Show me how deep is your love [Léandre Rosier]

Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Sam 3 Mar - 22:47
Il avait évidemment fallu que le jour ou une bande de braconniers débarque sur la réserve soit justement le jour où Charlie était en congés. De son perchoir, le léopard observait la scène toutes babines retroussées. quelques minutes avant elle rêvait d’une bonne anchoïade sur lit de mozzarella et pain grillé… ya vraiment pas d’justice. Un groupe de 4 hommes, pour le moment elle ignorait s’il s’agissait de sorciers ou de moldus. Ils accostaient sur la plage Est, à quelques centaines de mètres des premiers enclos. de l’enclos des Boutefeu. L’air circonspect Rain les regarda se diriger dans cette direction, une lueur prédatrice dans le regard. Elle sauta de sa branche et reprit rapidement forme humaine. Elle avait besoin d’aide. Et la jeune femme comptait bien faire d’une pierre deux coups. Elle contacterai directement Léandre Rosier, Cousin adoré et Auror. Léandre soutenait Rain dans sa démarche et ce ne serait pas la première fois qu’il devrait intervenir pour venir chercher quelques idiots qui pensaient que la nouvelle propriétaire les laisserait faire leur marché. Rain avait commencé à développer une petite réputation sur Atlantis de totale intolérance vis à vis des braconniers et vis à vis du traitement doux et chaleureux qui les attendait, mais après tout, la liste des dragonologistes de la réserve se limitait à elle et Charlie Weasley. pas de quoi véritablement décourager les gens.


Elle fit apparaître son patronus: “Cher cousin, ça te dis qu’on se fasse quatre braconniers? Ca fait longtemps qu’on a pas cassé des rotules.

Malgré le ton joyeux et la couleur éclatante de la voix de Rain, Léandre la connaissait assez pour deviner qu’une fureur sans nom se cachait sous l'enthousiasme de la jeune femme.
Elle reprit forme animale et elle pu constater avec déception que ses quatre débiles profonds ne s’étaient pas aventurés chez les Boutefeu. Dommage, parce que les Boutefeu étaient particulièrement dangereux pour toute autre personne que Rain.
Ils se dirigeaient vers l’enclos des Panse de Fer. Rain avait élevé à la main chacun d’entre eux. Ils n’étaient pas très farouches avec les humains et pouvaient (dans la limite que l’autorisait leur instinct de dragons) se montrer un peu affectueux avec l’homme.
Maintenant que Rain les voyait mieux, il s’agissait de sorciers. Ils se glissèrent dans l’enclos par l’entrée destinée aux moutons et chèvres.

Il fallait qu’elle attende son cousin. Ils étaient trop nombreux pour elle seule. Encore s’ils n’avaient été que deux, Rain aurait pu s’en charger seule et même simplement appeler les renforts une fois les connards maîtrisés. Elle ne pouvait rien faire pendant que les braconniers martyrisaient ses bébés… Le fauve faisait les cent pas à l’abri de son rideau d’arbre, nerveux. En tous cas, une fois qu’elle en aura terminé avec eux… On pourra remplir un pédiluve avec leur sang.


Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Dim 4 Mar - 20:15
Fin de ronde. Fin de rapport. Tout c’était passé au mieux au cours des dernières heures. Pas un seul malfaiteur repéré. Ni le moindre échange louche. Il avait pourtant été affecté au quartier des salines, loin d’être le plus quiet d’ordinaire, pour s’assurer que le chaos ne menacerait pas une nouvelle fois Atlantis. Mais rien, finalement, n’avait semblé retenir son intérêt.

De toute façon, sa présence était essentiellement d’ordre préventive. Il patrouillait pour rassurer les passants et dissuader les petites frappes. A cette pensée, Léandre esquissa un sourire amer. Ce n’était pas tant les petites qui inquiétaient sa conscience que les grosses. Celles qui se dissimulaient derrière une façade avenante. Une tenue soigneusement entretenue. Un sourire charmeur. Un peu comme Derek, n’est-ce pas ?

Derek. L’énigmatique américain qui ternissait ses songes d’anxiété et de frayeur. Il soupira, distraitement, son bras poussant la porte du poste sécuritaire. Entre ça, le mariage à préparer dans l’urgence, les violences qui agitaient la ville … Il n’avait pas vraiment le temps de se reposer. Ou de songer à autre chose. Au moins pouvait-il se féliciter d’avoir terminé, pour aujourd’hui, la partie la plus ennuyante de sa journée.

Le sorcier s’arrêta un instant sur le perron extérieur, l’esprit ailleurs. Probablement qu’un peu de thé- une forme pressée et éthérée en périphérie de son champ de vision le tira efficacement de son trouble. Un patronus. Et pas n’importe lequel ! Une étincelle d’excitation gagna son regard : car Rain ne faisait pas appel à lui pour l’aider à décrocher un dragonnet du haut d’un sapin. Oh, non, loin de là. Ils avaient des occupations plus … Vives et passionnées. Cher cousin, ça te dis qu’on se fasse quatre braconniers ? Ça fait longtemps qu’on a pas cassé des rotules. Elle savait exactement comment lui parler.

Un léger frisson secoua ses épaules alors qu’il filait à l’intérieur du bâtiment pour récupérer son balai. Son si vieux compagnon, cabossé et malmené par le temps. Mais il ferait l’affaire, à n’en pas douter. Aussi vite qu’il était rentré, il sortit et enfourcha le balai pour s’envoler vers sa destination.

Et ça soufflait fichtrement, d’ailleurs ! Il grogna d’agacement mais ne renonça pas à son trajet. Il aurait une meilleure visibilité de la situation avec ce moyen de transport plutôt qu’en transplanant. Enfin, c’est ce qu’il se disait avant d’arriver au niveau de la réserve. Un peu de discrétion de sa part ne serait pas un effort malvenu et il s’efforça de poser pied aussi rapidement que possible. Déposant son balai contre le premier support venu, Léandre dégaina sa baguette et se mit à chercher les intrus. Pas franchement une affaire facile, mais les bruits aidants et… Les traces ? Ah. Gros félin en perspective. Rain. Évidemment. L’Auror se pinça la lèvre pour tempérer un peu de cette jalousie qui titillait ses nerfs. A croire que tous parvenaient à dompter leur bête intérieure. Tous sauf lui. Concentre-toi. Il secoua la tête puis reprit son cheminement. Férule tendue par anticipation alors que ses pas suivaient et retrouvaient – enfin – ceux de sa parente.

D’une voix basse, précautionneusement maîtrisée, il s’adressa au léopard des neiges. « Quatre, rien que ça ? J’espère qu’ils auront le feu au cul d’ici cinq minutes. »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mar 6 Mar - 19:35


Le félin n'eut pas à attendre longtemps. Décidément, il suffisait de parler de casser les petites pattes arrières de putes au rabais pour que Léandre rapplique.  Elle reprit forme humaine. Rain sourit avec tristesse à son cousin. Elle aurait bien aimé… Tous ses dragons n'étaient pas ses Boutefeu. Ils ne portaient pas tous de profondes blessures faites par la main de l’homme. Tous les dragons de cet enclos n’avaient connu que les bons soins de Rain et de Charlie. Ils faisaient confiance aux humains. Ils n'ont jamais eu de raison de se méfier de ces étranges créatures bipèdes.

J’en doute. J’ai élevés ces dragons là à la main. Ce sont des Panses de Fer. Ce qui vaut le plus cher chez eux, c’est le cuir… et leurs foies

Rain inspira profondément, pour contenir sa fureur. Comment pouvait on décemment s’en prendre à des animaux pour revendre leurs cadavres sur des marchés noirs parce qu’un moldu veut des sensations fortes ou qu’un vieux chinois ne sait plus quoi consommer pour arriver à bander? Cette idée lui refilait la gerbe. Rien de tout cela reposait sur des faits. Le folklore autant chez les moldus que les sorciers faisait beaucoup trop de mal aux créatures magiques.
Rain invoqua deux superbes battes de quidditch et en tendit une à Léandre, un immense sourire aux lèvres. Entre batteurs, ils connaissaient l’importance d’un bon outil de travail. Puis, elle se dirigea vers l’entrée pour humains de l’enclos.

Prêt à entrer?

Léandre ne connaissant pas cet enclos, Rain résista à la tentation de se changer de nouveau en léopard. Il fallait qu'elle le guide.

J’ai failli oublier… Simple précaution.

Elle tendit à Léandre une cagoule ignifugée. Rain disposait déjà de la sienne dans la poche de son perfecto en cuir de dragon (100% éthique et responsable, évidemment).  Elle sourit à son cousin, batte sur l’épaule et le laissa passer devant.  Il leur suffisait de suivre les éclats de voix. La nuit commençait à tomber, et ils se pensaient seuls, tout permis.

Rain se dirigeait sans l’aide lumineuse de sa baguette. Elle connaissait les sentiers par coeur, tout comme chaque centimètres carrés de cette réserve. Niveau connaissance du terrain, les braconniers n’avaient aucune chance. Rain tomba en arrêt. Elle pouvait sentir dans l’air l’odeur du sang de dragon. Cette odeur caractéristique de distillerie et de fer. Reprimant un haut le coeur, elle pressa le pas.

Tu sens, ça? Ils sont en train de les saigner.

Ils finirent par arriver en vue des braconniers. De ce que Rain pouvait voir, seul un dragon était visé. Un des deux mâles. Il avait une blessure sous l’aile, dans son angle mort. Le sang coulait à flots et le dragon maintenu au sol, tentait de se débattre. Ils l’avaient saucissoné. Et en plus ces tanches, en plus de pas êtres foutus de réussir un stupefix, ils ne savaient pas placer un seau de manière efficace. Il y avait autant de sang hors du seau que dedans…

Bon, ça suffit.

Rain dégaina sa baguette, et pour s’echaufffer balança un petit tête-en-bulle sur le premier qui passait à sa portée. Il était un peu en retrait, celui là, loin des copains. Rain le regarda se débattre misérablement, contente de son coup.



Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Ven 9 Mar - 11:13
Le regard de l’Auror avait glissé le long de ce pelage qu’il jalousait. Enviait profondément. Cherchant, sans doute, à en déceler les secrets par le biais de cette fourrure qui lui semblait infiniment plus soyeuse que toutes les autres. Infiniment plus parfaite et performante que tous les épidermes sorciers du monde. Étouffant soigneusement l’indicible frustration qu’il ressentait, aussi bien en présence de Rain que de Siobhan et Ariane, pour ne pas en teinter davantage ses pensées et sa perception.

Il aurait juste tellement souhaité être semblable à ses cousines. Il expira, lentement et précautionneusement, alors que sa parente reprenait forme humaine. L’expression affectée qui se cristallisa sur les traits de celle-ci le poussa à clore le chapitre de ses convoitises. J’en doute. Brièvement, Léandre baissa le regard vers le sol. Sa tentative d’humour – ou de dédramatisation –  tombait évidemment à plat. Conséquence logique d’une situation somme toute cruelle à l’encontre de ces créatures qui ne cramaient pas forcément tous les postérieurs à leur portée. J’ai élevés ces dragons-là à la main.

L’Auror acquiesça, tout en relevant son visage vers sa cousine. Ce sont des Panses de Fer. Ah. Ça expliquait d’autant plus la peine qu’il distinguait chez Rain. Ce qui vaut le plus cher chez eux, c’est le cuir et leurs foies. Nouvel hochement de tête, plus grave cette fois-ci. La contrebande ne faisait jamais dans le délicat et dans le durable. Surtout pas avec les créatures magiques. Malheureusement pour elles.

Des battes de quidditch se matérialisèrent sous l’impulsion magique de son interlocutrice. « Oh, parfait ça. » Un sourire vint égayer temporairement les traits de Léandre tandis qu’il se saisissait de celle tendue par Rain avec sa main libre. Ne rechignant pas à considérer l’outil sous toutes les coutures pendant qu’ils rejoignaient l’entrée. Prêt à entrer ? « Sans l’ombre d’une hésitation. » J’ai failli oublier. Simple précaution. Oh. Une cagoule. « C’est vraiment bien pour toi et tes dragons que je suis prêt à me décoiffer. » Il n’osa pas en rire ostensiblement : la situation ne s’y prêtait pas. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de ponctuer ses mots d’un soupçon d’amusement.

Ce n’était pas tous les jours que Léandre Rosier enfilait une cagoule, tout de même !

Une fois soigneusement équipé, il ouvrit la marche vers les voix des tortionnaires du jour. Moins assuré que ne pouvait l’être sa parente, toutefois : il n’en connaissait pas le terrain aussi précisément. Et la faible luminosité l’obligeait à se concentrer assez sérieusement pour ne pas se montrer indiscret ou se méprendre sur le chemin. Au final, il avait beau être devant, c’était surtout elle qui le guidait. Un instant, d’ailleurs, elle s’immobilisa. Il tourna la tête pour l’observer, un brin décontenancé. Tu sens, ça ? Ils sont en train de les saigner.

Le sorcier fronça les sourcils, dirigeant son regard – et son nez – dans la direction supposée des braconniers. Ça ne sentait pas particulièrement bon, mais de là à discerner du sang … Il avait un peu de mal à distinguer autant les choses lui qui retenait tout. Il ne chercha toutefois pas à remettre en question les paroles énoncées : après tout, si Rain le disait … C’est que c’était vrai.

Ils se rapprochèrent suffisamment pour que les silhouettes soient perceptibles. Celles des individus mais également des dragons. Léandre pinça les lèvres, se sentant étrangement mal à l’aise. Il n’était pas spécialement confortable avec les créatures magiques, et ce, même s’il avait toujours été en faveur de leur protection. Il éprouvait toujours ce soupçon de peur mêlé d’admiration. Et là … Tout ce sang … D’ordinaire, ce n’était pas quelque chose qui l’indisposait, au contraire même. Seulement, tout ce que le carmin versé de ses semblables provoquait d’excitation chez lui … Le rendait plutôt nauséeux pour les animaux. Étrangement.

Bon, ça suffit. Un premier sortilège fusa de la baguette de sa cousine. Bien pensé comme sanction. Il esquissa un sourire et pointa sa propre férule vers l’un des braconniers au centre de l’action. « Tarentallegra. Voyons comment ils dansent. » Et c’était, à bien des égards, une manière assez moqueuse de débuter les hostilités. Mais ridiculiser ses ennemis avait toujours ce petit goût exquis au creux de la langue. « Tu veux encore un sortilège ou nous fonçons joyeusement dans le tas sauver tes petits ? »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Lun 12 Mar - 22:01

Devant l’air contri de Léandre, Rain comprit qu'il plaisantait pour les postérieurs cramés. Depuis son retour de Finlande, elle avait un peu de mal avec le second degré. Sans compter qu'elle en avait toujours eu quand il s’agissait des dragons. Alors pour sa deuxième plaisanterie à propos de la cagoule, Rain affichait un large sourire. Léandre et sa fixette sur ses cheveux…

Parfois, Rain se demandait ce qui la retenait de créer un immense portique sur la plage pour y pendre les braconniers qu’elle attrapait par les parties génitales, et de les mettre à la vue de tous, comme une sublime brochette d’anathèmes. La perspective de se retrouver à Azkaban? Le fait qu'à cause d’elle quelqu'un était devenu grabataire? Elle ne voulait pas de cette réputation de mafieuse, et pourtant, elle se disait que ce serait certainement une des seules choses qui pourraient dissuader les braconniers de venir jouer les funambules sur les grillages entre les enclos. Ce qui la retenait vraiment, c’était les dragons et Charlie. Si elle n’était plus là, les dragons seraient sans doute répartis dans plusieurs élevages ou bien ils seraient abattus sans que l’on cherche à comprendre… Et elle n’imaginait pas que son ex ou son frère vienne la voir en prison pour lui apporter des marrons suisses. Même avec toute la bonne volonté du monde, aucune connaissance de Rain dans la justice magique ne pourrait couvrir un tel acte.

Son regard se posa sur le celui qui dansait. Il se tortillait comme un coléoptère se débattant pour retirer l'épingle qui le maintenait sur une planche de collection. Elle sourit en se délectant de la scène. Au bout d'un moment, assez long pour que le braconnier victime de son tête en bulle ait cessé de bouger depuis au moins deux minutes, Rain relâcha son emprise. Il ne pourrait plus faire de mal à qui que ce soit. Avec un peu de malchance, il avait été privé trop longtemps d’oxygène et il aurait quelques dégâts irréversibles. En tous cas, à présent, Mr Courgette n’irai pas bien loin. Le feu dans le regard de la finlandaise tranchait avec la douceur enjouée de sa voix.

«Non, c’est bon… Ces beautés ne sont pas là pour faire de la figuration, cousin adoré.»

Si le sort de Rain lui avait permis de commettre son méfait dans un silence relatif, celui de Léandre avait fini par attirer l'attention de ses petits camarades de braconnage. La main gauche de la finlandaise se resserra sur le manche de sa batte alors qu'elle les regardait porter secours à la charmante danseuse étoile.

De toute façon, on va avoir de la compagnie.

Les braconniers commençaient à regarder autour d’eux pour voir d’où venait le ou les assaillants. Rain entraîna Léandre derrière un rideau d’arbres pendant qu'ils cherchaient du regard d'où les sortilèges pouvaient bien venir. Au travers des branches, elle pouvait les voir tourner comme des poulets sans tête. Pathétique. S'ils allaient se les faire à la batte de quidditch, autant les laisser venir à eux…


On va les attendre. Si on attaque et qu’on se rate, j’ai pas envie d’expliquer à ta future femme pourquoi t’es à St Mangouste…

D’ailleurs, ils approchaient. Rain arma sa batte, un immense sourire sadique accroché aux lèvres. Elle attendit la toute dernière seconde pour décrocher son coup. Venez là mes salopes…


Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mar 13 Mar - 13:52
Son sortilège avait été une réussite. Narquoise. Fallacieuse. Faisant virevolter de gauche à droite la pauvre victime de cette moquerie magique bien en déca de ce qu’il méritait. Sans grande discrétion, cependant : les autres âmes en présence commencèrent à prendre conscience que quelque chose ne tournait pas rond. Entre celui qui manquait d’oxygène et l’autre qui dansait à n’en plus pouvoir s’arrêter, difficile de nier l’intervention d’une force extérieure.

Agrémenté d’un petit sourire en coin – qu’ils étaient drôles ces braconniers à réagir de la sorte – Léandre considéra la scène avec beaucoup de satisfaction. Ridiculiser pour mieux disperser. Pour mieux contrôler. La tactique était amusante. Prompte à lui permettre de se défouler. Oubliant, au passage, tous les tracas de ces derniers mois dans une mission qu’il savait suffisamment justifiée pour se lâcher.

Offrir à la bête de ses songes, tempétueuse et exténuée, un exutoire suffisant. Violent. Bestial. Cathartique.

Entre les doigts de l’Auror, la férule s’était faite extatique. Presque brûlante d’excitation anticipée. Il avait besoin de rendre justice, même sommairement, pour apaiser un peu de la tension qui courait encore douloureusement dans ses muscles. Titillait son esprit. Mordillait sa conscience. Il pinça les lèvres, poussé par la concentration qui succédait naturellement au rire dans cette situation tendue, pour contenir un peu de la véhémence qui grondait en sa chair. Non, c’est bon- Ah ! Ces beautés ne sont pas là pour faire de la figuration, cousin adoré.

Malgré le sérieux qui lui revenait, Léandre ne parvint pas à s’empêcher de sourire à cette remarque. Peu en importe les accents amers de cette esquisse égayée. Après tout, ils agissaient un peu comme des prédateurs. Ils jouaient, distrayaient même, leurs proies avant de venir les en saisir à la gorge. « C’était amusant, note. » Quelques mots soufflés dans le crépuscule et l’agitation grandissante des lieux. De toute façon, on va avoir de la compagnie. Il acquiesça et s’efforça de la suivre au mieux.

L’Auror profita de leur déplacement pour glisser sa baguette dans un ourlet de sa longue veste, prévu à cet effet. Lui permettant, ainsi, de saisir la batte avec ses deux mains. Une étincelle enjouée, et probablement un peu dérangeante, au creux de son regard. On va les attendre. En un geste muet, il fit claquer sa langue contre son palais. Sa parente avait raison et ce, en dépit qu’il rêvait de fracasser son arme du moment sans attendre davantage. Question de tactique. De sécurité, aussi, surtout. Si on attaque et qu’on se rate, j’ai pas envie d’expliquer à ta future femme pourquoi t’es à Sainte-Mangouste. « J’avoue. »

Et en face, ils approchaient. Du coin de l’œil, Léandre vit sa cousine se mettre en position. Elle attendait le bon moment, n’est-ce pas ? N’est-ce pas. Il leva sa propre batte, doigts serrés dessus en une nervosité visible. Le premier coup fila. Pas de sa part. Mais de celle de Rain. Il inspira vivement, alors, profitant de la surprise des assaillants pour se lancer contre le deuxième de toute sa masse. De tout son poids. Lui assénant, au passage, un coup aux sonorités fracturées contre ce poignet droit détestable. « Elle serait capable de me briser les genoux une deuxième fois si je termine à Sainte-Mangouste ! » L’Auror esquiva que partiellement le poing gauche qui percuta ensuite son oreille. Retenant un grognement, il poursuivit sa mêlée. « Elle est terrible, je te jure ! Mais je l’aime ! »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mar 20 Mar - 11:04
Rain profita des dernières secondes pour enfiler sa cagoule ingnifugée, puis elle arma sa batte de manière à pouvoir placer son coup au niveau du plexus solaire de son futur adversaire. Son mouvement giratoire bien calculé surpris complètement son opposant. Il recula, laissant la place d’avancer à Rain, permettant ainsi à son cousin de frapper à son tour. Elle prit plus de plaisir dans le langage universel du dur contact du bois avec la chair que dans celui ésotérique des sortilèges de combat. Elle éliminait mieux la frustration en se servant de sa batte. Cette frustration émotionnelle grandissante au point où elle en devenait presque physique, comme une démangeaison impossible à atteindre peu importe comment on se contorsionne pour se gratter.

A l’évocation des genoux tout cassés de Léandre, Rain ne pu retenir un large sourire. Son cousin adoré et ses genoux à présent factices. Adra et elle se connaissaient mal et leurs caractères opposés ne les encourageaient pas à se rapprocher. Rien que sur le nombre de mots prononcés dans une journée, la différence entre les deux femmes était de taille: entre les envolées lyriques mirobolantes d’Adra et le silence observé presque religieusement par la finlandaise… mais on ne choisissait pas d’aimer ceux que l’on aime. Rain les enviait tous les deux.

J’ose t’avouer que c'est plus par rapport à ce qui pourrait m’arriver si jamais tu allais à l’hôpital par ma faute.

Un diffindo frôla la joue de la dragonologiste, lui causant une coupure superficielle sur le haut de la pommette. Alors ça… elle ne le laisserai pas passer. D’un coup de batte rageur, elle le désarma, faisant voler sa baguette magique à plusieurs mètres de son propriétaire. Son coup suivant, fût ascendant, percutant l’homme sous le menton. Elle ne lui laissa pas le temps de cracher le sang qu'il avait dans la bouche.

Ça crève les yeux que tu l’aimes. J’espère trouver quelqu'un comme ça, un de ces jours…

Elle était assez concentrée sur l’instant pour ne pas se laisser envahir par Charlie Weasley. Vittu...Même en plein combat Léandre finissait par la faire tourner mièvre. Elle l’était déjà un peu en temps normal… quand votre compositeur préféré n’est autre que Puccini, quoi de plus naturel qu’une saine dose de mièvrerie romantique.
Son adversaire ne semblait pas du tout apprécier que les deux cousins trouvent encore le temps de tailler le bout de gras sur leurs vies amoureuses. Il chargea la jeune femme avec la ferme intention de la plaquer au sol.



Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mar 1 Mai - 17:28
-Ce qui pourrait m’arriver si jamais tu allais à l’hôpital par ma faute. Ah. Malgré l’urgence de la situation, il haussa un sourcil. Partagé entre l’amusement – parce que c’était une éventualité franchement comique d’imaginer une confrontation entre la gracile Adrasteia et la puissante Rain – et la consternation. Pour des raisons assez similaires.

Un nouveau coup frôla son visage, le poussant à s’extraire un peu de ses pensées pour ne pas s’en trouver trop faillible. « Pour être … » Entre ses doigts la batte s’anima d’une excitation difficilement contenue. Profitant de la véhémence de son opposant pour le frapper à revers et en tirer un éclat satisfait aussi bien dans la voix que le regard. « … Franc, je ne pense pas que tu risques grand-chose. » Distraitement, il adressa un sourire à sa cousine. « Laisse-moi croire que t’es plus tenace qu’elle dans le registre péter des rotules. » Clairement décontenancé par la perspective évoquée.

Son début de rire s’étouffa même dans sa bouche quand il réceptionna une énième fois le poing de l’homme contre son ventre. Hmpfh. « … Enfin. A voir. »

Léandre expira et leva son genou en un mouvement aussi vif que brutal contre l’entrejambe de l’individu. « J’adore Casse-Noisette, pas toi ? » Souffle mesquin assez rapidement balayé par les derniers mots de Rain. Ça crève les yeux. Par la barbe de Merlin, c’était bien tout le problème de sa situation. J’espère trouver quelqu’un comme ça. « Ça viendra… Attention ! »

Encore en pleine mêlée avec son adversaire, l’Auror ne parvint pas à se dégager davantage pour prévenir sa comparse. Pourtant, ce n’était pas faute d’asséner les coups de batte les uns après les autres pour essayer de s'en détacher. Ah. L'idée était là. « Je ne vise pas aussi bien que toi, esquive ! » Il lança ladite batte dans la direction de l'opposant de sa cousine. « … Et je te souhaite que ta moitié soit moins chiante que la mienne ! »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mer 30 Mai - 23:49
La réaction de Leandre la fit sourire. Elle évita de justesse un coup de poing. L'homme venait de tenter de lui casser le nez. Rain lui lança un maléfice du cuisant. Quel connard. La finlandaise ignorait les qualités étaient présentes ou brillaient par leur absence chez la future femme de son cousin… le connaissant, il n’aurait pas été surprenant qu'il choisisse une femme qui puisse montrer le même enthousiasme que lui pour les piñatas humaines.

On sait jamais, hein! Elle pourrait bien te surprendre, un jour.

Rain était bien la preuve qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Petit gabarit, une petite bouille adorable… personne ne se douterait, juste en la regardant qu'elle pouvait gérer des dragons, qu'elle avait été une batteur redoutable au quidditch et qu'elle avait formé ses successeurs pour n'être rien d'autre que la terreur des poursuiveurs adverses durant sa dernière année à Poudlard.

Mon chéri, si je pouvais...

Elle donna un coup de batte dans le ventre d'un braconnier. Il réussi néanmoins à l’atteindre en plein visage, lui faisant cracher une bonne dose de sang. Elle s'était cruellement mordu l'intérieur de la joue. Et en prime elle aurait un bel hématome demain. Salima allait adorer. La nordique l’entendait déjà lui faire son discours sur la nécessité d’aller à StMangouste… avec un peu de chance, Charlie serait d’accord avec la jeune femme. De frustration, Rain répliqua en cognant de toutes ses forces dans la mâchoire du malotru.

être payée pour casser des genoux, je serai heureuse.

Son côté mafieuse, qui décidemment aimait bien trop se manifester ces derniers temps. La nordique manqua sa cible à la mention de «Casse-Noisette». Avec Rain, la musique classique n'était jamais bien loin et visiblement, il se trouvait que c'était contagieux. Pauvre Léandre, lui qui était si fier de sa culture 100% sorcière… alors, elle se mit à le taquiner un peu.

Mon ballet préféré! Je ne savais pas que tu aimais les musiciens russes moldus.

Elle prit quelques secondes pour rire à gorge déployée en voyant son cousin exploser les testicules d'un braconnier. C'était beau et glorieux. Rain songea à investir dans de la pensine pour revoir encore et encore ce magnifique souvenir.

Son cousin l'avertit de son intention et, ni une ni deux, elle se transforma en léopard quelques secondes pour laisser à l’auror toute la place nécessaire pour réussir son tir.
Quand elle reprit forme humaine, le braconnier qui l’attaquait, peinait à se relever après s'être prit la batte de Léandre en pleine tête. Définitivement hors jeu?

Avant mes 80 ans, ça serait bien…

C'est pas comme si elle sortait tous les soirs, toute pomponnée au Scottish Inn dans l’intention de se trouver un mec. Rain ne voulait pas se retrouver avec un mec qui ne comprenait pas que ses dragons passeraient toujours en premier, que ses articles et recherches lui prenaient du temps, sans compter le temps passé au violoncelle. La  finlandaise s'était juré que le «bon» serait dragonologiste. Et qu'il devrait avoir la même éthique qu'elle sur leur travail. C'était pas gagné.

Bouge pas!

Un incendio parfaitement maîtrisé passa à une quinzaine de centimètres de l'épaule de l’Auror, il visait le braconnier qui se tenait derrière Léandre. Celui-là même dont l'ancien Serpentard venait de se désintéresser pour l’aider.


Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Ven 10 Aoû - 15:31
HRP:
 

On sait jamais, hein ! Ses lèvres se plissèrent de ce sourire coutumier. Presque perpétuel si l’on exceptait les expressions de douleurs imposées par la mêlée. Presque narquois par rapport à ce rire qu’il retenait soigneusement au fond de sa gorge. Elle pourrait bien te surprendre, un jour.  « Dieu que c’est vrai ! » La remarque lui avait échappé. Prévisible, sans doute : il était le premier à aimer radoter sur Adrasteia.

Plus par amusement que par véhémence. Il la chérissait un peu trop pour juste s’en gausser d’une supériorité toute supposée. Parce qu’il ne doutait pas une seconde, finalement, qu’il pourrait être stupéfait par d’ombrageuses actions de la nymphe. Ne l’avait-il pas été, déjà ? Au moins une fois. Une fois de trop. Une fois de folie. A cette pensée volatile, quoi que régulière dans son marasme latent, son sourire se tordit.

Un peu maladroitement, à cause de toutes ces pensées enchevêtrées, il esquiva le coup suivant de son adversaire. Mon chéri, si je pouvais- Le combat devenait périlleux en ce qu’il était de plus en plus tactile et poussé par l’énergie amenuisée. -Être payée pour casser des genoux, je serai heureuse. Le temps que sa cousine s’esquiva de la trajectoire, il enchaîna avec l’un de ses poings pour maintenir l’autre.

Comme à la bonne vieille époque de Poudlard. Lorsqu’il se dispensait joyeusement de sa baguette pour laisser libre champ à la rage adolescente qui caractérisait ses revanches de l’époque. Le Léandre-aristocrate-aux-mains-sales. Striées de plaies soignées ou fraiches. Cabossées d’hématomes trop nombreux pour la dignité de son sang. Ce côté bagarreur, un peu fonce dedans malgré l’adversité, l’avait toujours rapproché de Gryffondor quelque part.

Le Choixpeau lui avait même fait la remarque. Sibylline. Amusée. C’était une perspective dans laquelle il se serait également épanoui, sans aucun doute possible. Mon ballet préféré ! Je ne savais pas que tu aimais les musiciens russes moldus. Il pesta. Plus exactement, il tenta de pester après une énième attaque de son opposant. Toujours au niveau du ventre. Foutu sorcier de- Par exaspération, il lui asséna un coup de tête contre le visage suffisamment violent pour l’étourdir. Du moins, c’est ce qu’il croyait.

Seulement, alors, il parvint à se concentrer et à viser le braconnier plus loin et … L’assommer. Sacré coup de chance. D’un geste irrité, Léandre s’essuya son propre nez en sang. Il avait probablement un peu forcé sur la chose. « Écoute. Je veux bien leur céder une chose, une seule. » Il cracha sur le sol, évacuant un peu du sang et de l’exaspération qui lui restait. « C’est qu’ils sont plutôt bons musiciens. »

Avant mes 80 ans, ça serait bien. « Oh, j’suis certain que tu trouveras avant. Puis, au pire, hé. Il existe des potions pour se rajeunir. Les mecs n’y verr- » Bouge pas ! Instinctivement, il s’immobilisa. Lui permettant de suivre le sortilège lancé par sa cousine, celui-là même qui vint rôtir un peu leur dernier opposant. « Je savais que tu aimais les diners aux chandelles. » D’un mouvement affirmé, bien que légèrement éreinté désormais, il frappa de son pied les jambes de l’homme. Après tout ce qu’ils avaient déployé de force et de magie, ce dernier s’effondra dans le sol sans trop de difficulté. « Aguamenti ! » Sans le laisser complètement brûler, évidemment. « Ils étaient pas doux ceux-là. Mais qu’est-ce que ça fait du bien, sérieusement. J’ai l’impression d’avoir quinze ans de nouveau. » Un instant, il marqua une pause, un sourire victorieux imprégné avec satisfaction sur le visage. « Bon. J’imagine. Va falloir les serrer un peu, t’as les cordes ? Puis on ramène cette sale gangrène au bureau. »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Dim 12 Aoû - 16:25

Rien que de dire ça, ça devait lui faire mal. Et Rain en bonne cousine un peu sadique qu’elle était ne pu s’empêcher de rire aux éclats. Bien sûr que les moldus étaient bons musiciens! La langage de la musique était bien la seule chose d’universelle sur cette terre. quelque chose que tous les humains portaient en eux au plus profond de leurs gènes, qu’ils aient du sang magique ou non.


Excellents musiciens!

Rain s’était approchée de ses dragons chéris. Elle avait précautionneusement arrêté le saignement du dragons que les braconniers avaient eu le temps de saigner. Son pauvre bébé d’amour frémissait au contact de sa main sur ses écailles. Elle rinca la plaie d’un Aguamenti dont elle cassait le jet en se servant de sa main. D’un coup de baguette Rain invoqua sa crème cicatrisante pour dragons et en tartina la plaie à présent propre du dragon.


Est ce vraiment un dîner sans chandelles?


La dragonologiste se faisait bien trop souvent livrer des plats à emporter dans les petits restaurants du centre ville. la cuisine et elle, on ne pouvait pas dire qu’elles faisaient bon ménage. Elle se contentait de manger devant la télé, tagada qui rodait autour d’elle, son petit museau en alerte pour réclamer sa part. Elle appréciait d’autant plus les dîners cuisinés “maison”, quand elle le pouvait, surtout qu’ils étaient rares.

La finlandaise vérifiait les autres dragons. Ils avaient été immobilisés et muselés pour éviter un jet de flamme mérité. Ils n’étaient pas blessés mais un peu énervés d’être bidous contre le sol, comme des dragounets punis par leurs mamans. Si la situation n’était pas aussi grave, elle s’en amuserait un peu.


M’en parle pas!

ça pour les rajeunir un peu… Pour la première fois de la semaine, la finlandaise se sentait d’attaque pour absolument tout. La sensation de fatigue dans ses membres ne se manifestait pas encore pleinement. Toutes les hormones du combat bouillonnaient dans ses veines, son coeur avait du mal à revenir à un rythme normal, mais putain que c’était bon. Elle dormirait bien ce soir. Et peut être si elle avait de la chance, d’un sommeil dénué de toute trace de rêve. Une nuit qui passerait en un éclair, et qui la laisserait pourtant véritablement reposée.

Rain donna un coup de pied dans le seau qui contenait le sang de dragon, comme ça, personne ne pourrait l’avoir. En plus, le sang s’oxydait vite et perdait de ses vertues. Un gâchis total du début à la fin. Ce qu’elle pouvait détester ces sales raclures de chiottes.

J’ai les cordes, et même des menottes si tu veux.

Sous sa cagoule, Rain affichait un large sourire que son ton enjôleur et le rire dans sa voix rendait perceptible. Elle fit apparaître tout le nécessaire pour maîtriser tout ce beau monde et les attacha comme on ficelle des veaux pas vraiment coopératifs.

Yep. J’veux pas voir ces saloperies trainer sur mon île une seconde de plus.

Cette fois ci, le dégoût s’empara de sa voix. plus question d’un ton léger ou joyeux. Non. Juste du dégoût et de la rage. Cette bande de crétins malfaisants allait se prendre une plainte carabinée dans la gueule, ça allait chier des briques par lot de vingt quatre.

Rain trouva quand même le moyen de se radoucir un peu envers Léandre.

Désolée, Cousin… On dirait bien que je te cause pas mal de paperasse ce soir.




Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2287 Points : 124
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Ariane (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Lun 13 Aoû - 17:00
Excellents musiciens. Il avait – encore ! – roulé des yeux pour exprimer son mécontentement. C’était déjà bien assez difficile de le reconnaître alors qu’il ne portait pas spécialement dans son cœur les moldus. Mais ne pas apprécier quelque chose ne le rendait pas aveugle pour autant : il avait parfaitement conscience, probablement trop, de ce qu’ils étaient capables de faire. Si la musique savait apaiser les mœurs et le distraire agréablement, en dépit de son origine, elle restait toutefois un pan inoffensif de la culture de ceux qui avaient autrefois tenté d’éradiquer la magie.

Il craignait bien davantage la technologie. Tentative trop réussite de compenser la magie en réalisant des … Objets ? Des choses plutôt, car il n’était pas certain que tous soient des objets tels que supposés. Il s’effrayait de cette composante nouvelle de la société moldue, la percevant comme une menace. A juste titre, sans doute. Plus encore lorsqu’elle cherchait, toujours par tâtonnements, à s’associer à la magie. Union contre-nature par excellence.

Danger indubitable.

« Ouais, excellents musiciens. » Malgré l’agacement qui luisait au creux de ses yeux, il entérina la chose d’un acquiescement hardi. Peut-être qu’elle le ressortirait plus tard. Peut-être que ça l’amusait. Techniquement, ça devrait l’égayer aussi. Ce n’était que de la foutue musique après tout. Pas un débat politique. Il se prenait vraiment trop le crâne depuis qu’il avait intégré le Sacre.

Du coin de l’œil, tout en continuant d’essuyer d’un revers de manche le flux carminé qui s’échappait de son nez, Léandre observa les mouvements de sa cousine. Elle rejoignait ses dragons. Ses petits. Il n’osa pas bouger. A la fois fasciné et effrayé par ce qu’il voyait plus loin. Face à la manière très délicate dont elle s’en occupait. Est-ce vraiment un dîner sans chandelles ?

Silence.

L’orgueil auparavant titillé s’estompa doucement. Aussi loin qu’il s’en souvenait, les dragons avaient toujours été captivants. Imposants dans leur présence et leur magnétisme unique. Il expira un peu difficilement, subjugué. Craintif, néanmoins : même avec la proximité de Rain, il préférait restait vigilant et à distance. Les créatures magiques étaient merveilleuses à ses yeux. Mais elles restaient des créatures sauvages et assoiffées de liberté. Il n’avait pas à s’imposer. M’en parle pas ! Il s’efforça d’afficher un sourire. Même infime. Même léger. Un sourire compréhensif alors qu’il n’appréhendait clairement pas toute la situation. Qu’il n’était pas maître en ce territoire.

Toujours muet, il observa sa cousine mener la fronde contre le seau. J’ai les cordes, et même des menottes si tu veux. L’éclat un brin licencieux qu’il devina chez elle lui redonna un peu de cette expression fière et narquoise qui lui appartenait habituellement. « Tu sais que j’adore ça, passer les menottes. Y’a rien de plus excitant que de faire glisser le métal contre la chair et d’entendre le petit claquement du verrouillage. » Une fois ces quelques mots joyeusement balancés, il vint l’aider à saucissonner leurs opposants. Tirant une certaine satisfaction de ces cordes serrées et des nœuds précieusement apposés. J’veux pas voir ces saloperies trainer sur mon île une seconde de plus. « Tu m’étonnes. » Il avait répondu du tac-au-tac. Très naturellement. Trop ? Désolée- Il haussa une épaule, guère touché par la chose. L’adrénaline courait encore dans ses veines mais elle tendait à s’amenuiser doucement. On dirait bien que je te cause pas mal de paperasse ce soir. « T’inquiètes pas. Je préfère être là quand … Des trucs pareils arrivent. Bon. Même si mes supérieurs vont râler pour la forme. Tu m’aides ? » D’un Accio pressé, il appela son balai qu’il réceptionna d’une main sûre. « Transport comme du bétail ou voie plus conventionnelle ? » Plus sûre que ne l’étaient ses vêtements et son visage tâchés de sang.

Mais le sang excitait Adrasteia, n’est-ce pas ? Enfin. Il avait besoin de ça, surtout, pour faire prévaloir de la violence qu’ils avaient déployé devant les contrebandiers auprès de ses chefs.


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 177 Points : 97
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | Mer 15 Aoû - 15:56

Rain chouchoutait ses dragons. Elle était presque cajoleuse dans ses soins, leur donnant des petits noms affectueux en finnois, dans de léger murmures presque inaudibles entre deux caresses et grattouilles sur le museau. La douceur avait une grande place dans son travail, en premier lieu parce qu'elle les aimait, ces mastodontes de feu et qu'elle n'imaginait pas faire les choses autrement... Mais aussi parce que les dragons étaient des créatures méfiantes et qui pouvaient décider de vous carboniser sur place en une fraction de seconde au moindre geste brusque.

Pas étonnant que tant de sorciers en aient peur. Cependant, quand on savait les prendre par les sentiments, ils devenaient immédiatement moins impressionnants. Et pour peu qu'ils vous aiment bien et vous autorisent à entrer, rien qu'un peu dans leur monde, tout devenait possible, ou presque. Elle ne se serait jamais risquée à les dresser ou à monter dessus, du moins, pas avec cette génération qui avait du mal à voir l'humain comme un allier.

Si voir Leandre Clarence Rosier se débattre avec ses convictions sur la supériorité des sorciers sur les moldus, sauf quand il s’agissait de musique était une délicatesse dont Rain ne se lassait jamais, elle savait qu'il était grand temps de refermer la parenthèse et de ne pas l'inviter à aller voir Turandot avec elle le mois prochain à Covent Garden. Deux heures au milieu de Moldus à écouter une œuvre Moldue jouée par des Moldus... ça serait de la cruauté envers son pauvre cousin chéri.

Elle comprenait pourquoi il les rejetait, vraiment. Elle savait que la peur des chasses aux sorcières étaient bien présente dans de nombreuses familles de sang pur, même chez les Kvelgen. Et c'était cette peur, absurde qui l'avait menée à couper les ponts avec ses parents.

J'ai pas besoin des détails sur ta vie sexuelle... Du moins, pas maintenant...

Là, elle se moquait ouvertement. Il fallait dire qu'il le cherchait un peu. Elle devait admettre que l'utilisation des menottes qu'elle faisait se limitait à suspendre des braconniers par les poignets à une branche, et ce dans une position inconfortable. Son côté léopard, ça, suspendre ses proies.

Je préfère que tu sois là aussi. J'ai pas trop envie d'exposer le petit et Weasley à tout ça. Ils en ont vu assez.

Ils avaient eu leur compte avec Poudlard. Jonne, s'il avait été là aurait argumenté que Rain aussi, avait eu son lot de batailles contre les braconniers et qu'il était plus que temps qu'elle confie la tâche ingrate de botter leurs culs à des gens payés pour ça. Cependant, c'était une affaire que la Kvelgen entendait garder en famille. Elle s'occuperait de décaniller ces saloperies elle même jusqu'à ce qu'elle n'en soit plus physiquement capable

Et je sais à quel point tu aimes ça.

Ah... les transporter... Oui... Ils devaient s'occuper de ça.

Si ça tenait qu'à moi...

Ils seraient balancés à la mer, en kit. Elle marqua une longue pause pour que cette phrase ne sorte jamais de sa bouche.

on les transporterai comme du bétail, mais j'imagine que ça fera désordre si on les ramène comme ça à ton bureau.

Vraiment désordre d'avoir deux personnes, un auror et une petite nana arriver avec quatre prisonniers ficelés comme des veaux dans l'épreuve du lasso dans les rodéos moldus américains ... (écoutez, quand il se fait tard pour la veillée des œufs et que vous n'avez vraiment rien d'autre à regarder à la télévision... )

On les transplanne ou on les transporte en bâteau jusqu'à Atlantis et on demande du renfort en arrivant au port?

Elle retira enfin sa cagoule. Elle avait salement prit dans la bataille. La commissure gauche de ses lèvres avait triplé de volume, elle saignait pas mal de la joue, là ou un diffindo l'avait touchée. Et en plus elle aurait un sacré coquard le lendemain. Ses côtes commençaient à lui faire mal. Au moins ils auront l'air crédibles en rapportant ces sacs à merde chez les Aurors.


Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Show me how deep is your love [Léandre Rosier] | 
Show me how deep is your love [Léandre Rosier]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ➰ how deep is your love (Gigi)
» Yeah, you show me good loving make it alright need a little sweetness in my life (elya)
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Retro Taco Show.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: