Le temps des malentendus - Matthew et Irvin

Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Le temps des malentendus - Matthew et Irvin | Mer 31 Oct 2018 - 7:34
25 mars 2001

Même en plein avril, en Ecosse, la bibliothèque de l'UPA brille de mille feux, ouverte au soleil qui se réfléchit sur la mer. J'adore cet endroit, son odeur de papier et d'encre, l'ambiance studieuse et la perspective d'heures de travail à venir. Matilda, Matthew et moi l'avons tant investi depuis janvier que l'endroit a acquis une place spéciale dans mon esprit. Auparavant, j'allais y travailler seul ou avec quelques personnes, toujours dans une ambiance de sérieux presque austère, avec les devoirs en cours pour seules pensées. Grâce à ma soeur et à notre ami commun, j'ai retrouvé l'effervescence de Poudlard, l'ambiance de travail créative et sérieuse à la fois, la vraie complicité dans l'apprentissage. Il faut croire que nos caractères s'arrangent bien : le sérieux décomplexé et curieux de ma soeur, l'humour de Matthew et ma propre exigence scolaire qui ramène parfois ces deux jeunots au travail (j'aime les appeler comme ça, rien que pour le regard furieux de ma soeur). Et pourtant, avec nos trois cursus différents, l'idée de réviser ensemble m'a d'abord paru un peu étrange, surtout peu judicieuse. Mais nos séances ont rapidement gagné un intérêt imprévu, et c'est Matilda qui l'a repéré en premier : Matthew semble aussi nonchalant dans ses études que dans son apprentissage de ninja/cambrioleur. Cette insouciance m'a beaucoup agacé avant que j'en comprenne le pourquoi, grâce aux explications du principal concerné. Alors Matilda et moi tentons de le motiver, de l'encourager, de l'aider à s'imaginer un avenir malgré sa maladie qui plane, comme un couperet, au-dessus de chaque futur possible. Tout peut s'arrêter, tous les 6 mois, sans sommation ; difficile de se projeter dans ces conditions, mais cela ne veut pas dire qu'il doit tout laisser tomber, non ? J'ai appris à l'apprécier, celui que j'appelle encore "mon cambrioleur" pour l'embêter. Malgré nos premières impressions désastreuses., nous sommes même bons potes maintenant, qui l'eut crû ? Ma soeur n'y est pas pour rien, je la soupçonne même d'avoir voulu nous rapprocher pour me décoincer un peu, selon son expression. Le Français nous a même déjà emmené voir son cheval, mais j'ai laissé ma soeur le monter sans moi - je crains trop le vertige qui pourrait me saisir là-haut.

Ces deux-là me rappellent à mon statut d'étudiant, contraste avec l'autre partie de ma vie qui m'épuise autant qu'elle me plaît. Qu'on se le dise, élever un bébé est beaucoup plus épuisant que tout ce qu'on dit aux futurs parents, et le temps où je pouvais dormir une nuit entière me semble remonter à des années. Pour Rosie, évidemment tout va bien : elle rit et joue avec son mobile et ses peluches pendant des heures, mange et dort le reste du temps, et le challenge de ses journées consiste à attraper mon nez quand je la change ou la queue du chat à chaque fois qu'il passe devant elle ; en partant pour l'université, je l'ai laissée en pleine exploration de ses doigts devant un Monsieur Sulu un peu perplexe. On a des plaisirs simples à cet âge là. Elle gazouille aussi, beaucoup selon Torvi, et ne pas l'entendre me pince le coeur. De façon très prévisible, mom et mummy sont devenues des mamies gâteaux et gardent le bébé à Flagley dès que l'occasion se présente (Torvi et moi n'allons pas râler à ce sujet, cela nous permet au moins de dormir un peu). Dans une semaine, elle ira à la crèche de l'UPA et j'appréhende ce changement : elle est encore si petite, si attachée à notre présence quotidienne, mais Torvi et moi n'avons pas le choix si nous voulons travailler.

Je soupire pour chasser ces pensées et parcourt la bibliothèque à la recherche d'une table libre. Matilda ne nous rejoindra pas, trop occupée à gérer sa nouvelle association comme cela arrive de plus en plus souvent. Je ne suis qu'à moitié déçu, j'apprécie de plus en plus de retrouver Matthew, plus calme seul qu'en présence de ma soeur qui excite son côté extraverti, plus sympathique ; plus authentique, aussi, comme s'il laissait progressivement tomber un masque. Il va ramener ses cours de biologie, que j'aurais tant aimé suivre si mon temps n'était pas si pris par Rosie.

Je suis en avance, comme toujours, et pas de trace du Français pour l'instant. Je trouve une table un peu isolée et me laisse tomber sur la chaise en bâillant largement. L'horloge accroche mon regard : 10 minutes avant l'heure prévue du rendez-vous. Cela vaut bien une petite sieste. J'enlève l'implant d'une oreille pour ne pas être gêné, pose ma tête dans mes bras et plonge aussitôt dans le sommeil.



Le temps des malentendus - Matthew et Irvin
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: