[Intrigue #2] Show must go on

Aller à la page : Précédent  1, 2
Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1094 Points : 167
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Lun 14 Mai - 14:33
Martha Brown
Aimante mais dépassée
Etre une mère de 6 enfants, ce n'est vraiment pas facile. Martha pensait pouvoir continuer son travail d'agent de voyage, mais après ses deux premières grossesses, lorsqu'elle avait mis au monde les triplés, elle s'était rendu compte que ce n'était définitivement pas possible. Son monde tourne autour de ses enfants, et elle les aime de tout son coeur, même si ils lui apportent bien des ennuis. Mais ce qui est bien quand on est mère, c'est qu'on oublie d'avoir honte, on oublie la bienséance, on oublie ce qui est bien ou mal, pour se concentrer sur ce qui est juste. Et les besoins des enfants viennent avant tout, toujours.



"Le Chapiteau des créatures"
Event
Je ne comprenais pas comment on avait pu passer d’une simple journée en famille, à découvrir les joies du cirque, à ce débâcle qui arrivait devant nos yeux. Des créatures qui marchaient librement au milieu de personnes innocentes, qui ne manqueraient pas, probablement, de se faire attaquer dès que les estomacs de ces monstres se rappelleraient à eux. Des buissons qui semblaient agités d’une vie propre. Des oiseaux dont les cris étaient visiblement dangereux, sinon mortels : et mes enfants, au milieu de tout ça. J’avais peur pour ma vie, bien sûr, mais mes petits passaient avant tout, et si j’avais du me sacrifier pour eux, je l’aurai fais sans même prendre le temps d’y réfléchir.

Je pouvais sentir mes pensées commencer à s’embrumer, alors que je plaquais fermement mes mains contre les oreilles de Sally. Le chant de l’animal à plumes était doux, une litanie presque hypnotisante, et si j’avais été dans mon état normal, je n’aurai trouvé ça que plus inquiétant. Heureusement, je trouvais la force de continuer de protéger l’ouïe de ma fille, dans un instinct maternel plus fort encore que les maléfices de n’importe quel oiseau magique. Quelqu’un finit par faire taire l’oiseau, et je me surpris à penser que cette personne était égoïste, de nous priver d’un son si enchanteur, si apaisant. Je vis Sally se tourner vers moi, l’air grave, comme si elle se rendait compte que quelque chose clochait.

« -Maman ? Maman !

Je secouais la tête. Il fallait que je reprenne mes esprits, il fallait que je protège ma progéniture, même si ça devait me tuer. Je vis que, lors de mon "absence", une sorte de bouclier s’était formé entre mon petit groupe, et les animaux sauvages : il semblait provenir de la baguette magique d’un sorcier, un peu plus loin. Bien que je ne sois pas une très grande fan des magiciens, en général, j’étais extrêmement reconnaissante de l’aide que cet étranger pouvait bien nous apporter, et me promis de le remercier, plus tard. J’allais féliciter mes enfants de leur bonne conduite, d’à quel point ils avaient bien joués leurs rôles et protégés les oreilles de leurs frères et sœurs, quand je me rendis compte que ceux-ci s’étaient quelque peu dispersés, et commençaient à jouer, comme si l’apocalypse n’avait pas lieu juste à côté d’eux, avec des petits chiens aux nez retroussés, assez mignons, je devais bien l’avouer. Les carlins ne semblaient pas vraiment dangereux, mais… j’étais méfiante. Et s’ils venaient à se retourner contre nous ?

-Les enfants, venez ici ! Ne touchez pas les chiens, ils pourraient vous mordre, dis-je d’une voix chevrotante, me remettant difficilement de l’effet qu’avait eu le chant de l’oiseau sur mon organisme.

Et puis… le bouclier disparut. Comme par magie, ou plutôt, à cause de l’absence de magie : notre sauveur nous avait abandonné. Quelle sorte de monstre abandonne ainsi des enfants innocents et leur mère à un sort probablement bien funeste ? Je notais mentalement le visage de celui que j’avais pris pour un héro dans ma tête, ne prenant même pas en compte le fait qu’il semblait étrangement proche d’un lion, tant j’étais aveuglée par ma colère et ma peur, et en me jurant que, foi de Martha Brown, cela ne resterait pas impuni. Non assistance à personne en danger, ça pouvait aller très loin, surtout que mon mari était ami avec l’assistant du Secrétaire d’Etat des Transports, il avait des relations, et je n’hésiterai pas à m’en servir ! D’une voix plus assurée, je repris mon plan initial.

-Donnez-vous la main… Voilà Pierce, tiens bien Caleb… On y va, vous me suivez bien, d’accord ?»

Et nous continuâmes à longer les chapiteaux, en essayant de se tenir le plus loin possible des animaux, bien que je pouvais voir mes enfants continuer à lorgner sur les carlins, en direction de la sortie…  



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1309 Points : 106
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Lun 14 Mai - 23:47
Your mind is in Disturbia
You might just go under, better think twice. Your train of thought will be altered, so if you must falter be wise. It's like the darkness is the light, am I scaring you tonight ?1 189 mots
Chapiteau des Arts Divinatoires

D
ésorientant - « Qui ronronne ? » – Mais l’écoutait-il seulement ? Désarmant, voir dénuée d’une certaine façon tant bien qu’elle avait pantelé son prénom, si faiblement, si discrètement. « Mais de quoi-» – Et le grognement lui avait semblé avoir fait trembler la terre, recroquevillant ses épaules de manière telle qu’elles avaient passées si près se frôler. « Put- INCARCEREM ! »

D’emblée, l’abasourdissement avait éclipsé la pensée la plus infime. Parce qu’elle n’avait même pas eu la moindre chance d’anticiper l’idée même de ce pourquoi elle tentait difficilement de reprendre un balan déjà instable par le poids de l’enfant. Mais d’autant plus par sa posture compromise depuis quelque peu par ce dos creusé.

La frayeur qui s’en était découlé n’avait néanmoins pas amoindri sa stupéfaction. Et la plainte qu’elle avait échappée n’avait pourtant pas dépassé le creux de sa gorge, suffoquant sous les réminiscences résurgentes d’une chute précédente. « Restez LOIN d’eux. C’est UN ORDRE BORDEL ! »
Un ordre. Encore un ordre. Toujours des ordres. Des ordres pour contredire les ordres précédents. Démunie, finalement, d’un semblant même de repère… d’une impression moindre d’une sécurité quelconque. Et elle ne savait plus de qui il lui fallait se protéger, concrètement, de qui fallait-il se méfier, subitement. Elle avait croisé les bras contre son ventre, sourcils froncés d’une colère sourde et pourtant visiblement indignée. « M-Mais… ÊTES-VOUS COMPLÈTEMENT FOU LÉANDRE ? » avait-elle vociféré, à bout de souffle. « Je vous écoute au doigt et à l’œil depuis – Et si j’avais tombé ? Et si – Ne me touchez plus jamais de la sorte. »

Sur le qui-vive, la Slave avait tressauté d’un simple mouvement perçu du coin de l’œil, soupirant d’un malaise prenant alors qu’elle se souvenait de la présence des cinq sorciers qui les entouraient armés de baguettes toutes pointées dans leur direction. Et elle ne savait plus où aller, non plus quelles étaient ses options. Considérant que sa baguette gisait au sol aux pieds du Rosier, elle n’osait pas plus s’approcher pour récupérer son bien, mais encore moins lui demander la faveur de la prendre pour elle. Ses canines avaient brusquement perforé sa lèvre inférieure, sa paume venant soutenir ce dos déjà douloureux depuis le début de la semaine. Nonobstant, ses tourments lombaires étaient de loin responsables de ces maudites larmes qu’elle refusait de couler par préjudice. Et elle avait levé fièrement le menton, suffisamment heurtée pour la journée par ce damné de Rosier. « Il y a des limites. Gardez vos avanies, et même ne nous touchez plus JAMAIS Léandre Rosier. Trouvez-vous quelqu’un d’autre à porter vos enfants ainsi qu’à se faire humilier en public chaque fois qu’elle -… PLUS JAMAIS. »

De plus en plus essoufflée, de plus en plus exténuée, la Nymphe vacillait maintenant d’une jambe à l’autre pour arriver à se tenir debout malgré la lourdeur de ses jambes. Ses iris sépulcrales longeant finalement les sorciers menaçant de frapper à tout moment, avant de scruter les alentours d’une œillade aussi distraite qu’aveuglée par véhémence. Ou peut-être étaient-ce finalement ces larmes qu’elle n’arrivait plus à refouler. Si elle continuait ainsi, d’ici la fin de sa grossesse, elle aurait sans aucun doute versé son poids en pleurs et perdu sa voix par sanglots. La panique reprenait une nouvelle fois les reines de ses émotions. Et n’avait-il pas la moindre idée de combien, lui était-il même pénible pour elle de se supporter avec ses tribulations émotionnelles ? « ET VOUS. BAISSEZ-VOS BAGUETTES. QU'EST-CE QUE VOUS CROYEZ ? QUI EST-CE QUE VOUS MENACEZ EXACTEMENT ? »


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Emilia Clickerlyavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t140-emilia-les-animaux-sontMessages : 2763 Points : 68
Pseudo : Ama
Avatar : Emily Blunt
Crédits : Ama
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un appaloosa léopard
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Mar 15 Mai - 14:35
Ethan Osório Griffin
Curieux et enjoué.
Nouvellement arrivé à Atlantis, pour suivre la formation d'artisanat de baguette magique et le parcours de botanique à l'Université, Ethan, ancien poufsouffle, est d'un naturel joyeux et sociable. Il est le fruit de l'union d'un sorcier anglais et d'une artiste moldue, d'origine portugaise. Agé de 18 ans, il est l'ainé d'une fratrie de cinq enfants. Sa mère lui a appris à travailler le bois et son père lui a donné le goût des études. Il aime faire du skateboard et du vélo, jouer au Quidditch, passer du temps avec sa famille, faire des soirées entre amis, jouer de la guitare, les films d'horreur et flirter. Rien de plus normal vu son jeune âge, non ?

Un sourire toujours sur les lèvres, des propos légers, le rire facile le font apparaître trop insouciant et même immature pour celles et ceux qui le croisent. Seul son regard sombre exprime, par moment, sa douleur d'avoir perdu un être cher. Il essaye de la cacher en se montrant trop exubérant mais, ses excès de joie peuvent sonner faux pour des personnes fines observatrices. Il espère sincèrement que sa participation au cirque, va lui permettre de lui changer les idées et de s'enfuir du train train déprimant dans lequel sa famille s'est enfermée depuis le drame.


Tout se passa bien trop vite. Trop d'actions en même temps pour que je puisse toutes les suivre. Mon regard chocolat essayait de garder un œil sur toutes créatures sans réel succès ! Il fallait que je choisisse alors je décidais de surveiller Poppy. Courageuse, elle lança plusieurs sorts sur le volatile. Quand je vis qu'il ne pouvait plus bouger, je pus sans crainte diminuer le volume de mon baladeur.

Le bouclier lancé par mon sauveur disparut au moment où celui-ci lança un autre sort pour protéger une mère de famille et sa ribambelle de bambins. Mon regard se posa sur le jeune couple et je vis une lionne se comporter comme un chaton avec la jeune femme. Protecteur, son copain voulut la protéger et la poussa avec violence pour l'éloigner du fauve. Mais, pourquoi, tant de violence ? La lionne était si douce avec elle. Peut-être avait-elle senti que la belle brune attendait un petit ?

Une dispute éclata entre les deux et je me sentis de trop alors je décidais de m'éloigner. Et c'est là que je vis le monstre reptilien attaquer une pauvre innocente. Je me précipitais ou plutôt je me trainais vers eux, la baguette levée pour l'aider. Chaque pas était difficile mais, je ne pouvais laisser passer cette occasion de leur montrer à tous que ces saletés de squelettes ambulants étaient des démons assoiffés de sang !

Effrayé mais, déterminé, je finis par être à quelques pas d'eux. "Par les boules de Merlin", j'étais trop proche pour lancer un sort pour le repousser, je risquais de toucher la mamie. "Bordel...Réfléchis plus vite que ça ! Le sang ! Il me fallait plus de sang ! Je regardais par terre et je trouvais ce dont j'avais besoin, une pierre pointue. Après avoir rangé ma baguette dans ma poche, je relevais la manche de mon sweat et j'appuyais fortement la pierre pour me couper profondément. Le sang gicla et j'hurlais montrant ma blessure à l'abomination sur pattes et pour faire bonne mesure, je lui balançais la pierre dessus :

- Hey, le monstre, je suis là... Viens vers moi !!!

Concentré sur mon objectif, je n'avais pu vu l'arrivée des cinq sorciers. "Allez, lâche-la ! Regarde comme je suis appétissant ! Tu as envie de me goûter, je le sais !  Allez putain, laisse-toi tenter ! Tout le monde pourra se rendre compte qu'il faut tous vous exterminer jusqu'aux derniers !". Je reculais lentement pour l'éloigner de sa victime. Attrapant ma baguette, je le visais attendant le bon moment pour agir.



PROUD MEMBER OF ::
 
Poppy Irvineavatar
• Étudiant Sorcier •
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t356-poppy-who-in-the-world-Messages : 2107 Points : 88
Pseudo : Callipyge
Avatar : Lily-Rose Depp
Crédits : Avatar : Morphine | Signature : EXORDIUM.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs, Bat. 3
Patronus: Un petit singe Capucin, le patronus de Tomás qu'elle a accaparé.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Mer 16 Mai - 15:51
Cirque The Wicked Bazaar - 22 Septembre 2000.

Ca se bouscule, tout autour d'elle, mais Poppy a les yeux rivés en l'air, du côté des oiseaux qui se chamaillent. Toujours aussi impressionnée par la grâce de Zoreh et la minutie d'Eduardus... Mais cette fois-ci, tout autant perturbée par le corbeau qui mime le Focifère. Elle ne remarque pas l'arbre qui étend ses feuilles, lui qui l'avait pourtant ensorcelé au départ ; elle préfère se concentrer sur ce qui se passe en haut. « Peut-être... Peut-être qu'elle peut redescendre avec l'oiseau ? Si le corbeau mime tous ses gestes, il redescendra aussi. Tranquillement... ». Naïve, mais logique, il lui semble. Finalement, elle a toujours l'impression d'être sous le chapiteau, devant le spectacle. Hypnotisée, une fois encore. Ce n'est que le cri de cette voix qui lui dit quelque chose, qui la réveille. C’est UN ORDRE BORDEL. So regard, vers l'homme qu'elle reconnait, était aussi rageux qu'étonné. Qu'est-ce qu'il foutait là, ce mysogyne incapable ?

Alors seulement elle se retourne, et constate le reste. La lionne et le sombral qui la terrorisaient lui étaient sortis de la tête, mais ce n'était pas le cas d'Ethan qui, dans acte mélangeant bravoure et insouciance, lui donna un léger frisson. Les enfants étaient agités, il y avait aussi Adrasteia qui commençait à hurler - que de cris qui se superposent, auxquels Poppy ajoutait sans aucun scrupule le sien « Ethan ! Qu'est-ce que tu fous ?! ». Perdu au fond d'un mouvement, inquiet et peu maîtrisé, l'étudiante essaye de s'avancer à nouveau vers les animaux pour empêcher Ethan de continuer de faire des bêtises, mais là voilà qui trébuche sur cette liane tendue. Le figuier et sa branche longiligne agrippée aux pieds d'Erich. Et Poppy tombe, la tête la première, aux pieds d'un de ces hommes venus pour quoi, les aider ?

Sa baguette était levée, mais pour le coup, Poppy ressentait à peu près les mêmes choses qu'Adra. Posez-donc vos instruments de torture, vous ne voyez pas qu'ils sont inoffensifs ? C'était bizarre comme pensée, encore plus de le ressentir alors que pourtant le physique de Sombral était si horrifiant, les crocs de la lionnes luisaient au soleil, et le chant du Focifère était capable de bien des choses... Mais qu'avaient-ils objectivement à craindre d'un plante qui pousse toute seule, une série d'oiseaux-mimes, de chiots qui protègent des enfants et d'un Grapcorne assis sur le sol ? Vraiment, ce tableau était une farce, une blague. Vaguement humaine, comme l'avait mentionné la diseuse de bonne aventure, mais surtout illogique. Une blague. Un coup monté. Voilà ce que l'esprit parfois trop pragmatique de l'ingénieure pensait. Alors elle se relève, en frottant sa tête - sur laquelle pousserait une bien grosse bosse - et abaissa la baguette d'un des hommes devant elle. « Qu'est-ce que vous voulez leur faire, au juste ? Ils ont pas l'air... méchants. ».

Mais déjà, elle redoutait que son geste ne soit fatal si l'un d'eux décidait d'agir comme un animal à nouveau, et que la loi de la jungle reprenne le dessus.

Spoiler:
 



KEEP YOUR TEMPER
Poppy glousse en #FF3333

 
Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Mer 16 Mai - 16:31
La peur l’avait prit au ventre, l’espace d’un instant, et il n’en était pas fier. Instant qui avait duré assez longtemps pour que les Protego s’enchaînent, que l’attention se focalise sur les enfants qui ne savaient plus s’ils devaient être enchantés ou terrorisés – choix qu’avait visiblement déjà fait leur mère – et pour les renforts d’arriver. Enfin. Sa baguette toujours en main, bien qu’il ne sache quoi en faire, déstabilisé qu’il était lorsqu’il devait combattre un être dont il ne comprenait le langage corporel et dont le regard ne trahissait aucune intention. Car, et c’était peut être la seule chose dont Erich était certain, c’était qu’aucun de ces animaux, même la lionne ou le Grapcorne, n’avait véritablement l’attitude d’un prédateur. Ils étaient curieux, joueurs, peut être dangeureux comme peuvent l’être des créatures sauvages qui n’ont pas conscience de leur force ou de la fragilité de l’humain. Cependant, il fallait se rendre à l’évidence, au milieu de ce désastre, aucun d’entre eux n’avait encore été vraiment blessé.

Le concierge, ainsi, ne put s’empêcher de protester, bien que ce fut avec un temps de retard. « Mais regardez-les ! » Il s’agenouilla alors auprès du Figuier fasciné sans qu’il puisse s’expliquer pourquoi par cet étrange buisson qui, comme imperméable à l’agitation qui faisait trembler le monde autour de lui, ne cessait de grandir et de s’étendre. Pendant de nouvelles longues secondes, dans un état probablement induit par le chant du Focifère, trop proche d’autres sensations entêtantes auxquelles il avait le plaisir de s’adonner, l’Allemand resta ainsi concentré sans réaliser que les racines s’entortillaient autour de ses chevilles. Ce ne fût que le roulé boulé de Poppy, qui le projeta lui aussi au sol, qui parvint à le ramener à la réalité.

Les couleurs et les cris se mêlaient dans sa tête, sans qu’il ne parvint à leur donner sens. Étendu de tout son long au sol, sans plus ressentir ni crainte, ni même véritablement besoin de comprendre, Erich ne trouva que la force de réagir aux mots de Poppy, que la proximité rendait difficile à ignorer. « Peut-être veulent-ilstoutes simplement nous faire découvrir leur monde… Un autre chose, beau et onirique, où l’on pourrait tous vivre ensemble... »
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 175 Points : 36
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Mer 16 Mai - 16:35
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Show must go on

Les sortilèges, les cris et la panique fusent de tous les côtés, laissant les renforts face à une situation complètement incompréhensible. Dans l’esprit de certains flotte même, l’espace d’un l’instant, l’idée que ce ne sont pas les créatures qui se sont échappées, mais bien certains des humains qui les ont libérées, et s’en prennent désormais à elles. Parce qu’une fugue d’une telle ampleur, ça n’existe pas, n’est-ce-pas ? Rapidement, heureusement, la logique finit par reprendre le dessus et les employés du cirque, rendus plus efficaces par de longues années de collaboration et une formation sans failles, commencent à coordonner leurs interventions avec plus de fermeté, communiquant de simples regards.

Deux dresseurs se précipitent au secours d’Adrasteia, effleurant à peine Léandre du regard, jugeant sans doute que l’homme, impressionnant dans sa rage digne d’un officier de haut rang, est à même de se protéger lui-même. De concert, les deux dresseurs font apparaître du bout de leurs baguettes des liens lumineux qui viennent s’enrouler autour des pattes et du museau de la lionne avant de se tendre, retenus simplement par magie, tandis que les deux sorciers tendent de tirer le félin en arrière.

Jeeves continue de murmurer des douceurs plaintives à ses carlins, désespéré d’être ainsi abandonnés, de ne plus faire partie de la meute et ses aboiements viennent faire planer sur la scène une atmosphère de désespoir, qui contraste violemment avec le chant envoûtant du Focifère. Comme rendu soudainement enragé par le silence, le corbeau ne trouve d’autres protestations que d’agiter ses ailes avec violence. Surprise par une telle réaction, Zoreh n’a pas le temps de s’écarter et s’effondre de l’arbre, sonnée, roulant aux pieds de Poppy et Erich avant de s’arrêter au milieu des désormais très – trop – nombreuses racines du figuier.

Attiré par l’odeur du sang, le sombral desserre enfin l’étreinte étrange, entre affection et délice de prédateur, par laquelle il tenait la Grande Evelyn en échec, et, le regard curieux, gourmand sans doute aussi, il s’approche de Ethan. Lentement. Sans dériver de son chemin.

Étonnement, c’est Catarina qui vient, avec une voix de tonnerre, renverser la situation. Ses yeux roulent dans leurs orbites tandis qu’elle se dresse entre Martha et la débâcle des créatures. Les bras tendus de chaque côté de son corps, les paumes dressées vers le ciel, elle semble être entrée en transe. « Rien de tout cela n’était écrit ! Que le calme nous revienne… Maintenant! »
L’intervention est si brutale, si inattendue, après ses paroles doucereuses et passablement décalées que tous, créatures et humains ensemble, cessent de bouger le temps d’une seconde, comme frappés par la foudre. Le premier a recouvré ses esprits est Eduardus, qui se jette, en désespoir de cause, sur le Focifère, le plaquant au sol de la manière la plus moldue qui soit.

Et c’en est trop pour le sombral. La peur, la panique, l’inconnu et l’incompréhension surpassent les limites de son esprit curieux, trop joueur pour ces humains qu’il ne comprend pas. Alors il se détourne du sang qui l’appâte pourtant tant et avec une longue complainte rauque, cri comme venu d’outre-tombe pour ceux qui ne sont pas capables de le voir, il décide de s’enfuir, loin de ce gâchis, loin de ce cirque qui ne lui a rien appris. Comme inspirés, car quelque part, ne sont-elles pas toutes liées, toutes les créatures s’interrompent, cessent de se débattre contre leurs dresseurs, et, une par une, se libèrent des liens et des sortilèges qui les retenaient prisonnières pour emboîter le pas et s’enfuir, loin, loin de ce cirque qui ne les comprends pas. Le phénix et le corbeau d’abord, rapidement suivi par la lionne qui pousse enfin son premier rugissement. Les carlins, jappant de crainte et d’enthousiasme à la fois, se dispersent autour des humains, avant de former un cercle autour du Focifère et de prendre, eux aussi, le chemin de la liberté, une fois que l’oiseau au plumage miroitant parvient à se libérer. Finalement, dans un nuage de poussière, toutes les créatures s’enfuient, sans regarder en arrière, sans plus se préoccuper de ces humains qui les dépassent.

Lorsque la poussière retombe sur les spectateurs et les employés du cirque ébahis, tout semble immobile et calme, à l’exception de Monkey, à présent à genoux, une main posée sur la tête imposante du Grapcorne qui, abandonné de tous, vient de pousser son dernier soupir.

HRP


Bienvenue sur le sujet commun de l'intrigue 2 d'Atlantis ! Suite à vos aventures respectives dans vos chapiteaux, des choses étranges se sont produites et certaines bêtes ont quittées les lieux. Elles se sont toutes retrouvées dehors. Si vous participez à ce sujet, c'est donc que pour une raison ou une autre vous les avez suivies ! Pour rappel, voici d'où proviennent chacune de ces créatures/choses plus ou moins vivantes :
- Chapiteau des acrobates : Sombral, Focifère
- Chapiteau des créatures : Phénix, Lionne, Grapcorne
- Chapiteau des arts divinatoire : Corbeau, Figuier
- Feak Show : 3 Carlins

Ce sujet restera ouvert 15 jours afin de clore rapidement l'intrigue. Vous pouvez répondre autant de fois que vous voulez, sans ordre précis.
Des interventions du Narrateur viendront ponctuer votre avancement les mercredis et samedis.
Vos missions sont à voir comme quelque chose d'annexe à l'intrigue, ainsi elles sont toujours valables si vous pensez pouvoir les réaliser ; cependant nous offrirons quelques récompenses à ceux qui ne les auront pas réussies mais auront tout de même essayé.

- Rappel du fonctionnement
- Quartier général des Joueurs

Pour toutes questions ou demande d'informations, contactez Keith R. Campbell ou Poppy Irvine !
Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1094 Points : 167
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Ven 18 Mai - 15:02
Martha Brown
Aimante mais dépassée
Etre une mère de 6 enfants, ce n'est vraiment pas facile. Martha pensait pouvoir continuer son travail d'agent de voyage, mais après ses deux premières grossesses, lorsqu'elle avait mis au monde les triplés, elle s'était rendu compte que ce n'était définitivement pas possible. Son monde tourne autour de ses enfants, et elle les aime de tout son coeur, même si ils lui apportent bien des ennuis. Mais ce qui est bien quand on est mère, c'est qu'on oublie d'avoir honte, on oublie la bienséance, on oublie ce qui est bien ou mal, pour se concentrer sur ce qui est juste. Et les besoins des enfants viennent avant tout, toujours.



"Le Chapiteau des créatures"
Event
L’atmosphère était de plus en plus chaotique. Les sorts fusaient, les cris aussi, venant des animaux comme des humains. Moi, j’essayais au maximum de préserver mes enfants, les pressant contre moi, me dirigeant, le plus rapidement possible, vers l’entrée du cirque, slalomant entre les différents chapiteaux et essayant de rester le plus à l’écart possible des bêtes. Je gardais un œil sur ce qui se passait, attentive au moindre mouvement qui puisse porter atteinte à ma famille, essayant de garder mon calme, bien que le spectacle auquel j’assistais était des plus dérangeant. Je pouvais apercevoir la femme enceinte en train de crier sur celui qui nous avait lâchement abandonné (et je ne pu m’empêcher de sourire en avisant la scène), ses hormones supportant difficilement, probablement, le stress auquel elle était soumise. Mais le plus étrange fut le jeune homme qui commença à s’ouvrir le bras à l’aide d’une pierre, faisant couler son sang, criant en face d’un vide abyssal, à un monstre qui était visiblement le fruit de son imagination, pour l’attirer. Les sorciers étaient décidemment des personnes bien étranges. Peut-être était-ce un rituel magique pour éloigner le danger que représentaient les créatures échappées des différents chapiteaux ? J’en doutais : pour moi, ce garçon était visiblement perturbé, ou sous l’emprise de drogues, et sa psychose se matérialisait dans son imagination, à défaut d’être ancrée dans la réalité. Je reniflais, circonspecte, et de plus en plus pressée de quitter cette maison de fou.

Enfin, l’employée du cirque, celle qui nous avait déjà adressé la parole précédemment avec ses paroles semi-prophétiques, semi-délirantes, et qui mettait visiblement un point d’honneur à se dresser entre nous et les animaux (j’en étais reconnaissante, et cela allégerait les charges que je déposerais contre elle, ainsi que l’ensemble des employés du cirque), projeta sa voix pour que l’assemblée entière l’écoute. Génial. La voilà qu’elle continuait avec son charabia superstitieux, au lieu de faire quelque chose de réellement efficace, comme… contacter les autorités. Ou au moins utiliser sa baguette, parce que c’était forcément une sorcière, vu son accoutrement, pour minimiser les dégâts. Mais son charisme inné, néanmoins, eut un effet sur les animaux, qui commencèrent, un par un, à quitter l’enceinte du cirque, par les airs ou la terre. Mon petit Evans, qui suivait ses frères et sœurs et moi de près, ne put s’empêcher de lancer un petit cri de désespoir lorsqu’un des carlins passa à toute vitesse devant lui pour s’enfuir, alors qu’il avait été, juste quelques instants auparavant, si câlin avec lui. Je lui fis un petit sourire, avant de m’accroupir devant lui :

« -Ça va aller, mon cœur. On rentre à la maison, et tu pourras caresser Flèche autant que tu le veux. »

Et cela semblait si lointain, de parler ainsi de sa tortue de compagnie alors que nous étions au milieu de cette confusion, mais c’était tout ce que je pouvais faire pour essayer de réconforter mes pauvres enfants. Je me relevais, avant de continuer mon chemin, entrainant ma progéniture avec moi. Maintenant que le danger était écarté, avec les animaux partis, je ne prenais même pas la peine de regarder ce qu’il se passait du côté des autres visiteurs, et ne vit donc pas la carcasse de la pauvre bête décédée. Mes enfants étaient la priorité, et je laissais aux autorités compétentes le soin de punir le cirque pour cette catastrophe, et de démêler les coupables des victimes. Mes yeux étaient braqués sur une seule chose : la sortie.



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Sam 19 Mai - 7:15
Petit à petit, les choses avaient cessé d’être difficiles et épuisantes. Trop nombreuses et confuses pour qu’il puisse les comprendre. Les entendre. Les discerner. D’autres personnes étaient intervenues, n’est-ce pas ? L’Auror cligna des yeux, comme soudainement rappelé à la réalité. Aux alentours, il lui semblait que l’atmosphère s’était rafraîchie. Distendue ? Son regard glissa vers les environs, ne pouvant que constater le… Départ des animaux ?

Lentement, il expira. Sa baguette céda, de même, au retour de la quiétude. Ils ne risquaient plus rien, normalement. Le bras du sorcier retomba le long de son corps et ses doigts relâchèrent leur pression sur le prunellier malmené.

Seulement, alors, il se tourna vers – « Adrasteia ? » L’interrogation perça sa voix autant que la surprise. Car la nymphe paraissait rageuse malgré l’assistance de deux personnes. « Mais- que ? » Sincèrement à bout de nerfs sans qu’il puisse véritablement en comprendre la raison. Quoi que. Une baguette gisait à ses pieds. Celle de la Slave. Il se pencha vivement pour la récupérer. Quand était-elle tombée ? « Tout va bien. Ils … Les animaux ont quitté les lieux. ... Il me semble. » Il se redressa et s’approcha d’elle, préférant nier l’aspect menaçant qu’elle lui adressait à chaque mouvement, jusqu’à pouvoir l’étreindre. Jusqu’à la saisir par les épaules et essayer de l'attirer à lui. « Rentrons. C’est terminé. »

Spoiler:
 


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1309 Points : 106
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 1:29
Your mind is in Disturbia
You might just go under, better think twice. Your train of thought will be altered, so if you must falter be wise. It's like the darkness is the light, am I scaring you tonight ?1 189 mots
Chapiteau des Arts Divinatoires

L
es nouveaux arrivants s’étaient finalement activés, dont deux dresseurs accourant vers elle. Mais le mal avait déjà été fait, heurtée bien plus par le lion que par la bête sauvage. Et l’homme en lui-même avait toujours été bien plus effrayant à ses prunelles que tout autre danger, levant instinctivement ses paumes en direction des dresseurs, sans trop savoir si elle devait s’en protéger ou bien si elle devait s’en soulager. Si petite d’âme, dominée encore et toujours par les agonies dont elle tirait ses leçons, ses paranoïas. Hérissée et pétrifiée alors que les animaux avaient retrouvé leurs tendances à la sauvagerie. Une question de survie, qui pouvait les blâmer ?

« Adrasteia ? » Ses muscles s’étaient contractés, tournant subitement la tête pour observer l’interlocuteur à l’allure soudainement égarée, paupières mi-closes d’une méfiance teintée d’une haine visible. « Mais- que ? » La nymphe en claqua sa langue d’agacement, détournant finalement le regard en direction de Poppy, croisant ses bras pour toute réponse à ce Rosier de plus en plus difficile à suivre. « Tout va bien. Ils … Les animaux ont quitté les lieux. ... Il me semble. » - « Tout va bien ? Ah parce que tu crois que les animaux - »

Le reste de sa phrase avait péri sur ses lèvres, à l’instant même où il avait eu l’audace de poser ses mains sur elle. N’avait-il pas compris ? Qu’elle ne voulait plus qui la touche, ni elle, ni son enfant. « Rentrons. C’est terminé. » - « NON. N-NE ME TOUCHE PAS LÉANDRE ROSIER. » - Raide de peur, ses mains s’étaient vivement interposées contre son torse pour l’empêcher de l’attirer à lui. Et il ne s’excusait même pas. Pourquoi le ferait-il, un roi ne s’excuse sans doute pas. « Et je ne rentre nul part avec toi. Plus jamais. »

Et dans sa tentative de se désister aux bras du dernier fils, ses yeux avaient été attirés par l’immense bête abandonnée par ses confrères, poussant son dernier soupire. Et dans sa tentative de s’extirper, la Slave s’était écorché le cœur d’une accablante performance de la mort même. Prostrée, soudainement, fixant l’animal maintenant sans parcelle de vie qui gisait au sol. Ses doigts s’étaient finalement agrippés aux tissus sous son propre derme, plus calme, plus fanée, reportant son attention sur le Rosier qui ne semblait pas s’avoir départi de cette étrange confusion depuis la rébellion sauvage. Plus fatigué, traits tirés… En à peine une heure, il lui semblait avoir supporté mille ans de tourments tant il paraissait si… vieux ? . « Est-ce … que tout va vraiment bien Léandre ? Te souviens-tu ? M’avoir poussé… As-tu… mal ? » avait-elle finalement murmuré, ses traits prenant lentement l’aspect d’une inquiétude qu’elle avait chassé un peu plus tôt après l’affront. Parce qu’elle se souvenait de la douleur manifestée au début du chant du focifère. Ses doigts avaient tracé les détails de sa joue, remontant délicatement vers son front, brûlant. « C’est une migraine ou bien… Le focifère ? Devrions-nous aller au centre de santé ? »

Et elle avait pincé ses lèvres, frustrée, à nouveau… recherchant maintenant un employé à qui reprocher la faute. Mais ce n’est qu’aux racines innombrables que la Slave se figea. « Oui, partons… avant que le figuier… Allons-nous reposer, je suis exténuée et cet endroit rend le bébé si agité.. »


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Emilia Clickerlyavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t140-emilia-les-animaux-sontMessages : 2763 Points : 68
Pseudo : Ama
Avatar : Emily Blunt
Crédits : Ama
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un appaloosa léopard
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 12:59
Ethan Osório Griffin
Curieux et enjoué.
Nouvellement arrivé à Atlantis, pour suivre la formation d'artisanat de baguette magique et le parcours de botanique à l'Université, Ethan, ancien poufsouffle, est d'un naturel joyeux et sociable. Il est le fruit de l'union d'un sorcier anglais et d'une artiste moldue, d'origine portugaise. Agé de 18 ans, il est l'ainé d'une fratrie de cinq enfants. Sa mère lui a appris à travailler le bois et son père lui a donné le goût des études. Il aime faire du skateboard et du vélo, jouer au Quidditch, passer du temps avec sa famille, faire des soirées entre amis, jouer de la guitare, les films d'horreur et flirter. Rien de plus normal vu son jeune âge, non ?

Un sourire toujours sur les lèvres, des propos légers, le rire facile le font apparaître trop insouciant et même immature pour celles et ceux qui le croisent. Seul son regard sombre exprime, par moment, sa douleur d'avoir perdu un être cher. Il essaye de la cacher en se montrant trop exubérant mais, ses excès de joie peuvent sonner faux pour des personnes fines observatrices. Il espère sincèrement que sa participation au cirque, va lui permettre de lui changer les idées et de s'enfuir du train train déprimant dans lequel sa famille s'est enfermée depuis le drame.


Un petit sourire satisfait se dessina sur mes lèvres quand je constatais que le monstre ailé tombait dans mon piège. "Vil bouse de dragon, suis-moi ! Voilà, c'est bien ! " Je continuais de reculer tout doucement. Concentré, je ne voyais que lui. Mon regard chocolat ne le quittait pas.

Puis, le sombral eut un comportement étrange. Il se détourna et poussa une plainte déchirante avant de s'enfuir. Consterné, je restais planté là. Le sang continuait de couler de ma blessure. Et je n'avais rien pour mettre dessus.

J'embrassais la scène du regard et je vis les autres animaux se libéraient des sorts et des liens magiques qui les emprisonnaient. Ils prirent eux aussi la poudre d'escampette. Il ne restait plus que le Grapcorne qui ne bougeait plus. Je cherchais Poppy des yeux pour aller la rejoindre et voir si elle allait bien.

Clopin-clopant, je me dirigeais vers elle et je m'arrêtais devant elle pour lui demander :

- Poppy, tu vas bien ? Tu n'es pas blessée ? Puis je m'intéressais au jeune homme près d'elle. Son visage ne m'était pas inconnu."Ah mais oui, c'était le concierge de l'UPA".  Je me souvenais plus de son nom. - Monsieur, vous allez bien ? Où sont-ils tous partis ?

L'idée que des créatures sauvages se baladaient en liberté quelque part était inquiétante. Qu'allaient-elles faire ? Je regardais à nouveau le grapcorne qui venait de rendre son dernier soupir. Son dresseur avait posé sa main sur sa tête pour lui dire un dernier adieu. Cette scène me mit mal à l'aise. Pourquoi avait-il choisi la mort au lieu de suivre ses amis ?



PROUD MEMBER OF ::
 
Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 14:51
La nymphe avait dévoilé ici et là quelques élans courroucés. D’abord par l’expression de son visage puis par le jugement perceptible dans sa voix. Ah parce que tu crois- Et qu’est-ce qu’il croyait, d’ailleurs ? Il l’observa, étrangement muet pour le coup. Parce qu’il ne savait pas quoi répondre. Sa bouche avait seulement dressé un constat, en l’état : les animaux n’étaient plus dans les environs. Du moins. Il n’en voyait plus trace immédiate. Bien que la masse du grapcorne gisait non loin d’eux.

Est-ce que tout ça avait été bien réel ? Il voulut l’attirer à lui pour qu’ils puissent quitter les lieux, un sentiment de malaise et d’incompréhension persistant au coin de ses lèvres. Comme un relent de ces manquements orchestrés précédemment dont il n’avait qu’une conscience diffuse. NON N-NE ME TOUCHE PAS LEANDRE ROSIER.

Cette fois-ci, il écarquilla véritablement les yeux. Visiblement abasourdi par la révolte proférée par sa compagne à son encontre. Blessante dans ce qu’elle lui interdisait violemment. Les muscles de ses bras s’étaient alors relâchés dans la poursuite de cette stupéfaction brève qui le saisissait là, devant d’autres, en un semblant d’humiliation. Et c’était un sentiment désagréable, en effet, d’être honni de la sorte. Et je ne rentre nulle part avec toi. Ses doigts n’insistèrent pas et abandonnèrent la tentative malavisée de la rapprocher de lui. Plus jamais.

Sans doute qu’il aurait été d’une colère vive et impitoyable en d’autres circonstances. Mais à l’instant précis, il se sentait uniquement épuisé. Suffisamment éreinté pour ne pas avoir la force ni la volonté de la traîner de force jusqu’à l’extérieur du Wicked Bazaar. Il détourna le regard, vraisemblablement gêné dans une attitude qui ne lui ressemblait pas et qu’il détestait sûrement au fond de lui-même.

Mais il était si fatigué, en vérité. Trop de choses lui étaient revenues à la mémoire. Des incertitudes. Des choses éthérées et impalpables. Des faiblesses qu’il craignait de voir surgir tantôt. Peut-être qu’elle devrait le gifler pour qu’il trouva de quoi redevenir le flamboyant et détesté Rosier. Est-ce que tout va vraiment bien Léandre ? Son visage exprima largement l’hésitation à cette interrogation. Te souviens-tu ? Toujours ces questions de souvenir. Se souvenir. M’avoir poussé ? « Poussée ? » Et il avait répété le mot, incrédule sur le coup. As-tu mal ? « Tu étais derrière moi, exact ? Tu étais bien derrière moi, Adrasteia, n’est-ce pas ? »

Et le doute lui revint. Mal. Il acquiesça, lentement. Refusant d’épiloguer davantage. Plus par abattement que par fierté – quoi que cette dernière lorgnât amèrement leur confrontation docile depuis sa position maîtresse. Même si l’épuisement dominait maintenant sa conscience, il percevait ici et là quelques douleurs articulées à son esprit. Il soupira, exténué. Une migraine ? Le focifère ? Ah. L’oiseau. Peut-être que- Devrions-nous aller au centre de santé ? « Je t’en supplie, rentrons… »

Oui partons. Il n’osa pas la toucher de nouveau, craignant un autre rejet. Craignant de ne pas être apte à réagir avec suffisamment de recul. Craignant de se confondre en fureurs et en manquements dangereux. Tels que ceux qu’il soupçonnait avoir démontré quelques instants auparavant. Il se contenta donc de glisser leurs deux baguettes, ensemble, dans une poche de son vêtement. Avant d’ouvrir la voie en silence.

Une fois assuré qu’elle le suivait, malgré ses rancœurs renouvelées, il n’attendit pas davantage pour s’extirper de la foule.

Spoiler:
 


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Poppy Irvineavatar
• Étudiant Sorcier •
• Étudiant Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t356-poppy-who-in-the-world-Messages : 2107 Points : 88
Pseudo : Callipyge
Avatar : Lily-Rose Depp
Crédits : Avatar : Morphine | Signature : EXORDIUM.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs, Bat. 3
Patronus: Un petit singe Capucin, le patronus de Tomás qu'elle a accaparé.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 15:10
Cirque The Wicked Bazaar - 22 Septembre 2000.

Peut-être veulent-ils tout simplement nous faire découvrir leur monde… Poppy commence à rire, à la fois amusée par la phrase qui résonne comme elle-même sous Valium, mais aussi touchée par le support que lui procure Erich. En le regardant, elle lui sourit, toujours incapable de resituer ce visage qu'elle croise pourtant presque quotidiennement. Mais la douceur agréable de la scène s'effondre bien vite, à l'instar de Zoreh qui leur arrive sur les pieds. « Oh ! ». D'abord surprise, Poppy se penche rapidement sur la danseuse des airs pour l'aider à se relever. Quelques courbettes de politesse plus tard, s'assurant que tout va bien pour elle, elle se retourne rapidement vers les autres hommes du cirque. Elle les tenait pour responsables. A la fois incapables de préserver la sécurité de tous, mais aussi ironiquement trop rapides pour tirer des conclusions hâtives sur le danger déguisé d'une bande d'animaux qui ne sont rien plus que des serpents sans venin. De petits lézards, qui passent leur temps libre cachés sous des pierres. Incompris.

Et sa théorie, bien vite, se confirme. Car elle le voit, elle, le Sombral qui part, presque lassé du jeu qui se déroule autour de lui. Et tous le suivent, solidaires, eux. Mais il est bien clair, dans tout ça, que l'homme a eu son rôle à jouer, que nous les avons fait fuir. Alors tandis qu'elle lève sa baguette en direction d'un des hommes en rouge - pas pour lui lancer un sort, mais bien comme une maîtresse d'école menacerait un enfant incorrigible de sa règle en bois - et que Poppy commence à hausser le ton, elle voit Adrasteia au fond. « C'est votre faute ça, bande de- ». Elle la voit, ce regard qu'elle lui lance, et cette déception dans ses yeux. Derrière elle, l'Auror. Abandonnant alors Erich et ses réflexions légères, mais aussi les coupables contre qui elle s'échauffait, l'étudiante bombe le torse en avançant vers Adra, mais surtout vers Léandre. « C'est sûrement votre faute à vous, finalement. Encore. ».

Puis elle pose doucement sa main sur l'épaule de la slave, en signe de soutien. Cependant, pour éviter de trop se mêler de ce qui ne la regarde qu'un peu, elle préfère les laisser à leurs histoires sans s'en mêler plus que cela. Il semble de toute façon qu'il paiera d'une façon ou d'une autre son incompétence, cet Auror. Et la petite blonde finit donc sa course folle en un retour en arrière, auprès d'Ethan, qu'elle ramasse blessé et inquiet. « Tais-toi donc... bien sûr que je vais bien, moi. ». Elle met la main sur sa plaie, et en soupirant, murmure, « Viens, on va aller soigner ça... ». Puis en saisissant Ethan de ses petits bras, elle commence à emboîter le pas vers la sortie, doucement, sans trop non plus forcer le garçon s'il souhaitait rester dans ce lieu lugubre maintenant qu'il est vide. Vide de toute vie, pense-t-elle, en regardant une derrière fois le corps du Grapcorne avec amertume.

Spoiler:
 



KEEP YOUR TEMPER
Poppy glousse en #FF3333

 
Emilia Clickerlyavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t140-emilia-les-animaux-sontMessages : 2763 Points : 68
Pseudo : Ama
Avatar : Emily Blunt
Crédits : Ama
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Un appaloosa léopard
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 15:50
Ethan Osório Griffin
Curieux et enjoué.
Nouvellement arrivé à Atlantis, pour suivre la formation d'artisanat de baguette magique et le parcours de botanique à l'Université, Ethan, ancien poufsouffle, est d'un naturel joyeux et sociable. Il est le fruit de l'union d'un sorcier anglais et d'une artiste moldue, d'origine portugaise. Agé de 18 ans, il est l'ainé d'une fratrie de cinq enfants. Sa mère lui a appris à travailler le bois et son père lui a donné le goût des études. Il aime faire du skateboard et du vélo, jouer au Quidditch, passer du temps avec sa famille, faire des soirées entre amis, jouer de la guitare, les films d'horreur et flirter. Rien de plus normal vu son jeune âge, non ?

Un sourire toujours sur les lèvres, des propos légers, le rire facile le font apparaître trop insouciant et même immature pour celles et ceux qui le croisent. Seul son regard sombre exprime, par moment, sa douleur d'avoir perdu un être cher. Il essaye de la cacher en se montrant trop exubérant mais, ses excès de joie peuvent sonner faux pour des personnes fines observatrices. Il espère sincèrement que sa participation au cirque, va lui permettre de lui changer les idées et de s'enfuir du train train déprimant dans lequel sa famille s'est enfermée depuis le drame.


La réaction de mon ancienne condisciple était incompréhensible ! "Bordel, elle me jugeait alors que j'avais juste voulu aider la mamie ! Le sombral aurait pu la piétiner en lui sautant dessus  ! Ses coups de sabots étaient impressionnants et auraient pu occasionner de graves blessures, même mortels.". Mon regard chocolat devint noir, exprimant ma colère et mon incompréhension. La mort du grapcorne n'était pas de mon fait. D'ailleurs, je ne comprenais toujours pas ce qui s'était passé ? Comment tout avait pu dégénérer aussi vite ?

Quand elle posa sa main sur ma plaie, je fis un geste brusque pour libérer mon bras et je m'exclamais agacé :

- Me touche pas ! C'est qu'une égratignure ! J'ai pas besoin que tu te prennes pour ma mère ou mes sœurs ! Je suis assez grand pour rejoindre les secours.

Je m'éloignais toujours énervé. Je ne voulais plus être près d'elle. Je m'approchais des acrobates et je leur demandais d'un ton dur :

- Comment avez-vous pu perdre le contrôle ? L'un de vos artistes animaliers est mort ? Pourquoi ? Aucun sorcier ne l'a attaqué ! Qu'est-ce que qui s'est passé ? Et c'est quoi cette plante ? Comment a-t -elle pu reprendre vie ?

Je ne les quittais pas du regard et mon regard courroucé attendait des réponses. Une explication crédible et pas des propos pour me rassurer. J'exigeais la vérité sur ce gâchis ! Ma main crispée sur ma canne improvisée, j'essayais de rester immobile pour leur faire prendre conscience que je ne partirais pas sans avoir obtenu un semblant de réponse.



PROUD MEMBER OF ::
 
Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
En ligne
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1309 Points : 106
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Dim 20 Mai - 22:58
Your mind is in Disturbia
You might just go under, better think twice. Your train of thought will be altered, so if you must falter be wise. It's like the darkness is the light, am I scaring you tonight ?1 189 mots
Chapiteau des Arts Divinatoires

S
es doutes se certifiaient un peu plus alors qu’il faisait écho à ses propres questions « Poussée ? » Abasourdi, tout autant désorienté qu’elle ne l’était elle-même. « Tu étais derrière moi, exact ? Tu étais bien derrière moi, Adrasteia, n’est-ce pas ? »
Et elle avait haussé ses sourcils, d’une inquiétude si profonde qu’elle animait subitement ses pulsations cardiaques à une vitesse folle. « Jusqu’à ce que la lionne- »

« C'est sûrement votre faute à vous, finalement. Encore. ». Encore ? De plus en plus confuse, de plus en trop perplexe. Était-ce encore Caterina qui se jouait de leurs émotions d’un sortilège quelconque ? « Poppy ! Ce n’est en rien sa faute… » avait-elle soufflé d’une voix manifestement blessée face aux accusations portées par la blonde à l’encontre du Rosier. Parce qu’il avait bien nombreuses fautes à son nom, mais il ne fallait certainement pas en profiter pour lui alourdir le poids d’une croix qu’il traînait depuis tant d’années. « Je t’en supplie, rentrons… »

Perplexe, un peu à retardement, elle l’avait regardé l’espace de quelques secondes, s’élancer en direction de la sortie en s’assurant toutefois qu’elle le suivait bien. Et la Slave avait pincé les lèvres, s’exécutant à sa suite alors qu’elle baissait les yeux d’une culpabilité ravageuse. Elle savait, au fond, qu’elle avait eu tous les droits de se dresser de la sorte. Parce qu’au grand jamais, ne tolérerait-elle ce genre de comportement à son égard. Et elle avait un bébé, à protéger. Et elle avait leur enfant, à eux, à porter encore quelque temps… si les mots étaient parfois bien plus douloureux que la violence, elle ne pouvait pas…

D’un dernier regard vers la bête trépassée, la Nymphe s’était laissé surprendre par les nouvelles réprimandes qui prenaient place par le jeune homme qu’ils avaient protégé quelques minutes plus tôt. Éreintée « Léandre ! »  À fleur de peau, elle avait pressé le pas pour rattraper le plus vieux. Et ses bras s’étaient tendus, s’étaient refermés, dès l’instant où elle avait percuté le dos du Rosier, ses doigts s’agrippant d’une détresse piquée à vif contre les tissus recouvrant son torse.« Je suis désolée… à force de toujours… me rejeter… j’ai eu peur de tomber, encore… et que cette fois tu… j’aurais dû savoir que c’était dément » … À bout de souffle, la voix chevrotante, sa respiration se détériorait si facilement maintenant que l’enfant prenait une place considérable en son ventre.

Et elle avait resserré ses bras, plus fort, à la demande de cette étreinte qu’elle lui avait pourtant refusé l’accès. Ses doigts dessinant les contours d’une croix qu’elle devinait sous ses vêtements, fermant les yeux juste assez pour se laisser bercer de cet attachement turbulent. Parce qu’ils montaient si haut, parfois. Parce qu’ils chutaient si brutalement, d’autres fois. Qu’il y avait toujours cette crainte, qu’il ne rentre pas un soir. Qu’il y avait toujours ce doute, qu’il ne l’aime plus éventuellement. Et la Nymphe s’était finalement écartée, venant timidement prendre place à ses côtés tandis que ses doigts s’agrippaient maintenant aux siens. Elle ne demandait rien au fond, mais ce n’était pas pour autant que ses prières n’étaient pas toutes dirigées vers les cieux. Et elle espérait, qu’il ne s’agirait pas d’une troisième nuit à se sentir si seule alors qu’il était si près.

Elle hocha faiblement la tête, sans trop avoir le courage de le regarder maintenant qu’elle retrouvait ses remords habituels. Un peu pour lui indiquer qu’elle avait bien fini, qu’elle ne lui ferait plus perdre son temps. Qu’ils pouvaient enfin, une bonne fois pour toute, rentrer à la maison.


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 175 Points : 36
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | Lun 21 Mai - 2:44
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Show must go on

Comme le calme après la tempête. A moins que cette fois, cela annonce une nouvelle vague d'orages et de vents trop forts. Car bien que l’attroupement animal se soit enfui, tous dans la même direction, à des allures plus ou moins semblables, ils ont laissé ce vide qui ne se comble pas. Le doute. L'incompréhension. La peur, aussi, de savoir quelle mouche les a piquées, ces créatures étranges qui agissaient avec tant de bizarrerie. Même sur les visages des employés du cirque, ces sentiments se mélangent.

Monkey, lui, est inconsolable de la perte du Grapcorne. Mais chacun de ses collègues, que ce soit la Grande Evelyn, Eduardus ou même Caterina dans ses grandes pompes et ses prédictions, tous ont cet air... bouleversé. Puisque ce que l'on oublie, dans l'effervescence de cette aventure étonnante, c'est que ces créatures n'étaient pas que cela, pour les membres du cirque. Des compagnons de travail, des boules de poils affectueuses. Jeeves pleure intérieurement la perte de la moitié de ses chiots, quand de son côté Zoreh ne se remet pas à l'idée de ne plus voir voler le Focifère dans les airs avec elle.

Le vrai drame demeurant que personne ici ne sait ce qu'il s'est passé. Pourquoi les créatures sont-elles sorties de leurs chapiteaux ? Pourquoi se sont-elles rassemblées ? Qu'ont-elles en commun ? Que cherchaient-elles ? Certains auront noté leur curiosité, quand d'autres se seront concentrés sur la peur qu'elles semblaient ressentir, ou encore leurs tendances à copier les gestes des humains, peut-être.

Calmez-vous, tout va bien, l'épisode de possible danger est passé. Nous allons à présent nous occuper de prévenir les autorités pour retrouver les animaux enfuis, et nous occuper d'eux du mieux que nous le puissions.

Le directeur, enfin, venait d'arriver. En une simple phrase, il a canalisé les émotions et répondu aux questions qui planaient. Quant à celles qui restent en suspens, comme celles qu'Ethan a lancées au visage d'un des employés, ces derniers répondront tout simplement « Nous n'en savons pas plus que vous... Désolé... ». Honteux, confus, l'un d'eux sorti même un téléphone portable d'où on pouvait l'entendre marmoner « Bonjour, je... nous avons eu un souci, au Wicked Bazaar. Plusieurs animaux se sont enfuis, on ne sait pas où ils sont allés. Vos services pourraient nous aider ? », sans plus explications que les conclusions hâtives qui permettront de comprendre que des enquêtes sont d'avance ouvertes pour comprendre ce qu'il s'est passé, et pister les créatures. Mais il s'agit d'une autre histoire, n'est-ce pas ?

Pour le moment, le cirque se vide. Les visages moroses et tristes de certains s’apaisent, lentement, et les employés du cirque vous remercient pour avoir participé aux différents ateliers. Ils espèrent que, malgré ces quelques débordements, vous aurez passé de bons moments, et en appellent à votre compréhension quant à la clôture, quelque peu en avance, des chapiteaux.
A présent, il n'y a plus qu'à prendre votre mal en patience pour, enfin, avoir des réponses.

HRP


Ce post vient clore l'Intrigue #2 d'Atlantis ! Vous pouvez y répondre en postant à la suite si vous souhaitez faire partir vos personnages comme il se doit, ou réagir d'une quelconque façon, mais le Narrateur ne répondra plus.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce sujet, et aux sujets des chapiteaux ! Nous espérons que malgré les quelques retards de gestion, l'intrigue dans sa globalité vous aura plu, et vous aura permis d'avoir pleiiin de théories quant à la suite qui se profile Huhu

Une annonce sera bientôt faite quant aux possibles récompenses de certains, restez dans le coin !
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: [Intrigue #2] Show must go on | 
[Intrigue #2] Show must go on
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: