Shatter me - Parvati

Lavender Brownavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1835-lavender-brown-intense-mark-oMessages : 73 Points : 0
Pseudo : Delilove
Avatar : Gigi Hadid
Crédits : Afanen
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: En colocation avec sa meilleure amie Parvati dans une des résidences du centre ville d'Atlantis
Patronus: Chien Terre-Neuve
Informations supplémentaires:
Sujet: Shatter me - Parvati | Mar 24 Juil - 22:34

Shatter me
Lavender & Parvati

« Somebody shine a light. I'm frozen by the fear in me. Somebody make me feel alive and shatter me. So cut me from the line. Dizzy, spinning endlessly. Somebody make me feel alive and shatter me! »
Quand j’étais emménagée avec Parvati, je croyais que ce serait comme à Poudlard, mais en plus grand. Nous serions ensemble, serions heureuses dans notre vie d’adulte. Ça a été comme ça un temps, au début. Nous avons été sur un nuage de bonheur et de nouveautés. Nous nous connaissions déjà très bien et en plus nous avions vécu ensemble durant sept longues années, il n’y a donc pas eu de frictions à cause de la proximité, cette étape avait été passée durant notre première année. Faire à manger a été une autre paire de manches par contre. Mes goûts ont radicalement changé suite à mon attaque alors manger un couscous n’était plus vraiment une option, encore moins des salades. J’ai essayé, mais mangé ça ou bien de la boue c’était la même chose. Je mangeais, je n’avais pas le choix, mais avec le temps, nous avons appris à cuisiner autrement. En faisant un peu de recherche, nous avons trouvé qu’il existait des recettes contenant de la viande crue ou bien très peu cuite. Avant, je n’aurais jamais cru possible que des gens mangent de la viande crue. Je veux dire... qui s’y serait risqué. Mais à ce moment-là de ma vie, ça me semblait être du génie. Je ne voulais pas manger comme un animal, manger des pièces de viandes entières seule. Je me retrouvais de plus en plus seule le soir à la maison. Par contre, à voir les recettes trouvées dans des bouquins de cuisine orientale, ça me semblait délicieux. Il y avait un peu de légumes, de la sauve et même parfois des fruits. C’était le meilleur des deux mondes. Je mangeais le plus humainement possible malgré les circonstances. Les possibilités de Tartares et de tatakis de ce monde ont radicalement changé ma vie. Les talents de cuisinière de Parvati aussi, surtout sa manipulation des épices.

Aussitôt la phase de la lune de miel est passée, la routine a commencé à s'installer. Nous allions en cours selon nos différents horaires, nous rencontrions de nouvelles personnes et avec le temps, nous avons commencé à nous éloigner, mais pas de façons égales. C'est surtout Parvati qui a commencé à tirer la corde pour partir. Elle avait de plus en plus souvent des rencontres le soir, ne répondaient plus à mes questions et m'évitait de plus en plus. Je n'y avais jamais réellement réfléchi avant, par contre, en passant de plus en plus de temps seule, je me suis rendue compte de ce que j'avais fait. J'avais gardé Parvati pour moi, toute entière. J'avais laissé nos univers tourner autour de moi, comme si j'étais la Terre et elle ma Lune. Elle avait tout fait pour moi, mais moi qu'avais-je fait pour elle ? Rien du tout. Je l'avais laissée s'occuper de moi sans rien lui rendre en retour. Elle m'aidait à canaliser ma colère, à me centrer, avait tout lu d'humainement possible sur la lycanthropie et avait même appris cuisiner à l'asiatique. J'avais pris Parvati pour acquis et je m'en rendais compte maintenant, j'étais en train de perdre ma meilleure amie.

Ce soir-là, j’avais été prendre un verre avec Emrys, me disant que je préférais être malheureuse accompagnée que malheureuse seule. Nous n’avons que peu parlé, préférant regarder nos verres de whisky pur feu. Un verre, deux verres, trois verres, quatre verres, j’avais fini par perdre le compte et probablement que mon compagnon de beuverie aussi. Nous étions tous les deux seuls et malheureux, préférant ignorer nos soucis dans le ridicule et l’inutile. Les trivialités étaient les meilleurs amis des alcooliques. Les décisions et les discussions sérieuses étaient impossibles à ces heures de la nuit, surtout sous les effets de l’alcool. Après trop de verres, Emrys était parti et moi j’étais retournée à l’appartement en espérant y trouver Parvati. Par contre, je prenais mes rêves pour des réalités, elle n’y était pas. Après un regard dans la glace, je me suis installée à l’îlot près de la cuisine, assise sur un banc avec comme seule compagnie un verre, de la glace et du whisky. J’avais passé la soirée avec lui, je savais qu’il n’allait pas me décevoir. Une gorgée d’enfilée, j’ai entendu la porte de l’appartement s’ouvrir et se refermer doucement. Un jean, un t-shirt blanc et mes cheveux en bataille libres sur mes épaules, on aurait pu croire que tout allait, si ce n'était de l'odeur de whisky qui m'entourait.  

« Encore une soirée d'étude qui ne finissait pas Par' ? » 

Nous étions la veille de la pleine lune, je savais que l'astre avait une très grande influence sur moi malgré que je ne me transforme pas. J'étais toujours plus à fleur de peau à ces moments-là, mais j'étais aussi très peu rationnelle. C'est pourquoi mon cerveau imbibé d'alcool n'en tenait pas compte

(c) DΛNDELION


The devil may cry
It won't be in vain ▬ to swallow all your pain and learn to love what burns and gather courage to return. Faces in the crowd will smile again and the devil may cry at the end of the night,
Parvati Patilavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1836-parvati-to-all-the-light-we-cMessages : 70 Points : 0
Pseudo : Barling
Avatar : Lindsey Morgan
Crédits : IrishCraziness
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: En colocation avec sa meilleure amie Lavender dans une des résidences du centre ville d'Atlantis
Patronus: Tigre du Bengal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Shatter me - Parvati | Sam 4 Aoû - 11:27
Lavender & Parvati
Shatter me
Ce ne fut que quand elle tourna au carrefour pour échapper à la ruelle sordide dans laquelle elle se trouvait pour déboucher sur une allée plus éclairée et accueillante que Parvati s'autorisa enfin à reprendre son souffle. Elle avait l'impression d'avoir retenu sa respiration dès l'instant où elle avait posé les pieds dans la salle de réunion des chasseurs de moldu pour ne la libérer qu'au moment où elle ne pouvait plus sentir leurs regards sur elle. Elle aurait dû s'y habituer, Parvati, pourtant elle n'y parvenait pas et une part d'elle, une part de plus en plus croissante, se disait qu'elle n'y parviendrait sûrement jamais. Pourtant c'était elle qui avait choisi de rejoindre le groupe, c'était elle qui s'était mis en tête de les infiltrer dans l’espoir, sûrement un peu fou, de les faire tomber. Personne ne l’y avait poussé, ça n’avait pas été nécessaire, voir son monde sombrer dans la folie de Voldemort avait amplement suffit à lui ouvrir les yeux. Parvati savait que, par son sang, elle avait toujours vécue une existence privilégiée, mais ça ne l’avait jamais empêchée de se sentir concernée par le bien commun. Si elle n’avait pas forcément besoin d’agir pour elle, elle pouvait agir pour les autres. Ses parents avaient décidé de quitter l’Inde pour échapper au système de caste qui rongeait une partie de la population indienne, ce n’était pas pour accepter une organisation tout aussi injuste au Royaume-Uni. Alors Parvati avait pris les choses en main, loin de se résigner elle avait décidé d’infiltrer le système pour le faire tomber. C’était elle qui avait décidé d’agir, mais ça ne voulait pas dire qu’elle était aveugle au danger qu’elle se faisait courir en agissant ainsi. Les mois avaient beau passer elle frissonnait toujours en voyant certains sorciers extrémistes qui faisaient partie du groupe et les propos qu’ils tenaient avec une conviction inébranlable l’emplissait toujours d’effroi. Elle ne disait rien, elle acquiesçait en silence, s’efforçant parfois de réfréner discrètement les ardeurs des plus violents en prônant la prudence mais intérieurement elle sentait sa foi en l’humanité se briser un peu plus. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’elle avait rejoint le groupuscule, mais les choses n’étaient pas plus aisées pour autant. Voir des sorciers, ses semblables, faire preuve d’autant de haine envers les moldus lui était insupportable, mais au moins elle ne restait pas les bras croisés. Simplement, c’était encore plus difficile à supporter psychologiquement qu’elle ne l’avait imaginé. Elle passait chaque réunion comme enfermée dans une bulle, s’efforçant de ne pas laisser l’horreur dont il était question l’atteindre. Mais c’était à chaque fois peine perdue et elle ne pouvait respirer librement qu’une fois qu’elle retrouvait les rues animées d’Atlantis.

Ce jour ne faisait pas exception. Après avoir quitté le lieu de réunion des chasseurs, Parvati s’était glissée dans les rues de la ville. Elle grimaça légèrement en voyant les avenues presque vides et la lune qui faisait déjà son apparition dans le ciel. Il était tard, bien plus tard qu’elle ne se l’était imaginé. Une pointe de culpabilité lui serra la gorge, Lavender devait sûrement se demander où elle était passée. Si elle était persuadée de faire la bonne chose en cachant à sa meilleure amie ses activités illégales, Parvati était également rongée par les remords. Elle qui n’avait jamais rien caché à sa plus proche amie avait désormais des secrets. Lavender avait déjà bien assez de choses à gérer comme ça et elle ne voulait pas la mettre en danger par sa faute, mais elle se détestait tout de même de lui cacher quelque chose d’aussi important. Lentement, l’indienne secoua la tête pour chasser ces pensées qui la suivaient depuis des mois, et remonta l’avenue sur laquelle elle se trouvait. Elle s’était déjà assuré qu’aucun membre du groupe de chasseurs ne la suive, mais pour faire bonne mesure elle transplana tout de même à quelques rues de l’appartement qu’elle partageait avec Lavender. D'un commun accord, sa jumelle, Padma avait prit son indépendance non loin de là, comme ça même si elles vivaient séparées, les deux sœurs pouvaient se voir quand elles le voulaient. La colocation avait été une évidence pour les deux anciennes Gryffondors. Après les horreurs de la guerre, Parvati était heureuse de pouvoir partager un appartement avec sa meilleure amie. Les deux sorcières avaient déjà vécues en communauté à Poudlard alors elles n’avaient pas eu de problèmes pour s’adapter à ce mode de vie. Elles se connaissaient déjà par cœur et avaient appris à tout se dire. Bien sûr, avec la nouvelle condition de semi-lycanthrope de Lavender, rien n’avait été aisé, mais Parvati avait appris à faire au mieux pour soutenir sa meilleure amie. En plus des nombreux livres qu’elle avait lus sur le sujet, elle s’était même mise à la cuisine et s’était découvert un sacré talent avec les épices. Malgré la situation, elles avaient réussies à trouver une forme d’équilibre, même si celui-ci se révélait parfois particulièrement précaire.

Depuis la rue, Parvati pouvait apercevoir plusieurs fenêtres de son appartement, celle-ci étaient éclairées, révélant que Lavender était bien présente et surtout encore éveillée. S’efforçant de faire taire sa culpabilité, elle monta les quelques marches qui menaient à sa porte et entra. Une fois son épaisse cape ôtée et son écharpe rangée à sa place, l’indienne avança dans l’appartement. Elle fut surprise de trouver Lavender assise à l’ilot central de leur cuisine, vu l’heure elle s’était attendue à la trouver dans sa chambre ou affalée sur leur canapé devant leur télévision ensorcelée. « Encore une soirée d'étude qui ne finissait pas Par' ? » Parvati retint de justesse une grimace de venir tordre sa bouche. A la place, elle prit une profonde inspiration et avança dans la pièce jusqu’à rejoindre sa meilleure amie. Elle se préparait à mentir à sa confidente de toujours et elle se détestait pour ça. Elle s’était vraiment fourrée dans un sale pétrin, mais elle devait en accepter les conséquences, c’était la meilleure chose à faire. « Hum... Oui, ne m'en parle pas, cette Maggie Thompson va finir par me rendre folle. A chaque fois qu'on se voit c'est pire que la fois précédente. » Expliqua-t-elle avec un léger haussement d’épaule. C’était un mensonge, mais au moins il était basé sur la vérité. Le devoir qu’elle avait à faire avec Maggie existait réellement et le comportement que son binôme adoptait avec elle lui rendait vraiment la tâche impossible. Mais tout ça restait tout de même très éloigné de ce qui avait véritablement occupé sa soirée. Avec un petit soupir, Parvati tira une chaise à elle et s’installa aux côtés de Lavender. Remarquant la couleur du liquide dans le verre de la blonde, elle fronça légèrement les sourcils. « Lav... Ça va ? » Lui demanda-t-elle en l’examinant un peu mieux. Lavender n’avait pas l’air simplement fatiguée ou inquiète, elle avait l’air… défaite. Quelque chose clochait, c’était clair désormais. Parvati se pencha et jeta un coup d’œil par la fenêtre. Ce qu’elle vit confirma ses soupçons, la lune était presque pleine, elle le serait même dès le lendemain. Elle se maudit de ne pas y avoir pensé plus tôt. Lavender avait beau ne pas avoir à subir de transformation, la pleine lune avait tout de même une forte influence sur ses émotions. Parvati s’en voulu encore plus de ne pas avoir été là pour sa meilleure amie, elle avait toujours besoin de soutient pendant ces moments et l’indienne ne voulait pas faillir à sa promesse. Mais l’odeur qui parvint à ses narines lui indiqua que la lune n’était pas le seul facteur à avoir un impact sur sa meilleure amie. « Attends, tu as bu ? » Demanda-t-elle doucement en chassant de sa voix toute trace d’accusation. Lavender était libre de faire ce qu’elle voulait, mais ça n’empêchait pas Parvati de s’inquiéter pour elle.
When you try your best but you don't succeed When you get what you want but not what you need When you feel so tired but you can't sleep
 
Pando



- To all the light we cannot see -
Lavender Brownavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1835-lavender-brown-intense-mark-oMessages : 73 Points : 0
Pseudo : Delilove
Avatar : Gigi Hadid
Crédits : Afanen
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: En colocation avec sa meilleure amie Parvati dans une des résidences du centre ville d'Atlantis
Patronus: Chien Terre-Neuve
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Shatter me - Parvati | Dim 19 Aoû - 10:01

Shatter me
Lavender & Parvati

« Somebody shine a light. I'm frozen by the fear in me. Somebody make me feel alive and shatter me. So cut me from the line. Dizzy, spinning endlessly. Somebody make me feel alive and shatter me! »
Je n'aurais jamais pensé que l'odeur de l'alcool me deviendrait agréable. Au départ, je trouvais que c'était une odeur âcre, acide qui était très peu attirante. Mais maintenant, je devenais un peu plus comme elle, j'étais acide et peu attirante. C'était l'effet de mon côté louve qui me rendait ainsi. Ceci étant dit, je m'étais rendu compte que pour m'aider à me détendre lors des journées près de la pleine lune, l'alcool m'aidait beaucoup. Le yoga et le sport étaient bons pour les journées ordinaires, mais plus je me rapprochais de la pleine lune, plus c'était difficile. Quand j'avais quelqu'un avec qui être, ça allait plutôt bien, mais les soirs solitaires comme ce soir-là étaient impossibles. C'était à ce moment que le whisky entrait dans la danse. Mon cerveau s'embrouillait un peu, mais je me sentais plus calme, bien que moins cohérente, mais qui s'en soucierait, j'étais seule de toute façon. La cohérence était le dernier de mes soucis. Tout ce que je voulais était de ne pas péter les plombs et ne pas faire de conneries. En restant seule dans mon appartement avec une bouteille, je me disais que rien de mal ne pourrait m'arriver, surtout que je pensais rester seule jusqu'à ce que je tombe endormie. Cependant, en entendant la porte s'ouvrir derrière moi, je me suis dit que Parvati ne serait probablement pas ravie de me voir dans cet état. La bouteille à moitié vide posée devant moi, je lui ai demandé si c'était encore une soirée d'étude. Je m'attendais à une réponse évasive et à un bonne nuit. Apparemment, tout ce à quoi je pensais ne se produisait pas. Au contraire, ma meilleure amie a décidé de venir me rejoindre à la cuisine. Pourquoi diable ferait-elle ça à ce moment-là ? Je me suis passée une main sur le visage pour essayer de mettre un peu d'ordre dans ma tête, mais je n'y arrivais pas. Le whisky m'empêchait de réfléchir clairement...tant pis.

Alors elle avait étudié avec Maggie. Grand bien lui fasse. Elle me disait souvent qu'elle ne l'aimait pas et qu'elle allait la rendre folle. J'avais une astuce pour ça, un truc génial...passer moins de temps avec elle à bosser. Mais là, elle me dirait : Ouais, mais on est dans le même cursus, c'est optimal pour étudier, tu comprendrais pas si je t'en parlais...blablabla. C'était de la connerie. Je connaissais la divination, je m'y intéressais autant que Parvati. Toute ma scolarité à Poudlard a tourné autour de ce maudit sujet. Elle le savait, j'avais été avec elle à toutes les étapes du chemin que nous avions franchi. Toutes les feuilles de thé, je les avais vues, toutes les boules de cristal je les avais regardées. Elle devait bien le savoir...ne s'en rappelait-elle pas ? Moi je m'en rappelais, même bourrée je me souvenais. Ce n'était pas il y a si longtemps après tout.

« Quand quelqu'un te fais chier, t'es pas obligé de la fréquenter tu sais ?  » 

Mon verre était vide devant moi et j'y ai reversé un fond de whisky ambré que j'ai regardé tourné dans le verre avant de se calmer. Au même moment, ma meilleure amie a pris une chaise et s'est installée à côté de moi en soupirant. Elle avait beau dire que Maggie était impossible, je sentais plutôt que c'était moi qu'elle trouvait lourde, pas sa collègue de cours. Je l'ai vue regarder mon verre et hausser un sourcil. Voilà le jugement que j'attendais. Parvati m'a regardé et m'a demandé si ça allait. J'ai éclaté de rire avant de reprendre mon sérieux pour lui répondre. Comme si ça l'intéressait. Je ne la voyais presque plus, alors c'était plutôt difficile pour elle de le savoir.

« Ouais, ça va, je pète la forme. Et toi, Maggie t'a pas encore fait perdre la boule à ce que je vois...ça ne saurait tarder, elle est bizarre. » 

Je m'étais penchée vers mon amie pour lui parler comme sur le ton de la confidence. À vrai dire, je ne connaissais pas du tout la fameuse et mystérieuse Maggie. J'avais déduit qu'elle était bizarre de la façon dont Parvati en parlait, mais je disais ça sans réellement savoir. Normalement, je n'aurais pas parlé ainsi, je n'étais pas du tout en bonne position pour juger les autres. Je n'étais plus entièrement sorcière, je n'étais pas complètement louve, je n'étais qu'un amas de plusieurs choses qui créaient un tout non identifiable. J'étais un tas sans nom, désagréable à ses heures et qui en plus devait puer l'alcool. J'étais minable. Le regard de mon amie m'a quittée et est allé vers la fenêtre. Ouais ouais, la lune tout ça tout ça. Je la maudissais elle aussi avec son éclat des plus charmants qui, en bout de ligne, me faisait chier. C'est romantique la lune que la plupart des gens disent. Je ne suis pas d'accord ! Non elle n'est pas romantique et jolie ! Elle pue et elle pique la connasse ! J'ai saisi mon verre et j'ai bu une lampée de whisky en l'honneur du gros cercle blanc qui flotte dans le ciel la nuit. Elle avait du mérite. Personne ne m'avait autant fait chier dans toute ma vie. En reposant mon verre, j'ai entendu la question de Parvati et j'ai mis un doigt sur ma bouche, lui faisant signe de se taire.

« Ouais, j'ai bu. Le yoga et la boxe m'aidaient pas trop ce soir alors j'ai sorti ma copine de l'armoire et je me suis dit qu'elle et moi aurions un rendez-vous ce soir. Elle m'a beaucoup aidée tu sais...elle était là, j'étais là...bah voilà. » 

J'ai saisi la bouteille par le goulot pour la montrer à mon ami qui allait probablement se demander de quelle planète je tombais. Si elle avait été plus là, elle le saurait peut-être.

(c) DΛNDELION


The devil may cry
It won't be in vain ▬ to swallow all your pain and learn to love what burns and gather courage to return. Faces in the crowd will smile again and the devil may cry at the end of the night,
Parvati Patilavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1836-parvati-to-all-the-light-we-cMessages : 70 Points : 0
Pseudo : Barling
Avatar : Lindsey Morgan
Crédits : IrishCraziness
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: En colocation avec sa meilleure amie Lavender dans une des résidences du centre ville d'Atlantis
Patronus: Tigre du Bengal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Shatter me - Parvati | Lun 20 Aoû - 17:33
Lavender & Parvati
Shatter me
Emménager avec Lavender avait été une telle évidence que Parvati n’avait même pas pris la peine d’y réfléchir. C’était ce qui lui paraissait le plus logique après toutes leurs années d’amitié à Poudlard, l’étape suivante, la chose à faire. Quelque part, Parvati savait que tout le monde s’attendait à ce qu’elle emménage plutôt avec Padma, ou même avec les deux sorcières, mais ça n’avait pas été une option envisageable pour les jumelles Patil. Si elles avaient appris une chose de Poudlard c’était qu’elles pouvaient parfaitement mener deux vies séparées tout en restant la personne la plus importante pour l’autre. L’indienne aimait sa jumelle d’un amour sans mesure, mais elle avait appris à vivre sa propre vie, à être sa propre personne, et si elles voulaient continuer ainsi elles devaient mener des existences distinctes, mais tout de même entrelacées. Elles avaient donc fait le choix le plus évident et avaient choisies des logements très proches pour pouvoir se voir dès que l’envie se faisait sentir tout en gardant une forme d’intimité qu’elles avaient appris à cultiver à Poudlard quand le choixpeau les avait réparti dans deux maisons différentes. Ce que Parvati avait d‘abord pris comme la pire épreuve de son existence, s’était révélée la chose la plus saine pour leur relation. Alors quand le moment était venu, leur décision avait été unanime, prouvant une fois de plus qu’elles étaient sur la même longueur d’onde, et Parvati s’était tout naturellement tournée vers Lavender. Si elle devait habiter avec quelqu’un, alors elle choisissait sa meilleure amie, sans l’ombre d’un doute. Et elle n’avait jamais remis en cause sa décision, pas un seul instant. Elle avait su, pourtant, que rien n’allait être simple. La guerre avait fait des ravages chez tout le monde, et si Parvati s’en était sortie avec un syndrome de stress post-traumatique et de nombreux cauchemars, Lavender, elle, avait subis une malédiction bien pire. Les griffures causées par Greyback avaient changé sa vie à jamais, elle avait échappé de peu à la lycanthropie complète, mais pas à une certaine forme de transformation. Elle l’avait su dès de départ, Parvati, que rien ne serait simple, mais elle était passée outre, parce que c’était de Lavender dont il était question et qu’elle ne s’imaginait pas agir autrement qu’en étant là pour elle. Elle avait été là pour elle pendant ses longs mois de convalescence à l’hôpital, elle avait été là pendant le procès des mangemorts, et notamment celui de Greyback, et elle avait été là quand son amie la plus chère avait dû apprendre à se reconstruire une vie la plus normale possible. Rien n’avait été facile, il y avait eu des cris, des pleurs et des portes claquées, mais elles avaient tenues bon et il y avait eu des rires, des conversations jusqu’au bout de la nuit et des regards complices. Elles avaient fait de leur mieux, chacune à sa façon. Ça avait pris du temps, mais elles avaient réussi à construire une forme d’équilibre. Et maintenant, Parvati risquait de tout foutre en l’air.

Elle voyait bien que quelque chose clochait avec Lavender. Son air abattu, le fond de rancœur dans sa voix, le verre devant elle et surtout la bouteille entamée à ses côtés. Ça voulait tout dire et soudainement Parvati se détesta de faire irruption au milieu d’une telle scène. Elle aurait dû être là dès le début pour donner à la soirée un tournant moins sombre et alcoolisé. Elle aurait dû être là pour sa meilleure amie. L’indienne sentit son cœur se tordre mais elle tenta de faire bonne figure et de répondre aux questions de la blonde. Elle ajouta un nouveau mensonge à sa collection et une petite voix désagréable dans sa tête lui signala qu’elle n’était plus à ça près. « Quand quelqu'un te fais chier, t'es pas obligé de la fréquenter tu sais ?  » Une grimace déforma un instant les lèvres de Parvati. Ce n’était pas Lavender qui parlait, c’était l’alcool, mais ça ne rendait pas l’accusation dans sa voix moins douloureuse à entendre. En silence, l’ancienne Gryffondor observa sa meilleure amie fixer son verre vide avant de se resservir une bonne dose d’alcool. Parvati ne pouvait pas voir l’étiquette de la bouteille mais la couleur du liquide et l’odeur qui flottait paresseusement autours de Lavender lui indiquait qu’il s’agissait de whisky. Et vu la voix pâteuse de la blonde et son attitude en générale il ne s’agissait clairement pas de son premier verre de la soirée. Parvati sentit la culpabilité former une boule dans sa gorge mais elle ne fit pas de commentaire sur l’attitude de son amie, elle avait été absente, elle était mal placée pour juger. « Si seulement c’était aussi simple. Si je pouvais ce devoir serait déjà terminé depuis longtemps. » Lâcha-t-elle finalement en choisissant ses mots avec soin. Elle parla avec un calme délibéré, l’alcool et la pleine lune qui approchait avaient un effet néfaste sur le comportement de Lavender. Elle paraissait écrasée par le poids de sa nouvelle condition mais aussi particulièrement sur les nerfs. Or l’indienne n’avait aucune envie d’exacerber les sentiments négatifs de sa meilleure amie et de déclencher une dispute. Même si cette petite voix désagréable au fond de son esprit lui susurrait qu’elle l’aurait mérité. Pour tenter de détourner la conversation de ses secrets, Parvati était venue s’installer près de Lavender et lui avait demandé comment elle allait. Elle ne savait pas trop à quoi elle s’attendait en posant une question dont la réponse était si évidente. Peut-être à ce qu’elle craque complètement ou alors qu’elle se mette à lui hurler dessus qu’elle était une meilleure amie minable. Mais certainement pas à ce qu’elle éclate purement et simplement de rire. Parvati ouvrit de grands yeux mais ne dit rien. Malgré l’odeur de whisky qui lui piqua le nez, elle laissa Lavender se pencher vers elle. « Ouais, ça va, je pète la forme. Et toi, Maggie t'a pas encore fait perdre la boule à ce que je vois...ça ne saurait tarder, elle est bizarre. » La Gryffondor pinça les lèvres et garda le silence. Elle se répéta une nouvelle fois que ce n’était pas vraiment Lavender qui parlait, d’autres facteurs entraient en jeu et influaient sur ses paroles. La Lavender qu’elle connaissait aimait les commérages mais pas ceux qui pouvaient réellement faire du mal aux autres, pas ceux où elle émettait un jugement de valeur sur une pure inconnue. Parvati soupira doucement, l’état de sa meilleure amie était bien pire que ce qu’elle avait cru. Elle se contenta d’hausser lentement les épaules, elle ne voyait franchement pas quoi répondre à son amie. Seulement que ce n’était pas Maggie qui risquait de lui faire perdre la boule, c’était plutôt les chasseurs de moldus. Mais bien sûr elle ne pouvait rien dire.

Alors plutôt que de rentrer dans le jeu tordu d’alcool de Lavender, Parvati s’était risqué à lui demander si elle avait bu. Elle avait bien vu que le liquide dans son verre n’était pas de l’eau, mais elle voulait surtout savoir si elle avait bu avant d’arriver chez elles. Elle avait voulu essayé d’évaluer les dégâts, mais l’attitude de Lavender était bien assez claire comme ça. Pas besoin de mots. D’ailleurs c’est ce que la blonde sembla vouloir insinuer en posant maladroitement un doigt sur ses lèvres. « Ouais, j'ai bu. Le yoga et la boxe m'aidaient pas trop ce soir alors j'ai sorti ma copine de l'armoire et je me suis dit qu'elle et moi aurions un rendez-vous ce soir. Elle m'a beaucoup aidée tu sais...elle était là, j'étais là...bah voilà. » Parvati baissa les yeux sur ses mains. Elle ignorait à quel point Lavender contrôlait les mots qui sortaient de sa bouche ou si elle attendait de l’indienne qu’elle lise entre les lignes. Mais tout ce que Parvati entendait c’était qu’elle n’avait pas été là pour elle. Que c’était de sa faute si sa meilleure amie s’était rabattue sur une bouteille de whisky pour pouvoir supporter son état. Elle voulait sauver le monde Parvati, mais elle n’était même pas foutu d’aider sa meilleure amie.  Et cette idée lui brisait le cœur. « Je crois que la bouteille en a assez fait pour ce soir. » Fini-t-elle par articuler après un instant de silence. Avec douceur, elle attrapa la bouteille que Lavender tenait par le goulot et la déposa précautionneusement dans le placard le plus proche. Elle savait que ça n’empêcherait pas son amie d’aller la chercher mais elle ne s’imaginait pas la laisser avec ce poison à portée de main. Son absence avait fait déjà bien assez de dégâts comme ça pour ce soir, elle devait tenter d’arranger les choses. Malgré tout elle n’osa pas retirer le verre encore plein des mains de Lavender, elle était à la fois sous l’influence de la pleine lune approchante et de l’alcool, Parvati ne voulait pas risquer de déclencher sa colère. A la place elle prit une profonde inspiration. « Lav.. Qu’est-ce qu’il se passe ? » Demanda-t-elle doucement. Elle tentait de mettre sa culpabilité de côté mais celle-ci semblait lui ronger la gorge et former un poids dans son estomac. Ce n’était pas la première pleine lune que les deux meilleures amies vivaient, mais c’était la première fois que Lavender buvait pour la supporter. Parvati ne pouvait s’empêcher de se poser des questions, d’en chercher les raisons. Elle espérait et redoutait à la fois que son absence n’en était pas la cause. C’était un sentiment désagréable qu’elle s’efforça de repousser. « Si les pleines lunes sont de plus en plus dures à gérer tu peux me le dire, on trouvera autre chose que ça. » Reprit-elle avec un léger mouvement du menton en direction du verre au liquide ambré. C’était tout naturellement qu’elle s’était inclus dans la situation, parce que malgré tout elle ne s’imaginait pas abandonner Lavender un jour. Et elle espérait sincèrement que celle-ci le savait aussi.
When you try your best but you don't succeed When you get what you want but not what you need When you feel so tired but you can't sleep
 
Pando



- To all the light we cannot see -
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Shatter me - Parvati | 
Shatter me - Parvati
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parvati Patil ( en construction)
» Parvati Patil (Gryffondor )
» Parvati Patil ( Gryffondor )
» Ellie ✘ Shatter Me
» don't tell me you're going - ft Parvati
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: