignorer totalement, voire même d'en nier l'existence. Depuis qu'il n'a plus de poils sur le cailloux - ce serait arrivée en 1977, selon les sources - il continue de désespérément porter un postiche pour se donner un air "jeune", dit-il. Le seul air qu'il obtient, toutefois, est celui d'un violeur décrépi bourré à la Ritaline. 

La nouvelle lubie d'Edgar était de diffuser un spot radio sur les dangers de la présence sorcière sur Atlantis. Il l'a enregistré, compilé, monté, le tout est en musique avec des effets dramatiques des plus niais et alarmants à souhait. Il a tout fait tout seul, comme il dit. A y réfléchir, je ne suis pas sûre que ça nous fera la plus belle publicité. Mais on m'a en tout cas chargé de me débrouiller pour le diffuser. Toutefois, comme Edgar a les dents si longues qu'elles raclent définitivement le sol, Edgar n'a pas voulu que je m'en charge seul. Il a donc préféré s'occuper de tout, et me charger d'être un simple messager, de n'avoir comme seule mission que d'aller glisser un CD-ROM au bon endroit. Comme il est gentil, cet Edgar.
 
Pour arriver à ses fins et autoriser la diffusion du spot, Ed a grandement suggéré à la Tour Radio de l'UPA de faire une sorte de journée Portes Ouvertes où chacun pouvait venir découvrir le lieu, voir les recherches sur les ondes radiophoniques et leur terrible impact sur la magie pouvait se faire, mais aussi avoir la chance de peut-être participer à un enregistrement d'une émission avec la radio étudiante situé pas bien loin... Bref, un événement public et autorisé à tous qui était une belle et bonne excuse pour mettre un plan à exécution. Je me rends donc à cette joyeuse rencontre, propre comme un sou neuf, armé de mon CD-ROM Sony, bien rangé dans la poche intérieure de mon manteau. 

L'UPA est encore en période de vacances aujourd'hui, peu de gamins qui courent partout, et comme la doyenne veut mettre en place une nouvelle sécurité, les fouilles n'ont pas lieu ce matin. Ce doit être le karma. J'arrive donc, joyeux, à ce rendez-vous où je fais mine de m'intéresser à tous les moindres détails sur les champs magnétiques, et lorsqu'il faut lever le doigt pour s'inscrire pour participer à un enregistrement radio dans l'après-midi, ma main se hisse jusqu'à vouloir toucher le ciel. Je note mon nom sur la fiche, Alistair Adley, et je vais déjeuner à la cafétéria de la bouffe industrielle dégueulasse qu'on n'a pas honte de servir à des jeunes qui n'ont pas tous fini leur croissance. Il y a des choses qui ne changent pas, même avec la levé du secret et les progrès dans la cuisine que peuvent apporter deux coups de baguettes.

Avant la fin du repas, et l'heure prévue de notre rassemblement auprès des étudiants qui enregistrent en direct une émission de "fin de vacances" comme ils disent, je m'éclipse aussi discrètement que possible pour rejoindre la salle d'enregistrement. Je touche enfin au but, et alors que je suis à deux doigts - littéralement deux doigts, posés sur la poignée de la porte - de pouvoir diffuser ce satané spot de Gloriam, je vois deux grands yeux au bout du couloir. Et merde. « B-Bonjour. Je suis inscrit sur l'enregistrement d'une radio dans une trentaine de minutes, j'étais trop curieux de voir la salle, haha ! Ca reste entre nous hein ! », je balance avec l'air mutin en espérant que la silhouette ne soit pas celle d'un supérieur de l'établissement mais plutôt d'un étudiant compréhensif, et je tourne la poignée, doucement, et pousse la porte.

Allez, sois sympa, m'empêche pas d'entrer et de diffuser sur les ondes notre message. Un peu de pitié, j'ai dû subir de la purée en poudre et un rôti trop cuit pour en arriver là.


HRP

J'ai voulu faire un petit RP libre pour flirter sur les nouveaux Faits Divers, et en plus m'amuser à ce que ce soit comme une sorte de mission de Groupuscule (comme nous sommes toujours en réfection du système de Quêtes pour le faciliter Eyes)

Du coup c'est un RP libre, ouvert à tous, l'idée est de faire des échanges assez courts et rapides mais forcément pour l'introduction c'est toujours plus long. Vous pouvez être la personne qui débarque ou non, n'hésitez pas à participer, et on va voir ce que ça va donner Huhu


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what "nemesis" means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent. Personified in this case by an 'orrible cunt... me.

Idalina Cadena VerduzcoIdalina Cadena Verduzco
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2365-idalina-cadena-verduzco#53263Messages : 116 Points : 2120
Pseudo : Idalina
Avatar : Penelope Cruz
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyMar 22 Oct - 4:47

Je ne regrettais décidément pas d’être venue sur cette île. Bien sûr personne ne parlait espagnol et le climat, y avait franchement mieux, question alimentation, il fallait vraiment s’y faire, mais question journalisme, y avait du travail à ne plus que savoir en faire. D’ailleurs, je me demandais parfois si j’arriverais à tout mener de front. Il y avait des soirs où je rentrais exténuée à mon petit appartement en me demandant comment j’arriverais à me lever le lendemain. Mais la nuit est toujours réparatrice et capable de regonfler mon enthousiasme qui n’en a d'ordinaire pas plus besoin que cela.

En premier lieu je m’étais lancé sur les événements liés à la magie et en particulier aux incidents de l’inauguration de l’exposition Mac Lean. J’avais un peu progressé mais je restais parfois sur des semaines entières sans avancée majeure ce qui générait la frustration qu’on peut imaginer. en second lieu, l’a mixité s’était révélée un sujet passionnant même si au début je m’étais un peu rabattu dessus en désespoir de cause. Les témoignages que j’avais pu collecter m’avaient un peu surprise par leur diversité et très vite, le sujet était apparu comme bien peu anodin.

En marge de ce thème un peu généraliste, l’existence des différents groupuscules pro ou anti mixité, pro ou anti magie avait défrayé la chronique et leurs exactions respectives ne pouvaient que me questionner et exciter ma curiosité. Que le débat sur ce nouvel ordre qui ressemblait parfois plus au désordre fasse rage au début cette nouvelle ère que les différents gouvernements avaient initié était on ne peut plus normal, mais les positions fanatiques n'avaient de cesse que de m’interroger.

Dans ce domaine, la difficulté était de remonter à des sources dignes de confiance et intéressantes. Une fois qu’on avait fait le tour des sympathisants, il était bien plus difficile de se faire introduire dans les cercles concernés. Une petite piste vint pourtant finalement raviver l’espoir qui menaçait de s’éteindre. Chaque Groupuscule avait ses organes de propagandes, affiches et tracts en particulier. Malgré l’usage de la magie, remonter leur piste s’était avéré infructueux et c’était du côté de la technologie moldue de devait venir mon salut. Pas que ma vie soit en jeu mais plutôt la frustration que j’étais capable de supporter.

En attendant de tomber sur une piste fiable à suivre, je m’étais mise en demeure de traquer toutes les manifestations que ma parano pouvait associer à l’un ou l’autre des extrêmes qui avaient décidé de se faire une guerre sans pitié dont le champ de bataille privilégié semblait être Atlantis. Quelle ironie lorsqu’on considère les idéaux qui avaient sous tendu l’érection de la cité ! Comment étais-je tombée sur cette annonce de porte ouverte ? Sans doute en passant à proximité à l’occasion de mon enquête préliminaire sur la mixité. Bref la perspective de cette porte ouverte organisée autour des ondes radiophoniques et leur impact sur la magie alors que, si ma mémoire est bonne, ces ondes, elles sont utilisées depuis belle lurette, ne pouvait que me mettre une puce à l’oreille. Si elle s'avérait imaginaire et bien tant pis, je n’en étais pas à une piste infructueuse près. L’enregistrement d’une émission pouvait être intéressante mais je ne faisais pas partie du public visé. Par tous les phœnix ! pas encore trente ans et je faisais partie déjà des vieilles ! Je me consolais en me disant que j’aurai autre chose à faire, enfin, je l’espérais…

J’avais du mal à être attentive à l’exposition elle-même, occupée que j’étais à observer le public qui se pressait à la manifestation. Pourtant, je ne pouvais pas dire que c’était inintéressant. J’avais abandonné la technologie moldue depuis que j’avais compris que ma vie se situait plus du côté magie que du côté moldu et avoir quelques connaissances en la matière ne pouvait pas faire de mal. Par contre j’avais un peu de mal à saisir les intrications entre magie et onde-radio. Lorsque le moment fut venu de s’inscrire ou pas à la possibilité d'enregistrer cette fameuse émission, je fus prise d’une sérieuse hésitation. Ne pas y aller me laissait les mains libres si je pouvais dire, pour fouiner un peu partout, mais en contrepartie pouvait me faire rater des personnalités intéressantes. En même temps je n’imaginais pas ces dernières se bloquer dans ce genre de manipulation. Pas très certaine de mon choix, je ne me signalai pas pour participer à cette animation et tentai de deviner les intentions des uns et des autres en profitant du nombre de personnes assemblée au même endroit. Al final no sabia si c’était une bonne idée. Le monde qui m’entourait n’était pas tellement propice à l’usage de la légimentie à moins de m’épuiser en vaine concentration. Entre les pensées un peu trop intimes qui font irruption dans le cerveau des pauvres humains sans qu’ils ne s’en rendent même compte et les mélange d’états d’âme, c’était presque perdu d’avance. Je sentais que l’exercice puisait dans me ressources lorsque je captai le fil d’une pensée pas orthodoxe. Visiblement quelqu’un avait quelque chose à cacher. Mon regard passa des uns aux autres mais entre les nuques qui se présentaient à moi et les regards rivés vers l’hôtesse qui faisait les inscriptions je dus me résigner à me contenter de cette impression fugace.

C’était de tout façon suffisant pour me lancer dans les investigations les plus hasardeuses. Comme j’avais fait le choix de ne pas m’inscrire, je passai le reste du temps à suivre le programme de la journée, et à récupérer de mes efforts magico-mentaux qui avaient fini par me vriller les tempes et me donner des fourmis dans le bout des doigts. Durant le repas une certaine lucidité me revint et plongée dans mes pensées je me demandais comment tirer parti au mieux du petit avantage que j’avais réussi à glaner. Le point de départ pouvait bien être la salle d’enregistrement. M’y présenter assez tôt pouvait me permettre, enfin c’est ce que j’espérais, de voir si quelqu’un manquait _ pas facile avec le monde qu’il y avait _ ou recapter une pensée utile à l’arrivée des inscrits. Je jetais un regard à ma montre. Si je voulais prendre de l’avance, c’était l’heure de m’y prendre sans perdre de temps.

J’avais de la chance ! Quelqu’un arrivait juste avant moi et il pourrait sans doute me renseigner sur la suite des événements. J’allais me mettre en devoir de saluer l’homme qui avait déjà la main sur la poignée de la porte lorsqu’il prit les devant d’une façon des plus maladroite, ce elle qui n’appartiennent qu’à ceux qui ont quelque chose à cacher. Ceci dit sa justification pouvait s’entendre. Je tentai donc de sonder les pensées du gaillard pour en avoir le cœur net, mais il aurait fallu que je sorte ma baguette pour avoir un peu d'efficacité après mon effort du matin et en tête à tête, cela ne se faisait pas si je voulais garder un peu de discrétion et de civilité. En outre la sensation fugace de perdre pied me dissuada de renouveler l’expérience. Cette façon de se sentir pris en faute me souffla qu’il devait me prendre pour quelqu’un de l’université. C’était toujours bon à exploiter. Je me contentai de sourire et de prendre un air complice.

“Je comprends cela fait toujours ça la première fois.”

Visiblement ma présence n’allait pas le dissuader d’entrer. Soit il était très déterminé, soit son excuse était réelle et il comptait sur moi pour que je garde le secret. J’allais même faire mieux.

“Pas de problème je vous accompagne…”

Je tends la main vers l'entrebâillement de la porte qu’il a déjà provoqué pour lui indiquer que je lui cède le passage.
Alistair FawleyAlistair Fawley
StaffMoldu
StaffMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 989 Points : 2505
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : AVENGEDINCHAINS | Signature : QUIET RIOT.
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyDim 10 Nov - 17:02

Antenne Radio, UPA - 4 janvier 2002.

Et merde. Je vous accompagne, qu'elle me dit. La silhouette se rapproche de moi, et au regard de ce qu'elle me dit, ce doit être une habituée soit de la radio soit de cette radio. Je continue de pousser la porte et m'y engouffre donc tout en tenant le morceau de bois entrouvert pour permettre à la jeune femme de me suivre. Si je la lui claque au nez, c'en est fini de mes chances, je vais devoir faire avec, glisser la disquette dans un des ordis et bidouiller le tout sans qu'elle ne s'en rende compte. Et on a qu'une vingtaine de minutes pour faire tout ça avant que le reste du groupe n'arrive... Et merde.

« Bien sûr, venez vite, ça restera entre nous ! ». Je referme la porte derrière elle, peu de temps après. Je n'ai jamais vu la silhouette de cette jeune femme avant et je suis incapable de savoir d'où elle vient, donc autant commencer à faire causette pour laisser croire à ma bonne volonté. « Vous travaillez à l'université ? A la radio ? ». En entrant dans la pièce, je sonde du mieux que je peux la salle. Il y a pas mal de matériel qui m'est totalement inconnu, mais je remarque dans le coin au fond un ordinateur allumé. Les micros et les casques ne sont pas bien loin, tout comme un gros lecteur / enregistreur de cassettes. Je m'approche du mieux que je peux de l'ordinateur, dont le contenu de l'écran est caché pour les yeux de celle qui m'accompagne, et arrive à voir dans un coin que le logiciel qui est lancé à l'air d'être celui qui diffuse les enregistrements - il y a des plages horaires de couleurs, des noms comme "pub", "émission ...", pas besoin de 7 ans d'études pour comprendre.

« Oh, wow ! Vous avez vu les casques là-bas! Ils sont énormes... Eh. Enfilez-en un, je vous prends en photo, allez-y ! ». Allez, jouer le côté espiègle de deux Partner in crime, ça peut marcher. Je pointe donc du doigts une table ronde avec des micros autour, comme ceux qu'on voit dans les émissions de télévision, et sors un appareil photo jetable de ma poche ; j'avais prévu de me faire passer pour une sorte de consultant pour un magazine ou quelque chose du genre, mais je peux tout aussi bien être un touriste abruti qui ne sort pas de chez lui. Au pire, ça peut peut-être lui permettre de regarder au loin, quand au même moment, j'arrive vers la tour de l'ordinateur et y enfonce la disquette d'un coup sec. Et là je prie pour qu'elle n'ait rien vu et que le fichier se lise rapidement sur l'ordinateur à côté duquel je reste sans bouger.

HRP:
 


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what "nemesis" means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent. Personified in this case by an 'orrible cunt... me.

CatharsisCatharsis
PNJ
PNJ
Messages : 1928 Points : 2938
Pseudo : Ton pire cauchermar
Avatar : --
Crédits : Melody
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyDim 10 Nov - 17:02

Le membre 'Alistair Fawley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Actions Périlleuses' :
Oh, I love this track | RP Libre V3X0fZ2
Idalina Cadena VerduzcoIdalina Cadena Verduzco
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2365-idalina-cadena-verduzco#53263Messages : 116 Points : 2120
Pseudo : Idalina
Avatar : Penelope Cruz
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyMer 13 Nov - 11:51

Je ne suis pas bien certaine qu’il soit ravi que je l’accompagne, mais il fait contre bonne fortune bon cœur. Du coup, je me dis que mon stratagème a fonctionné et c’est déjà un début. A peine arrivée dans le studio je jette un regard alentour ne serait-ce que pour me familiariser le plus vite possible avec ce nouvel environnement. La technologie moldue ne m’est pas tout à fait inconnue grâce à mon père mais depuis que j'ai commencé mes études magiques, je m’en suis un peu éloignée, même si à l’occasion j’essaie de prendre ce qu’il y a de pratique dans la science, ne serait-ce que parce que dans ma partie rester en contact avec des moldus peut s’avérer utile. Téléphone donc et depuis peu courriel comme ils disent font partie de la panoplie que je maîtrise, mais la plupart des fonctions d’un ordinateurs me restent inconnues. Pas de chance il y en a un certain nombre ici et je ne parle pas de la table hérissée de micros. Je vais devoir jouer serré pour donner le change.

“Oui je suis dans la presse et je viens souvent ici.”


Por Merlin! Je suis parvenu à répondre sans mentir à sa première salve de questions ! Après ça ne me dérange pas de mentir. Et puis comme je suis sensée être l’hôtesse des lieux quoi de mieux que de laisser visiter tandis que je fais celle qui s’installe et se trouve dans son élément.

“On voit que vous n’avez pas l’habitude de ce genre d’endroit. Sorcier peut être?”


Je m'esclaffe pour me faire pardonner ma question directe et chargée de clichés.

“Oui je suis un peu indiscrète. Veuillez m'excusez, déformation professionnelle...”

Déjà je suis assise à la table devant un micro et coiffe un casque.

“Par contre, je ne connais pas le programme complet de la journée. Puisque vous êtes devant l’ordinateur vous pouvez me dire ce qui va passer ?”

L’impression est étrange. Tous les sons sont étouffés là-dessous mais je fais celle qui a l’habitude. Un bouton attire mon attention juste sous le micro je le presse et une musique que je ne connais pas arrive à mes oreilles. C’est assez fascinant. J’ôte le cabochon droit de mon oreille afin de pouvoir converser avec le visiteur.

“On dirait que nous sommes sur une plage d’émission automatique programmée.”

Un petit grésillement m’arrive dans les oreilles et me fait hausser les sourcils.

“Vous voulez m’accompagner ?”

Je lui fais signe de prendre place autour de la table avec moi.

“Qu’est-ce qui vous intéresse dans le radio ? Le contenu ? la technique ?... Moi la technique je laisse ça à ceux dont c’est le métier…”

Habile, excusez du peu, façon d’orienter la conversation vers les sujets qui pourraient m’intéresser...
Alistair FawleyAlistair Fawley
StaffMoldu
StaffMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 989 Points : 2505
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : AVENGEDINCHAINS | Signature : QUIET RIOT.
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre EmptyDim 24 Nov - 16:13

Antenne Radio, UPA - 4 janvier 2002.

La tension est à son comble. Je sens mes mains commencer à trembler, et c'est la raison pour laquelle je les cache du mieux que je peux derrière moi quand je lui parle. Il ne me semble pas que mon corps emette une autre forme de stress que ses mains moites et qui ont la bougeotte. Le grand sourire qui me fend le visage est d'ailleurs là lui aussi pour créer le plus de confusion possible. A sa question, je suis hésitant, confus, et finis par répondre « Oh, oui, sorcier ! Ne vous en faites pas, c'est une question légitime, haha. Ça ne me gêne pas d'y répondre. ». Le mensonge qui se glisse dans la phrase est bien difficile à déceler car après tout, au sens propre, je suis un peu sorcier. Je la regarde en tout cas mettre le casque sur ses oreilles et commencer la routine de quelqu'un de plus ou moins habitué, tout en la prenant en photo comme je lui ai promis, souriant. Lorsqu'elle me demande de vérifier sur l'ordinateur les émissions qui défilent, je saisis ma chance pour me tourner vers l'écran en verre.

En arrière-plan se trouve en effet le logiciel de la radio qui mentionne que nous sommes sur la plage appelée "Octopus", qui regroupe visiblement 8 mini-plages de 8min de musiques avec une pause de pub entre chacune de ces plages. Mais devant, bien ouvert, se trouve la fenêtre de lecture de la disquette. Je fais donc mine de bidouiller l'ordinateur pour répondre à la question posée, quand en réalité je clique pour uploader ce que je viens diffuser. « Visiblement, c'est une plage de musique oui ! Ca se finit dans... une vingtaine de minutes. A peu près quand l'enregistrement avec notre groupe devra commencer. ». J’émets un petit rire quand la jeune femme m'invite à la rejoindre... « Le casque me va bien moins qu'à vous ! Et puis, vous avez besoin d'un pilote pour savoir quelle chanson vous attend ! La prochaine là, ce sera... Baby, Get Out, d'un groupe qui s'appelle Maze. Vous connaissez ? ». Je commence à avoir chaud à force de balancer des conneries et je commence à avoir envie de noyer mon malaise dans un verre.

Les minutes défilent sur la barre de téléchargement de la disquette, il en manque encore 3 complètes à devoir s'écouler. Je décide donc que du moment que je maîtrise mon truc, je peux me permettre de jouer le jeu du fan de radio et m'éloigner de l'ordinateur. Je prends donc la peine d'abaisser la fenêtre de téléchargement pour retourner sur le logiciel de radio, et m'avance vers celle qui me tient compagnie. « Tout peut être intéressant ! Je ne m'y connais pas du tout, pour tout vous dire. Donc je suis preneur de toutes informations. Vous travaillez dans le monde de la presse depuis longtemps ? ». La presse. Je n'y avais pas songé quand elle me l'avait dit, elle connaît peut-être mon père... Sûrement, même. Cette pensée me donne presque la nausée. En me disant qu'elle le respecte très certainement, qu'elle le côtoie... Je ressens comme une haine soudaine, une horrible envie, vengeresse, de lui faire du mal. Surtout à lui, dont le visage me revient en mémoire. Mais moi, devant cet air hautain et fier, je n'ai qu'une envie, effacer et poncer cette mine si sûre de lui avec du papier de verre.

Je toussote alors, pour chasser ses idées bien trop noires pour l'ambiance actuelle. Il ne faudrait pas que poussé par des pulsions étranges je lui saute à la gorge, à cette pauvre... cette pauvre, euh... « Vous avez dit vous appelez comment, déjà ? ». Elle n'a rien dit Al, t'es con. Et à force, on doit bien arriver aux 3 minutes d'attente, car dans le casque que j'avais toujours à moitié sur les oreilles, je commence à entendre une nouvelle chanson. Je mime alors l'étonnement pour me dépêcher de retourner vers l'écran et ainsi éviter qu'elle n'aille y pointer le bout de son nez avant moi. Visiblement, le téléchargement du spot audio est fini. Il faut maintenant que je le mette sur le logiciel de radio et le diffuse en plein dans l'après-midi... Allez, encore quelques minutes et ce sera bon. J'y crois. « Max Valentine, Fantastic Feeling... Du R'n'B. Ca a l'air plutôt naze, vous trouvez pas ? Cette radio est pas du genre à passer des musiques assez incroyables pour qu'on les mette sous verre. ».


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what "nemesis" means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent. Personified in this case by an 'orrible cunt... me.

Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Oh, I love this track | RP Libre   Oh, I love this track | RP Libre Empty

 
Oh, I love this track | RP Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» 123456789... Déclaration !

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: