Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Les Salines :: Les demeures aménagées aux Salines
 

 puzzle. ¬ ft. Alistair Fawley

Aller en bas 
AuteurMessage
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffÉtudiant Sorcier
StaffÉtudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-soMessages : 367 Points : 846
Pseudo : Alda/Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Bb Adra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Appart’ d’Adra qu’elle squatte, tmtc wsh
Patronus: I wish
Informations diverses:
MessageSujet: puzzle. ¬ ft. Alistair Fawley   puzzle. ¬ ft. Alistair Fawley EmptyLun 2 Sep - 20:04



PUZZLE.
11.12.01 ~ ft. Alistair Fawley
C’est qu’elle avait joué à la maligne, Tatiana. Elle lui avait donné rendez-vous chez elle, à une date un peu au hasard, sans préciser d’indice de temps. Elle avait voulu paraître indépendante, détachée. Il était beau le résultat ; des heures et des heures déjà qu’elle angoissait comme une abrutie dans son appartement. Et puis, qu’espérait-elle de cette rencontre ? Déjà, il fallait qu’il se présente. Peut-être ne viendrait-il pas. Ce ne serait pas nécessairement bien surprenant, vu comme il s’était barré, la première fois. Peut-être avait-il décidé qu’il n’avait ni d’excuses, ni d’explications à donner à une gamine. Au fond, ils ne se devaient rien. Ils n’étaient ni parentés, ni en fréquentation. Qu’il disparaisse s’il veut, le Fawley ! Rien à foutre !

Dix-neuf heures. Il n’était pas du genre matinal, Alistair, donc il y avait toujours espoir qu’il se pointe. Car, bon, c’était tout de même la moindre des choses. Reconnaître qu’on avait merdé, et présenter des excuses pour ça. S’il n’avait pas envie de la revoir, ou de s’expliquer, il ne lui aurait pas envoyé sa lettre.

Sa lettre ! Parlons-en, de sa lettre. Ça la mettait tant hors d’elle qu’elle se leva du sofa et, pour la millième fois aujourd’hui, fit les cent pas dans son appartement. Sa putain de lettre, là. Datée de juillet, donnée en novembre. Et encore ! Il avait fallu qu’il la revoit à la mission pour que l’idée judicieuse de la lui rendre lui traverse l’esprit. « Rah ! lâcha Anya, qui se dirigeait maintenant vers la cuisine. » Non, mais, hé. Si elle n’avait pas été à cette soirée de meurtre et mystères organisée par Gloriam, aurait-il seulement songé à elle ? Lui avait-il donné la lettre par bonne foi, ou simplement pour qu’elle ferme sa gueule et qu’on clotûre le dossier ?

Elle ouvrit le cabinet de l’armoire un peu trop fort, et en sortit ses feuilles de camomille. Dans l’empressement, elle en renversa un peu partout. « Raah, b`lyad'! » Elle en avait marre. Dieu, qu’elle en avait marre. Elle attendait minuit presque impatiemment, pour que son angoisse se dissipe enfin et qu’elle en soit sûre : il n’était pas venu et ne viendrait pas. Plus tôt, le facteur lui avait apporté son courrier, et elle s’était presque tapé une crise de panique avant d’ouvrir la porte. Quand elle avait vu qu’il ne s’agissait que du service postal, elle avait failli pleurer. Lâcher l’angoisse qui lui collait à la peau depuis le vendredi, dans le quartier des profondeurs.

Car, elle savait bien qu’au fond, elle ne s’en foutait pas, qu’il vienne ou non. Elle voulait qu’il vienne. Elle voulait qu’il lui explique, elle voulait comprendre. Savoir enfin ce qu’elle avait fait de mal, le soir de son concert, pour qu’il disparaisse le lendemain, sans un mot. Savoir où était son erreur. S’excuser à son tour, si elle avait fait quelque chose de mal.

Elle attrapa sa tasse fumante et s’installa au salon d’un pas lasse. Dans le coin de la pièce, le caisson de Nikolaĩ reposait. C’était presque comme s’il la narguait. Il l’observait de loin, et lui rappelait ce dernier concert. Anya détourna la tête et l’appuya contre le dossier du sofa. Elle était vidée. Une journée entière, la boule au ventre, ça aspire votre énergie. Elle n’avait plus qu’une envie ; aller se coucher. Il ne viendrait pas, de toute façon. Elle finirait sa camomille et se poserait. Au diable qu’il était tôt ; elle méritait un peu de sommeil.

Mais on toqua à la porte. Elle crut d’abord à une hallucination auditive, après avoir espéré toute la journée. Pourtant, dans son coeur, elle savait bien que c’était réel. Qu’il y avait quelqu’un, de l’autre côté. Alors elle se leva péniblement et, la tasse à la main, une couverture de laine sur les épaules, elle ouvrit.

Ce n’était pas le facteur. Ce n’était pas non plus la voisine, ou Adra, ou Ella. Non. C’était lui. Elle avait répété toute la journée ce qu’elle lui dirait, lorsqu’elle le verrait. Elle avait réfléchi à une réplique montrant de l’enthousiasme, mais un certain détachement. Elle ne voulait pas laisser paraître qu’elle l’attendait. Il n’était qu’une surprise, un truc de plus dans sa journée chargée de femme indépendante. Et, pourtant, lorsqu’elle vu son visage, elle ne réussit qu’à balbutier : « T’es venu. »
code by bat'phanie


the night is dark and full of terrors
The day is bright and beautiful and full of hope. There is ice and there is fire. Hate and love. Bitter and sweet. Male and female. Pain and pleasure. Winter and summer. Evil and good. Death and life. Everywhere, opposites. ▬ Everywhere, the war.
 
puzzle. ¬ ft. Alistair Fawley
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Le sublime touche, le beau charme." (Alistair M. Fitzbern)
» [entraînement] Elicia de la Succube VS Alistair de l'Autel.
» Alistair à louer !
» opéra | éparpillé par petits bouts, façon puzzle
» Ecrivons leurs histoires : Alec ¤ Alistair ¤ Amaëlle ¤ Arwen ¤ Christian ¤ Daniel ¤ Gallen ¤ Jake ¤ Julian ¤ Lilith ¤ Owen ¤ Peter

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: