Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Les Salines :: Les demeures aménagées aux Salines
 

 Should I stay, or should I go - ft. Jill

Aller en bas 
AuteurMessage
Aloysius YaxleyAloysius Yaxley
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
Messages : 10 Points : 89
Pseudo : Piou Piou
Avatar : Harry Lloyd
Crédits : Tussanus Postea
Plus d'informations
MessageSujet: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill EmptyMer 5 Juin - 12:00

J’ai récemment eu une idée. Je ne sais pas encore si c’est une bonne idée, et il y a de fortes chances pour qu’une fois mise en application, cette tentative se solde par un échec cuisant. Il me faut d’abord replacer un peu le contexte pour comprendre pourquoi et comment cette idée m’est apparue.

Je n’ai plus d’argent. Ce matin, j’ai dilué ma dernière cuillère de café en poudre médiocre dans un litre d’eau, au lieu des 100mL recommandé. Je pense  ainsi pouvoir tenir jusqu’à la fin de la semaine. En buvant ce mélange presque sans goût, je me suis souvenu des petits déjeuners copieux à la demeure familiale : le pain grillé et doré, tout chaud, sur lequel commençait à fondre une belle noisette de beurre, le grésillement des saucisses et des oeufs au lard dans la poêle, les haricots fondants dont une goutte de la sauce finissait inévitablement par atterrir sur ma chemise propre, tout cela noyé dans des litres d’un chocolat chaud, épais et sucré. Mon unique toast matinal fait fort pâle figure à côté de ce souvenir. En dehors des vacances d’été, je peux déjeuner à la cafétéria de l’université, où les repas sont plus riches et moins onéreux. Depuis deux mois, je n’y ai plus accès, et mes déjà maigres économies se sont petit à petit épuisées. Je n’ai jamais été pauvre avant. Ma famille était riche, mais mon père est à Azkaban, et je n’ai pas repris contact avec ma mère, en dehors de quelques lettres où je ne fais jamais état de ma situation.

Dans quelques jours, on viendra me demander de partir du minuscule taudis que j’occupe actuellement. Cette fois, ça ne sera pas la gentille sorcière âgée qui viendra me réclamer le loyer, car cela fait trois fois que j’ai réussi à l’amadouer pour obtenir un délai supplémentaire inutile. Cette fois ce sera son fils, prêt à en découdre et à me voir dehors avant la fin de la journée. La dernière humiliation d’une longue série. J’ai décidé de ne pas me l’infliger, et j’ai réunis mes quelques possessions dans un sac soumis à un sortilège d’extension : quelques vêtements, des livres, la montre de mon arrière grand-père (une merveille, dont je parlerai peut-être une autre fois), ainsi que d’autres affaires de première nécessité. J’ai ouvert la cage de ma chouette afin qu’elle puisse s’envoler, car je ne m’en encombrerai pas. Je sais que Pimprenelle est intelligente, et qu’elle me retrouvera, où que j’aille.  Une fois ces préparatifs (si on peut les appeler ainsi) terminés, j’ai quitté le petit appartement sans un regard, en plaçant mes dernières espèces dans une enveloppe que j’ai glissé sous la porte de la gentille sorcière âgée.


Je me suis retrouvé dans la rue, sans réel but, indécis pour la première fois de ma vie quant à la suite des événements. Je ne cherche pas à échapper à quoi que ce soit, je ne ressens pas l’urgence qui a guidé mes pas jusqu’alors. Je me suis laissé porter au hasard à travers les rues des Salines réfléchissant en respirant l’air légèrement emprunt de l’odeur de la mer, mélangée à celle de la vie miteuse des quartiers défavorisés. J’aurais pu retourner à l’université et plaider ma cause pour obtenir un logement. J’aurais pu envoyer une lettre à ma mère et retourner à la maison, si elle est encore debout.
Et c’est là que l’idée est apparue. Littéralement apparue, elle a tourné au coin de la rue, légèrement poussée par le vent. L’idée s’appelle Jill, et elle ne m’a pas vu, et je l’ai suivie.

Je maintenais mon allure, pendant que nous traversions des quartiers de plus en plus élégants. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça. Elle a disparu dans l’une des belles résidences, aussi vite qu’elle était apparue, et je suis resté sur le trottoir, à nouveau désemparé. Cette rencontre, qui n’en était pas vraiment une, avait suffit à raviver des souvenirs, certains joyeux, d’autres douloureux. Je suis resté un moment debout, à juste me souvenir.

Puis j’ai pris une décision. Il n’a suffit que d’un simple sortilège de confusion pour convaincre le gardien qu’il m’avait déjà vu et que j’étais déjà plusieurs fois venu visiter quelqu’un pour qu’il me laisse entrer. Il ne m’a suffit que de gravir les marches pour me trouver face à une porte dont un minuscule écriteau ouvragé portaient les lettres que je cherchais. Il ne m’a suffit que d’une légère pression sur la sonnette pour qu’un son fin et mélodieux résonne à mes oreilles.

Jillian WoodJillian Wood
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2509-jillian-wood-six-feet-underMessages : 15 Points : 86
Pseudo : Ark
Avatar : Haley Lu Richardson
Crédits : tennessee
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Un Sombral
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill EmptyMer 5 Juin - 16:52

Tic. Tac. Le temps file, le temps presse. La rentrée approche, et rien n’est prêt. Ce n’est pas faute d’avoir tout prévu à l’avance - au final, n’importe qui me dirait que je suis en avance. Mais il me reste tant à faire ! Moi qui ne veux pas faire les choses comme les autres, qui préfère toujours ma plume et mon encre aux vieux crayons sans âme des moldus, ou qui essaye de dégotter les livres les plus complets - et les plus chers, aussi. Tout cela s’est ajouté à ma candidature pour la réserve de Charlie Weasley et Rain Kvelgen, pour laquelle j’attends toujours une réponse.

« Excusez-moi… Vous auriez cette paire en noir s’il vous plaît ? » J’ai affiché mon plus beau sourire au vendeur qui s’est contenté d’acquiescer du regard et de filer en arrière boutique, sans se soucier de ma tenue. Pourtant, essayer du matériel de soins aux créatures magiques en portant une robe blanche en dentelle, des bas résilles et des talons de dix centimètres, ce n’est pas monnaie courante. S’il y a quelque chose que je n’ai pas à reprocher aux moldus, c’est bel et bien leur sens du style, ou tout simplement la quantité de vêtements qu’ils peuvent proposer. Pouvoir m’habiller comme je le souhaite depuis deux mois était une véritable libération, même si je sais que ma robe de Gryffondor ne va pas tarder à me manquer, une fois de retour en cours… L’idée m’est venue de la mettre le jour de la rentrée, histoire de marquer un peu plus la différence sorcier/moldu dès le départ, mais cela serait sans doute mal vu… Et je ne suis pas provocatrice à ce point là… (Bien que l’idée me faisait fort sourire).

Le vendeur a réapparut avec une paire de gants en peau de dragon d’un noir de jais. J’évite de porter du dragon en tant normal, mais malheureusement, il est ce qu’il qu’on fait de plus solide pour mon métier à venir. Quelques galions en moins plus tard, j’ai terminé mes achats et je suis de retour dans mon appartement, vue sur l’océan. Mon père m’a offert ce gigantesque T4 pour mon admission à l’université et mes cinq Optimal obtenus lors de mes ASPIC. Il était si fier… Je le revois encore me tendre les clés, après que nous ayons transplané au beau milieu du salon, au soleil couchant. C’était il y a de cela un mois, à peine.

Je suis restée un moment à contempler la limite entre ciel et mer, le regard embué, lorsque la sonnette m’a sortie de mes pensées. C’est une douce mélodie, j’ai en effet immédiatement fait remplacer le bruit criard que faisait l’ancienne par quelque chose qui me ressemble un peu plus. Raccrochant mon sourire, je me suis approché de la porte d’un pas léger, et quelle ne fut pas ma surprise lorsque le visage de Aloysius Yaxley est apparu, à cinquante centimètres du mien.

Que dire ? Bouche entre-ouverte d’elle même, sourcils froncés d’incompréhension, il s’est passé plusieurs secondes avant que je ne réagisse. Et ce fut finalement sans trop réfléchir que j’ai refermé la porte, sans demander mon reste. Plusieurs secondes se sont écoulées, alors que mon regard est resté fixé sur la porte close, ma main posée à plat dessus. Plusieurs émotions se confrontent en moi et s’entremêlent, si bien que je finis pas céder à l’une d’entre elle et à la rouvrir. « Qu’est-ce que tu fais là ? Comment t’es rentré ? » Merci Jillian pour cette intervention… Je me suis giflée en pensée, pour avoir une réplique aussi stupide, mais digne de ma personne, logique. Des mois que je n’ai pas eu de ses nouvelles, que je le maudis, et tout ce que je trouve à lui dire, c’est savoir comment il a passé la porte d’entrée ? Great job lady.




You will shine among stars.
Aloysius YaxleyAloysius Yaxley
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
Messages : 10 Points : 89
Pseudo : Piou Piou
Avatar : Harry Lloyd
Crédits : Tussanus Postea
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill EmptyVen 7 Juin - 8:00

Dès que le son du carillon s’est arrêté, j’ai regretté mon action. Devant cette porte close, j’avais honte. Honte de mon geste impulsif et irréfléchi. Honte de mes vêtements qui me semblaient soudainement vieux et usés. Honte de mon comportement d’il y a quelques années. J’ai songé à m’enfuir à nouveau, l’idée d’assumer mes erreurs passées me semblant impossible. Mais déjà j’entendais des pas légers à travers le panneau, et les possibilités de m’en sortir s’amenuisaient de seconde en seconde.
J’ai senti mon coeur tomber dans ma poitrine lorsque la porte s’est ouverte. Je me sentais comme un poisson hors d’un bocal, cherchant désespérément une goulée d’oxygène. Et soudain, le soulagement m’envahit comme la porte se refermait sur cette vision. Une seconde chance m’était donnée, une chance de tourner les talons, de disparaître à nouveau et d’emmener avec moi toutes mes erreurs, toutes les choses négatives que j’aurais pu lui inspirer. Je me sentais les jambes fébriles, des picotements au bout des doigts. J’ai senti une pointe de déception m’envahir, mais à quoi pouvais-je m’attendre ? Pendant des mois elle m’a tenu la tête hors de l’eau, et réciproquement, elle s’est confiée à moi et je l’ai écoutée, je lui parlais de mes problèmes et elle m’a rassuré, elle m’a donné sa confiance et je l’ai laissée tomber. J’ai disparu de sa vie sans même un petit mot. Réapparaître après des mois de silence en espérant quoi, au juste ? Qu’elle allait m’accueillir dans sa vie à bras grands ouverts, comme un vieil ami.

Quand la porte s’est de nouveau ouverte, je n’avais pas bougé. J’ai levé les yeux vers elle, mais en évitant délibérément son regard, cherchant ce que j’allais bien pouvoir dire, comment me justifier. Les mots ne me paraissaient pas à la hauteur de ce que je ressentais. Je voyais dans ses yeux qu’elle était tout aussi perdue que moi, qu’elle cherchait ses mots. Il m’a fallut quelques instants pour réaliser qu’elle avait parlé. Je n’ai pas répondu immédiatement, car j’ai dû réfléchir. Il était hors de question de révéler que je l’avais suivie, et pas un mot non plus de la façon dont j’étais entré dans la résidence. Je me trouvais l’air assez misérable comme ça, nul besoin d’en rajouter. Je ne savais pas par où commencer. « Je… Peu importe. » j’ai dit, ce qui m’a semblé au final tout aussi inquiétant.

J’aurais aimé qu’elle me laisse entrer sans autre question, sans avoir besoin de me justifier. J’aurais voulu que l’on prétende être de vieux amis qui se retrouvent après des années et qui reprennent leur conversation comme s’ils ne s’étaient séparés que quelques minutes. Malheureusement, rien de tout cela n’aurait été possible. « Jill, je suis désolé. Je n’aurais pas dû arrêter de t’écrire, ou alors je n’aurais jamais dû commencer. » J’ai finalement osé la regarder en face. « J’ai merdé, si tu savais, j’ai vraiment fait n’importe quoi. »
Jillian WoodJillian Wood
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2509-jillian-wood-six-feet-underMessages : 15 Points : 86
Pseudo : Ark
Avatar : Haley Lu Richardson
Crédits : tennessee
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Un Sombral
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill EmptyMar 11 Juin - 8:33

Toutes les ondes positives qui m'entouraient depuis ce début de journée venaient de s'évaporer en moins d'un instant. Je ne ressentais plus que cette douleur, au creux du ventre, et ce déchirement, là où se trouvait le cœur ; des sentiments qui m'avaient accompagnée longtemps, mais qui s'étaient amenuisés avec le temps. Comment osait-il se pointer là, sur le pas de ma porte, après des mois de silence ?

Lorsqu'il a levé de nouveau les yeux vers moi, sans pour autant croiser mon regard, j'ai pris le temps de l'observer. Des habits usés, la mine fatiguée, il avait également perdu du poids et je reconnaissais à peine celui qui avait pour habitude d'avoir une allure impeccable, celui qui était un grand ami d'Aidan à Poudlard, celui à qui je n'avais presque jamais adressé la parole en face jusqu'à aujourd'hui. Etrange sensation, d'ailleurs, que de connaître aussi bien quelqu'un sans jamais lui avoir dit un mot à l'oral…

Peu importe, avait-il dit. Bien sûr que peu importait la façon dont il s'était introduit dans ma résidence pourtant sécurisée. Il était un sorcier, et malin comme un Serpentard qui plus est. Je suis restée stoïque, attendant de lui une quelconque réaction autre que ça. Il ne pouvait daigner revenir vers moi sans une bonne excuse, quelque chose de réellement valable qui me donnerait une bonne raison de ne pas l'ignorer et le laisser en dehors de ma vie comme il s'en était lui-même banni. Mais, fidèle à lui-même, et comme s'il n'avait pas encore assez fait de mal, il en a rajouté une couche, merci la maladresse. Sa phrase m'a touché en plein cœur, et lorsque son regard s'est finalement planté dans le mien, j'y ai lancé le plus d'éclairs que je pouvais. « Et tu viens de merder, une fois de plus. T'aurais peut-être dû ne jamais me répondre, ou moi ne jamais te contacter, effectivement. » Mon ton était sec, froid, violent ; méconnaissable. Peu de gens avaient eu l'occasion de voir cette facette de ma personnalité, cette froideur, ce ton cassant qui ressortait lorsqu'on en venait à toucher à mon cœur, mes sentiments. Et là, plus que n'importe quoi d'autre, la situation me touchait d'autant plus, parce qu'il m'avait abandonnée, et j'étais terrorisée par l'abandon.

« Tu as cru qu'en venant là, sur le pas de ma porte pour pleurnicher, tu aurais droit à la rédemption ? » J'ai pouffé de rire, moqueuse, désagréable. Une Jill qu'il ne connaissait pas, une Jill hors de ses gonds, une Jill qui ne me ressemblait pas. J'ai laissé s'écouler quelques secondes, interminables, avant de poser la question qui restait posée sur le bout de mes lèvres depuis le début, interdite, en murmurant presque. « Qu'est-ce qui t'est arrivé ? » J'ai soufflé ces quelques mots en laissant transparaitre toute mon empathie. Son état me faisait de la peine, malgré toute la rancœur que j'éprouvais pour lui. Je voyais, au travers de son attitude, qu'il en avait bavé et qu'il n'était plus le jeune homme qu'il était à l'époque, celui que j'avais connu quelques mois auparavant, au travers de nos écrits réguliers et plein de secrets. Mon regard s'était radoucit, le négatif ne me seyait pas, et cette situation ne me laissait malgré tout pas insensible, loin de là…




You will shine among stars.
Aloysius YaxleyAloysius Yaxley
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
Messages : 10 Points : 89
Pseudo : Piou Piou
Avatar : Harry Lloyd
Crédits : Tussanus Postea
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill EmptyMer 12 Juin - 11:30

Je n’aurais jamais pensé que mes mots puissent avoir un tel effet sur quelqu’un. Au fur et à mesure que je les prononçais, le visage de Jill se décomposait, passant de l’incrédulité à la tristesse, puis à la rage pure. Pourtant, les mots qui ont franchi ses lèvres étaient dépourvus d’émotion. Implacables, sévères, et justes. Je me suis rendu compte à ce moment là qu’elle semblait tout autre que ce que j’avais imaginé. Je n’avais d’elle qu’un souvenir partiel, et je ne remarquais que maintenant certains petits détails que ma mémoire avait mal retenus. Ses yeux, moins clairs que ce dont je me souvenais. Elle avait également l’air plus grande, et plus mature. Je me suis rappelé que lorsque je l’ai aperçue pour la dernière fois, elle n’avait pas encore quitté Poudlard. Elle ne devait pas avoir plus de 15 ou 16 ans. Encore une enfant.
Elle a ri, d’un air méprisant et forcé, et j’ai senti que je gagnais du terrain, qu’elle commençait à chanceler. Le doute se lisait dans ses yeux, l’hésitation entre laisser aller sa colère et s’abandonner à la curiosité. Et lorsqu’elle a parlé de nouveau, j’ai réalisé que la seule chose qu’elle ressentait, c’était de la pitié. Je me suis senti comme un petit animal abandonné sur le bord de la route, qu’on songe à accueillir pendant un instant. On pèse le pour, le contre, et pendant ce temps la bête nous regarde, parfaitement consciente que son destin ne dépend pas d’elle, mais de la décision que l’on va prendre.

Je me suis demandé si je devais lui dire la vérité sur tout ce qu’il m’était arrivé. Je savait qu’elle pouvait le comprendre, car elle avait toujours fait preuve d’un esprit étonnant et critique vis à vis de ce que je lui avait raconté. Je craignais qu’elle ne veuille pas l’entendre, que son jugement soit teinté par le souvenir qu’elle avait de moi. J’avais souhaité égoïstement qu’elle se soit mise à ma place, qu’elle se soit rendu compte de ma situation. J’aurais voulu qu’elle sente cette culpabilité qui m’envahissait à chaque fois qu’une lettre m’arrivait, quand je lisais ses lignes et que je voyais comme elle s’attachait à moi et comme je tombais un peu plus amoureux à chaque mot. J’aurais voulu qu’elle sache à quel point j’avais besoin de cette affection, et la façon dont je m’y cramponnais, sans me soucier des conséquences, alors que je savais parfaitement qu’elles existaient et qu’elle seraient désastreuses. J’aurais voulu quelle vive ce sentiment de honte à chaque fois que je regardais les curieux hiboux brésiliens emporter mes réponses, cette façon de me dire « Tu vas trop loin, mets-y un terme, sois fort et fais le. Ne réponds plus », tout en espérant que la lettre se perde et que tout s’arrête sans que j’ai besoin de faire cet effort. Tout cela pour recommencer, et me sentir toujours plus mal. Jusqu’au jour où le dégoût pour moi-même fut trop fort. Je l’avais imaginée en train de lire, de sourire comme je souriais, et l’image d’Aidan est apparue. Depuis qu’elle m’avait annoncé sa mort, j’avais repoussé cette idée dans un coin de mon esprit, et voilà qu’elle était réapparue, et qu’elle s’était interposée à chaque fois que pensais à elle. Et la petite boule de culpabilité qui me rongeait s’était mise à grossir et à me dévorer tout entier.

Et voila que je recommençais, que j’était de nouveau apparu dans sa vie. Je n’en avais aucun droit, et je comprenais sa colère. Mais elle s’était radoucie, et je voulais qu’elle me pardonne. « Il m’est arrivé beaucoup trop de choses pour qu’on en parle sur le palier » j’ai dit, et j’ai jeté un coup d’oeil derrière elle, dans l’entrée qui était plus grande que mon dernier logement. « Tu t’en es mieux sortie que moi, on dirait… » ai-je ajouté avec un pauvre sourire. Je me suis demandé si j’aurais pu la serrer dans mes bras, là, immédiatement, et comment elle aurait réagi. Probablement pas aussi bien que je l’aurais espéré. J’ai décidé d’être honnête avec elle, en partie. Parce que je n’avais plus rien à perdre, mais j’ai quand même pesé chacun de mes mots. « Je n’ai nulle part où aller. Est-ce que je peux rester avec toi un peu ? Pas longtemps. Et je te raconterai tout. »
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Should I stay, or should I go - ft. Jill   Should I stay, or should I go - ft. Jill Empty

 
Should I stay, or should I go - ft. Jill
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Oh darling stay with me | KALEY ♥
» (lily) stay strong, stay gold.
» — I can't stay with you
» Dominican boatpeople resorted to cannibalism to stay alive

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: