There'll never be enough of us [Calinn]

Caleb Ollivanderavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1889-caleb-ollivander-cherry-blossMessages : 266 Points : 61
Pseudo : Magneion
Avatar : Armie Hammer
Crédits : Ectra / Aeariel
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville, en coloc avec Milo
Patronus: Un héron
Informations supplémentaires:
Sujet: There'll never be enough of us [Calinn] | Mar 4 Déc - 15:49


There’ll never be enough of us
Caleb & Finn

« Nothing’s wrong when nothing’s true : I live in a hologram with you. » Buzzcut - Lorde
Le hibou qui était parvenu jusqu’à Caleb l’avait rassuré quant à son attitude face à Finn. Leur dernière rencontre ne s’était globalement pas si mal passée, surtout si on comparait aux autres avant ça… Pour une fois, ils avaient pu discuter, presque normalement. Bon, Finn s’était quand même braqué, mais cette invitation à venir boire un verre chez lui était bon signe. Au moins, Caleb pourrait essayer d’y voir plus clair dans cette histoire.

Mai était commencé depuis quelques jours, assez pour que le soleil ayant fait sa réapparition dans le ciel écossais chauffe un peu qu’une lointaine lampe. Caleb s’était donc simplement habillé d’un pantalon et d’une chemise violet foncé, omettant une veste qui l’aurait rendu peut-être un peu trop sérieux. Le verre qu’il s’était servi avant de prendre la route des Salines devait jouer aussi, il rendait le vent qui soufflait sur la peau du cuisinier agréablement frais.

Il s’était attendu à ce que Finn vive dans un endroit cossu, mais il était tout de même étonné. On pouvait être riche et se contenter de bien moins que ça : l’immeuble dans lequel se trouvait l’appartement du propriétaire de l’Atlantease n’était clairement pas destiné à tous. Un peu gêné, Caleb entra dedans, ne se sentant clairement pas à sa place au milieu de ce luxe épuré. De même quand il arriva sur le palier, devant la porte de l’appartement.

L’hésitation parlait aussi : il se demandait soudainement si tout cela était vraiment une bonne idée, s’il devait vraiment laisser une chance à Finn. Il avait toujours refusé ses avances, jusqu’à ce que ce fut à Finn de rejeter les siennes. Toute leur histoire était absurde, stupide et chaotique. Ce chapitre qui allait s’ouvrir en même temps que cette porte ne ferait pas exception.

—Sa… Salut.

Ok, il devait déjà s’y reprendre à deux fois avant de bêtement dire bonjour à celui qui l’accueillait chez lui, sur une demande expresse lourdement insistante de sa part. Ça promettait. Sa langue ne savait déjà pas quoi faire, et ses mains ne furent pas en reste non plus, la faute au paquet qu’il avait amener avec lui.

—Je savais pas quoi apporter alors…

Il leva son bras et ce qu’il y avait au bout avec un sourire timide : on devinait dans le paquet une grosse boîte en métal.

—… Je suppose que tu aimes les sablés ?

Parce qu’il y en avait un bon paquet, compte tenu de la taille de la boîte.

—Au pire c’est pas grave, je peux toujours nous cuisiner quelque chose, si t’as faim.

Plus il parlait, plus il se trouvait stupide : il n’ignorait pas qu’inconsciemment, il se servait de la cuisine comme échappatoire, une jolie distraction pour ne pas avoir à faire face à ce qu’il allait sûrement se passer entre eux. Ils allaient parler. Inconcevable.
(c) DΛNDELION


Redeemer
Kodoku na kono sekai ha kimi no koe o matte iru
Sonzai o, sono imi o sakebe
Ore ha ima, koko ni iru...
; Redeemer - DEspairsRay - aeairiel.
Finn W. Bowmanavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 1843 Points : 83
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : mon talent immense
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: There'll never be enough of us [Calinn] | Jeu 6 Déc - 3:30
There'll never be enough of us

- Finn W. Bowman — Caleb Ollivander -


The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.” Helen Keller  
Ses doigts s’agitaient sur sa table basse, alors que des milliers de pensées traversaient son esprit chaque seconde qui passait, sans qu’il ne puisse rien faire pour les en empêcher. D’habitude, lorsque son monde devenait trop difficile pour qu’il puisse le supporter, il se réfugiait dans la drogue, s’abandonnant entre deux lignes de coke et se noyant dans le whisky Pur-Feu, mais aujourd’hui, il résistait à la tentation. Qu’est-ce que Caleb avait de si spécial pour qu’il essaye d’affronter ses démons ? Comme il lui avait déjà avoué à demi-mot, il ne le savait pas encore, mais au moins, Finn avait été honnête, pour une fois dans sa vie, assez pour lui dire qu’il avait envie de le découvrir. Cependant, alors qu’il attendait l’arrivée du cuisinier, il se sentait si vulnérable, si perdu, qu’il regrettait le hibou qu’il lui avait envoyé : car comme à son habitude, le jeune homme était mort de peur. Il avait trop souffert dans sa vie et, pour se protéger, il avait appris à partir du principe qu’il ne pourrait jamais rien lui arriver de bénéfique. Sa jambe s’agitait alors qu’il ne pouvait s’empêcher de jeter de rapides coup d’œil vers le bar qui trônait dans son salon, et alors qu’il s’apprêtait à rendre les armes et à aller se servir un verre, il entendit les coups sur sa porte.

Sa respiration se coupa dans sa gorge alors qu’il se levait pour aller ouvrir à l’héritier Ollivander, lissant distraitement sa chemise gris perlé en la remettant convenablement dans son jean serré. Finn se maudissait intérieurement, jurant qu’il s’était bel et bien métamorphosé en adolescente amourachée depuis qu’il avait rencontré Caleb, mais de telles pensées s’évaporèrent alors qu’il rencontra les yeux bleus du géant. Il se contenta de le fixer, alors qu’il le saluait, visiblement gêné, tendant un paquet de taille assez impressionnante.

Il prit la boite par pur réflexe, reliquat de son éducation stricte, et le remercia d’un petit sourire, avant d’enfin se décider à ouvrir la bouche pour lui adresser la parole.

« -Salut. Je… suppose que j’aime, ouais. Je crois que j’en ai plus mangé depuis que j’étais gamin, merci.

Le Bowman l’invita à entrer à l’intérieur avant de refermer la porte derrière lui. La vue devait être impressionnante pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de vivre dans le luxe et l’apparat, mais lui n’avait même pas conscience de l’indécence de son appartement, tant il était normal, pour lui, d’évoluer autour de meubles qui auraient pu rembourser une partie de la dette mondiale, et se contenta de lui désigner le canapé pour qu’il puisse s’y installer.

-De toute façon, je ne me rappelle pas avoir jamais utilisé ma cuisine. Ou alors, j’étais trop défoncé pour m’en souvenir : je crois bien me rappeler qu’une fois, ma femme de ménage m’a demandé si un cambrioleur était venu me piquer des poêles, tant elle était surprise de voir qu’on semblait y avoir posé le pied. Donc t’embêtes pas, va.

C’était inhabituel que Finn parle autant. Il fallait croire que même chez quelqu’un comme lui, la nervosité pouvait faire des ravages, et les mots semblaient sortir de sa bouche en un flot ininterrompu. Quand il s’en aperçut, il se dit encore une fois que cette invitation était une terrible idée. Ses yeux se posèrent sur la silhouette de Caleb. Ou peut-être pas.

-Tu veux boire quelque chose ? demanda-t-il poliment, s’asseyant à sa place alors qu’il levait déjà sa baguette pour emmener à lui une bière, qui survola son bar pour atterrir dans sa main.

Il ne voulait rien consommer de plus fort. Il peinait déjà à stopper les tremblements dans sa main, qui rappelaient sa condition de junky qui n’avait pas consommé depuis bien trop longtemps pour que son corps le laisse tranquille. Lui qui répétait à qui voulait bien l’entendre qu’il arrêtait quand il voulait : les addicts sont capables de se mettre les œillères les plus opaques qu’on puisse imaginer. Finn se renfonça dans le fauteuil, comme pour se donner une contenance, son regard glissant, sans qu’il ne puisse l’en empêcher, sur la stature de l’homme à ses côtés.

-T’es beau. »

Ça lui échappa plus qu’autre chose, bien qu’il le pensait sincèrement. C’était un fait, pas une question ou même un compliment, une simple observation qu’il formulait tout haut. Pour se redonner un semblant de contenance, cependant, il prit une gorgée de sa bière, sans toutefois détourner le regard. Le soleil perçait à travers la grande baie vitrée qui offrait une vue magnifique sur la mer, et faisait se refléter le liquide ambré sur les murs blancs, à travers la bouteille. Cette scène, à l’apparence banale, était si étrange pour Finn, qui n’avait jamais connu ce qu’on pourrait qualifier de "rendez-vous". En était-ce réellement un ? Il ne le savait pas, ne voulait même pas le savoir. Il voulait, pour une fois, débrancher son cerveau et juste profiter de l’instant présent.

Si seulement le destin, exceptionnellement, le laissait tranquille. Qu’il puisse juste se complaire, l’espace d’un instant, dans cette attraction qu’il ressentait envers Caleb, sans que ça ne finisse en drame.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 851 WORDS.



Tame my hunger, Numb my skin
In the crowd alone, and every second passing reminds me I’m not whole. Bright lights and city sounds are ringing like a drone, unknown. Oh, glazed eyes, empty hearts, buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
There'll never be enough of us [Calinn]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: