Chapitre 4 - Cinématique #2 : La Nuit du 1er Mai

Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 199 Points : 18
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Chapitre 4 - Cinématique #2 : La Nuit du 1er Mai | Dim 4 Nov - 22:16
INTRIGUE
La Nuit du 1er Mai: Finale


Le choix du sondage de la scène 4 était le Passé.

La nuit était déjà bien entamée, et la lune pâle veillait sur une Atlantis obscure qui, pourtant, ne dormait pas. Dans presque tous les quartiers, des animaux et autres créatures curieuses ou difformes perturbaient la quiétude de cette première nuit de mai ; comportements étranges, feux de festivité et cris étranglés avaient su effrayer la population de cette ville naissante. Certains berçaient leurs enfants réveillés par les plaintes, tandis que d’autres fixaient les phénomènes à travers leur fenêtre, les bras croisés contre leur poitrine. Ils avaient le coeur qui battait à toute allure, le sang qui frappait contre leur tempe. La peur s’était mariée à la curiosité, et personne n’osait aller se coucher, trop anxieux de manquer un événement exceptionnel.

Mais soudain, les cris cessèrent. Brusquement, unanimement. L’unisson du silence fit même sursauter quelques auditeurs de ce mauvais spectacle offert par la nuit. Il n’y avait plus un son. Tous se regardèrent, confus, mais personne n’osa briser ce mutisme avec des questions sans réponse. Le bruit des respirations saccadées des observateurs était bien tout ce que l’oreille pouvait distinguer pour plusieurs secondes. Les animaux, figés, ne lâchaient plus un râle. Tout était calme. Presque normal.

Mais voilà qu’à nouveau, de quartier en quartier, ils se coordonnèrent à nouveau à la perfection : dans un mouvement rapide mais d’une fluidité presque gracieuse, les créatures levèrent la tête vers le ciel et fixèrent la lune qui éclairait leurs corps. Toujours, ils ne faisaient pas un son. Ils ne communiquaient pas. Et pourtant, ils se comprenaient. Ils savaient. La suite était claire, toute tracée. Les actions à venir n’avaient pas changées. Ils savaient.

Tous baissèrent la tête, se secouèrent légèrement et se dispersèrent à travers la ville. Les chiens rejoignaient leur maître, tandis que les rats retrouvaient les égouts et les chevaux, leur pré. Chacun retournait à sa fonction, comme si toute cette nuit n’avait été qu’un étrange songe partagé par l’entièreté de la ville. Les spectateurs observaient les créatures revenir à leur poste habituel, mais perdirent de vue ces effrayants hybrides qui leur avaient glacé le sang. Et lorsque la quiétude regagna Atlantis, ils décidèrent d’aller se coucher, épuisés. Sur eux, la lune veillait. Encore, toujours.

Le lendemain, les esprits engourdis des habitants chercha à reconstituer les scènes de la veille, en espérant presque que toute cette nuit n’ait été qu’un rêve déroutant. Mais rien n’avait été illusion, aussi rassurant cela serait-il. Cette nuit grotesque, elle s’était bien passée. Tout était réel.

Dans une habitation des faubourgs, une mère fatiguée noua son peignoire et, en baillant, attrapa le thermomètre qui reposait sur sa table de chevet. Exténuée de cette nuit d’horreur ponctuée des quintes de toux de son fils, elle gagna la chambre de son enfant en traînant des pieds. Le petit, brûlant de fièvre depuis plus de trois jours, n’arrivait toujours pas à se mettre sur pieds, ne serait-ce que pour gagner la salle de bain. Alors quelle ne fut pas la surprise de sa mère lorsqu’elle le trouva debout, agrippé à sa fenêtre, à sautiller comme une puce excitée.

« Regarde, maman ! L’arbre a des feuilles ! C’est beau, les feuilles ! » Sa pauvre mère, perplexe, s’approcha du petit et posa une main sur son front avant de lui coincer le thermomètre sous la langue. C’est à se moment qu’elle daigna lever les yeux, et elle figea devant la vision que lui offrait sa cour : son sycomore, la veille au soir en bourgeons, avait déployé l’entièreté de son royal feuillage. Dans le coin du terrain, près de la clôture, ses tulipes avaient éclos et ses légumes, nouvellement plantés, commençaient déjà à montrer leurs premières pousses. Absorbée par cette vision, elle n’entendit pas tout de suite le son strident du thermomètre, mais baissa finalement les yeux vers l’objet. 37.1 degrés. Son teint livide avait disparu, remplacé par un joli rose qui teintait ses joues. Sa respiration, quant à elle, semblait à nouveau normale. Le soulagement la fit presque tomber au sol, mais elle se ressaisit et attrapa son fils avec enthousiasme. Ensemble, le sourire aux lèvres, ils observèrent ce printemps miraculeusement précoce et pointèrent ce qu’ils remarquèrent de différent : la pelouse, la givre disparue, l’arbre et ses feuilles, les fleurs épanouies, le soleil brillant… Il n’y avait que leur vieux molosse qui n’avait pas changé.

Confortablement à l’ombre sous l’arbre qui lui offrait sa protection, il observait les voisins s’exclamer devant ce nouveau paysage. Il entendait les cris de joie, les marques de surprise, mais ne bronchait pas. À quoi bon s’exciter autant ? Il n’y avait pas de raison : rien n’était différent de la dernière fois.

HRP

Ce cours event était une cinématique ; sa durée dans le temps était limitée, vous n'aviez donc pas la possibilité d'y répondre directement. Vous aviez néanmoins la possibilité d'influer sur son déroulement en participant au sondage en début de post.
Cette scène étant la dernière, aucun vote n’est donc offert à vous. Cette finale conclut l’événement qui, nous le rappelons, s’est déroulé la nuit du 1er au 2 mai. Vos personnages sont donc libres d’avoir été témoin ou non de certaines scènes, ou d’en avoir entendu parler.

Nous vous remercions d’avoir participé aux votes des différentes scènes et d’avoir développé vos hypothèses. C’était très intéressant Huhu
Le Quartier Général des joueurs reste ouvert. Il vous est donc toujours possible d’échanger vos idées entre vous. Pour ceux qui auraient malencontreusement raté une scène, le récapitulatif se trouve juste ici !

À nouveau, nous vous remercions chaudement de l’enthousiasme dont vous avez fait preuve ! N’hésitez pas à nous fournir vos questions ou commentaires ; il nous est toujours agréable de recevoir vos avis suite à un event Lexie
Chapitre 4 - Cinématique #2 : La Nuit du 1er Mai
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faire une cinématique
» Truk ork volé par la Garde. Aveu d'une trahison
» ♦La Fin♦ (SPOILER)
» Prise de force
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: