Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Les caches résidentielles
 

 Au travers du filet | Grisella Moelwyn

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyMer 27 Mar - 11:06

Sa baguette de chêne blanc à la main, Arthur scrutait la carte qu'il faisait flotter en face de lui pour se guider au travers du dédale que formaient les caches. Derrière-lui, plus en hauteur volait une masse recouverte d'un linge. Quelque chose qui laissait parfois passer de petits piaillements quand le vent faisait se soulever un recoin. A en voir l'aspect de ceci, comme un cylindre dont le sommet était sphérique, on pouvait deviner qu'il s'agissait d'une cage.

"Arthur !" S'exclama quelqu'un dans une rue parallèle, de l'autre côté d'une ruelle.

Le sorcier ainsi interpellé leva la tête, dévoilant un front transpirant et une mine sérieuse. Et vu l'état des vêtements qu'il portait, cela faisait un moment qu'il courrait dans ces rues. Celui qui l'avait appelé était un policier dans ses fonctions, beaucoup plus jeune que lui, une connaissance que s'était faite le mage grâce à son métier.

"Ils sont en train de le coincer un peu plus haut !" Fit-il aussi distinctement que possible.

Ses mots étant accompagnés de large gestes de mains, pointant dans la direction à prendre, pour être sûr d'être vu au travers de la foule de linges et de personnes. Cela ne voulait dire qu'une seule chose : il fallait se remettre à courir ! Sans perdre de temps le mage attrapa la carte de sa main libre et se mit à courir à grand pas dans le sens qu'on lui avait indiquer. La cage le suivait. Essoufflé il eut difficile de répondre à moins de de ne pas prendre la pause nécessaire à cette poursuite. Son ami le suivit, un pâté de maison en parallèle.

Car il s'agissait bien là d'une poursuite. Un trafiquant d'animaux avait été repéré en ces lieux et devait être appréhendé. Pas un grand membre du banditisme, juste un voleur de bas étage qui nécessitait une petite opération, si ce n'est même dire que ce terme était toujours trop fort pour le qualifier ainsi. Pour ce genre de petite action pas besoin de faire appel à un aurore ou haut membre de la sécurité, d'où la présence d'un policier moldu et d'autres de ses équipiers. Seulement un mage les accompagnait pour pouvoir les défendre si nécessaire et il ne s'agissait pas d'Arthur. Non.
Arthur devait sa présence car le trafiquant avait en sa possession une poignée de vivet d'or qu'il fallait pouvoir gérer une fois la marchandise confisquée. Ce au quoi le vétérimage  pouvait répondre. Il n'était pas attrapeur, mais ses années d'expériences en nature sauvage lui donnait les capacités nécessaires pour appréhender ces petites créatures. Ils avaient déjà mit la main sur quelques spécimens que le voleur avait laissé s'échapper dans la confusion de sa fuite. D'où la cage sifflotante.

La course se poursuivait vers une rue où il y avait moins de croisements. Si tenté on était de parler ici de 'rues'. Mais bientôt les deux hommes purent avoir le trafiquant dans leur champ de vision. Celui-ci commençait à se faire siffler par les deux autres policières et le mage sur ses talons.
Arthur pressa le pas, bousculant de nombreuses personnes sur son passage. Inquiet que l'interpellation ne blesse les oiseaux dans l'action ; deja que ceux qui s'étaient envolés de leur prison avait de grand signes de chocs et de confusions à cause de la manière dont ils avaient été malmenés. Il ne fallait pas en blesser un dans la bagarre, ni les perdre. Une si petite créature était tellement difficile à soigner, même avec la magie.

Une des policières sauta sur l'individu, le plaquant au sol. La valise qu'il tenait alors émit des piaillements distincts en protestation, écrasée par les deux personnages. Une petite boule de plume de tarda d'ailleurs à s'en échapper et a zigzaguer de manière désordonnée dans la première case à proximité.

"Je vous laisse vous occupé de lui, je me charge du vivet !" S'écria le mage, n'étant même pas sûr qu'on l'ait écouté.

Il rentra à la suite de l'oiseau, se cognant à des personnes qui sortaient, qui d'ailleurs ne tardèrent pas à protester la présence de cet intru. Mais qu'importe, Arthur s'en fichait, son seul soucis était l'oiseau qu'il tentait de ne pas perdre de vue. Ne manquant pas d'ignorer les manières et la politesse, concentré qu'il était, pour parvenir à ses fins, avançant comme il pouvait au milieu de cette pagaille.

Finalement, le vivet se bloqua dans un coin du plafond il ne fallait pas louper cet occasion avant qu'il ne s'enfuit. Le sorcier pointa sa baguette :

"Immobilis !!!"

Un flash lumineux eut lieu et la petite créature se retrouva à flotter dans les airs sans avoir la possibilité de se mouvoir. Arthur monta sur le meuble qui était là pour être à sa porter et le pris délicatement dans ses mains.
Ignorant les personnes qui commençaient à fauter sa manière d'agir.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyVen 29 Mar - 14:43

Assise devant son bureau, dans l'atelier de sa boutique, Bouton d'Or étudie différentes cartes de l'île et prend des notes pour savoir où elle pourra trouver les plantes magiques dont lui a parlé la Professeure King. Grâce à ces premières informations, la Française décide d'acheter plusieurs grimoires évoquant la flore du Royaume-Uni et plus particulièrement celle d'Atlantis. Une fleur s'est détachées des autres, celle appelée Moly, elle a de magnifiques pétales d'un blanc immaculé et sa tige est de couleur ébène. Sa beauté n'est pas sa seule particularité, elle est très puissante et permet de neutraliser les effets d'un enchantement. Grisella a bien envie de la tester dans une de ses créations. Assez de théories, il est temps que la jeune femme parte à sa recherche. Résolue à visiter cette ville, qu'elle connaît encore fort peu, ses trajets se limitant à se rendre de sa maison à son commerce et vice et versa, elle se lève et prend une des cartes qu'elle a griffonnée. Sa tenue sombre est des plus classiques bien que de bonne qualité et ses bottillons confortables lui permettront de parcourir des kilomètres sans avoir mal aux pieds. Elle lance quelques sorts de rangement avant de quitter les lieux et un autre de protection pour que personne ne puisse rentrer chez Mélissandre.

La tête baissée, elle marche en faisant attention de ne pas glisser sur un gravillon qui pour n'importe qui ne serait pas dangereux et qui pour elle devient un véritable piège qui risque de la faire tomber et se blesser. Elle a beau suivre sa carte, elle finit par se perdre et à entrer sans le vouloir dans les sous-sols d'Atlantis. Un dédale de ruelles, plongées dans la pénombre, s'offrent à elle, elle s'arrête. Déstabilisée, elle relève la tête et est surprise de ne croiser que des silhouettes encapuchonnées. Les présents sont tous pressés et semblent vouloir préserver leur identité à tout prix. Elle ne connait pas cet endroit et elle a beau regarder sa carte, elle n'arrive pas à savoir où elle est. Elle ne comprend pas comment des personnes peuvent vivre dans ses habitations lugubres, si loin du soleil. Elle continue de marcher espérant trouver la sortie et comme la chance n'est jamais avec elle, au lieu de s'en approcher, elle s'enfonce plus profondément dans ce quartier interdit. Et là, une scène rocambolesque se passe sous ses yeux, elle voit une femme se jeter sur un passant. Sa valise écrasée sous leur poids émet des gazouillements plaintifs et un minuscule oiseau doré réussit à s'échapper et à s'envoler pour se réfugier dans la cabane près d'elle. Un autre homme poursuit la pauvre créature et bouscule la française violemment la faisant chuter et se réceptionner sur les genoux juste devant la porte ouverte du refuge de l'oiseau. Un cri de douleur s'échappe de ses lèvres et elle voit ce sorcier immobiliser sa proie innocente. La douleur est intense mais quand elle voit la pauvre victime être la merci de son agresseur, elle revit ce que certains de ses condisciples lui ont fait subir. Elle les voient entrain de la pousser, de la railler en l'appelant "Grise", elle ne riposte pas, elle est sans force, incapable de se défendre et quand son dos est acculé au mur, se laisse glisser sur le sol. Recroquevillée, elle met ses mains sur ses oreilles pour ne plus les entendre et sent ses larmes couler. Mais ce jour-là, c'est différent. Ce n'est pas Beauxbâtons et elle n'est pas la victime. Elle se doit de le défendre ! Elle doit prouver qu'elle a changé ! Ces épreuves du passé lui donnent la force de se relever pour aller lui porter secours. Elle se précipite aussi vite que ses jambes lui permettent vers celui qui veut lui faire du mal et dit d'une voix mal assurée :- Laissez-le tranquille. Dans un sursaut de prudence, elle sort sa baguette et vise le sorcier. Ce petit bout de femme sait pertinemment que son physique fluet n'a rien d'impressionnant et qu'elle n'est pas douée en duel malgré les heures que son mentor a passé à l'entraîner. Mais, pour une fois, elle veut dire ce qu'elle pense et agir au lieu de se cacher. Cet oiseau fragile lui ressemble et un de ses lointains cousins la symbolise alors elle se battra si il le faut.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyVen 29 Mar - 20:23

A peine avait-il l'oiseau en main qu'Arthur se figea dans son geste, ce qui laissa son bras gauche dans une position levée. Une tension s’installa dans tout son corps ; il n'avait pas été rare dans ses pérégrinations qu'il se retrouve dans une telle situation, il savait conserver son calme. Sa main droite se referma un peu plus fort sur sa baguette, puis il se tourna légèrement, avec une infime précaution, vers la personne qui l'avait interpellé. Il prit soin de se positionner de telle sorte qu'on ne puisse pas le désarmer immédiatement, son bras en arrière caché derrière son corps.
Du haut du meuble sur lequel il s'était perché, il détailla la jeune femme qui lui faisait face. Un tic à peine perceptible passa sur son visage. Il s'attendait à un complice de l'homme que lui et les membres de l'autorité poursuivaient. Mais celle qui lui faisait face semblait bien frêle et le ton qu'elle avait employé effaçait cette possibilité. A moins qu'il ne devait se fier aux apparences ? En tout cas elle était loin de ressembler à celui qu'ils pourchassaient. Peut-être était-elle acheteuse ?

Que faire ?

Il avait dans une de ces mains un petit être fragile et il ne fallait pas le blesser s'il devait y avoir un affrontement. Cependant, il ne pouvait rester ainsi, car cette position laissait peu d'optique en terme de défense. Et malgré la baguette pointée sur lui, l'adrénaline de la course courrait encore les veines d'Arthur, nourrit par une irritation grandissante d'être agressé alors qu'il faisait son travail. Le sorcier ne parvenait pas à se sentir menacer par cette sommation.

"- Baissez votre baguette, où il y aura un incident."

Sa voix était froide et ordonnait à son destinataire d'obéir. Pas qu'Arthur préférait les créatures magiques aux humains, mais dans le cas présent la jeune femme était seule responsable de ce qui pourrait se produire. Lui ne ferait que ce qu'il a toujours fait : protéger les animaux qu'il étudiait. Il voulait mettre les vivets d'or en sécurité et c'est bien ce qu'il comptait faire sans que personne ne vienne l'en empêcher.
L'homme jeta un coup d'oeil à l'entrée de la pièce, espérant y voir apparaitre un de ces actuels compagnons pour débloquer la situation. Mais l'interpellation devait prendre plus de temps car pour le moment personne ne venait l'aider. Décidément, poursuivre le trafiquant dans ces bas-fonds était une mauvaise idée, vu les rencontres qu'on y faisait. Il dévisagea alors Grisella de ses yeux bleus, durcissant ses traits. Il n'hésita pas de profiter de sa position pour paraitre plus imposant en la regardant de haut.

"- Baissez-là."

Il eut au moins la sagesse de ne pas immédiatement pointer la sienne en retour. Les sorciers eut vite fait de réagir pour se protéger par automatisme quand on leur agitait un bout de bois sous le nez. Cela risquait plus de provoquer une situation explosive. Mais plus le temps passait et plus il pensait à comment désarmer l'adversaire qui lui faisait face, car la situation ne lui plaisait guère.
Il prit la peine de baisser son bras gauche, celui qui tenait l'oiseau pour ne plus ressentir l'engourdissement que cela provoquait. Il serrait très peu la main, son sort fonctionnant toujours il n'avait pas besoin de le tenir immobile. La baguette dans son dos, Arthur tira la corde invisible qui le reliait à la cage avec les autres vivets pour l'approcher un peu plus de lui en contournant un maximum la jeune femme. Pour le moment l'objet restait dans son dos.

Il ne faisait même pas attention au genou écorchés de la personne qui lui faisait face. Ce qui aurait peut-être remis en question son comportement. Mais là n'était pas sa priorité.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptySam 30 Mar - 13:31

Sa baguette visant le braconnier, Bouton d'or ne pense pas pouvoir le désarmer et de toute façon, l'homme se place de manière à ce que sa baguette n'entre pas dans son champs de vision. Quand il tourne son visage vers elle, elle panique quand elle croise son regard terrifiant. Sa détermination faiblit et sa main tremble quand il lui ordonne de baisser sa baguette. Des gouttes de sueur perlent sur ses tempes, elle ne doit pas la lâcher si elle veut sauver cette petite boule de plume innocente, elle décide de la prendre à deux mains pour avoir une meilleure prise au cas où il se montre imprudent et lui donne un créneau pour qu'elle lance un sortilège. Elle doit juste gagner du temps, les présents vont bien finir par venir l'aider à arrêter ce trafiquant cupide et cruel. Quand il jette un coup d’œil vers la porte, elle comprend qu'il n'est pas seul, que ses complices vont venir le rejoindre. Que peut-elle faire ? La peur grandit en elle et elle sait qu'elle ne donnera pas l'illusion très longtemps. son attitude trahit son manque d'expérience dans les combats. Au moment où, il lui somme à nouveau de baisser sa baguette, elle sent qu'il est sur le point d'attaquer et ses mains se resserrent sur sa seule protection. Des piaillements se font entendre, déconcentrée, elle cherche des yeux ces oiseaux en danger si le chasseur les remarque. Il les mettra en cage eux aussi.

Son cœur bat la chamade, elle trouve juste la force de dire d'un ton implorant : - Ne lui faite pas de mal. Voir cette petite créature privée de sa liberté, ne pouvant plus chanter, ni voler la bouleverse et lui rappelle qui elle se contraint d'être. Une jeune femme terne, sans chaleur, incapable de se lier et de faire confiance, prisonnière de l'apparence de perfection qu'elle entretient comme un masque depuis des années. "Clemente donne-moi la force d'être une sauveuse pour ce petit être fragile qui ne mérite pas d'être enfermé et vendu aux plus offrants". Au moment où, elle va reprendre la parole, la porte derrière elle claque et se verrouille, elle sursaute et lance des regards apeurés. Plus personne ne pourra venir l'aider, elle est seule contre lui pour un duel qu'elle ne pourra gagner. Elle a beau appelé par la pensée son mentor à l'aide, il ne pourra pas l'entendre et venir à sa rescousse. Qui s’inquiétera si elle disparaît ? Tous ses proches ne vivent pas à Atlantis. Du sang coule de ses égratignures et du rouge colore le sol de terre battue formant des petits ronds de boue rougeâtre.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptySam 30 Mar - 17:35

Arthur fronça légèrement les sourcils sans pour autant adoucir son expression. Il voulait bien croire qu'on puisse imiter quelqu'un qui n'avait pas confiance en soit, mais il était beaucoup moins persuadé qu'on puisse sécréter volontairement des sueurs froides. Il jeta un œil au travers de la pièce, ils étaient seul. Et la jeune femme n'avait pas la tenue d'une rôdeuse. C'était même une mauvaise idée de trainer dans les parages à visage découvert si l'on venait préparer quelques coups. Toute à son observation à la détailler de la tête au pied, afin de déceler le moindre geste annonciateur d'une attaque, il parvint finalement à remarquer ses genoux blessés.

"Ne lui faite pas de mal."

Son ton était aussi plaintif qu'un petit animal... Blessé. Ce qui était bien le cas. Le sorcier pris une inspiration plus forte que les autres. Il ne voulait pas se laisser berner par quelconque ruse, mais en suivant le cours des évènements, la manière dont il était entrée ici et pousser à tout va pour atteindre le vivet... Sa part de responsabilité sur la situation actuelle commençait à poindre dans son esprit. Le sang qui perlait sur les genoux de la jeune femme était bien de son fait.
Il ne parvenait pas cependant à se détendre, il se sentait insulté qu'on le considère, lui, vétérimage, comme quelqu'un qui blessait les animaux. Surtout que sa présence dans ces bas-fond était justement pour les protéger. Il n'avait pas montré de geste brusque à leur égard, au contraire... ! Mais... Envers les personnes présentes, il devait bien réaliser que c'était lui l'intru. Surtout pour faire irruption dans un lieu probablement privé, aussi décadent qu'il pouvait être, sans autorisation.
Il restait coi quelques instants.
Sa nature calme lui permettait de ne pas montrer les premiers signes de ses doutes naissants. Aussi il n'était pas dans un état où il voulait reconnaitre ses torts. Mais l'oiseau, il devait protéger l'oiseau. Si elle était vraiment dans un état de choc, la jeune sorcière pouvait blesser quelqu'un avec sa baguette, surtout si Arthur cherchait à se défendre - et il le ferait - cela risquait de provoquer plus de mal pour tout le monde.

"Je suis venu retirer ces vivets du marché noir dont ils étaient victimes. Je vous somme de baisser votre baguette ou vous serez considérées comme complice !"

Autant éclaircir la situation maintenant. S'il devait s'excuser il le ferait après. Ce n'était pas le moment pour baisser sa garde, il devait garder son autorité. Il avait agit dans la légalité et avec des membres de la justice. Ce n'était pas pour qu'on l'arrête comme s'il faisait quelque chose de mal. Malgré cette réplique empli de forces, il reprit mentalement son sérieux, ce n'était pas le moment pour avoir de l’orgueil, il ne s'agissait pas que de lui dans cette situation.
Il serra les dents, quelques peu frustré, et entreprit d'essayer d'agir sagement. Il leva la main qui tenait à sa baguette jusqu'à la hauteur de son front, à peu près. Celle-ci légèrement pointée vers Grisella, dans le doute, mais au moins bien visible. Il fit pareil avec son autre main, bien que moins haute car c'était celle qui tenait l'oiseau. Il s'adresse à elle les mains haut levée.

"De nous deux c'est vous qui risquez de faire le plus de mal si vous continuer de me braquer ainsi."

Malgré sa tentative de paraitre un peu plus passif, il gardait un ton très fort qui voulait dire ce qu'il voulait dire : il n'allait pas se laisser impressionner et se tenait prêt à riposter. Il regarda de nouveau la porte et son coeur sursauta quand il vit celle-ci se fermer. Il cru même entendre le déclic du verrouillage mais ce faut une chose qu'il ne garda pas dans son esprit parmi les divers gazouillement des vivets qui se tenaient cachés dans la cage. Celle-ci flottait doucement sans signe de choc. Au moins une bonne chose dans cette situation.

Mais Arthur n'aimait pas du tout l'idée d'être enfermé et cela ne faisait que soutenir la possibilité d'un piège.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptySam 6 Avr - 15:28

Son cœur bat si vite que Bouton d'or a l'impression qu'il est sur le point d'exploser. La peur, l'angoisse d'être face à un de ses mages noirs, ancien disciple de "celui dont on ne doit pas prononcer le nom" lui ont fait perdre sa réserve et les traits de son visage expriment toute la tension qu'elle ressent à être face à ce sorcier impressionnant. Elle se sent si minuscule par rapport à lui qui ne ressent aucune inquiétude à l'idée de se battre en duel.  Elle se souvient des conseils de son mentor, il faut qu'elle se concentre et surtout qu'elle n'oublie pas que sa baguette est une continuité d'elle-même et qu'elle est là pour canaliser, exprimer sa magie. Il ne faut pas qu'elle soit perturbée par ses émotions sinon, elle se montrera capricieuse. Il faut dire qu'elle contient un cheveu de vélane et qu'elle a un caractère difficile à dompter. D'ailleurs, elle ne comprend toujours pas comment elle a pu la choisir. Il est temps qu'elle s'en créée une nouvelle plus en adéquation avec son vécu et son expérience. Elle l'imagine en bois de saule mais, elle hésite sur le cœur à lui associer.  Il ne faut pas qu'elle se perde dans ses pensées, la concentration est la clé de cette confrontation. Elle respire longuement et resserre sa prise sur sa baguette. Elle sait pertinemment que le souffle de sa voix est si fluet qu'il ne peut penser qu'elle est là pour commettre un crime et participer à un trafic de créatures magiques. Peut-être s'imagine t'il qu'elle fait partie d'un groupe rival venu prendre leurs proies pour s'enrichir ?

Ses jambes tremblent et elle lutte pour rester debout et ne pas le quitter des yeux. Il reprend la parole pour lui affirmer qu'il est venu dans les bas-fonds pour sauver les petits oiseaux au plumage doré et les protéger face à des braconniers cupides. La Française commence à douter et si il dit vrai, elle est en train de menacer un Auror, représentant du Ministère de la Magie du Royaume-Uni et qui pourra l'arrêter comme complice de ces bandits. Elle commence à se dire qu'elle risque d'avoir un casier et d'être condamnée alors qu'elle est innocente. Elle méconnaît le système judiciaire de ce pays et quelle est l'échelle des sanctions que les juges peuvent prononcer. Peut-être qu'ils pourront la priver de son commerce et la bannir de leurs frontières ? Elle ne prononce pas un mot, elle est bien trop déstabilisée par ses propos plein de menaces sur son avenir à Atlantis. La créatrice de baguette l'observe et elle ne comprend pas son manège, ses mains remontent au niveau de son front comme si il abandonnait. Est-ce sa façon de brandir un drapeau blanc pour réclamer la paix ? Elle est perdue et ne sait comment réagir face à cette attitude passive, mais, l'est-elle réellement ou essaie-il d’endormir sa méfiance pour l'attaquer dès qu'elle aura abaissé sa seule protection ? Il reprend la parole pour affirmer une évidence et elle sait qu'il a raison, son stress et son manque de confiance en elle sont ses pires ennemis et ont déjà entraîné des catastrophes magiques. Elle murmure : - Vous êtes un Auror ? La porte est verrouillée, ils sont pris au piège à la merci des véritables criminels. La panique lui fait hausser le ton accentuant encore plus son accent français : - Que se passe t'il ? Je voulais juste m'assurer que vous n'alliez pas faire de mal à cette créature innocente. Vous vous êtes montré si violent en la poursuivant que j'ai eu peur pour elle. Dans quel guêpier s'est-elle fourré ? Elle baisse sa baguette et ne la tient plus qu'à une main. Elle tourne son visage vers la porte close et une rune se dessine sur la porte. Elle reporte son attention sur l'homme et lui demande : - Où sommes-nous ? Je me suis perdue en cherchant une plante magique.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyDim 7 Avr - 10:02

Visiblement, l'interaction d'Arthur eut tôt fait de déstabiliser encore plus la jeune femme. Il mesura sa respiration pour rester calme. Inspiration lente et silencieuse, contre une expiration contrôlée pour détendre son corps et ne pas faire de mauvais gestes. Si la peur venait à trop remplir son interlocutrice, le danger augmentait ; Arthur serra la poigne dur le manche de sa baguette songeant à quelques sorts de défense ou d'attaque pour répliquer quand ça sera nécessaire.
Il sentit un léger mouvement dans sa main, le sort lancé sur le vivet commençait à s'estomper. Pas encore complétement, mais cela n'allait pas tarder. Il fallait le mettre dans la cage avec les autres où cela serait pénible pour le sorcier d'agir sans le blesser pour le retenir. Il doutait que l'animal ne se laisse faire.

"Vous êtes un Auror ?"

La voix est si faible qu'Arthur a du mal à se persuader qu'il l'a entendu. Il plisse les yeux encore plus fort, marquant ses rides déjà prononcées. Auror ? C'était ce que pensait la jeune femme après sa réplique ? Peut-être partir dans ce sens pourrait l'aider à garder le contrôle de la situation... Mais cela pouvait aussi nourrir le trac et le stress qui serait extrêmement nocif pour tout le monde ici.

"J'accompagne un policier qui se trouve dehors." Dit-il fermement encore, sans exactement répondre à la question de Grisella.

"Que se passe t'il ? Je voulais juste m'assurer que vous n'alliez pas faire de mal à cette créature innocente. Vous vous êtes montré si violent en la poursuivant que j'ai eu peur pour elle."

Là, il eut été difficile pour Arthur de nier qu'il était responsable des blessures légères, il baissa les yeux sur les genoux sévèrement écorchés et ne pu plus bloquer son sentiment de culpabilité. Il aurait deux trois sorts de soins qui fonctionnent sur tous les êtres vivants. Et vu que la blessure n'était pas grave ce serait efficace. Mais pour le moment, il se bloquait sur son entêtement. Il allait de nouveau lancer une pique mais brusquement la baguette qu'on lui pointait dessus s'abaissa. Ce qui le désarçonna pas mal, que faire ?

"Où sommes-nous ? Je me suis perdue en cherchant une plante magique."

Non seulement elle ne le pointait plus mais elle avait détourner son regard. Offrant un court moment de pause, ou bien d'action... Arthur baissa les bras normalement, sans pour autant quitter une posture de garde. Il se méfiait énormément. Mais alors qu'il eut voulu agir pour se défendre en profitant de ce moment - après tout, c'est ce qu'aurait fait un auror - il pris une autre décision : d'un geste de baguette il amena la cage près de lui et se dépêcha d'y mettre le dernier vivet doré avant qu'il ne sorte de sa léthargie. Au moins un problème de moins qui allait lui permettre une pleine concentration peu importe les évènements.

Il bondit enfin sur le sol dans le claquement fort de ses chaussures sur les dalles.  baguette levée, sans pour autant avoir le bras tendu il s'approcha de la porte en dépassant Grisella pour observer ce qu'il se produisait. Il restait quand même de biais pour l'avoir dans son champ de vision.

"Il fallait mettre les vivets en sécurité." Expliqua-t-il "Sans qu'ils ne soient relâchés n'importe comment. Nous ne faisions qu’appréhender le coupable, nous ne pouvions nous permettre des laisser des personnes bloquer notre route."

Encore une fois il détailla Grisella et reposa son regard sur ses genoux. Il avisa sa propre tenue salie par la course poursuite et sa forte transpiration après tant d'effort. Il n'avait pas vraiment une tenue géniale pour paraitre quelqu'un d'appréciable. Aussi ajouta-t-il :

"Navré."

Il se détendit légèrement et regarda la rune sur la porte. D'autres traits s'illuminèrent, notamment sur le contour de l'encadrement tandis que de nouvelles runes faisaient leurs apparition. D'instinct Arthur recula légèrement pour éviter que cela ne lui pète à la figure... Il fallait se montrer prudent dans ce genre de magie. Il s'en détourna pour regarder la pièce. c'était une pièce très sombre avec quelques meubles qui semblaient contenir des bibelots, notamment celui sur lequel il était monté. Il n'y avait pas non plus beaucoup d'espace, sans être pour autant un placard à balais.

"C'est quand même bien étrange de chercher une plante magique en ici bas..." Ne put-il s'empêcher de faire remarquer, suspicieux. "Ca me parait bien suspect. Ecartez-vous un peu."

Sans laisser de place à une quelconque réprobation, il écarta Grisella d'un large geste du bras pour la faire reculer plus que lui, légèrement derrière sa personne. Puis brusquement il fit un geste de baguette vers la porte, envoyant une force de repoussement contre le battant qui claqua, fermement verrouillé. Ils étaient réellement enfermés ?Il attendit quelques secondes mais rien d'autre ne semblait se produire. Il fit un autre geste :

"Alohomora !"

Cette fois-ci le sors percuta le bois qui fit réagir les runes. Le sortilège rebondit s’apprêtant à frapper les deux sorciers. Ce n'était pas un sort bien puissant qui avait été lancé aussi Arthur parvint à faire un bouclier aisément pour qu'ils ne soient pas blessés. Mais ce qu'émettait les runes semblaient au contraire bien plus puissant.

"J'ai peur qu'essayer de lancer un autre sort ne nous conduise dans une situation plus embarrassant... Dites-moi simplement que cela n'est pas de votre du ?"

Arthur ne baissait pas sa garde aussi facilement. Il regardait Grisella du coin de l’œil, d'une haute stature.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyDim 7 Avr - 13:30

L'homme n'est pas Auror mais, un simple consultant, peut-être fait-il parti d'un autre service du Ministère de la Magie ? Il s'occupe des créatures magiques alors, il doit certainement être l'équivalent de sa sœur Louise, qui est une chasseuse travaillant au Bureau de Préservation et de Contrôle de la Faune et de la Flore magique sur le territoire français. Ses paroles lui apprennent également qu'ils ne sont pas seuls dans cette galère et que les représentants de l'ordre empêcheront les braconniers d'entrer pour leur reprendre les petits oiseaux. Le regard   clair du sorcier se pose sur ses blessures dont il est responsable et Bouton d'or espère qu'il prenne conscience qu'elle s'est juste retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Ses plaies ne sont que des égratignures et elle sait quel remède elle devra appliquer lorsqu'elle sortira de ce guet-apens, elle en possède un pot dans sa boutique que sa sœur Apolline a concocté en prévision de sa maladresse.

La Française remarque avec quelle douceur, il met la petite créature magique dans la cage pour qu'elle retrouve ces congénères. Elle ne doit pas se fier aux apparences, elles sont toujours trompeuses et elle devrait le savoir vu qu'elle-même porte un masque depuis de nombreuses années. Ainsi, elle n'est qu'un dommage collatéral, sa violence est justifiée selon lui par la nécessité de protéger les victimes de ce trafic abject. Encore un homme qui pense qu'il est le seul à pouvoir sauver le monde et que la fin justifie les moyens utilisés pour y arriver. Croit-il sincèrement que tous les individus vivant ou se retrouvant par erreur dans ce quartier interdit et insalubre ne sont que des mécréants en quête de quelques mauvais coups ? Les choses ne sont jamais aussi simples et il devrait retirer ses œillères qui l'empêchent de distinguer la vérité des faux-semblants. Encore une fois, il la scrute et elle sait que sa tenue ne la met pas en valeur et qu'elle doit ressembler à une pauvresse. Machinalement, elle lisse de sa main libre sa longue chevelure dorée, elle aime être parfaite et elle ne peut pas faire grand-chose pour son vêtement déchiré si elle n'utilise pas la magie. Lancer un sort la rendrait bien superficielle au vu des circonstances dramatiques qu'ils sont en train de vivre.

Du bout des lèvres, il s'excuse et son pardon manque de panache et de sincérité. Elle est face à un homme d'action avare de mot et ne sachant certainement pas s'exprimer avec autant de facilité qu'un chercheur ou un professeur. Alors qu'elle commence à être un peu moins stressée, une nouvelle attaque fuse mettant en doute son alibi. Son visage se ferme et ses sourcils se froncent face à cet homme qui la juge sans vergogne. Elle aimerait avoir le courage de rétorquer qu'elle ne connaît pas bien cette île et qu'elle a été incapable de s'orienter. Elle n'y est pour rien si sa carte est incomplète et si ces sous-sols n'y sont pas indiqués. Mais au lieu de ça, elle se mure dans un silence, dans une froideur qui lui ressemble et qui la protège d'une nouvelle confrontation. D'un geste, il l'éloigne de la porte et la place derrière lui comme si elle n'était qu'une charge dont il doit s'occuper. De nouvelles runes sont apparues, elle essaye de les traduire mais, cet arrogant lance un premier sort pour vérifier si la porte est réellement close. Elle en reconnaît une et avant qu'elle puisse l'arrêter, il lance un second sort qui déclenche une protection légitime face à cette seconde agression.

Enfin, il comprend qu'il ne faut pas utiliser la magie et elle secoue la tête, quand il lui lance une nouvelle pique, avant de dire simplement en désignant une des runes de l'index : - Vous l'avez activé. Je vais essayer de les traduire. Et comprendre ce qu'elles veulent nous dire et comment les désactiver en espérant que le propriétaire des lieux ne soit pas un maître des runes. Elle le contourne tout doucement et elle se place face aux ogams, elle est un peu rouillée mais, elle a toujours aimé cette discipline et décrypter cette écriture ancienne. Elle en reconnaît trois sur les six : secret, pureté et bravoure, sans les autres, elle est incapable de trouver la solution pour qu'ils retrouvent leur liberté. Sans se retourner, elle lui demande :  - Cherchez un grimoire ou un carnet.  
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyDim 7 Avr - 16:17

Arthur lève un sourcil plein de questionnement. Tantôt la demoiselle soignait son apparence pour faire bonne impression, tantôt elle se fermait brusquement à ses remarques. Voilà un mystère à soulever surtout dans cette étrange situation et visiblement cet étrange quiproquo qui se formait. Mais le sorcier finit par se détendre, du moins envers Grisella. Du haut de ses 47 ans et de ses nombreuses expériences sociales, elle n'avait plus du tout l'air d'être une menace. Peut-être tout simplement une jeune femme en quête d'intringues, on pouvait être très aventureux à son âge.
Il la trouva néanmoins entreprenante lorsqu'elle repassa devant lui pour essayer de comprendre ce qu'il se passait. Plus encore lorsqu'elle affirma :

"Vous l'avez activé. Je vais essayer de les traduire." Lui l'avait activé ? La magie semblait bien active dès lors qu'ils étaient rentrée de la pièce. "Cherchez un grimoire ou un carnet"

Le vétérimage ne bougea pas d'un pouce. Pas même d'un millimètre. Il ne lâchait pas Grisella du regard, les sourcils légèrement relevés, comme si cela traduisait un 'Vraiment ?'. Il la fixa un moment de cette manière, suffisamment pour mettre mal à l'aise. Il finit par lâcher un sourire en regardant vers le bas, pouffant légèrement du nez.

"Est-ce quelque chose que vous avez déjà étudié ?" Demanda-t-il simplement.

Le stress ayant grandement diminué il retrouvait son état serein usuel. Même si la porte était une inquiétude restante. Et sa curiosité naturelle pouvait reprendre le dessus de même, il se demandait ce qu'elle faisait donc perdu ici à chercher cette plante et quelle plante magique en question.

"J'aurais presque cru que vous étiez plutôt tournée vers la flore..."

Attendant quelques secondes il s'en retourna à leur principal centre d'attention. Un peu de d'insérieux était peut-être le mieux pour détendre l'atmosphère après cette tension entre les deux sorciers. Les runes n'était pas quelques chose d'inconnu pour lui. Aussi plutôt que d'obéir à Grisella il s'approcha pour tenter de les comprendre. Mais autant dire que ses souvenirs étaient grippés. Etait-ce purifier ou bien pureté qu'il lisait ? En tout cas la dernière lui parlait, elle voulait dire "Chercher". Durant ses longue pérégrinations il l'avait déjà croisé à plusieurs reprises. Souvent pour trouver des caches de certains sorciers.

"Je crois lire purifier pour la deuxième et chercher pour la dernière... Avez-vous plus de talents que moi ?"

Il se redressa et lança le sort lumos pour essayer de trouver quelques chose d'utile, finalement. Il devait avoir un petit esprit de contradiction pour ne le faire que maintenant, mais c'était plutôt qu'il était habitué à être celui qui prenait l'initiative, il n'aimait pas qu'on le double sur ce point. Pas par orgueil, plutot comme pour lorsqu'il avait fait reculer Grisella pour protéger ceux derrière lui. On ne pouvait le changer.

Il souleva des draps, enfin, plutot ce qui s’apparentait à du tissu, qui recouvraient  beaucoup d'éléments de la pièce. Mais Arthur ne trouvait rien sous forme de papier. Par contre il y avait de nombreux bibelots, pas vraiment descriptibles qui parfois étaient marqués de runes similaires il commença à les rassembler pour les montrer à la jeune femme.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyLun 8 Avr - 14:10

Après réflexion, Bouton d'or se dit que sa simple demande a pu lui apparaître comme un ordre et son attitude le prouve. Il ne bouge pas d'un cil, seul sont regard perçant la prend pour cible et elle le sent dans son dos qui la transperce, une épée de Damoclès prête à lui couper la tête. Tout son corps se tend, en attente qu'il se venge face à son impertinence et peut-être l'attaquer encore une fois avec une pique dont il a le secret. Contre toute attente, il  ne rétorque rien et il pouffe. Quel étrange sorcier, ses réactions sont imprévisible, il finit par prendre la parole pour lui poser une question sur sa connaissance des runes anciennes. Puis, il enchaîne avec une taquinerie sur ses goûts qui seraient limités à l'étude de la flore. Elle répond laconique : - Vous croyez ? Cet homme a trop tendance à se fier aux apparences et il ne doit pas prendre l'habitude de cataloguer ainsi une autre personne. La Française s'intéresse à toutes les sortes de magie, certaines de manière simplement théorique comme la divination et d'autres, elle aime les expérimenter comme la métamorphose.

Il finit par bouger et au lieu de l'aider à traduire ces runes en partant à la recherche d'un grimoire qui pourrait contenir la solution, il s'approche d'elle comme si il doutait de ses compétences. Son visage est concentré, la jeune femme ne peut s'empêcher de lui jeter des coups d’œil, peut-être que certaines d'entre elles lui sont connues et qu'à deux, ils pourront résoudre cet énigme. Elle reporte son attention sur les runes dessinées et lumineuses. Un ogham l'intrigue plus particulièrement car sa taille est supérieure à celle des cinq autres comme si il était la clé de ce message codé. Peut-être que c'est un simple leurre de l'auteur pour les tromper ? Il finit par prendre la parole et donner son avis en traduisant deux d'entre eux. Il se trompe sur le sens de l'un des signes et l'éclaire sur un autre. Elle se montre plus loquace pour une fois dans sa réponse :  - Grâce à votre perspicacité, quatre runes sur six sont dévoilées : chercher, pureté, bravoure et secret. Deux d'entre elles me posent des soucis.

Pour montrer à la Française qu'il n'est pas un homme à être mené par le bout du nez par une femme et avoir le dernier mot, il décide que c'est le moment pour aller farfouiller dans la pièce à la recherche d'indices. Elle l'entend déplacer des objets et elle a beau essayer de combiner les runes découvertes pour essayer de deviner la signification des autres, elle échoue lamentablement. Son visage se tourne vers lui et elle est intriguée par la collection qu'il est en train de constituer. A son tour, elle s'approche de lui et un petit sourire apparaît sur ses lèvres quand elle voit ses trouvailles. Elle s'exclame :  - Oh ! Une idée vient de germer, elle prend les bibelots et les place devant la porte. Elle commence par celui qui représente le courage, puis elle met le seul verbe en cinquième position. Elle réfléchit et pose la pureté à droite de la bravoure et le secret, celle qui est la plus grande, en dernière position. Elle se tourne vers lui et lui expose son hypothèse sans hésiter, elle est prise dans un tourbillon d'idées créatives et inspirées :- Je pense qu'il faut découvrir une septième rune à l'aide des six autres et la graver sur la porte. Je dirais qu'une des deux inconnues doit représenter la raison et l'autre le cœur. Qu'en pensez-vous ? Si ma supposition est juste, le message serait "un cœur brave et pur aidé de sa raison cherche à découvrir le secret". Quel est ce secret à votre avis ? Le chiffre sept est magique, elle est convaincue que la réponse à l'énigme est une nouvelle rune représentant la somme des six autres. Ses yeux plein d'espoir rencontrent les siens et sont en attente de son verdict.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyMar 9 Avr - 7:37

Visiblement, la gente dame n'était pas réceptive à l'humour d'Arthur, si tenté est qu'il ait fait de l'humour ici. Elle n'était pas très loquace et ne répondait pas aux question du sorcier, ce qui ne faisait que faire grandir son envie d'en savoir plus. Mais sans vraiment le vouloir elle répondait, une réponse si... froide ? ne pouvait dire qu'il s'était trompé. A côté de la plaque. Mais il n'allait pas s'avoue vaincu pour si peu.

"Grâce à votre perspicacité, quatre runes sur six sont dévoilées : chercher, pureté, bravoure et secret. Deux d'entre elles me posent des soucis."

Ouh, serait-ce une pique ? Il fallait s'y attendre, peu de personne feraient preuve de bienveillance quand à sa brusquerie lors de son entrée. Mais il pouvait s'en servir pour la faire réagir d'avantage : si visiblement elle n'aimait pas le comportement dont il faisait preuve, il allait appuyer dessus pour voir jusqu'où ça le mènerait. Mais sans pour autant d'actes vils qui sont loin de faire parti des habitudes d'Arthur. Plutôt dans l'humour.

"Oui je dois avouer que je me surprend moi-même. La perspicacité ça me connait..."

Il ne peut bien sûr s'empêcher de sourire de son imbécilité... Comme tout bon ancien gryffondor. Il fait même exprès de ne pas tourner la tête vers Grisella lors de sa réponse. L'âge assagissait peut-être les gens - du moins pour la plupart -  mais n'effaçait en rien les espiègleries.

Mais quand finalement le sorcier après sa fouille se présenta avec son attirail, il fut ravit de découvrir enfin une autre expression de la part de sa partenaire de circonstance... Cela illuminait brusquement son visage si fermé et froid comme si cela révélait presque une autre personne en face de lui. Encore une raison de plus pour chercher à la connaitre. Il secoua la tête. Ils devaient tous les deux sortir d'ici, de plus on l'attendait dehors avec les vivets, pour peu que ça ne lui cause pas lui-même des soucis à se faire prendre pour un receleur qui aurait abusé de l'autorité. Non, cette possibilité n'était pas plausible, le policier avec qui il était venu le connaissait et la porte ne pourrait sans doute pas s'ouvrir d'un côté comme de l'autre. Il était d'ailleurs surpris que personne n'ait encore tenter de l'ouvrir de l'autre côté. Encore un fait à la magie ?

"Je pense qu'il faut découvrir une septième rune à l'aide des six autres et la graver sur la porte. Je dirais qu'une des deux inconnues doit représenter la raison et l'autre le cœur. Qu'en pensez-vous ? Si ma supposition est juste, le message serait "un cœur brave et pur aidé de sa raison cherche à découvrir le secret". Quel est ce secret à votre avis ?"

Arthur se sens quelque peu désarçonné autant par cette brusque éloquence que d'être sorti de ses pensés par un tel enthousiasme. Est-ce que cela voulait dire qu'ils n'en avaient plus pour très longtemps à être enfermés ici ? Il l'espérait. Pas qu'il soit claustrophobe, mais le vétérimage avait l'habitude des espaces ouverts, deja que venir en sous-sol pour l'intervention était déjà quelque peu opressant...

"Hm, réfléchit-il. Et bien..."

Il n'ose sortir les premiers mots qui lui viennent à l'esprit, de peur de paraitre fleur bleu. Et il avait pour habitude de cacher - inconsciemment - ce qu'il ressentait aux yeux des autres. Il plaça sa main sous le menton pour réfléchir. Amour était la première chose qu'il lui était venu à l'esprit, mais vu le contexte il ne fallait pas mêler son ressentit avec cette énigme. Il pensa ensuite à trésor, vu que ces lieux étaient certainement une cachette. Mais brusquement quelque chose de plus cohérent lui vint :

"Vérité ?"

Il ignorait si c'était la réponse. Il resta un instant sur place avant de se ré-accroupir près de la porte pour prendre les devants. Il ne savait pas qui était la jeune femme avec lui mais il n'aimait pas laisser les autres prendre des risques, surtout pour quelqu'un de beaucoup plus jeune que lui. Aussi s'essaya-t-il à écrire la rune en enlevant la poussière sur la porte. Non sans faire reculer la cage des vivets un peu plus loin par prudence.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyMar 9 Avr - 14:53

Le sarcasme est perceptible dans sa réponse et son ton la surprend, Bouton d'or n'a jamais mis en doute sa vivacité d'esprit. Elle est loin de se douter qu'il la mène en bateau comme elle lui tourne le dos et de toute façon, même si elle l'avait vu, elle ne serait pas rentrée dans son jeu, elle est loin d'avoir assez de répartie pour entamer une joute verbale alors, elle choisit le silence en se plongeant dans l'étude des deux runes qui lui donnent du fil à retordre. Perfectionniste, elle refuse de s'avouer vaincue, elle doit trouver leur signification, jamais elle n'abandonnera face à des jeux d'esprit, elle se doit de trouver la solution.

Face aux découvertes de son compagnon d'infortune, son esprit bouillonne, sa sagacité refuse de se taire et lui fait dévoiler un pan de sa véritable personnalité. Exaltée, elle ne se rend pas compte que son changement d'humeur peut pousser son interlocuteur à se montrer plus curieux et à s'intéresser à la véritable "elle". Cette idée abracadabrante ne l'effleure même pas, elle est bien trop persuadée d'être insignifiante. A ce moment précis, elle ne pense qu'à résoudre ce mystère et elle a même oublié qu'ils pourront retrouver leur liberté et quitter cette pièce close. C'est un challenge intellectuel qu'elle veut remporter et elle s'amuse à combiner les mots pour créer une histoire où il faut combler les trous et ses lacunes de traductrice en herbe. "Un cœur brave et pur aidé de sa raison cherche à découvrir le secret", cette phrase lui plaît et la laisse songeuse, n'importe qui aimerait découvrir le secret de la Vie, de la Magie, de l'Amour, tellement de concepts peuvent être considérés comme étant une quête noble pour un cœur vaillant et pur.

Et au moment où le sorcier propose la vérité, elle le regarde pour lui signifier qu'il doit avoir raison. Quand il s'approche et s’accroupit près d'elle, la Française comprend qu'il a l'intention de la dessiner et au cas où sa réponse est fausse, il est prêt à en assumer les conséquences, encore un homme galant avec le complexe de preux chevalier voulant secourir une damoiselle en détresse. Ne quittant pas des yeux sa baguette qui calligraphie cette rune, elle surveille qu'il ne se trompe pas de sigle. Et non, son écriture est maladroite, enfantine mais juste. Des cliquetis se font entendre laissant supposer l'ouverture d'une serrure complexe derrière eux. Elle se relève et se laisse guider par ces bruits secs vers leur Graal, leur liberté, des pierres se déplacent sur le mur du fond pour former une arche ouverte sur un tunnel sombre. Elle lance un Lumos pour l'éclairer et elle voit que le chemin bifurque sur la gauche. Elle tourne son visage vers lui et dit inquiète : - Je crois que nous n'avons pas d'autre choix. Comme il aime se montrer chevaleresque, elle lui fait signe de passer avant elle, effrayée mais, lucide, elle se dit que le danger ne pourra pas surgir derrière elle et qu'il est en mesure de les défendre, ses petits protégés et elle.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyMar 9 Avr - 19:10

Il était presque déçu qu'elle se réagisse pas à sa petite taquinerie. Mais il ne pouvait pas se permettre d'aller plus loin, au risque de re-créer cette tension qu'ils avaient connu lorsque tout ceci venait de commencer. Et c'était loin d'être son attention. C'était curieux, mais plongée ainsi de le labeur elle lui rappelait sa propre manière d'agir quand il était concentré dans son travail.
Et si seulement il savait que la première réponse qui lui était venu en tête avait été aussi un de choix possible de Grisella, cela les aurait peut-être encore plus rapproché à la comparaison. Mais son mutisme avait tôt fait d'étouffer cette possibilité dans l'oeuf. Alors Arthur se contente de dessiner au mieux la dernière rune avec une angoisse feutrée. Quand il entendit les cliquetis du mécanisme qui s'enclenchaient, il se dépêcha de le suivre tour comme la jeune femme, approchant son oreille des murs pour savoir quel rouage il venait d'enclencher. Était-ce un piège ? Non, car finalement une porte s'ouvrit, sous la forme d'une arche. Ce n'était pas sans lui rappeler quelque chose de bien familier...

"On dirait la même magie qu'on utilisait à l'époque pour... Tenir éloigner les moldues des lieux magiques. Comme au chemin de traverse."

Il posa une main sur les pierres qui s'étaient ouverte, elles étaient légèrement chaude, lui qui s'attendait à une texture froide en raison de l'aspect souterrain des lieux. La magie qui activait ce passage devait en être la raison. Et cela lui fit perdre son sourire pour retrouver son expression sérieuse, sans émotion. Il était inquiet, il n'aimait pas que cela soit ce genre de magie. Car cela voulait dire qu'elle était ancienne, elle venait d'une autre culture... Bien avant que les moldues et les sorciers n'avancent ensemble.
Imitant Grisella il ré-activa son lumos. Mais le tunnel qui s'ouvrait devant eux était trop long pour y découvrir quoique ce soit de nouveau. Il soupira.

"J'aurais aimé que ma perspicacité ouvre l'autre porte..." Se tenta-t-il d'ironiser.

Il eut une pensée sinistre en imaginant ce qui aurait pu les attendre en cas de mauvaise réponse. Les sorts de protections, notamment anti-moldu, pouvaient être sévères pour éviter toute intrusion. Comme un sort d'oubliette. Ils auraient été à la merci des premiers qui les auraient trouvé, incapable de se rappeler pour quelle raison il se trouvaient là.
Comme Grisella prenait enfin naturellement les derrières, il fit voleté la cage des vivets vers elle.

"Je crois que nous n'avons pas d'autre choix."
"Ecoutez, vous sembliez bien inquiet quant à leur sujet lors de notre altercation. Vu que je vais prendre les devant pouvez-vous veillez sur eux, je ne peux pas faire attention à plus de deux choses à la fois."

Arthur ne manquait pas de concentration, mais sur le qui-vive, à surveiller ses devant tout en gardant conscience de son environnement pour éviter des embuscades, il ne pouvait malheureusement pas se soucier correctement des petites créatures dorés qui sifflotaient de leur cage recouverte. Ceux-ci semblaient d'ailleurs s'impatienter de se trouver dans un espace si petit, mais au moins ils ne paniquaient pas. Le vétérimage espérait que cette aventure ne prendrait pas une éternité à se finir, il n'avait rien pour s'en occuper sur le moment. De quoi les soigner, ça oui ! Mais les nourrir et les entretenir, il comptait le faire de retour au commissariat. Il ne regrettait pas non plus de ne pas avoir emmené Titus dans ses profondeurs.
D'ailleurs en pensant de soins :

"Ah et si vous le permettez je vais m'occuper de ça." Il pointa sa baguette vers les genous de Grisella. "C'était regrettable vraiment. Mais imaginez-vous courir après un vivet doré dans tous ces dédales et vous comprendriez pourquoi je ne me suis pas permis de m'arrêter."

Il leva les yeux vers elle attendant de voir sa réaction, savoir si ce début d'excuse allait ouvrir un peu plus le coeur de la jeune femme. Il n'aimait pas les gens trop silencieux, mais il pensait qu'il était encore trop tôt pour juger de la personnalité de la sorcière au vu des circonstances. Pour cette raison il continuait de justifier ses actions plutôt de simples excuses sincères. Arriverait-il à la faire réagir ainsi, ne serait-ce que sur son ressentit sur la situation ? Lui confier les vivets était une marque de confiance.
Il commença à lancer son sort de soin en s'approchant d'elle. L’égratignure avait cessé de saigner depuis un petit moment, puisque cela restait léger bien que vif. Aussi il ne fut vraiment pas difficile pour lui de s'en occuper. C'était comme lors de ses voyages quand il se trompait dans ses appuis à s'en faire mal. Il avait tellement abuser de ce sort pour éviter des contusions plus grave...

Ceci fait il se lança dans le tunnel, baguette en avant, mais pas trop éloigner de son corps. Il valait mieux éviter qu'on le désarme en offrant trop d'ouverture et il avança d'un pas régulier sans s'arrêter. S'ils n'avaient pas le choix alors autant ne pas hésiter. Les murs se firent moins brut et de plus en plus taillé avec finesse. Seul l'usure du temps avait terni cet ouvrage. Il y avait bon nombre d'éléments à traduire sur ceux-ci, mais vu que cela s'étendait tout le long de leur chemin, il semblait futile de vouloir se pencher à tout traduire à moins de vouloir  y passer les années. Personne ne semblait avoir fouler ce chemin depuis longtemps et seul le bruit de leur pas accompagner des petit piaillements joyeux des oiseaux rompait le silence morbide. Il était ironique que les petites créatures magique apportaient un peu de gaieté par leur présence.

Il débouchèrent finalement dans une sorte d'antichambre qui s'illumina de quatre flammes bleutés à faible lueur aux quatre coin de la pièce, cela semblait être un prémisse à un lieu beaucoup plus gargantuesque au vu de l'ouverture à leur opposé beaucoup plus grand et large dont l'écho laissait penser à l'entrée d'une caverne.
Grisella MoelwynGrisella Moelwyn
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2366-grisella-moelwynMessages : 332 Points : 1046
Pseudo : Yen
Avatar : Juno Temple
Crédits : Inconnu
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un rossignol
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyMer 10 Avr - 13:15

Impressionnée par la magie à l'oeuvre, Bouton d'or n'ose pas effleurer l'arche de peur de déclencher une nouvelle protection, un piège encore plus dangereux que les runes gravées sur la porte d'entrée. A la remarque du membre du Ministère de la Magie, elle ne peut qu’acquiescer vu qu'elle n'a jamais mis un pied sur le chemin de traverse situé à Londres, elle sait juste que seuls les mages peuvent y entrer. Par contre, elle connait les sortilèges anti-moldu qui leur font croire qu'ils voient un bâtiment en ruine ou qui les rendent confus au point qu'ils rebroussent chemin en oubliant les raisons qui les ont poussé à se rendre dans ce lieu. Sa curiosité est réveillée mais, elle a peur qu'il s'imagine qu'elle est inculte alors se tait comme à son habitude.

Quand il pose sa main sur les pierres, son visage perd le peu de couleur qui lui restait, elle devient livide, terrorisée à l'idée qu'un drame se produise, qu'il subisse un sortilège cruel et qu'elle soit incapable de le secourir. Mentalement, elle compte jusqu'à sept et rien ne se passe. A sa remarque, elle murmure : - Espérons que cette magie ancienne soit bienveillante. Son frère aîné lui a déjà parlé des lieux qu'il a découverts lors de ses  pérégrinations, les sortilèges qu'il a du contrer étaient très puissants et il lui a toujours affirmé avoir eu de la chance ou de l'aide. Craintive, timorée, elle a toujours refusé de l'accompagner et elle n'a jamais eu honte de lui dire qu'elle préférait rester à fabriquer ses baguettes magiques en sécurité dans son atelier.

Par Olympe, comment peut-il avoir assez confiance en elle pour lui confier ses petits protégés ? Avoir la responsabilité de leur bien-être alors qu'elle est si gauche et malhabile la fait reculer quand il fait léviter la cage vers elle. Perdue, elle regarde autour d'elle pour trouver une solution et son regard se pose sur les morceaux de tissus qui recouvraient les objets qu'a collectionnés l'homme un peu plus tôt. Elle attrape avec difficulté la cage et la pose par terre en faisant bien attention de ne pas blesser les petits oiseaux. D'un geste, elle éteint sa baguette et vise le drap d'une propreté plus que douteuse et elle lance un sort pour découper des bandes. Elle ne seront pas assez solides pour faire ce qu'elle veut alors, elle lance un sort de métamorphose pour transformer leur matière fragile en un cuir solide et elle les noue à la cage pour créer un sac à dos improvisé comme ça elle ne risque plus de le faire tomber. A présent qu'elle les porte sur son dos, elle se sent à peu prés rassurée pour entrer dans ce tunnel.

Et sans prévenir, il pointe sa baguette vers elle, plus précisément sur ses blessures, il lui dit qu'il va la soigner. D'un sourire, elle le remercie de prendre soin d'elle même si elle aurait pu attendre qu'ils soient sortis. Ensuite, il lui offre une nouvelle excuse pour son comportement brutal du début et enfin, elle percute de quelle espèce sont les oiseaux. Elle répond :- Ces pauvres créatures sont les ancêtres du vif d'or. Je comprends que vous ne puissiez pas vous arrêter si vous vouliez le rattraper, ils sont vifs et agiles. Grâce à son sort de soin, elle ne ressent plus aucune douleur et elle pourra ainsi le suivre sans le retarder. Sa baguette toujours brandie au cas où, elle s'engage derrière lui. Les vivets dorés sont bien installés et les encouragent, dans leur marche pour retrouver la liberté, en leur offrant un chant mélodieux . Tellement de runes gravées sur les murs qui lui donnent envie de s'arrêter pour essayer de les traduire mais, il marche d'un bon pas alors si elle ne veut pas se laisser distancer, elle doit taire son désir de s'instruire car elle aurait pu passer des heures et des heures à les étudier et peut-être qu'ils auraient dû car les dernières runes dessinées les préviennent d'un test d'érudition à passer pour pouvoir rejoindre la salle principale.

Arrivée dans l'antichambre, elle s'arrête pour contempler les flammes bleues disposées aux quatre coins de la pièce. Elle distingue un pentagramme à moitié effacé gravé sur le sol précisément au milieu de la pièce. De l'index, elle lui montre et dit dans un souffle : - C'est un pentagramme droit, ces cinq pointes représentent l’air, le feu, l’eau, la terre et l’esprit. Il me semble me souvenir qu'il est incomplet, dans les traditions celtiques, il était placé à l'intérieur d'un cercle symbolisant l'infini ou l'éternité. Pensez-vous que nous devrions en tracer un ? Solitaire, elle avait passé beaucoup de temps à la bibliothèque de Beauxbâtons à lire tous les grimoires qui lui tombaient sous la main.
Arthur RoscoeArthur Roscoe
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t2062-arthur-roscoeMessages : 63 Points : 254
Pseudo : Jack
Avatar : Matthew-mcconaughey
Crédits : Angel Dust
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, rue de la licorne.
Patronus: Loup
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn EmptyJeu 11 Avr - 17:21

"Espérons que cette magie ancienne soit bienveillante."

Avec la porte qui s'était verrouillée derrière eux sans autre action que leur présence ? Arthur ne pensait pas ça le moins du monde. Ils allaient plutôt être mis à l'épreuve et ils n'étaient pas forcément dans les bonnes conditions.

"Vous savez tant que ça mène à une sortie je prend tout ce qui vient."

C'était loin d'être vrai mais il ne voulait pas laisser parler son pessimisme. Il débutait à peine leur avancé dans ces couloirs, autant ne pas entamer leur moral, surtout si la jeune femme avait une volonté fragile. Elle avait certes levé la baguette en réaction pour protéger les vivets, ce qui dénotait un certain courage, mais la volonté dont elle avait fait preuve n'était pas solide et il avait tôt fait de l'affaiblir ; il aurait pu même la berner. Mais il fallait compter la surprise dans cette histoire, sans juger trop sévèrement.

Il fut surpris de voir que lorsqu'il lui tendit la cage elle ne la garda pas sous un sort de lévitation. Elle préférait le porter à même le dos. Le vétérimage tiqua, presque à regretter sa demande. Il n'avait pas le choix n'est-ce pas ? Si lui prenait les devants il devait forcément lui confier les oiseaux. Mais si elle ne pouvait les défendre ou user de sa magie - un sort simple ! - pour les protéger, cela risquait d'être plus pénible qu'escompter. Et s'il venait à ce que ses petits protéger soient blessés il risquerait de se mettre en colère, l'accumulation de mauvais évènements commençant à peine à se développer...

"Ces pauvres créatures sont les ancêtres du vif d'or. Je comprends que vous ne puissiez pas vous arrêter si vous vouliez le rattraper, ils sont vifs et agiles."

Il était au moins ravie d'apprendre qu'elle comprenait enfin ses actions. Il n'y avait plus de place pour être orgueilleux.

"Merci pour votre patience. Je ne suis vraiment pas aussi maladroit d'ordinaire quand il s'agit de s'adresser à une jeune demoiselle comme vous. Surtout aussi charmante et bienveillante. Peut-être aurons-nous l'occasion de nous repentir de ce malentendu au fur et à mesure de nos aventures, madame... ?"

Jouer les gentleman n'était pas sa personnalité usuel, mais toujours pour aller vers le positif il préférait se montrer galant et courtois dans son dialogue. Il attendit qu'elle se présente avant de s'en retourner à leurs maléfices.

"C'est un pentagramme droit, ces cinq pointes représentent l’air, le feu, l’eau, la terre et l’esprit. Il me semble me souvenir qu'il est incomplet, dans les traditions celtiques, il était placé à l'intérieur d'un cercle symbolisant l'infini ou l'éternité. Pensez-vous que nous devrions en tracer un ?"
"L'esprit ?"

Vérité puis esprit... Combinés à cette ancienne magie cela ne faisait qu'accroitre sa supposition sur les personnes ayant créer ces lieux. Les sangs purs étant friands de montrer leur habileté et leur connaissances dans le monde de la magie alors un tunnel secret ou il fallait prouver qu'on méritait le titre de sorcier, voilà qui ne le surprenait vraiment pas.

"Et bien visiblement, l'esprit nous en avons ! Surtout si vous m'accompagnez, vous semblez avoir de nombreuses connaissances malgré votre jeune âge."

Il fallait qu'il arrête, ou bien il allait passer pour une de ces vieilles personnes qui se vante de l'expérience de l'âge face à l'ignorance de la jeunesse. Il était le premier à savoir que ce n'était pas le nombre d'années que l'on avait qui faisait l'intelligence.

"Nous allons leur montrer ce que nous avons dans le ventre !"

Les runes étaient quelque chose qu'il avait pu déjà voir dans sa vie, aussi cela avait été facile pour lui d'aider à trouver la réponse pour avancer. Mais les enchantements et pièges magiques, voilà qui était moins son domaine. Aussi il préféra faire confiance à Grisella et s'approcha du pentagramme avec sa baguette. Il traça un cercle et attendit.
Il ne sut pas réellement s'il y eut d'autres quelques mécanismes qui se soient enclenchés, mais l'ouverture pourtant déjà ouverte en face d'eux s'illumina à la lumière des mêmes flammes bleue que dans l'antichambre, au sol, mètre par mètre une petite lueur s'allumait, du moins sur les cinq premiers, ne permettant pas d’apercevoir le bout du chemin.
C'était une route de pierre bien lisse et parfaitement droite, une sorte de pont. Sur chaque côté, du vide aussi noir que le néant, cela émettait quelque chose de presque 'vivant' sans pour autant que l'on puisse voir le moindre mouvement. Par-délà le vide, autant à droite qu'à gauche à plusieurs pas de distance, la roche laissait paraitre des murs que les flammes éclairaient partiellement. Pas que l'on puisse atteindre même en sautant aussi loin qu'on le pût.

Arthur s'avança. Deux petites flammes s'allumèrent un peu plus loin qui suivait son rapprochement, mais à contrario, deux des quatre lumières de la pièce s'éteignirent. Ils étaient contraint d'avancer avec une lumière limitée.

"Allons-y." Tenta d'encourager le vétérimage.

Mais lui même se sentait oppresser. Il régnait dans ces lieux un silence presque irréel. Ses pas faisaient bien moins de bruit sur le sol que la normale et c'était sans compter qu'il ne remarqua pas que le son que faisait les vivets fut brusquement légèrement étouffer. Tout paraissait mort et Arthur avait horreur de ça. Il était habitué au vivant, la faune, la flore... Cependant en réalité il n'aurait pas du en être ainsi pour lui. Il ne le réalisais pas mais son occlumencie le protégeait du sortilège de ces lieux, un sortilège qui faisait entendre des murmures à quiconque n'en était pas protéger, des mots où chacun entendait quelque chose de différent...
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Au travers du filet | Grisella Moelwyn   Au travers du filet | Grisella Moelwyn Empty

 
Au travers du filet | Grisella Moelwyn
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» 1er cours : Le filet du diable
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠
» Filet du Diable || RPG Harry Potter

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: