Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Administrative :: Bureaux des Professeurs
 

 Game of secrets. FT. Keith

Aller en bas 
AuteurMessage
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 238 Points : 728
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyMer 6 Fév - 19:49

"Tous les secrets sont faits pour être révélés."

En ces temps sombres, alors que la douleur et les remords rongeaient l'esprit d'Aedan à petit feu, et que son coeur, d'une lenteur insupportable, se consumait et se brisait au fond de son gosier, brûlaient néanmoins en lui les restes d'une braise. Depuis trop, beaucoup trop longtemps, elle poursuivait tant bien que mal une tâche qui semblait lui avoir été confié, alors que rien ne pouvait aujourd'hui expliquer la raison pour laquelle elle brûlait toujours. Cette braise, elle enflammait son corps tout entier.

Maîtresse de ses vices,
lueur dans le noir,

Elle était probablement la raison de sa survie. L'évidence dont il avait toujours eu besoin pour garder les deux pieds sur une surface assez dure pour supporter le poids de son être et des boules d'aciers qui pesaient sur ses épaules depuis maintenant, un temps, disons, incommensurable. C'était suffisant. Il avait trop attendu. S'il s'écoutait, il attendrait encore, le bon moment, la bonne heure, le bon jour, la bonne situation. Il attendrait que la bombe explose d'elle même, dans l'inattendu de la vie.

Seulement il fallait se rendre à l'évidence : il vient un temps où tout pourrit, où tout commence à nous échapper et si on attend trop, les choses s'envolent et disparaissent pour toujours.

Il fut un temps où Aedan avait cessé de se préoccuper de cette évidence là, s'abandonnant aux plaisirs du désir et aux mains de l'amour, ayant vainement espéré qu'un jour viendrait où même si certaines choses qui ne devaient pas rester cachées, allaient le rester, ne seraient plus aussi importantes qu'avant. Un jour où tout serait plus beau, sans être parfait. Un jour où il entendrait de nouveau les oiseaux dans le ciel, même les matins d'hiver. Tout ça, ça n'avait été qu'un essai dans sa vie de damné.

Tous les secrets sont faits pour être révélés.

Et si ce n'est pas le menteur lui même, ou le détenteur du secret, alors d'autres s'occuperont de révéler au grand jour ce qui dans les ombres, finit par mourir en silence.

C'est pour ça,qu'Aedan se trouvait maintenant, ici, devant le bureaux des professeurs de l'université, à la recherche d'un seul homme.
Keith R. Campbell était l'un de ses plus grands Espoirs. Sans doute pas le dernier, du moins il l'espérait, mais il s'avérait que par le biais des rumeurs, des murmures, puis des choses qu'on savait d'ailleurs déjà de ce cher homme, il avait depuis quelques temps, pensé à un détail très important.

Un automatier, disait-on? Quoi de mieux, s'il ne peut dire tout haut ce qu'il pense tout bas, de faire comprendre à Sylver ce qui se trame dans son coeur depuis tout ce temps?
Les derniers fonds de ses économies iront pour cette mission suicide. S'il doit se couper un bras, pour que Keith accepte - pourquoi refuserait-il?...

Et pour la cerise sur le gâteau, il n'a aussi peur que les autres fois : alors qu'il se trouve devant la porte de bois, Campbell se trouve probablement à l'intérieur, il est plus stressé à l'idée de devoir expliquer à l'automatier ce qu'il a en tête, que celle de faire enfin le premier pas pour affronter ce qui, à jamais, pourra sans aucun doute le rendre vulnérable s'il se plante. Cette question, il se l'est répété des centaines de fois.

Et si tu te trompais, Aedan?
Et si tu n'étais pas.. simplement.. trop parano?
Et si Sylver était innocent ?


Mais c'était impossible. Le temps a fait que. Sa situation a fait que.
S'il ne fait rien aujourd'hui, alors il ne fera rien demain. Lui qui croit au destin.. il est temps de se jeter dans la gueule du loup.
Son poing s'écrase trois fois contre la porte.
Finalement, c'est d'une voix cassée et rauque qu'il s'adresse à l'automatier comme s'il s'agissait d'une visite de courtoisie, chez lui.

- Monsieur Campbell?

S'entendre parler, avec un tel professionnalisme. Il se sentit plus adulte, alors qu'il savait que l'avoir appelé signifiait qu'il ne pouvait plus reculer.

C'était le moment.
Une évidence.


La vérité. Juste la vérité.
Une bonne fois pour toutes.



Aedan C. Wester
Keith R. CampbellKeith R. Campbell
StaffProfesseur
StaffProfesseur
http://www.catharsis-rpg.com/t20-keith-r-campbell-as-soonMessages : 826 Points : 615
Pseudo : Uneraell / Line
Avatar : Jackson Rathbone
Crédits : Melody, Niniel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyMar 11 Juin - 10:57

Je reste rarement dans mon bureau, et si ce n’était pas pour la présence de Moriarty, il était même probable que je n’y serais jamais resté plus de trente minutes. La pièce était fonctionnelle. Carrée, propre et rangée – des sortilèges de ménage automatiques mis en place par l’université, ou quelque chose du genre – professorale. Des étagères courraient le long des murs, couvertes de livres qui traitaient de technomagie, d’enchantements, et de l’histoire des automates. Tous avaient été installés là avant mon arrivée, me laissant juste assez de place pour réorganiser et ajouter quelques uns de mes propres ouvrages.

Je n’avais jamais touché à aucun d’eux.

Mon travail était trop pratique, trop passionnel, pour se faire dans une pièce qui était aussi ordonnée, aussi impersonnelle. J’avais installé des ateliers dans diverses parties du Royaume-Uni, chacun dédié à un type d’enchantement, au travail d’une matière première particulière. Quand je faisais de la recherche, je préférais me perdre parmi les salles mises à disposition dans l’aire d’ingénierie. Après tout, c’était la raison – ou l’une des raisons – pour laquelle j’avais décidé de venir m’installer à l’UPA. Il s’y trouvait des ressources inconnues dans le reste du monde magique, toutes rassemblées au même endroit, toutes rendues disponibles par mon simple statut de professeur. Si j’avais voulu travailler dans une pièce carrée et sans âme, j’aurais pu le faire n’importe où ailleurs que dans cette université. Même ma salle de bain me paraissait plus inspirante.

Cependant, la doyenne avait insisté ; au moins deux heures par semaine, les étudiants devaient pouvoir me trouver facilement, sans rendez-vous préalable. J’avais essayé de négocier, d’expliquer qu’il pouvait tout aussi bien me trouver chez moi, ou me localiser ; j’avais même offert un sortilège de traçage afin qu’ils puissent simplement consulter le plan de la faculté pour me trouver. Elle n’avait pas trouvé cela assez professionnel. J’avais fini par céder ; deux heures, ce n’était pas si terrible.

C’est ce que j’avais cru à l’époque.

Moriarty fait tomber une boîte d’écrous en cuivre, pour ce qui me semble être la millième fois ces dix dernières minutes. D’un coup de baguette magique, je la fais à nouveau léviter vers mon bureau, tandis que mon chat tente – pour la millième fois – de la dérober à nouveau d’un coup de pattes. Il sait, le bougre, que je ne peux la laisser par terre, car j’ai toujours en tête l’urgence cuisante chez le vétérimage. Non, le tube digestif d’un chat n’est pas adapté aux écrous.

« Il faut que je t’occupe... »

Je considère les nombreux tests d’automates avec lesquels j’ai laissé mon chat se faire les griffes. Aucun n’a duré plus de deux semaines ; ma productivité semble avoir fait de Moriarty un éternel insatisfait, à qui, tel un enfant gâté, il faut toujours de nouveaux jeux. Plongé dans mes pensées, je mets plusieurs secondes à répondre à l’appel qui a retenti derrière ma porte, comme si les mots avaient du se forcer un passage à travers la brume épaisse de mon ennui, dans lequel se noyait des idées vagues de projets nouveaux.

« Entrez! »

Sans attendre que mon visiteur ne prenne l’initiative, j’ouvre la porte, d’un coup de baguette. Poli, et passablement professoral au vu des circonstances, je me lève du fauteuil de bureau dans lequel j’étais avachi et fais signe à l’étudiant de prendre place dans l’un des sièges recouverts de cuir qui me font face.
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 238 Points : 728
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyDim 21 Juil - 9:02

Aedan
&
Keith
Game of Secrets


La porte s'ouvre, c'est le début de la vérité. Il est temps de faire les choses bien. Il est temps d'agir. Aedan s'avance en direction du fauteuil de cuir, le coeur plein de veilleité. Il n'a pas encore regardé l'automatier, ou plutôt son pseudo-sauveur, et plus précisément Keith Campbell et voilà maintenant qu'il se pose devant lui sans même le saluer, comme un vieil ami le ferait s'il venait prendre le thé tous les jours et que les banalités étaient devenues futiles. Un silence s'installe, pesant. Lourd, mais dans l'air flotte quelque chose d'étrange. Le jeune homme a du mal à se rendre compte que sa propre liberté lui lance des signaux. La porte est encore ouverte, il peut la passer quand il le veut, il peut repartir dans la seconde. Il ne le fait pas. Pourquoi partir alors qu'il est venu jusque ici ? Il y est, c'est là, maintenant que tout va se jouer.

- J'ai besoin de votre aide.

Sa voix sonne dangereuse. Cauteleux juste envers lui même, parce qu'au fond il a juste peur et qu'il n'est pas en position de se prendre pour un mafieux brésilien qui vient acheter la mort d'un autre homme, il reste pourtant de marbre devant Campbell. Dans un sens, c'est dans ses plans de tuer la dignité de son frère. Il n'a pas encore réfléchi à la manière dont il le fera payer si la vérité venait à éclore. Le dire est une chose, mais après que peut-il se passer ? C'est quitte ou double. Sylver nourrit le foyer et rapporte le fric. Si quelqu'un a les épaules pour gérer une famille, c'est bien lui. Un détail qui peut tout changer.

- Vous êtes automatier, j'aimeriez que vous fabriquiez pour moi des automates. Un peu spéciaux. Pour une raison assez spéciale. Alors...

Il se penche par-dessus le bureau. Pose ses coudes sur le rebord, planquant ses mains dans l'ombre de son torse. Il dégaine sa baguette, referme la porte d'un vif geste du poignet et baisse tous les stores qui doivent être baissés. Une bougie sur le bureau, le reste des Lumières qui s'éteignent. Il se rassoit, pose sa baguette, prêt à parler.

- Alors il vaudrait mieux pour vous que nous parlions argent avant de parler demande. Disons que je ne viens pas seulement vous demander des automates pour décorer ma baraque Monsieur Campbell. La raison de ma venue est plus... équivoque.

Il est le client, il est le roi. Ce n'est pas construire des bonhommes en bois qui bougent qui le mettra en danger, mais bien ce qu'il peut se passer s'il les fabrique et que son plan marche. Dieu seul sait ce que Sylver est capable de faire par pure vengeance et l'argent est le meilleur micro des hommes. Aedan ne cautionne pas ce moyen de communication parce que oui il faut le dire. L'argent est un moyen de communiquer avec les gens. Il a sur lui l'intégralité de ses économies, celles que Sylver ne lui a pas encore volé.
Le souffle court, comme si la moindre respiration pouvant faire s'éteindre la flamme attirerait le démon. Il guette le personnage.

Un homme qui a l'air honorable dans son travail et dans sa vie. Il n'a pas l'air dérangé ni même engagé dans toutes sortes de plans farfelus. Du moins, en façade. Aedan ne sait rien de lui, il sait simplement que parmi tous les collaborateurs ou collègues que Sylver peut avoir, cet homme n'en fait possiblement pas parti. Son frère aime le luxe et les grandes choses. Ce qui l'attire, c'est ce qui brille. Comme les dragons. Le jeune homme ne peut pourtant pas s'empêcher de se dire que s'il lui fait signer le contrat, il y a une chance qu'il n'en ressorte pas indemne. C'est juste son frère après tout, mais c'est un tueur il en est persuadé.

- Vous aimez le danger Monsieur Campbell ?, achève t-il de dire d'une voix plus voluptueuse, comme s'il souhaitait apaiser son coeur en ébullition.

Pourquoi tourner autour du même pot cinq cent ans ? Bien sûr que ce sera dangereux, ce qui explique son impatience frémissante, et son hésitation à agir durant tout ce temps.



Aedan C. Wester
Keith R. CampbellKeith R. Campbell
StaffProfesseur
StaffProfesseur
http://www.catharsis-rpg.com/t20-keith-r-campbell-as-soonMessages : 826 Points : 615
Pseudo : Uneraell / Line
Avatar : Jackson Rathbone
Crédits : Melody, Niniel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyMar 30 Juil - 15:15

Je dévisage l’étudiant qui se tient dans l’encadrement de ma porte, passablement perturbé par ses traits inconnus. Je m’attendais à voir entrer le doyenne, un collègue, ou éventuellement, la femme de ménage. La plupart de mes étudiants savent que le bureau m’ennuie, savent où je travaille, et où me trouver pour parler de leurs cours ou de leurs projets. Les plus assidus et ceux qui me connaissent le plus longtemps n’hésitent même plus à se pointer à mon appartement à trois heures du matin. Ça ne dérange personne. Je le regarde s’avancer, sans se présenter, sans dire un mot et j’attends. Pas tellement qu’il me salue ou se présente, car en fait, ces informations ne me semblent pas si intéressantes que le pourquoi il est là. Mais, quand il parle, j’incline la tête en signe d’assentiment et ferme la porte derrière lui. Je refuse rarement d’aider ceux qui réclament mon assistance.

Je me rassieds quand il parle d’automate. Pas vraiment parce que je suis rassuré, mais parce que je sais enfin pourquoi il est là. C’est logique, mais au moins, il rentre dans une catégorie. Les clients, ceux qui viennent étaler leurs exigences sans rien comprendre à l’artisanat que je pratique, qui n’ont pas conscience du simple et du compliqué. Je le dévisage une nouvelle fois. J’espère simplement qu’il ne parlera pas de plastique, car cette mode n’en finit plus de m’user les nerfs.

« Continuez. »

Je hausse vaguement les épaules et l’encourage à parler d’un geste de la main. Les raisons de sa demande m’importent peu, tant que les spécifications sont claires. Je n’ai besoin de rien d’autre que de savoir quel est le but souhaité de l’automate, et par qui il est supposé être utilisé. Le reste, les mécanismes, les matériaux, la ligne du temps, sont mes décisions ultimes, choses que je ne discute, ni ne négocie. Éventuellement, je peux prendre note de souhaits, mais rien de plus. Alors, quand il reprend la parole, je manque de m’étouffer. Je relève immédiatement les stores qu’il a prit l’initiative de baisser, et le met, du regard, au défi d’oser recommencer.

« Si on vous a renseigné que je décorais des baraques, j’espère que c’est une information pour laquelle vous n’avez pas payé. Vous pensez sérieusement qu’on fait appel à un artisan automatier pour des babioles ? » Il y a peu de choses qui me mettent hors de moi, mais le manque de respect pour mon travail en est une. « On ne parle pas argent avancer de commencer. Je ne travaille pas avec des contraintes de budget, pas plus que ce genre de prix ne se négocie. Je ne sais pas ce qui vous donne l’impression que mon bureau est une foire agricole. »

Je me retiens d’ajouter que mes clients ordinaires n’évoquent même pas vraiment ce sujet. Leurs comptables, éventuellement, quand je me souviens de leur envoyer la facture. Il y a certains milieux dans lesquels on souhaite simplement posséder les objets dont on n’a besoin, sans que d’autres considérations ne viennent embrouiller les esprits. Le silence s’installe entre nous pendant quelques instants, et je ne fais rien pour le rompre. J’observe l’étudiant avec un certain ennui, une certaine distance, et je siffle un avertissement quand j’aperçois du coin de l’œil Moriarty approcher une patte de la boîte d’écrou. Le chat me jette un regard ennuyé, auquel je réponds avec un sourire. Celui-ci disparaît quand mon visiteur reprend la parole, et je hausse un sourcil.

« Non. Je suis artisan, pas tireur d’élite de baguette. Je travaille pour des clients fortunés, fais de la recherche en technomagie, et enseigne dans une université qui a déjà gagné une renommée internationale. Je ne sais pas ce qu’on vous a raconté à mon sujet, mais vous feriez mieux d’en venir au fait. »
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 238 Points : 728
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyVen 16 Aoû - 17:09

Aedan
&
Keith
Game of Secrets


Il débloque.. un peu. Oui, il a mal pris ce qu'il disait. Ça arrive souvent, et alors Aedan attend, sagement. Il ne voulait pas le blesser ou quoi que ce soit, alors qu'il est en toute sincérité, admirable d'un tel travail. C'est de l'art, il aime forcément. Ses yeux se fixent sur une parcelle de bois du bureau et n'en décrochent pas tant qu'il n'a pas fini. Remettons les pendules à l'heure. Il est affable dans les affaires, sérieux et plein d'aménité. Là c'est une affaire. Il prend en compte qu'il n'est pas là pour faire la causette, ce qui le rassurerait, c'est de se savoir rapide et efficace.

- En aucun cas je n'ai voulu vous donner l'impression de juger votre travail Monsieur Campbell. Je vous prie de m'excuser.

Le mieux dans sa situation c'est de faire profil bas. Disons que tous deux seront probablement amenés à.. collaborer, si le terme est juste - et Aedan n'a pas envie de se savoir déjà dans le collimateur de l'automatier. Il souligne ses paroles d'un petit sourire, et espère qu'il passera rapidement à autre chose. Tous ces regards dont il n'arrive pas à percevoir la couleur l'irritent assez. Il ne sait jamais ce qu'ils veulent dire, comme la façon dont l'homme le regarde, là maintenant. Ae, il est pas vraiment du genre à se prendre la tête quand il s'agit d'inconnus qui réagissent mal à ses propos. Il essaye d'imaginer pourquoi ils ont réagi comme ça et il ne comprend jamais. Fort heureusement, tout comme lui, Keith n'a pas l'air d'avoir envie de s'étaler.

- Je ne suis pas fortuné comme la plupart de vos clients, j'ai du économiser un certain nombre d'argent pour me sentir assez propre de passer le pas de votre porte. Mais voilà..

Non c'est pas si vrai que ça. Sa famille est riche, assez du moins. Seulement, le seul possesseur de la fortune familiale, c'est Sylver. Lui n'a que les restes.  Quelle ironie, quand on a assez pour s'habiller d'or et d'argent mais pas les billets en main pour le faire. Il veut qu'il aille droit aux faits, bien.

- Il y a quelqu'un que.. j'aimerais.. que j'aimerais coincer. Si vous voulez. Ce n'est pas bien formulé mais c'est un peu l'idée. C'est à propos de mon frère. Il y a quelque chose que j'dois lui dire depuis des années, une chose assez importante. Je n'ai jamais trouvé le courage de le faire, ni de l'écrire ou même de le dessiner. Alors je m'en remets à vous.

Comment être assez clair sans rentrer dans les détails ? Lui dire la vérité serait plus juste et plus simple, mais il faut qu'il encaisse son histoire à dormir debout. Il s'exprime mal, il mâche pas ses mots, il se reconnaît pas. Il s'était ramené plus hautain et plus droit dans cet atelier, et voilà que comme un con, il se retrouve à ne plus savoir par où commencer. Ce qui veut dire qu'il n'est plus aussi sûr. Et ça, ça, c'est pas possible.Il lui fait perdre son temps et vu comme ça a commencé, Campbell va croire à une blague.

- Écoutez, j'aimerais si possible que vous représentiez avec des automates, une scène que je pourrais montrer ensuite à mon frère pour lui faire comprendre ce que j'ai sur le coeur. Ce que j'essaye de lui dire. Je crois qu'il a tué mon père,qu'il déballe comme une bombe d'une voix sans ambages.

C'pas encore ça, mais on y est presque. Il regrette la dernière phrase aussitôt qu'il l'a prononce, mais remercie le ciel et dieu qu'elle se soit échappée toute seule. Maintenant, une autre personne que celles de son réseau de contact est au courant. Oh p*tain, ça fait du bien, et c'était pas si compliqué.

- C'est dans vos cordes, Monsieur ?



Aedan C. Wester
Keith R. CampbellKeith R. Campbell
StaffProfesseur
StaffProfesseur
http://www.catharsis-rpg.com/t20-keith-r-campbell-as-soonMessages : 826 Points : 615
Pseudo : Uneraell / Line
Avatar : Jackson Rathbone
Crédits : Melody, Niniel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyDim 18 Aoû - 8:46

Il présente ses excuses et revient à une attitude correcte, telle qu’on pourrait l’attendre d’un étudiant qui se tient face à un professeur pour lui demander une faveur. Je me radoucis presque immédiatement ; si ce n’avait été pour son manque de respect envers mon travail, probablement créé par l’atmosphère de drame qu’il avait voulu créer autour de son entrée, je n’aurais même sans doute pas réagi à ses frasques. Je n’ai cure des convenances, mais il a bien fait de ne pas me laisser le temps de créer de la rancœur à son égard. Je hoche la tête pour lui signifier que j’accepte ses excuses, même si mon regard reste dur, plus qu’il ne l’est d’ordinaire avec qui que ce soit venant me demander de l’aide, signe qu’il n’est pas encore entièrement sorti des embûches s’il ne parvient pas à gagner mon intérêt.

Il continue, et je reste aussi silencieux lorsqu’il évoque son absence de fortune. Mon héritage familial, la puissance du clan dont je suis issu fait que l’échange monétaire ne joue qu’un faible rôle dans le choix de mes projets. Je sais à qui je peux demander le prix fort, de qui il est de bon ton d’oublier la facture, occasionnellement. Je n’ai pas besoin d’argent, et je serais même bien en peine de me souvenir du solde de mon coffre à Gringotts. Tant qu’il continue de m’éblouir quand j’ai le besoin de m’y rendre, je sais que les ennuis sont encore loin. Alors, je balaie ces considérations d’un geste de la main, toujours muré dans mon mutisme, attendant de savoir ce qu’il attend de moi. Après tout, c’est cette question, et celle-là seulement, qui va déterminer à quel point je suis disposé à l’aider.

Je me redresse un peu lorsqu’il évoque ses déboires fraternels. Sans le savoir, il a touché une corde sensible, encore trop par rapport à ce que j’aurais souhaité. Je connais ce sentiment, la tonalité qui perce dans sa voix, celle d’un frère qui a fourni trop d’ombre, a pris un chemin trop différent, a sans doute aussi trop de réputation au sein de la famille. D’un coup, je vois en cet adolescent l’homme que j’étais il y a dix ans, fuyant l’Ecosse pour Detroit et ses déchirures, son désespoir et sa promesse de tout me faire perdre, afin de me créer à nouveau. Je soupire doucement.

« Je ne sais pas si je suis la meilleure personne pour aborder ce genre de problèmes, mais je ne suis pas insensible au point de ne pas offrir ce qu’il est en mon pouvoir de donner. »

Ce n’est pas encore une promesse, mais presque. J’attends qu’il me donne les détails de la solution qu’il a imaginé, presque affamé de la connaître, curieux de savoir si elle pourrait peut-être aussi s’appliquer à moi. Cela fait des années que je n’ai plus parlé à mon frère, plus longtemps encore que j’ai abandonné l’idée de jamais pouvoir échanger avec lui. Nous ne nous comprenons pas, et cela ne changera pas, mais l’étudiant a-t-il trouvé le remède miracle ? Je me renfrogne un peu quand il m’explique ce qu’il a en tête, une brume de souvenirs venant un instant voiler mon visage, alors que j’oublie presque de lui répondre.

« C’est… Délicat. »

Dans mon esprit se mêlent désormais schéma, croquis et mesures. Tout en songeant au socle, je vois les matériaux défiler devant moi, des chiffres surmontés de points d’interrogation et de ratures. J’imagine de petits bonhommes de cuivre tourner sur eux mêmes, leurs articulations si fragiles, leurs mouvements si fluides, bien plus que ce que je sais pouvoir atteindre à l’échelle à laquelle j’aimerais les concevoir. Sans empathie, noyée par les considérations techniques, je réponds d’une voix un peu lointaine.

« Délicat, parce que j’imagine que vous ne souhaitez pas un tel travail grandeur nature. La réalisation d’automates à forme humaine devient un travail d’orfèvre, dès qu’il s’agit de travailler sous une hauteur de disons… 50 centimètres. Et tout cela dépend, évidemment, des détails de la scène à réaliser, du nombre de protagoniste, des effets d’enchantement qui devront être ajoutés… Je ne peux rien promettre tant que je ne sais pas exactement quelle est la scène que vous souhaitez recréer. »

Mon regard se fixe sur lui, à nouveau ancré dans le moment présent.

« Je dois la connaître avec une telle exactitude que je pourrais prétendre l’avoir vécue, afin d’en faire une reproduction fidèle. »
Aedan C. WesterAedan C. Wester
Étudiant Sorcier
Étudiant Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t212-aedan-c-westerMessages : 238 Points : 728
Pseudo : K.
Avatar : Jake Cooper
Crédits : cranberry
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les demeures résidentielles au Centre-Ville. Demeure 5.
Patronus: Une panthère noire.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith EmptyVen 18 Oct - 8:39

Aedan
&
Keith
Game of Secrets


Les soupirs aussi veulent dire beaucoup de choses. Sans le savoir, ils parlent peut être autant que les yeux. Aedan est persuadé que celui de Keith est plus éloquent que ses mots - il incline la tête pour capter son attention, une réaction quelconque, étudiant à la fois les probabilités qu'il accepte sa demande, et ce que l'automatier peut bien avoir en tête. Parce qu'il est clair qu'il en a beaucoup dans la caboche. Simple.. remarque. En venant ici, Aedan ne s'attendait pas à une conversation de seulement quelques minutes. Il savait que Keith allait se poser des questions et allait avoir besoin de réponses par-dessus tout. Une bonne méthode pour mieux travailler, dans l'idée. Wester aurait été là à ce moment précis, il aurait su parfaitement décrire la scène. Or, ce n'était pas le cas.

Le point positif, c'est qu'Aedan n'attend pas que Keith bosse sur un travail qu'il lui prendra beaucoup trop de temps. Deux ou trois figurines devraient suffire. Sylver est intelligent - il saura parfaitement ce qu'il essaye de lui dire. Même quand il ne dit rien, de toute façon, il devine par lui même. En vain il essaye d'imaginer comment cela aurait pu se passer.

- Écoutez pour être honnête, je n'ai pas vraiment d'idée sur comment la scène aurait pu se passer. Tout ce que je peux vous dire c'est que c'est arrivé quelques années après la mort de ma mère.

Il pose ses avant-bras sur le bureau, le visage traversé par une lueur d'inquiétude. Il n'a jamais parlé de son histoire à qui que ce soit, il n'y a que Finn qui la connait dans les détails. Il a besoin de savoir que Keith n'a aucun rapport avec son frère, ni pour le travail, ni dans les relations. Néanmoins, force est de constater que l'étrange automatier n'a pas l'air de prêter sa confiance à n'importe qui. Ça le rassure, il est curieux d'en savoir un peu plus sur lui et sur sa manière de procéder.

- Tout a changé dans notre famille. Elle était malade, mais j'crois que mon frère doute un peu de la raison pour laquelle elle est morte. Il a toujours été.. un peu à part. Un peu comme moi. Sauf que lui, c'était pas forcément en bien. Les relations qu'il avait avec mon père se sont dégradées. Soit ils s'parlaient plus, soit Sylver l'agressait à moitié. Je sais qu'il a commencé à le voir différemment. Sauf que je savais pas encore trop pourquoi.

Il commence à farfouiller son esprit de fond en comble pour essayer de se rappeler d'une information qu'il aurait pu manquer, il est plongé dans son incertitude. Il y a toujours cette petite voix qui essaye désespérément de le faire changer d'avis. Il pense à l'écouter quand il ne sait plus quoi dire, mais c'est hors de question. Tout ce chemin, et cette décision de faire enfin le premier pas ne seront pas bafoués par la peur qui lui noue les entrailles. Alors il prend une grande inspiration en faisant fi de ses émotions. Parfois en aspirant au changement, il faut accepter la douleur et la difficulté que nous aurons à braver pour être enfin ce qu'on veut être.

Quand Aedan s'imaginait dénoncer Sylver, ce n'était jamais facile. Il est son frère, et peut être que la tâche est plus difficile puisqu'il l'est. Maintenant qu'il est devant Keith, il prend conscience des vraies raisons de son hésitation. Aller contre sa raison est une chose, ignorer son coeur en est une autre.

- Puis un jour lui aussi a disparu. Seulement, aucun facteur n'avait prévu son départ. À ce même moment, Sylver a prétendu devoir.. partir pour quelque chose. Enfin, il est parti. Quelques semaines. Parfois il revenait, parfois il repartait. Et ainsi de suite. C'est comme cela que ça s'est passé. Je n'ai jamais revu mon père.

Avant qu'il n'achève son récit, Wester essuie les bords de larmes qui remplissent ses paupières d'une main fébrile. Il ne les a pas senti arriver. Il y a déjà eu assez de mots, trop de non-dits et l'automatier n'a pas besoin d'en savoir davantage pour le moment. Il espère lui avoir donné déjà assez d'information. Le petit loup au milieu des ombres de cet atelier n'a qu'une envie, c'est celle de passer à autre chose.

- Je n'étais pas là quand c'est arrivé, si c'est arrivé. Qu'importe la taille et les dimensions de votre travail, je vous en serai éternellement reconnaissant de toute façon.

Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Game of secrets. FT. Keith   Game of secrets. FT. Keith Empty

 
Game of secrets. FT. Keith
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]
» Mission: Les documents secrets du bourgmestre [Privé ---> Lucy]
» Secrets & Loyauté ( Michette )
» demande de partenariat FROZEN SECRETS
» Les secrets d'Ivalice.

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: