Sinéad + Jules - Indomptable nature

Sinéad Kingavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1861-sinead-king-ubi-libertas-ibi-Messages : 36 Points : 17
Pseudo : Lau
Avatar : Eleanor Tomlinson
Crédits : angel dust
• Plus d'informations •
Sujet: Sinéad + Jules - Indomptable nature | Mer 1 Aoû - 8:07
Depuis mon arrivée à Atlantis, j’ai eu la joie immense de rencontrer beaucoup d’âmes partageant la même passion que moi pour la flore. En ce qui me concerne, c’est une façon de vivre plus qu’une passion, un domaine auquel j’appartiens, le domaine de la nature. Je la sens, encore plus forte que chez n’importe qui, vibrer en moi. La Terre m’offre ses secrets, elle partage avec moi sa force de vie créatrice qui entretient le destin de tout ce qui réside sur la planète bleue, la planète verte.
Eduquer des jeunes dans cette direction a toujours été mon souhait, c’est pourquoi j’ai pris Renàn en apprentissage, lui ressentait cet appel dans son cœur également. Ce fut un apprenti studieux, appliqué et dévoué à servir son prochain par l’acquisition de son pouvoir d’élémentariste et par l’apprentissage des usages des plantes médicinales.

Grâce à la géomancie, je peux cultiver, dans un petit jardinet que j’ai créé sur un petit terrain éloigné de la ville, des plantes provenant de toutes les régions du monde, aménageant les sols à leur avantage et apportant les quantités d’eau nécessaires grâce à la proximité d’un petit ruisseau. Si bien installée, je ne ressens pas encore le besoin de quitter la ville, j’y trouve tout ce que je désire : la proximité avec une nature grandiose, hostile presque, battue par les vents et les assauts de la mer furibonde à cette saison de l’année ; une maison troglodyte, que rêver de mieux pour une enfant de la Terre qui chérie plus que tout les montagnes et les grottes autant presque que les forêts ombragées d’Irlande ; un jardinet qui fait tout mon bonheur ; des élèves intéressés et des connaissances et amis que je prends plaisir à écouter.

Aujourd’hui, c’est à Jules que j’ai donné rendez-vous pour partager avec elle les trésors de mon oasis perdue dans les landes de Manadh. J’enfourche ma moto peu avant l’heure que nous nous sommes fixées et je pars en direction de mon petit coin de paradis, auprès duquel je me poste pour l’attendre. La moto, je suis tombée dedans durant mon épopée américaine avec la bande à B-Blue, un esprit de communauté de riders qui ressemblait trait pour trait à l’esprit dans lequel j’ai grandi à Slieve Auughty. Arrivée dans mon jardin, j’attends Jules devant la barrière, prête à lui faire partager mes trésors.

Jules, c’est une étudiante de l’UPA, pas dans mon cursus certes, mais une jeune fille attachée à la nature sous tous ses aspects : faunique et floral. Après notre rencontre, j’ai donc pris pour but de lui offrir les connaissances que je possède concernant la cultivation des plantes et leur identification, surtout : chose qui est la plus utile aux personnes dans la vie de tous les jours. Même si l’alchimie n’est guère éloignée de la confection de décoction et potions que je réalise au quotidien afin de soigner mes malades. Cette jeune fille discrète et profondément douce et gentille se rapproche de la jeune Sinéad par bien des aspects, alors la prendre sous mon aile est une évidence. Notre relation tournée au départ vers l’apprentissage s’est vite déportée vers une franche amitié, portée par nos intérêts communs et nos caractères calmes proches.

Sous l’ombre de mon bel épicéa qui dénote dans ce paysage dépourvu de végétation imposante au-delà de quelques buissons de genêts ou d’autres épineux faits sur mesure pour résister au climat incertain de l’île écossaise, j’attends Jules, espérant qu’elle ne se soit pas perdue parmi les divers petits chemins terreux qui mènent jusqu’ici. Cela dit, elle devra être alertée par la présence de ma moto à l’entrée du chemin qu’elle doit emprunter jusqu’ici, dix petites minutes de marche et elle sera arrivée dans le petit vallon duquel on entend presque les vagues déferler sur les rochers de la falaise de Manadh. J’ai choisi cet endroit à priori peu propice à l’aménagement d’un petit jardin à cause de son prix mais aussi de la beauté du lieu. Le paysan n’en demandait pas grand-chose et c’est assez magique d’être seule à s’affairer sur cette côte splendide. Et grâce à la pousse de grands arbres et d’une haie variée, je peux faire pousser mes plantes à l’abri du vent.
Jules Mooreheadavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1851-jules-bringing-peace-to-the-wMessages : 139 Points : 0
Pseudo : Selt
Avatar : Lili Reinhart
Crédits : Selt
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Bélier
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Sinéad + Jules - Indomptable nature | Ven 3 Aoû - 4:25
En traversant la campagne de Manadh, Jules se sent chez elle. Il faut dire que les paysages ne sont pas si différents de ceux qu'elle voit chaque jour quand elle rentre au village. Au delà de ça, les champs et les pâturages, où qu'ils soient et quelle que soit leur apparence lui donnent toujours ce sentiment d'appartenance. C'est comme si elle n'avait jamais arrêté d'être la petite fille sauvageonne qui courrait -et tombait- partout, comme si elle n'avait pas effectué ce virage à 180 degrés pour devenir une sorcière d'intérieur au lieu d'une moldue d'extérieur. Plus tard si elle a le choix, elle aimerait vivre dans un endroit tel que celui-là, où la nature est très présente, mais domptée par l'homme. Elle n'est pas vraiment citadine, ni une grande fan des étendues entièrement sauvages.

A mesure qu'elle s'approche de sa destination, les chemins rétrécissent et la trace de l'homme se fait plus discrète. Sinéad n'a pas menti quand elle l'a prévenue que c'était isolé. Jules a hâte d'arriver et de voir ce petit coin de paradis dont sa mentor lui a tant parlé. Apparemment, ses pouvoirs lui permettent de créer un véritable jardin d'Eden, même en plein hiver écossais. Si elle n'a pas exagéré, ça en vaut le détour. Même si elle n'a pas choisi d'orienter ses études vers la nature et son étude, Jules s’intéresse de près à la faune et la flore magiques et moldues. Si contrairement à la druidesse, elle n'a pas pour ambition de parcourir le monde et d'en découvrir tous ses secrets, se contentant du contenu bien assez riche de ses terres natales, ça ne l'empêche pas d'écouter avec une curiosité insatiable ses récits sur les trésors de la planète. Elle est d'autant plus ravie de sortir un peu d'Atlantis après les évènements récents. Le calme et la sérénité de ces lieux et de leur habitante ne pourront que faire du bien à une Jules fatiguée de se poser des questions sans pouvoir y répondre.

Après une marche plus longue quelle ne l'avait prévue, elle arrive enfin à un croisement au niveau duquel elle reconnait tout de suite la moto de Sinéad. Maintenant certaine qu'elle ne s'est pas trompée de chemin, elle vérifie sa montre et presse le pas en voyant qu'elle est un peu en retard. Avant même d'arriver, elle comprend ce que la druidesse voulait dire quand elle assurait pouvoir reconstituer grâce à la magie un jardin qui n'aurait aucun moyen de pousser ici en temps normal. L'épicéa qui s'impose à la vue au milieu de ce paysage plat ainsi que les grandes haies de différentes essences n'ont rien de naturel et montrent clairement la présence d'un sorcier.

C'est avec un grand sourire que Jules rejoint son amie et mentor aux portes de ce petit paradis perdu dans la campagne. Elle la salue chaudement et s'excuse pour son retard. "Sinéad! Merci de m'avoir invitée j'ai vraiment hâte de voir ça de mes propres yeux!" L'échantillon visible depuis la clôture l’émerveille déjà et elle sait que tous ses petits tracas resteront à l'entrée pendant qu'elle se ressourcera. C'est un effet que la géomancienne lui fait souvent. "Excuse moi pour le retard, c'était plus loin que ce que j'avais prévu."
Sinéad Kingavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1861-sinead-king-ubi-libertas-ibi-Messages : 36 Points : 17
Pseudo : Lau
Avatar : Eleanor Tomlinson
Crédits : angel dust
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Sinéad + Jules - Indomptable nature | Ven 17 Aoû - 5:07
Il est rare de pouvoir profiter d’une journée si douce en février sur l’île de Manadh. Battue par les vents et les averses, l’île ne se lasse jamais de nous surprendre. Pour ma part, cela n’est pas pour me déplaire. J’ai vécu mes premières années dans une région très pluvieuse de l’Irlande et cela ne m’a jamais empêchée de vivre une très grande partie de ma vie à l’extérieur de ma demeure ! Il faut dire que notre petite cabane familiale, partagée avec Niamh était relativement minuscule pour loger trois personnes. La salle principale servait de cuisine, salon, salle à manger, bibliothèque et à l’étage trois petites chambres posées sur un pallier étroit. Là n’était pas notre vie. Elle était dans les sentiers du village, les clairières qui nous servaient de places et les empilements de troncs et autres rochers, lieux des assemblées décisionnelles mais aussi de spectacles et de fêtes. Nous passions le plus clair de notre temps dans la forêt ou les champs alentour, à cueillir ou cultiver. Une source limpide et chantante se trouvait en retrait du village et donnait naissance à un ruisseau qui serpentait entre les demeures forestières de mes compagnes de la communauté.

L’ingéniosité authentiquement simple de notre quotidien est une des choses que je regrette le plus quand je pense à ma douce enfance à Slieve Aughty. Malheureusement, le reste du monde se complait dans une abondance extrême de technologie créant de nouveaux besoins jamais satisfaits. Je n’ai absolument rien contre la technologie, ni la technomagie, seulement pour moi elle doit être utilisé avec parcimonie car tout se trouve dans la nature. C’est ce message, entre autres, que j’essaie de transmettre à mes étudiants même si je suis consciente que rien ne vaut l’expérience aux racontars d’une tierce personne.

Jules est une personne totalement consciente de cela, de la préciosité de la nature et de ses habitants et c’est pour cela que nous nous sommes si bien entendues, j’imagine. Alors que je fais les cent pas devant l’entrée de mon jardin, j’aperçois au loin une petite silhouette qui se rapproche au détour d’une petite côte. Je lui adresse un signe de main, grand sourire aux lèvres et attend qu’elle m’ait rejointe pour la saluer.

- Ca me fait plaisir de te montrer tout ça, d’autant plus que tu es la première à visiter mon petit jardin !

Il est vrai que je cache des trésors floraux dans mon éden et des âmes mal intentionnées pourraient mettre en péril la sauvegarde de ces espèces précieuses pour diverses raisons.

- Ne t’en fais pas, le temps n’a pas d’importance ici. Après toi !


J’ouvre le petit portillon et lui indique l’entrée. J’entre dans mon sanctuaire à sa suite attendant de jauger sa réaction. Nous entrons dans une zone assez feuillue où j’ai tenté de reproduire la forêt irlandaise de mon enfance, mélangeant diverses essences de cette région du monde. Un jeune chêne trône au milieu de fougères éparses, de rhododendrons et les pommiers, groseillers et mûriers donnent à voir leurs plus belles fleurs tandis qu’un bel if surplombe un parterre de mousses, primevères et violettes. Dans cet univers privilégié, des oiseaux laissent entendre leurs chants mélodieux et l’eau du ruisseau ruisselle au creux du chemin que je lui ai construit. Pour avancer, il nous faut d’ailleurs l’enjamber car il traverse le sentier qui serpente entre les diverses essences. Ce n’est pas tout, bien entendu, si Jules regarde autour d’elle elle pourra apprécier la présence d’arbustes dont les fruits en forme de radis oranges sont reconnaissables entre mille : les prunes dirigeables commencent à montrer le bout de leur nez depuis quelques jours. Le monde fongique n’est pas en reste ! Entre les mousses et les fougères naissent diverses bolets et autres champifleurs, mimbletonia fungi...

- Alors, qu’en penses tu ? J’ai avancé un peu le printemps ici grâce à un charme que l’on utilise à Slieve Aughty. Là-bas, ça sert surtout à faire venir plus rapidement les denrées nécessaires lors des hivers trop rudes.

Ce charme permet, sur une zone prédéfinie qui ne peut excéder une certaine taille, de créer une atmosphère printanière. Il ne peut toutefois être utilisé trop loin du 20 mars, son effet serait amoindri.

- J’ai une zone plus tropicale juste à côté et j’y ai réchauffé le sol aussi, donc ça contribue pas mal à la force du sortilège !

En concentrant les courants telluriques, on peut augmenter la température des sols, ce qui est bien nécessaire quand on veut faire pousser des plantes issues de régions tropicales ! J’attire ensuite Jules vers un petit arbre aux branches nombreuses sur lesquelles s’affairent de petits êtres couverts d’écorces ressemblant eux-mêmes à de multiples et minuscules brindilles. Je sais l’attrait de mon amie pour les animaux magiques ou non, et ce que je lui donne à voir sur ce wiggentree, je sais qu’elle l’appréciera, d’autant plus que ces botrucs qui peuplent mon jardin depuis quelques temps déjà sont d’un naturel amical pour la plupart.

- Tu ne peux pas imaginer comme j’étais heureuse de les voir arriver. Une véritable bénédiction !

Les botrucs protègent leur arbre coûte que coûte et l’on a coutume de dire qu’une forêt où un wiggentree pousse et est habité par une famille de botruc est une forêt saine, d’où les créatures malveillantes ne peuvent s’approcher en règle générale. Malheureusement, ces petits être paisibles sont victimes du braconnage car ils sont utiles pour déverrouiller des portes fermées… Autant dire que j’étais comblée que mon petit paradis fut choisi comme lieu de villégiature par ces colonie de botrucs !
Jules Mooreheadavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1851-jules-bringing-peace-to-the-wMessages : 139 Points : 0
Pseudo : Selt
Avatar : Lili Reinhart
Crédits : Selt
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Bélier
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Sinéad + Jules - Indomptable nature | Ven 21 Sep - 12:47
La chaleur que Jules ressent dans les jambes après cette longue marche commence à s'estomper. Elle va avoir des courbatures dans les cuisses, c'est certain. Merlin sait qu'elle n'a pas l'habitude de se dépenser autant. Au moins, elle aura une bonne excuse pour diner des cookies plutôt qu'un plat équilibré ce soir. Elle passe ses mains sur ses joues et son front pour enlever la transpiration qui s'y est déposée. Elle n'avait pas prévu ce redoux, elle pensait que comme d'habitude il allait y avoir un vent insupportable et qu'elle serait congelée avant d'arriver, mais non, pas du tout, elle meurt de chaud dans ses vêtements en laine et sa veste imperméable. D'ailleurs pour le moment, la seule eau qui n'est pas capabl de traverser cette matière plastique se trouve à l'intérieur, wise move Jules, wise move.

Avant d'entrer, la blonde n'ose pas détaller les lieux. Elle a l'impression d'être invitée à entrer dans un royaume des fées (ceux décrits dans les contes des moldus, pas les vrais), un lieu hors du temps et de l'espace, un lieu sacré en somme. Il lui semble que si elle le regarde de trop près avant d'y être, il va se volatiliser sous ses yeux, mais c'est peut-être parce qu'elle s'est endormie en lisant le mythe d'Orphée la veille. Elle est surprise d'apprendre qu'elle est la première à venir ici. Elle ne pensait pas avoir autant de crédit aux yeux de Sinéad, c'est plutôt agréable de le découvrir dans ces conditions. Avec un sourire plus grand que son visage, elle pénètre enfin le sanctuaire à la suite de son mentor. Quel plaisir de fouler ce sol magique et de voir et de sentir toute cette biodiversité! Elle n'ose pas toucher quoi que ce soit et ne fixe jamais rien trop longtemps, comme si le jardin était un être vivant craintif qui pourrait s'enfuir à tout moment. C'est peut-être ridicules au yeux de certains, mais pour une amoureuse de la nature dont le voyage le plus lointain a été pour Manadh, une simple promenade dans ce lieu enchanté (littéralement du coup) est un rêve éveillé. Ah ça oui, de l'herbe elle en a vu, de la verte toute douce dans les prés au printemps, de la jaune rapeuse et clairsemée au plus fort de l'été. De l'herbe parsemée de fleurs ou de feuilles mortes ou bien encore de neige, ça oui elle l'a vu. On pourrait la faire passer pour une experte en herbe sans problème, mais une nature variée et luxuriante, ça elle n'a jamais eu l'occasion d'en profiter avant. Ce premier espace ressemble à ce que Jules connait, mais en mieux. Un peu comme quand on met du gloss sur les lèvres ou des paillettes sur le visage. Tout est mélangé, tout s'harmonise dans un joyeux pèle-mêle de couleurs, de textures et de parfums de toutes sortes. Même les sons paraissent différents, Jules découvre un petit univers dont les rares promeneurs du coin ne doivent pas suspecter l'existence. Son visage exprime à la fois la joie d'une enfant et le plaisir d'une amatrice de botanique. Pour une fois, sa curiosité d'étudiante est en accord avec celle de la petite fille qu'elle était il n'y a encore pas si longtemps, mais qu'elle ignore délibérément depuis quelques années. Elle se sent bien. Comme elle l'avait prédit, elle ne ressent plus aucune émotion négative. Elle n'aurait jamais osé prendre la parole en premier de peur de briser la magie, mais puisque que c'est la propriétaire qui commence :

"Wow Sinéad c'est incroyable! Je savais que tu avais la main verte, mais ce que tu as créé ici, c'est vraiment magique! Même avec tes pouvoirs je veux dire. Je ne pense pas que beaucoup de gens soient capable de faire ça."

C'est très malin de créer une synergie entre les différentes zones, d'utiliser la chaleur de l'une pour renforcer la puissance du sort qui maintient l'autre dans une atmosphère douce et tempérée. Jules n'en attendait cependant pas moins d'une experte comme la druidesse, après tout c'est le même principe que lorsqu'on place deux plantes à côté pour que chacune profite des capacités de l'autre. Sans oublier les symbioses qui existent naturellement chez certaines espèces animales, végétales ou fongiques. Non ce n'est pas étonnant, mais c'est malin, très malin.

"Est-ce qu'on pourra y aller après? J'adorerais voir des plantes qui ne poussent pas sous nos latitudes, c'est comme... C'est comme de la magie ahah."

C'est dans ce genre de moments qu'on voit que Jules est une née-moldue. Ce ne sont pas ses connaissances du monde sorcier qui la trahissent, mais sa vision très enfantine de la magie. Elle n'a pas perdu cette étincelle de "Waaah c'est de la magie", tout comme certains sorciers sont encore émerveillés par l’électricité alors qu'ils l'ont connu toute leur vie ou presque. C'est le genre de différence qu'elle cultive plus qu'elle ne cache, parce que contrairement à certains, elle trouve ça profondément positif.

Avant de l'emmener vers d'autres paysages -du moins si elle décide de le faire- Sinéad entraine sa protégée vers un petit arbre à première vue peu attrayant pour un œil non éclairé. Oh mais l’œil de Jules est bien éclairé, elle reconnait tout de suite un wiggentree et se met aussitôt à chercher les botrucs. C'est toujours un peu difficile au départ, parce qu'il faut que le cerveau se rende compte que non, il n'est pas en train de dérailler et que ces brindilles sont bien en train de marcher et de s'affairer. Quand elle les repère, son sourire s'agrandit encore et croyez-moi, ses zygomatiques en prennent un coup. Elle en repère un tout petit, aussi jeune qu'un érythroblaste -oui, il faut vraiment qu'elle arrête de lire des livres médicaux, mais elle n'y peut rien, elle aime apprendre que voulez-vous-. Bref elle en repère un tout jeune donc, qui a du mal à suivre la cadence. Finalement, un autre, tout tordu, l'aide en le tirant vers lui. Jules s'agenouille devant l'arbre et se perd dans l'observation de ces créatures incroyables. Même les plus beaux phasmes paraissent bien pâles à côté de ça. Il y a un arbre à Botrucs pas loin de son village, mais ils ne sont pas du tout accueillants. Apparemment trop d'enfants les  ont embêtés dans le passé et ils sont devenus agressifs.

"Tu as beaucoup de chance et c'est encore une preuve que tu fais du bon travail."

En réalité, Sinéad n'a pas vraiment besoin de preuves supplémentaire, les oiseaux et les insectes lui font déjà une pub bruyante et mélodieuse, mais ça fait toujours plaisir quand une colonie de petits animaux extraordinaire décide de s'installer. Tiens d'ailleurs, voila un sujet auquel Jules ne s'est jamais vraiment intéresse : la classification des créatures fantastiques. Parce que les dragons et les hippogriffes sont relativement faciles à classer, mais les botrucs... C'est des insectes? Elle ne saurait même pas dire si ce sont des animaux. Ils sont peut-être plus proche des plantes. Remarque, les coraux sont des animaux n'est-ce pas? Ce sont des... Deutérostomiens c'est ça? Oui c'est ça, pas comme les vers et les palourdes (les annélides et les bivalves si on veut se donner un petit air intelligent). Enfin voila, peut-être qu'ils sont classés comme les coraux quoi, chez les cnidaires. Des cnidaires de terre. Oui non ça ne fait pas vraiment sens.

Jules perd le fil de ses pensées, mais ce n'est peut-être pas plus mal. Elle cligne des yeux plusieurs fois parce qu'ils sont devenus un peu secs à force de rester immobiles. Finalement, elle lève la tête vers Sinéad et lui dit en riant :

"Tu sais, je crois que si tu ne m’emmène pas voir autre chose, je vais passe la journée à regarder ces petits bonhommes."
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Sinéad + Jules - Indomptable nature | 
Sinéad + Jules - Indomptable nature
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Le protecteur de la nature~
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: