Ariane Rosier ❖ Journal de bord

Ariane D. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t167-ariane-rosier-toujours-Messages : 171 Points : 0
Pseudo : Oror
Avatar : Eva Green
Crédits : Nemesis
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave sorcière
Patronus: Faucon Pelerin
Informations supplémentaires:
Sujet: Ariane Rosier ❖ Journal de bord | Dim 25 Déc - 18:24
Ariane Deirdre Rosier
Avoir une trace de nos actions passées. Apprendre d'elles. Pouvoir se plonger dans nos souvenirs à volonté, sourire à nouveau, pleurer à nouveau, les vivre à nouveau. Prendre de la hauteur sur ce que l'on est, voir ce que l'on est devenu, constater par nous-même ce que l'on est. Retracer au jour le jour ses émotions, ne pas oublier... C'est cela que l'on nomme  « Histoire. »

   
       

   
RPS EN COURS.
You ain't from... ft. Alistair Fawley
Mariage de Léandre et Adra ft. plein de gens
Va, cours, vole ft. Milo Pierce

RPS TERMINÉS.
Feral Wisdom ft. Siobhan Kvelgen
Urgence mystérieuse ft. Léandre Rosier
Retourner chez soi ft. Léandre Rosier
You're alive ft. Aaron Menahem

❖ ❖ ❖

Chronologie rapide
1969 - naissance à Londres ; adoption par son oncle Camille Rosier
1970 - mariage de Camille avec Iris Nott
1980 - mort de son géniteur, Evan Rosier ; entrée à Poudlard
1987 - dernière année d'étude ; devient animagus ; entame la formation d'Auror ; voyage en Europe durant sa formation
1990 - entre dans le service actif des Auror ; commence la traque des mangemorts ; voyage aux Amériques à plusieurs reprises durant son service
1998 - participe à la bataille de Poudlard
2000 - s'installe à Atlantis avec deux de ses cousins

❖ ❖ ❖

Sommaire du journal
#1 Souvenir de l'été 1987

   

(c) naehra.





Now it's time
to vengeance
These violent delights have violent ends


Spoiler:
 
Ariane D. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t167-ariane-rosier-toujours-Messages : 171 Points : 0
Pseudo : Oror
Avatar : Eva Green
Crédits : Nemesis
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave sorcière
Patronus: Faucon Pelerin
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Ariane Rosier ❖ Journal de bord | Mar 27 Déc - 11:16
Souvenir de l'été 1987
Un souvenir d'une grande importance pour la jeune femme puisqu'il relate le moment où elle est devenu Animagus. Après ce moment, elle s'entraîne régulièrement pour passer de la forme humaine à animale, parfois par jeu, parfois par nécessité. Sous sa forme animale elle est un faucon pélerin au plumage blanc et bleuté. C'est aussi la forme que prend son patronus, il n'est donc pas surprenant qu'il soit également sa forme animale.

   
       

   
Qu'est-ce qu'un rêve ? Le dictionnaire nous dit que c'est une production psychique survenant durant le sommeil et que l'être humain la produisant peut être capable de partiellement la mémoriser. Il nous dit également que c'est une idée plus ou moins chimérique de ce que l'on souhaite réaliser. La chimère étant « un projet séduisant mais irréalisable », tous les rêves sont-ils condamné à être irréalisables ? Ou sommes-nous condamné à ne pouvoir qu'en réaliser une partie seulement, en restant éternellement frustrer de ne pouvoir l'avoir dans son entier ? Ariane avait un rêve, depuis sa tendre enfance. Elle voulait pouvoir avoir la faculté de changer de forme. Et plus particulièrement, devenir un animal. Son animal. Celui qu'elle préférait au delà de tous. Était-ce vraiment une chimère que ce souhait ? Un rêve au sens strict du terme ? Pas pour Ariane. Pas pour une jeune femme aussi entêté qu'elle, allant toujours au bout de ses souhaits, de ses idées, de ses rêves. Elle chercha longtemps un moyen d'assouvir cette idée, cette envie viscérale. Elle eu sa réponse lors de sa première année à Poudlard, et un exemple de choix sous les yeux en la personne de Minerva McGonagall. La célèbre professeur de métamorphose animagus de l'école écossaise fit plus qu'espérer la jeune sorcière qu'elle était : Elle la convainquit de tenter l'expérience. Devenir animagus cependant n'était pas sans risque. Ses nombreuses recherches lui apprirent que le processus était long, compliqué, et qu'il n'aboutissait pas forcément à sa réussite. Mais les diverses mises en garde que son entourage et les livres lui ont faite n'ont pas réussi à entamer son enthousiasme pour cette quête chimérique. C'était son Graal. Et elle ferait tout pour l'obtenir. Son très cher cousin avait tenté cette expérience peu avant elle, mais il avait malheureusement échoué, malgré toutes leurs attentions pour le processus. La déception était grande chez Léandre autant que chez Ariane. Mais elle irait tout de même au bout de son idée, et elle savait qu'au fond, elle aurait le soutient de son âme-sœur.  

« Le processus pour devenir animagus ou du moins essayer, se compose de dix étapes distinctes qu'il est d'une importance capitale de respecter à la lettre pour la réussite de la transformation. Bien sûr, même avec un respect total de la procédure, la réussite n'est pas forcément au rendez-vous. Il est possible de reprendre le processus à zéro si jamais une des étapes n'est pas respecté, cela ne fait que rallonger la durée totale de l'opération. » En lisant cela, la jeune femme reportait quelques indications sur un morceau de parchemins qu'elle tenait à côté d'elle. Elle avait seize ans et comptait bien commencer le processus dès qu'elle en aurait le temps et l'occasion. Évidemment, ce ne serait pas durant sa scolarité. Et elle doutait fortement qu'oncle Evan lui autorise ce genre d'expérience avant sa majorité. Elle devrait donc prendre son mal en patience et attendre que le moment propice soit arrivé. La première étape consistait à conserver dans sa bouche une feuille de mandragore fraîche durant un mois ou plutôt vingt-huit jours, entre deux pleines lunes. Contraignant, mais possible. La seconde étape était d'enfermer dans une fiole la fameuse feuille de mandragore, accompagnée d'une cuillère de rosé issu d'un endroit non exposé au soleil ou foulé par un pied humain depuis sept jours un recoin sombre du parc serait l'idéal. La fiole devait également être garnie de l'un de ses propres cheveux simple et d'une chrysalide de Sphinx tête-de-mort. Le remplissage de la fiole devait se faire au clair de lune. Et il fallait enfin entreposé la fiole dans un endroit sombre et calme. je trouverais, la demeure regorge de cela. La troisième étape était également contraignante mais moins que la première. Il fallait attendre le prochain orage, tout en récitant, chaque matin et chaque soir, extrémité de sa baguette sur le cœur la formule suivante « Amato Animo Animato Animagus » l'attente risque d'être longue, mais c'est possible. Il fallait également résisté à l'envie d'aller jeter un œil à la fiole de cristal. Mais la discipline dont elle pouvait faire preuve serait suffisante. Elle en était capable et elle en était intimement convaincue. La cinquième étape consistait, dès l'apparition du premier éclair dans le ciel orageux, de se rendre à l'endroit où était entreposé la fiole et de vérifier son contenu. Si tout s'était bien passé jusque là, une potion rouge sang avait dû remplacer les ingrédients préalablement entreposé dans l'écrin cristallin. La sixième étape entamait les choses sérieuses. Il était recommandé de se rendre dans un endroit calme et sûr, à l'abri des regards avant de procédé à la récitation de la formule et de boire la potion d'un trait. C'était le début de la transformation, la première étape réellement physique du processus. Commence alors la première transformation par une vive douleur et une augmentation du rythme cardiaque. Tout ce que l'on porte fusionne alors avec soi-même et l'on subit irrémédiablement sa première transformation. On ne peut savoir en avance quel sera l'animal que l'on incarnera. Malgré tout, il est primordial de garder son calme pour éviter un accident stupide. Une fois le calme revenu, la simple visualisation de sa forme humaine ou animale suffit à déclencher la transformation. Difficile au début, seule la pratique permettra un changement de forme fluide et à volonté.

La jeune femme se laissa tomber dans le fond de son fauteuil à la fin de sa lecture et laissa son regard se perdre sur le décor au delà de sa fenêtre, en pleine réflexion. vive douleur... Elle n'avait pas peur de la douleur en soi, mais elle n'aimait pas cela. Le processus était long. Il fallait une discipline de fer, mais cela, elle l'avait déjà. Ce qui l'effrayait le plus, c'était d'être potentiellement incapable de garder son calme, de se laisser submerger par la panique ou la douleur et que l'instinct animal prenne le dessus lors de sa première transformation. Se serait catastrophique. Elle risquait potentiellement sa vie... Un animal paniqué exécute des actions désespérées, inconscient du risque et du danger. C'est ce qui pouvait lui arriver. Il fallait qu'elle trouve un moyen de sécuriser cette première transformation, et elle ne voyait qu'une seule personne pour garder un œil sur elle durant ce périlleux moment : Léandre. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire : le convaincre. Mais elle ne doutait pas de cela. Il ferait n'importe quoi pour elle tout comme elle ferait n'importe quoi pour lui. Même l'impossible surtout l'impossible...

La jeune femme décida que les vacances estivales entre sa dernière année à Poudlard et le début de sa formation serait un bon moment pour entamer ce processus. Elle resterait au manoir familial et serait assez tranquille pour réaliser toutes les étapes de la transformation. Elle avait également fait une déclaration préalable au Ministère de la Magie, prenant les devant face à un éventuel retard lors du début de sa formation. Elle ne comptait pas, dans tous les cas, être un animagus non déclarée. Pas dans le métier qu'elle envisageait. Pas en travaillant au sein du Ministère. C'était impensable. En attendant, elle avait le soutien de tous dans cette entreprise. Et Léandre avant accepté de garder un œil sur elle, le jour de l'orage, au cas où les choses tourneraient mal. Si elle devait céder à la panique, elle préférait qu'un de ses proches soit là. Lors de la première nuit de plaine lune suivant son retour au domaine familial, elle posa la feuille de mandragore sur sa langue et la logea dans un coin de sa bouche où elle ne risquerait presque rien. Attendre la pleine lune suivante avec une feuille en permanence dans sa bouche avait quelque chose de contraignant. Elle devait veiller à ne pas l'avaler, ni la recracher dans son sommeil, ou s'étouffer avec. Une attention constante au début, qui devint une habitude après deux semaines de pratique. Très vite cependant la feuille se désagrégea, devenant une boulette plus facile à « ranger » dans un coin de sa bouche. C'est durant cette période qu'elle se procura les autres ingrédients. Enfermant dans un écrin une cuillère de rosé provenant d'un sous-bois sombre et éloigné du parc. Une chrysalide de Sphinx tête-de-mort. Elle prendrait l'un de ses cheveux au dernier moment. Elle parti également en quête d'un endroit sombre et tranquille, à l'abri du soleil et des regards où entreposé la fiole jusqu'au prochain orage. Dans l'une des nombreuses dépendances du domaine, elle dénicha une cave comportant des niches. Elle en protégerait l'accès d'une barrière magique pour assurer la tranquillité de sa potion en devenir. Et c'est ce qu'elle fit. Avec une fébrilité toute comprise...

Lorsque la pleine lune arriva, c'est avec une certaine appréhension qu'elle regarda le ciel. Il était découvert. La première étape était une réussite. Elle fila à travers le manoir pour ramasser ses ingrédients et interpeller Léandre. Il n'y avait pas une minute à perdre. Il fallait composer la fiole de cristal sous le clair de lune. Elle commença par recracher la feuille et la mettre au fond de la fiole, et arracher un de ses cheveux pour l'accompagner. Elle arrosa le tout de la rosé avant de mettre la chrysalide et refermer. Un sourire illumina son visage quand elle releva les yeux vers Léandre. Avait-elle réussi ? Elle ne le saurait que lorsque le prochain orage éclaterait, et elle espérait vivement qu'il ne tarderait pas trop. Elle entreposa la fiole dans la cave qu'elle avait choisi, plaçant une barrière magique devant la porte. Il n'y avait plus qu'à patienter, sans oublié l'incantation matin et soir... Cela aussi, était d'une certaine manière contraignant. Il ne fallait pas oublier, un matin ou un soir, de prononcer la formule, pointe de baguette sur le cœur. C'était une discipline à prendre. Elle le fit, sans en omettre une seule et quand le premier éclair zébra le ciel à la fin de l'été, l'excitation lui serra le cœur. C'était le moment. C'était maintenant. Elle couru à travers les couloirs de la demeure et ouvrit en trombe la chambre de Léandre, l'enthousiasme lui faisant oublier toute politesse. « Léandre ! Ça y est ! C'est le moment ! » Incapable d'attendre plus longtemps, elle attrapa la main de son cousin et l’entraîna à sa suite jusqu'à la fameuse cave. Elle observa un temps d'arrêt devant la porte, soudain indécise. Elle en avait des fourmis dans les jambes. Malgré tout, son cousin l'encouragea à poursuivre et c'est ce qu'elle fit. Elle ôta la barrière magique et ouvrit la porte avec fébrilité, le cœur battant à tout rompre. La fiole était toujours là, empli d'un liquide rouge sang. Aussitôt, un sourire de satisfaction s'afficha sur ses lèvres fines. Elle avait réussi.

Elle emporta la fiole et rejoignit une autre dépendance, une orangerie. Vaste salle en rez-de-chaussée, éloignée du Manoir et dont elle clos tout les lourds rideaux. Elle se plaça ensuite au centre de la pièce et croisa une dernière fois le regard anxieux de son cousin. Au dessus de leurs têtes, le tonnerre gronda. Elle prononça une dernière fois l'incantation, rangea sa baguette et avala d'une traite la potion. Il se passa quelques secondes, durant lesquelles le temps se retrouva suspendu, où elle ne ressentit rien. Puis elle survint. Insidieuse. Puis plus vive. La douleur lui enserra le cœur, s'insinuant ensuite dans ses veines pour irradier dans tout son corps. Elle ne s'attendait pas à cela. Elle ne s'attendait pas à avoir aussi mal même si elle s'était préparer à ce moment. Elle failli céder à la panique. Seul le regard bienveillant - quoi que nimbé d'amertume - de son cousin l'empêcha de se laisser aller à la panique et au chaos. Une larme perla sur sa joue. Une seule et unique. Elle ferma les yeux pour maîtriser la vague de peur qui montait en elle. Le tonnerre au dessus de leur tête tonnait toujours, la douleur grimpait, rendant pour elle le moment insoutenable. Elle serra les dents, laissant échapper un seul gémissement rauque. Ce qui lui sembla être une éternité s'écoula. Le sol se déroba sous ses pieds et elle tomba à genoux, s'enserrant elle même, les yeux toujours clos. Des images absurdes s'insinuaient dans son esprit. Ses peurs les plus primaires surgissaient devant ses yeux. Il fallait que cela cesse ! Et enfin, au terme de très longues minutes d'une souffrance comparable aux pires tortures, une sorte de calme l'envahie. Un flottement. Une image nette et précise d'un faucon apparu dans sa tête. Elle se focalisa dessus, oubliant tout le reste. Elle sentait qu'il fallait qu'elle se concentre. Qu'elle ne pense à rien d'autre que cet oiseau au plumage bleuté et blanc. Le calme était revenu. La douleur avait disparu. Quand elle rouvrit les yeux après avoir retrouvé un semblant de calme, sa vue avait changé. En réalité, son corps entier avait changé. Une légère vague de panique l'envahit avant de se transformer en une joie sans borne. Elle avait réussi ! Elle était un animagus ! Dans sa joie soudaine elle tenta un premier vol et percuta un rideau qui absorba sa chute. Une chute qui la fit revenir au calme rapidement. Il fallait qu'elle reste concentrée. Elle s'exercerait au vol plus tard, pour l'instant, il fallait qu'elle réussisse la transformation inverse et retrouve sa forme humaine. Elle prit une grande inspiration, ferma de nouveau les yeux et se concentra sur sa forme humaine. En un instant, elle retrouva son corps d'origine et quand elle rouvrit les yeux, elle vit le visage souriant de son cousin. « J'ai réussi ! » Sa joie se lisait ses trait et dans ses yeux. Elle se releva et se précipita sur son cousin pour se pendre à son cou et improvisé une danse de la victoire. Désormais, se serait à son tour d'essayer... Encore.

   

(c) naehra.





Now it's time
to vengeance
These violent delights have violent ends


Spoiler:
 
Ariane Rosier ❖ Journal de bord
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Modèle de journal de bord
» Code pour votre journal de bord
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: