Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Administrative :: Bibliothèque
 

 Essence de la magie. [ Keith R. Campbell]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Keith R. CampbellKeith R. Campbell
StaffProfesseur
StaffProfesseur
http://www.catharsis-rpg.com/t20-keith-r-campbell-as-soonMessages : 822 Points : 560
Pseudo : Uneraell / Line
Avatar : Jackson Rathbone
Crédits : Melody, Niniel
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Essence de la magie. [ Keith R. Campbell]   Essence de la magie. [ Keith R. Campbell] - Page 2 EmptyDim 1 Sep - 14:37

En effet, elle m’avait dit qu’elle était médecin, et ce point m’était déjà sorti de la tête. Pourtant, il était rare que je perte de vue les connaissances médicales de mes interlocuteurs ; ou plutôt, anatomiques. Je ne m’étais jamais vraiment intéressé à la médecine en tant que discipline qui sert à soigner, mais j’avais une fascination infinie pour le corps humain et son fonctionnement mécanique. Je pouvais écouter parler de tendons, de ligaments, de muscles et de vertèbres pendant des heures, sans pouvoir décider si je souhaitais plus prendre des notes ou dessiner des croquis de corps humains, fonctionnels ou non, dans toutes les postures possibles et imaginables. Je suis donc presque déçu quand elle me parle de sa nécessité de pouvoir soigner les sorciers et les moldus avec la même qualité alors que son souhait est pourtant bien noble.

« Je comprends. Je n’avais songé qu’il puisse exister des différences entre la façon de soigner un sorcier et celle de soigner un moldu. Je veux dire… le corps humain est le corps humain, non ? »

Outre un sens du style parfois détestable et cette aberration qu’était le plastique, l’esthète que j’étais s’était toujours trouvé bien incapable de faire la différence entre un être doté de pouvoir magique et leurs cousins vulgaires. Je n’avais jamais vraiment passé beaucoup de temps à divaguer sur la question, car je la trouvais plus politique qu’innovante, et je préférais le progressisme d’une société technomagie à l’obscurantisme des traditions. Enfin, en dehors de ce qui concernait le plastique et les industries. Mais c’était là encore un autre débat.

« Je suppose, pardonnez-moi, c’est à mon tour de poser des questions sans doute bête, que si vous vous intéressez à la question, c’est qu’il existe des… maladies ou des afflictions qui ne sont pas pareilles chez les deux ? »

Je me souviens d’un coup de l’épidémie de dragoncelle et ne peut m’empêcher de pousser une exclamation de surprise. A l’époque où cette épidémie avait fait la une pendant des semaines, couvrant d’inquiétude toute la population d’Atlantis, j’étais trop occupé sur une commande pour vraiment m’être laissé atteindre par la nouvelle, car après tout, la dragoncelle n’était pas une maladie dangereuse. Je réalise maintenant, avec de très nombreux mois de retard, que ça avait visiblement été un raccourci de pensée fort peu fortuit.

Je ne réagis pas à ses incertitudes concernant la façon de s’adresser, ou de nommer les sorciers. Les mots qu’on pose sur les choses ne revêtent pour mois qu’une importance limitée. Sa demande de conseil m’arrache cependant une moue d’impuissance.

« Je ne peux malheureusement pas vous aider en matière de biologie. Mon travail m’a amené à développer mes connaissances en anatomie, mais je crains que ma connaissance du corps humain, qu’il soit moldu ou sorcier, est purement mécanique. Je n’ai moi-même presque jamais été malade, si on ne compte pas l’épuisement cela dit, mais j’ai connu des sorciers qui peinaient à sortir de chez eux plus de trois jours avant d’attraper le premier mal qui passait par là. »

Je marque une pause et me frotte le menton l’air pensif. J’ai à coeur de pouvoir lui donner plus d’informations, ou au moins, de pouvoir la lancer sur une piste, mais j’en sais décidément trop peu, tant sur ses besoins de recherche que sur le sujet en lui-même pour pouvoir l’orienter.

« Si vous aviez des questions plus précises, sur des effets, ou la magie en elle-même, peut-être pourrais-je au moins vous donner l’une ou l’autre piste. Mais en terme de soins et de remèdes, je ne suis vraiment qu’un novice. Tout ce que je sais soigner, ce sont les brûlures, mais je dois simplement ça à mon incroyable maladresse quand je prépare du thé. »


Ou à Moriarty. Ou à ma distraction légendaire pour les actions terriennes quand j’avais les pensées occupées avec de plus nobles desseins. C’était une question de point de vue.
Theodora Rose KnightTheodora Rose Knight
AmbaMoldu
AmbaMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t2236-theodora-rose-knightMessages : 1925 Points : 4803
Pseudo : Théodora
Avatar : Jessica Chastain
Crédits : moi
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence de l'Abondance
Patronus:
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Essence de la magie. [ Keith R. Campbell]   Essence de la magie. [ Keith R. Campbell] - Page 2 EmptyLun 9 Sep - 12:08

Elle ne peut qu’acquiescer à sa remarque. Le corps humain, oui, c’est le corps humain. a priori c’est le même fonctionnement. Et puis en tant que médecin on finit par se focaliser sur les particularités qui différencient les corps sains et puis malade, jusqu’à se demander au-delà des principes de base si le corps humain est juste le corps humain. Jusqu’à ces derniers mois elle avait assez bien tranché le débat en ramenant les différences essentiellement à l’individu, mais la magie avait tout remis en cause. Tout, non peut être pas mais avait ébranlé ses positions et surtout posé de nouvelles questions à la chercheuse, raisons pour lesquelles elle se trouvait dans la bibliothèque dans la section sur la magie. La magie reposait-elle sur une différence structurelle des corps des sorciers. La médecine adaptée à ces derniers était-elle pertinente ? Pourquoi les magico-mages n'avait pas suivi les progrès de la médecine moldue, en tout cas pour ce qu’elle en savait ? Autant d’aspects que la remarque du professeur sorcier pourrait aborder s’il le souhaitait et surtout s’il souhaitait continuer à répondre à ses questions. En tout cas le débat s’annonçait passionnant et pouvait se montrer riche d’enseignement pour elle. Le visage sérieux, presque fermé, elle était concentrée sur les réponses de Keith Campbell mais aussi sur ses propres réflexions qu’elle sentait vacillantes à cause, principalement de son ignorance.

“Sur le fond je suis d’accord avec vous. Cependant, si vos médecins ne peuvent pas soigner les mêmes choses que les praticiens non-mages, je suppose qu’il existe une raison de fond pour cela. Or je n’arrive pas à cerner cette raison. J’ai tout d’abord pensé que la magie, je veux dire l’intervention magique était issue de l’individu avec, comme vous l’avez dit, ses perceptions, ses émotions et ses connaissances et que donc les composantes microscopiques de l’organisme lui échappaient. Pourtant, cela ne semble pas être le cas.  Je veux dire que vous parvenez parfois à soigner des affections dans lesquelles l’échelle microscopique est en jeu. Je me suis donc dit que vous aviez remarqué que soigner un sorcier avec une autre médecine que la magie pouvait altérer ses compétences magiques. Il fallait donc pour les médecins comme moi, trouver ce qu’il y avait à éviter dans ce domaine pour ne pas commettre d’erreur grossière Enfin, là, vous comprenez bien que je suis en pleine supputation qui ne repose sur rien de concret. d’où ma présence ici.”

Elle prit un air désolé comme si elle désespérait de trouver les réponses à ses questions à moins que ce ne soit d’ennuyer son interlocuteur avec ses questions sans fin. Elle se réjouissait cependant, et malgré le fait qu’elle ait affaire à un sorcier, qu’il la suive dans ses interrogations et se retrouve presque au même niveau d’interrogation. Elle sentait toute la difficulté de se prononcer sur le sujet.

“C’est bien ça la question. Du point de vue du médecin non-mage que je suis, il n’y a pas de différence, je veux dire dans les affections qui m’ont été donné d’observer. Je crois avoir par ailleurs que certaines autres vous sont propres, mais cela dépasse mes compétences, actuelles en tout cas. Pour ce qui est des maladies, disons universelles, c’est   mais peut-être parce que je ne cerne forcément pas la composante magique dans ces affections. Pour le moment les magico-mages à qui j’ai eu affaire ne m’ont pas alertée sur le sujet mais je ne peux pas exclure qu’ils pensaient que j’étais au courant ou même qu’ils ne se soient pas posé la questions. Vous me direz, peut-être est-ce que je me pose des problèmes où il n’y en a pas, mais lorsque les réponses ne me paraissent pas couler de source, je ne peux m’empêcher de tenter de creuser la question.”

Elle ne peut en vouloir à son interlocuteur de ne pas pouvoir répondre aussi précisément à toutes ses questions. Si elle doit en vouloir à quelqu’un ce n’est qu’à elle de ne s’être renseignée plus tôt sur tous ces points en premier lieu mais aussi de prendre un certain plaisir à cet échange. Pouvoir poser toutes les questions sur le sujet qui l’intéressait sans sembler offusquer ou ennuyer son interlocuteur était toujours appréciable tout comme ne pas avoir à prendre des pincettes inutiles. Aller aux faits était tellement estimable ! En ce qui concernait la propension à tomber malade, les deux camps semblaient logés à la même enseigne. Il y avait ceux qui semblaient inoxydables et eux que le moindre germe clouait au lit.

Un instant elle garde le silence un peu par déception de ne pas avoir plus de réponse mais surtout pour laisser à son interlocuteur le temps d’aller au fond des pensées qui semblent le parcourir. Ces moments aussi peuvent être cruciaux et on se doit toujours respecter la réflexion en marche. Elle sourit à l’évocation des brûlures avant de se dire que peut-être une réponse pourrait se cacher derrière cette anecdote en apparence insignifiante. D’ailleurs elle a à l’esprit les personnes capables de couper le feu comme le veut l’expression consacrée. Pouvait-elle les assimiler à des sorciers ? Existerait-il des ponts au sein des non-mages en direction des sorciers ? Cela valait sans doute la peine de poser la question. Son ton est posé mais on devine la passion de la médecine et son désir de comprendre les phénomènes

“Et bien justement, soigner une brûlure, peut vous paraître anodin, mais c’est un mécanisme complexe en biologie si on veut bien se pencher dessus. De votre côté, lorsque vous intervenez sur l’une d’elle, seriez-vous en mesure d’analyser les processus magiques et biologiques qui sont à l’œuvre ? En outre, nous connaissons les coupeurs de feu qui parviennent de façon encore mystérieuse à stopper les brûlures ou tous les désagréments liés à la chaleur. Je me demande si ces personnes sont des sorciers qui se seraient cachés jusqu’à l'avènement de la mixité ou bien des intermédiaires entre les sorciers et les non-mages ou bien tout autre chose encore, des personnes douées de talents particuliers sans origine identifiée… »

Elle s’interrompt un peu confuse de s’être un peu laissée emporter par ses interrogations et baisse la voix pour finirTous ces sujets sont passionnants et ouvrent sans doute trop de questions pour pouvoir y répondre sans doute aujourd’hui.”

Elle marque une pause comme pour tenter de réprimer la précaution sociale qu’elle est sur le point de prendre et qui pourrait la priver des ressources que représente Keith Campbell, mais son éducation prend le dessus comme souvent.

“Et vous avez sans doute vos propres occupations et je vous ai déjà suffisamment pris de votre temps.”

Elle repense aux débuts difficiles de leur entretien qui augurait bien mal de la suite de leur relation, surtout si on considérait l’aversion de la rouquine pour la magie. Elle avait depuis reçu plus de réponses qu’elle n’aurait espérées mais aussi des pistes de réflexion pour ses travaux et aussi appris à se maîtriser en présence d’un porteur de magie ce qui dans sa situation était des plus appréciables.
 
Essence de la magie. [ Keith R. Campbell]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» _ Magie Noire [ Ombre ]
» Magie, armoires et autres curiosités. [PV]
» [Thème - PV] Magie, fantôme et autres complications.
» [Magie] Kenshi no Maho (Magie de l'épéiste)
» [Magie] Bloody Magic

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: