Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham

Kathleen A. Kearneyavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1830-kathleen-kearney-it-started-oMessages : 64 Points : 0
Pseudo : Clio
Avatar : Kaya Scodelario
Crédits : viedymin
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire, Bâtiment 2, Chambre 307
Patronus: Un renard arctique
Informations supplémentaires:
Sujet: Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham | Mar 3 Juil - 17:37
Friendship Never Ends

Just because everything is changing doesn't mean it's never been this way before


Droit des Créatures Magiques, non... Histoire de Poudlard, édition révisée, oui... Contes et Légendes d'Irlande du Nord, non... Les Moldus : ce qu'ils savent et ce qu'ils ne doivent jamais savoir, oui... Les Sorciers : ce que nous en savons, oui...

Les livres s'empilent les uns sur les autres dans mes bras, pendant que je progresse à travers les rayons. Les titres, évocateurs ou non, m'arrachent parfois un petit sourire : certains sont si clairement rédigés pour un public exclusivement sorcier ou moldu qu'ils en deviennent comiques dans cet environnement. La Bibliothèque Culturelle d'Atlantis est un symbole, comme pratiquement tout ici, de la coexistence : les ouvrages sorciers côtoient la littérature moldue, le tout offrant parfois un résultat à la limite de l'ironie.

Le soleil timide de cette fin de journée hivernale éclaire la salle de lecture dans laquelle je débarque enfin, des livres entassés jusque sous le menton. Mon sentiment favori, ou presque : une nouvelle montagne d'ouvrages à explorer, des parchemins propres et un stylo prêt à l'emploi, c'est une session de travail productive qui s'annonce. Et ça tombe plutôt bien, puisqu'il ne me reste que quelques jours avant de devoir rendre mon papier sur les relations entre Moldus et sorciers anglais entre 1981 et 1991.

Je sais, j'aurais dû m'y mettre plus tôt. Mais pour ma défense, je reviens d'une semaine passée en Ecosse afin de fêter Noël et Nouvel An en famille : et ce n'est pas dans la bibliothèque familiale des Orpington que je risque de trouver des bouquins dont la date de sortie dépasse 1980... Farfar Helberg (Farfar, c'est le mot norvégien pour 'grand-père' : puisque Grandpa Helberg est originaire de Trondheim, en Norvège, il insiste pour que je l'appelle ainsi) est comme moi un passionné d'histoire médiévale, et sa bibliothèque reflète ce goût. Elle est emplie de vieux manuscrits, conservés magiquement et pour la plupart de valeur inestimable aux yeux des collectionneurs.

Bref. Il faut bien commencer quelque part, me dis-je en ouvrant le premier livre. Lorsque je relève la tête, le ciel a déjà tourné au bleu sombre, et le soleil a disparu. Il doit être près de dix-sept heures, j'estime rapidement. Temps pour moi de remettre les ouvrages à leur place avant de me diriger vers ma petite chambre universitaire du Bâtiment 2. Franchement, ils auraient pu leur donner des noms, à ces bâtiments. Bâtiment 2, ça fait tellement construction de béton sans âme dans laquelle on entasse les étudiants. Alors qu'en réalité, le campus est plutôt accueillant : en ce qui me concerne, je m'y sens presque comme chez moi.

Je rempile les bouquins précautionneusement, un à un. J'enfile mon écharpe épaisse - croyez-moi, le froid de décembre n'est rien comparé à celui de janvier dans les îles écossaises - et ma sacoche autour de mes épaules, puis me contorsionne pour réussir à placer tous les livres en équilibre, maintenus par mes bras et mon menton. Je vois à peine devant moi, mais les allées principales sont suffisamment larges pour me permettre de circuler sans peine.

Les choses se gâtent toutefois lorsque je dois passer par les rayons consacrés à l'Histoire, plus étroits. Et la situation ne s'arrange pas lorsqu'une sensation familière m'envahit. L'envie d'éternuer. Ce doit être un reste de poussière mal nettoyé, qui vient ainsi me chatouiller les narines, me forçant à user de tout mon self-control pour ne pas exploser. Je pense désespérément à mon mouchoir, coincé dans la poche arrière de mon pantalon. Aucune chance de l'atteindre, avec les bras ainsi coincés sous les pesants volumes.

Et soudain, l'inévitable se produit. Au moment où une tête blonde qu'il me semble vaguement reconnaître tourne le coin de l'allée suivante, je prends une grande inspiration et...

ATCHOUM !

Pour la discrétion et la délicatesse, on repassera... Je parviens de justesse à maintenir les bouquins en place, et je m'apprête à continuer mon chemin pour me libérer enfin du poids sur mes bras endoloris, lorsque...

ATCHOUM !

Oh non. Oh non. Oooooh, noooon ai-je à peine le temps de penser, pendant que, comme au ralenti, les livres que je transportais si précautionneusement s'écrasent les uns après les autres sur le sol, devant une blonde quelque peu surprise, qui me dévisage plutôt franchement.

Pendant un instant, la politesse le dispute à l'urgence de vérifier que les ouvrages ne sont pas abîmés - les bibliothécaires d'ici sont à peine moins sévères que Mme Pince, à Poudlard. Puis, comme à mon habitude, j'essaie de tout faire à la fois. A quatre pattes, je ramasse un maximum de livres, les remets entre mes bras, avant de vouloir tendre la main à celle qui me fait face.

Désolée pour tout ça... Tu n'as rien ? Je m'appelle Kathleen, et toi ?

Trop d'informations, tu donnes trop d'informations... Tais-toi maintenant, je m'ordonne. Je reprends péniblement mon souffle, une main toujours tendue comme pour saluer, sous les bouquins.


funambule
J'avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l'air dans ma bulle
L'équilibre est une attitude ▽ northern lights

Absente à partir du 21 juillet
Kathleen étale sa culture G en cc0066
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 954 Points : 18
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : mechanical heart (bazzart) & Scizophrenic (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham | Jeu 5 Juil - 18:21


► Bibliothèque culturelle - Mi-janvier
Long time no see
Kathleen & Ollie

L’entraînement s’était déroulé sans encombre dans cette matinée froide de janvier. Ce début d’année démarrait sur les chapeaux de roues, il fallait l’avouer. Entre Seb, les entraînements, ses amis, sa gestion de la vie privée, ça devenait un réel défi de trouver du temps pour sois. Elle avait commencé à mettre assez de côté pour se trouver une manager … Elle espérait pouvoir s’en sortir, la payer, sans avoir à faire trop de concessions dans sa vie de tous les jours. Mais entre la paperasse, l’appel des sponsors, les demandes divers et variées de différentes entreprises, Ollie se retrouvait avec une montagne de choses à gérer et elle avait souvent bien du mal à comprendre ce que l’on voulait d’elle. Il lui fallait définitivement quelqu’un pour s’occuper de ce genre de choses.

Mais ce jour-là, la tête blonde avait définitivement besoin de « me-time », c’était dans cette optique qu’elle avait décidé d’aller se promener dans la bibliothèque d’Atlantis. Cela faisait un bout de temps qu’elle n’avait pas pris le temps d’ouvrir un bouquin et de s’y perdre pendant des heures : c’était le moment idéal. Elle s’était faufilé dans la grande bâtisse, avait parcouru pendant de longues minutes les différentes allées, parcourant des yeux le nom des livres, attendant de sa part un coup de cœur sur une tranche.

Elle avait fini par se munir d’un exemplaire de « Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur » de Harper Lee, après avoir jeté un coup d’oeil sur la quatrième de couverture et fière de sa trouvaille, elle était partie s’installer dans l’un des coins de lecture aménagée dans l’une des ailes de la grande bibliothèque d’Atlantis. Confortablement installée, ses doigts sortant des manches trop grandes de son pull, le cou presque rentré dans le fauteuil, elle se sentait comme chez elle. Ses yeux parcoururent les lignes et doucement, elle perdit pied à la réalité, se plongeant dans son roman et occultant tout ce qui pouvait se passer aux côtés d’elle.

Quand elle émergea plusieurs heures plus tard, elle se rendit compte que la journée allait se terminer et qu’elle devrait reposer ce livre, ou l’emprunter du moins. Elle avait déjà fait une carte quand elle était arrivée, il était maintenant temps de la mettre vraiment à disposition. Elle s’était levée, s’était étirée, tout engourdie après être restée assise aussi longtemps. Elle s’était mise en route d’un pas lent vers l’accueil, passant au travers des rayonnages en laissant parfois ses doigts parcoururent les tranches des livres. C’était toujours quelque chose qui l’avait détendue.

La bibliothèque de Poudlard avait été son havre de paix durant sa scolarité et elle se souvenait y avoir passé énormément de temps. Elle ressentait comme une vague de nostalgie : tout lui avait toujours semblé plus simple à Poudlard, elle regrettait presque ses années passées là-bas. Elle eut un léger sourire quand elle fut sortie de ses pensées par un éternuement. Elle releva les yeux sur la personne. « A vos souhaits. » Un deuxième. Et le drame : tous ses livres tombés au sol. Cette tornade brune qu’elle voit s’effondre au sol pour les ramasser et Ollie s’agenouille pour l’aider en souriant. Elle relève ses yeux sur le visage de ce qu’elle supposait être une étudiante et son sourire s’agrandit.

Ollie n’était pas vraiment douée pour garder le contact avec les gens, peut-être parce qu’elle se sentait maladroite et anxieuse à l’idée d’envoyer un message à quelqu’un, surtout quand cela faisait longtemps qu’elle ne les avait pas contactées. Alors elle repoussait, encore et toujours, jusqu’à se dire que cela ne servait à rien. Parfois, à Atlantis, elle avait l’impression que tout cela la rattraper.

Elles se redressent toutes les deux. Et Ollie accepte cette main tendue en souriant au début, puis en rougissant après. Kathleen ne l’avait pas reconnue : en même temps, si elle arrêtait de changer sa couleur de cheveux, les choses seraient bien différentes. La majorité de ses amis l’avaient quasiment toujours connue rousse et ça faisait plusieurs moins maintenant qu’elle arborait une chevelure aux couleurs du blé. « Non t’inquiètes pas, tu ne t’es pas fait mal toi ? » Elle pince légèrement l’intérieur de sa joue en rapprochant le bouquin d’elle. « Je sais, on était ensemble à Poudlard. » Son nez se fronce légèrement en soulevant les quelques taches de rousseur autour de son nez. « Ollie Debenham. » Peut-être qu’elle se souviendrait au moins de son nom ? Elle n’avait aucune idée. En tout cas, elle se sentait bien gauche, là tout de suite, maintenant.


#666600
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





Debenham ☩
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Kathleen A. Kearneyavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1830-kathleen-kearney-it-started-oMessages : 64 Points : 0
Pseudo : Clio
Avatar : Kaya Scodelario
Crédits : viedymin
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire, Bâtiment 2, Chambre 307
Patronus: Un renard arctique
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham | Lun 9 Juil - 15:37
Friendship never ends

Just because everything is changing doesn't mean it's never been this way before


Il faut vraiment que je trouve une solution à cette allergie, ça devient excessivement gênant. Il doit bien y avoir un bouquin à ce sujet, ici ou dans la bibliothèque universitaire, qui indique un sort quelconque pour lutter contre les éternuements intempestifs. Un de ces jours, quand j'aurai le temps, je ferai des recherches à ce sujet... Quand j'aurai le temps. Mais j'ai des soucis un petit peu plus pressants je me rappelle en serrant la main amicale de la blonde qui me fait face.
Est-ce que je me suis fait mal ? Non, je ne crois pas. Rapide vérification : mes jambes sont en état de marche, mes bras, bien qu'un peu endoloris et sans doute ornés d'un ou plusieurs hématomes en formation accélérée, semblent tenir le coup... Ma tête est toujours sur mes épaules, bien qu'encore un peu légère. En parlant de tête, celle de la personne avec qui je viens d'entrer en collision me dit quelque chose.

Je sais, on était ensemble à Poudlard. Ollie Debenham.

Ceci explique cela... Je suis pratiquement certaine qu'elle a modifié quelque chose dans son apparence, parce que j'ai d'ordinaire une bonne mémoire des visages, mais impossible de savoir quoi exactement. Peut-être a-t-elle simplement changé, à l'intérieur. Gagné en maturité ou je ne sais quoi. Les gens changent, quand vous les laissez livrés à eux-même pendant longtemps. Je suis bien placée pour le savoir : après l'année que j'ai passée en Norvège, même mon père ne me reconnaissait plus.

Ollie ! Bien sûr ! je m'exclame, avant de reprendre sur un ton plus approprié au lieu : Toujours aussi amoureuse des livres, à ce que je vois... Qu'est-ce que tu lis en ce moment ?

Capacités conversationnelles de Kathleen : inexistantes. Je n'ai jamais su parler de la pluie et du beau temps, comme ma tante Laura. Elle a cette faculté, que je lui envie souvent, de pouvoir parler avec n'importe qui de n'importe quoi. Je me souviens de ces fois où elle me conduisait à la bibliothèque, lorsque j'étais en vacances dans le village natal des Kearney : le temps que je fasse le tour des rayonnages, elle avait charmé la bibliothécaire et regardait avec elle un album rempli de photos des chatons de celle-ci. J'avais d'ailleurs toujours trouvé ces chatons absolument hideux, rien à voir avec mon fidèle Sparkle au minois toujours aussi drôle malgré les années qui passent.

Il n'y a toutefois que peu de courtoisie dans mes questions : les lectures d'Ollie ont toujours été des sources d'inspiration pour moi, et vice-versa, lorsque nous étions à Poudlard ensemble. Enfin, ensemble : Ollie était alors à Poufsouffle, et moi à Serdaigle, mais cela ne nous avait pas empêchées de devenir d'excellentes compagnes de bibliothèque. Amies - les gens normaux appellent ça une amie, patate. Le livre qu'elle tient dans ses mains ne me dit rien, mais je ne demande qu'à en savoir plus.

Tu permets que je remette ça dans les rayons ? Mais viens, je veux tout savoir de ce livre : qu'est-ce que ça raconte ? C'est d'un auteur moldu ? je la questionne encore, en avançant parmi les ouvrages soigneusement classés, déposant les miens un à un.


funambule
J'avance loin des certitudes
Les pieds sur terre, l'air dans ma bulle
L'équilibre est une attitude ▽ northern lights

Absente à partir du 21 juillet
Kathleen étale sa culture G en cc0066
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 954 Points : 18
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : mechanical heart (bazzart) & Scizophrenic (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham | Jeu 12 Juil - 14:14


► Bibliothèque culturelle - Mi-janvier
Long time no see
Kathleen & Ollie

Kathleen se souvenait d’elle ! Elle avait eu la peur aux tripes pendant quelques secondes : peut-être qu’après totue ces années, elle ne se souvenait plus d’elle. Elle ne pouvait pas dire qu’elle n’avait pas changée en presque six ans. Elle avait sûrement pris un ou deux centimètres supplémentaires, son corps s’était affermis avec le quidditch devenant maintenant un tournant central de sa vie et puis elle avait changé de couleur de cheveux, passant d’un roux dont tout le monde avait l’habitude, à une couleur blé. Elle ne pouvait pas non plus dire qu'elle et Kath’ avait été les meilleures amies du monde : elles se connaissaient voilà tout, enfin elles étaient amies ? Ollie ne savait pas trop. Elles avaient passé du temps ensemble à Poudlard, surtout dans la bibliothèque. C’était une drôle de coïncidence de la croiser ici à nouveau, cela fit doucement sourire Ollie.

« Oh … Pas grand-chose ! C’est Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, c’est très sympa comme bouquin. » Elle lui fait un sourire, elle a beaucoup moins de livres que sa voisine. « Et toi ?.. Tu as l’air d’en avoir un sacré paquet sous le bras ! Tu faisais des recherches sur quoi ? » Elle avait un peu du mal à lire les titres, vu qu’elle les tenait presque contre elle, mais elle était curieuse de connaître ce qu’il l’amenait à devoir récupérer autant de bouquins. Enfin. Elle était probablement à l’UPA, les jeunes de son âge avait plutôt tendance à être à l’université que sur les terrains de quidditch. Elle était un peu l’exception qui confirmait la règle. Aucun cursus ne l’avait vraiment tenté à l’UPA, et si ça avait été le cas, elle n’aurait eu aucune idée de comment financer ces plusieurs années d’études. Et puis elle se plaisait dans le monde du quidditch et c’était l’essentiel.

« Bien sûr ! Attends-je vais t’aider. » Elle prend quelques uns des livres de la jeune femme, calant son livre sous son bras en avançant au travers du rayonnage. Elle écartait doucement les livres, les remettait soigneusement à sa place, son oreille tendue vers la brunette à ses côtés. « Oh, c’est un petit livre sympa, ça parle de ségrégation et de racisme, c’est un homme qui va défendre le crime d’un noir et tenter de lui éviter la peine de mort. J’ai pas encore fini de le lire mais c’est très intéressant.» Elle avait été embarquée jusqu’à la moitié du livre, elle était impatiente de se reposer dans la semaine pour le finir. Peut-être qu’elle le mettrait à son chevet, elle ne savait pas encore. « Hmm.. C’est un roman de… Harper Lee. » Elle vérifia rapidement la couverture de son livre avant de lui répondre, lui adressant ensuite un sourire. « Mais oui, c’est une moldue. » Elle lui fait un sourire. Elle avait entendu parler du livre par l’ami d’un ami et avait finit par y mettre un nez dedans, elle ne regrettait pas du tout ! Elle remet le dernier bouquin à sa place, laissant sa jeune femme finir de son côté.

Elle se souvenait encore avec émotion de madame Pince qui leur râlait dessus s’ils avaient le malheur de remettre un livre au mauvais endroit.



#666600
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





Debenham ☩
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham | 
Friendship Never Ends ▽ W/ Ollie Debenham
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» Friendship never fades [PM] (Sujet anniversaire ♥)
» FILONA ✖ Friendship never end
» What about friendship? [pv Cathy]
» The Baggins of Bag End..Bilbo le Hobbit ( En cours )
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: