Reminiscence du passé (PV Sylver Wester)

Lyrold de Bekerleyavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1739-lyrold-de-bekerley-un-petit-lMessages : 551 Points : 0
Pseudo : Lost
Avatar : Torrance Coombs
Crédits : Angeldust
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Faubourgs, Atlantis
Patronus: un lion
Informations supplémentaires:
Sujet: Reminiscence du passé (PV Sylver Wester) | Lun 13 Aoû - 13:37
21 Février 2001, 18h00.

La fin de l’hiver se faisait sentir dans l’air. Le temps glacial se réchauffait peu à peu au fil des jours, laissant ainsi les plantes bourgeonner et les oiseaux revenir de leur périple migratoire. En ce qui me concerne, je sentais que ce nouvel air s’accompagnait de grands changements personnels. Le début de ce millénaire semblaient vraiment radieux pour moi.
Même si j’avais encore des choses à accomplir, je me sentais très épanoui,aussi bien professionnellement que personnellement. Et dire que dans les années 1980, ma vie ne représentait qu’un calvaire. Je n’étais pas heureux dans ma jeunesse et eus même songé à finir mes jours…

Je fis le bilan de ma fin d’année 2000.

Après m’être installé à Atlantis en automne, j’ai repris contact avec d'anciens amis. Parmi eux, je comptais mon cher Irvin, devenu père à son jeune âge, ainsi qu’Emrys, un jeune homme passionné d’Histoire. J’espérais qu’il verrait en elle bien plus qu’une simple passion. De même, j’ai revu ma petite fée. Ma Emilia, qui avait tant souffert, mais avec qui le courant passait mieux que jamais dès notre premier rendez-vous. Elle avait même pensé à moi pour mon anniversaire ! J’avais l’impression que nous étions devenus plus proches qu’à Pourdlard. Les années nous ont-elles tous les deux changés ? Au point de nous rendre compte de notre amour ? Peut-être m’avançais-je trop et que j’étais devenu bien trop optimiste pour notre relation à venir. Néanmoins, elle était heureuse de me savoir dans la même ville qu’elle, et elle savait que je serais toujours là pour elle.
En plus de ces retrouvailles, j’avais rejoins l'association The Pacifist Confederency de mon collègue Oras Flerroch, dont les idéaux de mixité et d’égalité étaient les mêmes que les miennes. J’avoue que j’étais très heureux de rencontrer des personnes politiquement aussi passionnées que moi sur cette île ! J’avais ainsi fait la connaissance de Grace Hamilton, une douce et agréable personne, mais tout aussi fervente que moi dans ses idées ! Elle était devenue une bonne amie.
Avant toute chose, et non des moindres, j’étais devenu Professeur de l’UPA ! J’avais débuté une nouvelle carrière. La Directrice de l’Université m’a permis de rencontrer mes collègues, dont certains étaient également devenus des amis. C’était le cas de ce français de Démétrius, un homme incroyablement charismatique mais si farceur ! Le courant est très vite passé entre nous ! En tant que Professeur, je me sentais comblé de savoir que mes cours passionnaient mes élèves. Dont une en particulier, ma chère Matilda Rees, qui a le don de les animer avec des débats très souvent engagés !


En parlant de cours, je me devais d’en préparer de nouveaux ! Ils auraient pour thème «Les Ségrégations et les rassemblements». Pour m’aider, je cherchais désespérément un livre à la bibliothèque. Il s'agissait du recueil du Comte de Barbolas, un sorcier du 16e siècle qui clamait des idéaux de castes en fonction de sang des individus. Des idées proches de celles des Mangemorts d’ailleurs... Mais celui-ci était déjà emprunté et devrait être retourné à la fin du mois… Hélas pour moi, il me le fallait assez rapidement. Je n’avais ainsi pas d’autre choix que de l’acheter. La bibliothécaire m’indiqua où je pouvais me le procurer : une librairie située dans le quartier des profondeurs. Selon elle, il était souvent en rupture de stock dans le Hatchard’s Book, la librairie du Centre-Ville. Suivant ses conseils et après l’avoir remerciée poliment, je partis en catastrophe vers celle-ci.


Je quittais ainsi le quartier des hauteurs en portoloin afin d’aller plus vite. Je me dirigeai vers le quartier des Profondeurs. Celui-ci portait bien son nom, puisqu’il se situait littéralement sous la ville d’Atlantis. C’était la première fois que je me rendais dans cette curiosité géologique. Ce lieu me parut à la fois effrayant et fascinant tant il me paraissait faiblement éclairé de par la hauteur des murs naturels. Les galeries creusées à même la roche calcaire formaient des petites rues étroites. La lumière du jour avait alors du mal à y pénétrer. De nombreuses cavités creusées enfermaient des échoppes ou des petites habitations, tandis que d’autres semblaient vides. Peut-être cachaient-elles des trésors ? Néanmoins, toute personne se baladant dans ces carrières habitées ne pouvaient échapper à l’odeur vivifiante de la saumure émanant de toutes ces pierres.

La librairie se trouvait dans l’une de ces cavités. Elle semblait aussi sombre, mais somptueuse, que le reste de ce quartier. Comme les autres échoppes, elle semblaient incrustée dans le calcaire, ce qui lui donnait un côté fragile mais majestueux. J’entrais alors. La clochette de la porte vitrée informa le propriétaire de ma présence. L’intérieur était plutôt bien rangé, mais je me dirigeais directement vers le comptoir. Le libraire saurait sûrement me guider.

Je me stoppai net lorsque je le vis. Je reconnaîtrais entre mille ce grand brun. Mais surtout… Son regard plein de haine à peine dissimulée, jamais je ne pourrais l’oublier.

« Sylver Wester... »

Annonçais-je en un souffle.

Cet homme qui se trouvait derrière le comptoir n’était autre que l’un de mes ennemis à Serpentard. Il était l’un des premiers à s’être moqué ouvertement de moi. Il avait même participé avec les autres à mon calvaire et n’avait jamais hésité à profiter de mes faiblesses afin de me faire souffrir davantage. Ce maigrelet était l’un des premiers à m’avoir fait détester cette école maudite d’Ecosse. Tout ça, à cause de mon statut de sang. Les souvenirs de mon calvaire me revinrent. Mon corps ne pouvait oublier tout ce qu’il m’avait fait. Ma main gauche se mit alors à trembler légèrement.

Seulement, cette fois, nous n’avions plus 11 ans. Je ne voulais et ne pouvais pas me défiler devant cet être qui ne méritait pas mon respect. Cela lui ferait trop plaisir. Je me rappelais alors que nous étions dans une librairie et que j’étais venu chercher quelque chose de précis. J’étais d’ailleurs plutôt étonné. Lui ? Vendeur dans une librairie ? Il me semblait que ce genre de métier représentait, selon ses termes, un métier digne d’un moldu. D’autant plus que je le voyais plutôt comme un homme de l’ombre. Un homme qui aurait vendu son âme aux Mangemorts, s’ils existaient encore.

Je serrai mon poing afin de ne pas lui montrer mes spasmes puis lui lança un sourire narquois avant de lui demander d’un air à demi hautain.

« Sylver Wester. Je n’aurais jamais cru te voir ici, je regardais les alentours avant d’ajouter, tu es donc devenu un libraire ? »

Je ne cherchais pas à le provoquer, juste lui poser une question et connaître sa réaction.

Quoiqu’il en fut, qu’importe ce qu’il était devenu.

Je ne fuirais pas.
Sylver A. Westeravatar
• Sorcier •
Messages : 59 Points : 0
Pseudo : Mister T
Avatar : Greg Nawrat
Crédits : Trophyeyes
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Reminiscence du passé (PV Sylver Wester) | Jeu 16 Aoû - 4:25


When the curiosity is stronger than the reason
Sylver & Lyrold

« Réminiscence du passé. »
Il était tôt ce matin-là lorsque Sylver sortit de son lit. En tout bon patron de commerce, il se devait d’ouvrir sa boutique de bonne heure. Cette libraire n’était qu’un plus, il préférait largement son activité nocturne de tatoueur. Mais que voulez-vous, il avait besoin de cette deuxième activité pour pouvoir avoir assez d’argent pour vivre. Et puis, l’argent est tellement important pour le jeune sorcier, qu’il a toujours peur d’en manquer. L’argent était sa motivation pour se lever tôt parce que sinon, autant vous dire qu’il resterait le cul dans son lit. Après un bon café et une clope, il prit la direction de sa petite boutique. Il n’avait pas mis trop longtemps. Une fois arrivé, il ouvrit rapidement et mit un peu d’ordre dans les rayonnages. On sentait que l’hiver touchait à sa fin, l’atmosphère se réchauffait. Ce n’était pas une mauvaise chose mais Syl’ préférait largement la froideur de l’hiver et la pénombre qu’il pouvait laisser. La nuit était un monde que le jeune sorcier préférait et il ne s’en cachait pas. Il ne dormait que très rarement la nuit, il passait plutôt ses nuits à dessiner et tatouer ce qui était bien plus intéressant. A dire vrai, s’il ne pouvait que vivre de cette activité, il le ferait. Parce qu’il devait l’avouer, la librairie le faisait chier. Ce n’était pas des plus funs comme activité. Heureusement, il lui arrivait d’avoir des clients particuliers, qui venaient lui passer des commandes funestes et sombres. C’était une bonne chose, parce qu’il faisait ce genre d’activités pour pouvoir dénicher des livres tous plus sombres les uns que les autres et pouvoir les revendre à un très bon prix.

Une fois les rayonnages bien rangés, il se décida à ouvrir officiellement son petit commerce. Il devait l’avouer, elle avait plutôt une bonne réputation. Le bouche à oreilles fonctionnaient bien et les clients passaient souvent la porte. La partie magie noire faisait également son petit effet et même si ce n’était pas clairement écrit sur la devanture, mais après tout, elle était tout de même située dans les quartiers sombres, dans les profondeurs de la ville. Ce n’était clairement pas la librairie du centre-ville. Les clients se doutaient donc qu’il pouvait y avoir des livres peu recommandables. Du coup, en étant conscient des risques, il se doutait qu’ils pouvaient également rencontrer des sorciers plutôt de mauvaise compagnie. Mais généralement, ce genre de client venait en fin de journée ou bien incognito. Il ne fallait donc pas avoir peur, la boutique ne craignait rien. Bon, sauf si vous mettez en rogne le propriétaire. La journée avait été plutôt bonne, les clients ne se faisaient pas rares aujourd’hui, ce qui faisait plaisir à voir. Il était à présent dix-huit heures, Sylver soufflait un peu et surtout, il avait le sourire aux lèvres parce qu’il savait qu’il finirait par fermer la librairie pour la transformer en salon de tatouage, son activité favorite. Un dernier client se fit entendre, la cloche de la porte d’entrée avait retenti. Il était derrière le comptoir, en train de faire l’inventaire des livres qu’il avait pu vendre. Une fois la dernière ligne écrite, il leva son regard vers ce client qui venait d’entrer. Il l’avait rapidement reconnu. Il s’agissait de Lyrold. Cet homme, c’était un ancien camarade d’école à Poudlard, un serpentard qui n’avait pas été un partenaire de crimes bien au contraire. Sylver s’était toujours demandé ce qu’il foutait dans cette maison alors qu’il était né moldu. Autant vous dire qu’il lui avait fait la misère durant toute sa scolarité. Il l’observait et il savait clairement que le type en question l’avait reconnu. D’ailleurs, il n’avait pas longtemps avant de s’avancer vers le comptoir pour le saluer. Il le salua de façon courtoise tout en faisant une remarque sur son activité.

- Lyrold ! Et bien, ça faisait une éternité ! Il faut bien gagner sa vie et puis j’aime cette boutique et ce qu’elle peut renfermer de plus noire. »

Il avait terminé sa phrase avec un regard glacial. Il espérait qu’il s’en aille. Mais peut-être que Lyrold allait profiter de ces retrouvailles pour se venger ou autre...
(c) DΛNDELION

Reminiscence du passé (PV Sylver Wester)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: