Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Poste
 

 I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester

Aller en bas 
AuteurMessage
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyJeu 14 Mar - 13:04


I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
La ligne se prolonge, serpentant à travers la pièce comme une entité vivante, pulsant dans le temps et l’espace. Les bruissements de feuilles se superposent aux toussotements gênés et aux discrètes conversations, chuchotées pour éviter de déranger. Qui ? Il est difficile de le savoir, alors que jamais personne ne semble accéder aux guichets, tant l’attente est longue et que les usagers, énervés de perdre leur temps pour une chose aussi triviale qu’un colis ou une lettre, perdent patience un à un et quittent le bâtiment en pestant contre eux-mêmes, autant que contre l’institution. Seuls quelques braves atteindront le Graal et pourront parler à un employé. Il faut résister à l’apanage de la solution de facilité, rester dans la ligne, et lutter contre l’irrésistible envie de se frapper la tête contre le mur, alors que chaque fibre du corps presse à s’échapper de cette attente infernale.

Finn n’est pas quelqu’un de patient. Loin de là. Il tape du pied tout contre le sol, il regarde la montre à son poignet, il peste entre ses dents. Il est hautement improbable qu’il remporte cette épreuve si éprouvante : la Poste fera une autre victime. Pour l'instant, il tient bon. Il tire de sa poche son paquet de cigarettes et tire une bouffée de tabac avec extasie, s'attirant un regard noir d'une mère de famille à quelques mètres de lui. Il s'en fiche : il est dans son droit de fumer où bon lui semble, et se permet même de souffler, dans la direction de la mégère, une bouffée des plus insolentes.

Il fait chaud, à Atlantis. L'été frappe à la porte de l'Ecosse en ce début de mois de juillet, et une odeur de sueur tenace s'infiltre dans les narines de toutes les personnes présentes au sein du centre postal, ne faisant que renforcer l'envie des usagers de fuir en courant cet endroit de perdition. Finn le premier, d'ailleurs : mais il doit absolument récupérer un recommandé pour l'Atlantease, au risque de devoir payer de lourdes charges financières, et le désir d'être un bon patron outrepasse l'envie de respirer un peu d'air frais.

Alors le temps passe, alors il tape du pied, alors la fumée s'engouffre dans ses poumons pour mieux en sortir, laissant une agréable brûlure tout contre son palais. Il regarde nonchalamment les personnes qui entrent et qui sortent de la Poste, vainqueur lorsqu'ils abdiquent en partant la tête basse, rieur lorsqu'il voit sur le visage de ces innocents la réalisation de la longueur de la file d'attente. Certains lui offrent des regards prédateurs et le sorcier leur offre un petit sourire en coin, voire même un clin d'oeil quand l'appréciation est partagée, mais Finn reste bien sagement à sa place, attendant son tour.

Jusqu'à ce qu'il entre dans la pièce. C'est comme si l'air s'échappe des poumons du jeune homme ; c'est comme s'il se réveille d'un rêve indolent et qu'il doute de ce qu'est du domaine de la réalité et de celui du songe. Parce qu'à ce moment précis, à l'instant où leurs regards se croisent et que les yeux s'écarquillent sous la surprise, Finn se rend compte d'à quel point il a été égoïste, concernant Aedan.

Depuis qu'il est revenu à Atlantis, en février, il n'a pas cherché à contacter son plus vieil ami. Leur dernière rencontre a été pour le moins… troublante et troublée, et s'il n'a jamais été des plus rigoureux concernant l'échange de nouvelles avec ses connaissances, Aedan aurait dû être suffisamment important pour qu'il prenne la peine de lui envoyer un hibou. Il ne l'a pas fait, pourtant. Non pas qu'il renie leur histoire passée, ou l'affection qu'il portera toujours, dans son cœur, pour son ancien camarade de classe, mais… s'il doit être tout à fait honnête, il a eu peur. Peur de se confronter à ses propres contradictions, qui ont failli le conduire à commettre l'irréparable, encore une fois. Peur que l’irlandais ne pose des questions auquel Finn n'aurait aucune réponse. Peur qu'il doive rendre des comptes, même si la demande serait tout à fait légitime. Tout s’est emmêlé dans un imbroglio d’angoisses, le temps a passé trop vite, et voilà maintenant six mois qu’il est devenu le patron de l’Atlantease, sans qu’il ne signale à Aedan qu’il était toujours en vie.

Une honte. Ses pieds semblent cimentés contre le sol froid de la Poste, et son mégot, glissé entre ses lèvres, tombe par terre alors qu’il entrouvre légèrement la bouche, choqué par cette rencontre inattendue. Il se baisse vivement pour ramasser la cigarette, se brûle les doigts par mégarde, laisse échapper un juron. Il est sans dessus dessous, son rythme cardiaque s’accélère. Il ne sait que faire, à part regarder Aedan, à part faire face à ses erreurs.

Sartre disait que, l’enfer, c’est les autres. C’est vrai, quelque part : mais plus que ça, l’enfer, c’est le reflet que nous projetons dans nos relations avec les autres. On ne peut juger de sa propre valeur que par les yeux d’autrui, après tout. Et si Finn n’a déjà pas beaucoup d’estime pour lui-même (doux euphémisme), nul doute que la réaction de l’irlandais ne manquera pas de le faire sombrer dans un abysse bien plus sombre et profond, que celui dans lequel il se trouve déjà…
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 873 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyMer 20 Mar - 10:17

Le passé. Toujours le passé. Le brouillard, la chose qui n'existe plus, ce qui est passé, ce qui a été bafoué, ou honoré. Le passé, ouais le putain de passé qui nous hante, nous bouffe. Comment faire pour le zapper ou l'utiliser quand il n'a été rythmé que par des coups de massues ? Ça fait des années qu'Aedan n'y pense presque plus. Parfois quand il est là, il y pense, il se noie dedans, il essaye de passer outre. Il y a encore quelques mois, il lui courrait après et aujourd'hui, il est là dans les rues d'Atlantis, à compter le nombre de pas qu'il effectue pour arriver à la poste. Sa préoccupation, c'est de se préoccuper seulement de la seconde qui va suivre.

C'est ce qu'il fait, avec dans le coeur, la peur quasi toujours présente de tomber à nouveau. Mais ça c'est Aedan. Ça, on peut pas lui retirer. Si seulement. Il aurait piqué un sprint loin de cet endroit s'il avait enfin trouvé la motivation et le confort hier. Mais ici, tout le retient. Le problème avec le passé, c'est qu'il a tendance à s'accrocher. À notre corps, à notre âme, à notre esprit. Il obstrue notre vue et nous empêche de voir l'avenir - il nous refuse tout accès à de nouveaux chemins, il n'est pas prêt à nous laisser avancer. Ou alors c'est nous qui nous accrochons, sans nous en rendre compte...

Surtout quand il refait surface, sans prévenir.

Il est à la poste, il doit poster une lettre... des futilités... quand il sent l'air qui s'alourdit, pour une raison que lui même ignore. Vous savez, c'est comme la sensation d'ue piqure contre le derme de notre bras: on sent la pointe qui s'enfonce, mais il n'y a pas d'aiguille. C'est soudain et désagréable. Puis par-dessus tout, on comprend pas. On comprend pas pourquoi elle est là : pourquoi, soudainement, on a si mal ?
Assez nerveux, Aedan daigne relever ses yeux de la lettre qu'il balance rapidement contre le bas de sa paume. Il est nerveux, sa mâchoire est crispée et ses dents habituées à cette douleur sourde. Il est angoissé depuis toujours, mais oui, ça fait seulement quelques mois, depuis qu'il est parti, que ça s'est aggravé.

Pourtant il avance.

Il avance, - il avance, mais il n'est plus très sûr que ça continuera d'être le cas, parce que oui, leurs regards se croisent. Précisément au moment où il fait volte face après avoir posté la lettre : il est en plein mouvement, sa main rabattant ses cheveux en arrière, le coude plié, quand il l'aperçoit à quelques mètres. C'est comme dans un rêve. Ça paraît tellement fictif, tellement... impossible, et en même temps, c'est si réel.

Tu es encore revenu, Finn.
Depuis combien de temps ?


Le comportement de son ange gardien ne l'étonne même plus. Le plus déstabilisant, c'est de ne pas sentir son coeur qui s'affole en lui comme il le faisait toujours avant. Il n'est même plus étonné. Non, ce n'est pas un exploit. Il n'a peut être qu'un pincement au coeur, allez. Une drôle de sensation, alors qu'il s'approche, les bras ballants, froid et insensible. C'est juste un masque - ce qu'il veut faire là tout de suite, c'est lui en foutre une, puis l'embrasser. Qu'importe la signification et la valeur de leur baiser. Il ne le fera pas.

Mais dieu, ce qu'il est encore plus beau qu'avant.
Si beau qu'il se sent petit à côté alors qu'à présents, leurs pieds se touchent presque: il a volontairement collé la pointe de sa semelle à la sienne.
Et tandis qu'il relève ses iris émeraudes dans celles de Finn, on pourrait presque croire que de lassitude refoulée, il roule des yeux. Pourtant il est très calme.

- Ne me fais pas croire que je te déstabilise, maintenant, Bowman,ironise t-il d'un ton amer.

Non, il ne veut pas lui en vouloir. À l'en voir, là, tout de suite, il est pas revenu la veille. Il a l'air déjà bien posé, ou, reposé plutôt. Il sait pas, l'instinct. Il ne lui en demandera pas plus. Les questions... il s'est déjà posé tellement de questions. Alors il se contente de le prendre à l'endroit, en le caressant dans le sens du poil. Il tient à lui, il veut pas se rappeler toute la merde qui a régné entre eux. Puis au fond, y a qu'avec Finn qu'il est comme ça. Gentiment, il lui tapote l'épaule de son poing refermé et lui adresse un sourire franc, mais évasif. Franc surtout. Honnête. Finn lui a manqué.

Comme d'habitude.
Finn lui manque toujours.
Finn lui manquera toujours, d'ailleurs.


Mais les questions, l'incompréhension, les prises de tête. Pas maintenant, par pitié, plus maintenant. Alors il incline la tête et le regarde comme s'ils s'étaient vu hier.

- Tu vas comment petit ange ?

Il est doux et ça ne l'étonnerait pas si Finn ne le comprend pas.
Y a qu'avec lui qu'il est comme ça. Y a qu'avec lui qu'il est aussi étrange, et aussi.. lui même? Ouais, lui même.
Exactement. Ce beau visage lui a manqué.



Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyMar 26 Mar - 1:49


I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Une mélodie commence à retentir dans la tête du jeune homme, et les paroles se mettent à résonner en lui, tant elles ont le goût d’un passé aujourd’hui révolu. Une chanson moldue, qu’Holly lui a fait découvrir un matin d’hiver, après qu’il soit venu toquer à sa porte à 3h du matin totalement bourré, et qu’elle l’ait hébergé pour le reste de la nuit afin d’éviter qu’il ne finisse dans un caniveau, quelque part dans Atlantis. La rouquine l’avait réveillé alors que les premières notes émanant d’une vieille radio au son éraillé retentissaient dans sa cuisine, et qu’elle préparait un café bien serré pour réveiller le sorcier de sa gueule de bois carabinée.

You got a fast car
I want a ticket to anywhere
Maybe we make a deal, maybe together we can get somewhere
Anyplace is better
Starting from zero got nothing to lose


Finn a voulu, pendant tellement longtemps, tirer un trait sur son passé trop douloureux pour partir loin, très loin de sa propre existence, et il a toujours imaginé qu’Aedan l’accompagnerait. Il a été son ancre, son repère dans une réalité qui lui avait fait si mal pendant tellement longtemps, après tout, qu’il aurait été inconcevable de l’abandonner sur le côté de la route. Maintenant, il remet en question ses propres certitudes. Non pas que l’irlandais soit moins important pour lui, aujourd’hui, bien au contraire, mais il s’est rendu compte qu’oublier le passé n’est pas une manière saine d’envisager le futur : le poids des souvenirs est de toute façon bien trop lourd pour qu’il s’évapore par la simple force de sa volonté, peu importe les efforts effectués. Et se reposer sur quelqu’un pour aller mieux… Non, ce n’est pas la meilleure des marches à suivre. Pas pour une véritable guérison, en tout cas.

Il doit apprendre à accepter ce qui a été, le bon comme le mauvais, et surtout, qu’il a réussi à mettre le pire derrière lui. Aedan restera toujours cette personne spéciale qui a été là lorsqu’il avait le plus besoin de quelqu’un pour lui tendre la main : mais il doit aussi apprendre à desserrer ses doigts et lâcher prise.

You got a fast car
Is it fast enough so we can fly away
We gotta make a decision
Leave tonight or live and die this way


ll a choisi de vivre, l’héritier Bowman. Il a pris le taureau par les cornes et a décidé d’arrêter de courir après sa propre ombre. Et c’est une bonne chose, mais il a dû faire des sacrifices sur la route. Sa relation avec l’irlandais a été une conséquence directe de sa prise de position, et il a honte de regarder dans les yeux celui qu’il a aimé, car oui, il l’a aimé, bien qu’il n’ait jamais eu le courage de lui dire, qu’il n’ait même pas eu le courage de se l’avouer. Il ne répond pas à la première provocation, car il ne veut plus lui mentir : mais il soulève un sourcil à l’entente de sa question, car décidément, il ne s’attendait pas à ce ton si doux, si détendu. Pourquoi diable Aedan est-il si compréhensif ? Il aurait presque préféré qu’il le frappe, qu’il l’insulte, qu’il s’acharne sur lui, enragé. Ça aurait été plus facile, quelque part.

« -T’es bien la seule personne assez tarée pour m’appeler comme ça, dit-il finalement, un léger sourire sur les lèvres. On dirait que tu m’as jamais rencontré, quoi… Un ange, et puis quoi encore ? Un petit rire. Un son que son ancien camarade n’a pas entendu depuis tellement longtemps. Il se passe une main dans ses cheveux un peu trop longs à son goût, et finit, enfin, par délivrer l’information voulue. Ça va. Plutôt bien, en fait, et ouais, tout arrive. Crois-moi, j’en suis le premier surpris.

La vie de Finn est loin d’être rose. Entre la menace constante de son père qui devient comme une ombre pour lui, tant elle est omniprésente, les mafieux qui viennent le harceler pour qu’il engage une "sécurité privée" à l’Atlantease, sa dépendance de plus en plus préoccupante à toute sorte de drogue, la cocaïne en premier lieu… Non, on ne peut pas dire qu’il est sorti d’affaire. Mais son existence a été soumise pendant si longtemps à la souffrance et aux larmes, que le chaos qu’il vit aujourd’hui semble être bien plus tranquille, bien moins atroce. Il vit, en fait : il a cessé de survivre.

-Désolé de… ne pas être venu te voir. En fait, j’ai essayé une fois, j’ai même zoné dans ton couloir pendant des heures, mais t’étais pas là. Et puis… Je ne sais pas, tu sais que c’est pas mon truc. Un petit reniflement. Quel doux euphémisme. Et toi, ça va ? »

Putain Finn, tu peux pas faire plus dans le cliché ? Tu vas pas lui dire que y’a plus de saisons ma bonne dame, aussi, hein ? Mais que dire d’autre. Bien sûr qu’il est déstabilisé, mais pas par la présence de son plus ancien ami, pas par son expression, même pas par son sourire. Il est perdu, parce que pour une fois, il n’a pas besoin d’être sauvé. Et sans cette particularité, qu’est-il vraiment ? Il va devoir trouver la réponse à cette question, et les implications qu’elle pourrait avoir sont si profondes, qu’elles en deviennent vertigineuses.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 890 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyJeu 11 Avr - 6:52

Ça va. Plutôt bien, en fait, et ouais, tout arrive. Crois-moi, j’en suis le premier surpris.

Il change de place les cigarettes king dans leur paquet, le regard évasif. Le fait qu'il aille bien est une bonne chose, une très bonne chose même. Son coeur en fait un bond à l'idée de retrouver le Finn qu'il connaissait d'avant et dont il était tombé profondément amoureux. 'Dingue. C'est peut être l'émotion de l'avoir retrouver mais il n'a qu'une envie, c'est de s'assurer que maintenant ils ne seront plus jamais séparés. Peu importe ce qu'il doit advenir. Il tripote le paquet entre ses mains avant de le ranger.

- Tu es passé.., fait-il en soupirant, Dans mon couloir. J'aurais du être là, je suis désolé Finn. Moi ca va.. rien ne change, tu me connais aussi.


Tout ça devient très nostalgique. Les deux hommes se retrouvent mais en fin de compte, même s'ils ont l'air d'avoir des choses à se dire, c'est toujours plus dur de le faire en face à face. Finn lui a manqué. Il est content de l'avoir retrouvé, cependant ce qu'il désire le plus aujourd'hui, c'est de s'assurer que rien n'a changé entre eux. Quelle belle naïveté. Tout finit par changer, même si les gens restent les mêmes.

- Toujours les mêmes préoccupations. -Un silence s'installe entre les deux avant qu'il ne se reprenne en se rapprochant d'un pas.- Mais on s'y fait. Tu sais. Ce n'est peut être pas le bon moment.

C'est bien. Essaye de le convaincre de quelque chose dont tu n'es même pas sûr au fond de toi, Ae. Ce n'est pas la peine de parler de Sylver maintenant. S'il y a bien un sujet qui n'a pas sa place sur le plateau de leur relation, c'est celui là. Finn est si près de lui maintenant. C'est sans compter toutes les nuits qu'il a passé à l'attendre, l'imaginant contre lui dans les draps froids de son lit vide. Aedan n'attend plus et l'attire par la nuque, en toute amitié, la tenant fermement pour lui rappeler que le temps n'a rien effacé. Il éprouve toute la largeur de son cou et le serre contre son torse. Ça fait du bien de le retrouver.

- Dis moi que tu ne te forces pas à me voir. Dis moi que tu ne vas pas repartir, encore. Finn.

Il aurait voulu éviter de dire une telle chose mais la peur de ressentir de nouveau cette boule dans son ventre qui l'a hanté pendant tellement de semaines depuis son départ le terrifie. Sa carapace a perdu de sa solidité et de sa vigueur depuis un bon bout de temps déjà et il n'a jamais vraiment rien fait pour arranger quoi que ce soit.
Il finit par reculer et essuyer, par réflexe, ses yeux humides qui n'ont pas encore pleuré/

- Je ne sais pas si tu as le temps, mais ça te dirais d'aller boire un verre ?



Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyMar 23 Avr - 6:53

I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Il se baisse pour ramasser sa cigarette à ses pieds, se défiant des règles d'hygiène les plus élémentaires, pour la glisser entre ses lèvres alors qu'il écoute l'irlandais lui répondre. Aedan… c'est surréel de le voir à ses côtés, en particulier dans un lieu aussi quelconque qu'un bureau de poste. Car rien, dans leur relation, n'a jamais été conventionnel, de leurs rencontres furtives et intenses dans le parc de Poudlard alors qu'ils n'étaient encore que des enfants qui voulaient grandir trop vite, à leur dernier échange, dans les larmes, le regret et l'alcool. Tout a toujours été brouillon, chaotique entre eux : et c'est l'une des raisons pour lesquelles Finn a décidé de lâcher prise. Parce que son camarade mérite une vie plus simple et paisible que les débâcles que le Bowman peut lui apporter, mieux, il en a besoin, en particulier vis-à-vis de son contexte familial et surtout, des déboires de son frère.

Et il regrette presque de l'avoir croisé alors qu'il peut voir, dans les profondeurs de son regard, les échos d'un autrefois aujourd'hui révolu. Les remords sont vains tandis que les regrets tordent le ventre, ce qui aurait pu être efface les bons souvenirs de ce qui a été, pour ne rappeler que les pleurs et les cris. Ils se sont aimés, ces deux là, mais bien trop fort, bien trop vite, bien trop jeunes. Ça aurait pu être une belle histoire, mais elle a été gâchée, par les conneries de Finn, il faut bien l'avouer, mais aussi la passivité d'Aedan, et son incapacité à le mettre face à ses propres contradictions. Tout s'explique, tout a une raison, du silence aux coups d'éclats, mais leur histoire reste un amoncellement de faits qu'on ne peut effacer. Ils feront toujours parti de la vie de l'autre, mais il leur faudra évoluer séparément pour pouvoir grandir : et c’est une bonne chose, que de changer. C’est effrayant, mais c’est une bonne chose.

« - Putain Ae, t'as pas à être désolé. C'est moi qui me suis barré sans rien dire, c'est pas… Il soupire. Il faut que tu arrêtes de me trouver des excuses tout le temps. T'as le droit d'être en colère, tu sais ?

Il presse ses doigts contre ses sinus en fermant les yeux, avant de reprendre une bouffée de sa cigarette. Finn a conscience de ses erreurs, peut-être même un peu trop. C'est la raison pour laquelle il ne supporte plus qu'on lui lâche du lest, qu'on excuse ses actes. C'est l'une des qualités qu'il apprécie chez Caleb : si le cuisinier est loin d'être parfait, au moins, il n'hésite pas à le rappeler à l'ordre lorsqu'il va trop loin.

- C’est vrai pour moi, c’est vrai pour Sylver, c’est vrai pour tout ce qui t’arrives, dans cette putain d'existence. Son ton est un peu trop dur, il en a conscience. Tout ce qu’il veut, c’est que son ancien camarade de Serpentard comprenne qu’il doit cesser d’être spectateur de sa propre vie. Ce n’est pas un jugement de sa part. Il veut simplement l’aider, parce qu’il compte bien trop pour lui pour qu’il le laisse se faire consumer par son impassibilité et sa sensibilité maladive. Je me force à rien. Je te force à rien non plus. Arrête de réfléchir, juste… vis.

Et c’est très ironique qu’il prononce ces mots, alors même qu’il y a quelques mois à peine, il laissait suggérer qu’il allait tout arrêter. Il n’a pas oublié. Mais Finn est persuadé qu’Aedan est bien meilleur que lui, qu’il peut s’en sortir sans qu’il n’atteigne un point de non-retour, comme il l’a fait lui-même. Ses traits s’adoucissent alors qu’ils s’enlacent. Ils n’ont que quelques mois d’écart, mais peut-être que ça suffit pour qu’il réussisse à grandir plus vite. A moins que l’âge n’ait rien à voir avec tout ça, que l’éducation rigide de son père ait porté ses fruits, certes, en détruisant l’estime qu’il a de lui-même et la possibilité d’exprimer le moindre sentiment, mais en lui permettant d’émettre un avis critique sur ses propres erreurs.

- Pleure pas, murmure-t-il à son oreille. Tes larmes elles sont précieuses, garde les pour quelqu’un qui en vaudra la peine. Il n’y a pas d’apitoiement sur lui-même, rien qu’une profonde affection envers l’irlandais. Et ouais, si tu peux attendre cinq minutes que cette foutue file d’attente se bouge, je connais un endroit sympa juste au coin, on aura un peu de calme pour discuter, et tout ce qu’on veut à boire, je te le garantie. »

Ca aide, d’être le patron d’un des clubs les plus branchés de la ville : il a les clefs et un bar fourni à quelques rues de là, sans que personne ne puisse venir les déranger étant donné l’heure pas encore assez avancée de la journée. Mais ça, Aedan ne le sait pas encore, il ne connaît pas la nouvelle vie de Finn et sa nouvelle vocation. Ce sera sa petite surprise.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 821 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptySam 4 Mai - 8:01



C’est vrai pour moi, c’est vrai pour Sylver, c’est vrai pour tout ce qui t’arrives, dans cette putain d'existence.

Cette putain d'existence. À trop chercher la paix en épaulant les autres, Aedan avait finit par pencher du mauvais côté de balance. S'oublier, tout simplement. Le jeune homme s'était épargné ses propres leçons à défaut de n'avoir jamais su les respecter. Il en a conscience aujourd'hui et opine rapidement du chef à chaque mot de son ami. Il est fatigué de lutter et il se retrouve dans la médiocre situation, qu'il n'a plus la possibilité d'échapper à ses problèmes maintenant que les autres ont fini par tous évoluer à côté tandis que lui est toujours resté sur le banc de touche.

- Vivre.. ouais. Je fais de mon mieux Finn, mais en dehors de me battre, ca va, je te jure. Tu sais que ça va toujours.

Ce n'est pas si vrai ni si faux. C'est son mode de fonctionnement : encaisser, et se laisser dévorer petit à petit par des crocs invisibles et discrets qui le renforcent dans l'idée que rien ni personne ne pourra le faire tomber. Au final, il devient quelqu'un d'autre au fur et à mesure du temps passant et il se tapit dans l'ombre. La sensation de ses yeux humides qui se ferment et se rouvrent sur le visage de Finn le soulage. Au moins, il n'a pas perdu sa sensibilité, il n'est pas devenu un de ces hommes qui après tant d'années de lutte et de combat, se sont dans la plus grande inconscience, transformés en monstres affamés de vengeance. Il déteste quand Finn prétend ne pas mériter ses larmes, parce qu'il ne comprend pas l'utilité de cette phrase. S'il pleure pour quelqu'un, c'est la preuve qu'elle en vaut la peine. Surtout pour lui.

Cependant il n'a pas la foi ni l'envie de relancer le sujet. Durant l'absence de Finn, il a prit du recul sur pas mal de choses et la décision de ne plus bourrer son crâne de milliers de questions inutiles. Il se souvient encore de l'adolescent qu'il était, et dont le visage n'exprimait jamais rien d'autre que l'impassibilité la plus frustrante pour ses ennemis, et l'insensibilité pour ses amis. Lui aussi a grandit, et il veut que Finn s'en rende compte. Ce dont il est sûr, c'est qu'il ne le fera pas chuter de nouveau. Il tient trop à lui pour ça et pour prendre le risque de l'entraîner là où il a déjà passé tant de temps.

- Ouais attendons, dit-il en se sortant une cigarette. Sa main rabat ses cheveux en arrière, emmêlés et légèrement plus longs que la dernière fois. Il lui jette un bref coup d'oeil, peinant encore à croire que Bowman est vraiment là.
Par ailleurs je ne veux pas que tu m'en veuilles si je ne te pose pas de questions par rapport à ce qu'il s'est passé pendant ton absence. Je..je veux attendre un peu pour ça. Sinon, 'fin, je ne veux pas que ça soit dur à gérer pour toi comme pour moi.

Il lui assène une tape amicale sur l'épaule avant de poser son coude sur celui ci en allumant sa cigarette. Dans cette position, il se sent plus proche de lui que jamais. Bien sûr qu'il se doute qu'entre eux deux, ce ne sera plus jamais la même chose. Au fond, c'est mieux comme ça. En revanche, il ignore si le jour où Finn acceptera de tout lui raconter arrivera bientôt. Pour le moment, il a juste besoin de décompresser et de profiter de lui.
Pas la peine de remuer le passé. Pourtant.. un petit sourire naît au coin de ses lèvres alors qu'il le regarde de haut en bas, sans aucune autre expression dans le regard que l'amusement et une moquerie amicale et discrète qui font briller ses orbes d'argent.

- Qu'est ce que je ferais si je ne te retrouvais pas un jour, Bowman. Tu te souviens quand le monde entier pensait qu'on se détestait, à Poudlard ?

Ça ce sont de beaux souvenirs. Ils n'en parlent plus, mais Aedan n'a jamais oublié.
Il n'oubliera jamais.



Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyDim 26 Mai - 2:32


I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Lorsqu’ils sont trop répétés, les mots perdent de leur sens. Plus ils sont rares, plus ils sont précieux : et leur sens n’en est alors que plus distinct, comme s’ils émanaient d’une vérité absolue qu’un dieu oublié aurait glissé à l’oreille de leurs émetteurs. Finn n’est pas quelqu’un de bavard, par essence, et s’épanouit parfaitement dans le silence, ce qui donne parfois une théâtralité surannée à ses dires. S’il ouvre la bouche, c’est qu’il doit avoir raison ; s’il prend la peine d’utiliser son souffle pour formuler une idée, c’est qu’elle vaut la peine d’être entendue. Bien sûr, tout ça peut porter à débat, et le Bowman lui-même ne serait pas assez arrogant pour prétendre sa parole comme étant un évangile, mais il n’empêche que l’adage de tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de parler lui réussit assez bien. Il n’est pas impulsif, pas vraiment. Seule la drogue peut dérailler suffisamment ce qu’il est pour lui faire prendre des décisions arbitraires bien trop rapides.

Alors, lorsqu’il essaie de faire comprendre à Aedan le fond de sa pensée, c’est qu’il pense réellement à ce qu’il dit. La soumission de l’irlandais vis-à-vis de son frère le rend fou : et s’il la comprend, ayant expérimenté une situation similaire auprès de son père, il ne peut comprendre la passivité de son ancien camarade. Lui s’est détruit pour mieux se débattre, lui s’est brisé les ailes pour oublier ce que c’était de voler, lui a pourtant réussi à retrouver le chemin des cieux après des années de souffrance. C’est difficile, pour Finn, de se mettre à la place des autres. L’empathie n’est certainement pas l’une de ses qualités, et c’est la raison pour laquelle il lui est impossible de réellement comprendre ce que traverse Aedan, malgré tout ce qui les lie. Il soupire, le Bowman. Ça ne sert à rien d’insister, c’est un jeu auquel ils ont joués bien trop de fois pour qu’il ne connaisse pas l’issue de la partie, et il ne veut pas s’énerver outre mesure dans un lieu tel que la Poste.

Aedan semble d’accord avec cet accord tacite et préfère clore le sujet en prenant une bouffée de cigarette, Finn s’empresse d'ailleurs de l’imiter. Ils sont complexes, ces deux là. Comme deux papillons de nuit qui se presseraient tout contre une lampe, alors même qu’ils sont effrayés par la lumière. C’est d’autant plus vrai alors que l’irlandais commence à bafouiller des mots qui, en demi-teintes, ont des échos de reproches insupportables pour le patron de l’Atlantease. Il sait que ce n’est pas l’intention d’Aedan, certainement pas du genre à vouloir faire culpabiliser quiconque, mais il n’empêche qu’une boule commence à se former dans les entrailles de Finn, une sale petite voix dans sa tête lui murmurant qu’il est un monstre pour avoir, encore une fois, abandonné pendant des mois son plus ancien ami.

« - Prends le temps qu’il te faut…

Et que dire d’autre, de toute façon ? Il ne peut lui dire toute la vérité, elle serait bien trop dangereuse pour Aedan qui deviendrait complice des actions qu’il a entreprises envers Humphrey Bowman, et l’idée de mentir à Aedan l’horrifie tellement qu’il peut déjà sentir le goût acre de la bile remonter dans sa gorge. Alors l’entre-deux lui convient parfaitement. Il sait qu’il ne durera pas longtemps, que tôt ou tard, des explications seront dues, mais il préfère reléguer de telles inquiétudes dans un coin de son esprit. Il a suffisamment de problèmes en tête pour ne pas s’en ajouter d’autres, en particulier quand il n’a pas encore de solutions.

L’irlandais lui tend alors une perche inespérée, celle de se remémorer le passé pour mieux s’épanouir dans le présent. Si l’adolescent qu’il était avait une vie bien plus dure et sombre que celle qu’il a aujourd’hui, la relation qu’il avait avec Aedan était une lueur d’espoir dans les ténèbres, et il s’en rappellera toujours avec une douce nostalgie. Finn esquisse un sourire. Il est moins démonstratif que son ami, c’est certain, mais on peut voir dans ses yeux que les souvenirs des deux Serpentard qu’ils étaient sont tout aussi importants pour lui.

- Bien sûr que je me souviens… Je ne sais pas comment ils faisaient pour croire cette comédie, t’as toujours été un horrible acteur, se moque-t-il gentiment, d’un ton goguenard. Mais ouais, je te traitais de tous les noms dans les couloirs du château pour mieux t’embrasser dans le parc, la nuit… C’est con, les adolescents, quand on y réfléchit bien. Qu’est-ce qui nous empêchait de dire la vérité, au final, à part mon orgueil mal placé ?

La file avance alors, comme si les employés de la Poste reproduisaient le temps qui filait inexorablement, et qui avait métamorphosé les enfants qu’ils étaient en hommes. On pourrait débattre sur le fait que les expériences traumatiques qu’ils avaient vécus plus jeunes les avaient transformés un peu trop vite, mais ça aurait été vain : ce qui est fait est fait, et il est inutile de s’appesantir bien longtemps sur ce qui aurait pu être, plutôt que sur ce qui a été. En l’espace de quelques secondes, les personnes déposent leurs courriers et paquets au comptoir, comme si un sort de vitesse les avaient frappés, et bien vite, c’est au tour de Finn de demander son recommandé au postier qui attend derrière la vitre, embuée par les respirations des clients dégoulinants de transpiration.

Son travail effectué, il se retourne vers Aedan en lui faisant signe de le suivre, sortant dans la rue pour se diriger vers son lieu de travail. Le néon de l’Atlantease est, bien entendu, éteint pendant la journée, ce qui lui ôte le panache conféré par l’atmosphère d’une nuit de fête. Sortant les clefs de sa poche, il pénètre à l’intérieur de l’établissement en faisant un petit clin d’œil à son ami, allume les lumières avant de se glisser derrière le bar.

- Je te sers quelque chose ? » 
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 990 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyDim 30 Juin - 11:53


- Un horrible acteur, tu parles, je pense surtout que nous n'aurions jamais du jouer. Dire la vérité aurait été effectivement plus simple.

Il ricane à ses propos en le suivant dans la rue. C'est vrai que faire un bond dans le passé parfois, ça fait du bien. Surtout quand celui ci commence à disperser ses cendres dans son esprit et qu'il ne fait rien d'autre que les regarder s'envoler. C'est ça la paix. Malgré tout, il est arrivé jusque là, ils sont arrivés jusque là tous les deux et Aedan n'est pas sûr qu'il y ait quelque chose d'autre qui puisse lui faire autant plaisir. Oui,il se souvient encore des lèvres chaudes d'un Finn plus jeune, et des perfides mascarades de deux jeunes qui ne pensaient que s'amuser alors qu'en réalité, ils faisaient tellement plus. Quand il se complait dans ce genre de souvenirs, il n'en ressort jamais indemnes. Son coeur est amer de nostalgie. Cependant aujourd'hui, il ne veut plus y penser. À quoi bon ? Finn est là.

Il le suit jusqu'à être arrivés devant l'enseigne de l'Atlantlease, éteint à cette heure là. Il connaît à peu près les horaires d'ouverture, et c'est précisément à cet emplacement que Finn l'y emmène, ouvre la porte, et l'acceuille comme un roi. Aedan ne cherche pas midi à quatorze heures la réponse à sa question. Il est au courant du statut, disons, privilégié de son ami et se trouve franchement ravi de pouvoir en bénéficier.

- Je ne sais pas pourquoi ça ne m'étonne pas de toi Bowman, lance t-il sarcastique en embrassant du regard chaque élément de la pièce principale.

Il est déjà venu ici d'antan. Maintenant, il redécouvre l'endroit dans un contexte plus personnel. Rares sont les moments où il n'y a que deux personnes qui peuvent pénétrer dans cet endroit sans y être dérangées. Aedan s'installe au comptoir en faisant de son mieux pour ne pas se sentir mal à l'aise. Il n'a le contrôle que sur une partie de ses émotions, pas celles qu'il aimerait vraiment savoir gérer. Le jeune adolescent de son passé niait tout en bloc et ne ressentait que ce qu'il avait envie de ressentir. En grandissant, il a pris du recul et contre son gré, peut être beaucoup trop.

- Je vais te prendre de l'hydromel, s'il te plait.

Déjà intéressé de savoir tout ce que son ami a traficoté ces derniers mois durant leur séparation, il désigne l'intégralité de la salle d'un index tendu.

- Tu comptes m'expliquer tout ça ? C'est donc ça que tu faisais pendant mon absence ? Devenir riche et acheter tout un tas.. de batiments, de lieux publics, de bar ?

Il se penche par-dessus le comptoir, cherche un petit récipient pour cendrer la clope qu'il vient de s'allumer. Avant même d'en avoir déniché un, il ôte sa veste et contourne le buffet pour rejoindre son ami derrière les commandes. Un franc sourire éclaire son visage. Il a l'air bien, honnête, apaisé. Il attrape un verre au hasard.

- Et moi alors, qu'est ce que je te sers ?



Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyDim 7 Juil - 4:00

I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Les locaux vides d’une boîte de nuit en plein jour peuvent sembler surréels, tant ils gardent en leur mur les échos du bruit de la dernière soirée, des mouvements endiablés des danseurs, des relents enfiévrés de la fête. Cette trace immatérielle, qu’on sent sans jamais voir, jure avec la réalité et peut donner le tournis dans toute sa contradiction : mais Finn, depuis bien longtemps, est habitué à cette fièvre. Mieux, il s’en nourrit. Il a toujours aimé les ambiances étranges et décalées, car il a toujours été trop différent pour se conformer, chaque pore de sa peau dégoulinant des onces de sa personnalité trouble, et c’est pourquoi il a adopté le monde de la nuit. Son père était naïf de croire une seule seconde qu’il pourrait devenir un avocat, se ranger, adopter le mode de vie traditionnaliste qu’il avait imaginé pour lui. On ne peut enfermer la houle dans un panier percé. La vague finira toujours par le traverser et le renverser, le rendant inutile, objet figé dans un espace qui ne lui a jamais appartenu.

Il sert la boisson demandée par son ami, en cherchant tout au fond du bar la bouteille d’hydromel. Ce n’est pas vraiment le genre de la maison que de servir un alcool fermenté : il vaut mieux se tourner du côté du Scottish Inn pour apprécier une telle boisson, car dans l’Atlantease, on veut prendre des shots et oublier tout l’espace d’un instant, on veut prendre des cocktails aux noms équivoques qui nous permettrons de nous envoyer en l’air dans un recoin sombre. Mais Finn met un point d’honneur à être approvisionné en n’importe quelle liqueur pourrait demander un client, car il n’y a rien de pire pour un débit de boisson que de ne pouvoir satisfaire les caprices de sa clientèle. Alors, après quelques minutes de recherche en pestant dans sa barbe contre la profondeur abyssale du bar et le manque de lumière, il finit par trouver l’hydromel et le verse dans un verre d’un geste habitué et machinal, avant de le faire glisser devant Aedan. Dans le même temps, il répond à sa question, rigolant doucement.

« - C’est un peu plus compliqué que ça. Mais ouais, ici… Disons que c’est un pas en avant. Le moyen de me dissocier totalement de ce que j’étais, pour mieux m’épanouir dans le présent… Putain, tu m’as imaginé une seule seconde devenir vraiment avocat ? J’aurai fini par me pendre avec ma cravate.

Ce n’est pas vraiment une explication. Pas encore. Comment trouver les mots pour que l’irlandais comprenne ses actions, le fait que, malgré les apparences et les épreuves, il ne soit aujourd’hui qu’un criminel qui a volé à son propre père ? Bien sûr, il n’est pas recherché par les autorités, personne n’irait songer à douter de sa légitimité en tant que patron de l’Atlantease, et il n’a aucun remord à avoir commis ce que beaucoup considéreraient comme de la trahison, mais il n’empêche que la morale édicte que ses actes font pencher la balance du mauvais côté.

- Je ne compte pas racheter d’autres baraques, pour l’instant. Je gagne bien ma vie, ici, et j’ai la main mise sur tout ce qui se passe, les comptes, les employés… Avoir les yeux plus gros que le ventre, c’est risquer de tout perdre : et puis, qu’est-ce que j’irai faire avec plus d’argent ? J’en ai déjà tellement que je sais pas quoi en faire. Et pour une fois, c’est le mien, pas celui de mon connard de père.

Il laisse volontiers la place à Aedan derrière le bar, s’amusant de la complicité qui les lie. Car son ancien camarade est le seul qui se permet de se comporter ainsi avec lui. Cela fait maintenant presque un an qu’il n’a pas vu Holly, et si leur amitié ne s’éteindra jamais, elle n’a jamais été semblable à celle que partagent les deux Serpentard. Ils se sont tant cherchés, à Poudlard. Leurs étreintes ont été si passionnées, qu’elles semblent avoir marqué leurs peaux à tout jamais : et si le temps a passé et que leur relation est différente, il n’empêche que le poids des souvenirs ne s’effacera jamais totalement. Il hausse les épaules. Il est adepte de l’adage "qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse".

- Ce qui t’inspire, mec. Il le regarde. Ses longs doigts tapotent le meuble devant lui, en rythme avec une musique qu’il est le seul à entendre. Comme le temps a passé. T’es toujours à l’université ? Enfin, je suppose que ça doit être les vacances, là, de toute façon. Tu tiens le coup ? »

Lui n’avait jamais pu s’y faire, à ces amphithéâtres sans fin qui sentent le renfermé. Il aime apprendre, Finn. Mais il déteste qu’on lui force la main, et la loi, ça n’avait jamais été son truc. Il est mieux ici, entre les murs confinés du club. Il s’épanouit : et quand on connaît les épreuves qu’il a traversé, on peut se dire que c’est un miracle qu’il en soit arrivé là.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 835 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptySam 20 Juil - 18:26


☆゚.*・。゚ Il le fascine dans un sens ce mec, hein. Finn. Avec ses hauts et ses bas. Cette gueule d'ange dont le charisme ne se defait jamais. Il fait le tour de la salle rien qu'en la balayant de quelques coups d'oeils, il s'imagine tout ce qu'il a du faire et entreprendre pour en arriver jusque là. Au fond, c'est pas de la jalousie, mais il aurait voulu faire pareil, si ce n'est plus. Chacun ses combats, n'est ce pas. Il ignore si c'était le sien, mais il en est ici aujourd'hui et c'est tout ce qu'il en conclu. Ses yeux se baladent d'objets en objets, évitent parfois Finn et finissent pourtant par revenir vers lui. Un rire amer sans arrière pensée secoue son torse alors qu'il secoue la tête.

- J't'ai imaginé de tellement de façons Bowman. J'ai probablement pas raté la case "devenir avocat" dans le temps, t'en fais pas. Mais, ouais. C'est du bon boulot. Tiens. Tu contournes le buffet, choisis la première table devant le comptoir et tire les deux chaises en le désignant du menton. T'as qu'à me le donner cet argent mon gars si tu sais pas quoi en faire.

Sa voix est tintée d'une touche d'humour. Evidemment il rigole, l'argent pour lui n'est qu'un moyen, pas un but. La vraie richesse se trouve dans le coeur et dans tout ce qu'on entreprend au quotidien. Il manquera de lui rappeler, Bowman le sait déjà. Quelle ironie de ne plus se sentir aussi légitime qu'avant d'être aussi proche d'un mec qui en a plein les poches alors que lui, Aedan Wester, parce qu'on ne va pas parler de son frère, galère jour après jour. Même bosser dur à l'université ne lui apporte plus la satisfaction d'antan, ou le sentiment de pouvoir réussir un jour à être un auror. Faut s'y faire, c'est comme tout.
Alors quand il revient au bar et qu'il attrape le premier verre qu'il a sous la main, c'est un regard incertain qui se pose sur Finn.

Il ne doit pas s'éparpiller mais évoquer le sujet des études en revient probablement à parler de sa situation familiale qui est à la limite du chaos. Le feu qui s'attise après tout ce temps. Qui peut l'éteindre ? Il chope une carte des cocktails au hasard et s'y intéresse vaguement en lui répondant.

- Je pense à arrêter les études si je ne trouve pas un équilibre que je suis prêt à respecter dans ma vie à côté. Disons.. Il lève la main, la carte entre son index et son majeur et la secoue dans les airs en cherchant ses mots. C'est toujours si compliqué de mettre des mots sur ce genre de choses. Surtout quand elles sont si étroitement liées à d'autres qu'on essaye d'oublier ou simplement de mettre de côté pour un certain temps. Disons que ça m'intéresse plus d'être enfermé dans une salle à écouter des gens parler. Les livres remplaceront très bien les professeurs. J'le crois vraiment tu sais.Et puis.. j'suis plus trop sûr de ce que je veux faire aussi.

Ça c'est un autre sujet. Comment dire qu'il n'y avait plus trop pensé avant qu'il ne doive lui répondre ? Le sujet n'est plus personnel, il est simplement dangereux à évoquer si bien que dans son coeur en lui disant cela, il se sent dépourvu. Comme s'il venait de s'avouer un secret inavouable et qu'il refusait d'y croire. Il baisse la carte, cherche un bon coktail à lui préparer avant d'attraper la bouteille d'hydromel un peu sèchement. Le coeur n'y est plus, de lui sortir une de ces recettes délicieuses.

- Disons que j'hésite à changer de voie, si tu vois ce que je veux dire. Tiens, j'ai pas d'idées. Partons pour deux hydromel.

Il le sert généreusement, lui lancant un oeil tout aussi incertain que le précédent. Bowman le connait, du moins bien assez pour que ses paroles le poussent à se questionner sur ce qu'il vient de se dire et à se pencher sérieusement dessus. Il s'avance vers lui le pas lent, avant de s'arrêter comme piqué au vif. Sa langue se tourne plusieurs fois dans sa bouche à l'excès, passant sur ses dents qui la raclent avant qu'elle ne vienne se lover à l'intérieur de sa joue. Il regarde la table, puis Finn.
Ses yeux sont doux, presque rieurs, mais il est nerveux. Il a merdé.

- Oublie ce que je viens de dire, ok ?

Ce serait mieux si Finn ne se souvenait pas de ce qu'il faisait. Des études pour être auror.Il est intelligent, il finirait par comprendre ce qu'il veut dire, quand il mentionne l'ambition de changer de voie. Un changement encore controversé.



Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyLun 5 Aoû - 15:54


I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Il se rappelle du jour où il a posé son regard sur lui pour la première fois. Où ses yeux si jeunes, si purs, si innocents, qui deviendraient bientôt, pourtant, des orbes de lubricité, ont croisés le regard d’un irlandais aussi perdu que lui, sinon plus. Les pommettes étaient déjà hautes, la mâchoire aussi serrée : il n’a pas tant changé que ça, Aedan. Si beau, si hanté, pourtant… L’adolescent solitaire qu’était Finn n’a jamais eu la force d’en faire un ami, alors, il a fallu qu’il devienne quelque chose d’autre, un amant maudit, en quelque sorte, pour combler le trou immense dans sa poitrine que son camarade ne demandait qu’à combler. Il l’a aimé. D’une passion dévorante et dévastatrice, de sentiments qu’il n’arrivait pas à comprendre et qui ont bien failli l’anéantir. C’est important, un premier amour. Le début, comme la fin. Et alors qu’ils arrivent au carrefour d’une relation qui s’éteint, Finn ne peut s’empêcher de regarder en arrière, d’essayer de saisir les derniers bribes de souvenirs qui s’échappent, minute par minute. Il a lâché la poignée de terre dans la tombe, a fini son deuil. Maintenant, il doit se tourner vers l’avenir, et il ose espérer que l’étudiant en fera autant.

Alors bien sûr qu’il rigole, qu’il boit cet alcool qui descend dans sa gorge comme du petit lait. Que faire d’autre, après tout, à part pleurer ces années gâchées par des obstacles insignifiants, forgés par rien d’autre qu’un égo trop important : mais Finn a appris que ce n’était pas la solution, en payant un prix qu’il n’était pas prêt à céder, à l’époque. Il est plus sage, quelque part. Il en a fallu, du temps.

« - Tu rigoles, j’ai pas envie que mon blé finisse dans les poches de Sylver, je suis sûr qu’il trouverait un moyen de le choper, ce connard, dit-il sur un ton humoristique et pince-sans-rire, malgré sa phrase qui a d’étranges échos de vérité.

Lorsqu’il prononce le nom du frère de son ami, une ombre passe devant ces yeux. S’il savait… Ce serait bien plus dur. Bien plus tragique. Car des erreurs, il en fait, le Bowman, bien plus qu’il ne peut les compter, et celle-ci est peut-être la pire d’entre elles. Un moment d’inattention, une flamme qu’on a soufflé trop vite, et tout est parti à l’eau. Il peut se rappeler de la sensation du bois contre sa joue, ses doigts qui s’égratignaient contre le mur, le souffle du plus âgé contre son cou. Il secoue la tête. Non, arrête ça. Il boit, puis continue, faisant abstraction de ses propres pensées parasites qui essayent de s’immiscer dans sa tête, sangsues mystiques, insectes grouillants. Finn se concentre sur ce que lui révèle Aedan : c’est bien plus important que ce qui a pu se passer avec le bâtard qui lui sert de frère.

- C’est dur de trouver sa voie. Je pense que… ouais, tu fais bien de prendre ton temps. Ce sont des décisions importantes qui méritent réflexion, et j’espère que tu trouveras des gens qui seront capables de t’aider en ce sens.

Il n’est pas vraiment le mieux placé pour donner de tels conseils. Finn agit toujours en suivant son intuition, sur des coups de tête, lui, l'impulsif mustang qu’on ne parvient jamais tout à fait à dresser, la crinière volant au vent, libre dans son arrogante impertinance. Il va là où le mène son chemin, en fait. Mais il lève un sourcil en écoutant ce que lui souffle Aedan, pourtant. Que dire, devant de telles insinuations ? Que faire, surtout. Et que penser. Il n’est pas son père, pas son mec, personne, en fait. Rien qu’un reliquat d’un passé aujourd’hui révolu, et ses mots n’auront de poids que dans ce qu’ils signifieront, pas dans ce qu’il voudra instiller en lui.

- Si je vois ce que tu veux dire… Non, Aedan, je sais pas ce que tu veux dire, putain. Tu crois vraiment qu’après tout ce temps, j’ai encore la patience de parler par énigme ? C’est important, c’est ton avenir, merde. Il s’énerve. Ce n’est pas bon. Ce n’est pas comme ça que fonctionne Aedan ; il est dans le brouillard et l’abysse, lorsque Finn est dans la glace et les flammes. Il passe la main dans ses cheveux, souffle bruyamment par le nez, ferme quelques secondes ses paupières. J’oublierai, si tu veux. T’es grand, Aedan. On est adultes, maintenant. Si tu ne veux pas me parler, c’est ta décision, si tu décides que ta vocation c’est de devenir ermite dans une grotte au fin fond de la Patagonie, pareil, c’est ton choix. Fini de jouer. Je sais pas… Il soupire, encore une fois. Comment lui faire comprendre ? Comment combler ce fossé qui s’est creusé entre eux, après tant d’années passées à se chercher sans jamais se retrouver ? Tu sais, j’ai joué à la victime pendant longtemps, mais je veux grandir. Non, j’ai grandis. Et toi, Ae ? Tu crois que t’en es capable ? »

Ses mots écorchent sa bouche. Ils sont durs, presque inacceptables, mais ils sont justes, en tout cas, à son sens. Finn n’espère rien d’autre que d’aider celui qui est, malgré tout, l’un de ses amis les plus proches. Peu importe les souffrances, les douces tortures, les égos possiblement brisés. Le Bélier qu’il est frappe la balustrade de toutes ses forces, ses cornes heurtant la barrière de l’enclos dans un bruit sourd. Il se fait mal, jusqu'au sang. Tant pis. Il aura éveillé tous ceux qui dormaient, à des kilomètres à la ronde, et c'est exactement ce qu'il voulait accomplir.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 931 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyVen 16 Aoû - 16:10

Aedan
&
Finn
I'VE PLAYED THE VICTIM FOR A LONG TIME AND I WANNA GROW UP.


Ouais, Sylver et l'argent. Une histoire d'amour. Ae' se retient de répliquer et finit par s'asseoir devant Finn. Il boit de grandes gorgées de son hydromel, l'alcool lui brûle la gorge, il l'exprime d'une grimace. Et ne s'attend évidemment pas à ce que Finn lui tombe dessus, réaction normale quand on balance un tel truc et qu'on le retire juste après. Il fixe son ami dans le blanc des yeux, le verre à quelques centimètres de ses lèvres alors qu'il cherche désespérément un moyen de rompre le contact visuel avec lui. Dans un sens, rien n'est plus beau que de recevoir une claque de la part d'un être aussi cher. Ça veut dire qu'on est sur la mauvaise voie et que quelqu'un s'en préoccupe.

Seulement, quelque chose le gêne. C'est d'se prendre une telle engueulade, alors qu'il veut juste se confier.. ou peut être appeler à l'aide, un peu. Mais Finn a raison, et tout ça, il le sait depuis longtemps. Hors de question qu'ils se lancent dans une telle discussion, qui demande autant de réflexion, alors qu'ils viennent à peine de se retrouver.

- Si Finn. J'te parle.

Et à lui, comment lui dire ? Que son absence l'a rongé, qu'il ne s'y est jamais vraiment habitué et que maintenant, même s'ils semblent devoir tout reprendre par l'équation A plus B, il a toujours la crainte de le voir disparaître derrière un tournant d'la rue. Alors il le dévisage, comme jamais il ne l'a dévisagé avant, goûtant à ses mots comme à un zeste de citron acide qui rajoute pourtant du goût au plat. Il les accepte, il accueille la remontrance comme s'il n'avait pas le choix et qu'il avait même envie de l'entendre. C'est ça le changement. Se remettre en question, quand bien même ça prend du temps. De la part de Finn, il ne peut qu'y croire. Il a fini par changer, alors pourquoi pas lui.

- T'as raison. Il est peut être temps de prendre les choses au sérieux.J'ai des choses à faire. Si ce n'est pas plus tard, quand ?

Sur sa chaise il se redresse, reprend le verre qu'il a posé, le finit. Il ne ressent pas encore les effets de l'alcool. Avec le temps, il a même fini par apprécier de boire un ou deux verres quand l'envie le prend. Pendant qu'il boit, un sourire étire ses lèvres. C'est beau tout ça, il a envie d'aimer ce moment. Tous les deux, seuls dans le bar privatisé, rien que pour eux. Il y a encore quelques heures, il n'aurait pas cru qu'il revivrait ça. Donc il lui lâche un sourire, rempli d'une émotion qu'on ne peut pas vraiment définir, un peu comme de la reconnaissance. Au fond, il savait que leurs chemins ne s'étaient pas totalement séparés.

- Merci d'être revenu Finn.
Mais maintenant, j'veux qu'on arrête de faire les cons. J'veux qu'on se voit plus souvent qu'avant, et pas seulement pour sécher les larmes de l'un et de l'autre.


Il a encore des choses à lui raconter. Bonnes, pour le coup. Il a avancé dans son écriture, et il s'est remis un peu à dessiner. C'est vrai, les génies de l'art sont torturés dans l'âme. Tous les artistes le sont, quelque part. Un peu comme lui.




Aedan C. Wester
Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyDim 18 Aoû - 16:20

I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
L’une des lampes aux néons tamisés qui illuminent le bar clignote par intermittence, Finn note dans un coin de sa tête qu’il doit envoyer un de ses gars la changer. Manquerait plus qu’un client fasse une crise d’épilepsie à cause d’une lumière défectueuse, ça serait la cerise sur le gâteau : son regard se perd pourtant sur la lueur qui s’éteint sporadiquement, ses pupilles se dilatant à chaque fois que l’ampoule se rallume, pour mieux disparaître l’instant d’après. Il a presque l’impression de déchiffrer des messages codés en morse, comme si quelqu’un, Dieu peut-être, lui envoyait un message. Quoique, il n’est pas assez égocentrique pour croire que le Tout Puissant lui-même s’adresserait directement à quelqu’un comme lui, donc peut-être que ce serait plutôt un ange, voir un gars qui s’occupe de faire le ménage au paradis. L’un de ces hommes d’entretien, là, avec leurs uniformes gris et leurs balais à frange qui ne semble jamais les quitter : ça serait plus logique pour un mec aussi détraqué que Finn, plutôt qu’un gars dans les petits papiers du grand manitou dans le ciel. Toujours est-il que le présage est clair. Aedan passe totalement à côté du message qu’il essaie de lui faire passer. Si, au premier abord, on pourrait croire qu’il a compris, que ses résolutions sont certaines et qu’il va reprendre sa vie en main, le Bowman voit clair dans son jeu. Il lui répond à moitié, esquivant les questions les plus importantes, s’attardant sur le superficiel en espérant qu’un sourire soit suffisant pour faire taire les inquiétudes de son ami. Il ne veut pas s’énerver, Finn. Ils ne se sont pas vu depuis des mois, et il serait, de toute façon, bien mal placé pour faire la leçon à quiconque : mais l’irlandais lui rend la vie bien difficile, à continuer son petit manège du "je te balance une phrase à moitié énigmatique pour montrer à quel point je suis cool et mystérieux". Il soupire, le fils d’avocat. Passant la main dans ses cheveux, sa voix montre toute l’étendue de sa lassitude.

« - Ouais, si tu veux, Ae'. Prend "les choses" au sérieux, fais-les, ces "choses". Wah, elles ont le beau rôle, ces choses, décidément. Il essaie de noyer le sarcasme de ses propos, fouillant dans ses poches pour trouver une cigarette. Raté. Son paquet est vide, et il le jette sur le comptoir, dépité. Écoute, quand tu voudras m’en parler, m’en parler vraiment, envoie moi un hibou, d’accord ? J’ai d’autres choses à faire que de t’écouter répondre à côté, quand je te pose de vraies questions.

Il est évident que Finn n’enlève pas la poutre qu’il a dans l’oeil, avant d’ôter la paille qui obstrue la vue d’Aedan. Lui-même a toujours été de ceux qui, pour ne pas mentir, ne disent que des approximations et se perdent dans des silences évocateurs : mais la patience n’a jamais été son fort. Il veut tout, tout de suite, et ne prend pas le temps de laisser son camarade en venir au coeur du sujet sur ses propres termes. Ce n’est pas très charitable de sa part, il faut bien l’avouer, mais peut-être que sa réaction sortira enfin l’irlandais de son mutisme un peu trop passif à son goût.

- Mais t’as cru quoi, mon gars ? Qu’on allait se retrouver et se faire des tresses en chantant Kumbaya toute la semaine ? Je croyais que tu me connaissais, depuis le temps. Je suis pas comme ça. Demain, je serais peut-être à l’autre bout du monde, ou clamsé dans un caniveau, qui sait. Si on se voit, tant mieux. Sinon, tant pis. Quoi, ta vie va s’arrêter parce que je suis pas dedans ? Mec, faut que tu te réveilles un peu. On est plus des ados, on a passé ce stade. Tu sais plus qui je suis. Et peut-être que je me trompe, hein, mais visiblement, toi, t’es toujours resté le même. »

A moins que sa réaction ne soit qu’un mécanisme de défense, en fait. Un moyen de sa part de se dédouaner de ces longs mois de silence, de son départ soudain, du fait qu’il avait refait sa vie en laissant Aedan sur le carreau. Il a toujours été celui qui souffrait, à qui l’irlandais devait tendre la main pour lui donner un peu d’aide. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Est-il capable de rendre la pareille à celui qu’il a considéré, pendant bien longtemps, comme son meilleur ami ? Pas sûr. Toujours est-il qu’il espère de toutes ses forces que le Wester va enfin se rebeller, lui dire d’arrêter de le traiter comme un gamin, qu’il l’insulte, même. Qu’il lui dise d’arrêter d’être aussi dur avec lui. Parce que s’il ne se laisse pas faire, Finn saura qu’il n’a plus à s’inquiéter pour lui, qu’il peut se défendre contre les loups de ce monde.

Contre les gars comme lui, en fait.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 823 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 234 Points : 603
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyLun 26 Aoû - 18:21

Aedan
&
Finn
I'VE PLAYED THE VICTIM FOR A LONG TIME AND I WANNA GROW UP.


Putain c’était pas juste pour être sentimental son histoire. Il était sincère, pourquoi faut-il toujours que ça finisse mal. Pendant que Finn le descend peu à peu sur terre, les yeux d’Aedan ne se décrochent pas de lui. Vides, inexpressifs. Quelque part, il n’a pas tort le gars. Quelque part, il laisse passer les choses, il espère que ces douleurs vont, à l’heure d’aujourd’hui, être comme des mouches insignifiantes qu’il arrive sans mal à éloigner de lui. Puis, d’un autre côté, y a son coeur, qui dans un chuchotis pratiquement incompréhensible aux oreilles du jeune homme, lui rappelle qu’il se trompe. Ça part pas comme ça. Les actes se perdent mais les cicatrices restent. Acceptera t-il de passer à côté de ça ? Et d’enfin, comprendre que vouloir être Peter Pan toute sa vie c’est pas possible ? Wester suit des yeux chacun des mouvements de Finn, il y a volonté de tout garder en mémoire. Comme si c’était la dernière fois.

Parfois il secoue un chouïa la tête pour essayer de répliquer à travers la tempête de ses paroles. En vain. Peu à peu, il sent la claque qui rougit sur sa joue, son corps qui chauffe tout entier. Finn a toujours été comme ça oui, mais il encaisse mal. Il reçoit visiblement pas très bien la remontrance de celui qu’il a aimé, au dépend de sa propre vie. Comment réagir ? Il ne réagit pas encore. Il comprend, pas très bien, mais il comprend. Du moins c’est ce qu’il pense. Quand le coeur est bouleversé de pareilles secousses, on se noie dans nos propres illusions. On interprète pas les choses comme on devrait, on devient aveugle et sourd à ce qu’on essaye de nous faire comprendre.

Il a plus envie d’être sourd et aveugle. Tout ce que dit Finn est vrai, ça il le sait, c’est Bowman qui ignore ce dernier point. Ça le tue, ça l’tue tellement fort qu’il repose sèchement son verre sur la table, au point d’le faire se balancer quelques instants de gauche à droite en menaçant de tomber. Il se prend des coups, encore, il sait pas pourquoi. Il a plus envie de pleurer, ça fait trop longtemps qu’aucune larme ne s’est lâché. Ça l’rend fou, soudain, d’se sentir comme avant. Terrassé de toutes parts.


- Putain Bowman tu déconnes ou quoi. Dis le que tu m’prends pour un con. Tu veux quoi ?

Plus le coeur de fumer, ni même de boire à en crever. Il veut mettre les points sur les i, renfermer le fossé. Comprendre. Surtout, comprendre, enfin. Pourquoi il fait ce qu’il fait. Parce qu’il fait de la merde. Son visage se durcit, sa propre frustration le trahit.

- Tu veux quoi à la fin ? Tu m’as interpellé dans cette foule pour m’descendre bordel ? J’me contre fous qu’on s’voit tous les jours ou pas, tu piges vraiment rien. Moi aussi j’ai changé. Mais sur la tête de dieu, arrête de penser que j’suis toujours le petit con d’avant.

C’est comme se vendre au diable. C’est demander la sentence avant l’heure. Ça fait un mal de chien. Il a posé un coude sur le rebord de la table, le désignant de sa main. Finn a réouvert une blessure, pas la bonne, ni la plus mauvaise. Juste un truc profondément ancré en lui, qui lui rappelle tous ces moments de merde où il luttait contre lui même pour ne pas lâcher le rebord de la falaise. Lui aussi il est fatigué.

- TU VEUX QUOI BORDEL ? T’es revenu vers moi pour me dire d’aller me faire foutre ? C’est ça ton putain de but ? J’fous quoi ici à boire en ta compagnie, à apprécier ton putain de sourire de merde si t’as dans la tête de me faire comprendre que j’suis plus rien pour toi ?!

Pourquoi ça fait si mal ? Ces mots, c’est lui qui les prononce. Et en même temps, ils sont un peu trop indépendants pour qu’il contrôle quoi que ce soit. Il veut pas entendre ça de sa bouche, c’est hors de question. Entendre que c’est fini, que désormais, c’est chemin à part. Quel intérêt. Il a serré les dents au point d’se déglinguer la mâchoire pour éviter toutes crises de larmes. Il sent que ça commence à exploser un peu trop fort dans sa tête. Ça arrive, une évidence. Comme la peste.
Il referme le poing. Il est beau dans sa connerie Finn, putain, encore plus désirable à garder dans sa vie.

- Ne t’en déplaise petit con, j’tiens encore à toi comme un ami. Regarde moi. Merde. Regarde que j’ai grandi. J’ai changé. Pourquoi tu vois rien. Tu t’en fous ? Ça doit être ça. Ça te plaît de me voir comme ça ? Non, t’en as rien à faire, hein ?

Il serait prêt à le cogner, sérieusement. Laborieusement il remet sa chaise en place pour mieux se rasseoir dessus. Il détourne le regard. Bien sûr qu’il a pigé que c’était fini entre eux, c’est quoi son problème. Peut être qu’il vaut mieux pour lui qu’il s’en aille maintenant. Pourtant, cul cloué à la chaise. Il refuse de bouger. C’est pas encore fini.

-J’me suis battu pour en arriver jusque là. Et seul. Alors balance pas que j’ai pas grandi. Je t’ai attendu mec. J'ai attendu tellement de temps un Espoir de me pardonner, j'me suis battu trop fort, et pas pour entendre ça.

S’ensuit un court silence durant lequel il étudie son verre d’alcool, et renifle plus pour le faire que parce qu’il a envie de chialer de rage. Faut qu’il se calme. Il prend une grande inspiration, et poursuit d’une voix plus douce.

- T’es l’seul qui sait qui j’suis Finn. Mais si moi j’sais plus qui tu es, t’as qu’à m’dire qui t’es devenu. Tu penses pas ?

Finn W. BowmanFinn W. Bowman
ModoSorcier
ModoSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 2343 Points : 2196
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : avatar : Tag
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations diverses:
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester EmptyLun 2 Sep - 12:54


I've played the victim for a long time and I wanna grow up

- Finn W. Bowman — Aedan C. Wester -


I saw you standing on the corner, I saw you standing on your own and I get the feeling that it's, it's all a dream. And I wanna get up to the rhythm of a wild heart that beats like a drum. When I fall asleep I can see your face. What I lost in you I will not replace, and I could run away, I could let them down, but I will remember your light.” Like a river runs - Bleachers  
Il a le sourcil arqué, les lèvres rougies par la morsure de l’alcool, le regard impénétrable. Il écoute, Finn. Le serpentard à la langue bien pendue, le fils de l’avocat à la verve légendaire, le petit con qui parle toujours au mauvais moment et au mauvais endroit. Il se tait et regarde simplement Aedan, ses mains enserrant son verre si fort qu’il risque de le briser.
Il n’a jamais eu peur du conflit. En fait, il a toujours vécu dans une tornade chaotique, grandissant parmi les coups et les cris, n’étant jamais le dernier, à Poudlard, à jouer de ses poings après une énième provocation, passant son dix-huitième anniversaire dans une ruelle, entre deux sans-abris se disputant pour une bouteille de gnôle. C’est dans le calme qu’il se sent fébrile, et tout sauf tranquille. Parce que dans la quiétude, ses failles peuvent se révéler, dans le silence, sa solitude ne sera que plus évidente encore. C’est peut-être la raison pour laquelle il pousse Aedan de manière aussi forte. Ses raisons s’emmêlent et se démêlent dans un imbroglio de sentiments qu’il a bien du mal à décrypter, handicapé, comme toujours, par ses propres émotions qui sont trop puissantes pour son esprit vacillant. Il va mieux, Finn. Heureusement. Mais ses réactions sont toujours dictées par son passif, et celui-ci reste, envers et contre tout, celui d’un garçon qui a bien trop vécu pour son jeune âge.

« - N’inverse pas les rôles, mec. Je t’ai jamais rien demandé. C’est toi qui vient toujours me chercher par la peau du cou. Il renâcle ses remords en se trouvant des excuses, qui n’ont aucun autre sens que la douleur qu’elles ressassent. Et peut-être que j’aurai jamais dû répondre à tes appels, puisque… putain, j’ai toujours été honnête avec toi. Je t’ai toujours dis exactement ce que je pensais, même quand ça me faisait si mal que j’avais envie de m’arracher le coeur de ma poitrine. Je croyais que t’aurai la décence de faire de même, mais visiblement, c’est trop demandé. Peut-être que ouais, t’as raison, en fait, t’as changé. T’es devenu cruel. Je crois que côtoyer Sylver, ça t’a pas aidé. Ou alors, tu te mens à toi-même, et c’est pire encore.

Il finit son hydromel d’un mouvement sec, posant son verre sur le comptoir brusquement. Ses yeux noisettes se sont obscurcis. Il est en colère, le Bowman, autant contre l’irlandais que contre lui-même. Sois indulgent, lui dit une petite voix dans sa tête. C’est Aedan, tu le connais, il est sensible… Mais il ne l’écoute pas. Il a fini de faire des concessions. En claquant la porte au nez de son père, il a tiré un trait sur le passé, et sur tous ceux qui veulent le faire rentrer dans une case. Il n’est pas gentil, il n’est pas méchant. Il est. Et tant pis s’il doit briser le cœur de son seul ami pour lui faire comprendre ses erreurs : il le regrettera, probablement, mais en attendant, seule son impulsivité le fait avancer sur la route sinueuse qu’est son existence.

- Je veux rien de plus que ce que j’arrête pas de te rabâcher. Que t’arrête tes conneries. T’es le seul qui te met des bâtons dans les roues, t’es majeur et vacciné, si tu veux, tu peux lui dire d’aller se faire foutre, à Sylver, tu peux arrêter tes études, si ça te fait chier, t’as le monde à tes pieds, putain. Mais non, tu restes là, les bras ballants. Aedan Webster, monsieur dame. Il aboie beaucoup, il me dit qu’il a changé, mais pourtant, il me montre pas beaucoup de preuves de ce qu’il avance.

Ses poings le démangent. S’il s’écoutait, il le frapperait, là et maintenant, dans l’espoir vain qu’il se rende compte qu’il est bien vivant, et que chaque seconde qui passe sur cette bonne vieille terre sans prendre son destin en main est un temps qu’il ne pourra jamais rattraper. Mais cela signifierait probablement la fin de leur amitié, et ce n’est pas ce qu’il veut. Merlin, il ne s’embêterait pas à discuter pendant aussi longtemps s’il s’en fichait : c’est parce que l’étudiant Auror compte énormément pour lui, au contraire, qu’il lui crie ses quatre vérités en plein visage.
Il finit cependant par stopper son sarcasme et son ton vilipendeur, pour adoucir sa voix. La glace se change en eau calme. Se frottant les yeux en soupirant, il se rassoit sur un tabouret de bar. Il est fatigué, de constamment se battre.

- Je dis pas que c’est facile, Ae. Je dis juste que c’est nécessaire. Je veux que tu sois heureux, moi. Et je vois pas comment tu pourras y arriver si tu continues comme ça. Il se ressert un autre verre en passant simplement sa main de l’autre côté du bar, saisissant la première bouteille qui lui tombe sous les doigts. Vodka. Ça fera l’affaire. J’ai juste l’impression que je le veux encore plus fort que toi, et ça me fait peur.

Il plonge ses yeux dans les siens, et on peut voir sa lassitude qui devient une galaxie en elle-même. Elle tourne et retourne avec autant de précision qu’un métronome, ses angoisses se transformant petit à petit en une boule s’apparentant au soleil. Aedan, c’est son trou noir. Il aspire tout sur son passage, le bon comme le mauvais, faisant ressortir ses meilleures qualités comme ses pires défauts. C’est grisant et terrifiant à la fois.

- Qui je suis, hein… Je suis un mec qui a réussi à survivre malgré toutes les galères que la vie a jeté à ses pieds, mieux, qui a réussi à s’en sortir et qui se débrouille foutrement bien, mais qui va quand même finir en enfer pour une connerie faites dans un moment de désespoir. C’est tout ce qu’il y a à savoir. Pas très passionnant, franchement. »

Une rasade, la brûlure dans sa gorge. L’amertume transcende son discours, et c’est bien difficile, quand on sent la causticité qui pèse dans chacun de ses mots.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 999 WORDS.



Can you see my scars ?
I'll take my bow, I won't make a sound. I whisper truce as the ashes hit the ground. Hush love. No I'm not what you think that I am made of, I'm a story, I'm a break up, just a hero on a bridge that's burning down.
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester   I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester Empty

 
I've played the victim for a long time and I wanna grow up ft. Aedan Wester
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» [F] ▲ EMILY ROSE - It's been a long time and I've missed ya.
» Un combat long....très long !!
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: