[Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot)

Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 122 Points : 65
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: [Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot) | Jeu 24 Mai - 16:38
Londres, le 30 mai 1999

Je cours. Je cours sur un chemin terreux, ombragé sous les feuilles des arbres de toutes sortes qui bordent l’allée du parc. Le chemin est étroit, il faut presque slalomer entre les promeneurs qui se baladent avec poussettes, chiens, enfants en vélo… Mais à cet instant précis : il n’y a que moi et mes pas qui résonnent dans ma tête. La vitesse c’est une véritable nécessité pour moi, nécessité qui se conjugue à la perfection avec celle de mon cheval, Kenobi. Je suis cavalier professionnel, depuis bientôt un an : j’apprécie chaque seconde de ma vie et mon ciel est d’un bleu limpide : tout me souris.

Si seulement.

En vérité, j’ai un sentiment amer ces derniers jours. Alex et moi… Je sens que c’est terminé. Passer mon anniversaire sans lui a été un véritable déchirement, mais j’essaie de ne pas ressasser et de ne pas me focaliser sur notre prise de becs. Il nous arrive de nous déchirer ainsi, mais les altercations sont peu violentes et tout rentre dans l’ordre en une semaine ou deux. Cela va bientôt faire une semaine et ma colère s’est à peine dissipée. Je ne pourrais même pas relater notre dispute, je ne sais même plus pourquoi elle a éclaté. Je suis fatigué ces derniers temps, il faut dire. J’ai des crampes, souvent, Alex dit- Alex disait que c’était l’excès de sport. Mon mollet se contracte et rien n’apaise ces passages douloureux. J’ai donc ralenti les entraînements, pour ne pas me mettre en danger et surtout pas Kenobi au cas où l’on soit surpris par une crampe.

Mais aujourd’hui pas de crampe, pas d’Alex : je profite. Une fois que j’ai terminé ma course, j’entreprends de rentrer chez moi à pieds. Toujours se dépenser et utiliser le moins possible les transports : c’est mon crédo ! On a pas tous les jours dix-neuf ans, qui sait dans quel état je serai dans quarante ou même cinquante ans ! Je me concentre sur l’ambiance urbaine de Londres, cette ville que j’aime tant.

Cela va faire neuf ans maintenant que je vis ici, avec ma sœur et mes parents d’abord, puis moi seul dans mon appartement depuis un an. Enfin libéré du joug maternel et de ses remarques incessantes. Maman n’aime pas Alex, ne l’aimait pas ou peu importe. Je devrais l’appeler. Nous devrions tout remettre à plat, nous excuser, nous répandre en larmes et nous réconcilier dans un océan de baisers et de câlins. Mais je n’aime pas faire le premier pas… S’il n’était pas si occupé, c’est certain qu’il m’aurait appelé depuis longtemps. Mais son travail pour l’association lui prend un temps monstre et moi… Je passe après, alors je m’en contentais hein ! Je suis très pris, il faut pas croire : je passe toutes mes journées avec Kenobi et suis souvent exténué quand je rentre le soir. Surtout en ce moment…

Je pense au rangement qu’il me reste à faire en rentrant à mon appartement : je ne suis rentré de Rennes qu’hier soir. Je suis allé passer quelques jours chez mes parents, pour fêter mes dix-neuf ans en famille : quelle joie ! Grace était là, quelle chance, sinon mon séjour aurait été d’un ennui à mourir. Et puis ces remarques : « Comment veux-tu que ça fonctionne aussi, avec un garçon ? »… Ben comme tout le monde maman, comme tous les couples : cela fonctionne comme on peut, avec des efforts et de l’amour. Oui, je l’aime encore, je l’aime même si c’est ce mot qui te fâche ! Ben tiens ! Je suis curieux, en repensant à la scène, de savoir ce qu’Alex aurait rétorqué !

J’arrive devant mon immeuble, comme à mon habitude, je m’arrête à la boîte aux lettres. En plus de mon maigre courrier, il faut que je récupère les clefs que j’avais passé à Jessie pour qu’elle vienne arroser mes plantes et nourrir mes poissons pendant cette semaine d’absence : je tiens à mes orchidées comme à la prunelle de mes yeux, et mes guppys sont des amours que je chérie également beaucoup ! Quelle n’est pas ma surprise de trouver, en plus des clefs, un mot :

Citation :
Joyeux anniversaire Matt,

Nous espérons que la surprise que tu trouveras en haut te plaira et t’en mettra plein les yeux !

Jessie, Tina et Solveig.


Une surprise ? Je monte les escaliers quatre à quatre et arrive devant ma porte. Je suis comme un enfant à Noël : j’adore les surprises ! Et je suis bon public aussi, je ne cherche pas à deviner quel est donc ce mystérieux cadeau ! Je tourne la clef dans la serrure et pénètre dans mon petit chez-moi. Je pose mes affaires et part à la recherche de la surprise !!! Cuisine ? Rien. Salon ? Rien. Petite halte pour nourrir les poissons, toujours rien. Petit coucou aux orchidées ? Rien. Salle de bains ? Rien. Chambre ? Chambre !

J’ouvre la porte et quel n’est pas ma surprise de tomber nez à nez - enfin pas nez à nez mais… c’est tout comme – avec le postérieur nu, musculeux et galbé d’un jeune homme qui se retourne vers moi pour dévoiler… tous ses charmes…

- Putain de merde ! lache-je en français.



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Finn W. Bowmanavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 1552 Points : 187
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : mon talent immense
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot) | Dim 27 Mai - 19:38

Surpriseeeeee
Finn & Matthew
Tous ceux qui ont déjà vendus leurs corps vous le diront, au bout d’un moment, le sexe ne devient rien d’autre qu’une action machinale, si habituelle, qu’elle en devient banale. Même plus dégoûtante, tant l’acte en lui-même est dénué de toute notion de promiscuité ou de sacré. Les corps deviennent des outils. Le plaisir, une réaction de cause à effet, sans réel impact. Et l’esprit est bien loin, très loin du moment, préférant se dissocier pour ne pas se rendre compte de ce qui se passe réellement. Dans ces moments, Finn pensait souvent à l’un de ses livres favoris, quand il était enfant. Le Petit Prince. Il aimait penser aux champs de blés, imaginer les champs de rose, se mettre à la place du personnage éponyme pour penser à la façon dont il aurait adopté le renard ou dessiné un boa ouvert. C’était une manière comme une autre de passer le temps, de s’occuper le cerveau, plutôt que de songer au souffle chaud d’une quinquagénaire qui essayait de rattraper sa jeunesse passée en se payant un bout de jeune homme. De se morfondre dans ce qu’il était devenu, parce que, ça pouvait avoir tendance à le rendre moins… performant, physiquement, et s’il voulait être payé, ça ne pouvait pas arriver. Finn était excellent dans ce qu’il faisait. Ses clients étaient ravis. Lui… Il faisait semblant. Parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire, de toute façon.

Les clients se ressemblaient tous. Pourtant… N’importe qui les auraient trouvés dissemblables, tant ils variaient en taille, âge, apparence physique, niveau social. L’être humain était porté sur le sexe, il en donnait contre une modique somme d’argent, et il adhérait aux critères de beauté que la société avait établie comme étant désirables, donc, il était comme un rayon de miel qui attirait toutes les abeilles. Mais ça ne changeait rien. Qu’ils soient de jeunes cadras dynamiques qui, trop portés sur le travail, venaient évacuer leur stress entre les reins d’un adonis, de vieux hommes seuls et célibataires, trop laids et pas assez intéressants pour trouver un partenaire, qui aimaient noyer leurs solitudes par un peu de chaleur humaine, ou encore des mères de famille dont la libido avait été éteinte par leurs imbéciles de maris, qui venaient se remettre en phase avec leur féminité, la situation était toujours la même. Ils se rencontraient. Chez eux, ou dans un hôtel, à la discrétion du client, ils se mettaient d’accord sur les différentes prestations proposées et le prix, ils payaient, et puis… pas besoin de faire un dessin. Finn partait ensuite, aussi vite qu’il était venu. Parfois, ça ne se passait pas bien, ils ne voulaient pas payer, ou, voulaient faire amis-amis. La première situation était la plus délicate. Il n’hésitait pas à sortir sa baguette magique, et bien souvent, c’était suffisant. Sinon, il devait repartir sans son dû. C’était le problème, à être indépendant, à ne pas vouloir rejoindre un réseau : il n’avait pas de protection. Mais au moins, il était libre, et c’était le plus important pour lui. C’était pour ça qu’il était parti de chez lui, du joug de son père, pour ne plus dépendre de personne, après tout. Lorsque le client le prenait pour ce qu’il n’était pas, pour un véritable amant, ou, un ami, Finn répondait des réponses clichées de convenance, avant de s’enfuir dans la nuit. Il n’était pas payé pour ça, il n’était pas assez cher pour ça. Il était de ceux qu’on utilisait pour le corps, et pas pour l’esprit. Non pas qu’il ne se sentait pas assez intelligent pour ça, bien au contraire, mais… mettre une dimension intellectuelle dans ce qu’il considérait comme une simple transaction financière, c’était inconcevable, pour lui. Finn avait beaucoup de respect pour les escorts, celles et ceux qui devaient faire semblant de réellement apprécier leurs accompagnants, et toujours, dans n’importe quelle situation, garder le sourire. Dans le noir, entre les draps tachés de sueur, pas besoin de faire semblant : juste de performer.

Aujourd’hui, il avait rendez-vous dans un appartement londonien. Les femmes qui l’avaient embauchées étaient jeunes, et visiblement un peu éméchées lorsqu’elles avaient fait leur "commande" : c’était pour un ami, une surprise pour son anniversaire. Pas commun comme présent, mais après tout, qui était-il pour juger ? De toute façon, lui, tant qu’on le payait, il s’en fichait du pourquoi du comment. Ça lui était déjà arrivé quelques fois, qu’on l’offre en cadeau, comme un vulgaire objet : pour des personnes pas forcément gâtées par la nature, qui n’avaient pas encore perdues leur virginité et dont les amis voulaient corriger ce fait. Il ne doutait pas que cette situation serait à peu près similaire. Les instructions qu’il avait reçues étaient claires : on lui avait fourni les clés de l’appartement (ces filles faisaient confiance à un inconnu bien trop facilement, à le laisser vagabonder dans une maison vide sans savoir si, au final, ce n’était pas un simple cambrioleur), et dès que l’heureux élu arriverait le… show commencerait. Enfin, c’était comme ça qu’elles l’avaient présentées, en gloussant comme des bienheureuses.

Il avait suivi tout ça à la lettre, et attendait maintenant ce Matthew, avec impatience. Heureusement qu’on était en mai et qu’il ne faisait pas trop froid, sinon, il aurait attrapé la mort, à attendre, aussi nu que le jour de sa naissance, qu’un puceau veuille bien se pointer pour qu’il voit enfin le loup. Il ne pensait qu’à l’argent. C’était un job bien payé, et il pourrait se payer pas mal de drogue, avec ça. Un peu de nourriture, aussi, si en plus on lui laissait un pourboire : et comme il était très doué, on avait tendance à lui en laisser.

Enfin, il entendit des clés tourner dans la serrure, et des bruits de pas dans l’appartement. Il prépara son visage le plus aguicheur possible, et dès qu’il entendit les sons se rapprocher, il se retourna, dans toute sa splendeur. Sachant pertinemment l’effet qu’il pouvait faire à n’importe qui sachant apprécier la beauté d’un corps masculin.

« -Salut Matthew, dit-il en souriant, d’un ton langoureux calculé. Puis il se souvint de ce que les filles lui avaient dit. Joyeux Anniversaire.

Son interlocuteur laissa échapper un mot dans une langue étrangère, et s’il se rappelait les leçons de son précepteur privé, que son père payait avant qu’il n’entre à Poudlard, il devait s’agir de français. Il était beau gosse, bien plus que ce qu’il avait l’habitude de voir, comme client. Jeune, aussi, probablement le même âge que lui, quelques années en plus ou en moins, peut-être : qui sait, si ça se trouvait, ses amies lui avaient payés ce cadeau pour fêter sa majorité. Un peu… étrange, comme manière de célébrer, mais chacun son truc, après tout.

-J’espère que tu es prêt », ronronna presque le sorcier. Ce Matthew lui plaisait bien, et peut-être qu’il n’aurait presque pas à simuler, qui sait. Mais ce serait tout. Parce que ce n’était rien de plus, de toute façon, n’est-ce pas ? Une simple transaction.  


What if we're hard to find ?
What if we lost our minds ? What if we let them fall behind and they're never found ? And when the lights start flashing like a photobooth, and the stars exploding, we’ll be fireproof. My youth is yours, trippin' on skies, sippin' waterfalls, runaway now and forevermore.
Matthew Hamiltonavatar
• Étudiant Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1677-matthew-hamilton-here-i-amMessages : 122 Points : 65
Pseudo : Lau
Avatar : Tom Holland
Crédits : Martyr
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot) | Dim 10 Juin - 17:09
Il y a surprise et surprise. Les surprises que j'aime appartiennent à la première catégorie. J'aime les surprises simples, pas tellement sophistiquées et intimistes. Mais pas dans ce sens-là, encore. Intimiste dans le sens où je suis entouré d'amis que j'adore profondément, ou alors juste avec mon amoureux - s'il daignait me parler à nouveau. Mais pas les surprises constituées d'un apollon nu dans ma chambre à coucher ! Qu'a t'il bien pu passer dans la tête de ces trois petites ingénues de Jessie, Tina et Solveig ? Ces filles ont réellement un grain, c'est pas faute de leur dire pourtant...

J'ai rencontré le trio infernal au lycée, et le trio est très rapidement devenu quatuor d'enfer. Nous avons beaucoup de choses en commun : un certain sens des règles et de la bienséance qui nous est propre et un immense je-m'en-foutisme quant aux rumeurs et à l'hypocrisie ambiante du lycée huppé de Londres que nous fréquentions. Ces trois filles sont de véritables furies quand il s'agit de faire la fête, surtout Solveig... J'ai tant de souvenirs accrochés à ces amies et je connais très bien leur folie. Mais je ne pensais pas qu'elles iraient jusqu'à cette... extrémité ?

Il est vrai que j'aime les beaux hommes, l'amour et tout ce qui s'y rapporte... Mais ce n'est définitivement pas - et ne sera certainement jamais - le moment de coucher avec un inconnu payé pour cela ! Je ne sais même pas si je suis réellement célibataire ou non, j'espère que ce n'est pas le cas... Mon pauvre petit coeur ne supporterait pas de vivre la fin de mon histoire avec Alexandro... Je l'aime tellement. Je l'aime bien trop pour lui faire cela.

J'observe tout de même le magnifique garçon qui se trouve en fac de moi, nu et arborant toute sa virilité séductrice : une peau qui promet des douceurs inégalées, des lèvres qui semblent faites pour les baisers et des muscles aux bons endroits et un... Non, je ne peux pas le dévisager comme cela... Je préfère rester estomaqué quand il me donne du 'joyeux anniversaire". Je ne peux répondre qu'un florilège de juron en français qui traduit particulièrement bien mon état de surprise et c'est bien le cas de le dire... La situation empire quand il me demande si je suis prêt. Mes yeux s'écarquillent encore plus grand, englobant encore plus de parcelles du corps flamboyant qui me fait face. Je recule instinctivement d'un pas, comme s'il allait me sauter dessus et je demande bêtement :

- Prêt à ?

Prêt à jouer aux échecs. On fait ça souvent nu, non ? Ou alors on pourrait tout simplement jouer aux petits chevaux en tenue d'Adam, aux dames, au jeu de l'oie ou que sais-je ? Mais Matthew...

Je ne sais que faire pour retrouver une contenance et ne plus paraître effrayé comme ce que je laisse transparaître à cet instant précis. La réalité refait surface dans mon esprit totalement déconnecté par la magie de... ça. Les filles : bien entendu, les seules coupables de cette situation ce sont ces trois furies !

- Je... je suis désolé, je ne comprends pas. Je vais appeler Jessie. Vous avez eu affaire à une Jessie par téléphone, je suppose ?

Mais qu'est-ce que ce bazar ?



   
   
Tu seras viril mon kid. Je ne veux voir aucune larme glisser sur cette gueule héroïque et ce corps tout sculpté pour atteindre des sommets fantastiques, que seule une rêverie pourrait surpasser.
Finn W. Bowmanavatar
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-gMessages : 1552 Points : 187
Pseudo : Flow
Avatar : Herman Tømmeraas
Crédits : mon talent immense
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Les Salines
Patronus: un Mustang
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot) | Jeu 14 Juin - 10:08
Surpriseeeeee !!

- Finn W. Bowman — Matthew Hamilton -


Le sexe n’est pas une réponse. Le sexe est une question. Et la réponse est : "oui."” Steve Martin  
Et de son corps dégageait cette insolence, ce dédain qu’il portait sur la vie, qu’il avait toujours supporté plus que réellement apprécié. Parce qu’il était magnifique, Finn, dans sa totale nudité, fier de cette apparence qu’il avait toujours cultivé et qu’il savait être son plus bel atout. Hommes comme femmes le désiraient, ne le voyant même pas comme un vrai être humain mais comme un objet de consommation, dont on aspire l’os jusqu’à la moelle, avant de recracher. Il n’y avait aucune âme dans ce qu’il faisait, il n’y avait pas de place aux sentiments, et à peine (en tout cas, dans le cas du jeune homme), de plaisir. Il aimait le sexe, mais on ne pouvait même pas appeler son occupation de réelles coucheries : simplement une transaction, des gestes mécaniques destinés à l’apaisement des enveloppes corporelles. Rien de plus, rien de moins. Tous les partis étaient contents, Finn avait son argent, le client, son orgasme (voire plusieurs), et chacun repartait aussi vite qu’il, ou elle, était arrivé.

Aujourd’hui, seulement, c’était différent. Non pas que l’ex-Serpentard ne se sentait moins vide, et, même si ce Matthew était décidemment bien plus mignon que ses clients habituels, il ne doutait pas que l’expérience serait à peu près la même que d’habitude, mais parce qu’un grain de sable venait enrayer le mécanisme soigneusement travaillé de son quotidien. Etre offert en cadeau d’anniversaire, ce n’était pas commun, mais ça pouvait arriver : et puis, ce n’était pas ce qui le perturbait. Non, ce qui était étrange, c’était la réaction de Matthew, qui semblait absolument choqué de sa présence dans son appartement. D’accord, les trois jeunes femmes qui l’avaient embauchées souhaitaient probablement faire une surprise à leur ami, mais il devait être quand même quelqu’un de bien… particulier, pour qu’on veuille lui faire un présent de ce type pour son anniversaire. Le genre de personne qui ne regarderait pas à deux fois pour ravager son corps, et à exploiter sans vergogne ce travailleur du sexe si pathétique, qui, de toute façon, était là pour ça. Mais non. Le français continuait juste de le regarder comme un lapin albinos effrayé, murmurant dans sa barbe des mots dans sa langue natale, visiblement, vu ses intonations ampoulées, des injures. Quelque chose clochait, et il le confirma en répondant, par une question étranglée, qu’il ne savait pas de quoi Finn parlait. Prêt pour quoi ? Mais prêt pour la débauche, bien sûr. Prêt pour réaliser le moindre de ses fantasmes, avant de s’enfoncer dans la nuit, sans se retourner.

Voilà, maintenant, il était repassé à l’anglais, et qu’il se mettait à parler d’une certaine Jessie. Finn du faire marcher ses neurones, n’étant vraiment pas doué pour se souvenir des prénoms, en particulier quand il partait du principe qu’ils n’avaient pas d’importance pour lui, puis se rappela qu’en effet, l’une des trois pintades gloussantes qui l’avait contacté portait ce prénom. Il hocha de la tête, en réponse à la question.

« -Jessie, ouais, ça doit être ça, si je me rappelle bien. Il recula pour s’asseoir sur le lit, quelque peu sans gêne, mais bon, après tout, il n’allait pas faire le pied de grue pendant quarante ans, d’autant plus qu’il restait plus nu que le jour de sa naissance. Impudique, il croisa les jambes, sans réellement vouloir attirer l’attention sur son entrejambe, mais plutôt dans un désir de confort.Prends tout le temps que tu veux, moi, de toute façon, tant que je suis payé à la fin, ça revient au même.»

Cela faisait pratiquement 24h qu’il n’avait pas pu consommer de cocaïne, n’ayant pas l’argent nécessaire pour se prendre un fix, et heureusement qu’il avait un peu de retenue, sinon, Matthew aurait pu comprendre à quel point il était désespéré à l’idée de récupérer ses quelques billets, pour pouvoir se mettre un peu de poudre dans le nez. Ceux qui le connaissaient bien, par contre, auraient pu reconnaître les signes : ses yeux ne pouvaient rester en place, et ses doigts s’agitaient, incontrôlables, sur le couvre-lit en crochet qui recouvrait son siège improvisé.

Il regarda l’horloge montée au mur, s’assurant de l’heure pour être sûr de ne pas passer trop de temps dans l’appartement, pendant que Matthew faisait ce qu’il avait à faire, ne pouvant penser à rien d’autre que le manque qu’il ressentait dans le creux de son ventre. De temps en temps, il regardait Matthew, lui lançant des œillades goguenardes et un peu tentatrices, pour le convaincre, quelque part, de ne pas le foutre dehors tout de suite. Rien de bien méchant, bien sûr, il ne voulait pas lui faire peur, mais avec suffisamment de luxure dans le regard pour lui mettre l’eau à la bouche.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 780 WORDS.



What if we're hard to find ?
What if we lost our minds ? What if we let them fall behind and they're never found ? And when the lights start flashing like a photobooth, and the stars exploding, we’ll be fireproof. My youth is yours, trippin' on skies, sippin' waterfalls, runaway now and forevermore.
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot) | 
[Souvenir] Finn & Matthew - Surpriseeeeee !! (hot)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Souvenir d'Haiti
» Aux yeux du souvenir...
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» quelques imageries pour ce souvenir......
» Souvenir,tristesse et espoir
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: