Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville
 

 Acknowledge your fire

Aller en bas 
AuteurMessage
Cirice T. PodmoreCirice T. Podmore
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2225-cirice-theodora-podmore-can-yMessages : 100 Points : 380
Pseudo : M
Avatar : Jenna Louise Coleman
Crédits : Bazzart
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitations Troglodytes, Ville-Haute
Patronus: Papillon
Informations diverses:
MessageSujet: Acknowledge your fire   Acknowledge your fire EmptyMar 2 Juil - 5:57

Cirice remonta ses cheveux noirs en une queue de cheval serrée. Elle observa sa création dans le grand miroir encadré de dorures, qui reflétait les portes des toilettes derrière elle. Elle était seule dans la pièce, pourtant elle avait un ressenti étrange d'être observée. Vous savez, ce genre de petit tour que jouait l'esprit trop imaginatif sur la raison ; et tout à coup, on croyait entendre une respiration ou apercevoir une ombre passer dans son dos. Miss Podmore avait beau être une femme implacable, elle était poursuivie par les peurs irrationnelles et dévorantes qui dormaient dans les tripes de l'humanité depuis toujours. Ca lui rappelait l'Irlande, le domaine Prendergast, sa propre maison et la Colline aux Soupirs… Un craquement horrible résonna à ses tympans, et la fit sursauter hors de sa rêverie. C'était la même chose, chaque année ; plus on approchait du solstice d'hiver, plus elle revoyait l'exécution de son père. Pourtant elle était jeune lorsque c'était arrivé, mais tout semblait limpide. Et puis elle avait entendu tellement de fois cette histoire, racontée par les adultes lorsqu'ils pensaient être hors de portée de son écoute. Imbéciles ignorants. L'effritement de la dorure du miroir attira son attention, quelle ironie. En dessous, on pouvait distinguer le contre-plaqué. Tout ce qui brille n'est pas d'or.

Sur son chemin en sortant du hall, elle jeta un oeil sur un grand tableau d'affichage. Il n'était pas souvent utilisé, du moins elle n'y avait jamais prêté une réelle attention jusqu'à aujourd'hui. Il y avait plusieurs annonces, plus ou moins froissées, plus ou moins lisibles. Et au milieu de ce fouilli de papiers mouvants et immobiles, un tract ressortait parmi les autres. Il parlait de la préservation de la magie, de l'importance de la communauté sorcière, de quelque chose de plus grand. Les mots promulguaient la fierté, la magie, l'union. Et c'était signé le Sacre. Cirice en avait entendu parler ; un parti politique qui souhaitait protéger le monde des sorciers, conserver l'identité propre de la magie et l'intégrité de ses valeurs. Au fond, elle ressentait que toutes ces lignes lui parlaient au-delà de leur signification première. Quelque chose dans ce tract lui apparaissait d'une évidence indiscutable. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas réfléchi aux questions politiques, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait pas le courage d'assumer ses idéaux. Depuis cette sombre période après la Seconde Guerre, elle s'était tue sur ce sujet. Pourtant, cette lecture avait ranimé quelque chose et elle sentait qu'elle avait besoin d'en savoir plus. Après tout, pourquoi n'aurait-elle pas le droit de penser, comme tout le monde ? Elle se rendit aux résidences du Sacre en quittant le Ministère, et toqua à l'imposante porte. Une jeune femme rousse se présenta.

« - Bonjour, excusez-moi de vous déranger, mais j'ai lu l'un de vos tracts et… Elle n'avait pas réfléchi jusque-là. Ca paraissait beaucoup plus simple en théorie, mais Cirice Podmore ne perdrait pas ses moyens. Enfin, je voudrais en savoir plus à propos du Sacre. »


metamorphosis
☽O☾
Althea A. FaradayAlthea A. Faraday
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2000-althea-faraday-bite-your-lipsMessages : 478 Points : 1239
Pseudo : Flow
Avatar : Deborah Ann Woll
Crédits : Melody
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Villa du Sacre
Patronus: Une jolie petite raie léopard, mortel prédateur marin
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Acknowledge your fire   Acknowledge your fire EmptyMar 9 Juil - 15:36

Acknowlege your fire

- Althea A. Faraday — Cirice T. Podmore -


"The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it." J.M. Barrie
Le plafond est blanc. Il y a une petite craquelure, près du luminaire : rien de très voyant, une minuscule lézarde qui serpente le long du lustre sur quelques centimètres à peine. Elle ne défigure en rien l’élégance et la sophistication de la pièce. La fissure n’en est, quelque part, que la faille qui la sublime, que le défaut qui fait tendre vers la perfection.
Althea a toujours rêvé d’habiter dans une demeure qui serait à la hauteur de ses ambitions. Certes, elle se doit de partager les parties communes de la villa avec ses colocataires – tous des sorciers et membres du Sacre, tous des amis plus ou moins proches, il n’empêche qu’elle aurait préféré avoir l’endroit pour elle toute seule - mais ce n’est pas vraiment un problème lorsqu’elle peut se réfugier dans une chambre aussi somptueuse. Son grand lit de bois foncé, au baldaquin de tissu violine, est la pièce maitresse de ce qui peut presque s’apparenter à une suite, avec sa commode jonchée de produits cosmétiques, son dressing qui pourrait, à lui seul, héberger un couple sans qu’il ne soit à l’étroit, et le puit de lumière qui jette sur la cheminée à structure apparente un halo presque divin. La jeune femme, pourtant, ne prend plus le temps de contempler ces merveilles. Cela fait deux ans maintenant qu’elle habite à la Villa, et elle prend pour acquises ces possessions qui, pourtant, ne sont pas tout à fait à elle. Allongée sur ses draps, sa poitrine pressée contre un coussin, les pieds levés vers cette craquelure si anodine, elle tourne les pages d’un magazine féminin en s’arrêtant de temps en temps sur un article de fond, qui expose les nouvelles tendances de l’automne, ou encore la manière la plus appropriée de trouver son âme sœur selon son signe zodiacal.
Quelques coups sont frappés à la porte, et elle manque de les entendre, tant son esprit est happé par les titres bariolés qui constituent sa lecture. Sans bouger ne serait-ce qu’un petit doigt, elle s’écrie, d’une voix bien peu agréable et trop aiguë pour  le commun des mortels :

« - Jace ! Il y a quelqu’un à la porte !

Pas de réponse. Il est vrai qu’elle est censée être en cours, à cette heure de la journée, et que c’est probablement le cas de ses camarades, bien plus studieux qu’elle. Mais qui a envie de s’enfermer toute la journée dans un amphithéâtre poussiéreux, quand on peut la passer à paresser entre les quatre murs de sa chambre douillette ? La rouquine soupire. Elle sait de source sûre qu’Elizabeth n’est pas là, Jace ne lui répond pas, les autres ne semblent pas avoir plus de réaction… Elle pourrait prétendre ne pas être là et attendre que l’inopportun à la porte ne daigne s’en aller, mais la jeune femme craint qu’il ne s’agisse d’une affaire pressante concernant le Sacre, et se relève donc en maugréant avant de passer une tenue un peu plus convenable à la va-vite. Un débardeur rose pâle et une jupe noire en cuir lui arrivant à mi-cuisse enfilés, les habits qu’elle a porté la veille et qu’elle avait négligemment déposé sur le bord de sa tête de lit, l’étudiante se dirige vers la porte d’entrée en traversant les corridors silencieux de la maison vide.

Le regard d’Althea tombe alors qu’il se met à niveau de celui de son interlocutrice. Ce n’est pas que l’inconnue est petite, elle doit être de taille moyenne, rehaussée de quelques centimètres par des talons, mais la mannequin regarde bien souvent de haut les autres femmes, même lorsqu’elle est pied nu, comme c’est le cas présentement. Le sourcil de la plus jeune se lève. Qui est donc cette femme ? La réponse à sa question lui est apportée à demi-mot, alors qu’elle lui adresse la parole de manière hésitante. Aussitôt, les yeux d’Althea se font plus vifs, elle se redresse, un sourire ourle ses lèvres. Ce n’est pas tous les jours qu’ils reçoivent des visiteurs avides d’en savoir plus sur le Sacre, à la Villa. Après tout, ce n’est qu’un logement étudiant aimablement prêté par Hershel Corner, le dirigeant de l’organisation, et certainement pas un lieu de recrutement : mais si la brune se trouve là, devant elle, c’est bien que ses tracts ont marchés. Que tout son dur labeur n’a pas été vain.

- Oui, bien sûr ! Avec plaisir, même, rajoute-t-elle d’une voix doucereuse, sans cacher sa joie apparente. Vous voulez entrer, pour qu’on en discute ? Je peux vous offrir un thé, un café…

Elle laisse en suspens sa question en faisant des petits signes de la tête, comme pour mieux la convaincre d’accepter son offre. Althea n’est pas réellement censé faire entrer des personnes extérieures au Sacre à l’intérieur de la villa. C’est un lieu protégé, clos, où la technologie n’a pas sa place, et où les jeunes âmes des étudiants peuvent grandir dans la plus pure tradition sorcière. Qui sait si cette dame, bien qu’elle ait l’air tout à fait inoffensive, n’est pas venue semer le trouble dans ce havre de paix ? Althea ne pense pas à de telles choses, cependant. Tout ce qu’elle veut, c’est une paire de bras supplémentaire au Sacre, une âme de plus qu’elle aurait convaincu de rejoindre cette organisation en laquelle elle croit tant.
Lorsque la brune accepte, elle manque de sauter de joie et la conduit jusqu’au salon, où les dorures et les pierreries ne peuvent qu’éblouir les nouveaux venus. Lui faisant signe de s’asseoir, Althea lève sa baguette pour mettre à chauffer de l’eau dans la cuisine, avant de la rejoindre sur la grande table en acajou qui trône dans la pièce.

- Alors, en quoi puis-je vous aider, exactement ? Je serais enchantée de répondre à toutes vos questions concernant le Sacre, madame… ? »

Son ton obséquieux dissimule bien mal son envie de bien faire, et ses longs cils, non maquillés aujourd’hui – ce qui est loin d’être un obstacle à sa beauté insolente – papillonnent contre ses yeux alors qu’elle se retient de tressauter sur sa chaise, impatiente à l’idée de potentiellement recruter l’inconnue.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 1117 WORDS.




    Would you get down on your knees for me?
    'Cause I'm a primadonna girl, yeah, all I ever wanted was the world. I can't help that I need it all : the primadonna life, the rise and fall. You say that I'm kinda difficult, but it's always someone else's fault. Got you wrapped around my finger, babe, you can count on me to misbehave. + buckaroo.

 
Acknowledge your fire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Close to my fire [Keane]
» Kissed by fire ♔ [Deklan & Katerina] (+18 - explicit)

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: