Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Ven 29 Juin - 17:27
Matin du 1er janvier 2001, suite de la soirée du nouvel an.

La lumière me tire du sommeil beaucoup trop tôt, je baille et soupire, le regard fixé au plafond. Trop tôt après une fin de soirée tardive. Je me frotte le visage pour me réveiller et regrette aussitôt mon geste. Ma tête me lance un peu, les cocktails de Matilda ont été traîtres, et je me retourne dans le canapé pour me rendormir. Peine perdue, mon cerveau habitué à un rythme strict a décidé qu’il était bien assez temps de commencer la journée.

Je m’assois sur le canapé déplié pour servir de lit et m’étire longuement. Le réveil est doux, baigné dans le silence qui m’accompagne désormais, j’en apprécie le calme et le sentiment étonnant mais confortable d’être seul au monde, comme si tout autour perdait de sa tangibilité avec la perte des bruits. La lumière froide de ce premier jour de 2001 traverse le salon, je m’enroule dans ma couverture pour me réchauffer et profiter du calme de la maison encore assoupie.

Le salon porte encore les marques de la soirée passée, car ranger nous semblait largement au-dessus de nos forces, et cette vue me donne instantanément envie de me recoucher. Pour achever de me convaincre, Matilda, encore endormie, remue et se retourne à côté de moi, enfonçant sa tête sous son drap. Je baille encore. Et je me lève enfin, toujours enroulé dans ma couverture, direction la salle de bain. Je monte les escaliers aussi doucement que possible - jauger son propre bruit sans l’entendre est un exercice délicat - et je prends une longue douche pour chasser les dernières brumes du sommeil. Encore deux ou trois bâillements, puis je redescends dans la cuisine préparer du café pour moi et les prochains debout.

Comme je m’y attendais, la cuisine est encore plus encombrée que le salon. Je retourne près du canapé à la recherche de ma baguette (il est beaucoup trop tôt pour faire du ménage à la façon moldue), mais soudain, c’est le trou noir. Aucune trace de ma baguette, et aucun souvenir de l’endroit où j’ai pu la poser. Par Merlin, je ne pensais pas avoir bu assez pour oublier ça. Aucune. Idée. Je m’agenouille pour regarder sous la table, puis sous le canapé, mais rien. Rien non plus sous le sapin. Je me mettrais bien une gifle si je n’avais pas peur de réveiller Matilda avec un bruit stupide. Tant pis pour moi, je retourne dans la cuisine laver une tasse et me laisse tomber sur une chaise, attendant que l’eau chauffe dans la cafetière moldue neuve que mon parrain nous a offert à Noël. C’est dans ces moments que j’admire les Moldus et leur patience.

Le café fait, je me sers une tasse et m’accoude à la fenêtre. Je la remonte à moitié, le froid me saisit mais je la laisse ouverte, l’air frais est bienvenu dans l’atmosphère lourde des odeurs de fête imprégnant la maison. Je respire à fond et laisse mon regard se perdre au dehors. La rue est paisible, animée seulement par le chat du voisin d’en face qui se balade sur les clôtures. Peut-être que l’année nouvelle sera plus paisible elle aussi, moins agitée et violente que celle qui vient de s’achever. J’y crois à peine mais je l’espère, moins pour moi que pour le bébé à naître, pour l’avenir dans lequel j’aimerais le voir grandir. Dans la torpeur agréable qui m’envahit, après une si bonne soirée entouré de gens si chers, j’ai envie d’y croire.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Ven 6 Juil - 9:41
J'étire mes bras et mes jambes, encore engourdis par la folie festive de la veille. On n'apprécie pas assez les réveils je trouve : sentir les muscles de son corps fonctionner, se mettre en branle et se lancer vers une vie nouvelle et palpitante. Bienvenue en 2001. Nous voilà entrés pour de bon dans le deuxième millénaire et chaque année qui s'écoule nous éloigne un peu plus des années 1900. Mais pour la vivre cette vie trépidante, faut-il encore se lever. J'ouvre alors difficilement les yeux et jette un regard dans la pièce assombrie.

J'ai dormi dans la chambre du bébé à naître du foyer Fowler - Van Wrangel, ce n'est pas pour me déplaire, je n'ai rien contre un petit retour en enfance et j'aime bien la compagnie des petits chérubins et autres têtes blondes. Il faut dire que la soirée était riche en naissances prochaines ; entre Emilia, Torvi et leurs trois futurs bébés, on était gâtés plus que de raison ! Si j'avais quelques peu appréhendé la soirée, mes peurs ont été chassées par l'amabilité des invités, connus comme inconnus. Même si Irvin et Milo se sont parfois montrés froids avec moi, ce que je peux comprendre. Ce n'est pas la première fois que je récolte les ce que j'ai semé avec mes bêtises en tous genres. Et certainement pas la dernière !

Une fois que j'ai fini de savourer le réveil, je m'extirpe de la couverture et du matelas gonflable où j'ai élu domicile pour une nuit, il n'y a pas de réveil dans la chambre. Quel usage en aurait un nourrisson après tout ? Je suis content de voir que les stigmates de la soirée ne se font pas sentir. J'ai l'extrême chance de ne pas souffrir très souvent de mes lendemains de soirées alcoolisées, pour peu que je puisse dormir dans un endroit calme : ce qui fut le cas cette nuit ! Alors me voilà tout frais et dispo. Quoique je le serais certainement plus après un petit café... Je sors de la chambre sur la pointe des pieds, je ne veux pas réveiller les autres marmottes, d'autant plus que je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est...

Je descends les escaliers en prenant garde de ne pas faire craquer le bois des marches - peine perdue, malgré mon poids plume... Je bifurque vers la cuisine en évitant le salon où dorment certainement Irvin et sa soeur, l'adorable et excentrique Matilda ! Certainement la meilleure rencontre de ma soirée ! L'air frais de janvier me cueille sans que je puisse en deviner la source, mais mon entrée dans la cuisine dissipe mes questionnements. Irvin se tient devant la fenêtre, une tasse à la main, ses cheveux sont en bataille et il regarde vers l'extérieur avec des petits yeux qui traduisent sa fatigue. J'esquisse un retrait mais je décide qu'il est temps de dissiper cette gêne entre nous. Alors j'entre, bombant presque le torse et lance un viril :

- Salut ! Bonne année à nouveau !

Je me rends compte que j'ai parlé un peu fort, alors je lui souris d'un air gêné, je ne voudrais pas réveiller toute la maisonnée. Je ne comprends pas pourquoi je me sens obligé d'agir comme un adolescent débile en sa compagnie, un espèce de clown insensé... Au lieu d'être seulement... moi. Je me fraie un chemin parmi le bazar de la pièce et me sers également un café.

- Tu aurais du sucre par hasard ?



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Ven 6 Juil - 11:01
Je bâille longuement et passe une main dans mes cheveux humides. J’espère que les autres dormiront encore un peu, j’aime ces moments loin du monde, moi l’étudiant introverti, j’aime pouvoir me retrouver seul avec moi-même avant de replonger dans la sociabilité du monde extérieur. J’en ai besoin, surtout après une longue soirée si joyeuse et bavarde. Qu’on ne se méprenne pas, j’aime mes amis autant que j’ai aimé la soirée ; mais je ne suis pas comme Matilda, ou Milo, qui semblent prendre leur énergie dans la foule, ne sont jamais fatigués d’être au milieu des autres, et je savoure chaque seconde de solitude et de silence avant de les retrouver.

L’air frais ajouté au café achève de me réveiller. Je me redresse et boit une nouvelle gorgée, avant de me retourner pour me resser…

Une silhouette s’invite dans mon champ de vision et je sursaute. La surprise me saisit si violemment que le contenu de ma tasse se renverse sur moi, et j’en évite une grande partie par un heureux réflexe de recul. Merde ! Je crois que je le dis autant que je le pense. Par un second réflexe, je pose ma main sur ma poche pour attraper ma baguette et nettoyer mon pull de la tâche de café brûlant qui le macule. Rien, évidemment, idiot que je suis. Comment les Moldus se débrouillent dans ces cas-là ?

Je pourrais demander à celui qui me fait face, mais je déteste parler sans m’entendre, et puis ma réaction a dû le surprendre autant qu’il m’a surpris. Il ne pouvait pas prévoir, évidemment. Mon entourage a mis au point quelques techniques pour me prévenir de leur arrivée dans mon dos, simples mais efficaces - faire clignoter une lumière, frapper des pieds une latte de bois un peu faible qui vibrera sous les miens, ou tapoter mon épaule. Autant d’astuces évidentes pour nous mais inconnues des étrangers. Être ainsi surpris m’insupporte, mais je ne pourrais pas le lui reprocher.

Je pose ma tasse sur un coin de table dégagé et regarde Matthew. Le jeune homme m’inspire - un peu - moins de méfiance désormais. Je lui ai peu parlé pendant la soirée, mais je dois admettre qu’il a fait meilleure impression qu’à notre première rencontre. Il aurait difficilement pu faire pire, soit ; mais même si je suis rancunier, je sais admettre qu’il était presque sympathique. Un peu trop matildaesque pour une première soirée ensemble, c’est ce que je pourrais encore lui reprocher. Au moins, la soirée s'est passé sans nouveau drame, et c'est tout ce qui compte. Je n'aurais pas voulu faire de peine à Grace.

Je pointe mes oreilles dénuées d’implants en guise d’excuse, et lève mes mains pour lui demander d’attendre avant de retourner dans le salon chercher mes appareils. Là, deuxième déconvenue. Aucune idée de l’endroit où je les ai posés. Je fouille une seconde fois, soulevant même mon oreiller en prenant garde de le pas déranger Matilda, mais rien. Quel imbécile ! Je les range toujours soigneusement dans leur étui, mais j’ai dû les poser au hasard avant d’aller me coucher hier soir...

Je reviens dans la cuisine, frustré. Me présenter dans ma surdité la plus totale me met mal à l’aise, surtout devant un presqu’inconnu. Je le regarde à nouveau.

- Je ne retrouve pas mes implants.

Je chuchote, par peur de parler trop fort sans le vouloir.

- Tu les as vus ? Ou ma baguette ?

Je reprends mes fouilles dans la cuisine, soulevant les piles d’assiettes et écartant les verres, réfléchissant à ma dernière action avant le sommeil, refaisant dans ma tête le fil de mes mouvements de la veille.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Mar 17 Juil - 9:12
Hier soir, la maisonnée était en liesse, chacun savourait sa joie de passer ce moment unique de festivité avec des amis de longues dates ou en devenir. Je n'ai pas dérogé à la règle et j'ai vécu avec déraison la fin du XXème siècle ! Nous rêvons tous, j'imagine, de choses totalement folles, d'événements incroyables, mystifiant le millénaire tout juste débuté, mais qui sait de quoi sera réellement fait notre avenir ? Personne ne peut s'en douter, on ne peut que l'imaginer.

Le premier matin de 2001 n'a rien de particulièrement glorieux, le temps n'a pas d'emprise sur le reste. C'est tout juste une mesure, un repère qu'on se donne et que l'on s'efforce de respecter, suivant bien plus notre cycle interne, nos journées de 26 heures propres à chacun, que la mélopée réelle de la temporalité. Alors dehors, la matinée est froide comme hier, la brume se pose sur Manadh comme hier et rien n'a changé. Quelle frivolité que de fêter le cycle d'un an qui vient de s'écouler, alors qu'autour de soi tout est pareil, l'hiver reste l'hiver et si janvier succède à décembre, c'est pour mieux se rapprocher d'un autre mois de décembre, d'un autre mois de janvier et ainsi de suite jusqu'à... Jusqu'à quand ?

Mais peut-être que des sentiments plus ténus ont changés, eux, avec le début du deuxième millénaire, qui sait ?

Irvin se tourne vers moi, alors que je le questionne sur l'existence espérée de sucre dans sa cuisine, à l'instant même où son regard se pose sur moi, l'intégralité de sa tasse de café s'est renversée sur lui. C'est le retour du regard furibond... J'ai encore fait quelque chose de travers, bien que je ne sache pas quoi exactement et je regrette fortement que nos échanges se résolvent toujours dans un regard de reproche de sa part et des excuses de la mienne.

- Oh, pardon, je ne voulais pas te faire peur ! Tu ne t'es pas brûlé au moins ?

Je m'approche de lui, désemparé par la situation, cherchant autour de l'évier un torchon, une serviette ou quelque chose afin de pouvoir nettoyer cette affreuse tâche qui coule sur son t-shirt. Il pointe alors ses oreilles et je comprends l'origine du drame : il ne porte pas ses implants. Il s'est réveillé le premier, bien avant tout le monde et n'a donc pas jugé utile de les mettre et ainsi, il ne m'a pas entendu entrer dans la cuisine, ni rien de mon entrée ou de ma préparation de café... Il s'éclipse alors pour aller les rechercher dans le salon et je reste planté là, avec mon café non sucré qui refroidit dans ma main. Je ne peux pas boire de café sans sucre...

Il revient quelques minutes après et m'annonce, en chuchotant, avoir perdu ses implants. Certainement était-il pressé de se coucher après notre soirée d'hier, il m'apprend ne plus retrouver sa baguette non plus et me demande si j'ai vu l'un ou l'autre. Je fais non de la tête et suis quelque peu désemparé par la situation, ne sachant pas si Irvin peut lire sur les lèvres ni même son degré de surdité qui semble toutefois être assez important. J'engloutis d'un trait le café presque froid et affreusement amer que j'ai encore dans la main et après une grimace de dégoût, je pose la tasse et me met à la recherche des nécessaires artefacts du jeune homme.

Je ne peux que comprendre ce que doit ressentir Irvin, montrer à un semi-inconnu sa faiblesse - certainement à celui à qui il a le moins envie de la montrer d'ailleurs - n'est jamais ni facile, ni enviable et chacun essaie de le vivre comme il le peut, avec philosophie ou emportement, honte ou excentricité. Je suis plus partisan de l'emportement et de la honte pour ma part.

Nous commençons à retourner toute la cuisine, si lui se concentre sur la table, je mets en pratique mes compétences de farfouilleur et ne me gêne pas pour ouvrir placards et tiroirs, car la règle première lorsque l'on cherche quelque chose c'est que l'objet peut se trouver partout dans la maison ! Ton peigne à cheveux peut effectivement bien se trouver dans ton tiroir à couverts ou ta mousse à raser sous ton lit : rien n'est interdit ! Alors je cherche partout, sans distinction et sans ménagement.

Mais le fait est que je ne retrouve aucun des éléments manquants et au bout d'un moment, Irvin et moi sommes désemparés dans la cuisine et je croise les bras en pleine réflexion... J'aimerais lui parler mais je ne sais comment faire, lui demander ce qu'il a fait en dernier avant de dormir, etc etc. Le genre de questions que l'on pose toujours aux personnes qui perdent quelque chose. En réalité, il faudrait certainement ranger le bazar qui règne dans la maison pour espérer retrouver les uns ou l'autre objets... Je lui fais alors un signe de la main pour capter son attention et essaie de prononcer les mots lentement en détachant bien les syllabes en disant :

- Peut-être qu'on devrait ranger pour retrouver les implants ou ta baguette ?

Ca parait logique, mais je me sens ridicule et j'ai peur qu'il s'énerve si ce n'est pas la bonne attitude à adopter pour communiquer avec lui dans cette situation... Je n'ai pas trop envie que l'on soit encore en froid après l'histoire du magasin de Milo.



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Lun 23 Juil - 7:09
Matthew arbore un air penaud, désolé de m’avoir fait peur. Il se précipite pour m’aider en disant quelque chose - je le vois sur ses lèvres à défaut de l’entendre, mais son mouvement m’empêche de le lire. Je secoue la tête en lui donnant un sourire calme. C’est dans un de ces moments que j’entrevois le chemin parcouru depuis l’année dernière : il y a un an, j’aurais pesté si fort qu’il aurait déjà fuit la pièce pour éviter ma colère. A croire que je m’adapte, malgré moi.

Cela ne résout toutefois pas le problème de la perte de mes implants et du fait de me retrouver, complètement sourd, devant un quasi-inconnu qui n’est pas habitué à mes difficultés. Avec mes proches, tout est plus facile, nous avons nos codes pour communiquer en toute situation. Milo et Torvi m’ont même accompagné à des cours de WBSL, ainsi nous avons petit à petit appris des signes pour pouvoir nous comprendre lorsque je ne porte pas mes implants. Mon premier cours a été un soulagement indescriptible - j’ai été si idiot de refuser, l’année dernière à l’hôpital moldu - comme une bulle d’air dans une mer trouble. Non, pas une bulle d’air : comme des lunettes après avoir été myope pendant une année serait une meilleure comparaison. Avec les signes, pas besoin de me concentrer, tout m’est accessible immédiatement. C’est un confort que je ne pensais pas pouvoir retrouver depuis ma maladie. Nous sommes encore très loin de maîtriser cette langue mais le but n’est pas là ; Milo et moi l’utilisons à l’atelier lorsque les outils font trop de bruits, ou qu’il doit couvrir son visage, m’empêchant de le voir ;Torvi et mes mères (à qui j’ai appris quelques bases) les utilisent le matin, avant que je mette mes implants, ou lorsqu’un bruit de fond trop important m’a empêché de saisir un mot qu’elles m’indiquent alors par un signe. Nous avons déjà inventé nos propres gestes, surtout à l’atelier.

Difficile cependant de me lancer dans un cours exhaustif avec Matthew, et pourtant je saurais lui expliquer, même si ma syntaxe laisse encore à désirer, où chercher et comment je voudrais procéder. C’est si frustrant ! Mais il semble prêt à m’aider, ce qui le fait grimper de “type supportable” à “type potentiellement sympathique” sur mon échelle d’appréciation. Sans plus de discussion, il m’aide à fouiller la cuisine et je le remercie d’un nouveau signe de tête. Nous retournons tout, ouvrons tous les tiroirs - j’ouvre même le frigo, on ne sait jamais, j’aurais pu poser la baguette là après m’être servi un verre d’eau hier soir - mais rien. Aucune trace des ces objets, parmi les plus précieux en ma possession. Quel idiot !

Matthew s’immobilise soudain, les bras croisés, puis sa main vient s’agiter dans mon champ de vision alors que j’ouvre pour la 3ème fois le tiroir des couverts. Je le regarde et lis sur ses lèvres alors qu’il parle, faisant l’erreur courante des gens bien attentionnés qui parlent trop lentement en articulant trop. Je comprends son idée, et il n’a pas tort, mais c’est exactement ce que je souhaiterais faire avec cette fichue baguette disparue. Je lève à nouveau ma main pour lui faire signe d’attendre et file prendre un bout de papier et un crayon au salon. Je ne vais pas passer la matinée à chuchoter et à le fixer pour le comprendre, ça deviendra gênant pour nous deux très vite. J’écris en vitesse et lui tend le papier.

Je ne veux pas réveiller tout le monde en rangeant maintenant. Je vais essayer de me rappeler où j’ai été avant de me coucher. Tu peux regarder dans le salon, sans réveiller Matilda ?

Je préfère lui laisser cette tâche, je serais incapable de le faire à fond tout en étant discret, moi qui n’entendrait même pas la foudre tomber ou un avion décoller au-dessus de la maison. Nous quittons la cuisine et entrons dans le couloir. Et là, mes yeux tombent un objet en bois très reconnaissable. J’arrête aussitôt Matthew en lui tapotant l’épaule et désigne ma baguette du doigt. J’ai dû la poser là après avoir verrouillé la porte, fermé le rideau, ou que sais-je. Je la saisis et soupire de soulagement, puis lance un Accio informulé pour attirer les implants. Après quelques secondes - ils devaient être coincés sous quelque chose, par Merlin - je les vois voler vers moi et les attrape au vol. Après une courte inspection, je les pose sur mes oreilles et les allume. Je fais signe à Matthew de retourner dans la cuisine et ferme la porte après moi, soulagé de pouvoir enfin apparaître comme un être humain à peu près lambda.

- Merci pour l’aide.

Son idée de ranger n’est peut-être pas si mauvaise, finalement, me dis-je en cherchant ma tasse sur la table qui disparaît sous la vaisselle. Très lentement, je soulève les assiettes pour toutes les empiler, fais de même avec les verres et les couverts, et parvient à nous dégager un coin de table. Je dépose le maximum dans l’évier et m’asseoit, avant de me souvenir que ma tasse est vide et de me relever pour m’en servir une deuxième qui cette fois, je l’espère, ne finira pas sur mon pull. Pull que je nettoie d’un coup de baguette, avant de me tourner vers Matthew.

- Tu veux manger quelque chose ?

J’ouvre un placard et dépose sur notre coin dégagé du pain, des oeufs et du beurre. Moi même, j’ai tellement mangé hier soir que je doute être capable d’avaler quoi que ce soit ce matin.

- Et juste un truc, hmm. Discuter de ça me gêne encore un peu. C’est plus facile pour moi de lire sur les lèvres quand les gens parlent normalement. Sans trop articuler, pas trop lentement, pas trop vite non plus, parle juste… comme tu parles d’habitude.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Mar 31 Juil - 18:39
Rien de telle pour se remettre d’une soirée de faste et de boisson qu’une chasse aux trésors matinale ! Rien de tel, aussi, je l’espère pour remonter dans l’estime d’Irvin, qui, à juste titre, fait montre d’une certaine distance envers moi. Je ne peux que comprendre, même si je ne regrette pas tout à fait mon incursion, je persiste à dire que ce Milo, au demeurant sympathique, cache des choses louches derrière son air bonhomme et jovial. Et sa taille imposante… Mais si ma sœur l’aime et s’il l’aime aussi, cela me convient. Mais qu’il n’aille pas lui causer des broutilles ou lui briser le cœur d’une façon ou d’une autre, sinon je saurais me montrer le digne frère de Grace Hamilton, debout sur ses deux pieds !

C’est incroyablement agréable, d’ailleurs, d’être debout sur deux pieds, sans une troisième jambe en métal pour supporter la moitié d’un poids de corps. Je me débrouillais bien pour user de ma béquille, mais l’avoir sans cesse avec moi était un véritable calvaire d’humiliation, moi qui étais le premier à courir partout, à sauter dans les flaques, croquer la vie. Et puis… et puis aussi, cavaler avec Kenobi, mon bel étalon. A présent, nous n’avons encore pas repris le saut car Grace pense que c’est prématuré, malgré le fait que ma chute ne soit pas due à une erreur de ma part mais à une poussée de SEP… Mes muscles sont encore trop faibles, d’après ma kinésithérapeute de sœur. Bien, je l’écoute et me contente de petites ballades dans les landes de Manadh, découvrant ainsi l’île où je vis depuis des mois, retrouvant les sensations chéries et perdues de communion avec mon compagnon équestre et cette liberté que rien ne pourra jamais nous enlever.

Ne pas avoir de béquille est d’ailleurs bien agréable dans cette situation, car cela me permet de chercher dans les coins et recoins de la cuisine de mes hôtes les précieux artefacts qu’a perdu Irvin. Nous cherchons dans des endroits insensés, je vois même le jeune sorcier ouvrir le frigo pour mener ses recherches. Mais rien, ni trace des appareils auditifs, ni de la baguette, il faut se rendre à l’évidence. Le fouillis et les restes de la soirée de Nouvel An garnissent la pièce et chacune de ses surfaces accessibles pour des coupes, verres diverses, bouteilles vides, plats de petits fours remplis de miettes et autres serviettes en papier roulées en boules. Je suggère donc à Irvin que nous devrions ranger la cuisine, du moins s’il pense avoir perdu au moins l’un des objets ici.

Je rougis un peu en m’exprimant lentement et en articulant soigneusement, je ne sais pas si c’est nécessaire, et j’ai plus l’impression d’avoir l’air débile qu’utile. Je sais à quel point un handicap peut porter les gens à se montrer véhéments ou désagréables, il n’y a qu’à voir mon attitude lors de notre rencontre… Ou mon attitude avec Charlotte qui détient par le plus grand des hasards de ma sottise ledit secret… Le sorcier s’éclipse et revient avec papier et crayon et je soupire, soulagé que cette comédie prenne fin et qu’il ne soit pas exaspéré par mes actions que j’espère justes et adaptées. Sur son mot, il me demande d’aller chercher dans le salon sans réveiller sa sœur. Je lui adresse un bon pouce en l’air et commence à quitter la cuisine, marchant de manière un peu exagérée il faut l’avouer, sur la pointe des pieds. Je vais pénétrer dans la grotte du cyclope qu’il ne faut pas réveiller, prêt à chercher sans tirer la petite Polyphème du sommeil, quand le jeune homme met finalement la main sur sa baguette. Les sorciers sont tellement perdus sans leur magie parfois, c’est assez drôle et attendrissant à la fois ! L’Ulysse en moi part bouder tandis qu’Irvin recouvre l’audition grâce à ses précieux appareillages.

- Je t’en prie !

Nous retournons dans la cuisine et nous préparons un coin de table exempts de résidus de la fête et mon hôte me propose même à manger ! Suis-je remonté dans son estime ?

- Volontiers !

Je me coupe un morceau de pain et entreprends d’y tartiner du beurre, malheureusement il ne s’agit pas de beurre salé breton, mais cela fera l’affaire, j’ai appris à me contenter de ce fadasse ersatz anglais. Au moins il n’est pas normand !

Je ressens encore plus fortement la gêne grandir en moi lorsqu’Irvin vient à m’expliquer qu’il n’est pas nécessaire d’articuler comme un idiot pour lire sur les lèvres.

- J’avais imaginé… Puis on m’a toujours dit que je parlais vite aussi ! Mais je le saurai pour la prochaine fois, merci ! dis-je avec un petit sourire timide.

Pour dissiper la gêne, j’enchaîne sur un autre sujet :

- La chambre de ton enfant à naître est terriblement mignonne, je n’ai pas pu m’empêcher de regarder un peu. Vraiment adorable !



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Mer 1 Aoû - 4:58
Cette chasse au trésor pourrait être sympathique si l’enjeu n’était pas aussi important. Important et stupide à la fois : comment ai-je pu égarer des choses aussi précieuses ? Et il faut que ça m’arrive devant Matthew, évidemment. Quoique cela nous rend quitte d’une certaine façon, chacun a vu le côté le plus honteux de l’autre. J’ai moins honte qu’il y a encore quelques mois, mais la situation reste tout de même terriblement énervante. Être face à quelqu'un, savoir exactement ce qu'on veut lui dire sans pouvoir le faire clairement est une frustration sans nom. J’ai beau être l’humain le moins sociable du quartier, j’ai découvert par la maladie que comme tout le monde, j’ai besoin de contact. Peut être plus encore qu’avant - je me suis senti si seul pendant mes semaines d’hospitalisation et c'est une douleur qui reste vive, celle d’être comme abandonné, coincé avec et en soi-même.

Heureusement, Matthew m’aide aussitôt, ce qui dissipe un peu l'ennui de le voir rougir en me parlant. Il se dirige sur la pointe des pieds vers le salon, beaucoup trop précautionneusement pour que ce soit naturel, ce qui me fait sourire. Pas étonnant que Matilda et lui se soient si bien entendus, iels partagent ce réflexe de faire le clown en toute situation. Elle sera une tante permissive formidable.

Je pousse presque un cri de joie en retrouvant ma baguette et une fois mes implants posés et allumés, je me sens plus léger. Je les ôte de temps en temps maintenant, surtout lorsque je travaille, et que mes proches sont prévenus. Le silence m’angoisse moins maintenant. Mais face à un inconnu, ma gêne est encore trop vive.

Matthew semble presque aussi content que moi maintenant, à la perspective d'un bon petit déjeuner. Incroyable comme ce type semble pouvoir changer de personnalité : hier soir, il n’avait rien du faux journaliste provocateur et arrogant que j’ai vu dans l’atelier de Milo, et ce matin, il a tout du type agréable et sympathique que Grâce nous avait décrit après l’incident à la boutique.

Cependant, partager un petit déjeuner avec lui me semble encore peu naturel. Lui aussi semble gêné. Très bonne ambiance pour commencer la journée. Sa gêne s’amplifie alors que je lui explique comment se rendre plus facilement compréhensible pour moi. Je suis bien tenté de lui expliquer le pourquoi de ma demande, mais un cours théorique sur la lecture labiale est peut-être mal avisé un lendemain de réveillon.

- C'est pas grave, tout le monde fait ça. Si tu parles à cette vitesse, ça va. Quand on parle trop lentement, l’articulation est déformée et ça me demande plus d’efforts.

Il est vraiment penaud et ce n’était pas mon intention, alors je tente un regard rassurant avant de m’éloigner pour remplir à nouveau la machine à café.

- C’est toujours mieux que les gens qui pensent qu'il faut s'adresser à moi comme si j’avais cinq ans.

La remarque est presque amère et je la regrette aussitôt, pas envieux de m'épancher sur le sujet. J’ajoute sur la table bien remplie un pot de marmelade et m’assoit sur une chaise en baillant. Matthew entame déjà des tartines mais j’ai beaucoup trop mangé hier pour avoir envie de quoi que ce soit pour l’instant.

Il me complimente ensuite sur la chambre du bébé, et réussit même à m’arracher un sourire. Quel progrès !

- T’as pas pu t’en empêcher, hein ? Ça m’étonne beaucoup, dis-je en souriant plus largement encore.

L’occasion de le taquiner était trop belle, j’observe l’effet de ma remarque en sirotant mon café innocemment. Puis je redeviens un peu sérieux.

- Merci. C’était un débarras pour les anciens locataires, on a nettoyé à fond et tout repeint. Je pense que ce sera confortable pour un petit bébé. Grace nous a beaucoup aidés aussi, elle a tricoté toute une garde-robe pour compléter les habits qu'on a récupérés.

Plus beaucoup de temps à attendre. La nouvelle année a rapproché d’un grand coup l’échéance : ce n’est qu'une question de jours maintenant.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Mar 14 Aoû - 18:17
Je ne peux que comprendre Irvin : cette impression d’être diminué, entravé dans ses actions habituelles par un handicap, c’est mon lot actuel et encore plus futur. Même si je m’estime très chanceux d’avoir pu recouvrer l’usage de mes deux jambes à l’issue de notre rencontre, le souvenir de cette perte de substance liée à ma maladie est toujours aussi vif dans mon esprit. De plus, la certitude du handicap à venir existe telle une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, mon petit nuage de tempête personnel qui ne me lâche sous aucun prétexte depuis que la sclérose est entrée dans ma vie…

Alors, comment ne pas me sentir concerné par la recherche active des appareils auditifs d’Irvin ? Sans compter que j’ai très envie de me rattraper auprès de lui, et de faire prévaloir ma vraie personnalité par rapport à celles que je lui ai présentées à la boutique de Milo… J’ai bien conscience de partir de loin avec lui, mais au vu de l’amitié que ma sœur lui porte, il ne doit pas être un mauvais bougre et devrait être capable de passer au-delà de tout ça, non ? Je l’espère…

Le sorcier met enfin la main sur les précieux artéfacts et nous pouvons retourner à la futilité de l’instant et notamment prendre le petit-déjeuner que nos – du moins mon – estomacs réclament à grands cris. Rien ne saurait remplacer dans mon cœur l’importance d’un bon petit-déjeuner à base de pain, beurre et confiture car je suis resté fidèle aux coutumes de mon pays de naissance. Je n’ai jamais été fan des mélanges sucré-salés pour ce repas primordial, c’est pour moi l’instant du sucre. Cela dit, le sucre peut être associé à une pointe de sel apportée par une bonne tartine de beurre demi-sel (breton, cela va sans dire !).

Chaque phrase non agressive et non teintée de méfiance que j’arrive à tirer d’Irvin est une petite victoire sur mon chemin de croix de la rédemption. Je ne saurais dire pourquoi cela est important pour moi en cet instant, j’imagine que c’est pour Grace que je le fais. Je connais sa proximité avec le sorcier, notamment parce que cela fait des semaines que je la vois tricoter frénétiquement quantités de vêtements pour le futur bébé de celui-ci ! Et encore en plus, Matilda, sa sœur à lui, semble être une personne tout à fait charmante, exubérante et fofolle : une vraie petite tornade et nos caractères extravertis ont l’air de bien s’accommoder, cela me permettra-t-il de gagner l’amitié de son frère ? Ou au moins, sa considération ?

Je suis content qu’Irvin m’explique comment mieux me conduire avec des personnes malentendantes. Encore une fois, concerné par ce sujet, je ne sais que trop combien la sollicitude ou les excès de zèle de certains peuvent être blessants… Je ne compte pas le nombre de personnes m’ayant proposé de porter mon sac à la fac lorsque je montais les escaliers avec difficulté ou les personnes se levant pour me laisser leur place dans les transports en commun. Tant de bonnes intentions infantilisant les personnes atteintes de handicap, tant de blessures réouvertes à chaque regard de pitié, chaque sourires gênés…

- Cette histoire d’infantilisation, je connais.

Je sais qu’il comprend à quoi je fais illusion. Et même si d’un côté je redoute tellement d’avoir baissé la garde devant lui et même si chaque personne au courant de ma maladie ne fait que la rendre encore plus réelle, c’est… agréable de savoir qu’on est compris. D’une certaine manière, parce que l’on ne peut jamais totalement embrasser la complexité du cheminement de l’autre, on peut seulement la toucher du doigt et faire son maximum pour comprendre. La surdité d’Irvin le suit dans son quotidien, tandis que ma sclérose frappe sans prévenir, laisse ou ne laisse pas de trace et gagne du terrain par à-coups mais aussi petit à petit, insidieuse.

Le reste de la conversation est plus léger, même si on en revient encore à notre rencontre et à ses circonstances très particulières. Mais le sourire sur le visage d’Irvin réchauffe mon cœur étrangement et de manière imprévisible. Je rougis encore, la faute à ma peau claire très prompte à laisser transparaître mes émotions.

- Je ne vois absolument pas ce que tu veux dire par là… Mon air faussement innocent laisse totalement penser l'inverse...

On peut en rire, et ça c’est une très bonne nouvelle. Je croque dans ma première tartine recouverte de beurre et de marmelade. Presque comme à la maison. Je remarque qu’Irvin ne mange pas et réalise que nous avons englouti des quantités astronomiques de nourritures (merci Grace !) lors de la soirée de la nuit dernière. Qu’à cela ne tienne, c’est pas ça qui va m’empêcher de dévorer amoureusement mon petit-déjeuner.

- Oui, j’ai pu voir ça. Elle a pris ce rôle très à cœur et comme d’habitude, elle fait tout à fond, sans demi-mesure.

Mon ton laisse sans doute transparaître l’amour que je porte à mon ainée et la complicité qui nous lie.

- C’est pour quand déjà ? Désolé, je suis très mauvais avec les dates, pourtant Grace a dû me le dire mais c’est à peine si je me rappelle de la date de mon propre anniversaire…

Ce qui est bien dérangeant parfois, il faut le souligner…



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Jeu 23 Aoû - 10:56
Je sens que Matthew compatit, il ne le dit pas mais son attitude parle pour lui. Et son regard où passe un éclair de mélancolie témoigne autant que les mots que nous partageons un vécu très semblable. Sa maladie à lui est bien pire que la mienne : je ne peux même pas imaginer ce qu'il doit ressentir à vivre ainsi avec cette menace permanente au-dessus de sa tête. Moi, j'en deviendrais dingue. La surdité me rend dingue, parfois, mais je sais à quoi m’attendre, j’ai appris à vivre avec.

Lui aussi est réticent à parler. Parler de ça, de ce que le handicap fait peser sur nos vies, nos entourages ; pas besoin d’être psychomage pour comprendre que sa phrase l’a autant soulagé qu’elle lui a pesé. Je connais trop bien ce sentiment pour ne pas le reconnaître chez un.e autre. Ce genre de phrase sonne comme un aveu, celui d’une faiblesse plus insupportable à dire qu’à vivre, parce que tout semble plus réel une fois exposé aux autres. J’ai gardé un souvenir douloureux de mon hospitalisation moldue, des couloirs remplis d’enfants et d’adultes avec leurs implants et leurs fauteuils roulants, des innombrables séances de rééducation… J’avais passé le plus clair de mon temps enfermé dans ma chambre ou dans le premier coin où je pouvais être seul. Pendant l’année qui a suivi, j’ai refusé de rencontrer d’autres personnes sourdes, fuit comme la peste les groupes de paroles ou de soutien et les associations de malades. Je n’en faisais pas partie, moi, j’allais guérir ; frayer parmi ces gens aurait constitué un retour en arrière ou pire, l’abandon de tout progrès. Mais depuis septembre, j’ai franchi le pas, intégré un cours de WBSL, et même, par le biais de mon ancien hôpital à Londres, pris contact avec une association de parents sourds pour leur demander des conseils. Je ne sais pas si Matthew a fait de même, mais j’imagine que pour sa maladie, le soutien doit être encore plus nécessaire que pour moi.

Je ne sais pas quoi dire de plus cependant, nous ne sommes pas assez proches pour que le sujet soit aisé à aborder plus longuement. Alors je hoche la tête pour lui signifier qu'à mon tour, je compatis, et finis de remplir la machine à café pour les futurs buveurs.

Sa manière de rougir à chacune de mes phrases m’amuse, mais doit être gênante pour lui au quotidien. Il sait parfaitement bien imiter l’innocent injustement accusé, mais si je sais en sourire maintenant, qu'il ne se croie pas pardonné si facilement ! Non mais. Il doit sûrement compter sur sa belle tête et son sourire charmeur pour se faire excuser, mais ça ne prend pas avec moi.

- T’as trouvé quelque chose de compromettant ? Je peux t’assurer que le bébé est trop jeune pour faire déjà partie d’une quelconque mafia. Milo ne l'autoriserait pas.

Je laisse le sous-entendu planer en sirotant innocemment ma boisson. Ma tasse de café avalée, je me sers un grand bol de thé noir pour achever de me réveiller. J’attrape une tranche de pain que je grignote distraitement, pendant que Matthew engloutit tartine après tartine.

- Grace est incroyable oui, j’ai rarement vu quelqu'un donner autant de temps pour les autres, et pourtant je vois mes mères et leurs amis faire du bénévolat depuis que je suis petit. Je suis vraiment content qu’elle et Milo se soient rencontrés. Ils vont bien l’un avec l'autre. Et j’ai gagné une très bonne amie.

Pas très subtile, l’allusion à Milo, mais j’ai envie d’enfoncer le clou. Parce que l’italien et la française n’auraient pas pu trouver meilleur.e compagne et compagnon, et que je suis sincèrement très heureux de compter Grace parmi mes ami.e.s.

La question suivante me met légèrement mal à l’aise.

- C’est pour la semaine prochaine, le 9 normalement. Je passe une main dans mes cheveux pour masquer la nervosité qui l’agite. Tout proche maintenant. Je me redresse. Il ne me reste plus que le mobile à terminer et la chambre sera prête.

Sa remarque sur son anniversaire me fait sourire.

- Ça ne soit pas être pratique d’oublier sa date de naissance. Enfin, au moins, tu dois avoir une bonne surprise tous les ans quand les gens débarquent chez toi avec des cadeaux.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Ven 31 Aoû - 16:37
Ma rencontre avec Irvin n’a pas été très conventionnelle, et ne s’est pas produite sous de bons auspices. C’est le moins que l’on puisse dire. Mon goût de l’aventure un peu particulier en est le premier responsable. Son incroyable tête de pioche en est un autre artisan. Mais au-delà de cet a priori peu flatteur pour l’un comme pour l’autre, le garçon m’a l’air sympathique. C’est bien malheureux d’ailleurs qu’il garde encore cette image de moi, et avec ce nouvel an organisé en sa demeure, il est bien vrai que j’espérer gagner son estime. Et celle de Milo. Mais je me méfie encore du géant, même si nous avons tenté de sympathiser hier soir, et qu’il semble des plus adorables avec ma sœur, je reste sur mes gardes encore quelques temps…

Me voilà donc, tout rougissant et gêné en compagnie de quelqu’un qui connait mon plus lourd secret. Et je ne parle pas de mon talent pour la comédie - talent inné s’il en est, qui en a rendu jaloux plus d’un ! Le petit-déjeuner copieux que j’avale à une vitesse grand V chasse peu à peu le malaise. Nous nous comprenons d’un regard presque lorsqu’il s’agit de nos handicaps respectifs. Le fardeau que pèsent ces tracas plus ou moins important est une chose universellement compréhensible entre les personnes qui vivent avec.

La conversation dévie sur l’enfant que vont bientôt accueillir Torvi et Irvin dans leur petit chez eux, notamment sur la décoration de la chambre dans laquelle j’ai passée ma nuit et le futur papa lance un sous-entendu sur le motif de mon entrée impromptue dans l’atelier de Milo… Je ne sais pas où me mettre mais décide de garder la tête froide et une contenance histoire de ne pas passer pour le petit breton qui rougit pour un rien. Surtout que j’assume mes actions, quoi que laissent penser mes couleurs inopportunes.

- Ah tu sais, toutes ces investigations, ces enquêtes sont derrière moi maintenant. Je me suis retiré de cette vie trépidante pour mener une existence plus… rangée.

Mais bien sûr. Très crédible de la part de quelqu’un qui a fait une bataille de boules de neige dans un salon la veille. Pour ma défense, le tourbillon Matilda a commencé à sévir la première : j’étais bien obligé de riposter, non ?

Pour avoir vu Grace tricoter durant tant de ses moments libres - qui sont très rares soit dit en passant étant donné ses multiples engagements, son travail et son petit ami (et moi aussi, je lui prends pas mal de temps) – je peux assurer à quiconque le voudra que cette femme est capable de te créer une garde-robe pour nourrisson en un temps record ! L’allusion à Milo est encore inconfortable, même si tout devient de plus en plus naturel concernant cette relation. Irvin connaît mieux les deux que moi finalement, donc je peux certainement lui faire confiance au sujet de leur couple ? De toute façon, s’il fait quelque chose de mal à ma sœur, je l’étripe. Ce que je me garde d’affirmer tout de même.

- Oui, elle est comme ça depuis toujours : maman poule depuis l’enfance !

Un autre point accroche mon attention, Irvin parle de « ses mères ». Un petit arc-en-ciel fleurit dans ma tête alors qu’il mentionne ce point intéressant. Un petit quelque chose de chaud au cœur aussi, l’espoir que si je ne me se soucie pas de l’avis des autres, je pourrai mener ma vie comme je l’entends : fonder une famille avec l’homme que j’aimerai est clairement inscrit dans mon plan de vie.

- Tu ne peux pas rêver mieux comme amie, et Milo comme petite amie.

Je dis cela plus naturellement, détendu par cette allusion, quelque chose me dit que nous avons plus de choses à nous dire que ce que je pensais. La discussion dérive sur l’heureux événement qu’attend le foyer dans lequel je me trouve. Je remarque sa nervosité, très mignonne nervosité. Je souris d’un air chaleureux : Irvin a tout du futur papa attentionné et concerné, en témoigne son attitude.

- Tout s’est bien passé jusque maintenant, ça devrait aller…

J’essaie de le rassurer mais n’ayant aucune compétence en la matière, j’essaie une autre discussion.

- Le mobile ? Tu comptes faire quoi exactement ?

Car cet homme est doué de ses mains, évidemment. Il travaille dans une boutique d’artisanat, ceci explique cela ! Je note ça aussi dans ma tête. En mentionnant le fait que j’oublie même mon propre anniversaire, me revient en mémoire une anecdote franchement sympathique mais un peu malvenue pour un premier tête à tête avec le sorcier. Pour une fois que j’arrive à garder pour moi mes bêtises !

- C’est très agréable, d’autant plus que j’adore les surprises. Dis-je avec un petit sourire en coin. Même les plus inattendues, oui, oui. Mais c’est tout de suite moins pratique pour les tâches administratives, tu peux l’imaginer.

J’ai encore parfois besoin de l’aide de Grace pour ce genre de choses, je ne peux arriver au bout tout seul sans appeler Grace. Ca va du « On est d’accord, je suis bien né le 28 mai ? » au « Atlantis ça rentre pas dans les cases, je fais comment ? ». J’avoue être un vrai enfant pour ces choses-là, heureusement qu’elle est la responsable de nous deux, je ne sais pas comment je me débrouillerais sans elle...

Spoiler:
 



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Catharsisavatar
• PNJ •
Messages : 1523 Points : 0
Pseudo : Ton pire cauchermar
Avatar : --
Crédits : Melody
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Ven 31 Aoû - 16:37
Le membre 'Matthew Hamilton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé du hasard' :

Résultat : 9
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Lun 3 Sep - 15:18
Matthew abandonne volontiers le sujet de nos handicaps respectifs, à mon soulagement. J’en parle peu avec mes amis, encore moins avec des quasi inconnus, et certainement pas avec un ancien apprenti détective/cambrioleur un peu trop sûr de lui pour son propre bien.

Quoique il est plutôt drôle à rougir à toutes mes piques - je suis tenté de continuer à le taquiner. Bien qu’il se redresse pour garder contenance face à ma tirade sur la mafia, la légère mais persistante rougeur de son cou et de ses joues ne m’échappe pas. J’ai passé trop de temps à étudier ce genre de détails en rééducation, à apprendre à tirer un maximum d’indices en regardant les visages autour de moi, à défaut d’entendre, pour ne pas voir qu’il est gêné par mes petites provocations. Ma vengeance est douce mais commence peut-être à virer à la légère mesquinerie : il a l’air suffisamment pénitent maintenant, tout rouge qu’il est. Je suis rancunier, mais pas méchant.

Sa tirade suivante me fait rire sincèrement. Je me demande si quelqu’un a déjà eu le dernier mot avec lui, un jour. Cette personne mériterait toute mon estime.

Son explication concernant Grace valide ce que j’avais imaginé la concernant. Maman poule, c’est bien le mot. Je me retiens de lui dire que je comprends, car j’en ai deux moi-même.

- Elle va bien, en ce moment ? Je veux dire, elle n’a pas l’air d’aller mal, mais les mamans poules parlent rarement de ce qui les inquiète. Elle a passé tellement de temps à tricoter des habits que j’avais peur qu’elle finisse surmenée.

Car la française est aussi loquace sur les autres que discrète à son sujet, mais son frère n’a certainement pas besoin de l’apprendre.

- Elle doit être une super grande soeur aussi, j’imagine. Et Milo est un gendre assez idéal.

Aussi parfaite que soit Grace, je dois défendre la valeur de mon meilleur ami. La chaleur avec laquelle mon apprenti cambrioleur parle de sa soeur est touchante : je le vois, son visage rayonne à chaque mention de son nom. Ils sont si proches, si soudés. J’ai compris, à demi-mots, que la relation avec leurs parents était compliquée. Grace-maman poule et Matthew en petit frère choyé, le tableau semble parfait.

Matthew semble plus détendu soudainement, le rouge a quitté ses joues. Il a tiqué à la mention de mes mères, sans que je sache interpréter cette réaction. Il se détend au point d’adopter un ton rassurant, réconfortant, qui me semble si étonnant que j’ai du mal à ne pas le montrer. Nos discussions se limitaient jusque là à quelques piques et à des compliments sur Grace, ce qui me convenait très bien, alors le grand sourire chaleureux et le réconfort qu’il m’envoie sont un peu désarçonnants. Il a l’air d’avoir sérieusement envie de se réconcilier avec moi.

- Bien passé, oui. A peu près.

Si on omet que j’ai d’abord refusé la paternité, que je suis encore étudiant, sourd et que Torvi et moi comptons chaque noise depuis des semaines pour pouvoir nourrir notre futur colocataire miniature. Que je suis toujours sous traitement anti-dépresseur et que je passe mon temps libre à fabriquer des jouets pour oublier que je n’ai jamais eu aussi peur de rater quelque chose de toute ma vie. Je passe encore ma main dans mes cheveux - foutu réflexe ! - et j’en profite pour étaler un peu mes mèches sur mes implants au passage.

Ces réflexions m’ont distrait des paroles de Matthew et je dois lui demander de répéter. Je me demande à quoi ressemble sa voix, en vrai. Pas celle monotone, grave et presque robotique, que mes implants me transmettent, mais la voix réelle que les autres perçoivent. Tout comme je me demande parfois comment sonnent celles de Grace, de Torvi ou de Poppy, celles de tous ceux que j’ai rencontrés à Atlantis.

- Le mobile, c’est un modèle que j’ai trouvé dans une méthode pédagogique très réputée pour les enfants. C’est un ensemble de plusieurs formes géométriques noires et blanches très précises, conçues pour stimuler au mieux la vision des bébés. J’ai récupéré du bon papier à l’UPA, le professeur d’artisanat me donne facilement des fournitures.

Inutile de dire que j’ai mesuré, découpé, remesuré et redécoupé ce mobile pendant des heures - le travail minutieux atténue le stress.

Il parle encore de son anniversaire. Est-ce qu’il blague, ou est-ce vraiment sérieux ? Je n’arrive pas à percevoir s’il est ironique ou sincère. Mais est-ce vraiment possible d’oublier la date de son anniversaire ? Ce type est désorganisé à ce point ? Ou alors… il a peut-être des graves problèmes de mémoire à cause de sa maladie. Ce serait terrible d’être atteint au point d’oublier sa propre date de naissance.

- Tu oublies vraiment ? Tu pourrais te fabriquer un mémo, une petite carte avec les informations dessus, que tu garderais sur toi. Comme ça tu aurais toujours l’information sous la main.



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Lun 10 Sep - 15:43
Discuter avec Irvin comme cela, c’est presque… naturel. La gêne se dissipe et l’un et l’autre a l’occasion de découvrir son interlocuteur, sans artifices et sans tension. Et finalement, il semblerait que nous nous entendions plutôt bien. Si c’était impensable il y a quelques temps, je ne suis pas mécontent de le voir me traiter avec respect et gentillesse. J’aime bien cet Irvin drôle et agréable !

Nous en venons à aborder le sujet des sœurs, de la mienne en particulier. J’ai pu observer hier la proximité que partagent aussi Matilda et Irvin. Plus proches en âges, les deux semblent aussi soudés que prompts à se chamailler ! A peu près comme Grace et moi finalement ! Même si notre relation est teintée de ce côté mère poule que peut avoir ma chère sœur !

- Oui, elle va bien. Après elle est certainement préoccupée par la visite de nos parents qui va arriver prochainement… C’est beaucoup d’organisation et… Grave voudra que tout se passe bien, mais on a des différends avec notre mère, ça ne sera pas forcément facile. J’imagine que ça dot l’inquiéter et que le tricot lui permet de relativiser !

Des différends. Je crois qu’au vu des reproches qu’elle nous fait sans cesse, on ne peut plus parler de différends mais bien de querelles en tous genres. Rien de ce que nous faisons ne lui convient et si Grace tente encore d’apaiser la situation, pour ma part il n’est plus question de me soumettre à ses désidératas.

- Ils ont l’air de faire un beau couple, en effet !


Mes exigences en matière d’amoureux pour ma sœur sont très précises mais simples aussi à respecter : l’aimer et ne pas lui briser le cœur. Jusqu’à présent, l’artisan a l’air de bien s’en tirer avec cette mission !

- Vous avez l’air très proches aussi avec Matilda ! Je la trouve super chouette, très adorable et marrante en tout cas !

Un coup de foudre amical ? Très certainement. En tout cas, aucun doute que nous serons amenés à nous recroiser à l’UPA ou ailleurs !

Aux mots d’Irvin sur la grossesse de Torvi, je ne sais que répondre car je perçois qu’elle ne s’est pas passée de manière idyllique. Mais est-ce vraiment le cas avec ces événements on ne peut plus fondateurs et essentiels dans la vie de tout.e femme ou homme qui attend l’arrivée d’un petit être humain dans sa vie ? Je me contente de lui adresser un sourire compatissant entre deux tartines.

Irvin me demande de répéter mes paroles, ce que je fais avec diligence. Je me demande ce qu’il entend réellement avec ses appareils, le degré de sa surdité qui me semble totale ou presque. Mais ce sont des questions délicates qu’on aborde pas le matin du Nouvel An au beau milieu d’un petit déjeuner.

- Oh je vois ! Tu étudies l’artisanat magique à l’UPA, alors ?


Je ne savais pas qu’Irvin était étudiant à l’UPA ! Nous ne nous sommes jamais croisés sur le campus, mais comme bon nombre de personnes et cela fait à peine un semestre que j’étudie dans cette université et je n’y suis pas énormément impliqué. L’approche des examens dans quelques semaines ne m’effraie guère, cela dit j’ai comme l’impression que les résultats ne seront pas très satisfaisants…

- T’as raison c’est surtout une question d’organisation en réalité… Les informations de ce genre ne me semblent pas… essentielles, alors j’ai tendance à les oublier.

Tête en l’air moi ? Absolument.



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Irvin Fowleravatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t564-irvin-fowlerMessages : 873 Points : 0
Pseudo : Isou, BreizhClafoutis
Avatar : Georges Mackay
Crédits : Internet et BRO le magnifique pour le badge
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Quartiers Résidentiels des Faubourgs, partie traditionnelle, en colocation avec Torvi Von Wrangel et une petite Hobbite fraîchement née
Patronus: Une corneille, s'il savait en produire.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Lun 17 Sep - 9:58
J’écoute avec intérêt chaque mot concernant Grace. Des semaines que je la vois tricoter et coudre sans relâche, et j’ai peur qu’elle se mette trop de pression pour un bébé qui n’est, après tout, pas le sien. Elle est aussi inquiète que moi, ce qui n’est pas une bonne chose. La suite de la réponse de Matthew m’intrigue encore. J’ai compris, par sous-entendus, que madame Hamilton première du nom n’était pas la plus bienveillante des mamans, ce qui m’inspire un peu de sympathie pour mon cher cambrioleur.

- J’ai cru comprendre que vos relations étaient compliquées. Si ça peut la détendre, alors tant mieux. Ils vont rester longtemps ?

En ce qui concerne la famille, je dois admettre ma chance, même si je pourrais reprocher à Mom et Mummy leur tendance à me couver depuis ma maladie. Mais s’il y a un endroit sur terre où je me sentirais toujours chez moi, c’est bien leur maison.

Finalement, Matthew admet que Grace et Milo vont bien ensemble, et son air sincère me satisfait assez pour que j’abandonne le sujet en hochant la tête.

Je hoche encore en l’écoutant parler de Matilda. C’est vrai que nous sommes proches, peut-être de la même façon que lui et Grace. Mais le mot adorable me fait tiquer. J’ai bien vu que Matilda et lui ressemblent plus à des vieux amis retrouvés qu’à des fraîches connaissances, mais je ne voudrais pas que le jeune homme se fasse des idées.

- Oui, elle est tout ça. Elle se fait des amis partout, c’est assez impressionnant. On a toujours été soudés, depuis qu’on est petit. Comme toi et Grace, non ? Par contre, je préfère te prévenir tout de suite, pour que tu n’espères rien de ce côté : elle est lesbienne.

Elle ne m’en voudra pas de cette révélation, je le sais. Peut-être le lui a-t-elle déjà dit, avec son humour aussi subtil qu’un char d’assaut moldu.

- Elle a toujours eu ce caractère, mais elle est encore plus extravertie depuis la bataille de Poudlard. Tu connais Poudlard ? Elle a vécu une année difficile, très difficile, elle y était élève quand les mangemorts ont pris le contrôle du château… Elle était dans la même classe qu’Harry Potter, et tous les autres, et… Elle n’a jamais fait profil bas, alors… elle a vu et souffert des choses horribles pour une ado de 17 ans. Mes mères disent qu’elle compense sûrement, que ça lui passera, que c’est sa manière de gérer le traumatisme.

Ce que Matilda a enduré pendant cette année-là ferait passer notre vie à Flagley pour de simples vacances - je n’ai même pas su tout ce qu’on lui avait fait, ou forcé à faire. Je frissonne à cette pensée. Et mes mots sortent tous seuls, imprévus : parce que je m’inquiète pour ma soeur qui donne toujours l’impression de gérer si bien sa vie. Bien sûr, elle parle plus que moi, elle sait exprimer ses doutes et ses peurs mieux que je n’ai jamais su le faire, mais un voile est tombé sur son regard après cette bataille, qui ne s’est jamais vraiment relevé. Les nuits suivantes ont été agitées de nombreux cauchemars et le temps a filé longtemps avant qu’elle ne se remette de ce qu’elle avait vu cette nuit-là. Retourner sur des bancs scolaires, en l'occurrence ceux de l’université de Leeds, avait été douloureux, elle qui aimait tant apprendre avant. Je suis content de la voir arriver à l’UPA, reprendre le cours légèrement détourné de sa jeune vie.

Mon regard s’est perdu au loin derrière Matthew et je redresse la tête.

- Je sais pas pourquoi je raconte ça. Ne lui dis pas que je te l’ai dit. Je fais une pause, chassant ces vieilles pensées de ma tête. Je pense que vous vous entendrez bien.

Je me lève pour éviter le regard du Français et en profite pour saisir dans un placard la petite fiole renfermant mon traitement, dont je verse quelques gouttes dans mon thé, avant de retourner m’asseoir.

Matthew sourit encore, à ma réponse concernant la grossesse, de ce sourire si chaleureux. Bon, je dois lui reconnaître ça : il a une tête sympathique (quand il n’essaie pas de me cambrioler). C’est peut-être ça qui me pousse à parler autant, moi qui suis d’habitude taciturne le matin. Cependant, je n’arrive pas à savoir s’il est sincèrement intéressé ou s’il veut simplement me relancer assez pour continuer la conversation. Au moins, il est plutôt arrangeant avec mon handicap, et répète avec soin mais sans trop articuler comme la première fois. Attentif, donc.

- Non, l’ingénierie magique.

Je lève encore plus haut mes sourcils en l’entendant parler de son anniversaire comme d’une information non essentielle. C’est peut-être une blague pour camoufler ses problèmes de mémoire… Sûrement, même ; qui considèrerait sa date de naissance comme une information oubliable ? Mieux vaut ne pas insister alors. Je hoche la tête prudemment.

Regarder Matthew engloutir tartine après tartine finit par m’ouvrir l’appétit, et je fouille parmi les boîtes de nourriture pour dénicher des scones que Matilda avait préparés hier. J’en saisis un que je coupe en deux avant de le recouvrir de marmelade.

- Et toi, tu es aussi à l’UPA ?



Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 174 Points : 20
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | Sam 29 Sep - 17:42
La famille et ses accrocs… Pour le coup, la famille Hamilton a l’air tout ce qu’il y a de plus enviable sur le papier : un nom qui impose le respect, une belle demeure, un métier satisfaisant pour le chef de famille et une mère souriante qui se prête parfaitement à son rôle. Et pourtant : que d’hypocrisie, de non-dits et de reproches ! Derrière la façade, les visages se noircissent et l’image se ternit bien tristement. Heureusement, Grace et moi nous sommes toujours soutenus et notre proximité est notre plus grande force.

- Oui, nos rapports sont très tendus, mais on peut toujours espérer que les choses se passent bien.

Je suis peu convaincu par cette affirmation… Mais y croire ne nous ferait pas de mal, non ?

- Je ne sais pas trop. Avec leurs différentes occupations… je dirai qu’ils ne peuvent pas s’accorder plus de deux semaines loin de Rennes !

Et encore heureux ! Nos parents sont sans cesse occupés, par divers événements mondains ou des choses plus techniques à gérer ! Pour le coup, c’est la chose qui nous épargne une trop longue visite.

Irvin en vient à évoquer nos relations avec nos sœurs respectives et notamment la sienne : la tornade Matilda ! Un véritable coup de cœur amical pour moi ! J’ai l’intuition qu’au-delà de sa folie apparente se cache une personne intéressante et potentiellement une future amie. J’ai un don pour voir ces choses-là. J’acquiesce en l’entendant dépeindre le caractère de sa relation avec sa sœur

- Ou, Grace et moi sommes très soudés, je crois qu’il n’y a rien qu’elle ne sait pas de moi et l’inverse est très certainement vrai.

En revanche, je ne peux m’empêcher d’exploser de rire quand il laisse entendre que je puisse être intéressé par sa sœur. Je secoue la tête d’un air faussement désolé.

- Mince, moi qui avais déjà prévu de la conduire à l’autel…

Néanmoins, je ne veux pas qu’une ambiguïté persiste et s’il est très rare que l’on se méprenne sur mon orientation sexuelle, cela arrive encore, il faut le dire. En général, je dis ou fais quelque chose qui laisse bien entendre que je suis gay avant même que les gens aient eu le temps de se poser la question. D’autant plus que le terrain est sain, je sais qu’Irvin ne me jugera pas.

- Tu sais Irvin, ta sœur n’est pas tout à fait mon type. En fait, je suis gay donc j’espérais qu’elle, surtout, ne se fasse pas d’illusion sur la situation !

Quand il parle de la Bataille de Poudlard et des séquelles qu’elle a laissé sur sa jeune sœur et tous les autres qui ont vécu ces atrocités, je peux à peine comprendre ce que tout cela représente. Ce jour-là, j’étais dans mon lycée à étudier, simplement, m’amuser avec mes amis. Comme les jours d’avant et les jours d’après… Une preuve encore de la faille qui persiste entre nos deux mondes, si ténue par endroits et pourtant si profonde à d’autres…

- Elle a beaucoup de courage…

Je vois ce que ces révélations coûtent à Irvin et je me demande pourquoi il a choisi de me confier cela. Notre échange prend un cours plus intime que jamais.

- Je ne lui dirai pas, ne t’en fais pas.

Nous parlons ensuite études et bien que le sujet ne me passionne guère, savoir ce que fait Irvin m’intéresse tout de même ! Et l’ingénierie magique, ça sonne fichtrement bien ! J’imagine tout à fait des conceptions technomagiques du futur et tout ce dont on pourrait en tirer. Et l’image que je me fais d’Irvin colle tout à fait à celle d’ingénieux inventeur et concepteur d’objets technologiques.

- Ce doit être trop intéressant ! Vous construisez des robots ?

Je cache avec peine l’intérêt que suscite chez moi ses études et les perspectives qu’elles offrent. Bien plus d’intérêt que ne suscitent les miennes il faut l’avouer…

- Oui, première année de sciences de la vie. Absolument passionnant.

Comment peut on trouver les sciences de la vie passionnantes alors que la vie s’acharne sur nous ? Alors qu’elle ne me permet même pas de mener la carrière dont j’ai toujours rêvé… Adieu mes rêves de podiums, de compétitions remportées haut la main avec Kenobi… Tout cela, sacrifié par la sclérose en plaques.



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin | 
Nouveau départ pour une nouvelle année ~ Matthew et Irvin
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ma resolution pour la nouvelle année
» Un départ dans une nouvelle région
» 06. Nouveau look pour une nouvelle vie
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Nouvelle étape pour une nouvelle vie
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: