Ce qu'on ne ferait pas, pour nos enfants ! ft. Shawn Faraday

Jonathan Rowleavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-esMessages : 769 Points : 25
Pseudo : Flow
Avatar : David Tennant
Crédits : signature : Schyzophrenia (bazzart) avatar : white rabbit
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Un python royal
Informations supplémentaires:
Sujet: Ce qu'on ne ferait pas, pour nos enfants ! ft. Shawn Faraday | Dim 14 Oct - 3:15

Ce qu'on ne ferait pas, pour nos enfants !

- Jonathan Rowle - Shawn Faraday -


"May God bless and keep you always, may your wishes all come true, may you always do for others, and let others do for you. May you build a ladder to the stars, and climb on every rung, may you stay forever young." Forever Young - Bob Dylan
Le soleil de cette matinée d’Avril se reflétait dans les cailloux blancs des pavés. Quelques joggers me dépassaient, et je pouvais parfois entendre la musique de leurs Ipods alors qu’ils me dépassaient, m’emplissant de notes diverses qui se mélangeaient dans une symphonie discordante. Annie, elle, courait devant moi, enthousiaste à l’idée de cette journée qui allait être, elle le savait, exceptionnelle : je n’en étais pas si sûr.

Les luxueux appartements des Salines se dressaient, droits dans le ciel bleu, indécents dans leur modernité, et je me sentais déjà décalé, alors même que nous n’avions pas encore posé un pied à l’intérieur. Certes, j’avais grandi dans un milieu où l’argent coulait à flot, mais la richesse des Sang-Purs était bien différente de celle qui s’étalait devant moi. Elle était ancienne, impalpable, elle était dans des tableaux et des propriétés millénaires, elle se passait de main en main comme un droit inaliénable. Ici, ça sentait le nouveau riche, la décadence, la démonstration : il fallait montrer qu’on avait réussi.

Et ce n’était pas que je pensais mon collègue prétentieux. Je ne le connaissais pas assez pour penser ainsi, et je n’étais pas du genre à émettre des jugements prompts sur les gens : mais il fallait bien avouer que tout ce que je savais à son propos, ne me donnait pas vraiment envie de le connaître. Il ne faut pas écouter les bruits de couloir, je le sais bien. Merlin, ceux à mon sujet devaient me présenter comme étant un chien de garde du Ministère, un traitre à son sang austère et sévère, qui ne faisait aucune concession dans son travail comme dans sa vie personnelle, et si c’était plus ou moins vrai, je savais qu’ils ne me représentaient aucunement. Et pourtant, les préjugés ont la vie dure. On le dépeignait comme étant un homme sympathique, certes, mais qui n’hésitait pas à critiquer la politique de Kingsley derrière les portes closes, voire même, à dénoncer cette mixité qui était, pour moi, l’une des plus belles réussites de la ville d’Atlantis.

Mais outre le personnage, je n’étais pas particulièrement emballé à l’idée de passer toute une matinée dans l’appartement d’un homme que je connaissais peu, à surveiller des enfants bien trop intelligents pour leur propre bien. J’étais trop vieux pour ça, trop fatigué. Mais j’avais voulu faire plaisir à ma nièce, et maintenant, je m’en mordais les doigts.

Annie m’attendait devant la porte de l’immeuble, en me criant de me dépêcher, et je la rejoignis en grommelant, avant de sonner à l’interphone prévu à cet effet. Lorsque nous montâmes jusqu’à la demeure des Faraday, dans l’ascenseur, je prévins Annie, encore une fois, que nous n’allions pas rester trop longtemps.

« -T’inquiète pas tonton, je sais. Mais tu vas voir, Quin’ est trop cool ! En plus, tu sais qu’il va aller à Poudlard l’année prochaine ? J’aimerai bien être comme lui.

-Tu as encore quelques années à patienter, crevette. Ne sois pas trop pressé de grandir, tu verras, plus tard, tu regretteras ce temps.

Elle haussa les épaules, bien sûr. Il est impensable pour un marmot, qui ne saisit pas l’inexorable passage des années de la même manière que les adultes, de croire qu’un jour, on en viendrait à vouloir retrouver sa condition d’enfant. J’esquissais un petit sourire, passant mes doigts dans ses cheveux blonds qui cascadaient sur ses épaules. Annie, si tu savais.

Finalement, nous finirent par arriver jusqu’à la porte des Faraday, et je frappais à la porte en essayant de masquer le fait que j’aurais voulu être confortablement installé dans mon fauteuil en train de lire un livre, plutôt qu’ici. Lorsque le battant s’ouvrit, je fis de mon mieux pour délivrer un sourire de circonstance.

-Bonjour, Dr Faraday. A moins que vous ne préfériez professeur ? Je vous avoue que je n’ai jamais réellement appris la manière correcte de m’adresser à un membre du corps médical, travaillant également à l’université.

Je tendis la main pour serrer la sienne, formel, comme à mon habitude, mais pour ma défense, il est difficile de tirer un trait sur des années d’éducation stricte de l’étiquette avec ma Sang-Pure de famille et mes innombrables professeurs particuliers. Ma nièce, un peu timide, restait tout contre ma jambe en observant la silhouette imposante de l’homme en face de moi. Lorsque l’ombre d’un jeune garçon se présenta derrière son père, cependant, son visage s’éclaircit.

-Quinlaaaan ! » s’écria-t-elle en se précipitant vers lui, excitée comme une puce.

Elle commença à lui parler, bien trop vite, d’un sujet qui m’échappa instantanément, tant les mots qu’ils employaient m’étaient inconnus (que diable pouvait bien être un Pikachu ?!), et je restais à regarder dans le blanc des yeux mon collègue, un peu mal à l’aise. Je n’étais pas quelqu’un de très sociable – un doux euphémisme, et je ne savais pas vraiment quelles étaient les règle à suivre dans ce genre de situation. Je restais donc là, les bras ballants, attendant que le médicomage ne prenne une initiative.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 827 WORDS.



there's no peace in quiet
Just footsteps on the stairs, Whispers in the silence Remind me you're not there.
Ce qu'on ne ferait pas, pour nos enfants ! ft. Shawn Faraday
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle école pour quelle société ?
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» Un peu d'historie pour un alcoolique (VS Shawn Michaels)
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: