Memorabilia. ft Draco Malfoy

Derek Knightavatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-donMessages : 857 Points : 64
Pseudo : Flow
Avatar : Aidan Turner
Crédits : signature : XynPapple
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Un raton-laveur
Informations supplémentaires:
Sujet: Memorabilia. ft Draco Malfoy | Jeu 14 Juin - 19:18


Memorabilia.

- Derek Knight — Draco Malfoy -


"Le passé tu le réinventes, ta honte tu ne la racontes pas, ton histoire, tu ne la connais pas. Tu es l'enfant de ta patrie, tu aimes salir ta dynastie, choisir un chemin déjà tracé, marcher loin des routes enneigées : mais sais-tu vraiment qui tu es ?" Pierre Lapointe
"Breakfast Chronicles ! Demandez le Breakfast Chronicles, le seul journal à donner les dernières nouvelles du mystérieux groupe Gloriam !"

"J’aime beaucoup le Holiday’s, mais depuis qu’ils ont installés un Starbucks sur le Chemin de Traverse, j’y vais tous les matins grâce au portail, pour me prendre un Chai Tea Latte. Tu devrais essayer."

"Tu crois que cette robe là, en vitrine, plairait à tante Augustine ?"

"Approchez, approchez ! Venez admirer les tours incroyables de ce Fléreur !"

Il y avait quelque chose d’absolument grandiose à marcher dans les rues d’une grande ville comme Atlantis. C’était un mélange constant de bruits, d’odeurs, d’agitation, et pourtant, tout semblait étrangement synchronisé, comme si chaque personne qui constituait ce tout qu’était le fourmillement de la cité, résonnait avec la place exacte qu’ils avaient dans l’univers. Certains pouvaient se sentir dépassé par ces stimuli permanents et cette foule constamment mouvante, constamment changeante : mais ce n’était pas le cas de Derek. Au contraire, l’américain, qui se nourrissait des expériences humaines comme un vampire pouvait se nourrir de plasma sanguin, se sentait comme un roi dans une basse cour, observant la bassesse de l’existence des simples. Le juge d’une vie banale, qu’il estimait si dérisoire, comparée à sa propre immensité, qu’il avait tendance à la considérer comme inutile, ou en tout cas, négligeable.

Sacramento regardait, pourtant. Il écoutait. Il ressentait. C’était son devoir de comprendre le monde environnement, s’il était destiné à le diriger, un jour. L’empereur du crime devait sans cesse avoir sa cour à ses pieds, même si elle n’avait pas conscience de sa condition d’esclave. Un jour, tout changerait, et, rien que d’imaginer la peur dans les yeux des enfants, alors qu’il les croiserait simplement en vaquant à ses occupations, ou encore, le frisson d’horreur qu’une femme de bonne famille pourrait ressentir en pensant simplement à ce qu’il pourrait lui faire subir… Oh, comme il avait hâte. Comme il pouvait sentir son corps tendre vers la volupté, en songeant simplement à son futur de cendre et de sang.

Ce matin là était un matin comme un autre, donc. Derek était aussi mégalomane que d’habitude, et la vie suivait son cours, paisible, sans vagues, à Atlantis. S’il avait eu quelques frayeurs, il y avait seulement quelques jours de cela, en ouvrant le journal et en découvrant que les corps qu’il avait enterré avec l’envoûtante Adrasteia et son Auror de mari, avaient été découverts par les autorités compétentes, tout semblait réglé. L’entrepôt avait été détruit, après avoir, bien sûr, mis les artefacts qu’il contenait en lieu sûr. Il aurait aimé être là pour voir les flammes lécher le bois grossier, la fumée âpre se répandre dans l’atmosphère, et la nature sauvage se trouver impuissante face à la volonté brûlante des hommes, mais il fallait qu’il fasse profil bas. Pas de cambriolages pour lui, ces derniers temps. Pas de meurtres. Rien d’amusant, sommes toutes, puisqu’il devait se contenter de jouer le rôle de ce bon vieux Derek Knight, de ce riche philanthrope bien trop sympathique pour n’être autre chose qu’un bon samaritain.  

La mort de Patrick l’avait plus touché qu’il ne voulait l’avouer. Il n’était pas triste, à proprement parler – est-ce qu’un monstre comme lui pouvait seulement éprouver ce genre de sentiments ? -, mais ça l’avait ébranlé dans l’une de ces certitudes : il n’était pas si intouchable qu’il le croyait. Certes, son protégé était un moldu, et il n’y avait aucun risque que Magic is Might le prenne pour cible, mais s’ils avaient pu pénétrer dans l’appartement de son bras droit et le tuer de sang froid, sans que lui ou l’un de ses hommes ne puisse rien faire pour les en empêcher, cela signifiait une chose seulement. Son plan n’était pas infaillible. A tout moment, quelque chose pourrait arriver, quelque chose de terrible, et tout serait fini. Enfin, pas lui, bien sûr, après tout, en tant qu’être élu, le Destin ne viendrait jamais le couper dans son ascension jusqu’à la gloire éternelle, mais son organisation. Sacramento pouvait mourir, si Derek était immortel. C’était ce qu’il croyait, en tout cas.

Ruminant ses pensées, tout en se frayant un chemin dans le miasme humain de la place du marché, il heurta, sans le vouloir, l’épaule d’un jeune homme qui passait par là, et dont le visage, par ailleurs, lui semblait familier. Le choc fut plus rude que ce qu’il aurait pu imaginer, et le médaillon qu’il portait autour du cou, un souvenir d’un de ses cambriolages, dans le Bureau des Aurors et notamment des scellés de procès magiques, fut éjecté de sous le col de sa chemise, où il reposait bien gentiment. D’un ton quelque peu paternaliste, particulièrement irritant dans ses sous-entendus, il interpella celui qui s’était mis sur son chemin :

« -Je vous prie de m’excuser pour ma maladresse, jeune homme, bien qu’il vous faut, vous aussi, apprendre à regarder où vous mettez les pieds. »

Ton ampoulé, poli à l’extrême : personne ne pourrait lui reprocher un manque de respect, bien qu’on pouvait deviner sans mal une bonne dose d’ironie dans ses propos, en même temps que son accent new-yorkais assez prononcé. Il n’y avait ni coupables, ni victimes, dans cette histoire, puisque la foule environnante et ses mouvements, presque vivants, étaient si imprévisibles que ni l’un ni l’autre n’aurait pu préméditer leur collision. Mais c’était Derek tout craché, ça. D’attiser les braises d’un feu qui n’avait pas besoin d’être allumé.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 909 WORDS.



ALL MONSTERS
ARE HUMANS
Draco Malfoyavatar
• Sorcier •
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t21-draco-choking-on-my-pridMessages : 496 Points : 0
Pseudo : Angie / Batgirl
Avatar : Lucky Blue Smith
Crédits : ANESIDORA & endlesslove
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Inexistant, impossible à invoquer.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Memorabilia. ft Draco Malfoy | Dim 1 Juil - 7:58



Cet hiver était difficile. La nouvelle année n’avait pas forcément apporté de meilleures nouvelles que celle qui la précédait, et ses récents désaccords avec Pansy ne faisaient que lui tourner en tête. L’avait-il tant négligée ? Comment cela avait-il pu se produire ? Comment Draco Malfoy avait-il pu négliger Pansy Parkinson à ce point ?

Draco avait rendez-vous avec sa tireuse de cartes, ce jour-là. Il s’était extirpé de son appartement bien en avance, souhaitant passer par le marché d’Atlantis, grouillant d’activité à cette heure-là. Le chaos perpétuel était rassurant, comme le roulis des vagues ou le souffle du vent dans les feuilles des arbres : personne ne lui accordait de l’attention, et c’était exactement ce qu’il souhaitait. Son nom avait fini par être oublié, dans les dernières semaines : tous étaient beaucoup trop occupés par les nouvelles inquiétantes qui provenaient des groupuscules extrémistes pour s’intéresser au cas d’un ex-Mangemort dont les seuls faits d’armes récents avaient été d’acheter un tableau au nez et à la barbe d’un acteur moldu très connu.

Sa collection commençait à devenir assez imposante pour qu’il décide de l’exposer quelque part, songea-t-il alors que son regard s’attardait sur la une du Breakfast Chronicles – il n’aimait pas vraiment ce journal aux unes sensationnalistes et au manque de respect évident pour le silence qui entourait habituellement les enquêtes en cours. Peut-être à Atlantis, d’ailleurs ; cela serait sans doute le plus aisé pour lui. Il n’aurait pas à voyager sans cesse à Londres pour négocier avec les exposants et assister aux vernissages divers. Mais d’un autre côté –

Il n’eut pas le temps de tourner la tête qu’un homme l’avait percuté. Il grimaça légèrement sous le coup du choc, plus par surprise que par douleur réelle – sa main se porta à son avant-bras gauche par réflexe, qui demeurait plus sensible que le reste de son corps, sans qu’il ne parvienne véritablement à comprendre pourquoi.

Ce n’était pas lui qui allait montrer la cicatrice de la Marque des Ténèbres à un médicomage, de toute façon. Et il refusait d’évoquer le sujet avec son père.

« Pas de… » entama-t-il, avant de s’arrêter brutalement dans sa phrase. Ses yeux s’étaient arrêtés sur le médaillon qui brillait au cou de l’homme, insolent et narquois. Il n’aurait jamais pu le confondre avec un autre, car sa mère l’avait porté à son cou pendant des années avant de le lui offrir – l’un de ses plus anciens souvenirs était justement l’éclat de son médaillon. Il se revoyait encore tenter de l’attraper, alors que le rire de Narcissa envahissait ses oreilles, comme pour s’excuser du refus qu’il essuyait à chaque fois.

« Ce médaillon » articula-t-il en regardant l’américain, la voix basse et la mâchoire crispée. « Où l’avez-vous trouvé ? »

Les armoiries des Black étaient immanquables. Il portait le médaillon de sa mère.



Sorry about the bony elbows, sorry we lived here, sorry about the scene at the bottom of the stairwell and how i ruined everything by saying it out loud. especially that, but i should have known.
he was a miracle of moving parts, a study in survival
Derek Knightavatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-donMessages : 857 Points : 64
Pseudo : Flow
Avatar : Aidan Turner
Crédits : signature : XynPapple
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Un raton-laveur
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Memorabilia. ft Draco Malfoy | Mer 4 Juil - 14:29
Memorabilia.

- Derek Knight — Draco Malfoy -


"Le passé tu le réinventes, ta honte tu ne la racontes pas, ton histoire, tu ne la connais pas. Tu es l'enfant de ta patrie, tu aimes salir ta dynastie, choisir un chemin déjà tracé, marcher loin des routes enneigées : mais sais-tu vraiment qui tu es ?" Pierre Lapointe
Ces traits fins, qui auraient pu être presque féminins s'ils ne relevaient pas d'une férocité à toute épreuve ; ces cheveux si clairs, presque blancs, peut-être les témoins d'un vieillissement prématuré causé par une enfance forgée dans la douleur et les ténèbres ; ce port altier, d'une noblesse innée et dicible, qui démontrait implicitement son ascendance au sang plus pur qu'un diamant brut : en détaillant le visage du jeune homme, Derek sut exactement où est-ce qu'il l'avait déjà vu. Impossible d'oublier quelqu'un comme Draco Malfoy, bien sûr : si l’américain ne lui avait jamais réellement adressé la parole, ils avaient, bien des fois, enchéris l’un contre l'autre pour diverses peintures, dans des ventes réservées à l'élite et aux connaisseurs. Parfois, il gagnait, et d’autres, c'était le tour du Sang-Pur, dans tous les cas, un respect silencieux les liait, de ceux qui ne peut qu'unir deux étrangers qui se livrent d'acharnées batailles au nom de l’amour de l'art.

Pourtant, le regard de Draco ne s’écarquillait pas sous la surprise de croiser ainsi cet inconnu que, pourtant, il connaissait. Et les mots qui franchirent la barrière de ses lèvres confirmèrent son trouble. Son médaillon ? Que diable… pourquoi donc le regardait-il avec tant d'attention, le questionnait-il avec tant d'émotion dans la voix ? Sans salutations ni apostolat, en plus, comme si rien n'avait plus d'importance que ce bijou qui, pourtant, n'avait pas grande ostentation.

Le collier avait été volé, bien sûr. Derek avait pour habitude de garder les pièces qui lui plaisaient lorsque celles-ci ne trouvaient pas d'acquéreur, et c'était le cas pour ce médaillon, qui n'avait aucune propriété magique et dont ses clients ne voyaient pas grand intérêt. Il était esthétique, assurément. De cette beauté qui émane des objets anciens, un charme désuet mais décidément du goût de notre américain. Mais après tout, quand il y réfléchissait… Oui, il provenait des scellés de justice, et la réputation des Malfoy n'était plus à faire, leurs démêlés avec les forces de l'ordre du monde magique avaient été suffisamment médiatiques pour qu'ils arrivent aux oreilles de Derek. Alors peut-être, qu'en effet, il pouvait connaître l'objet, voire même en être le légitime propriétaire.

« -Voilà que vous avez oublié votre politesse la plus élémentaire, jeune Malfoy, dit-il, surtout pour gagner du temps, mais aussi parce que, comme toujours, il se plaçait en tant que saint moralisateur, un exemple que tous devraient suivre. Parce que c'est bien votre nom, n'est-ce pas ?

Le criminel, qui révérait tant les expériences humaines, aurait rêvé d'en savoir plus sur ce sorcier si connu, de comprendre la psychée de quelqu'un qui avait tout perdu pendant la Guerre, simplement parce qu'il était né dans la mauvaise famille. Et si cette interruption était un signe ? Si le moment était venu d'analyser un cerveau comme celui d’un Malfoy ? Sacramento côtoyait les pires engeances qui pouvaient exister sur cette terre, mais ce roi sans couronne aurait assurément une place de choix dans sa collection. S'il fallait, pour ça, perdre un collier sans réelle valeur que le poids des années, ainsi soit-il.

-Ce médaillon ? Une vente aux enchères, si je ne m'abuse, à moins que ce ne soit un vieil héritage de famille. Il est difficile de me rappeler son origine exacte. Pourquoi donc ? »

Et il avait le culot de poser cette question, lui qui savait parfaitement les raisons de ses questionnements. Feindre l'innocence, se rendre plus inoffensif qu'un agneau ayant perdu sa mère, voilà l'une de ses grandes spécialités : et, en avisant son expression nonchalante, on lui aurait donné le bon dieu sans confession. La fourmilière d'Atlantes, autour d'eux, continuaient de grouiller, mais il n'en avait cure : il se contentait de fixer Draco, l'air désintéressé, même, un peu ennuyé, alors que dans son esprit, Sacramento s'était réveillé. Et à défaut de sang, il réclamait que sa curiosité soit rassasiée.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 644 WORDS.



ALL MONSTERS
ARE HUMANS
Draco Malfoyavatar
• Sorcier •
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t21-draco-choking-on-my-pridMessages : 496 Points : 0
Pseudo : Angie / Batgirl
Avatar : Lucky Blue Smith
Crédits : ANESIDORA & endlesslove
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Inexistant, impossible à invoquer.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Memorabilia. ft Draco Malfoy | Jeu 26 Juil - 11:32



Son interlocuteur virevoltait, dansait autour du sujet ; il marchait sur le fil et esquivait ses accusations. La manœuvre aurait pu être gracieuse – elle ne l’était pas. Elle était dure, immanquable, et ne faisait qu’attiser la colère de Draco ; brûlante et aveuglante, elle empoisonnait ses veines et remontait leur arborescence jusqu’à contaminer ses pensées. Très vite, il se retrouva obligé d’élever ses boucliers scintillants pour y apaiser ses tumultes, les enfermant derrières les labyrinthes que sa maîtrise de l’Occlumencie lui permettait de sculpter. Il n’avait pas sa baguette en main, et ne pouvait pas s’enfoncer très loin dans ses protections ; mais pour un simple accès de colère, cela ferait l’affaire.

Le ton que Knight – car, maintenant qu’il avait repris ses esprits, il était devenu impensable de ne pas reconnaître la silhouette de Derek Knight, dont la présence remémorait immédiatement le goût des bulles de champagne contre sa langue, l’odeur des petits fours qui emplissait ses narines et l’allure distinguée de la peinture à huile qui émerveillait ou désintéressait son regard – employait ne lui plaisait guère. Draco avait perdu l’habitude d’être traité comme un enfant depuis bien longtemps ; ce n’était pas une faiblesse qu’on avait tolérée longuement, dans sa famille. Draco était né héritier, pas enfant.

Il le laissa continuer sa litanie, tenter de l’abreuver de ses mensonges et de ses entourloupes – la colonne de Draco s’était redressée après leur collision, et son corps semblait s’être moulé à nouveau dans le port altier qui lui avait été enseigné dès son plus jeune âge ; un port qu’il avait appris à tenter de dissimuler lorsqu’il arpentait les rues grouillantes d’activité d’Atlantis, mais qui ne pouvait se désapprendre après avoir fait partie de son identité pendant si longtemps.

Les tours d’ivoire et d’argent qui entouraient ses pensées s’étaient totalement formées, à présent ; et c’est avec calme, un léger sourire badin ourlant ses lèvres et de sa voix traînante, qu’il répondit enfin.

« Il s’agit du médaillon de ma mère, Knight. Les armoiries des Black qui y sont gravées sont si particulières et si difficiles à ne pas remarquer que j’ignore comment vous avez pu ne pas vous en rendre compte. »

La menace était diluée, insidieuse, à la façon des monstres qui se tapissaient sous un lit, des peurs qui attendaient que l’on bascule dans le sommeil le plus profond pour pouvoir s’extirper des boîtes dans lesquelles on les avait enfermés et ainsi réussir à envahir l’esprit. Immanquable.

« Il s’agit d’un exemplaire unique, confisqué par le Ministère il y a des années, et qui est censé reposer dans leurs entrepôts. »

Son regard accrocha celui de Knight, un léger sourire retroussant ses lèvres sur ses dents. Les bras croisés contre sa poitrine, Draco ignorait le flot continu de passants qui l’effleuraient, qui riaient à ses oreilles ou échangeaient des phrases dont il n’aurait pu percevoir que des bribes, s’il l’avait souhaité. Le chaos l’entourait, et c’était dans cette agitation constante qu’il fonctionnait le mieux.

Trop de bruits pour entendre les voix au fond de son esprit.

« Alors, Knight, pourquoi as-tu ce médaillon ? »




Sorry about the bony elbows, sorry we lived here, sorry about the scene at the bottom of the stairwell and how i ruined everything by saying it out loud. especially that, but i should have known.
he was a miracle of moving parts, a study in survival
Derek Knightavatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-donMessages : 857 Points : 64
Pseudo : Flow
Avatar : Aidan Turner
Crédits : signature : XynPapple
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
Patronus: Un raton-laveur
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Memorabilia. ft Draco Malfoy | Dim 29 Juil - 12:00
Memorabilia.

- Derek Knight — Draco Malfoy -


"Le passé tu le réinventes, ta honte tu ne la racontes pas, ton histoire, tu ne la connais pas. Tu es l'enfant de ta patrie, tu aimes salir ta dynastie, choisir un chemin déjà tracé, marcher loin des routes enneigées : mais sais-tu vraiment qui tu es ?" Pierre Lapointe
Il était intéressant de se dire que l’héritier Malfoy et l’américain étaient curieusement semblables, alors que tout semblait les distinguer, au premier abord. Le premier, avec sa jeunesse, ses cheveux tellement lumineux qu’ils pouvaient aveugler quiconque les regarderait en sortant d’une salle trop sombre, sa marque sur son bras, sa famille qui avait tout et qui n’était plus grand chose qu’un nom teinté de reproches ; le deuxième, bien plus âgé, aux crins plus noirs que la nuit, jamais domestiqué, bien qu’on ait essayé, bien des fois, de mettre Sacramento au pas, parti de rien et devenu roi sans couronne d’un empire criminel. Et pourtant. Ils brulaient de cette même flamme, de cette arrogance certaine, de cette impression que le monde leur appartenait de droit, et ils avaient même la particularité d’être tous les deux Occlumens. De qui se protégeaient-ils, à part de leurs propres démons ?

Visiblement, Draco avait fini par le reconnaître, puisqu’il l’appelait maintenant par son nom. Qu’il était étrange d’entendre cet accent si noble, prononcer les syllabes de son patronyme, le "t" si appuyé, à l’anglaise, résonnant comme un couteau qui s’enfonçait entre deux omoplates. S’il était chevalier sans armure, sans épée, sans hauts faits, il était évident que l’aristocrate, devant lui, avait également perdu ses titres de noblesse avec la guerre. Voldemort avait réussi l’exact inverse de ce qu’il voulait faire : les sangs les plus purs étaient maintenant ceux rejetés par la société, et non ceux qui la gouvernait. Ceux des 28 étaient, pour la plupart, à Azkaban, six pieds sous terre, ou en exil, et, selon le plus grand nombre, c’était bien mieux comme ça.

Un sourcil se leva, amusé. Celui de Derek, bien sûr. Il était instruit, même, cultivé à l’excès, et connaissait sans mal les blasons des familles nobles anglaises, les Black, bien sûr, en faisant partie. Mais il n’était pas difficile à croire qu’un américain tel que lui, qui n’habitait sur le vieux continent que depuis plusieurs mois, ne sache rien des vieilles armoiries. Jouer la naïveté était la solution idéale, et elle marcherait certainement. Pour que la scène soit complète, il comptait même en rajouter, pousser sa chance jusqu’au bout. Il serait indigné, certainement, outré, même. Intérieurement, il jubilait.

« -Les Black ? Je crois avoir rencontré ce nom dans quelques unes de mes recherches sur ma propre famille, des Nobles, c’est bien ça ? Veuillez m’excuser, jeune Malfoy, mais je ne suis pas encore parfaitement au fait des us et de la longue histoire anglaise. Je me doute que si je vous parlais de nos quelques notables, par delà l’Atlantique, vous aurez du mal à les replacer exactement.

Si innocent, le Derek. L’image même de la candeur. Il ne savait pas, il ne comprenait pas, il était totalement à côté de la plaque. En apparence, seulement, bien sûr, et même si Draco voyait clair dans son petit jeu, il ne pourrait jamais prouver ses dires. D’autant plus qu’ils étaient dans un lieu public, et que le jeune homme, avec la sombre histoire de sa famille, ne voudrait certainement pas attirer l’attention. Le brun continua donc sa diatribe, son corps relâché montrant parfaitement à quel point il était détendu.

-Un exemplaire unique vous dites ? Allons bon, ce que vous dites me rend perplexe. Maintenant que vous m’interrogez avec une telle… véhémence  (et il mit une emphase sur ce mot, comme pour lui montrer à quel point il était impoli, à quel point il était indigne d’accuser quelqu’un tel que lui avec autant de menace dans la voix), je crois bien me rappeler que j’ai acquis cet objet lors d’une de ces petites brocantes, comme on en voit souvent fleurir, dans les banlieues de Londres, et où on peut parfois trouver des pépites. Ce que vous me révélez implique donc…  Il prit une voix inquiète, qui l’aurait fait rire sous cape, s’il n’était pas aussi concentré à l’idée de garder son personnage intact. Si vous ne vous trompez pas, bien sûr… pensez-vous qu’il aurait pu être dérobé ? »

Sa bouche s’entrouvrit légèrement, comme s’il était stupéfait par ses propres dires. On aurait pu lui donner l’Oscar du meilleur acteur, à ce niveau là, car tout y était : le langage du corps, même, son regard catastrophé au possible. Derek avait tellement l’habitude de mener une double vie, lui qui aimait berner les Aurors à faire croire qu’il n’était qu’un simple riche philanthrope, qui posait des questions, de temps en temps, sur Sacremento en tout bien tout honneur, pour assouvir sa curiosité, qu’il lui arrivait parfois de croire ses propres mensonges. Lorsqu’on vit dans un perpétuel état de faux-semblants, où commence la vérité ?
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 777 WORDS.



ALL MONSTERS
ARE HUMANS
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Memorabilia. ft Draco Malfoy | 
Memorabilia. ft Draco Malfoy
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Draco Malfoy (ralentissement indéterminé)
» (FAMILY) ENTOURAGE DE DRACO MALFOY 1/1
» ABANDON - ASTORIA GREENGRASS
» "it's you against me...Are you scared? " | Feat. Draco Malfoy
» I've always been bad [Draco Malfoy]
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: