Bienvenue sur Catharsis,
A Tale of Muggles and Wizards
Constellations ON/OFF
Catharsis
A Tale of Muggles and Wizards

Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Naturelle :: Serres
 

 Healing isn't always the right answer

Aller en bas 
AuteurMessage
Ella KvelgenElla Kvelgen
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 377 Points : 410
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart - Astra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Healing isn't always the right answer   Dim 7 Oct - 17:01

Par les poils d’oreilles de d’Odin, que c’était fatiguant ce foutu métier. Il avait beau faire plus ou moins frais dans les serres, rempoter des mandragores ça faisait transpirer. Quelle que soit la saison. Elle essuya laborieusement son front suintant de sueur et renifla en réajustant ses caches-oreilles. C’était cette foutue fourrure épaisse qui lui tenait chaud comme ça, en fait. Et ces plantes hurlantes pesaient une tonne et demie. Pourquoi elle faisait ce métier, déjà ? Ah oui, pour avoir un toit au-dessus de la tête et pouvoir bouffer. Merde, elle devrait faire comme l’autre débile d’Arno et vivre éternellement aux crochets de ses parents. Mouais… Sauf que se vautrer dans les thunes faciles et l’inconséquence, c’était pas trop son délire quand même. Penser à son profiteur de frère contribua à son agacement, ainsi qu’à la hausse de sa température corporelle. Point positif ; elle pioncerait bien ce soir hein.

Quand Ella remonta ses manches pour dégager ses avants-bras, elle regretta. Ou plutôt, elle fut surprise. La peau de son bras gauche, calcinée, se découpant en sillons plus clairs lui faisait toujours un drôle d’effet. Pourtant Kvelgen, ça faisait depuis cet hiver que c’était comme ça, d’aucun penseraient que t’as eu le temps de t’habituer. On pourrait le croire ; mais vous seriez bien naïfs, lecteurs. C’était le deuxième traumatisme corporel qu’elle subissait en l’espace d’un an, à peine, si on regardait bien. C’était quand même pas rien, niveau psychologique. Fallait le temps d’encaisser, d’assumer. Contempler son enveloppe originelle à ce point déformée, c’était pas donné à tout le monde. Et qui pouvait se targuer de le supporter si facilement ? En tout cas, celui-là était le plus gros mytho du monde.

Et elle en avait essayé, des onguents, des cataplasmes et autres remèdes de grands-mères. Moldus ou magiques, d’ailleurs. Mais rien à faire ; son bras demeurait l’étonnant symbole de son incompétence. C’était un peu abusé, comme terme. Faut le comprendre à un autre degré ; se dire que si elle avait su gérer mieux la situation avec cet étudiant Russe, jamais elle se serait tartiné trois cent recettes différentes sur la peau. Sa nature avait pris le dessus, et le résultat était parlant, significatif. La colère, la rage, l’impulsivité ; tout ça résultait en d’éternelles cicatrices. Du coup, pour trouver des réponses, elle avait décidé d’aller voir Sinéad. Elle, elle saurait. Juste après le travail, elle se pointa direct.

« - Salut Sin. J’te dérange pas ? Elle attendit que la druidesse l’invite à approcher. Tu sais, j’t’avais écrit y a un moment, et j’t’avais parlé de ce qu’il s’était passé en décembre… Doucement, elle roula sa manche pour dévoiler son avant-bras marqué. Voilà. J’ai testé plein de trucs, ça change rien. »


warden
I'm both the tree and the lightening that strikes it.
Sinéad KingSinéad King
Professeur
Professeur
http://www.catharsis-rpg.com/t1861-sinead-king-ubi-libertas-ibi-Messages : 61 Points : 152
Pseudo : Lau
Avatar : Eleanor Tomlinson
Crédits : une gentille personne de Bazzart
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   Lun 12 Nov - 9:07

A l’UPA, cachée dans mes serres, je m’affaire afin de garder les plantes de mes serres en bonne santé. Elles ne sont pas aussi vigoureuses ici que dans mon jardin, cette sphère de vie si douce et si hors du temps. Il m’arrive parfois de ramener des plantes provenant directement de ce petit havre de paix que je me suis construit afin de les montrer à ms étudiants, leur permettant ainsi d’étudier des plantes tropicales qu’ils ne verraient jamais à Manadh, leur apprendre leurs propriétés et la bonne manière de les cultiver.

Aujourd’hui, j’entretiens les plantes de la serre principale, on y trouve du thym et des autres plantes non magiques mais aussi des plantes magiques et je continue encore et toujours à me battre avec les géraniums mordants et à cultiver les petits pieds de mandragore qu’il faudra très bientôt rempoter. N’appréciant pas tout à fait cette activité, j’en donnerai très certainement la mission à mes premières années ! Nul doute qu’ils apprécieront. La mandragore est une plante que j’étudie avec eux pour l’heure, alors cela tombe magnifiquement bien ! Il faut dire que même si la cultiver n’est pas un jeu d’enfant, la mandragore a de nombreuses vertus, car elle est sédative, ant-inflammatoire et anti-spasmodique. Je l’ai aussi prescrite à des couples en mal d’enfants pour ses propriétés fertilisantes et aphrodisiaques.

Après avoir fini, je me rends dans mon bureau qui se trouve dans la serre attenante car j’ai une tonne de copies à corriger. J’essaie toujours d’être la plus juste possible et mes élèves n’ont pas pour habitude de me rendre des devoirs remplis d’absurdités donc je ne passe que peu de temps à cette tache qui n’est absolument pas celle que je préfère dans l’enseignement. Je commence à lire la première copie et force est de constater que j’ai dû leur donner un travail plus ardu que je ne le pensais car les écritures sont tremblotantes et les idées les plus farfelues peuplent les lignes. Qui eut cru que l’essence de dictame laisse autant mes élèves dans l’embarras ? Je rature donc quelques mots, entreprend de corriger le plus précisément possible. Bien heureusement, le reste des copies est plutôt bon et mon occupation m’absorbe totalement.

Tant et si bien que quand Ella vient à faire irruption dans la serre, je renverse l’encrier sur la copie que je suis en train de lire. Le papier se tâche de rouge et je lance un sort de récurvite avant qu’elle ne teinte complètement le texte de mon étudiant.

- Ella ! Quelle surprise ! Non tu ne me déranges pas, j’ai bien besoin d’une pause !

La sorcière approche alors de moi et je fais un tas avec mes copies sur un coin du bureau, contente de remettre cette tache assommante à plus tard.

- Un thé ? propose-je.

J’écoute ensuite ce qu’a à me dire la fille de la meilleure amie de ma mère, faisant d’elle une presque-cousine pour moi. Interloquée, je la vois remonter sa manche afin de me montrer les cicatrices dont elle m’avait parlé dans sa lettre. Apparemment, sa condition ne s’est pas améliorée. Cela ne m’étonne pas beaucoup que divers remèdes n’aient pas arrangé la situation, s’il s’agit d’élémentarisme comme je le présage, rien, si ce n’est un apprentissage en règle, ne saura remédier à cela.

Je regarde le bras d’Ella sous toutes les coutures, tournant et retournant le poignet pour mieux étudier la multitude de petits éclairs qui remontent sur sa peau. L’éléctromancie est une bien impétueuse magie qui a tendance à posséder les êtres qui lui ressemblent et à se manifester assez brusquement dans leur vie. J’ai eu la chance de rencontrer un électro-mage à Cuzco, il était très puissant et possédait de telles marques sur les poignets et les chevilles.

- Pour moi, il y a très peu de doute, ces cicatrices ressemblent en tous points à celles qu’avait un éléctro-mage de ma connaissance il y a quelques années.
Ella KvelgenElla Kvelgen
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 377 Points : 410
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart - Astra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   Sam 19 Jan - 21:21

La blonde se laissa examiner par Sinéad. Quelque part, ça lui provoquait une sorte d’angoisse indescriptible. Comme si elle s’attendait à ce que le couperet tombe, que le diagnostic soit bien différent de ce qu’elle avait déjà prévu. Enfin, à une vache près, hein. Elle s’était pas beaucoup renseignée non plus, allez savoir. C’était pas que ça l’intéressait pas ; c’était mieux de savoir que de s’en foutre éperdument. Son corps avait été malmené plusieurs fois, jusqu’à en céder une partie au Destin même. Et ça recommençait encore, avec ces cicatrices cheloues qui luisaient sur son bras. Et putain, elle savait vraiment pas comment gérer ça. Puis la réponse fut sans appel : électromancie. Jamais entendu parler.

« - De quoi ? Elle arqua un sourcil. Comment ça, électromancien ? D’une façon un peu brusque, elle retira son bras des mains de la rouquine pour le recouvrir aussitôt. La honte de l’inconnu. Avec lenteur, elle se laissa tomber sur la chaise la plus proche, regard vague, avant de se tourner vers la druidesse. Mais p’tain qu’est-ce-que c’est que ça, Sin ? Comment j’vais faire ? »

La dernière question était à peine audible. C’était plus pour elle que pour avoir une vraie réponse. C’était la merde ; encore de quoi la tenir éveillée pendant plusieurs nuits. Ça promettait rien d’aguichant, et faudrait pas que Charlotte vienne lui poser des questions. Electromancie. Ça voulait rien dire et ça faisait aucun sens. Pourquoi ça lui tombait dessus ? Si le destin pouvait se détendre un peu, elle serait reconnaissante. Tellement reconnaissante qu’elle pourrait même faire un geste, tiens. Du genre s’investir pour les autres, rendre la bonté du karma gratuitement… Vous voyez le délire. Mais ça, visiblement, la vie, le destin, le fatum – comme vous voulez – s’en contrebalançait sévère.

« - Sérieux Sin, faut que tu m’expliques. »

Instinctivement, elle sortit une clope de son paquet froissé et la porta à ses lèvres. Mais sans l’allumer ; son esprit voguait dans des eaux troubles qui paraissaient trop opaques pour l’instant. Elle espérait bien que Sinéad avait des conseils, des réponses – même des bouquins à lire sur le sujet, elle s’en foutait. N’importe quoi, pourvu que ça lui facilite la vie. Si c’était le genre de truc ingérable qui lui pétait à la gueule chaque fois qu’elle y pensait, c’était mal barré. Et Merlin, elle pesait ses mots. Nerveuse, Ella enleva la cigarette de sa bouche et la garda entre son index et son majeur. D’ailleurs, elle pouvait même pas fumer ici. Mais c’était vraiment pas la question. Juste ce genre de réflexe absurde qui devient une bouée quand on frôle la noyade.


warden
I'm both the tree and the lightening that strikes it.
Sinéad KingSinéad King
Professeur
Professeur
http://www.catharsis-rpg.com/t1861-sinead-king-ubi-libertas-ibi-Messages : 61 Points : 152
Pseudo : Lau
Avatar : Eleanor Tomlinson
Crédits : une gentille personne de Bazzart
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   Mar 29 Jan - 23:46

C’est la professeure Chourave qui m’a parlé la première de la magie de la Terre, comme elle l’appelait. Elle disait que mes capacités en botanique relevaient du don et que je devais l’exploiter à tout prix. Pour moi, cela n’avait pas beaucoup de sens : ce qui comptait le plus à mes yeux : c’était d’être tranquille dans mon jardin, de cultiver mes plantes et de les utiliser pour aider les gens qui croiseraient mon chemin. Je pensais déjà à partir sur les routes, apprendre par-ci par-là, pour finalement trouver un endroit où faire ma vie : Slieve Aughty ou ailleurs. Mais même si je ne pensais pas tellement à ce que m’avait raconté la directrice de ma maison à propos de l’élémentarisme, je ne pouvais pas nier ressentir quelque chose. Un appel. Je ne pouvais nier les signes de ma liaison toute particulière avec la Terre : les fleurs qui éclosaient spontanément autour de moi quand je m’asseyais dans l’herbe, cette légère impression de sentir le sol trembler lorsque j’étais un tant soit peu énervée… Mais tout ça restait normal pour moi, de plus, je ne m’énervais que très peu, quel mal pouvaient faire quelque marguerites née quelques semaines avant leur terme ? En novembre c’était un peu plus tôt que leur période tout de même. Ou bien plus tard.
Le fait est que je suis partie en Finlande, ait appris mon art et en suis bien heureuse aujourd’hui, d’autant plus d’après ce que j’ai sous les yeux. L’électromancie a l’air bien moins enviable que la géomancie….

J’essaie tant bien que mal de ne pas effrayer Ella, mais c’est peine perdue. Son caractère colle tout à fait dans le tableau de la magie de l’électricité, presque en tous points semblable avec mon ami péruvien… J’aurais dû m’en douter. Je m’assois face à elle et lui met une tasse de thé dans les mains, cherchant à l’apaiser. Un bon sencha japonais apaise tout, non ? Et puis cela empêchera certainement la jeune sorcière de fumer.

- Les bébés mandragores n’aiment pas trop ça si ça ne te dérange pas, dis-je en pointant sa cigarette. Après ça les fait crier alors qu’ils sont en terre, c’est insupportable… Ils renversent eux-mêmes leurs pots en s’agitant, c’est…

Je ne vais pas plus loin dans mes explications, s’il y a bien une seule chose que j’exècre, c’est de devoir rempoter des mandragores de façon inopinée. Je résiste de mieux en mieux à l’effet de leurs cris – je peux les sortir de terre sans devoir me couvrir systématiquement les oreilles – mais cela me laisse tout de même nauséeuse…

- Je t’explique. L’électromancie, c’est une sorte de don, une sorte de… propriété d’un sorcier qui se manifeste à un certain moment de leur vie chez des sorciers qui ont une affinité avec cet élément. Comme la géomancie pour moi !

Je bois une petite gorgé de sencha.

- On ne compte pas que quatre éléments pour les élémentarismes des sorciers, il y a l’eau, le feu, l’air, la terre, classiquement, mais aussi l’électricité, l’esprit, la gravité et d’autres encore ! Tout ça se manifeste de manière très surprenante chez des sorciers qui deviendront élémentaristes. Mais pour vivre en paix avec son élément, il faut le maîtriser.

Je marque une pause pour réfléchir à la suite de mon explication et laisser à Ella le temps d’intégrer ce que je lui raconte.

- Je suis allée apprendre ça en Finlande, tu sais, chez des autres druides ! C’était très intéressant, je leur dois beaucoup. Tout passe par des méthodes de relaxation, de méditation et des entraînements. J’avais comparé mon apprentissage avec celui de Gabriel et même si on a pas le même élémentarisme, c’était assez semblable.

Je ne sais quoi proposer de plus à Ella, bien entendu, je pourrais lui apprendre comme j’ai appris à Jùan par le passé. Mais je ne maîtrise pas l’électricité, la terre est capricieuse, mais plus docile, moins emportée…


I will love you 'til the end of time
I would wait a million years. Promise you'll remember that you're mine, Baby can you see through the tears ?Blue Jeans.
Ella KvelgenElla Kvelgen
Sorcier
Sorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 377 Points : 410
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart - Astra
Plus d'informations
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations diverses:
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   Sam 9 Fév - 19:16

« - Mh ? Ah ! – oui, merde, désolée… J’voudrais pas t’infliger un tel supplice, c’pas drôle les cris de Mandragore. » fit-elle en rangeant nerveusement sa cigarette. Le masque de l’humour pour mieux fuir l’angoisse. Elle ponctua ses excuses mécaniques d’un sourire tendu. Comme si donner le change allait arranger les choses ; si tu pouvais pas être vraie avec ta famille, tu pourrais l’être avec personne. En rangeant son paquet, elle poussa un soupir lourd de tous ses doutes et appréhensions. Y avait pas besoin de mots, c’était assez parlant. Malgré tout, son cœur fut pas plus léger. Ca lui restait en travers, comme si ça aurait pu être aussi simple que ça à comprendre et à digérer. Je me répète mais, ça faisait environ six mois que c’était passé. Six putain de longs mois, et c’était que maintenant que ça la faisait réagir. Chacun son rythme, vous voyez.

Dès que sa cousine posa la tasse de thé, elle s’en empara comme si c’était la solution à ses problèmes. Du moins, ça avait le loisir de lui occuper les mains et l’esprit. Comme ça, elle penserait pas à enfumer les serres avec l’odeur du tabac. Se concentrer sur l’odeur de l’infusion ; les effluves chaudes du breuvage envahirent ses narines pour matérialiser brièvement une image lointaine d’estampe japonaise. L’illusion s’effaça bien vite, parce qu’on n’était pas là pour ça. On était là pour regarder la saloperie de vérité bien en face, justement. En sirotant son thé, Ella écouta religieusement Sinéad lui expliquer son parcours, les dons élémentaires… Si elle avait été moitié moins attentive à Poudlard, elle aurait sans doute eu de meilleures notes. Et toc, un petit tacle dans les gencives, gratuit.

« - Mais Sin, ses sourcils se froncèrent et elle lui jeta un regard désespéré, j’connais personne qui peut m’aider moi. J’connais pas de… Quoi, déjà ? Electromagicien ? Ouais – bah j’en connais pas. La blonde marqua une pause pour boire une bruyante gorgée. Et elle faillit s’étouffer en mettant le doigt sur ce qui ressemblait à une bonne idée. Mais et toi, Sin, t’en connais pas, de mec qui fait de l’électricité ? »

Elle avait balancé ça sans vraiment réfléchir. Comme si les sorciers affublés d’un tel don se connaissaient tous et entretenaient leur petit réseau privé et protégé de tous. Quoique, elle en savait rien, finalement. Etait-ce si improbable ? En tout cas, ça paraissait beaucoup moins débile que de passer le reste de sa vie à se demander si elle allait s’électrocuter en prenant une douche. Cette connerie de don avait foutu le bordel dans sa vie et il était hors de question qu’elle se laisse déborder. Pas cette fois.


warden
I'm both the tree and the lightening that strikes it.
Sinéad KingSinéad King
Professeur
Professeur
http://www.catharsis-rpg.com/t1861-sinead-king-ubi-libertas-ibi-Messages : 61 Points : 152
Pseudo : Lau
Avatar : Eleanor Tomlinson
Crédits : une gentille personne de Bazzart
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   Mar 12 Fév - 22:17

Je connais bien Ella, nos famille sont liées par l’amitié qu’entretiennent les Kvelgen et les King depuis des années et des années. J’ai passé de nombreuses vacances dans leur demeure et ils sont également venus nous rendre visite à Slieve Aughty pour certains. Le fait est que je ne peux pas nier que l’électromancie colle absolument avec l’image que je me fais de ma cousine, l’intrépide Ella… Je dois aussi avouer que je l’ai très rarement vue aussi nerveuse qu’aujourd’hui, ennuyée au possible par cette histoire d’électricité qui a décidé de semer la zizanie dans sa vie… Elle se cache encore plus qu’à l’accoutumée derrière un humour de convenance mais je ne suis pas dupe, pas Poufsoufle pour rien, j’ai appris à comprendre les personnes qui m’entourent et à déchiffrer leurs expressions. Cela dit, ce n’est pas pour cela que je viens leur révéler ce que je comprends d’eux, il faut parfois laisser les gens croire qu’ils renvoient l’image d’eux-mêmes qu’ils imaginent !

La jeune sorcière écoute mes explications sur l’élémentarisme, l’air de plus en plus décontenancée. Bien entendu, elle ne connait personne pour l’aider, alors que moi j’avais eu Tannja et les autres mages de la communauté du Lac Junttiselkä. Certes, je connaissais bien quelqu’un qui pourrait aider Ella, mais c’était un sorcier de passage que j’avais rencontré de manière absolument fortuite à Cuzco… Je souris gentiment quand je l’entends prendre possession du terme d’électromancien avec maladresse, elle a encore tant à apprendre en effet et je ne pourrai pas m’en charger, en tout cas pas entièrement…

- Si, je connais bien un électromancien. C’est un sorcier portugais qui voyageait en Amérique du sud à l’époque où je vivais au Pérou ! Je l’avais rencontré alors qu’il venait acheter des herbes dans mon herboristerie ! A l’époque, j’avais un apprenti, Renàn, je t’en ai déjà parlé je pense et on avait pas mal comparé nos apprentissages.

Le hic, c’est que je n’ai aucune nouvelle de Gabriel depuis ces années-là, pourtant cela ne remonte pas à si longtemps. J’ai quitté le Pérou en 1998…

- Ecoute, je vais essayer de retrouver sa trace : Gabriel Tavares, si je me souviens bien, il ne doit pas avoir disparu ! J’ai encore des contacts à Cuzco, je me renseignerai ! En attendant, je peux t’apprendre des techniques de méditations : nos apprentissages avaient commencé de la même manière : par apprendre la prise de contrôle sur ses émotions !

Un vaste programme !


I will love you 'til the end of time
I would wait a million years. Promise you'll remember that you're mine, Baby can you see through the tears ?Blue Jeans.
Contenu sponsorisé
Plus d'informations
MessageSujet: Re: Healing isn't always the right answer   

 
Healing isn't always the right answer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « The Truth is always the right answer » (terminé)
» Vietnamese answer daunting call in Haiti
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.
» Claudia Anhour - Pink is the answer
» healing spirit

Réponse Rapide


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: