[Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire

Aller à la page : Précédent  1, 2
Jonathan Rowleavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-esMessages : 763 Points : 143
Pseudo : Flow
Avatar : David Tennant
Crédits : signature : Schyzophrenia (bazzart) avatar : white rabbit
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Un python royal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Mar 4 Sep - 3:09
Bienvenue dans le IIIème millénaire

- Mini-Event -


"Here comes the rain again, falling from the stars. Drenched in my pain again, becoming who we are, as my memory rests. But never forgets what I lost." Wake me up when September ends - Green Day
Tout était flou, tout était pourtant extrêmement distinct ; les couleurs semblaient se changer en nuances de gris, avant de redevenir aussi brillantes qu’à leur habitude ; tout était silencieux mais le bruit devenait assourdissant. Il est difficile de décrire la sensation que provoque une crise d’angoisse. Ce n’est pas de la peur, à proprement parler, ni même une syncope ou quoi que ce soit de ce genre. C’est un trop plein de sensation, comme un vase qui déborde sans avoir rien pour retenir l’eau, qui tombe alors en raz-de-marée contre le sol froid. C’est semblable à un feu d’artifice, en fait, et c’était ce qui rendait la situation ironique, en fait.

J’entendais les mots que prononçait Ella, sans vraiment les comprendre. Elle sonnait comme un personnage de film, qu’on aurait mis au ralenti, sa voix partant dans les graves et étant exagérément lente, à mes oreilles. Ça aurait pu être presque comique, si je n’étais pas aussi mal. Mais même si j’avais compris ses paroles, il m’aurait été impossible de bouger de mon propre chef : il était suffisamment difficile pour moi de me rappeler de respirer, de ne pas hurler à la mort et de rester, au moins un minimum, conscient, pour ne pas rajouter à ma difficile tâche de me mouvoir, en plus.

La main de Poppy contre mon front, cependant, me fit du bien. Je ne la reconnu pas tout de suite, dans l’état misérable dans lequel je me trouvais, et à l’instant où le timbre de sa voix, couplé aux cheveux blonds que je pouvais discerner entre mes paupières à moitié fermées, fit son petit bonhomme de chemin dans mon esprit embrumé, je crus mourir de l’intérieur. J’avais honte qu’elle me voit dans cet état. Honte qu’elle puisse comprendre que j’étais loin de l’image que j’essayais de renvoyer dans ma vie de tous les jours, honte de montrer ma faiblesse, honte du spectacle que je devais offrir et qui ne manquerait pas de briser le peu de contenance que j’avais, lorsque je venais la libérer de ses heures de babysitting. Ce maelström d’émotions négatives n’aida pas ma condition, bien sûr, et mon souffle se fit encore plus court. J’avais l’impression que mes yeux allaient rouler en dehors de leurs orbites, et que mon corps allait se briser, tant il était tendu. Etait-ce mon imagination, ou j’avais bien entendu la partie supérieure de mon humérus craquer, alors que j’essayais d’échapper à des fantômes, me tordant sur le sol comme si je souffrais d’un mal que personne ne pouvait apaiser ? Probablement, mais de toute façon, je ne pouvais pas m’en faire pour ça. La douleur physique passait après celle, bien plus virulente, bien plus abstraite, qui agitait ma tête.

Lorsque Iain vint à notre rencontre, bien sûr, je fus incapable de comprendre ce qui se déroulait. J’aurai été totalement inutile dans mon état, de toute façon, mais l’ancien Auror que j’étais aurais rougi de savoir que j’avais laissé deux civiles, deux innocentes, se faire attaquer de la sorte pendant que j’étais à terre. Où étaient passées ces années d’entrainement ? Où s’était envolé le feu qui brûlait autrefois dans mes veines, lorsque l’adrénaline pure affluait dans mes tripes pour se déverser sur mes assaillants lors de combats redoutables ? Certes, j’avais toujours été plus intellectuel que guerrier, et je laissais, bien souvent, Kingsley être les muscles tandis que j’étais le cerveau (mon partenaire était loin d’être un imbécile bien sûr, loin de moi cette idée, mais il était évident qu’il était bien plus imposant que moi), mais je n’en restais pas moins un adversaire de taille, comme tous les braves constituant le Bureau. L’élite du monde sorcier, les chiens de garde du Ministère. J’étais tombé bien bas.

Cependant, lorsque l’agent de sécurité sortit une matraque pour contrer l’assaillant, entre les larmes qui perlaient de mes yeux hagards, je réussis à percevoir une marque, un symbole qui ne m’était pas inconnu, puisque je venais de le voir quelques minutes auparavant, seulement. Mon axe de vue était parfait, car ses gestes étaient rapides, et mon attention quelque peu perturbée, et j’étais sûr de ma vision : il y avait une salamandre sur le manche de son arme.

Qu’est-ce que tout ça pouvait bien signifier ? C’était la troisième fois maintenant, que je voyais cet animal apparaître. Dans les mines de sel, dans le ciel, maintenant, entre les doigts d’un vigilant défenseur… Il fallait que je me renseigne. J’avais encore quelques connexions au Ministère (c’était un doux euphémisme, bien sûr, mon amitié avec le plus haut dignitaire de Grande-Bretagne m’ouvrait bien des portes), et peut-être en sauraient-ils davantage que moi.

Ces réflexions semblèrent me tirer quelques secondes de mon apathie : suffisamment pour que j’arrive à reprendre mon souffle. Ma respiration se calma, et si mon cœur battait toujours à vive allure, je me sentais bien mieux. Je ne regardais pas Poppy dans les yeux, ne voulant pas m’expliquer, et préférais me concentrer sur la situation, tout en m’asseyant, me sentant encore trop faible pour me relever totalement. Ma voix était hachée, hésitante. Comme un enfant qui venait d’apprendre à parler, ou un ermite qui avait oublié comment s’exprimer, trop longtemps éloigné de ses pairs.

« -Vous allez bien ? Pas de blessés ? Une pause, pour reprendre des forces. Je posai une main sur le sol détrempé de bière, essayant de mobiliser mes muscles pour qu’ils me portent, et quand je parvins enfin à me remettre debout, je regardais l’homme qui nous avait attaqué, essayant de comprendre, plutôt que de juger. Merci, dis-je au bout d’un moment à l’agent de sécurité.

D’un geste vif, j’enlevais la cravate qui ornait mon col, austère, comme à son habitude, avant de l’entourer autour des mains de notre agresseur, dans son dos. On devinait à mes gestes une habitude difficile à défaire, bien que mes doigts étaient toujours tremblants. Je ne voulais pas que Iain s’éloigne trop, j’avais des questions à lui poser, mais il fallait d’abord s’occuper de l’attaquant, et de plus, il fallait que je m’éloigne du feu d’artifice, au risque de redevenir aussi inutile que précédemment.

-Monsieur, aidez-moi à m’occuper de notre jeune ami, dis-je en désignant du menton l’homme attaché. Poppy, mademoiselle, suivez-moi, nous devons contacter les autorités et votre témoignage sera capital. »

J’oubliais le sang qui coulait encore de ma tête, ma honte précédente. L’Auror qui sommeillait en moi n’était pas encore mort, et j’allais le prouver.  
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 1070 WORDS.


Résumé:
 


there's no peace in quiet
Just footsteps on the stairs, Whispers in the silence Remind me you're not there.
Catharsisavatar
• PNJ •
Messages : 1507 Points : 125
Pseudo : Ton pire cauchermar
Avatar : --
Crédits : Melody
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Mar 4 Sep - 3:09
Le membre 'Jonathan Rowle' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé du hasard' :

Résultat : 12
Ella Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 313 Points : 465
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Jeu 6 Sep - 4:48
Évidemment, c’était bien trop simple comme fin de soirée. Fallait pimenter tout ça, pas laisser l’ambiance se tasser. Comme ce serait dommage. Parlant d’ajouter du piquant, une ombre humaine se faufila jusqu’à elle et un éclair d’acier froid jaillit de l’obscurité. Un poignard ; acéré, avide, impitoyable. Il l’avait coincée là, entre la stupeur et l’angoisse, sans échappatoire visible. Et même ; aurait-elle pu détaler assez loin pour sauver sa vie ? Pas sûr. Mais la question avait même pas atteint son cerveau. Plus rien n’avait de sens, tout s’était lamentablement évanoui. Sa vie s’effritait seconde par seconde, tellement lentement qu’elle aurait presque pu les compter. Et elle était infoutue de bouger. Elle qui disait qu’elle avait besoin de personne pour se protéger, qu’elle était parfaitement capable de se sauver toute seule comme une grande. Tout ça sonnait si faux, mais le son sifflant du prédateur d’argent couvrait tout le reste.

Jusqu’à ce qu’un type intervienne. Ou alors c’était dans sa tête ? Genre ça y est, c’était fini, le couteau avait traversé sa tempe et le scénario de ce qui aurait pu être continuait de défiler jusqu’à ce que la lumière s’éteigne pour de bon. Cette impression de mort fit s’affaisser son corps ; pas vraiment un évanouissement, juste ses muscles qui étaient plus capables de supporter la tension et l’adrénaline qui pulsait dans ses veines. Mais son regard s’était vidé, contemplant sans vraiment voir ce qui se déroulait. C’est les coups sourds de matraque qui l’extirpèrent de sa torpeur flottante ; putain, c’était réel ce sauvetage in extremis ?

Grands ouverts, ses yeux ne lâchaient pas l’agresseur anonyme, à présent bien maîtrisé. Boum boum ; Ella sentait l’afflux sanguin se densifier dans ses oreilles et ses mains se mirent à trembler. Son visage affichait une expression crispée, figée ; dans ses pupilles dansaient des flammes. Le masque de la vengeance lui allait bien, une fois qu’on s’était habitué. Sa main saisit sa baguette dissimulée dans sa manche ; à genoux, elle la pointa dans un mouvement saccadé sur l’assaillant. Aucun son ne sortit de sa bouche ; ils n’en eurent pas le temps. Une brusque pression balaya le bras de la Kvelgen, l’interrompant dans sa transe et lui faisant perdre sa baguette. Putain.

Sans même regarder qui l’avait bousculée, Ella se mit à quatre pattes pour retrouver son instrument de magie dans l’herbe humide. Ses doigts tâtèrent le sol un instant, avant de trouver le bout de bois magique et autre chose. Un petit bout de papier, apparemment. Ça devait être son ordonnance pour ses antalgiques, tombée de sa poche. En ramassant tout ça, elle réalisa qu’elle avait fait une grosse connerie en tirant sa baguette. Enfin, ça aurait pu être une gigantesque connerie si elle avait été au bout. Le plus discrètement possible, elle la rangea dans sa manche, même si c’était un peu tard.

Doucement mais sûrement, la gardienne retrouvait ses esprits. Poppy, le prof par terre, l’ombre meurtrière, l’agent de sécurité… Tout ça commençait à se rattacher en une suite logique. Elle se pinça l’arrête du nez en se frottant les yeux, comme quand on vient de se réveiller. Et c’était exactement ça ; elle s’éveillait d’un cauchemar grandeur nature. Sans se presser, elle fit quelque pas pour poser un visage sur l’autre batard qui avait faillit lui refaire le portrait façon Joker. Pourquoi cet air si sérieux ? Silencieuse, la blonde balança un crachat visqueux qui atterrit sur la joue du type. Crevure.

« - Pas blessée non. Son ton était sec, le temps de se calmer une bonne fois pour toutes. Ce qu’elle voulait, c’était se barrer, rentrer chez elle, qu’on lui foute la paix. Mais Jonathan proposa de se rendre direct chez les flics – ou les Aurors. Par les poils de nez d’Odin, on pouvait pas respirer un peu ? Mais il avait raison. Fait chier. Ouais ouais, j’vous suis… »


Ella alluma une Marlboro froissée avant de tirer longuement dessus. Pas loin, la petite blonde en robe de CD semblait elle aussi toute troublée. Mais cette tête lui disait quelque chose… C’était Poppy ! Elles s’étaient rencontrées au mariage de Léandre et Adrasteia, y a pas longtemps. Bizarre qu’elle l’ai pas reconnue avant maintenant. A croire qu’il faut se taper un bon gros flippe pour que tous les neurones soient connectés. A contrecœur, elle emboîta le pas à John, très procédurier et clairement déterminé à témoigner dans la foulée. Perso, elle rêvait juste de rentrer chez elle et de rester sous une douche bouillante. Charlotte en reviendrait pas. Est-ce-que elle, elle en reviendrait aussi ?

Résumé:
 


The soft and cold embrace of death comin' for ya

by Wiise
Catharsisavatar
• PNJ •
Messages : 1507 Points : 125
Pseudo : Ton pire cauchermar
Avatar : --
Crédits : Melody
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Jeu 6 Sep - 4:48
Le membre 'Ella Kvelgen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé du hasard' :

Résultat : 18
Siobhan Kvelgenavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t145-siobhan-kvelgen-soyez-lMessages : 876 Points : 791
Pseudo : Kvelgen
Avatar : Katheryn Winnick
Crédits : Astra pour la signa
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: L'Enclave Résidentielle sorcière, à l'Est - Second manoir
Patronus: Un loup arctique
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Sam 8 Sep - 21:00


Bienvenue dans le IIIeme millénaire

E
lle avait mis longtemps à se décider sur ce qu'elle comptait faire, mais au final l'ennui avait tranché. La solitude surtout, en fait, mais aussi cette mélancolie qu'elle avait entretenue avec trop de verres de whisky pour qu'elle puisse se souvenir combien il y en avait eu exactement, et puis tout ça était bien dérisoire. C'était le jour de l'an après tout, ça se fêtait, non ? Ses parents étaient occupés, Léandre devait passer la soirée avec la toute récente Lady Rosier, et Ariane avait sûrement autre chose à faire. Ella quand à elle devait très probablement être sortie faire la tournée des bars. Et Rain n'en parlons pas. Heureusement elle avait entendu parler d'une soirée qui se déroulait à l'UPA, une petite fête avec sûrement une majorité d'étudiants, car sans ça elle serait sûrement restée comme une loque chez elle.

Prenant son courage à deux mains, elle vida le contenu de son verre directement dans le fond de sa gorge et se leva d'un bond de son fauteuil. Puis elle fila d'un pas nonchalant jusqu'à sa garde robe pour le moins fournie, avant d'y passer environ... Cinq minutes, tout au plus, et d'en ressortir avec une robe... sorcière, certes, mais sorcière de Scandinavie plus que du Royaume-Uni. Mais qu'importait. Elle l'avait enfilée dans la hâte et avait arrangée une coiffure pour le moins... normale, la même qu'elle avait tout les jours ; cheveux lâchés sur ses épaules, ondulant légèrement. Oh, et comme si elle n'était déjà pas assez grande, elle avait aussi enfilé une paire d'escarpins d'une dizaine de centimètres. Puis elle transplana.

La blonde n'avait pas vu l'heure mais sûrement que la fête devait déjà être bien avancée. Tant mieux cela dit, elle-même était déjà plutôt alcoolisée, quoique sa carrure l'empêchait de ressentir les pires effets de ce poison. Enfin. Sortant de la ruelle dans laquelle elle était apparue - car elle privilégiait très souvent les lieux isolés plutôt que le lieu même auquel elle devait se rendre, question de sécurité -, Siobhan avait marché une trentaine de secondes jusqu'à arriver au coin de la rue qui donnait sur l'entrée du bâtiment où se déroulait la fête. Seulement sa progression fut stoppée tandis que ses yeux s'étaient posés sur la scène qui se jouait devant elle. De là où elle était il lui était impossible de voir ce qu'il se passait, mais plusieurs personnes étaient à terre, ce qui ne présageait rien de bon, quand bien même sa première pensée avait été qu'il devait sûrement s'agir d'un invité un peu trop ivre. Ce n'est qu'en comblant la distance entre elle et eux qu'elle pu reconnaître des visages connus. Tout d'abord sa soeur, ce qui lui fit grandement presser le pas dans des claquements caractéristiques de talons, puis Poppy, qu'elle connaissait de leurs travaux passés, et enfin Jonathan. Tous les trois semblaient se suivre et s'en aller, ce qui poussa la scandinave à courir pour rattraper sa petite louve, n'ayant même pas vu l'homme attaché au sol.

« Ella ! » avait-elle lancé pour l'interpeller, arrivant finalement à sa hauteur « Par Freyja, il s'est passé quelque chose ? » puis son regard s'était porté en direction de là où s'était jouée la scène qu'elle avait ratée l'espace d'un instant, et ce n'est que là qu'elle remarqua que quelque chose clochait, et qu'il ne s'agissait pas que d'une histoire d'homme ivre. Elle revint alors à sa soeur, la questionnant du regard, l'air quelque peu choquée. « Pourquoi y'a un homme au sol ? »

Résumé:
 
 
code by bat'phanie




Seiðkona
Kvervandi Liv av kvar ein død, død av kvart eit liv. Hjulet syng om ringar, ikkje linjar | Life from every death, death from every life. The wheel sings of rings, not lines.

Animaavatar
• PNJ •
Messages : 97 Points : 125
Pseudo : .
Avatar : .
Crédits : .
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Mer 12 Sep - 2:57
Mini-Event
Bienvenue dans le IIIème Millénaire

Menace écartée, Iain souffle enfin et se grandit sur ses jambes. Il époussette son veston, fier, et range sa matraque à sa ceinture. Avant de rejoindre Jonathan, qui l'appelle, Iain prend soin d'aider Ella à se relever puis d'appuyer une légère pression contre sa main qui renferme encore sa baguette. « Vos intentions sont bonnes, mais vos moyens ne sont pas les bons... Ne vous en faites pas, nous avons la situation en main. Nous sommes là pour vous protéger. Cacher cela, vous ne voudriez pas avoir de souci. ». Il accompagne ces paroles d'un doux sourire et se re-penche en direction du professeur qui l'attend. Il ne se fait pas prier pour secouer légèrement l'agresseur et le remettre sur pied, encore quelque peu chancelant.

« Nous allons prendre la suite, avec mes collègues. Vous n'avez plus rien à craindre. La menace est écartée. ». Il est plutôt solennel, dans ses propos. Il y a comme une touche de noblesse, un chevalier servant sorti tout droit d'un vieux compte de la période arthurienne.
Mais cela ne semble pas convaincre une des étudiantes au loin. Elle a tout vu, et les mains devant sa bouche, elle est horrifiée. « Mais... Mais comment vous pouvez dire qu'on a plus rien à craindre ?! Vous avez laissé passer un fou furieux, vous nous enlevez nos baguettes, et on devrait se sentir en sécurité ?! ». Elle fait de grands gestes en direction de Iain, qui a plutôt tendance à l'ignorer, puis se retrouve alors interpelé par un deuxième homme, membre de la sécurité. A l'inverse d'Iain, il a une insigne sur son épaule, un sigle, deux D entrelacés. Defense Division. C'est le nom de la compagnie avec laquelle l'UPA travaille pour la sécurité de ses locaux.

« Hey ! Vous êtes qui vous, vous allez où comme ça ? ». Mais Iain ne répond pas, il a les yeux plongés au loin et il ne stoppe pas sa course, traînant derrière lui l'attaquant toujours sérieusement sonné. Le pauvre homme de chez D&D est impuissant, dépassé par les évènements. Et lentement, sous les yeux tantôt effarés et tantôt reconnaissants, l'agresseur et le sauveur se volatilisent, comme si de rien n'était.

Un grand blanc plane suite aux questions posées par Siobhan. L'étudiante excitée s'est rapprochée, téléphone à la main : elle vient d'appeler la police. L'homme de la sécurité lui aussi se rapproche de votre petit groupe, puis il se retourne vers Jonathan et Poppy. « Mais enfin ! Que quelqu'un lui réponde ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ici ? Je suis chef de la Division de protection, cet homme ne travaillait pas chez nous... Il était infiltré... Et heureusement. Je vais devoir vous poser quelques questions, cette histoire ne va pas se finir ainsi... ». Il semble énervé, déçu et frustré. Après tout, c'est son équipe qui n'a pas été assez compétente pour empêcher cette brèche qui aurait pu être dramatique, et il en est plus que conscient. Et si reconnaissant envers cet homme, inconnu, qui vous a sauvés. Alors doucement, épongeant la sueur qui perle sur son front, il vous invite à lui donner vos coordonnées pour que la police vous recontacte plus tard, et en attendant, vous guide dans une petite salle annexe à l'intérieur pour regrouper les témoins et clarifier quelque peu la situation.

HRP

/!\ La prochaine intervention sera la dernière d'Anima !

Vous avez été emmenés dans une salle annexe : Jonathan, Ella, Poppy, Siobhan, l'étudiante paniquée et un autre garçon, resté muet jusque là, qui affirme pourtant avoir tout vu. Vous n'avez pas d'informations sur ces deux derniers personnages.

Le chef de D&D, en lien avec les forces de l'ordre qui ont été prévenues, va vous prendre en groupe tous ensemble et vous poser quatre questions pratiques et habituelles dans ce genre de cas pour éclaircir la situation : avec qui êtes vous venus à la soirée, connaissiez-vous l'agresseur ou le sauveur qui vous a aidé, avez-vous des informations quelconque à leur sujet, ont-ils dit où ils se rendaient.
A vous d'y répondre dans votre RP et de décider si vous serez coopératif ou non en révélant aux agents de sécurité - et par extension aux forces de l'ordre avec qui ils vont faire le lien - les indices que vous avez pu recevoir.
Le but ici n'est pas de jouer un interrogatoire, vous pouvez ne pas répondre à tout, ou décider de ne pas répondre du tout.

Par la suite, la police vous recontactera peut-être par voie postale Eyes


En cas de questions n'hésitez pas à contacter le staff !
Ella Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1655-i-dare-you-i-double-dare-you-Messages : 313 Points : 465
Pseudo : M
Avatar : Léa Seydoux
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Tour d'Or Blanc, colocation avec Charlotte Moore, Atlantis
Patronus: Diable de Tasmanie
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Mer 12 Sep - 5:44
Malgré l’oubli de remercier le mystérieux sauveur, Ella le suivit longtemps du regard alors qu’il se trimballait l’agresseur. C’était qui, ce mec ? D’où il sortait ? C’était pas qu’une coïncidence, c’était pas un cas isolé ; y avait une organisation derrière tout ça. Un flash rougeoyant pulsa dans son esprit, sous ses paupières ; la grande salamandre d’étincelles flottant dans un ciel obscur, éclairant les recoins sombres. Malgré l’action bestiale de la maîtrise de l’agresseur, le héros anonyme s’était démarqué par une administration juste du châtiment. Contrairement à elle, qui s’était laissée embarquer dans sa douleur et lui avait posé un joli glaviot sur la joue. Mais si elle devait être honnête, elle regrettait rien. Regretter qui on est, à quoi bon ?

Alors les cris hystériques d’une autre étudiante interrompirent le flot de ses pensées. Bon, la gardienne pouvait rien dire sur ce point ; elle était entièrement d’accord. Preuve en était sa baguette, dissimulée dans sa manche. D’ailleurs, elle misait vivement sur une absence de fouille au corps quand ils seraient reçu au poste pour collecter leurs témoignages. Parce que là, elle serait vraiment dans la merde. Un autre mec les rejoignit ; accusant Iain d’être un infiltré, un imposteur. Sans déconner, pour elle, c’était sans aucun doute l’unique authentique force de la soirée. Donc elle avait beau placer le sauveur sur un piédestal, le chef de la Division reconnaissait également le bénéfice de sa présence. Ah, la figure de tête des agents de sécurité avait pas l’air trop con.

« - Sio ! A la vue de sa sœur, elle ne put s'empêcher de retenir un câlin un peu brutal. Non mais oui, c’est le bordel… Faut que j’t’explique. Y a eu un feu d’artifice, puis une grande salamandre, et un message, comme quoi on était protégés. Les mots sortaient très vite de sa bouche, comme si elle déchargeait son stress par la parole. Et puis ensuite j’ai failli me faire planter par le mec qu’était par terre là, avant que celui qui le traînait me sauve la mise… Ça aurait fait un peu beaucoup, une handicapée défigurée. »

On aurait pu croire que le ton était à la blague, mais non. La Kvelgen était aussi sérieuse qu’un Botruc sous Véritasérum, qui avait juré d’arracher les yeux d’un bûcheron.  Elle remerciait tous ses grands dieux, en plus de ce sauveur d’une douceur bienveillante, impitoyable dans sa punition. Rien que pour ça, il méritait d’être canonisé Saint-Héros-Du-Soir, parce que c’était quand même remarquable d’empêcher un acte d’une telle violence. Ça aurait limite pu être un spectacle qu’on aurait cru improvisé, une prestation surprise pour clore la soirée. Ou alors une énorme connerie, bourrée de mauvais goût. Ça paraissait si loin, si irréel d’avoir vécu ça. D’une pichenette, elle envoya valser son mégot sur le bitume avant d’entrer dans le bâtiment où on les avait guidés.

A tour de rôle, ils racontèrent leur petit bout d’histoire, assis en rond dans une pièce. C’était son tour. Les faisceaux de lumière traçaient des traits poussiéreux dans la pièce où Ella faisait maintenant face au chef de la Division. L’endroit était très géométrique, déshabillé de toute touche personnelle ; en même temps, ils avaient fait ça à la va-vite. Quelques chaises disposées, c’était bien suffisant pour un simple échange. Les bras croisés, la jeune femme semblait renfrognée, mais elle se fit la promesse d’essayer d’être coopérative. Elle prit la parole en premier.

« - J'm'appelle Ella Kvelgen, gardienne de l’Aile Naturelle à l’université. »

« - Très bien, j'ai quelques questions à vous poser, afin d’éclaircir la situation. Êtes-vous venue avec quelqu’un à la soirée ? »

« - Non, j’suis venue seule. Et j’suis arrivée juste avant le feu d’artifice. »

« - Bien… Il griffonnait en même temps sur un calepin. Vous avez été ciblée par l’agresseur ; le connaissiez-vous ? Connaissiez-vous l’homme qui vous a sauvée ? »

« - Non, j’connaissais ni l’un ni l’autre. Jamais vus, que ce soit dans l’université ou la ville. Vous savez, on peut pas connaître ou reconnaître tout le monde. »

« - J’entends bien Miss Kvelgen, j’entends bien. Avez-vous des informations quelconques à nous transmettre à leur sujet ? Est-ce-qu’ils ont dit où ils se rendaient ? »

« - Encore une fois, non, j’sais que dalle. Une fois l’bata- euh, l’agresseur, maîtrisé par le faux agent de sécurité, ils ont plus rien dit, ni l’un ni l’autre. Et comme j’les connais pas, bah j’ai rien de plus à dire. »

Ella tenait plus en place ; elle voulait juste rentrer chez elle. Mais elle pouvait pas vraiment se barrer comme ça ; ça ferait suspect. Puis peut-être que les autres auraient des trucs à dire, des trucs intéressants. En remuant son pied, elle attendait aux côtés de Siobhan, qui semblait nettement plus calme, comme à son habitude. Loin de tout, elle repensait à cette grande salamandre trouant l'obscurité de son feu lumineux.
Résumé:
 


The soft and cold embrace of death comin' for ya

by Wiise
Siobhan Kvelgenavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t145-siobhan-kvelgen-soyez-lMessages : 876 Points : 791
Pseudo : Kvelgen
Avatar : Katheryn Winnick
Crédits : Astra pour la signa
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: L'Enclave Résidentielle sorcière, à l'Est - Second manoir
Patronus: Un loup arctique
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Mer 12 Sep - 20:37


Bienvenue dans le IIIeme millénaire
Lighting the way...

C
'est son instinct, principalement, qui l'avait empêchée de poursuivre l'homme s'en étant allé en trainant l'autre. Paradoxal lorsque celui d'une louve est de poursuivre sa proie et lorsque celui d'une justicière trop zélée est d'essayer de tirer les choses au clair, hein ? Mais elle avait senti que ce n'était pas le moment, ni peut-être même la bonne personne, et les mots de sa soeur l'avaient confortée dans son idée, faisant malgré tout naître dans son esprit confus un sentiment de frustration mais aussi de curiosité.

Siobhan avait écoutée Ella avec attention tandis qu'elle lui faisait le topo, fixant ses lèvres comme pour être sûre de ne rien perdre de ce qu'elle lui disait. Puis elle s'était détournée d'elle tandis que le chef de la sécurité les avait invités à rentrer pour discuter de ce qu'il venait de se passer. La louve aurait préféré ne pas s'embêter avec des affaires qui ne la concernaient pas, au départ, sauf que si, ça la concernait ; sa petite louve était passée près de se faire défigurer par un fou furieux, et cela était la meilleure des raisons pour rester et écouter ce que tous avaient vu. Non pas qu'elle avait véritablement l'espoir de pouvoir mettre la main sur le type, ni sur le sauveur d'Ella, mais au moins elle en saurait un peu plus. Et si elle pouvait extraire les souvenirs de certains pour en apprendre encore plus et poser un visage sur les deux individus phare de la soirée... eh bien elle ne s'en priverait pas. D'autant que Léandre pourrait sans doute l'aider à mettre la main sur l'agresseur. Ils devaient bien avoir une base de donnée des criminels non ? Et ce type là ne devait pas en être à son coup d'essai, pour la bonne et simple raison qu'on ne décide pas spontanément d'agresser quelqu'un au couteau à la sortie d'une fête qui se voulait majoritairement étudiante. Ça ne faisait pas de sens. Les chances étaient trop minces.

Elle avait donc suivi le groupe en silence, toute aussi stoïque que l'acier de son plastron, accrochée au bras de sa soeur, et tous avaient finis par s'installer dans une pièce qui ne brillait pas par sa chaleur mais plutôt par sa sobriété crue. Mais étrangement il s'agissait d'une ambiance que la völva aimait et qui la rassurait, tout comme celle d'un bureau mal éclairé où les volutes d'une énième cigarette venaient se perdre dans un air saturé d'odeur de transpiration de concentration et de tabac froid. Cela avait le don de rendre le temps malléable, indistinct, et par Freyja il ne fallait pas se mentir elle adorait ce genre de petite réunion sérieuse ; elle adorait se sentir faire partie d'un mouvement, quel qu'il soit, et elle adorait entendre toujours plus d'informations qu'elle rangeait bien soigneusement dans son crâne. Oh oui, elle aimait Savoir. Tout. Surtout les secrets. Elle était du genre à se mêler de tout. C'était ce qui la faisait se sentir vivante et importante, car le rejet, l'isolement, étaient pour elle plus qu'intolérables. Bien plus que l'inutilité qui, pourtant, la sciait.

Rapidement Ella avait pris la parole, et son agitation crevait les yeux de la louve aînée, a tel point qu'elle avait délicatement posé la main sur le haut de son genou gauche comme pour, quelque part, l'aider à se calmer un peu et lui rappeler qu'elle était là, d'un calme qui lui appartenait. Mais c'était bien facile ça ; c'était pas elle qui avait faillit se prendre un coup de lame dans le visage et qui était encore sous le choc. Siobhan se souvenait de l'effet que ça faisait d'être mise face à un couteau à peine assez longtemps pour ne pas pouvoir réagir mais trop pour ne pas paniquer et ne pas comprendre ce qui nous arrive. Elle se souvenait aussi de l'intense sentiment de vulnérabilité et d'impuissance qui avait suivi la réalisation que non, ce n'était pas une blague. Et elle se souvenait, plus que tout, du froid mordant qui avait percé sa chair et de l'intense douleur qui avait suivie avant que ses doigts ne se retrouvent poisseux d'une liquide qui ne la faisait fantasmer que lorsque il ne sortait pas d'elle-même. Fort heureusement Ella avait échappée à ça, et elle ne remercierait jamais assez Tyr pour ça, mais elle avait subit un choc. Et ce choc mettrait sûrement longtemps à passer. Parce que ce n'était pas anodin de se faire agresser. Parce que se sentir vulnérable, impuissante, totalement à la merci de son agresseur, tout ça laissait des stigmates, même pour quelqu'un de la trempe de sa petite louve.

Lorsque sa soeur eut terminé et que le regard du chef de la sécurité se posa sur elle la seiðkona souffla simplement d'un ton calme qu'elle n'avait pas assisté à l'attaque, caressant distraitement le haut du genou de sa blonde avec douceur, puis elle tourna lentement la tête vers la personne qui venait de reprendre la parole, et elle écouta.

Résumé:
 
 
code by bat'phanie




Seiðkona
Kvervandi Liv av kvar ein død, død av kvart eit liv. Hjulet syng om ringar, ikkje linjar | Life from every death, death from every life. The wheel sings of rings, not lines.

Poppy Irvineavatar
• Étudiant Sorcier •
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t356-poppy-who-in-the-world-Messages : 2196 Points : 186
Pseudo : Callipyge
Avatar : Lily-Rose Depp
Crédits : Avatar : Morphine | Signature : EXORDIUM.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs, Bat. 3
Patronus: Un écureuil roux ; elle a longtemps eu un petit singe Capucin, qui était le patronus de Tomás qu'elle avait accaparé, mais elle a enfin retrouvé le sien.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Jeu 13 Sep - 5:55
Amphithéâtre de l'UPA - 31 Décembre 2000.

La pauvre enfant était perdue. Entre l'envie de doucement disparaître dans les airs, et celle, révoltée, de hurler au monde son mécontentement. Car quand la jeune étudiante arriva pour s'agacer contre l'agent de sécurité qui semblait sortir tout juste de son terrier après des mois d'hibernation, intérieurement, Poppy acquiesça. Elle murmura même, en direction de l'homme qui parlait encore avant de les guider dans une petite salle pour les interroger, tout juste audible par les personnes les plus proches d'elle « Mouais... C'est vrai ça quand même, ça vous fait pas mal à la tête de glandouiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?... Franchement, c'était votre seul boulot de faire attention à qui entre et qui n'entre pas... Un boursouf ferait un meilleur barrage. ».

Puis soudain, elle se tait. Un petit tour sur elle même pour remettre ses idées en place lui rappela que Jonathan était là, lui aussi, et bien mal en point. Elle s'approche de lui, commence à le guider lui aussi vers la salle où ils sont tous emmené et sur le chemin Poppy dépose sa main sur son épaule et lui demande tout bas « Vous allez mieux, Monsieur Rowle ? ». Il l'avait pas mal inquiété, pour tout dire. Et elle se demandait s'il parlerait à Annie de toutes ces péripéties... Tandis que la porte se pousse et que le petit groupe prend place dans la salle, elle redevient muette. Elle ne dit même plus un seul mot, car elle réalise que, maintenant, elle n'est plus d'aucune utilité. Déjà qu'elle ne l'était pas avant. Un tourbillon de pensées et de culpabilité la renvoie directement en arrière, lors de la Grande Bataille où, malgré son aide contre quelques attaquants, elle s'était sentie bien inutile pour sauver les personnes proches d'elle. Où, une fois face au drame, elle n'avait rien pu faire d'autre que de se bloquer, corporellement comme mentalement. Une coquille vide, pas bien différente de qui elle était en voyant le couteau s'avancer vers la tempe d'Ella sans pouvoir empêcher sa course.

Elle soupire alors, se faisant discrète, puis répondant simplement aux questions qui lui sont posées. Plus vite ce sera terminé, plus vite elle pourra fuir cet endroit et réfléchir déjà à comment mieux se protéger dans le climat invivable de ces derniers mois. « Poppy Irvine, je suis venue seule, oui. Je suis arrivée quand la soirée à commencé, tout le monde était encore dans la salle. Et je n'ai pas vraiment vu grand chose, je ne sais rien... Tout ce que je remarque, c'est que ces deux personnes sont arrivées après le feux d'artifice. Peut-être que, même si vos équipes sont franchement pas douées, ils vous ont échappés l'un comme l'autre car ils ont profité du bruit des explosions dans les airs pour entrer dans l'enceinte du campus ? Un sort bien lancé ou une bonne paire de tenaille, ça brise un portail sans trop de difficulté... Il suffit juste de trouver l'endroit où vos hommes n'étaient pas postés. ».

Étonnamment, sa réflexion n'était pas stupide, mais ce serait la seule qu'elle se permettrait de faire. A présent, elle attendait juste qu'on lui dise enfin "C'est bon, vous êtes libres", et elle partirait aussi vite que possible. Elle serait peut-être même capable de trouver un moyen de transplaner, elle qui déteste ça. Car pour le moment, Poppy se sentait beaucoup trop honteuse pour finir la soirée en s'amusant. Beaucoup trop seule intérieurement pour avoir envie de s'entourer de ceux qu'elle aime. Elle en avait même oublié la présence de Keith dans la salle, tout à l'heure, ne se posant pas une seule fois la question de savoir s'il allait bien.

Spoiler:
 



KEEP YOUR TEMPER
Poppy glousse en #FF3333

 
Jonathan Rowleavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-esMessages : 763 Points : 143
Pseudo : Flow
Avatar : David Tennant
Crédits : signature : Schyzophrenia (bazzart) avatar : white rabbit
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Un python royal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Sam 15 Sep - 9:04
Bienvenue dans le IIIème millénaire

- Mini-Event -


"Here comes the rain again, falling from the stars. Drenched in my pain again, becoming who we are, as my memory rests. But never forgets what I lost." Wake me up when September ends - Green Day
Parfois, je pense à celui que j’étais, à cet homme au cœur de lion qui n’hésitait pas à se jeter dans le feu brûlant du danger pour peu que la justice ou le sens commun ne le lui ordonne, et je me dis qu’il aurait bien honte de ce qu'il était devenu. Il se serait demandé à quel moment sa vie a déraillé à ce point pour qu’il ne se change en cette loque humaine, cette épave qui ne faisait que se languir de sa gloire d’antan. Car si on remontait seulement quelques années en arrière, je ne doutais pas que j’aurai réagi, que je n’aurai pas laissé cet étranger, à la matraque ornée d’une salamandre, filer entre mes doigts avec notre agresseur. J’aurai beau me donner toutes les excuses du monde, rejeter la faute sur ma condition, sur ma crise, sur la foule si dense et si peu coopérative : mais elles resteraient des dérobades. J’étais responsable. Je l’étais toujours.

Lorsque le chef de la sécurité nous interpella, j’essayais de suivre l’homme des yeux, mais c’était peine perdue, alors, je me contentai de me tourner vers lui, une expression lasse figée sur mon visage.

« - Nous vous suivons, monsieur…  dis-je en passant ma main dans mes cheveux. En espérant que vos équipes pourront les retrouver, que ce soit notre agresseur, ou cet homme qui vient de l’emporter avec lui.  

Sans réellement entendre la petite réflexion de Poppy (et heureusement, car je n’étais pas de ceux qui appréciaient les reproches contre ceux qui essayaient de faire au mieux leur travail), je suivis le mouvement vers la salle où ils nous emmenaient, essayant de me concentrer pour mettre un pas devant l’autre, sans m’écrouler. Je m’étais à peu près remis de ma crise, mais j’étais toujours faible, et seule l’adrénaline me permettait de continuer à avancer à peu près correctement. Pourtant, lorsque la babysitter de ma nièce me posa la question, je lui répondis que tout allait bien, comme à mon habitude, me figeant dans le prétendu et les faux-semblants.

-Oui, merci Poppy, je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé, probablement la fatigue… Je ne suis plus tout jeune, malheureusement !

Je forçais un sourire sur mon visage, tout en dissimulant mes mains tremblantes derrière mon dos. Peut-être ne serait-elle pas dupe, mais c’était tout ce que j’avais pu trouver pour expliquer mon état. Ah, il était beau le héros de guerre.

Je restai silencieux alors que les jeunes femmes présentes à mes côtés délivraient leur témoignage, tiquant légèrement lorsque l’étudiante en ingémagie souligna l’incompétence du service de sécurité, mais ne dit rien, mon esprit fonctionnant aussi vite qu’il le pouvait. Des dizaines de théorie affluaient dans ma tête, et il faudrait que je les étudie, en temps et en heure. Il fallait que je fasse profil bas : si cette soirée m’avait appris une chose, c’était qu’alors que la guerre était finie, les murs avaient encore des oreilles, et qu’il m’était impossible de faire confiance aux personnes présentes. Si je n’avais aucune raison de douter de l’innocence de Poppy, ainsi que de celle des sœurs Kvelgen, mon expérience auprès d’un Ministère vérolé par des sympathisants du Seigneur des Ténèbres me soufflait de garder l’œil ouvert, et le bon. Quant au chef de D&D… Ça ne devait pas être un mauvais bougre, mais il serait dépassé par des pouvoirs qu’il ne comprenait pas. J’évoquerai mes soupçons seulement en présence de Kingsley, et personne d’autre. Lorsqu’enfin, on m’interrogea, je fis donc des réponses concises, bien que précises. Chaque mot était calculé.

« -Je m’appelle Jonathan Rowle, je suis professeur à l’UPA.  Je tus volontairement la matière que j’enseignais : bien sûr, il serait enfantin de découvrir qui j’étais, et mon passif auprès du Bureau des Aurors, mais je ne voulais pas qu’il soit inquisiteur trop tôt. J’étais chaperon pour cette soirée, et je suis donc arrivé quelques instants avant qu’elle ne démarre. Lorsque je suis sorti de la salle après l’annonce de la doyenne, je n’ai rien remarqué… Je me suis senti mal, et ces deux jeunes filles,  dis-je en pointant du menton Ella et Poppy, sont venues me prêter assistance. Je n’ai pas bien vu l’agresseur, mais j’ai remarqué que celui qui nous a aidé, ce prétendu agent de sécurité, avait sur sa matraque le même symbole que celui qui a explosé dans le ciel, pendant le feu d’artifice.

Aucune hypothèse, aucun soupçon, ceux là restaient soigneusement dissimulés dans ma tête : je me contentais d’énoncer des faits. Lorsque l’agent nous demanda nos coordonnés, afin de pouvoir nous questionner plus tard, si c’était nécessaire, je les donnais sans rechigner, puis me leva doucement. Il était tard, et tout le monde avait été secoué par cette affaire. Me tournant vers mes camarades d’infortune, je m’adressai directement à elles.

-Mesdemoiselles, je suis désolé de ce qu’il s’est passé, si j’avais pu… Je secouais la tête, l’heure n’était pas au pardon. Je repris donc la parole, sans finir ma phrase, et me tournais vers Poppy. Voulez-vous que je vous raccompagne chez vous, Mlle Irvine ? Je sais que vous n’aimez pas vraiment transplaner… Et je peux également vous escorter », rajoutais-je en direction des scandinaves. Il n’y avait pas de paternalisme dans ma voix, je comprenais simplement qu’après des évènements comme ceux que nous venions de vivre, il était agréable de se sentir soutenu.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 893 WORDS.


Résumé:
 


there's no peace in quiet
Just footsteps on the stairs, Whispers in the silence Remind me you're not there.
Animaavatar
• PNJ •
Messages : 97 Points : 125
Pseudo : .
Avatar : .
Crédits : .
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | Sam 22 Sep - 14:14
Mini-Event
Bienvenue dans le IIIème Millénaire

« Hmm, hmm... je vois. ». L'homme de la sécurité gribouille quelques informations sur son carnet, tandis qu'il prête attention à toutes les réponses qu'on lui offre. La petite salle, immaculée, donne l'impression d'avoir été vidée pour l'occasion, comme si on savait presque qu'il y aurait des débordements... Mais c'est sûrement juste une impression. Toujours est-il qu'il a tout noté, vos réponses comme vos gestes, car il aura besoin de tout cela pour voir qui il faudra recontacter, plus tard.

Après vous, c'est la jeune fille surexcitée qui parle : « Eve Windsor... Je suis étudiante ici, en divination, et je sens vraiment que vous nous cachez quelque chose... Tout ce que j'ai vu, de loin, c'est un mec bondir sur cette femme, et le second l'aider, ok. Mais j'ai aussi vu le premier, l'agresseur, arriver. Il est passé par la grille, il l'a escaladé, et je pourrais jurer qu'il avait un copain hors de l'enceinte de l'Univ qui l'aidait. Je croyais juste que c'était un mec banal, qui voulait venir à la soirée mais garder sa baguette, ou quelque chose comme ça, donc je me suis pas inquiétée plus que ça. ». Ses traits du visage, tirés depuis le début, commencent un peu à se relâcher. La pauvre Eve réalise soudainement que ce qu'elle reproche aux vigiles, leur manque d'attention et inaction, est aussi son fardeau. Elle aurait pu faire quelque chose, mais elle a préféré se moquer de l'imbécile qui grimpe une grille avec ses copines plutôt que d'aller le reporter à la sécurité.

Puis vint enfin le tour du garçon, resté muet depuis le début. « Hmm... Je m'appelle Marco, je suis en sciences de la vie ici... et je. Je suis moldu. Je ne voulais pas venir à la base, avec tout ce qui se passe en ce moment, les moldus sont pas très bien vus. Mais j'ai reçu dans ma boîte aux lettres une invitation, un petit papier qui disait que j'avais rien à craindre, signé avec le même animal rouge qu'il y a eu dans le ciel. Alors je suis là. Quand je suis arrivé dehors quand les feux ont commencé, ce mec là, celui qui se faisait passer pour un gardien de sécurité, je l'entendais, il marmonnait des trucs. "On doit tous les protéger", et ce genre de choses... Je sais pas qui il est, s'ils sont plusieurs, mais il lui a sauvé la vie. Il nous a tous sauvé la vie. Qui sait ce que ce mec aurait pu faire, à elle et à tous les autres ! ». D'un visage timide il passe à un regard plein d'espoir, presque enjoué. Satisfait d'avoir osé sortir de son lit, pour venir à cette soirée.


La suite n'est que pure procédure. Le chef de D&D vous fait signer un papier attestant que vous acceptez, si on vous recontacte, de répondre à des questions supplémentaires. Il prend vos pièces d'identité et note vos informations officielles.  Puis en quelques minutes seulement à continuer d'attendre qu'il ait fini son speech, un mélange entre des sortes d'excuses pour ne pas avoir été à la hauteur et une pseudo admiration pour cette Salamandre rouge qui a sauvé la face de la soirée, il vous remercie pour votre aide et vous libère pour retourner à votre soirée. Lui, va s'occuper d'aller briefer ses hommes pour être on ne peut plus sur leurs gardes pour la fin de soirée.
Dehors, il y a encore bon nombres de personnes qui s'amusent, comme si rien ne s'était passé. Plusieurs n'ont rien vu, rien suivi, d'autres ont simplement décider d'ignorer les faits. Après tout, il y a souvent des petits dérapages en soirée, un invité qui lance un crochet du droit à un autre n'a jamais choqué personne outre mesure.

Alors la musique est toujours là, la piste de danse se remplit presque des quelques frileux qui sont rentrés rapidement après le tirage des feux d'artifice, pour se mettre au chaud. Il reste même encore du punch sur la table de toutes les tentations, entre quelques parts de gâteaux éventrées et des verres de plastiques vides.
La soirée continue, mais peut-être que pour vous, il est grand temps de rentrer se coucher. Vous avez encore toute la nuit pour vous décider.

HRP

C'est terminé Coeur Vous avez une semaine, soit jusqu'au samedi 29 à minuit (heure française) pour continuer de poster si vous le souhaitez et ainsi faire partir ou non vos personnages.

Vous ne tarderez pas à recevoir une lettre, ainsi qu'un petit cadô, guettez donc vos boîtes postales dans les prochains jours Eyes


Merci à tous les membres qui ont posté d'avoir participé, même pour quelques posts seulement ! On espère que la clôture de ce mini-event et le changement de ton vous auront plu ! De notre côté, on a pris note de tout ce qu'il fallait pour convenir encore mieux à vos besoins pour la prochaine fois Huhu


Si vous avez des remarques, souhaitez faire un retour sur l'évent, sa réalisation, ou avez des questions en suspens, vous pouvez contacter Poppy Irvine !
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire | 
[Mini-Event] Bienvenue dans le IIIème Millénaire
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Bienvenue dans ma boutique!
» {40k]En décembre au 41ème millénaire il n'y a que la guerre
» Bienvenue dans ton nouveau chez toi! [Privé Calendina Nakori et Sora Kujo]
» Bienvenue dans la cour des grands ~
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: