Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler

Grace Hamiltonavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-Messages : 667 Points : 180
Pseudo : Flow
Avatar : Katharine McPhee
Crédits : avatar : mélopée (bazzart) ; signature : Rogers (PRD)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Si elle pouvait en former un, ce serait un chinchilla.
Informations supplémentaires:
Sujet: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | Dim 22 Juil - 17:00
Nouvelle maison pour petit chaton

- Grace Hamilton — Irvin Fowler -


"Il suffit de croiser son regard avec celui d’un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes." Jacques Laurent
« -Les gens sont des monstres. Clairement. Je perds foi en l’espèce humaine, lorsque je vois un spectacle de ce genre. Comment est-ce qu’on peut se regarder dans un miroir après avoir fait une chose pareille ? Je ne comprends pas.

Il était difficile de croire que de tels mots pouvaient sortir de la bouche de Grace, elle d’habitude si douce, si positive, si désireuse de voir le meilleur dans chacune des personnes qu’elle croisait. Mais il y avait une chose que la française ne tolérait pas, dans n’importe quelle circonstance. L’abandon d’animaux. Le refuge dans lequel elle était bénévole avait été contacté car un petit chat, qui devait avoir deux mois environ, peut-être un peu moins, peut-être un peu plus, avait été retrouvé sur le Chemin de Traverse, bien trop maigre, bien trop rongé par les puces et les tiques. Un minuscule matou des rues, avec pourtant une bouille si adorable qu’il aurait fait craquer le plus fort de tous les hommes. Les refuges londoniens étaient bien trop complets pour le prendre en charge, alors, Grace s’était rendue sur place pour l’emmener sur l’île écossaise.

Une fois le pelage brossé, et nourrit correctement, le chaton était devenu plus doux qu’un agneau. Effrayé, au départ, par tous ceux qu’ils l’approchaient, il avait fini par succomber aux caresses et aux attentions des bénévoles, et il était même allé jusqu’à s’endormir dans les bras de Grace, alors qu’elle était supposé le mettre dans sa petite cage de transport pour l’emporter jusqu’à Manadh. Ça ne la dérangeait pas, de toute façon. Il était plus léger qu’une plume, et si doux qu’elle ne pouvait s’empêcher de doucement flatter ses poils, alors qu’elle remontait vers le Chemin de Traverse pour se rendre jusqu’à la zone des Portoloins, un peu plus loin.

Elle était en avance. Tellement en avance, qu’elle prenait son temps pour regarder les devantures des boutiques, sachant pertinemment qu’elle devrait attendre l’heure dites pour pouvoir être magiquement transportée jusqu’à Atlantis, parlant doucement au petit chat, qui n’avait pas encore de nom.

-Tu as vu comme cette robe est belle ? Oh, mais elle est bien trop chère, tant pis.

L’animal, bien sûr, ne répondit pas, bien trop occupé à rêvasser dans ses bras douillets, niché contre sa poitrine, mais ça n’empêcha pas la kinésithérapeute de continuer sa petite promenade en s’adressant à lui, comme s’il s’agissait d’un enfant en bas âge. Enfin, elle arriva devant un magasin qu’elle connaissait bien. Milo’s Magical Sports Supplies. Un nom familier, puisqu’il s’agissait de la boutique de son petit ami, avec qui elle sortait depuis plusieurs mois maintenant, et dont elle était follement amoureuse : elle ne savait pas s’il était présent, cependant. Elle avait collé sur son frigo ses horaires de boulot, qu’il jonglait avec Irvin, mais elle était incapable de se rappeler s’il était censé être là aujourd’hui ou pas. Mais après tout, ça ne faisait rien. Elle s’entendait très bien avec le meilleur ami de Milo, et aurait été enchanté de passer quelques minutes avec lui à discuter, si jamais il était présent dans le magasin d’articles de sports. Sans hésiter, elle passa donc la porte, faisant tinter la petite clochette dans un son familier et réconfortant.

-Bonjouuuur, lança-t-elle à la cantonade, espérant voir, derrière le comptoir, la silhouette gigantesque de son italien préféré.

Mais raté, ce fut Irvin qu’elle aperçut au milieu des balais. Un sourire illumina son visage, car, malgré tout, elle était très contente de le voir, et trottina jusqu’à lui pour pouvoir lui faire la bise. Elle avait peu d’occasions de croiser le nouveau papa ces derniers temps, bien occupé avec sa petite Rosie, et leurs discussions animées, qu’ils avaient pris l’habitude d’avoir autour d’une bonne tasse de thé lui manquaient quelque peu.

-Salut Irvin, je te serrerai bien contre moi, mais j’ai une terrible bête féroce qui m’en empêche », dit-elle d’une voix faussement effrayée.

Elle désigna le chaton, plaqué contre ses seins, qui les avait transformé en coussin. Il était si mignon, sa petite queue s’était enroulée autour de son ventre et il ronronnait doucement, envoyant dans son corps des ondes de pure tendresse.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 686 WORDS.



À la folie
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 861 Points : 21
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | Mer 25 Juil - 3:56
Je bâille sans retenue. Je suis épuisé, mais de bonne fatigue, cette fois - pas l’épuisement que j’ai subi cet été, celui de ma dépression, qui m’empêchait même de penser, mais celui dû aux soins portés à ma petite Hobbite (Milo et moi avons décidé de ce surnom officiel. Tout le monde est petit pour Milo, de toute façon) qui vient de fêter son premier mois de vie. Petite Hobbite qui dort tranquillement dans l’atelier, dans le lit que Milo et moi avons installé pour elle, pour les jours où je suis obligée de l’amener sur mon lieu de travail à défaut de trouver un autre moyen de garde. Elle est encore trop petite pour la crèche de l’UPA, et mes mères ou ma soeur ne sont pas toujours disponibles. Grace nous a déjà rendus service aussi, mais je n’ai pas pu la prévenir assez tôt cette fois pour lui demander. Tant pis, et puis j’aime aussi avoir Rosie ici, avec nous.

Je bâille encore ; heureusement que le nouveau vendeur est en train de chercher une facture dans l’atelier, je me préserve de lui montrer cette attitude tout sauf professionnelle. Je m’étire rapidement et reprend ma tâche en cours, l’accrochage d’un balai flambant neuf que je viens de retester. L’alarme visuelle éclaire soudain la boutique et je me retourne. En reconnaissant Grace, je souris autant qu’elle. Elle s’approche et se hisse sur la pointe des pieds pour m’embrasser la joue - cette manière bizarre de dire bonjour à la française, mais je m’y suis habitué. Je lui réponds par un pressement de main sur son épaule : c’est devenu notre petit rituel de salutation.

- Salut Grace, tu vas bien ?

Elle rayonne, je comprends pourquoi Milo l’aime autant. Elle brille toujours, mais pas de l’enthousiasme superficiel et naïf des gens pour qui tout va bien dans le monde. Elle est profondément gentille et sincère, mais plus forte et volontaire qu’elle ne le laisserait penser au premier abord. Même pour moi qui met d’habitude beaucoup de temps à me lier avec les gens, cette amitié a été évidente, et puis nous nous sommes découvert un gros point commun qui a beaucoup contribué à nous rapprocher : un frère et une soeur cadets et… un peu immatures. Parfois, lors de nos discussions, j’ai l’impression d’avoir deux enfants, Matilda et Rosie, tout comme Grace parle de Matthew comme de son fils. Entre aînés responsables, on se soutient. Nous nous sommes moins souvent croisés ces dernières semaines, depuis la naissance de Rosie, alors je suis très content de la voir arriver ici.

La raison de sa joie de la journée est, à n’en pas douter, la présence du minuscule chaton blotti contre sa poitrine.

- Par Merlin, éloigne-le de moi alors, je suis trop jeune pour être dévoré.

Le petit félin ronronne de toutes ses forces et je me penche pour l’observer. J’avance prudemment ma main devant son petit museau pour lui laisser le temps de me renifler, ce qu’il fait avant de frotter sa joue contre ma peau et de ronronner de plus belle.

- Il a l’air très jeune... C’est ton nouvel animal de compagnie ? Comment il ou elle s’appelle ?

Je grattouille la tête du chaton tout en parlant. J’aime beaucoup les chats, même si j’ai plus souvent été entouré de chiens. Ils sont calmes, indépendants, ce qui qui convient plutôt bien à mon caractère. Je me sens déjà attendri par la petite tête du félin - est-ce qu’avoir Rosie me rend plus sensible aux bébés en général ? Ce serait une idée intéressante.

- Tu voulais voir Milo ? Il est parti chez un fournisseur, il sera pas de retour tout de suite.



Grace Hamiltonavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-Messages : 667 Points : 180
Pseudo : Flow
Avatar : Katharine McPhee
Crédits : avatar : mélopée (bazzart) ; signature : Rogers (PRD)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Si elle pouvait en former un, ce serait un chinchilla.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | Ven 27 Juil - 13:50
Nouvelle maison pour petit chaton

- Grace Hamilton — Irvin Fowler -


"Il suffit de croiser son regard avec celui d’un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes." Jacques Laurent
Lorsqu'elle avait une dizaine d'années, Grace avait eu son premier animal de compagnie : un cochon d’Inde qu'elle avait nommé Bouchon. Aucun petit rongeur au monde ne fut plus aimé et choyé. Bouchon avait deux cages, une pour l'hiver, gigantesque, avec des petits jeux d'éveil pour qu'il ne s’ennuie pas, et un clapier pour l'été, en extérieur, décoré de petites fleurs de toutes les couleurs. Elle avait choisie une litière en lin, chère, mais parfaite pour ces petites bêtes, et le nourrissait chaque jours de légumes différents, des fanes de carottes, des épinards, du céleri, vérifiant les niveaux de nitrate et d'eau de chaque élément pour qu'il soit dans la meilleure forme possible.

L'amour des animaux, en général, ne la quitta jamais. À l’université, à Birmingham, la française prit l'habitude de recueillir dans sa petite chambre étudiante les portées de chats qui étaient abandonnées sur le parking non loin de chez elle, essayant de leur trouver des familles douces et aimantes, et elle ne manquait pas de venir caresser le cheval de son frère, et de lui donner des pommes lorsqu'elle allait lui rendre visite. Son bénévolat au refuge d'Atlantis fut donc une évidence. Cela lui prenait énormément de temps, en plus de son cabinet et de son implication auprès de The Pacifist Confederacy, mais ça n’avait pas d'importance. Rien que de penser à ces pauvres petites âmes abandonnés par des maîtres inattentifs, son cœur se serrait, et elle oubliait la fatigue, souriant comme à son habitude de manière douce et volontaire, remontant ses manches et se mettant au travail.

Ce petit chaton qu'elle tenait contre sa poitrine était un exemple parfait des raisons pour lesquelles elle s’impliquait autant. Il était tellement mignon et adorable, tellement innocent, aussi : le symbole d'un monde certes complexe et difficile, dans lequel il était difficile de se faire une place, mais aussi magnifique et rempli de belles choses. Et il ronronnait dans ses bras, sans faiblir, simplement heureux d'exister et de se reposer dans des bras aimants. Paisible.

Irvin semblait, tout comme elle, tomber sous le charme de la petite boule de poil, puisqu’il commença à la gratouiller derrière les oreilles en le regardant avec adoration. Grace croyait fermement en l’adage "Qui aime les bêtes, aime les gens", et elle avait suffisamment côtoyé le jeune homme pour connaître son caractère généreux et désintéressé. En rencontrant Milo, elle avait également eu la chance de trouver un nouvel ami qu'elle garderait, elle en était sûre, durant de nombreuses années.

« -Oh non, tu sais que je suis bénévole au refuge d'Atlantis ? Ce petit gars a été abandonné, et les associations ici sont tellement remplies qu'elles nous ont demandé de le prendre en charge. Il n'a pas encore de nom, et il est à peine sevré. Elle porta la tête du chaton près de sa bouche, lui parlant doucement. Mais t'inquiète pas mon bonhomme, je suis sûre qu'on va te trouver une super famille ! Maman Grace est sur le coup !

Et elle ponctua son serment par une énième caresse, avant de rediriger son attention vers l'étudiant en ingénierie magique. Elle était quelque peu déçue de ne pas pouvoir voler un baiser à Milo, mais elle était fière de lui, du travail qu'il effectuait dans sa boutique et du succès qu’il rencontrait.

-Ça ne fait rien, je passais aussi voir le nouveau papa, pour voir comment il allait ! Et demander quelques nouvelles de ma jolie petite Rosie, aussi. Toujours aussi… vocale, la nuit ? »

La kinésithérapeute pouvait voir les cernes sous ses yeux, qui devenaient de plus en plus noires, de plus en plus profondes. Elle essayait de garder celle qu’elle considérait comme sa petite nièce le plus possible, pour soulager Torvi et Irvin, mais bien sûr, elle ne pouvait pas faire de miracles, d’autant plus qu’elle avait un emploi du temps très chargé. Elle avait toujours l’impression de ne pas en faire assez, qu’elle avait sur ses épaules des responsabilités imaginaires : probablement un effet secondaire de son rôle de grande sœur. En plus du babysitting, de temps en temps, elle essayait de préparer de bons petits plats aux deux nouveaux parents, qu’elle mettait dans des tupperwares soigneusement étiquetés et qu’elle confiait à Milo, pour qu’il puisse leur apporter en transplanant, ou les donner directement à Irvin lorsqu’il le voyait au travail : une tâche qu’elle effectuait avec plaisir, simplement pour décharger un peu de stress des épaules de ses amis. Non pas qu’elle pensait qu’ils n’étaient pas capable de se débrouiller sans elle, mais si elle trouvait un moyen de leur faire gagner du temps de sommeil, si précieux durant les premiers mois du bébé, elle le savait bien, alors, elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour pouvoir les soulager.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 746 WORDS.



À la folie
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 861 Points : 21
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | Sam 28 Juil - 9:48
Je suis toujours content de voir Grace. Je ne me rappelle pas m’être aussi bien entendu avec les autres petites amies de Milo, car Grace et moi sommes finalement plus semblables que ce que les gens pourraient croire. Evidemment, elle est aussi extravertie et débordante d’enthousiasme que je suis introverti et en apparence parfois taciturne, mais cette surface cache bien des similitudes. A force de m’observer, depuis le début de mon suivi psychomagique, j’ai appris par extension à mieux analyser les gens. Grace et moi partageons notamment un gros, gros défaut, cette exigence d’irréprochabilité qui malmène parfois nos égos un peu sensibles. Exigence qui se manifeste différemment : à moi, elle donne l’air froid et exigeant, voire intransigeant ; à Grace, cette énergie débordante et chaleureuse qui la rend si joviale et appréciée dans les associations où elle donne son temps. Elle a toujours du temps à donner pour les autres, je me souviens qu’elle m’a déjà parlé de son refuge animalier. J’ai hésité à y adopter un petit compagnon à poils, mais l’arrivée du bébé m’a découragé. J’aime Monsieur Spock mais je le vois rarement, je ne peux pas lui imposer fréquemment le voyage Flagley-Atlantis, et sa présence me manque. Alors à la vue du petit chaton roulé en boule contre Grace et ronronnant comme si sa vie en dépendait, j’avoue être tenté de l’adopter. L’histoire du petit bonhomme me touche.

- Le pauvre… Il est si petit pour avoir été abandonné, c’est incroyable ! Il a de la chance d’être tombé sur toi. J’approche mon visage du chaton et le gratouille encore. J’espère qu’il ne restera pas longtemps au refuge.

J’en suis sûr maintenant, Rosie me rend plus sensible. La vue du petit chat me remplit à la fois de tendresse et d’un sentiment d’injustice plein de colère ; j’imagine Rosie à sa place et cette pensée me tord le coeur.

- Il veut boire peut-être ?

Milo sera déçu d’avoir raté sa douce Française, même s’ils se verront le soir même. Je souris à la phrase de Grace, sans cacher ma lassitude ; autre point qui me plaît beaucoup dans mon amitié avec la jeune femme : étonnamment, jamais je n’ai senti le besoin de cacher ma fatigue, ou ma tristesse, devant elle. Je suis avec elle quasiment aussi spontané qu’avec Milo, et parfois plus qu’avec Torvi. C’est une des rares personnes avec qui je n’ai pas ce réflexe automatique de refouler ce que je ressens pour laisser paraître seulement ce que je voudrais qu’elle voie. C’est si reposant.

- Elle ne se laisse pas oublier, tu peux le dire. Je suis fatigué, dis-je en passant une main sur mon visage, tout le monde m’avait prévenu mais j’avais sous-estimé ce que ça impliquait vraiment. Le point positif, c’est que j’ai appris à profiter de la moindre minute de calme : je peux m’endormir n’importe où et n’importe quand maintenant. Mais elle commence à dormir 3 heures d’affilée, c’est un progrès ! Elle fera peut-être rapidement ses nuits.

En vérité, j’ai rarement ressenti autant d’épuisement. Je fonctionne en mode automatique, allant toujours à l’essentiel et exploitant le maximum de mon temps libre, avant de dormir comme une brique dès que l’occasion se présente. J’avais si peur de ce changement radical, peur que ma dépression en profite pour revenir, peur que mon traitement ne soit plus assez efficace, peur de rechuter et d’en faire pâtir mon bébé, mais finalement je m’en sors plutôt bien. Ma psychomage a préféré différer la diminution de dosage de mon traitement, pour ne pas m’imposer un changement de plus dans cette période difficile, mais dès que Rosie fera ses nuits, je l’envisagerai.

Comme en réponse à Grace, le babyphone de poche que je garde accroché à ma ceinture se met à vibrer et clignoter. J’entends un lointain cri venir de l’atelier, qui doit être tout à fait sonore aux oreilles de la Française.

- Ma bête féroce à moi m’appelle. Tu as un peu de temps pour la voir et boire un thé ?



Grace Hamiltonavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-Messages : 667 Points : 180
Pseudo : Flow
Avatar : Katharine McPhee
Crédits : avatar : mélopée (bazzart) ; signature : Rogers (PRD)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Si elle pouvait en former un, ce serait un chinchilla.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | Sam 4 Aoû - 3:29

Nouvelle maison pour petit chaton

- Grace Hamilton — Irvin Fowler -


"Il suffit de croiser son regard avec celui d’un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes." Jacques Laurent
Grace avait appris, à ses dépends, qu’il y avait une différence fondamentale entre ces copains de passage, que l’on apprécie pendant quelques mois et qu’on oublie aussi vite qu’ils sont arrivés dans nos vies, et les véritables amis. La française, qui avait tendance à placer sa confiance entre les mains de n’importe qui, avait eu les ailes brulées de bien trop nombreuses fois, par des gens qui ne méritaient pas le temps et l’effort qu’elle mettait dans chacune de ses relations amicales. Alors, maintenant, ce n’était pas qu’elle était moins naïve, après tout, c’était l’essence même de son grand cœur, de ce qui faisait qu’elle était elle et pas une autre, mais elle avait appris à distribuer ses attentions à des gens qui le méritaient. Si elle donnait son sourire et sa bonne humeur à qui les voulait bien, son amour restait dans une armoire fermée à clef, tant qu’on n’avait pas montré patte blanche.
Avec Irvin, ça s’était fait de manière naturelle. Alors qu’elle tournait encore autour de Milo, et qu’elle ne voulait pas encore s’avouer à elle-même qu’elle était tombée irrémédiablement sous le charme de son voisin, l’étudiant en ingénierie magique s’était révélé être une personne de confiance, à qui elle pouvait confier ses secrets sans crainte qu’ils ne soient utilisés contre elle. Et de le voir maintenant, nouveau papa, certes fatigué, mais comblé, elle se sentait devenir émotive. Elle ne pouvait être véritablement heureuse, si les personnes qui l’entouraient ne l’étaient pas elles aussi, et d’entrapercevoir cette étincelle de bonheur dans les yeux de son ami suffisait à la remplir d’allégresse.

Le chaton bailla en gardant ses petits yeux fermés, couinant dans un bruit absolument adorable, avant de reprendre de plus belle ses ronronnements. Il n’avait pas conscience des regards pleins d’adoration de la jeune femme et de son ami, lui, tout ce qui lui importait, c’était les douces caresses qu’il recevait et le bien-être qui se diffusait sous ses poils soyeux. L’innocence même.

« -On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé pour lui. Le scénario type, c’est une chatte non stérilisée, qui met bas dans une rue et qui s’occupe de ses petits jusqu’à ce qu’ils soient sevrés. Ensuite, ils doivent se débrouiller tout seuls… J’espère que ce n’est pas le dernier de sa portée, et que ses frères et sœurs vont bien. Une énième gratouille. Malheureusement, le refuge est surchargé de boules de poils comme lui, malgré nos efforts. Elle soupira. Que pouvait-elle faire de plus, pour ces animaux si adorables, qui n’avaient commis aucun autre crime que d’être nés dans une société qui n’en avait rien à faire de leur bien-être ? Parfois, la française se sentait dépassée. Elle secoua la tête : non, il ne fallait pas perdre espoir. Je me dis que personne ne pourra résister à sa gueule d’ange, heureusement ! C’est un animal parfait pour une petite famille.

Elle opina de la tête lorsque Irvin proposa de faire boire le petit chaton. A cet âge là, il était important qu’ils s’hydratent régulièrement. Après avoir déposé la mini panthère sur le comptoir, où elle se roula en boule sans sourciller, la kinésithérapeute reprit sa conversation avec Irvin, se plongeant dans son regard avec un petit sourire bienveillant.

-Ça ne m’étonne pas, ça, oui. Enfin, je ne suis pas maman mais je me rappelle parfaitement les nuits où Matthew braillait à s’en décrocher les poumons… C’était intense, c’est le moins qu’on puisse dire, dit-elle en rigolant doucement, se rappelant de ces lointains souvenirs avec une nostalgie non dissimulée. En tout cas, n’oublie pas de prendre soin de toi, d’accord ? Sinon, crois-moi, tu me verras débarquer chez toi en un éclair, et je te botterai les fesses pour te le rappeler !

Le babyphone fit réveiller en sursaut le chat sur le comptoir, qui se précipita, apeuré, contre la poitrine de la jeune femme, qui entreprit alors de lui gratter son petit menton en lui murmurant des mots d’apaisement. Lorsqu’il eut compris que l’objet n’était pas dangereux, il lécha de sa petite joue râpeuse les doigts de Grace.

-Oui, j’ai un portoloin de prévu, mais pas avant quelques heures, donc tu me sauves de mon possible ennui, en fait ! Quant à la tasse de thé, ce n’est pas de refus, mais seulement si je peux faire plein de bisous à Rosie. Je sais que je suis dure en affaire, mais ce n’est pas négociable.»

Vive et joyeuse, comme à son habitude. Elle suivit de ses petits pas le meilleur ami de Milo, le chaton toujours accroché à elle, en se promettant de prendre quelques photos de lui près du bébé. Des images aussi mignonnes se devaient d’exister dans ce bas monde, et puis, peut-être qu’elles pourraient convaincre d’éventuelles familles à l’adopter ?  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 793 WORDS.



À la folie
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler | 
Nouvelle maison pour petit chaton ft. Irvin Fowler
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cherchons une bonne "maison" pour un bouc nain
» Prévisions pour nouvelle commande a380
» A vendre: petit chaton très mignon
» nouvelle zone pour FARMER comme un DIEU $$$
» Nouvelle vie [PV : Ichigo]
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: