Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Pré-au-Lard
 

 Diablerie inoffensive | Adrasteia

Aller en bas 
AuteurMessage
Léandre RosierLéandre Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2496 Points : 833
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Melody (avatar), Ariane (signature)
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Entre le manoir Rosier en Ecosse et la Roseraie en Angleterre.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations diverses:
MessageSujet: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Sam 22 Déc - 17:25


19 avril 2001, la Roseraie en Angleterre,

La première excursion, dans les appartements privés d’Adrasteia (et en l’absence de Tatiana, question de préserver la surprise de ses intentions) s’était soldée par une réussite. Une petite victoire très appréciable pour en récupérer ce qui l’intéressait plus que tout le reste : les tenues que sa compagne portait du temps de Poudlard. Il va sans dire qu’en voyant l’écusson de Serpentard briller sur la veste d’autrefois, Léandre s’était enorgueilli encore davantage de son idée première. Légèrement diabolique – pour changer – bien qu’inoffensive.

La deuxième excursion, au cœur des souvenirs entassés maladroitement au dernier étage de la Roseraie, s’était également révélée prometteuse. Presque trop facile, en fait. Il savait exactement où dégotter les vêtements qu’il portait auparavant avec satisfaction. Toujours ces mêmes couleurs en hommage au tant révéré Salazard. En dépit des années, elles avaient conservé cet éclat singulier. Scolaire. Nostalgique. Il l’était un peu, d’ailleurs. Toute cette machination amusante l’était, même, en vérité.

Soigneusement, le sorcier avait plié les étoffes dans une large valise, pleine de … Divertissements divers. Dont sa précieuse cape d’invisibilité. Oh, Adrasteia n’allait pas être au bout de ses surprises. Définitivement pas. Surtout avec ce qu’il avait si impatiemment préparé.

Il lui devait bien ça, après tout.


***


20 avril 2001, Pré-au-Lard,

Autour d’eux, une pluie mêlée de neige tombait doucement sur Pré-au-Lard. Presque délicate dans le ballet poétique – absolument humide, aussi – qu’elle offrait à leurs regards. D’un sursaut amusé, notamment en prévision de ses mesquineries prochaines, les doigts de Léandre se serrèrent contre ceux de son épouse. « Je nous ai réservé une chambre aux Trois Balais. Tout est préparé dedans pour notre soirée. J’espère que tu ne m’en veux pas de prendre les devants ? »

Et si son sourire trahissait infiniment les pensées tortueuses de ses envies, le regard de l’ancien Auror cherchait plutôt à la rassurer. « Tu me fais confiance, de toute façon. Enfin ! Je veux croire que tu es curieuse et prête à te changer les idées pour quelques heures. Nous méritons bien ça. » Car la nymphe indomptable restait égale à elle-même : anxieuse. Malgré sa propre volonté, parfois. « Là, regarde, nous arrivons ma Reine. »

D’un mouvement protecteur et décidé, le sorcier l’avait dirigé vers la porte. Profitant de l’occasion, trop belle, pour en frôler la chevelure sombre d’un baiser plus tendre que taquin. « Je te laisse ouvrir la marche ? » Très brièvement, il avait adressé un signe à l’aubergiste pour confirmer leur arrivée. « Premier étage, la porte au fond du couloir à gauche. J’ai tout prévu, pardonne-moi. Je suis définitivement incorrigible ma chère épouse. » Sans s’imposer plus dans la salle principale et ses invités. A dire vrai, il n’en avait pas grand intérêt.

Il lui importait plutôt qu’ils passent rapidement à la suite de ses conspirations.



Controverses

Spoiler:
 
Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1490 Points : 494
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Dim 23 Déc - 19:31

xxx.
xxx.1 548 mots
Chapitre 5

20 avril 2001
N
Nerveuse qu’elle était, c’était si peu dire. Fébrile, pour être un peu plus sincère, tant bien que l’excitation semblait la mener un peu plus à fleur de peau. Mais surtout à bout de souffle, tremblante d’une impatience aussi insoutenable qu’insatiablement involontaire. Et elle aurait voulut lui répondre, ici et là, d’une rhétorique qui lui démangeait le bout de la langue. Mais c’était comme si les palpitations frénétiques de son cœur s’imposaient avec tant d’autorité, qu’elle peinait à faire autrement. Mitigée, confuse très certainement, parce qu’il y avait une excitation palpable qu’elle pouvait somme toute pressentir par l’énergie déployée par son époux et pourtant… comment pouvait-elle surpasser cette agressante méfiance qui l’envahissait chaque fois qu’elle se retrouvait face à l’inconnu. Et son mari le savait très certainement, simplement à voir comment il faisait de son mieux pour lui inspirer un sentiment de confiance, malmenée par son engouement qu’il n’arrivait visiblement pas à taire lui-même. Et il était turbulent, ce dernier fils aux attentions affectueuses, ce qui malgré lui, faisait vraisemblablement grimper les nervosités d’une Slave qui avançait aux petits pas. Ce qu’elle pouvait détester les surprises, ce qu’elle pouvait être bien trop curieuse pour sa propre haine des surprises. « T-tu crois que tout se passe bien avec Ombeline ? Calypso n’était décidément pas de bonne humeur quand nous sommes partis… » qu’elle avait fini par bégayer, sourcils haussés d’une inquiétude qui dissimulait très certainement mal les réelles motivations de ses propres tiraillements.

Parce qu’elle n’était pas dupe la Rosier, elle pouvait aisément se laisser noyer dans les inquiétudes qu’incombaient l’excitation du roi paradoxe. « Je… non je… tu sais parfaitement que j’aime quand les choses sont planifiée à la perfection… ce qui m’inquiète c’est les petites rides vicieuses qui se dessinent sur ton visage, tout ça me semble bien trop amusant dans ta petite tête pour me sembler rassurant. Définitivement tu prends bien trop de plaisir à me cacher quelque chose et puis ça … »

Et elle avait sursauté, se retournant avec vélocité pour observer le Rosier de ses grands yeux inquiets. « Pourquoi moi ? Léandre Rosier, je te jure que si tu as prévu de me… qu’est-ce qui a derrière la porte ? Pourquoi tu veux absolument que j’y entre la première ? C’est si louche… par les sept enfers tu me…Mhmph.. Toi vas-y si ça t’excite autant ! Je ne vais pas tomber dans un de tes pièges encore crois-moi ! Tu fais bien trop profile bas depuis quelques jours ! Combien d’heure as-tu passé dans la boutique des Weasley encore ? »

De ses lèvres ourlées elle avait levé le menton, de ses frasques aux affronts incommensurables dont elle semblait maintenant vouloir imposer sa souveraineté. Puis de ses yeux plissés, méfiante jusqu’au plus silencieux de ses soupire, inspiré et aspiré d’une agitation nouvelle, elle s’était dressée sur la pointe de ses pieds, enroulant contre sa main le foulard d’un époux bien trop calculateur pour son bon vouloir. « Tu me crois suffisamment dupe pour ne pas voir… Si tu crois que de réserver une chambre te rends incorrigible, Monsieur Rosier, imagine pour quel garnement tes petites manigances peuvent bien…AH PAR LA BARBE DE MERLIN ! »

Et de ses yeux ouverts au maximum, la Slave s’était lancée dans ce qui semblait être une course retenue, grimpant les escaliers au plus rapidement qu’il lui était possible tout en gardant un semblant d’esquisse d’une bonne éducation qu’incombait les jeunes femmes de l’aristocratie. D’une œillade aussi inquiète que piquée au vif par la curiosité, elle avait vérifié la position du Rosier derrière elle, avant de freiner brusquement devant ladite porte qui cachait les secret d’un époux malicieux. Et puis elle la regardait, cette maudite porte aussi effrayante par sa surprise qu’invitante par ses mystères. « Qu’est-ce qui a derrière huh ? Je ne vais pas me retrouver gluante ou… Dites le moi mon Roi s’il vous tente de me forcer à me dévêtir, je préfère le faire sans me retrouver ensevelie sous quoi que ce soit d’un liquide qui vous ferait rigoler jusque dans votre tombe ! »


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Léandre RosierLéandre Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2496 Points : 833
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Melody (avatar), Ariane (signature)
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Entre le manoir Rosier en Ecosse et la Roseraie en Angleterre.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Ven 28 Déc - 5:59


20 avril 2001, Pré-au-Lard,

Tu crois que tout se passe bien avec Ombeline ? Il avait acquiescé, très légèrement, Rosier fils. C’était une certitude qu’il pouvait bien avoir. Qu’il pouvait bien déployer modestement pour en rassurer sa compagne. Un haussement d’épaule aurait été bien trop mal interprété avec elle. Mieux valait conforter l’affirmation d’un énième petit sourire caractéristique. A son sens, leur fille ne risquait rien entre les bras de sa sœur. Et puis, de toute façon, Ariane et Siobhan n’étaient jamais très loin non plus.

Ils n’avaient pas à se faire du mauvais sang. Surtout maintenant. Quand ils pouvaient enfin s’offrir un brin de répit dans leur vie à haute voltige. « Promis, ça ira. » A si haute vitesse : car la parentalité était une occupation absolument surprenante et démentielle. Mais aussi épuisante, il ne pouvait pas le nier une seule seconde.

Les quelques rides au coin de ses yeux, autant imputables à l’âge qu’à la fatigue, en témoignaient presque subtilement.

D’un pas lent, difficilement maîtrisé par l’impatience qui glissait dans ses veines quant à la suite, il s’efforça de fermer la marche. Ses yeux ne se privant pas, par ailleurs, de courir le long de la silhouette de son épouse. Tu sais parfaitement- Oh, oui, il le savait infiniment. C’était la raison première de ses amusements. Elle était si prévisible dans ces moments-là (beaucoup moins en d’autres temps, cela dit). Tout ça me semble bien trop amusant dans ta petite tête. « Probablement car c’est effectivement amusant, ma reine. Regarde-toi, tu es exquise dans tes petites frayeurs. »

Franchement, il n’allait pas lui mentir : c’était bel et bien amusant. Toi vas-y si ça t’excite autant. Léandre avait alors rigolé. De cette dégringolade franche et attendrie par le caractère impossible – contradictoire ! – de sa femme. Les réflexions qu’elle se faisait à voix haute étaient aussi intéressantes, même adorables, que les mouvements erratiques qui trahissaient son agitation nouvelle. « Être trop sage est-il mauvais augure pour toi ? Vais-je être damné, encore et toujours, Adra ? »

Vivement, elle s’était retournée contre lui. Évidemment. Sans surprise. La pression exercée contre son souffle accentua le rictus énigmatique qui déformait ses lèvres d’une envie évidente. Seulement, il n’eut pas l’occasion d’en dévoiler davantage. PAR LA BARBE DE MERLIN ! La nymphe plus incorrigible que lui s’était élancée à toute allure vers les coordonnées si docilement léguées. Non sans laisser le temps au sorcier de remettre bien proprement son foulard. Non sans lui donner l’occasion d’en juger la situation avec délectation.

Puis de la rejoindre, restreignant sa propre vélocité pour l’en faire languir encore davantage. « Voyons, Adrasteia. Il n’y a pas de piège ridicule derrière cette porte. Cependant, tu devras sans doute te déshabiller. Et moi aussi. Mais rien qui ne soit pas inhabituel, n’est-ce pas ? Il y a peut-être quelques surprises au-dedans de cette pièce. Sur la table. Sur le lit. Et puis, entre nous, loin de moi l’envie de t’engluer dans une toile géante. Mais je garde l’idée pour une autre fois, le jour où tu seras d’une humeur exécrable. »

D’un geste lent, il posa ses doigts sur le bois de la porte. « Regarde, je ne me retrouve pas gelé par un quelconque maléfice. Tu peux l’ouvrir. Et je gage que tu auras encore plus de questions que de réponses au-dedans. J’ai raison, ma reine ? Dis-toi que c’est une aventure … Amusante. »



Controverses

Spoiler:
 
Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1490 Points : 494
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Mer 9 Jan - 1:46

xxx.
xxx.1 548 mots
Chapitre 5

20 avril 2001
D
’un sourcil droit arqué par facétie, la Slave avait ainsi levé le menton pour mieux en observer les discours d’un époux astucieux avant de glousser à ses paroles. « Bien évidemment ! Comment pourrais-je faire autrement quand tu avoues toi-même jubiler de me voir frémir d’horreur devant tes manigances. Et puis saches Léandre Rosier, que c’est mauvaise augure pour tout le monde de te constater si sage. N’ai-je pas raison ? Mieux vaut prévenir que guérir… Je me demande qui je devrai le plus surveiller entre toi et notre fille… On dit que les enfants silencieux n’annoncent rien de bon, mais qu’est-ce que je vais bien faire de toi ! » avait-elle finalement demandé, levant les yeux au ciel, le laissant toutefois terminer ses explications.

Et ce n’est que lorsque qu’il déposa sa main sur la poigné que la Brune fit mine d’un sursaut, fermant ses paupières avec force en posant brusquement ses mains contre ses oreilles. Comme si le pire était sur le point de se produire, mordant sa lèvre inférieure pour en contenir les éclats de rire qui lui chatouillaient les parois de la gorge. Il allait bien finir par la tuer d’ici la fin du séjour si elle continuait ainsi. Toutefois, n’était-il pas de bonne guerre après lui avoir suggérer de vouloir lui réserver ce traitement gluant pour une journée où son humeur serait cauchemardesque ? « Et bien… »

La sang-pur s’était montré hésitante, encore et toujours, sans doute parce qu’elle refusait de lui accorder victoire sur cette histoire de premier entré, premier servi. Ses lèvres s’étaient finalement ourlées d’un sourire roublard, et sans doute pouvait-il y lire au creux de ses prunelles, une lueur suffisamment éclatante pour l’inquiéter lui-même de sa propre femme. Sans doute avait-il raison, d’ailleurs, Le Rosier de sa dame. Parce que sans crier gare, la Slave s’était subitement suspendue au cou du Roi paradoxe, enroulant ses jambes autours de ses hanches avec une force éloquente quant à sa décision. « D’après le prêtre, tu y va déjà mon pauvre époux. Mais sois rassuré, je compte faire mon possible pour que nous puissions poursuivre ensemble notre amour pour l’éternité, même en enfer. Je crois que s’il te faut absolument te dévêtir, il faudra débuter par ta femme cette fois et non par tes chaussettes. »







Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Léandre RosierLéandre Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2496 Points : 833
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Melody (avatar), Ariane (signature)
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Entre le manoir Rosier en Ecosse et la Roseraie en Angleterre.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Sam 26 Jan - 12:02


20 avril 2001, Pré-au-Lard,

Comment pourrais-je faire autrement-
D’accord. Il ne pouvait pas ne pas sourire encore davantage. Encore plus visiblement. Comme si c’était possible que cet éclat amusé (et excité) ne fasse pas six fois le tour de sa tête tant il en tirait un plaisir viscéralement gratifiant. Troublant. Vivifiant ? Oui, en effet, il jubilait. Son adorable et piquante épouse avait raison sur toute la ligne.

C’est mauvaise augure pour tout le monde de te constater si sage. « Ah, je te déconcerte. Je ne vais pas te mentir maintenant, ce ne serait pas amusant. Au contraire, je crois que de me voir honnête t’inquiète bien plus que de coutume. Alors, oui, ma reine, tu as raison. Je suis bien sage, bien trop pour ne pas s’en effrayer. Cela dit, entre nous, je crois que tu es friande de ces sueurs-là autant que des autres. Voire même plus, non ? » D’un mouvement innocent (INNOCENT ! LUI ?!) de l’épaule, le sorcier avait ponctué sa phrase d’une interrogation résolument cocasse. Qui sous entendait des frissons inavouables à bien des niveaux.

Et bien. Non sans cet éternelle distraction qui luisait au coin des yeux, il attendait la suite. Il se divertissait quant aux réactions de l’indomptable vis-à-vis des réjouissances à venir et de la manière dont ils- Oh. Une esquisse intéressante imprégna les traits de sa compagne. « Mh ? » Aussi vive que l’éclair. Aussi intense que cette soudaine proximité.

Il avait beau la connaître et être capable d’anticiper ses impossibles réactions (du moins, il donnait l’impression que c’était le cas), Léandre ne parvint pas à la retenir. Aussitôt contre lui, son expression se fit plus incertaine. Entre patience douloureusement forcée et taquinerie avérée. D’après le prêtre. Les lèvres brièvement scellées par une moue narquoise – pourquoi devaient-ils encore nommer ce prêtre, là, maintenant, tout de suite ? –  il s’efforça d’écouter la diatribe d’Adrasteia. « Oui, oui, effectivement. Mais maintenant… Nous pourrions … Allez, entrons dans cette chambre. Je suis terrifié à l’idée de ce que tu pourrais me faire contre cette porte au milieu du couloir. »

Ses doigts glissèrent sur la poignée et il l’ouvrit d’un geste beaucoup trop facile. Devant-eux, une chambre propre et rangée s’offrait à leurs yeux. Tout aurait pu être commun et habituel si des valises – déjà ouvertes – épaisses et surannées n’attendaient pas quelques recherches curieuses sur le lit. Et tout aurait pu être même normal si une potion fumante ne trônait pas sagement sur une table au milieu de la pièce, adjointe de deux verres élégants. « Là, là, ma Reine. Regarde. Que vois-tu ? As-tu une idée de l’aventure ? Ah ! Je te corrige immédiatement. Ce n’est pas du poison. Ni une punition. » Sans attendre sa réponse, il l’avait délicatement amenée au milieu de la chambre. S’esquivant brièvement à son étreinte pour refermer la porte derrière eux.

Une fois ceci fait, il appuya cependant son dos contre le bois. Son regard trahissant un mystère taquin et cette fois-ci cruellement impatient. « Ce sera dépaysant. D’une certaine manière. » Et cette distance nouvellement imposée lui permettait surtout de calmer son sang déjà bien échauffé par le contact.

Et tout ce qu’impliquait de pareilles chaleurs.



Controverses

Spoiler:
 
Adrasteia N. RosierAdrasteia N. Rosier
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1490 Points : 494
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   Mer 13 Fév - 11:34

xxx.
xxx.1 548 mots
Chapitre 5

20 avril 2001
E
t elle avait gloussé, la Nymphe aux frasques démesurées, qui s’accrochait à un roi aux craintes soudainement infondées avant même qu’il ne lui empoisonne les idées de plans machiavéliques qu’elle trouvait désormais pas si bêtes que ça… pas bêtes du tout même. « Entre nous, je crois que tu es friand de ces sueurs-là autant que des autres… voir plus… je me trompe mon roi ? » avait-elle minaudé d’un murmure sans doute un peu plus rauque alors qu’elle se prenait bel et bien un grand plaisir à n’en répéter les paroles de son époux. « Ce n’est pas ma faute après tout. J’avoue que j’attendais impatiemment ce moment où tu pourrais enfin porter ta femme sans son énorme ventre de petite pousse… j’attends ça, depuis notre lune de miel mon cher. » avait-elle proclamé d’une voix plus forte cette fois, avant d’en détourner la tête pour observer l’état des lieux et d’en rester muette.

Puis son époux turbulent l’avait discrètement abandonné, poursuivait ses mystères d’une diatribe qui lui en faisait frissonner la peau d’une bien drôle de façon. Et de ses iris lunaires, la Slave se laissait inviter par les objets qui en parsemaient la pièce, dont des uniformes aux couleurs mélancoliques et pourtant si fières qu’elle ne réalisait pas en relever déjà le bout d’un menton souverain. « Alors dites-moi bel amour… pourquoi ai-je l’impression d’avoir une retenue après les cours ? Vous profitez d’une petite orpheline pour en déverser votre colère tyrannique sans devoir en rendre des comptes à des parents quelconque ou bien je me trompe ? » avait-elle murmuré, avançant de quelques pas en direction des valises aux contenus si… singuliers. Et de ses doigts elle en frôlait les objets, pinçant ses lèvres alors qu’elle n’arrivait très certainement pas à n’en dissimuler les couleurs cramoisies qui se peignait sur ses joues. Puis elle s’était raclé la gorge, dans une tentative plus ou moins ratée de reprendre le contrôle sur ses émotions alors qu’un tintement métallique résonnait sous le toucher de son derme. La Slave avait gémi d’une déception visiblement exagérée, roulant ses prunelles vers les cieux avec ce goût pour le drame qu’elle seule pouvait si bien le faire. « Et moi qui croyait que tu avais enfin compris, que si je passe mon temps à te désobéir, c’est parce que je te trouve si délicieux quand tu me punis… » avait-elle pleurniché, avant d’en soulever les menottes dont elle s’amusait – manifestement – à n’en secouer les chaînes pour produire une mélodie qui lui plaisait déjà et d’en tourner la tête vers l’instigateur, un sourcil levé aussi haut que ne l’était ses envies de provocations. « À moins que … tu dis que ce n’est pas une punition pour moi… ne me dis pas que tout ça n’est que pour toi ? Je serais vexée Léandre… ou bien m’offrirais-tu une âme à torturer entre ces-murs ? »

D’un rire mutin, elle avait laissé retomber les menottes sur le lit si parfaitement préparé avant d’aller reprendre son emplacement initial d’un pas félin. « C’est tout toi ça… depuis le premier rendez-vous… tu sais parfaitement que je déteste les surprise et pourtant… tout est toujours si parfait… comment fais-tu exactement, pour aussi bien me connaître sans jamais arriver à me comprendre ? Comment fais-tu exactement, pour être si parfait et pourtant si frustrant à la fois Léandre Rosier ? Comment fais-tu… pour me faire tomber pour toi si facilement que.. ah ! » et d’une voix mielleuse, la Slave avait débuté son manège tortuaire, laissant glisser son manteau au sol à ses pieds tandis qu’elle s’attaquait déjà aux boutons de sa robe. « Elle fait quoi cette potion… mon roi ? »





Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Diablerie inoffensive | Adrasteia   

 
Diablerie inoffensive | Adrasteia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: