DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI.

Peter W. Wayneavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1839-peter-w-wayne-les-autres-sontMessages : 30 Points : 0
Pseudo : Kataii.
Avatar : Eddie Redmayne.
Crédits : av: schizophrenic ; sign: beylin.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis — quartier résidentiel des faubourgs.
Patronus: Un aigle.
Informations supplémentaires:
Sujet: DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI. | Sam 7 Juil - 21:05



DE LA PEAU AU PAPIER

Le récit de l’Epopée d’un héros modeste, ou Comment survivre une journée sans chocogrenouilles avait finalement prit fin sous la plume de Peter. Le point final de cette autofiction lui avait serré le cœur plus qu’il n’aurait pu l’imaginer. Si, au départ, il avait commencé à écrire sous la pression de Samy Lane – le terrifiant Samy Lane qui lui envoyait des fleurs qui parlaient en alexandrins – il s’était sincèrement prit au jeu. Dans sa grande solitude, il s’était attaché à ses personnages et revivait son aventure à travers eux – une aventure totalement embellie, dédramatisée et romancée.

Sous l'impulsion du journaliste Samy Lane, le périple de Peter avait créé un grand engouement médiatique en mai 1997. C’était avant tout une question de tournures de phrases, de suspens et d’effets littéraires. Les lecteurs de la Gazette du Sorcier avaient eu l’impression de lire une nouvelle dans les faits divers – l’histoire, qui semblait particulièrement héroïque, avait fait l’effet d’une aventure incroyable.
La subite célébrité de Peter lui avait fait plus de mal que de bien, et il fut soulagé de la voir éphémère. Les gens qui l’arrêtaient dans la rue n’avaient aucune idée de ce qui s’était véritablement produit dans cette forêt. Pour Peter, cela avait été une épreuve entre épouvante et mort certaine. D’abord, la fuite avec Lenny et Anna, deux enfants en bas-âge terrorisés par les feux de la bataille, puis l’égarement dans la forêt du Bois Mort, une des plus dangereuses d’Ecosse, avec un journaliste fou et hystérique… Rien, absolument rien n’avait été une aventure, ni pour Peter, ni pour les enfants, et si Samy Lane avait trouvé les mots pour en faire un article de journal, c’était uniquement car il avait des cases en moins, sans doute provoquées par son complexe de Cracmol.
Outre les traumatismes engendrés par les successions d’accidents, l’épuisement total de Peter, et l’année de thérapie dont il eut besoin après cela, il n’avait pas supporté l’inconscience du public et l’excitation morbide qui en résultait. On jouait de la vie de trois personnes – il ne se comptait jamais dans le lot – comme si cela avait été un tournoi, et on l’avait acclamé comme un gladiateur, comme le héros d’une histoire et non de l’Histoire, un personnage inventé pour égayer les esprits abattus, voilà tout.

Néanmoins, Peter savait par expérience que tout événement traumatique pouvait être évacué par le biais de l’expression artistique. Il avait d’abord vu, puis senti, à quel point recréer ces événements lui avait libéré le cœur. D’abord objet thérapeutique, L’Epopée d’un héros modeste est finalement devenu un générateur de joie, puis un projet concret. Au travers de son personnage, Robert Stormage, il voyageait ailleurs – ce qui voulait dire loin de sa vie – et se reconstruisait dans l’imaginaire. Depuis la mort de Laura, l’écriture de ce roman avait été le seul moyen de sortir la tête de l’eau.

Soit, le récit était écrit, mais il manquait encore quelque chose. Peter avait mis un certain temps à se rendre compte de la pièce manquante du puzzle : il fallait des images, des images magnifiques et magiques. Lui-même avait essayé de griffonner quelques paysages, mais il s’était rétracté très vite en constatant ses affreux gribouillages, et alors, l’affaire commença à le hanter. A qui demander ? Il ne lui fallait pas un dessinateur, il lui fallait le dessinateur, celui qui serait capable de voir l’histoire comme elle se déroulait dans la tête de Peter. Des semaines entières passèrent où il éplucha des planches et des planches de coups de crayons sans jamais être satisfait, et soudain, il vit exactement ce qu’il lui fallait – et il le vit sur le bras d’un immense bonhomme qui récurait une moto.
C’était un tatouage, fruit à la fois de la technique et de la magie. Il représentait un renard furieux dont le regard, humain, implorait la clémence. Alors que Peter s’approchait, peu assuré, l’animal plongea dans sa tanière et disparut du tatouage.
Elle s’appelait Mini et était tatoueuse au Cactus Banana Tattoo, avait dit l’imposant viking, qui, malgré ses airs terribles, s’avéra être aussi doux qu’un nuage de lait. C’était donc là que Peter devait aller. Il fallait que ce soit elle, et personne d’autre.

Lorsque Peter entra dans le salon de tatouage, presque une semaine s’était écoulée. Entre doutes et peurs, il avait perdu du temps, mais il était à présent plus déterminé que jamais. Il lança un regard circulaire, effrayé comme s’il venait à un entretien d’embauche, et se frotta les mains en attendant que quelqu’un vienne. Enfin, une jeune femme à la chevelure bouclée apparut derrière le comptoir. « Bonjour, mademoiselle » dit-il tout doucement, « y a-t-il une jeune fille appelée Mini par ici ? »


I have spread my dreams
under your feet
tread softly because you tread on my dreams
S. "Mini" Constantineavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1068-mini-i-ain-t-afraid-of-no-ghoMessages : 38 Points : 0
Pseudo : Angie
Avatar : Ashley Moore
Crédits : KORDEISM & endlesslove
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis, au dessus du Cactus Banana Tattoo
Patronus: Aucun
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI. | Jeu 19 Juil - 14:56



Le chaos était total.

Pikachu avait décidé qu’il était tout à fait convenable pour un chat de choisir une montagne d’esquisses et de croquis comme trône, et il regardait Mini chercher frénétiquement un de ses projets pour un client avec un regard hautement satisfait. La tatoueuse commençait à désespérer : elle était certaine d’avoir rangé ses esquisses dans le tiroir d’un des bureaux de son atelier, et pourtant elle ne parvenait pas à mettre la main dessus.

« Allez, bouge tes fesses un peu ! » marmonna-t-elle à Pikachu, sans aucun succès. Il se contenta de cligner des yeux et de demeurer là où il avait décidé de s’allonger sans même esquisser la moindre tentative de mouvement. Avec un claquement de langue agacé, Mini finit par le soulever de forcer, ignorant ses grondements de colère et le mouvement de queue dédaigneux qui accompagna sa sortie de la pièce alors qu’il montait les escaliers pour aller rejoindre l’appartement.

Levant les yeux au ciel, Mini se plongea dans la pile qui avait désormais été libérée et mit enfin la main sur le croquis qu’elle cherchait. L’idée d’engager un autre tatoueur – voir même un apprenti ? – l’avait effleurée plusieurs fois, désormais. Mais elle n’était pas certaine d’être capable de partager son monde avec quelqu’un d’autre. Son atelier était rempli de croquis, de chevalets aux toiles inachevées qu’elle débutait lorsqu’elle avait besoin de calmer ses anxiétés, de cactus et de plantes qui avaient toute un nom et une histoire ; l’idée de partager cet espace lui donnait des sueurs froides, et pourtant son chat n’était décidément pas une compagnie suffisante.

Secouant machinalement la tête (comme si cela allait lui permettre de faire disparaître ses pensées parasites), elle ramassa ses épais cheveux bouclés en un chignon maladroit. Elle n’attendait pas de client, ce matin-là, et comptait profiter de cet instant de répit pour s’avancer sur les prochains projets qui lui avaient été présentés – tous étaient très intéressants, même si aucun ne lui permettait véritablement de repousser les limites qu’elle sentait être de plus en plus étouffantes. Sa conversation avec Keith lui avait permis de prendre conscience d’à quel point elle avait besoin de renouveau, d’apporter un nouveau souffle à son art et ses créations, mais elle n’était pas encore tout à fait certaine de la marche à suivre. Toutes les dernières peintures qu’elle avait ébauchées criaient ce besoin d’ouvrir ses perspectives, de plonger à corps perdu dans un projet différent de celui qu’elle menait actuellement – Atlantis lui avait semblée être la ville qui ouvrait des chemins arborescents, et pourtant Mini avait l’impression d’avancer sur le même fil depuis des années.

Le bruit de la porte d’entrée du salon la tirera de ses rêveries. Elle prit le temps de se recomposer et de soigneusement déposer son précieux croquis sur son bureau avant de sortir de l’atelier et de rejoindre la salle d’attente du salon. Un homme – jeune, moins de trente ans, aux cheveux roux et au visage sur lequel ses tâches de rousseur formaient des constellations – se tenait devant le comptoir. Il avait la même expression que tous ceux qui pénétraient dans un salon de tatouage pour la première fois : Mini la comparait souvent à celle d’un chiot perdu.

« Bonjour » répondit-elle avec un sourire qu’elle espérait rassurant. « C’est moi. Est-ce que je peux vous aider ? »

Il avait l’air jeune, mais qu’est-ce qu’il était grand. Enfin, quand on mesurait un mètre cinquante-cinq, tout le monde était grand.



▵ pillow fort architect ▵
Peter W. Wayneavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1839-peter-w-wayne-les-autres-sontMessages : 30 Points : 0
Pseudo : Kataii.
Avatar : Eddie Redmayne.
Crédits : av: schizophrenic ; sign: beylin.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis — quartier résidentiel des faubourgs.
Patronus: Un aigle.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI. | Mer 22 Aoû - 17:51
Tout était dans l’assurance. Il fallait se tenir bien droit, sans cependant être rigide ; le menton légèrement relevé, sans air hautain ; confiant en évitant d’avoir l’attitude de celui auquel on ne refuse rien. Ni prince ni mendiant, en somme. Naturel, sympathique, souriant. Après tout, Peter voulait lui proposer un travail – au salaire plus que modeste, certes, mais pas gratuit. Il avait bon espoir, et pourtant, c’est un peu chancelant qu’il rejoignit le comptoir, à grands pas silencieux, avançant comme s’il avait peur de briser quelque chose. Il fallait savoir, tout de même, que la maladresse de Peter faisait toujours de lui un danger pour la marchandise, il était comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, et il  sortait rarement sans dégâts. « Bonjour, » se répéta-t-il en s’adossant – ou en s’échouant, plutôt – sur le comptoir, « Je ne viens pas du tout pour un tatouage… » Il eut un petit rire nerveux et lança un regard à l’arrière-boutique. Il avait l’impression d’être dans la salle d’attente du dentiste. Pour sûr, il ne se serait pas laissé tatouer pour tout l’or du monde. L’idée d’avoir quelque chose d’incrusté dans la peau, et de probablement indélébile, lui faisait peur. Ce n’est pas pour rien qu’on lui reprochait souvent d’être « vieille école »…

« Alors voilà, » dit-il en se rappelant que c’était à lui de parler, « il se trouve que j’ai vu votre travail… sur le bras d’un homme, très grand, très fort, qui se ballade en moto. Vous savez, il a un renard tatoué juste là, » tout en parlant, il posa sa main sur son manteau, à l’endroit où il avait vu le dessin, puis il balbutia : « enfin vous voyez il est très musclé, sur mon biceps il n’y aurait, vous vous en doutez, pas la place… » Où en était-il, déjà ? « Quoi qu’il en soit, je ne sais pas comment il s’appelait, je n’ai pas demandé… mais c’était un Monsieur tout à fait convenable, et enfin j’ai vu ce tatouage et je me suis dit que… » il s’arrêta, comme bloqué, se rappelant qu’il n’avait pas commencé par le début. « Parce que je suis écrivain, en fait – enfin je ne suis pas encore écrivain, mais j’écris un livre, et le voici fini, et… je me disais – ça me tracasse vraiment depuis un moment – qu’il manquait quelque chose, et je me suis rendu compte que c’étaient les illustrations. » Il y était presque, mais l’assurance n’y était pas. « Et pour revenir à ce que je disais, en voyant ce dessin – enfin, ce tatouage – j’ai vu exactement ce que j’aurais voulu voir entre mes chapitres… » Un peu tremblant, il sortit de sa mallette le manuscrit et le posa sur le comptoir. Sur la première page, en lettres capitales, était écrit : EPOPEE D’UN HEROS MODESTE, OU COMMENT SURVIVRE UNE JOURNEE SANS CHOCOGRENOUILLES, par Peter William Wayne. « Evidemment, je vous propose de vous rémunérer. Je n’ai pas beaucoup de moyens, mais… ou… on pourrait s’arranger sur les droits, bien sûr, je suppose… » Il s’arrêta enfin, les yeux posés sur le titre, puis les releva vers Mini. Il avait même du mal à sourire.

HJ:
 


I have spread my dreams
under your feet
tread softly because you tread on my dreams
S. "Mini" Constantineavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1068-mini-i-ain-t-afraid-of-no-ghoMessages : 38 Points : 0
Pseudo : Angie
Avatar : Ashley Moore
Crédits : KORDEISM & endlesslove
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis, au dessus du Cactus Banana Tattoo
Patronus: Aucun
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI. | Mer 19 Sep - 11:00



Il s’agissait sans doute de la personne la plus angoissée qu’elle ait jamais vue dans son salon – et pourtant, une jeune fille s’était subitement mise à pleurer de panique alors qu’elle s’apprêtait à lui encrer une fougère sur le bras. Mini commença à faire tourner une de ses bagues autour de ses doigts, nerveusement, consciente qu’elle ne devait pas laisser l’anxiété du jeune homme la contaminer. Heureusement pour eux deux, il s’empressa de la rassurer – je ne viens pas du tout pour un tatouage.

« D’accord » acquiesça-t-elle, attendant la suite avec une curiosité dévorante. Pourquoi venait-il, alors ? C’était un salon de tatouage, et elle ne faisait ni piercings, ni henné. Quelle autre raison aurait-il de venir ?

La description du client la fit sourire avec tendresse – oui, elle se rappelait parfaitement Louis. Il était entré dans son salon comme s’il avait pénétré dans son propre royaume, et l’avait embarquée dans ses projets sans même qu’elle ait l’impression d’avoir véritablement le choix. Il lui apportait toujours un chocolat viennois du café d’à côté lorsqu’il était dans le coin et tentait de lui raconter ses derniers voyages. Un jour, avait-t-il annoncé la dernière fois qu’il était passé, tu me feras un tatouage magique.

Elle reprit le fil de la conversation alors qu’il attaquait visiblement le vif du sujet. Un écrivain ? Ils étaient partout songea-t-elle, amusée, ses yeux flottants dans la direction d’un des livres de Jude Whitmore qu’elle avait déposé sur un comptoir la veille, surprise dans sa lecture par l’arrivée d’une de ses amies.

Des illustrations ?

Aussitôt, elle sentit son cœur s’emballer déraisonnablement. Elle ne l’avait encore jamais fait – du moins, pas pour une véritable livre – mais elle savait déjà qu’elle allait dire oui. Un sentiment d’excitation lui vrillait les poumons et submergeait son esprit, crépitant comme si la foudre venait juste de tomber à côté d’elle. Elle s’empara du manuscrit à peine l’eut-il déposé devant elle, et laissa échapper un rire en lisant le titre ; le nom lui semblait étrangement familier, pourtant. Quelque chose qui demeurait à l’arrière de son cerveau, qui flottait en arrière-plan, sans qu’elle ne parvienne à déceler véritablement ce que c’était.

« Est-ce que je peux le feuilleter ? » demanda-t-elle avec une certaine révérence, un peu teintée par l’excitation qui exhalait de son sourire et qui projetait des lueurs dans ses yeux. « J’ai vraiment envie de dire oui » confessa-t-elle sans lui laisser le temps de répondre, dépassée par la vague d’émotions qui l’avait submergée. « Ça parle de quoi ? »

Lorsqu'elle avait évoqué son besoin d'élargir ses horizons avec Keith, l'automatier, elle avait senti qu'elle avait effleuré un fil, quelque part, sans toutefois parvenir à véritablement s'en emparer. Ce jour-là, elle su qu'elle l'avait enfin saisi, et qu'il ne restait plus qu'à tirer - et voir jusqu'où cela l'emmènerait.



Spoiler:
 


▵ pillow fort architect ▵
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI. | 
DE LA PEAU AU PAPIER ᚋ MINI.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amants de papier
» Les mini-quêtes/évents de Slayers Online
» 40k Mini-Tournoi 2 VS 2 :: Samedi 5 février au Grimoire
» Mini Jeu le Seigneur des Anneaux
» Idée de mini jeux.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: