Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards
Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Administrative :: Bureaux des Professeurs
 

 Game of secrets. FT. Keith

Aller en bas 
AuteurMessage
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 215 Points : 245
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyMer 6 Fév - 19:49

"Tous les secrets sont faits pour être révélés."

En ces temps sombres, alors que la douleur et les remords rongeaient l'esprit d'Aedan à petit feu, et que son coeur, d'une lenteur insupportable, se consumait et se brisait au fond de son gosier, brûlaient néanmoins en lui les restes d'une braise. Depuis trop, beaucoup trop longtemps, elle poursuivait tant bien que mal une tâche qui semblait lui avoir été confié, alors que rien ne pouvait aujourd'hui expliquer la raison pour laquelle elle brûlait toujours. Cette braise, elle enflammait son corps tout entier.

Maîtresse de ses vices,
lueur dans le noir,

Elle était probablement la raison de sa survie. L'évidence dont il avait toujours eu besoin pour garder les deux pieds sur une surface assez dure pour supporter le poids de son être et des boules d'aciers qui pesaient sur ses épaules depuis maintenant, un temps, disons, incommensurable. C'était suffisant. Il avait trop attendu. S'il s'écoutait, il attendrait encore, le bon moment, la bonne heure, le bon jour, la bonne situation. Il attendrait que la bombe explose d'elle même, dans l'inattendu de la vie.

Seulement il fallait se rendre à l'évidence : il vient un temps où tout pourrit, où tout commence à nous échapper et si on attend trop, les choses s'envolent et disparaissent pour toujours.

Il fut un temps où Aedan avait cessé de se préoccuper de cette évidence là, s'abandonnant aux plaisirs du désir et aux mains de l'amour, ayant vainement espéré qu'un jour viendrait où même si certaines choses qui ne devaient pas rester cachées, allaient le rester, ne seraient plus aussi importantes qu'avant. Un jour où tout serait plus beau, sans être parfait. Un jour où il entendrait de nouveau les oiseaux dans le ciel, même les matins d'hiver. Tout ça, ça n'avait été qu'un essai dans sa vie de damné.

Tous les secrets sont faits pour être révélés.

Et si ce n'est pas le menteur lui même, ou le détenteur du secret, alors d'autres s'occuperont de révéler au grand jour ce qui dans les ombres, finit par mourir en silence.

C'est pour ça,qu'Aedan se trouvait maintenant, ici, devant le bureaux des professeurs de l'université, à la recherche d'un seul homme.
Keith R. Campbell était l'un de ses plus grands Espoirs. Sans doute pas le dernier, du moins il l'espérait, mais il s'avérait que par le biais des rumeurs, des murmures, puis des choses qu'on savait d'ailleurs déjà de ce cher homme, il avait depuis quelques temps, pensé à un détail très important.

Un automatier, disait-on? Quoi de mieux, s'il ne peut dire tout haut ce qu'il pense tout bas, de faire comprendre à Sylver ce qui se trame dans son coeur depuis tout ce temps?
Les derniers fonds de ses économies iront pour cette mission suicide. S'il doit se couper un bras, pour que Keith accepte - pourquoi refuserait-il?...

Et pour la cerise sur le gâteau, il n'a aussi peur que les autres fois : alors qu'il se trouve devant la porte de bois, Campbell se trouve probablement à l'intérieur, il est plus stressé à l'idée de devoir expliquer à l'automatier ce qu'il a en tête, que celle de faire enfin le premier pas pour affronter ce qui, à jamais, pourra sans aucun doute le rendre vulnérable s'il se plante. Cette question, il se l'est répété des centaines de fois.

Et si tu te trompais, Aedan?
Et si tu n'étais pas.. simplement.. trop parano?
Et si Sylver était innocent ?


Mais c'était impossible. Le temps a fait que. Sa situation a fait que.
S'il ne fait rien aujourd'hui, alors il ne fera rien demain. Lui qui croit au destin.. il est temps de se jeter dans la gueule du loup.
Son poing s'écrase trois fois contre la porte.
Finalement, c'est d'une voix cassée et rauque qu'il s'adresse à l'automatier comme s'il s'agissait d'une visite de courtoisie, chez lui.

- Monsieur Campbell?

S'entendre parler, avec un tel professionnalisme. Il se sentit plus adulte, alors qu'il savait que l'avoir appelé signifiait qu'il ne pouvait plus reculer.

C'était le moment.
Une évidence.


La vérité. Juste la vérité.
Une bonne fois pour toutes.



Aedan C. Wester
Keith R. CampbellKeith R. Campbell
StaffProfesseur
StaffProfesseur
http://www.catharsis-rpg.com/t20-keith-r-campbell-as-soonMessages : 781 Points : 317
Pseudo : Uneraell / Line
Avatar : Jackson Rathbone
Crédits : Melody, Niniel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyMar 11 Juin - 10:57

Je reste rarement dans mon bureau, et si ce n’était pas pour la présence de Moriarty, il était même probable que je n’y serais jamais resté plus de trente minutes. La pièce était fonctionnelle. Carrée, propre et rangée – des sortilèges de ménage automatiques mis en place par l’université, ou quelque chose du genre – professorale. Des étagères courraient le long des murs, couvertes de livres qui traitaient de technomagie, d’enchantements, et de l’histoire des automates. Tous avaient été installés là avant mon arrivée, me laissant juste assez de place pour réorganiser et ajouter quelques uns de mes propres ouvrages.

Je n’avais jamais touché à aucun d’eux.

Mon travail était trop pratique, trop passionnel, pour se faire dans une pièce qui était aussi ordonnée, aussi impersonnelle. J’avais installé des ateliers dans diverses parties du Royaume-Uni, chacun dédié à un type d’enchantement, au travail d’une matière première particulière. Quand je faisais de la recherche, je préférais me perdre parmi les salles mises à disposition dans l’aire d’ingénierie. Après tout, c’était la raison – ou l’une des raisons – pour laquelle j’avais décidé de venir m’installer à l’UPA. Il s’y trouvait des ressources inconnues dans le reste du monde magique, toutes rassemblées au même endroit, toutes rendues disponibles par mon simple statut de professeur. Si j’avais voulu travailler dans une pièce carrée et sans âme, j’aurais pu le faire n’importe où ailleurs que dans cette université. Même ma salle de bain me paraissait plus inspirante.

Cependant, la doyenne avait insisté ; au moins deux heures par semaine, les étudiants devaient pouvoir me trouver facilement, sans rendez-vous préalable. J’avais essayé de négocier, d’expliquer qu’il pouvait tout aussi bien me trouver chez moi, ou me localiser ; j’avais même offert un sortilège de traçage afin qu’ils puissent simplement consulter le plan de la faculté pour me trouver. Elle n’avait pas trouvé cela assez professionnel. J’avais fini par céder ; deux heures, ce n’était pas si terrible.

C’est ce que j’avais cru à l’époque.

Moriarty fait tomber une boîte d’écrous en cuivre, pour ce qui me semble être la millième fois ces dix dernières minutes. D’un coup de baguette magique, je la fais à nouveau léviter vers mon bureau, tandis que mon chat tente – pour la millième fois – de la dérober à nouveau d’un coup de pattes. Il sait, le bougre, que je ne peux la laisser par terre, car j’ai toujours en tête l’urgence cuisante chez le vétérimage. Non, le tube digestif d’un chat n’est pas adapté aux écrous.

« Il faut que je t’occupe... »

Je considère les nombreux tests d’automates avec lesquels j’ai laissé mon chat se faire les griffes. Aucun n’a duré plus de deux semaines ; ma productivité semble avoir fait de Moriarty un éternel insatisfait, à qui, tel un enfant gâté, il faut toujours de nouveaux jeux. Plongé dans mes pensées, je mets plusieurs secondes à répondre à l’appel qui a retenti derrière ma porte, comme si les mots avaient du se forcer un passage à travers la brume épaisse de mon ennui, dans lequel se noyait des idées vagues de projets nouveaux.

« Entrez! »

Sans attendre que mon visiteur ne prenne l’initiative, j’ouvre la porte, d’un coup de baguette. Poli, et passablement professoral au vu des circonstances, je me lève du fauteuil de bureau dans lequel j’étais avachi et fais signe à l’étudiant de prendre place dans l’un des sièges recouverts de cuir qui me font face.
 
Game of secrets. FT. Keith
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone
» Secrets du crépuscule (Zanzi')
» [Underland] Ce qui est rare est à moi et tes secrets seront miens ! [PV: James Wolf & Lena Carter]

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: