Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Demeures résidentielles
 

 It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce

Aller en bas 
AuteurMessage
Grace HamiltonGrace Hamilton
Moldu
Moldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-Messages : 917 Points : 704
Pseudo : Flow
Avatar : Katharine McPhee
Crédits : avatar : yourdesigndiary (bazzart) ; signature : Rogers (PRD)
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Si elle pouvait en former un, ce serait un chinchilla.
Informations diverses:
MessageSujet: It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce   It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce EmptyDim 7 Avr - 13:42

It's a bittersweet symphony, this life

- Grace Hamilton — Milo Pierce -
22 avril 2001


"I thought I was hopeless, I thought I was broken, I struggled to laugh when the whole room was joking. I waited in the cold, but the door wouldn't open 'til I heard your voice in a dream. And nothing comes easy when everyone's rushing, the signal's got speed but there's no real connection. I tried reaching out but it was just my reflection 'til I heard your voice in a dream." Smash - Katharine McPhee & Jeremy Jordan
La fumée se dissipe devant ses yeux pour révéler une silhouette. Elle n’arrive pas à voir ses traits, à proprement parler : à chaque fois qu’elle pense reconnaître son visage, le nom semble s’évader de son esprit, comme si le souvenir était trop lointain pour qu’il soit tangible dans sa tête. Puis la personne se met à parler, d’une voix grave et vibrante, dont elle ressent la puissance de la racine de ses cheveux à la pointe de ses orteils :

« -Grace, tu as le pouvoir d’exaucer ton vœux le plus cher…

La jeune femme s’entend répondre, mais le bruit qui sort de sa bouche est un écho lointain, un murmure qui se transforme en cri dans une onde éthérique. Elle parle à cette ombre qui lui délivre des paroles presque prophétiques, et a l’impression de parler à son reflet, tant elle s’est répété mille et mille fois le même discours.

-Non, je ne peux rien faire… Je ne suis pas une sorcière, je n’ai pas de magie, je ne peux pas sauver Matthew, je…

-Tu es inutile, donc, lui coupe la parole la silhouette. Tu laisses tomber ton frère.

-Non. Ce n’est pas vrai, murmure-t-elle presque pour elle-même, et c’est probablement le cas.

Elle relève la tête. Elle a compris ce qui se passe, où elle se trouve, pourquoi la voix qui lui parle ressemble étrangement à la sienne, comme passée au ralenti, et donc plus basse, plus grave. Ce sont ses propres insécurités qui lui parlent.

-Réveille-toi, Grace.

La française ouvre les yeux, et aussitôt, elle est de retour dans la réalité. Elle peut sentir la couverture enserrer son corps, la douceur de son oreiller sous sa tête, la chaleur de Milo à ses côtés. Elle est chez elle, et tout va bien. Ce n’était qu’un rêve, même pas un cauchemar : un simple reflet de ce qu’elle pense au plus profond d’elle, ses craintes les plus secrètes. Son regard tombe sur son radioréveil numérique, posé sur sa table de nuit. Quatre heures du matin. Grace soupire. Elle doit se lever d’ici trois heures, mais elle se sent parfaitement réveillée, maintenant qu’elle s’est extirpée aussi abruptement de ses songes. La journée va être difficile, elle le sent.

La respiration de Milo la berce quelque peu, mais ce n’est pas suffisant pour qu’elle ne se rendorme. Elle repousse la couverture pour la coincer entre ses deux jambes, se replace sur son coussin, essaie de compter les moutons, mais c’est peine perdue. Son esprit est sans dessus dessous, pensant à la fois à l’implication de son rêve, au déroulé de sa future journée de travail, à tout et n’importe quoi. C’est un imbroglio de pensées toutes plus aléatoires les unes que les autres, de ceux qu’on peut expérimenter seulement dans les heures les plus sombres de la nuit. Elle soupire, mais elle ne peut stopper la tempête de ses propres réflexions.

Elle manque presque d’entendre le premier gémissement. Au début, ce n’est pas grand chose, rien qu’un souffle d’air entre les lèvres de l’italien qui peut s’assimiler à un ronflement, alors, elle n’y prête pas vraiment attention. Mais bien vite, il est rejoint par un autre, un peu plus fort, et la kinésithérapeute se tourne délicatement vers son petit ami, profondément endormi à ses côtés. Elle souffle sur une mèche de ses cheveux qui l’empêche de voir clairement le visage de Milo, éclairé par les rayons de la lune qui pénètrent à travers les volets de la chambre. Il a le visage agité, en sueur. Ses lèvres s’agitent dans une suite de mots incompréhensibles, et son corps est plus tendu encore que le cadre du lit en bois massif.

Il est en train de faire un cauchemar, visiblement, et pas de la même portée que celui qu’elle a vécu il y a peu. Elle n’a jamais vu une expression aussi torturée que celui qu’il arbore présentement, malgré le fait qu’il ait les yeux fermé : et ça lui fend le cœur, rien que de penser qu’il souffre, enfermé dans l’enclos de son propre esprit. Alors bien sûr, elle fait ce que toute personne sensée aurait fait dans cette situation. Elle approche sa main de son épaule pour le secouer délicatement en l’appelant par son prénom, pour qu’il se délivre de la geôle de ses songes.

-Milo… Milo ? Mon cœur, je suis là, tu fais un cauchemar… »

Peut-être est-ce une erreur, que de le réveiller au beau milieu de la nuit, alors que lui aussi travaille dans quelques heures, et si ça se trouve, elle s’est trompée et il n’expérimente pas du tout un mauvais rêve. Mais elle doit en avoir le cœur net. Se mordant doucement la lèvre inférieure, elle insiste, passant sa main tout contre la joue de l’artisan pour partager un peu de sa chaleur corporelle, et attendant qu’il ouvre les yeux pour qu’elle puisse se perdre dans l’infini de son regard.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 820 WORDS.



Rewrite the stars
Milo PierceMilo Pierce
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-misMessages : 309 Points : 280
Pseudo : Marinc / Mymy
Avatar : Zachary Levi
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle.
Patronus: Requin-Baleine
Informations diverses:
MessageSujet: Re: It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce   It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce EmptyMar 23 Avr - 11:01



► Chez Grace - 22 avril 2001
I'm not scared of the dark
Grace & Milo
22 avril 1995. Dans quelques heures, il fêterait, tristement, l’anniversaire de son handicap. Les songes sombres le prenaient beaucoup plus régulièrement à cette époque de l’année : le souvenir revenait le hanter et le fantôme de sa jambe gauche se réveillerait d’entre les morts. Il était sûrement plus délicat de lui parler pendant cette période : il se renfermait sur lui-même quelque temps, se laissait aller plus facilement. Il n’y pouvait rien, ses cauchemars le rendaient irritable et tous les médicaments et toutes les séances de thérapie au monde ne pouvait lui retirer le souvenir ni la culpabilité qui venait avec son accident. Ce fut donc sans surprise que cette nuit-là, surtout cette nuit-là, son subconscient avait décidé de lui faire revivre cette journée désastreuse. 

Ce n’était pas comme s’il revivait la journée tel qu’elle s’était déroulée à l’époque. C’était bien pire : il se voyait la revivre : il était spectateur de ce qu’il avait vécu. Et il avait envie de crier, de s’époumoner : ne monte pas sur ce balai, reste au sol, ne soit pas stupide. Il se voyait, sourire aux lèvres, s’élever dans les airs, avant de sentir l’étrange brûlure le long de sa jambe. Et avant qu’il n’est pu dire quoique ce soit, il s’était retrouvé au sol. La scène était passée si vite, mais il revoyait inlassablement la brosse se gonflait de chaleur, avant d’exploser sur son flanc gauche. Il s’était vu tombé, bientôt de retour sur le plancher des vaches. Si dans la réalité, Milo s’était évanouit avant même de subir le choc, son subconscient semblait vouloir combler les trous et il se tordait à présent de douleur. «  Milo ? Mon cœur... » Une voix familière, qui s’était imposée dans son cauchemar et qui l’avait finalement sorti du songe. Il s’était réveillé en sursaut, se retrouvant à la pousser d’un geste un peu brusque dont il s’en était voulu immédiatement. 

Il sentait un frisson remonter le long de son échine : il était trempé d’une sueur froide qui le gelait jusqu’à l’os. Il baissa la tête sur ses mains en retenant la nausée du souvenir du songe. Tout ceci n’était qu’un rêve, une petite pique de son subconscient qui lui rappelait ce qui était arrivé. La brûlure de sa jambe gauche ne semblait pas se calmer. Le géant Italien s’était tournée vers sa dulcinée. Il voyait son air inquiet sur son visage. « Je suis désolé, honey. » Même un léger sourire se refusait à apparaître sur ses lèvres. « Rendors-toi, j’ai juste fait un mauvais rêve. » Il avait commencé à glisser sa jambe hors du lit, s’asseyant sur le côté à la recherche de ses béquilles. Il se retourne vers elle, tend doucement sa main, replace une de ses mèches derrière son oreille, ses doigts s’attardent un peu sur le bord de sa mâchoire. Il déteste l’avoir réveillé et encore plus d’être la raison de son air si inquiet. Un petit sourire triste aux lèvres, il reprend. « Je vais me chercher un verre d’eau, je reviens. » 

Il récupère ses béquilles, se redresse et se lève, retenant un léger grognement de l’engourdissement de sa jambe. Il avance en essayant de faire le moins de bruit possible, se dirigeant vers la cuisine en espérant ne pas réveiller le petit camembert. Il pose enfin ses béquilles dans la cuisine, trouve appuie le long de l’évier et soupire. Ça n’allait jamais s’arrêter bon sang. Il aurait tellement voulu un sort d’oubliette. Il ne s’en était pas rendu compte, mais il avait à présent les larmes aux yeux. Il se détestait, détestait cette culpabilité qui le rongeait. Bien sûr que les séances du psy lui revenait en tête, mais rien ne pouvait retirer l’idée qu’il avait merdé ce jour-là. Que s’il n’avait pas été si stupide, il aurait toujours ses deux jambes et un pet au casque en moins. Il daigna enfin faire couler un peu l’eau, s’aspergeant le visage pour faire disparaître ses traîtresses. 
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."
Grace HamiltonGrace Hamilton
Moldu
Moldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-Messages : 917 Points : 704
Pseudo : Flow
Avatar : Katharine McPhee
Crédits : avatar : yourdesigndiary (bazzart) ; signature : Rogers (PRD)
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Si elle pouvait en former un, ce serait un chinchilla.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce   It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce EmptyDim 28 Avr - 15:22


It's a bittersweet symphony, this life

- Grace Hamilton — Milo Pierce -
22 avril 2001


"I thought I was hopeless, I thought I was broken, I struggled to laugh when the whole room was joking. I waited in the cold, but the door wouldn't open 'til I heard your voice in a dream. And nothing comes easy when everyone's rushing, the signal's got speed but there's no real connection. I tried reaching out but it was just my reflection 'til I heard your voice in a dream." Smash - Katharine McPhee & Jeremy Jordan
Et les yeux de Milo se plantent dans ceux de Grace alors qu’il se réveille en sursaut, et le cœur de la moldue se serre dans sa poitrine quand elle décèle les éclats de panique dans son regard, reliquats du rêve qui s’évanouit à peine de son esprit. Il a beau faire un peu plus de 30 centimètres de plus qu’elle, avec le poids et les muscles qui vont avec, elle a toujours vu son petit ami comme ce grand nounours qu’elle se doit de protéger des dangers de ce monde : et s’il lui arrive bien plus souvent qu’à lui de se fourrer dans le pétrin, la française étant un véritable aimant à catastrophes bien malgré elle, il n’empêche qu’une petite voix dans sa tête lui murmure sans cesse qu’elle doit se jeter au feu pour qu’elle puisse se brûler à sa place. Alors lorsqu’il va mal, elle a l’impression d’échouer, de faillir à sa tâche. Son rôle, c’est de lui mettre un sourire sur le visage, et d’entendre son rire si communicatif résonner à travers la pièce. De le rendre heureux, somme toute : et elle essaye, de toute ses forces, de toute son âme.

Il n’a probablement pas conscience de la façon dont sa voix, bien plus rauque que d’habitude, fouette contre les oreilles de la moldue abruptement, et la manière presque brutale qu’il a de saisir ses béquilles : et si le geste qu’il a en son encontre la rassure quelque peu, dans sa tendresse et sa douceur, elle n’est pas dupe bien longtemps. Grace connaît Milo. Cela fait environ 7 mois qu’ils sortent ensemble, et si elle n’a pas la prétention de prétendre tout savoir de l’italien, l’empathe qu’elle est peut se vanter de réussir, la plupart du temps, à comprendre quand quelque chose ne va pas. Ce n’est pas un simple mauvais rêve. Ce n’est pas un simple verre d’eau. Ce n’est pas une nuit comme les autres.

Alors bien sûr qu’elle se lève à sa suite, ayant déjà oublié son propre cauchemar pour se concentrer uniquement sur celui du sorcier. Elle se redresse en s’étirant doucement, le tee-shirt de Milo qu’elle porte, bien trop grand pour elle, retombant sur son épaule, puis pose les pieds par terre pour mettre ses chaussons duveteux où sont représentés des licornes multicolores, malheureusement cachées par l’obscurité. D’un pas lent, elle traverse sa chambre pour se rendre dans la cuisine où se trouve le vendeur de balais magiques.

Si son cœur s’était serré précédemment, il manque de se briser alors que la lune, qui perce à travers la fenêtre de la pièce, illumine le visage de Milo et qu’elle voit sa détresse, les larmes qui commencent à perler au coin de ses yeux. Elle a envie de courir vers lui, de chasser les vilains démons qui semblent agiter sa tête, mais elle se retient. Elle n’a certainement pas envie de le brusquer : car peu importe ce dont il s’agit, ce doit être important, aux vues de ses réactions.

Elle ne fait aucun bruit en traversant son appartement, sachant parfaitement quelle planche de bois du plancher est la plus à même de grincer, et c’est une ombre qui se glisse aux côtés de Milo. Pour lui signifier sa présence, elle se contente de glisser sa main tout contre son bras, qui serre le comptoir de la cuisine comme si sa vie en dépendait.

« - Hey… dit-elle dans un souffle. Tu sais que quoi qu’il arrive, tu peux m’en parler, d’accord ?

Il n’y a rien d’autre, dans les yeux de Grace, que cet amour profond qu’elle éprouve pour l’homme qui partage sa vie. Le désir de l’aider, de lui ôter un peu de cette peine qui semble peser un poids bien lourd sur son âme. Mais elle sait bien que c’est difficile de parler de ce genre de choses, surtout pour quelqu’un d’aussi fier que Milo, qui utilise, bien souvent, l’humour comme mécanisme de défense lorsqu’il est question de sujets importants. Elle se contente donc de passer sa petite tête dans le creux des bras de l’italien, pour pouvoir le regarder droit dans les yeux (bien trop petite pour pouvoir poser son menton sur son épaule, il faut bien réussir à s’adapter).

- Je ne dirai rien, même, si tu veux… Je peux juste écouter. Être là. Enfin, c’est… comme tu le sens. »

Elle se sent soudainement un peu gauche, un peu maladroite, pressée contre l’aisselle de Milo, qui doit probablement la trouver bien embêtante, à venir l’ennuyer en plein milieu de la nuit avec ses histoires. Le doute commence à faire sa place dans son esprit : et si elle s’était trompée ? Elle aurait l’air bien stupide, alors. Mais elle ne s’enfuit pas pour autant. Car la honte est bien moins importante que son désir d’aider le sorcier, et si il y a la moindre chance qu’elle ait effectivement raison, et que ce cauchemar est plus important qu’il n’en a l’air au premier abord, elle ne va certainement pas le laisser seul dans un tel moment.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 842 WORDS.



Rewrite the stars
Milo PierceMilo Pierce
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-misMessages : 309 Points : 280
Pseudo : Marinc / Mymy
Avatar : Zachary Levi
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle.
Patronus: Requin-Baleine
Informations diverses:
MessageSujet: Re: It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce   It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce EmptyDim 2 Juin - 17:45



► Chez Grace - 22 avril 2001
I'm not scared of the dark
Grace & Milo
Si Milo n’avait pas été aussi perdu dans ses pensées, il aurait probablement entendu sa dulcinée arriver derrière lui. Mais il était perdu dans ses tristes songes, les mains serrées le long de l’évier, retenant les larmes de couler le long de ses joues. Il se sentait désemparé, ne sachant pas vraiment quoi faire face à son subconscient qui continuait de remonter des souvenirs qu’il ne voulait qu’oublier après toutes ses années. Il ne pouvait et ne pourrait probablement jamais oublié et retirer cette culpabilité qui le rongeait à chaque fois que la date fatidique se pointait. Il eut un léger sursaut en sentant la main chaude de Grace sur son bras, ravalant sa salive avant de la regarder. Elle avait l’air rongée par l’inquiétude et il s’en voulait de lui causer autant de soucis. Il la préférait souriante à la vie, pas le visage déformé par une tristesse qu’il engrangeait. Il tenta un faible faux sourire : il ne pouvait duper plus personne à présent. « Hey… dit-elle dans un souffle. Tu sais que quoi qu’il arrive, tu peux m’en parler, d’accord ? » Il ne la méritait vraiment pas. Il ne savait quoi lui dire. Il ne savait pas s’il avait envie de lui partager son histoire : il ne voulait pas vraiment l’attrister encore plus. Il avait beau l’aimer, il n’était pas vraiment enclin à lui infliger ce fardeau. Il avait perdu énormément à cause de son accident et se refusait à perdre plus.

Elle se glissa finalement dans ses bras, un peu maladroitement et son premier réflexe fut de l’enserrer contre lui, posant son nez dans ses cheveux. Il voulait simplement se perdre contre elle. Peut-être que sa simple présence pourrait repousser les mauvais esprits : il espérait en tout cas. Il s’était reposé partiellement sur le bord de l’évier, ne tenant que sur la seule survivante qui lui restait. Quoiqu’il y fasse, le résultat était le même : sa jambe manquante ne repousserait jamais et ses pensées continuaient de se focaliser sur son absence. Il avait beau la garder près de lui, fermer les yeux, se concentrer sur elle, sa voix : rien n’y faisait, son esprit tournait en boucle. Force de constater que même son parfum entêtant ne pouvait lui faire oublier le cauchemar qu’il venait d’éprouver, il eut un léger soupir. Il ne pouvait pas l’ignorer. Elle méritait de comprendre, de savoir la vérité. « Je suis désolé. » Il l’était vraiment. L’histoire qu’il allait lui raconter n’était pas la plus joyeuse de toute.

Il s’était doucement reculer, pour lui faire face, toujours appuyer contre l’évier. Il la regarde un instant. « Honnêtement, je sais pas si tu veux vraiment entendre cette histoire, mon coeur. » Elle était particulièrement horrible : l’histoire d’un gamin trop con qui avait perdu sa jambe par sa propre connerie, par son propre égo. Ca ne le montrait clairement pas dans son meilleur jour. Il avait baissé ses yeux vers le sol, se perdant un instant dans ses pensées. « Je ne sais même pas par où commencer. » Tout fourmillait dans sa tête, tous les morceaux s’entrechoquait. Il avait peur d’ouvrir cette vanne. Même s’il devait être honnête envers elle, il ne voulait pas qu’il la voit tel qu’il avait été. Il avait peur. Peur de la faire fuir, comme il avait fuir tellement de gens à l’époque. Quel con il avait été, quel con il était. Et il ne voulait pas la perdre, pas elle.  
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce   It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce Empty

 
It's a bittersweet symphony, this life ft. Milo Pierce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 'Cause it's a bittersweet symphony, this life [Laelya]
» LIVIA ▼ Bittersweet symphony
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: