Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Les Salines :: Les demeures aménagées aux Salines
 

 Down the path

Aller en bas 
AuteurMessage
Ella KvelgenElla Kvelgen
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 467 Points : 1197
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart - Astra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Down the path    Down the path  EmptyDim 5 Mai - 11:25

La blonde ramassa ses cheveux et les attacha en une queue ridicule. Comme elle avait les cheveux assez courts, coupés au carré, elle pouvait pas retenir grand-chose avec un élastique. Mais qu’à cela n’tienne : Ella était pas du genre à s’arrêter à la moindre petite difficulté. Alors c’était pas sa coupe de cheveux qui ferait la loi, non mais ! L’esprit joyeux, elle préparait un mélange de thé de sa confection ; figurez-vous que ça avait des avantages culinaires, d’être douée en botanique. Dans un mortier en bois qu’elle avait ramené de chez elle, la sorcière écrasait des baies roses. L’odeur si particulière donnait ce petit quelque-chose en arrière-goût dans le thé. Du moins, c’était un ingrédient qu’elle aimait bien et qu’elle ajoutait souvent à ses compositions. Son mortier ; la précision tenait au fait que ça faisait maintenant plusieurs semaines qu’elle vivait avec Tatiana. Comme si elle faisait des infidélités à sa propre coloc’. C’était marrant de voir les choses sous cet angle. Durant les pauses, les deux sorcières aimaient se concocter des parfums de thé, se faire découvrir des choses, partager ensemble. Sorcière… Ca faisait une semaine que la brune avait trouvé sa baguette, et Ella essayait toujours de s’y faire. Pas que c’était farfelu ; juste complètement nouveau.

« - L’eau est en train d’bouillir ! clama-t-elle de la cuisine. Après s’être lavé les mains, elle rejoignit son amie sur le canapé. Thé blanc, racines de gingembre, baies roses et pétales de violette… J’improvise, j’espère que ce s'ra bon. Ella haussa les épaules en riant. Au pire, on le boit pas ! Alors, t’as choisi c’que tu voulais faire aujourd’hui ? »

Avec un certain entrain, Tatiana lui indiqua le sort Reparo. Avant de débuter ces séances d’entraînement privé, elles s’étaient organisé un minimum. La menace de Gloriam planait toujours au-dessus de sa tête – leurs têtes, maintenant – et fallait pas le perdre de vue. Alors le but du jeu, c’était qu’elle progresse rapidement, avec une pratique soutenue. Bon, c’était clair que la blonde avait rien d’une prof d’enchantements, et en ferait encore moins une combattante prête à botter des culs d’extrémistes. Mais au moins, elle aurait de solides bases et apprendrait en fonction de ce qui lui semblerait utile. Car un grand pédagogue a dit un jour : faut apprendre ce qu’on aime pour faire ça bien. Enfin non, personne avait dit ça, mais le concept se tenait. Pour l’occasion, Ella avait ressorti ses vieux livres de magie de Poudlard. Autant vous dire qu’il y avait une épaisse couche de poussière en guise de couverture. Elles prirent le temps de déguster le thé en discutant de la formule, du geste.

« - Bon, t’as compris ? Alors qu’elle hochait la tête pour affirmer son approbation, la jeune femme vida ce qui restait dans sa tasse et la balança énergiquement contre le mur d’en face. Un grand fracas éclata en mille morceaux. Bien, alors c’est parti ; essaye de réparer ça. »

Ella s’amusa de la surprise de son apprentie. Franchement, elle se bidonnait bien de dispenser son savoir magique comme ça. Elle était persuadée que si les cours avaient été moitié moins drôle à Poudlard, elle aurait sans doute été une magicienne hors-pair aujourd’hui. De toute façon, dans la magie, rien ne valait mieux que la pratique pour capter la théorie. Elle se mit en tailleur et observa Tatiana se lever pour brandir sa baguette vers les morceaux de céramique éparpillés. Sa baguette était réellement magnifique ; des reflets bronze à la lumière. Elle lui allait bien ; fine, délicate, tout comme elle. Elle était pas peu fière de son amie, c’était peu de le dire.


warden
It is time. We gotta unit and fight, or die and serve a meal to scavengers.
Tatiana L. VoronkovaTatiana L. Voronkova
StaffÉtudiant Sorcier
StaffÉtudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1678-tatiana-l-voronkova-y-know-soMessages : 356 Points : 611
Pseudo : Alda/Sha
Avatar : Amelia Zadro
Crédits : Bb Adra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Appart’ d’Adra qu’elle squatte, tmtc wsh
Patronus: I wish
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Down the path    Down the path  EmptyLun 27 Mai - 11:17



DOWN THE PATH
07.01 § ft. Adrasteia N. Rosier & Ella Kvelgen
Équipée de sa baguette et de son chignon, Anya faisait flotter avec concentration la plume qu’elle avait arrachée à son oreiller. Wingardium Leviosa, que lui avait appris Ella. Au départ, ses mouvements de poignets étaient si brusques qu’elle avait bien failli crever un oeil à sa maîtresse. Néanmoins, lorsque celle-ci avait comparé une baguette à un archet, Anya avait tout de suite été plus douce. Depuis, elle agitait gracilement sa protégée, prenant soin d’éviter les staccato de débutante. À petits coups fluides, elle faisait voler la plume à travers la pièce, fascinée. Elle n’avait que le luminaire pour s’éclairer, puisque chacune des draperies recouvrant les fenêtres étaient tirées. Ella avait aussi pris soin d’enchanter l’appartement pour qu’aucun son n’en sorte. Ce logement, c’était leur tanière. Cette magie, c’était leur secret.

L’eau est en train d’bouillir ! retentit de la cuisine, et Anya sursauta. La plume, doucement, retomba au sol gracieusement, de son mouvement lent et gras. Thé blanc, racines de gingembre, baies rose et pétales de violette… Elle s’empressa de reprendre les notes que lui avait concoctées Ella, tandis que son amie la rejoignait au salon. Que faire, que voir aujourd’hui ? Trop enthousiaste par sa leçon de la veille, elle avait complètement oublié de prendre une décision pour les cours du jour. Ses yeux défilèrent sur la liste avec une certaine panique, et elle balbutia, incertaine : « Heu… oui ! On va faire, heu… Réparo ! » Ella acquiesça, et elle prit sa propre baguette pour lui expliquer le mouvement. Motivée comme jamais, Anya suivait son geste avec une attention religieuse, la bouche béante, les yeux perçants. La dernière fois qu’elle avait mis autant d’énergie dans une leçon était lorsque son professeur lui avait appris ses premières études à double cordes. Au final, le violon et la magie, c’était pareil. De l’entraînement, de la frustration, de la douceur. La même poésie, la même douleur. Tout comptait : le mouvement physique, le ton, la vitesse, l’émotion.

Lorsque Ella lui demanda si elle avait bien saisi, Anya tenta le mouvement de poignet, à la recherche d’approbation. Ella hocha la tête, confiante. Elle empoigna donc sa tasse, la bu d’un trait et, sans crier gare, la balança contre le mur. Anya sursauta violemment et écarquilla les yeux, terrifiée. Déjà qu’elle était nerveuse en permanence, quelle drôle d’idée de la part de son amie de lui faire exploser le coeur comme ça ! Bien, alors c’est parti ; essaye de réparer ça. Anya la regarda longuement, choquée, avant d’éclater de rire. « Tu es folle, Ella. Une vraie folle. »

Elle se mit sur pieds en ricanant et s’approcha de la tasse en se mordant la lèvre. Elle s’agenouilla près des dépouilles de céramique et pointa sa baguette. « Réparo ! » Meh, raté. C’est pas grave. Elle réessaya. « Réparo ! » Cette fois, quelques pièces s’animèrent, cherchant leurs soeurs. Des paires de fracas se formèrent, mais la tasse, encore, n’était pas entière. « Réparo ! » Enfin, l’ensemble se mit à danser, formant une ronde de bris cherchant à se réparer. Les morceaux s’emboîtèrent et, doucement, les fissures s’effacèrent.

Mais lorsque la porte s’ouvrit en trombe, Anya lâcha sa baguette en une exclamation, et la petite tasse retomba en miettes.
code by bat'phanie


the night is dark and full of terrors
The day is bright and beautiful and full of hope. There is ice and there is fire. Hate and love. Bitter and sweet. Male and female. Pain and pleasure. Winter and summer. Evil and good. Death and life. Everywhere, opposites. ▬ Everywhere, the war.
Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Sorcier
Sorcier
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1608 Points : 1161
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Down the path    Down the path  EmptyDim 30 Juin - 11:35

xxx.
xxx.1 548 mots
Down the path


T
rahi. Il l’avait trahi. De ses plus hautes infortunes à ses plus basses manigances, jamais n’avaient-ils poussé l’audace à franchir des barrières si inconcevables. Inconvenance, innommable, il s’était laissé emporter de ses déboires les plus loufoques auxquels il devrait passer les cent prochaines années à racheter ses fautes. Ce n’était pas quelque chose qu’ils pouvaient traverser ensemble, main dans la main à affronter le reste du monde d’un soutien mutuel et inébranlable. Cette fois, il devrait faire ses propres preuves, ses propres démarches, son propre chemin de croix. Elle avait fauté, bien nombreuse fois, toutefois jamais n’était-elle allée jusqu’à se liguer contre lui pour ses propres démons, du moins jamais dans l’idée de lui cacher une chose aussi terrible. Et la voilà qui marchait maintenant, la tête haute, une enfant gazouillante qu’elle tenait du bras gauche, une valise qu’elle tenait de la main droite tandis que le reste de ses effets virevoltaient derrière elles alors qu’elles longeaient le long corridor menant à cet appartement qu’elle n’avait pas visité depuis des lunes.

Sans doute, autant de lunes s’étaient écoulées depuis l’instant où elle avait vu Tatiana, probablement davantage, toutefois son appartement ne risquait pas de lui demander de quitter sous une colère anticipée. Et elle soupira, finalement, arrêtant devant cette porte aussi familière qu’elle renfermait l’inconnu. Elle jeta un dernier regard en direction de sa fillette qui s’excitait naïvement en observant de ses grands yeux ébahis, les bagages qui s’animaient dans son dos. Et puis la peur se faisait une nouvelle fois conquise, par la colère, la rancune. L’incompréhension d’une trahison qui venait un peu trop près du cœur, encore un peu trop près pour lui empêcher d’avoir un goût amer au fond de la gorge. Et la porte s’ouvrit enfin, laissant entrer une sorcière aux iris assombris d’une fureur incommensurable. « TATI, NOUS SOMMES VENUES PASSER QUELQUES J- »

L’on aurait sans doute pu assimiler son silence soudain à la découverte d’une Russe bien plus près qu’elle n’avait assumé, sa voix portant dans l’idée ou la plus jeune se trouvait bien plus loin dans cet appartement aux dimensions absurdes grâce aux sortilèges qu’elle avait proféré lors de son emménagement. Elle devait avouer qu’elle avait toujours été fière de cette création, un endroit qu’elle avait clairement imaginé pour répondre à ses idées de grandeur, ses envies de luxe et surtout… La nécessité d’espace que demandait le nombre ridicule d’objets qu’elle collectionnait depuis son premier jour. Un vrai labyrinthe, un labyrinthe qu’elle avait aimé appeler son chez-soi, d’un-elle bien plus jeune et bien plus hargneux… Bien plus ambitieux. Toutefois, ce ne fut rien d’autre que le bruit d’une porcelaine se fracassant au sol qui l’avait interrompu, avant d’en constater les expressions anxieuses qui peignait les traits d’un visage aux couleurs subitement bien fades. Et puis ses pupilles s’étaient tournées en direction de l’inconnu numéro deux, une inconnue pas si étrangère à l’équation, voir une inconnue autrefois bien notoire. La Slave interdite haussa les sourcils, déconcertée, avant de déposer sa valise au sol d’une délicatesse aux airs aggravés. Quelque chose clochait, c’était bien évident.

Et peut-être était-ce la peur qui gagnait la bataille, cette fois, la colère s’échappant en prenant ses jambes à son cou, pour ne laisser que le doute d’une conspiration nouvelle. Est-ce qu’elles manigançaient quelque chose contre elle, elles aussi ? La tension était lourde, pesante et imposante, presque oppressante. Suffisamment du moins pour en altérer les notes de sa voix alors qu’elle laissait quelques mots chevrotants briser la barrière de ses lèvres. « Qu’est-ce qui se passe ici ? »









Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Ella KvelgenElla Kvelgen
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 467 Points : 1197
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart - Astra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Down the path    Down the path  EmptyMar 9 Juil - 15:17

Ella hocha vivement de la tête quand son amie évoqua sa folie latente, qui n'était plus à démontrer. Sans doute qu'elle avait raison, il y avait dans cette femme un brin de folie qui pouvait rendre le quotidien bien plus coloré. Ici on parle d'une folie douce, un petit truc en plus qui produit cet aspect charmant d'une personnalité ; et qui la rend par conséquent tout à fait unique en son genre. Vous en connaissiez beaucoup, des gens qui auraient accepté de péter une tasse, juste pour l'exercice ? Peut-être que d'autres auraient aménagé quelque chose du style un terrain d'entraînement - non, c'était pas comme ça qu'elle envisageait les choses. Elle pensait que Tatiana avait cruellement besoin d'être immergée dans le vrai, le concret ; et exploser une tasse par terre parce qu'elle nous a glissé des mains, c'était une situation de la vie réelle. Pas des trucs théoriques qui avaient foutrement aucun sens une fois qu'on le transposait. Plusieurs fois elle ordonna, d'un ton ferme, aux morceaux de venir se recoller entre eux. La blonde demeurait silencieuse, encore assise sur le canapé, concentrée comme jamais, comme si elle pouvait intensifier le flux magique de l'apprentie sorcière juste en fixant très fort cette putain de tasse. Ouais, elle voulait vraiment qu'elle réussisse.

Et puis les cris, de cette voix perçant le silence de leur séance, de cet imprévu aux allures de tornade qui déboule pour tout ravager. La danse de faïence pris fin subitement, laissant retomber sur le sol la tasse démembrée par ses soins. Pauvre tasse. Et cette voix, cette voix familière qui s'était calmée, qui demandait ce qu'il se passait. En réalité, son cerveau avait enregistré cette information bien avant qu'elle n'ait levé les yeux sur l'intruse, mais elle réalisa sa présence en la voyant, terrible, dans le couloir juste en face. Adrasteia attendait une explication, tenant sa petite dans ses bras. Son ventre saillait sous ses vêtements ; le terme était plus très loin. Elle les avait vues ? Aucune idée. La pression montait d'un cran par seconde, et Ella attrapa le regard inquiet de Tatiana. Bouge, fais quelque chose ; sois une bonne amie. La Kvelgen se redressa maladroitement du canapé, nerveuse, elle esquissa un sourire à la lèvre tremblante.

« - Adra ! Comment tu vas ? Elle s'approcha de la jeune mère, improvisant à chacun de ses gestes. Détourner son attention, c'était sans doute mieux. Si elle apprenait qu'elles lui avaient caché les pouvoirs d'Anya et utilisé son appart' comme repère secret… Qui sait ce que ça pourrait déclencher. Et puis y avait le bébé… Le stress, c'était mauvais pour les femmes enceintes, elle savait ça. Doucement, elle posa une main sur l'épaule d'Adra pour la diriger vers le fauteuil le plus proche. Pose-toi, là… Tu s'ras mieux. J'm'occupe de tes bagages ! dit-elle en s'élançant vers le couloir. T'as besoin de quelqu'chose pour la p'tite ? Tu veux boire un truc ? »

Le bombardement des questions était une bonne distraction, quoique pas hyper subtile. T'avais fait mieux, Kvelgen. Mais elle était tellement prise au dépourvu par sa présence surprise qu'elle tirait toutes les cartes de son jeu. La bienveillance, le détournement… Tout ça mélangé pour donner à peu près ce qu'elle venait de faire. D'un coup de baguette, elle dirigea les bagages dans la chambre principale. Elle restait debout, près du mur, trop agitée intérieurement pour espérer s'asseoir. De toute façon, elle serait infoutue d'être immobile, là. Fallait évacuer l'excès d'adrénaline.


warden
It is time. We gotta unit and fight, or die and serve a meal to scavengers.
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Down the path    Down the path  Empty

 
Down the path
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: