Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Le Chemin de Traverse
 

 Boule de poils

Aller en bas 
AuteurMessage
Evanore A. BlavatskyEvanore A. Blavatsky
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2224-evanore-a-blavatsky-history-hMessages : 39 Points : 236
Pseudo : Sha / Anya
Avatar : Felicity Jones
Crédits : Mélo / Bazzart
Plus d'informations
MessageSujet: Boule de poils   Boule de poils EmptyMar 11 Juin - 18:58

Boule de poils
ft. Alden Lauriel | 10.10.01
Une chouette aurait été un investissement plus sage. Elle lui aurait permis d’envoyer ses manuscrits à Frankie sans avoir à passer le pan de la porte, de communiquer avec sa famille plus facilement, de ramener ses courses quand bon lui semblait. Une chouette, c’était aussi un symbole de sagesse, d’intelligence. Du temps où elle revêtait encore le bleu et le bronze, elle avait toujours souhaité un hibou. Elle voyait ses camarades recevoir leur courrier par l’oiseau de la maison, et elle accompagnait parfois Russel à la volière pour prendre soin de son animal. Petite, et même adolescente, elle avait toujours trouvé qu’il s’agissait du meilleur animal que Poudlard pouvait accepter entre ses murs. Elle s’imaginait, adulte, une chouette perchée à son bras, à vagabonder de scènes de crime en scènes de crise, baguette à la main, confiance au visage. En fermant les yeux, blottie dans son dortoir, elle voyait s’animer les images d’une Evanore auror, qui apportait au monde ce dont il avait besoin.

Mais cette Evanore, celle des rêves et des songes, avait été engloutie par les flammes d’un jour d’hiver. Elle n’avait pas de complice, pas de camarade, pas de chouette et définitivement pas de qualité spéciale à offrir à l’univers. Elle était l’ombre de ce qu’elle aurait pu être. Pas que cette vie lui déplaisait énormément, au contraire ; Atlantis lui plaisait pas mal, son appartement était tranquille, et l’écriture ne l’avait pas encore lassée. Mais parfois, elle se surprenait à se sentir seule. La pensée de mettre le pied dehors, de se rendre au café et de lancer la conversation avec de purs inconnus la terrifiait, mais renier le vide qui grandissait en son ventre devenait impossible. Si l'incendie lui avait arraché son ambition, il n’avait fait qu’accentué son isolement. Et bien qu’elle ne rêvait plus aux heures de gloire, aux criminels poursuivis et aux histoires qui se terminent bien, elle ne pouvait chasser de son esprit le rêve interdit d’un jour tenir la chair de sa chair au creu de ses bras. Même seule, elle serait devenue mère. Peut-être n’était-il pas trop tard même pour adopter, peut-être le pourrait-elle encore. Mais elle n’était pas naïve, plus maintenant ; elle peinait à mettre un pied devant l’autre. Comment s’occuper d’un être vulnérable lorsqu’on ne peut se décider à seulement se coucher avant que l’horloge ne crie minuit ? Comment guider un petit qui dépend de vous à travers la vie, lorsque la vôtre est un gâchis ? Avoir un enfant serait égoïste. Mais rester seule serait du suicide.

Alors elle se promenait à la Ménagerie magique, grinçant des dents à chaque nouveau cri d’animal. Le vacarme commençait à lui filer une migraine, et l'incompétence du commis l’irritait au plus haut point. Et… et cette chouette là, vous ne l’aimez pas ? J’vois pas pourquoi, elle est bien, cette chouette… Elle ne savait pas pourquoi non plus, mais c’était ainsi. Même s’il lui montrait l’animal vingt fois, elle ne changerait pas d’avis. Elle ne ressentait rien, en observant les oiseaux. Si elle avait vécu une véritable connexion à l’achat de sa baguette, elle ne pouvait tout de même pas croire qu’elle n’éprouverait pas ne serait-ce qu’un petit quelque chose à la vue d’un compagnon !

Elle allait abandonner, rentrer chez elle en acceptant qu’à nouveau, elle se mettait elle-même des bâtons dans les roues, lorsqu’elle passa près des cages aux chats. Ils étaient plus d’une vingtaine, tous différents, et ils miaulaient à tue-tête pour attirer l’attention des acheteurs. Mais une petite boule grise restait couchée dans son coin. Intriguée, Evanore s’approcha de l’animal, et passa son doigt à travers le grillage. Derrière elle, le commis lui expliquait les origines du chat, mais elle ne l’écoutait pas. Elle ne faisait qu’observer la petite masse s’animer, et ses épaules se relâchèrent lorsque l’animal daigna tourner la tête vers elle. À travers son pelage foncé, de petites taches rousses parsemaient sa figure, et ses yeux jaunes la fixaient elle aussi. Le chaton inclina la tête et, prudemment, avança vers l’avant de la cage. D’un geste délicat et lent, Evanore caressa le visage du petit, qui recula d’abord, avant de venir en réclamer plus. Charmée, la brune se retourna vers le commis et, d’un sourire rare et franc, déclara qu’elle le prenait.

Dans la file d’attente pour la caisse, Evanore était débordée. Dans sa main gauche, elle tenait la cage vide de son animal ; de sa main droite, elle tentait de lire de pedigree de son nouveau compagnon, qui reposait entre sa poitrine et son coude ; à ses pieds, son panier rempli de jouets divers et de nourriture reposait. Les yeux plongés dans sa lecture, elle ne remarqua pas le client qui la précédait qui, lui, semblait étrangement la reconnaître.

code by bat'phanie


HER NOSE STUCK IN A BOOK


She reads. All the time. She reads about the people she could never be, about the adventures she would never live. | (c) FRIMELDA

 
Boule de poils
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestan bizango lavalas fè konnen Si yo tire sou nou, nap boule KEP
» HAITI: NAP BOULE
» Happy Birthday Poils aux pattes!
» DISCO GRIFFON POILS LONGS M 6 ANS REFUGE DE MOREE
» Présentation de Boule de Miel, un chaton très énergétique... ||A.F 05 JUIN|| Terminé

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: