Be Prepared | RP ouvert à tous

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2243 Points : 87
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mer 14 Fév - 8:27
AVANT PROPOS HRP (à lire):
 


Le 11 octobre 2000, au soir


Maintenant que ses invités s’étaient installés autour du cercle de tables rassemblés, dans un large coin du Scottish Inn, il pouvait entamer sa manœuvre du jour. Il pouvait leur annoncer ce pourquoi il bataillait fermement depuis des mois et qu’il avait été dans l’obligation de repousser un nombre incalculable de fois.

A cause des mésaventures d’Adrasteia, évidemment, mais aussi par faute de temps face aux missions qui avaient été assignées à sa profession. Et c’était sans compter, amèrement, sur sa débâcle intime et secrète de septembre. N’avait-il pas géré des cadavres imprévus et détestables pour en préserver l’enfant à venir ?

Pour en protéger celle que la proclamation bienheureuse allait lier davantage à son existence ?

Léandre se leva en un mouvement impatient. Ses gestes, vifs et empressés, trahissant une nervosité évidente. Attendue, quelque part, compte tenu des enjeux impliqués. Un dernier lissage de sa cape de sorcier – pourpre et agrémentée du blason de sa lignée –  du bout des doigts et il écarta ses deux mains pour se donner une posture plus sereine.

Soigneusement travaillée. « Merci à tous. Sincèrement. Je suis ravi que vous soyez présents à mes côtés aujourd’hui. » Il dédia un rapide regard à sa famille, installée de part et d’autre de sa position, puis à ses alliés. « J’ai une grande annonce à vous faire et j’espère que nous pourrons la fêter dignement. »

Son attention se porta vers les barmans, non sans un sourire équivoque. En accord avec eux, les Rosier avaient décidé de ne pas privatiser le lieu ; de sorte à ce que tout le monde puisse entendre la bonne nouvelle et la disperser, de bouche à oreille, à travers Atlantis. Un petit coup de publicité, en somme, pour rétablir convenablement l’ordre des choses.

« Vous n’êtes pas sans connaître mon entente avec mademoiselle Adrasteia Raventhrone. Et bien, sachez qu’après de plus amples échanges avec elle… » Il récupéra son verre et le leva vers l’assemblée et les quelques curieux qui s’étaient effectivement tournés dans sa direction. « … Je suis fier de vous annoncer que nous sommes fiancés et que nous nous marierons pour Noël. »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Eden M. Ivyavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053Messages : 347 Points : 86
Pseudo : Marie la pas jolie.
Avatar : Candice Accola
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Southampton / Atlantis
Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mer 14 Fév - 16:51
Be prepared

feat. Léandre Rosier



Eden ne savait pas vraiment où se placer. Elle avait terminé le cours d'Adrasteia, dont la potion avait été réussie avec brillot comme toujours et cette dernière l'avait invité à rester pendant la soirée qui allait avoir lieu. Alors bien-sûr, Eden n'avait pas refusé. Parce que la descendante des Ivy ne refuse jamais.

Mais maintenant, dans ce bar, elle était entourée de personnes aux noms inconnus. Les bars eux, lui étaient familiés. Les personnes qui s'y trouvaient ne faisaient souvent l'affaire que d'une soirée. Mais là c'était tout autre. Le descendant des Rosier était là, au milieu. Il était le soleil tandis que les autres sang-pur étaient Jupiter, Neptune, Saturne...Eden n'était qu'une lointaine étoile.

L'annonce ne surprena pas vraiment la jeune femme. Elle savait qu'Adrasteia était enceinte. Elle ne pensait pas que les tourtereaux annonçaient leur avènement pour cela mais la coïncidence en ferait parler plus d'un. Malgré tout, la sang-mêlé s'arma d'un grand sourire et prit part aux applaudissements de la foule. Eden attendit patiemment que Léandre soit libéré de l'oppressante foule qui s'acheminait autour de lui. Le bourbon était vraiment pas mal. Eden ne pouvait contrer le fait que les moldus avaient de délicieux alcools. D'ailleurs, ils étaient bien forts pour la plupart. Une fois que le sang-pur eut l'air...libéré, Eden s'approcha doucement de lui.

- Léandre... Le temps passe n'est-ce pas ? Nous étions à Poudlard il y a de cela quelques jours, j'en ai du moins l'impression. Je ne peux que te féliciter pour tes fiançailles. Puis-je te payer un verre ?

Partant vers le bar avec lui, elle commanda deux whiskys-pur-feu, n'étant pas certaine que le descendant des Rosier appréciait les alcools moldus.

-Ta fiancée est surprenante. A tous égards. Tu es chanceux crois-moi. Elle n'a aucune limite de raisonnement. Vos enfants auront de qui tenir si je peux me permettre...


made by guerlain for bazzart



Jonathan Rowleavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-esMessages : 696 Points : 46
Pseudo : Flow
Avatar : David Tennant
Crédits : signature : Freesia (bazzart) avatar : white rabbit
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Un python royal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Jeu 15 Fév - 20:28

Be Prepared
RP libre
J’avais reçu l’invitation avec une bonne dose d’émotion, il fallait bien l’avouer. Sur le papier grammé, j’avais contemplé de longs instants les deux noms délicatement calligraphiés. Léandre Clarence Rosier. Celui qui avait été mon élève, mon protégé, que j’avais vu évoluer en tant qu’Auror mais aussi en tant qu’homme. Adrasteia Nerium Raventhrone. Celle que j’avais rencontré dans des circonstances bien trop sombres, avec qui j’avais vécu des épreuves desquelles bien peu peuvent se vanter d’avoir survécu pour en raconter l’histoire. Deux personnages bien singuliers, qui s’étaient pourtant, par des circonstances hasardeuses mais peut-être prédestinées, trouvés. J’avais vu l’amour dans les yeux de la slave, même la première fois qu’elle avait mentionné le nom de son futur mari, à des milliers de kilomètres d’Atlantis, et je trouvais ça particulièrement touchant de me dire que, malgré la guerre, malgré ce que le monde sorcier avait vécu et la plaie géante que Voldemort avait laissée ouverte, la vie continuait. Bientôt un enfant naitrait de leur union, un petit être innocent qui n’aurait même pas conscience des sacrifices qu’on dût endurer ses ainés pour qu’il vienne au monde. C’était pour ça que nous nous étions battus : pour la promesse de la possibilité de mener une vie normale.

J’avais songé à emmener Annie avec moi, mais le cadre, un pub dans le centre-ville, ainsi que l’absence probable d’enfant de son âge, m’avait fait renoncer à cette idée. Elle s’y serait trop ennuyée. J’avais également beaucoup hésité avant de me rendre, moi-même, à cette petite sauterie : je n’avais plus vraiment l’habitude d’évoluer dans un contexte social, et l’idée de me retrouver entouré de Sang Purs, qui avaient connus ma famille et sa… contribution durant le règne du Seigneur des Ténèbres, ne m’enchantait guère. Mais j’avais fais un effort, pour le couple. Je les féliciterai le plus chaleureusement possible, je ferai tout pour qu’ils comprennent qu’ils avaient mon soutien le plus entier, et je rentrerai chez moi, en priant pour que je n’ai pas de flashs, ou pire, de crises, durant cette sortie mondaine.

J’avais revêtu un costume, identique à ceux que je portais tous les jours pour aller enseigner : je n’en possédais pas d’autres de toute façon, et ma situation financière ne me permettait pas de me procurer un de ces habits luxueux que les autres Sang Purs porteraient vraisemblablement durant cette soirée. Si ma mère était encore en vie, elle se retournait probablement dans sa tombe, en voyant comment je me présentais au nom des Rowle. Et oui mère. Je suis peut-être pauvre, mais j’ai encore l’intégrité de me dire que j’ai suivi mes convictions, me dis-je en nouant ma cravate dans le miroir.

Déposant un ultime baiser sur le crâne de ma nièce et la laissant aux bon soins de la babysitter, je me dirigeais vers le Scottish Inn à pied, habitant non loin de là. Je m’installais un peu à l’écart, discret, comme à mon habitude. Lorsque vint l’heure du toast et de l’annonce, j'imitai les quelques mains qui se joignirent pour applaudir l’événement, avant de m’approcher du couple : mon plan était de les serrer dans mes bras, de leur souffler à quel point ils étaient rayonnants tous les deux, puis de les quitter en prétextant mon vieil âge et ma nièce à la maison. Mais une jeune femme blonde accapara Léandre dès que celui-ci eu quelques instants à lui, et je décidais donc de me glisser aux côtés d’Adrasteia. Visiblement, la jeune femme ne m’avait pas vu, et ce n’était pas vraiment étonnant, vu que je m’étais fais des plus discret : je lui pressais donc doucement l’épaule pour attirer son attention.

« -Félicitations, Adrasteia. Et je me permet d'ajouter que vous êtes particulièrement en beauté, ce soir.

J’avais un sourire totalement sincère plaqué sur le visage : doux, tout sauf exubérant, mais c’était parfaitement normal quand on connaissait ma nature sévère. J’hésitais de la conduite à adopter après ces salutations d’usage, je ne voulais pas accaparer la reine de la soirée, mais je ne voulais pas non plus passer pour un rustre. Je cachais mon trouble passager en prenant une gorgée de mon verre, ne quittant pas mon expression de contentement.

-Vous allez faire une mariée magnifique, ma chère, continuais-je sur ma lancée. Et un mariage de Noël… le moment sera véritablement spécial, j’en suis sûr.»

Mes phrases semblaient probablement un peu bateaux, et elles l’étaient tout à fait, mais je n’étais pas un grand mondain, et j’aurai pris bien plus de plaisir à discuter avec la jeune femme sans cette foule autour de nous. Je tirais sur mon col de cravate, tout à coup extrêmement conscient du nombre important de personnes présentes dans la petite salle, en ayant l’impression que chacune d’entre elles me fixaient.


there's no peace in quiet
Just footsteps on the stairs, Whispers in the silence Remind me you're not there.
Aldabella Prendergastavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-darMessages : 195 Points : 30
Pseudo : Shany-ny
Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
Crédits : Me baby
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
Patronus: Lion
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Sam 17 Fév - 20:18
L

éandre Rosier. Fauteur de trouble à Poudlard, auror prodigieux, ami fidèle. Depuis le collège, des années s’étaient écoulées et les vies avaient changées. À son départ pour Durmstrang, Aldabella n’avait jamais cessé de correspondre avec son ancien protégé et, depuis son arrivée à Atlantis, c’était sur des bases plus régulières qu’ils partageaient un café, avec Siobhan, au sein de leur manoir. Cependant, jamais encore il ne l’avait invitée à une véritable réunion publique. Ainsi, lorsqu’elle avait reçu l’invitation, elle avait été prise de court ; les rassemblements officiels, elle n’y connaissait plus grand chose.

Ainsi, pour avoir un allié au sein de cette foule qui lui mettait la pression, elle avait invité Charlie. Sur un coup de tête, bien évidemment. Car, lorsqu’elle était angoissée, Aldabella ne réfléchissait pas. Depuis la Bataille, elle savait bien que son nom n’évoquait plus les mêmes préjugés qu’autrefois, mais elle n’était pas dupe ; si les né-moldus et les sang-mêlés lui accordaient désormais leur confiance, les sang-purs conservateurs, quant à eux, n’étaient que plus réticents face à la jeune femme. Qu’est-ce qu’elle était ? Qu’elle était son rang, son camp ? Personne n’en était certain. Même pas elle.

Pour atteindre les conventions sociales du groupe qu’elle s’apprêtait à affronter, elle vida sa garde-robe toute entière à la recherche de la tenue idéale. Ni trop sobre, ni trop voyante. Ainsi, elle opta pour une robe de velour noir au col carré, dont l’extrémité des manches étaient agrémentée d’une touche simple de dentelle. Et, pour compléter le tout, elle enfila à son cou le collier de l’UkRa que lui avait offert son grand-père, lors de son trentième anniversaire. Doré et parsemé de diamants, le bijou aux allures prestigieuses donnaient à Aldabella des allures de femme de haut-rang. Peut-être, si les circonstances avaient été différentes, aurait-elle vécue dans une telle abondance au quotidien ? Ce fut sa dernière pensée avant de transplaner vers le pub.

Elle n’entra pas tout de suite. Malgré l’air frisquet qui se faufilait à travers son châle, elle préférait attendre Charlie dehors. Lorsqu’il se présenta enfin, Aldabella sentit un noeud se former au creux de son ventre. Tout de suite, elle regretta l’invitation. La mort dans l’âme, elle leva les yeux vers lui : « Écoutes, Charlie. Je vais pas te mentir. Je suis… très différente, entourée de ces gens-là. Je ne sais même pas pourquoi je t’ai proposé de m’accompagner, parce que tu risques de me prendre pour une belle hypocrite. Mais… je sais pas. J’avais peur, de me montrer là, toute seule. Et, c’est idiot, mais l’idée que tu sois là me rassurait. Alors… me juges pas trop, d’accord ? Je t’expliquerai. »

Et, alors, elle chassa toute inquiétude de son visage et l’exila en son coeur. Lorsqu’elle passa l’embrasure de la porte, elle cessa d’être Aldabella. Elle redevint Prendergast.

L’annonce des fiançailles n’était pas une surprise en soi. Évidemment, la jeune femme avait remarqué l’engouement de Léandre pour Adrasteia, mais l’annonce lui fit tout de même un petit choc. Le voilà, son petit protégé, à se fiancer avant elle. Par Merlin, ce qu’elle était vieille ! « Félicitations, Léandre ! Je suis vraiment ravie pour vous deux. lui fit-elle doucement. J’espère que je serai invitée au mariage ! Cela dit, il vous faudra me garder une place à l’avant, avec les personnes âgées. Je me fais vieille, mes yeux ne sont plus ce qu’ils étaient ! » Et, après un petit rire, balaya la salle du regard. Au milieu des invités, elle reconnu le visage familier de sa collègue Eden, et de son jadis compagnon de bataille. La pression tomba un peu. Puis, elle s’adressa à la fiancée. « Félicitations, très chère. Je ne vous connais que très peu, mais j’ai la certitude que vous ferez une épouse idéale pour ce cher Léandre. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour vous témoigner mon amour pour vos collections. Si mon grand-père a une préférence marquée pour les styles classiques de la compagnie, je dois avouer que vos nouvelles pièces me plaisent toutes particulièrement ! » Avec un sourire, elle posa les yeux sur le ventre d’Adrasteia, avant de les replonger dans les siens. « Vraiment, félicitations pour vos nouveaux précieux. Vous avez de quoi être fière. »




Lavender's Blue
Dilly Dilly ❀When I'll be Queen, dilly dilly, you'll be my king ; Who told me so, dilly dilly, who told me so ? ; It was my own heart, dilly dilly, that told me so.

Charlie L. Weissavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domineMessages : 101 Points : 22
Pseudo : Kvelgen
Avatar : Ben Robson
Crédits : /
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Dim 18 Fév - 14:26

Et il avait suivi les instructions de La belle, s'étant habillé pour l'occasion. Les chemises en flanelle étaient restées au placard pour cette fois, et c'est dans un costume taillé sur mesure qu'il s'était présenté au bar, l'incertitude quant à la teneur de la soirée le tiraillant tout au long du trajet. Il aurait paru limpide au plus vil intellect qu'il s'agissait d'un rassemblement important, certainement de sang-purs ou de haut-placés d'Atlantis, mais malgré cela le doute planait. Ça ne faisait pas de sens pour lui. Mais il n'était qu'un petit né moldu après tout, issu d'un milieu modeste qui plus est, et bien des choses échappaient à sa compréhension. Mais en vrai, qui s'habillait de manière aussi classe pour aller... au pub ? Comme pour contrer ses lacunes à certains niveaux rien n'avait été laissé au hasard, pas même sa coiffure, structurée en un catogan sur lequel il avait passé une demie heure afin que tout soit parfait, avec une petite mèche tombante - mais non moins travaillée en coulisse - qui mettait en exergue une sobre décontraction et une certaine classe au milieu d'une apparence toute aussi contrôlée mais bien plus carrée. Pour conclure, une canne à pommeau d'argent et de bois noir laqué suivait le mouvement de sa jambe, étreinte dans une senestre elle-même ceinte d'une chevalière d'argent à l'ancienneté certaine, rendue parfaitement imparfaite dans les rare traces d'oxydation que possédait le métal précieux. Car si tout en lui était factice ce soir, de sa canne en passant par le costume qui, par chance, lui était allé à la perfection, sa chevalière elle était des plus réelle, et sa valeur tant matérielle que sentimentale était inestimable. Il s'agissait un peu du seul trésor, du seul héritage physique de sa famille, transmis il y avait des années par son oncle qui l'avait lui-même obtenu de son père, et de son père avant lui. L'unique trésor des Weiss.

Comme prévu, il arriva à l'heure et comme prévu, son coeur s'était mis à cogner avec ardeur au fond de sa poitrine lorsque il avait posé les yeux sur l'élégante sang-mêlée et que ses pas le menèrent à elle. Il lui avait semblé, même, que ces derniers s'étaient accélérés eux aussi à l'idée de la rejoindre, et que ce changement qui lui paraissait être perceptible au plus haut point n'avait pas échappé à Aldabella, qui devait déjà penser il-ne-savait-quoi sur lui. Pendant un court instant toute la joie qu'éprouvait le sorcier à la revoir s'était volatilisée, seule subsistait l'angoisse d'être jugé. L'angoisse d'en faire trop, tant dans son habillement que dans la manière dont il se comportait et se comporterait avec elle. D'en faire trop et de l'étouffer. Sa présence s'était révélée agréable dès les premiers instants de leur rencontre, aussi était-il enthousiaste et des plus heureux de passer du temps avec elle - quand bien même cela signifiait qu'il devrait socialiser avec tout un tas de personne qu'il ne connaissait pas -, et il ne savait pas trop comment il devait agir. Devait-il lui témoigner de l'intérêt, ou bien rester un peu en retrait et n'agir que comme un invité au sein d'un groupe d'amis ? Car c'est bien de ça qu'il s'agissait au fond. Tant de questions qui resteraient sans réponse.

Le suisse se para d'un élégant sourire, des plus sincère, puis il salua la jeune femme. « Écoutes, Charlie. Je vais pas te mentir. Je suis… très différente, entourée de ces gens-là. Je ne sais même pas pourquoi je t’ai proposé de m’accompagner, parce que tu risques de me prendre pour une belle hypocrite. Mais… je sais pas. J’avais peur, de me montrer là, toute seule. Et, c’est idiot, mais l’idée que tu sois là me rassurait. Alors… me juges pas trop, d’accord ? Je t’expliquerai. » et il afficha un sourire plus compréhensif, posant doucement sa main sur l'avant-bras d'Aldabella. « Ce n'est pas idiot. J'ai compris qu'il s'agissait d'un rassemblement de gens plutôt aisés, même si j'ai eu et ai encore quelques doutes à cause du lieu, alors ne t'en fais pas. Je comprends bien qu'il y a tout un tas de protocoles à suivre, l'étiquette, tout ça ; j'espère ne pas te faire honte d'ailleurs. Et puis... c'est plutôt eux que l'on devrait plaindre, et pas toi qui devrait te sentir honteuse. C'est vrai, c'est eux qui ne verront pas la véritable Aldabella. il sourit de nouveau, retirant sa main pour venir la poser par-dessus celle qui tenait la canne, naturellement J'attends malgré tout tes explications avec hâte, tu as éveillée ma curiosité. Mais ça attendra. On ferait mieux d'entrer, je ne veux pas que tu prennes froid. » et il prit les devants pour lui ouvrir la porte du pub, puis il entra.

Il entra, et il remercia la présence de la jolie brune car il savait qu'il allait au devant de discussions éprouvante pour sa psyché d'introverti. Au moins aurait-il, tout comme elle, un repère rassurant à ses côtés. Une source d'oxygène, et pas n'importe laquelle. Mais il chassa ces pensées de son esprit et se concentra ; puisque elle jouerait un rôle, puisque il le fallait, alors il en jouerait un aussi, et il espérait être à la hauteur pour ne pas faire honte à son amie. Charlie la suivit d'ailleurs en silence, d'ores et déjà dans son rôle d'aristocrate qui, il fallait le dire, lui seyait plutôt bien. Personne n'aurait pu se douter qu'il portait ce costume pour la toute première fois ; car s'il se sentait comme engoncé dans un apparat inconfortable, étranglé par une cravate suffocante, l'extérieur reflétait tout ce qu'il n'était pas - une riche sorcier calme, à l'aise et qui respirait la confiance en lui. Le suisse garda le silence jusqu'à ce que son amie ne le présente - ou non -, paré d'un simple sourire de confort feint aussi bien qu'il le pouvait. Ce n'était encore que le début de la soirée, aussi était-il capable de jouer son rôle, mais nul doute que la situation viendrait rapidement à bout de sa patience et de son humeur, quand bien même il faisait tout cela pour celle qui depuis le premier jour avait su faire naitre chez lui une myriade d'émotions positives à chaque fois qu'ils s'étaient vus. Il y avait des choses contre lesquelles il était difficile d'aller.
Aillas Flintavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1206-presentation-d-aillas-flintMessages : 639 Points : 35
Pseudo : Ama
Avatar : Ricky Whittle
Crédits : Me
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Léopard
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mer 21 Fév - 5:29
Aujourd'hui était un grand jour. Le chargé de communication allait revoir l'un de ses proches amis à Poudlard. Le lieu de réception le laissait perplexe, un vulgaire pub écossais et le pire restait à venir mais, il l'ignorait encore.

Même si cette île était une ode à la mixité, il décida de revêtir une tenue de soirée sorcière, typique de sa Namibie. Poussant la lourde porte, son regard se posa sur les présents et il comprit rapidement que Léandre n'avait pas privatisé ce pub. Cachant sa surprise, non son dégoût, il se rapprocha du cercle des invités et salua d'un signe de tête l'auror.

Léandre finit par prendre la parole pour annoncer ses fiançailles avec Adrasteia Raventhrone. Son regard sombre se posa sur la promise et il l'avait déjà vu. Cette jeune femme ne lui avait guère fait une bonne impression. Son visage resta impassible mais, il ne comprenait pas sa décision. Il était libre d'épouser celle qu'il voulait alors pourquoi, son choix s'était-il porté sur elle ? Elle était enceinte et il savait que son ami ne fuirait pas ses responsabilités.

Peut-être qu'il se trompait sur elle et que sa première impression avait été faussée par les circonstances de leur rencontre ? Son amitié pour l'ancien serpentard l'inciterait à lui donner une seconde chance. Comme d'habitude, il prendrait sur lui et cacherait ses sentiments.

Un serveur passa à côté de lui et il prit un whisky pur feu. Ne pouvant guère s'approcher, il leva simplement son verre pour les féliciter. Les futurs époux étaient entourés et il avait l'impression de voir des ciseburines attirés par des objets magiques.

Il but une gorgée de ce breuvage ambré au moment où il sentit une main se poser sur son bras. Un parfum de fleurs sauvages et il sut avant même de baisser les yeux qu'il allait revoir sa flamme à papotte. Un petit sourire amusé sur ses lèvres, il dit simplement :

-  Bonjour Mary Elisabeth, comment vas-tu ?

La dernière fois qu'il l'avait vue, ils avaient partagé une nuit passionnée et même un petit déjeuner. Avec sa spontanéité habituelle, elle se mit sur la pointe des pieds, pour déposer un baiser sur sa joue, avant de prendre son verre et de le porter à ses lèvres. Ce geste, pourtant, innocent montrait, à quel point, ils étaient intimes.

- Bonjour Aillas, bien et toi . J'aime le destin qui nous met à nouveau en présence. Tu es ami avec les futurs époux ?

Sans gêne, elle finit de boire son verre. Son regard malicieux le jaugeait, attendant, certainement qu'il lui lance une pique. Il leva les yeux au ciel et rétorqua d'un ton amusé :

- Toujours aussi assoiffée ! Léandre est un ami d'enfance. Mais, comme tu le sais, j'ai vécu en Namibie pendant quelques années alors je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer sa fiancée. Un pieux mensonge, il fallait l'avouer.  Il fit une légère pause avant de se pencher vers elle et de lui murmurer à l'oreille : - Tu me dois une tournée ?

Posant sa main sur le torse de l'ancien diplomate, elle répondit dans un souffle :

- Oh, tu me le présentes quand ? Que je puisse découvrir certains de tes secrets. Sa promise est magnifique et rayonnante. Un mariage le jour de Noël, c'est si romantique ! Elle a de la chance ! Soit, j'accède à ta demande ! Mais, n'en profite pas pour t'enfuir, je n'en ai pas fini avec toi.

La sauvageonne  s'éloigna pour aller chercher des verres au bar. Aillas la suivit des yeux et son regard sombre caressa la chute de ses reins. Il s'exclama : - Pas de risque, je profite de la vue !  Présenter Mary à Léandre était une mauvaise  idée. Et à quel titre la présenter ? Un coup d'un soir voir de plusieurs, c'était pas génial à une soirée de fiançailles. De toute façon, il fallait mieux qu'il s'en charge car elle ne retenait jamais ses paroles. Elle était si naturelle qu'elle en était divertissante. Mais, elle risquait de faire des bourdes.


Léandre Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-Messages : 2243 Points : 87
Pseudo : Bruleciel
Avatar : Gaspard Freak Ulliel
Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mer 21 Fév - 7:07
HRP : Je me permets de répondre parce que c'est top vos réponses et que je suis toute contente ! N'hésitez pas à venir squatter le topic si vous en avez envie et que vous ne l'avez pas encore fait !  Coeur


Les uns et les autres s’étaient exprimés après son annonce. En des sourires, des applaudissements ou des expressions plus confuses. Tous ne s’y attendaient pas forcément. Tous n’avaient pas envisagé Raventhrone. Pas même certains des siens, en vérité, lorsque la nécessité de la présenter s’était faite écrasante.

Le verre de Léandre resta encore dressé quelques instants vers l’assemblée. Puis il le porta à ses lèvres pour en goûter la saveur. La victoire. Au moins en apparence. Son regard glissa brièvement vers Adrasteia pour en mesurer l’affect et la teneur. Tout semblait sous contrôle. Puis vers Siobhan et Ariane qui se tenaient non loin derrière. Même si le monde était à la fête, l’Auror préférait se montrer prudent et précautionneux.

Ils étaient des cibles, après tout. Un tel rassemblement de l’aristocratie en un lieu non privatisé … L’équation était risquée. Il le savait. Mais il devait faire montre d’ouverture pour que son appartenance au Sacre ne soit pas sujette à mauvaise déduction. Préférer et supporter la magie ne devait pas forcément impliquer de l’extrémisme. Et ce, bien qu’il détesta secrètement les moldus et toute la technologie qui s’y associait ordinairement.

Tout n’était que jeu d’apparat, au final.

Son verre entamé, il s’écarta de son cercle proche pour serrer quelques mains ici et là. Léandre… Le temps passe, n’est-ce pas ? Immédiatement, son regard se porta vers Eden. Autour d’eux, les gens semblaient plus se presser pour saluer Adrasteia que lui-même et il avait bien un peu de temps à lui accorder. Nous étions à Poudlard il y a de cela quelques jours, j’en ai du moins l’impression. Je ne peux que te féliciter pour tes fiançailles. Il acquiesça, ravi.  Puis-je te payer un verre ? Ah ! « Évidemment, prenons un bon verre ! Nous sommes ici pour fêter, après tout. Même si mon office est franchement tardif par rapport à d’autres aristocrates. Mieux vaut tard que jamais, cela dit. »

Il se mit à la suivre, avant d’être brièvement interpellé par – oh ! – Aldabella. Félicitations, Léandre ! Je suis vraiment ravie pour vous deux. « Merci Alda, sincèrement. Ça me fait très plaisir de te voir ! Tu es accompagnée ? » Son regard glissa vers l’inconnu à la canne. « Enchanté ! » J’espère que je serai invitée au mariage ! Cela dit, il vous faudra me garder une place à l’avant, avec les personnes âgées. Je me fais vieille, mes yeux ne sont plus ce qu’ils étaient. « N’exagère pas, beauté, tu sais encore choisir un bel homme. La preuve. » Il fit un mouvement du nez vers l’accompagnateur de son amie. « Mais compte sur moi pour t’installer à côté de Siobhan au mariage, vous pourrez vous moquer de mon costume. » Il lui adressa un clin d’œil puis se dépêcha de récupérer le mouvement d’Eden.

Une fois arrivé au bar avec l’ancienne préfète de Serdaigle, il prit le temps d’observer les différentes personnes avant de s’autoriser un moment de détente. Ta fiancée est surprenante. A tous égards. Tu es chanceux crois-moi. Elle n’a aucune limite de raisonnement. Vos enfants auront de qui tenir si je peux me permettre. Il esquissa un petit rire du bout des lèvres. « Ah, merci ! Mais prions qu’ils tiennent de moi. Si c’est d’elle, ce seront des dragons plus qu’autre chose. Elle est impétueuse notre future dame Rosier. » Avant de se reprendre : Adrasteia ne manquerait pas de la foudroyer si jamais elle supputait ne serait-ce qu’une petite moquerie à son encontre. Même de loin. « Mais je les aime comme ça, terribles et indomptables. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer entre les missions… Tu viendras au mariage, d’ailleurs ? Nous aurons des petits fours merveilleux. »

Plus loin, justement, Léandre remarqua son ami Aillas. Il leva la main vers lui et la jeune femme qui l’accompagnait. « Tiens, Eden, s’ils nous rejoignent, j’aimerai bien te présenter Aillas. »


But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1236 Points : 68
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mar 27 Fév - 1:39
DÉSOLÉE POUR L'ATTENTE Supplice ... j'voulais finir mon avatar / gif pour ce rp mais walla Supplice tant pis ce sera pour le prochain post ! Merci à vous pour tout ces beaux rps Supplice trop douux

I've survived through rainstorms, sandstorms,
Burning for the heat, the fire,the sparks, the love to keep me alive. One way track, to heard and to forgive. Pick me up off of the desert, feed me water, walk me through the hills. Wait until the sun shines upon us, as we cross the haunted hills. I've fought the war, now it's time to go home.1 548 mots
Be prepared

S
es lèvres s’étaient doucement étirées d’une fierté notable, admirant silencieusement le dernier fils qui venait enfin à revendiquer la sollicitude des siens. Un soupire s’était finalement échappé d’entre ses lèvres, par soulagement sans doute, de le constater plus souverain que despotique. Parce qu’il fallait avouer, qu’elle avait beau flécher l’échine de remords incontestables, qu’il n’en n’était pas moins angoissant de subir les angoisses perpétuelles d’un ultimatum l’empêchant de se réjouir d’un avenir qui lui avait semblé autant nébuleux qu’oscillant. Mais surtout, parce que la Fauve répondait d’une assurance bien plus conditionnelle qu’elle n’osait s’avouer.

Et qu’il la rendait si agitée, soucieuse, à se laisser supplanter par une nervosité flagrante. N’était-il pas inquiétant de le constater appréhensif, lui le Rosier qui savait se montrer si stoïque devant les cataclysmes qu’elle ne cessait pas d’empiler au cours des derniers mois ?

Soulagée, qu’elle se sentait enfin, d’avoir l’impression qu’une énorme partie du poids qu’elle portait sur ses épaules s’était volatilisée tout aussi prestement que l’Auror s’était aisément adressé à ses comparses, levant son verre pour en clore sa proclamation. « … Je suis fier de vous annoncer que nous sommes fiancés et que nous nous marierons pour Noël. »

Lénifiée, d’une part et d’autre sous les applaudissements qu’avaient incité l’annonce officialisant leur union prochaine, mais d’autant plus par la prestance du dernier fils, ses lèvres s’étirant tendrement d’un sourire comblé, honoré… Peut-être bercé de songes élégiaques.

Et elle avait baissé les yeux, profitant quelques secondes de l’agitation qui soulevait l’assemblée, la plupart se levant pour venir offrir leurs félicitations au fiancé, meilleurs vœux à la jeune promise. L’espace d’un instant pour en déplorer l’absence des siens, morts ou vivants. Parce qu’il aurait été si bon, de pouvoir entendre le rire de Laurentius, profitant allègrement des festivités jusqu’aux petites heures du matin. Parce qu’il aurait été si beau, de pouvoir partager sa joie, avec sa mère qu’elle avait évité depuis quelques mois déjà. Les visites devenant bien trop pénibles pour en tolérer les contres-coups de déliriums. Et peut-être, même, aurait-il été réconfortant d’avoir la présence d’un père bienheureux et fier, finalement, de la constater entre si bonnes mains. Elle avait parfaitement appris aux fils des années, que Konstantin ne se manifestait que lorsqu’il pouvait prendre mérites des prouesses de sa fille, cette fois n’aurait pas fait manquement. Il était bien plus qu’évident que Léandre lui aurait plu, non seulement par sa position, mais par les éloges qu’il semblait soulever à son passage, à son charisme.

Et peut-être même, auraient-ils été aptes à progresser suffisamment pour calmer ses mélancolies, qu’elle transportait depuis tant d’années. Qu’elle traînait lourdement encore aujourd’hui, tout comme ce ventre qui l’encombrait de plus en plus chaque jour d’une charge imposante. Non seulement par la pesanteur qui faisait pression sur son dos cambré, mais aussi par les douleurs produites par les changements d’un ventre maintenant difficile à ignorer. Elles n’étaient sans doute pas insupportables, mais bien agressantes lorsqu’accumulées à la fin d’une journée, sans compter qu’elle avait retrouvé les vertiges et essoufflements des premières semaines, et qu’elle aurait sans doute préféré resté au lit pour dormir sept jours durant. Et pourtant, il avait des petites sensations nouvelles, intrigantes… de petits frôlements ici et là, qu’elle pouvait percevoir sans arriver à les affirmer concrètement. Un peu plus chaque jour, venant confirmer ses doutes par une agitation qui venait de l’intérieur, suffisamment pour en alléger son cœur alors qu’elle portait son attention sur une jeune femme qui s’adressait à Léandre, juste au bon moment avant de s’éclipser en compagnie de la belle Eden. La Slave se laissa toutefois surprendre par la main qui s’était posée sur son épaule, frissonnante malgré elle d’une angoisse qui l’avait piqué à vif, ses prunelles délaissant le couple qui s’adressait au Rosier pour en chercher l’interlocuteur.

Bien trop nerveuse, pour bien trop de raison à la fois. Et pourtant, si la Nymphe avait enchaîné nombreuses viscitudes, ce fut la dernière qui avait enclenché certains maux, des frayeurs nouvelles qu’elle n’arrivait pas à déterminer la source à apaiser. Quoi qu’il en fût, la sorcière supportait difficilement les contacts physiques qu’incombait les sorties et rassemblements. Une insécurité sociale instable qui explosait momentanément sous son thorax. « Félicitations, Adrasteia. Et je me permets d'ajouter que vous êtes particulièrement en beauté, ce soir. »

Elle s’était figée, devant l’homme qui lui offrait ses félicitations, un peu troublées à vrai dire de le voir présent à cette seconde. Un peu confuse pour être honnête, de ce chavirement émotionnel qu’il avait dissipé sans même le savoir. « Vous allez faire une mariée magnifique, ma chère. Et un mariage de Noël… le moment sera véritablement spécial, j’en suis sûr.» avait-il continué, avant d’ajuster sa cravate par malaise apparent. Elle avait tordu ses doigts, baissant brusquement la tête pour les observer avec autant d’obstination qu’il n’aurait pas été surprenant d’en attendre la remarque. Et puis c’était elle toute entière, qui se tortillait finalement, n’osant pas lever les yeux pour regarder celui qui avait fait tant pour s’assurer qu’elle en soit ici aujourd’hui. Ses doigts avaient difficilement relâché les tissus pourpres de sa robe avant de se tendre en direction de Jonathan qu’elle emprisonnait de ses bras tandis que ses épaules se secouaient subitement par gros sanglots.

Et la voilà qui se laissait honteusement aller contre le pauvre homme, le serrant sans doute bien trop fort dans son étreinte avant d’en réaliser combien elle devait paraître idiote. D’un rire nerveux, la Slave s’était doucement écartée sans en briser l’accolade, levant finalement les yeux pour en afficher des expressions partagées entre tendresse et joie. Son rire avait doucement résonné, venant contraster ces grosses larmes qui coulaient contre ses joues. Et d’un coup de tête elle avait pointé ce ventre maintenant impossible à dissimuler, même s’il n’en n’était qu’à la moitié de sa course. Par pincement douloureux, au centre du cœur, qu’il venait lui imposer involontairement. Par consolation candide, au cœur de l’âme, qu’il venait alléger ses mélancolies d’une aura paternelle qu’il la délivrait de manière inconsciente. Elle soupira, paupières à demie-closes d’une accalmie qui l’enveloppait avec douceur. « T-toutes mes excuses John… j’ai l’impression que plus la grossesse avance, plus je perds la tête. Consolez-vous, mon assistante a connu pire. Cette semaine, j’étais inconsolable parce que j’étais trop fatiguée pour sortir et que le bébé n’aurait jamais de petites chaussettes… » avait-elle tenté de rattraper, levant timidement ses iris aux couleurs opalescentes pour observer l’ancien Auror. « Je suis… si comblée de pouvoir vous voir ce soir. Vous… je ne veux pas vous rendre mal à l’aise, mais je dois avouer que votre rencontre s’est produites à un instant bien pénible… mais apaisante à la fois, un peu comme si vous arriviez à combler la perte de mon deuxième père. Enfin, je ne veux pas vous embêter avec… j’espère seulement que vous allez pouvoir passer une agréable soirée avec nous. » Avait-elle balbutié à demie-voix, ne délestant toutefois pas sa prise lorsque la jeune femme d’un peu plus tôt s’était adressée à elle. « Félicitations, très chère. Je ne vous connais que très peu, mais j’ai la certitude que vous ferez une épouse idéale pour ce cher Léandre. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour vous témoigner mon amour pour vos collections. Si mon grand-père a une préférence marquée pour les styles classiques de la compagnie, je dois avouer que vos nouvelles pièces me plaisent toutes particulièrement ! Vraiment, félicitations pour vos nouveaux précieux. Vous avez de quoi être fière. »

La Nymphe avait repris sur ses émotions, adressant un grand sourire aux paroles de la sorcière. Un brin flattée par les anecdotes de souvenirs familiaux, un brin amusée par la mention d’un patriarche d’autrefois, aux goûts classiques et vaniteux de l’aristocratie, mais bien plus fière par les compliments de son propre travail. « Merci beaucoup, j’ose espérer que… Léandre a fait l’étalage de mes qualités bien plus que mes défauts. Sans doute, se montre-t-il bien plus clément que je n’aurais cru, sans quoi épouse idéale n’aurait pas eu prédilection sur épouse indomptable ! » avait-elle rétorqué, l’espièglerie venant peindre ses traits alors qu’elle lançait un regard en direction de l’intéressé. Son sourire s’était toutefois assombri, l’espace d’une seconde alors qu’elle avait porté son attention en direction de l’homme qu’avait salué le Rosier, incertaine quant à la mauvaise impression qu’il en émanait, mais qu’elle s’efforça d’en chasser ses songes pour se re concentrer en direction de la brune qui était face à elle. « Oui, je suis pour le moins enthousiaste quant à pouvoir rencontrer les proches de Léandre ce soir. Les derniers mois ont été plus que difficiles et contraignants, ce qui n’a pas facilité les choses quant à pouvoir profiter d’une vie sociable autant pour lui que pour moi. Mais s’il puisse vous faire plaisir, vous n’avez qu’à demander, il me fera plaisir de vous faire visiter les nouvelles installations de l’UkRa à Atlantis. Nous avons sorti quelques pièces, exclusivement, mais d’autres sont à venir. Il nous serait d’autant plus aisé de faire plus amples connaissances et de vous laisser profiter de découvrir les pièces à venir ! Je ne sais pas si vous connaissez Jonathan ? Sans doute ? Qui est votre invité ? Un charmant jeune homme… »
Et le ton était joueur, malicieux, mais certainement sans mauvaise foi.


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Eden M. Ivyavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053Messages : 347 Points : 86
Pseudo : Marie la pas jolie.
Avatar : Candice Accola
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Southampton / Atlantis
Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mar 27 Fév - 21:34
Be Prepared

feat. Eden Ivy & vous ?



Adressant un radieux sourire à son interlocuteur, Eden vit du bout de l'œil la compagne de ce dernier saluer les autres invités. La professeur de potions s'était permise de ne pas aller la voir tout de suite vis-à-vis de ses fiançailles ; elles s'étaient vues il y avait à peine quelques heures et l'ancienne Serdaigle voyait bien que la sang-pur était occupée avec d'autres convives. Définitivement, les pensées d'Eden étaient très longues. Accoudée au bar qui reflétait une bonne qualité de bois, Eden vit apparaître devant ses yeux une de ses collègues qu'elle connaissait depuis qu'elle était entrée à Poudlard. Entre la rouge et or et elle, il y avait toujours eu une sorte de complicité et de respect mutuel. Attendant qu'Aldabella finisse de féliciter l'aristocrate, Eden promena son regard sur l'assemblée : beaucoup de sang-pur bien évidemment. Ce n'est pas comme si les deux familles unies sortaient leur réputation d'un placard.

- Bonjour Aldabella. Comment vas-tu ?
Puis, se tournant vers l'homme dont la descendante des Ivy n'avait pas connaissance, elle continua :

- Ravie de vous rencontrer. Je n'avais pas encore eu le plaisir de vous connaître. Eden Ivy, enchantée.


D'un petit sourire courtois, l'adulte tandis la main à son comparse en signe amical.

Il semblait assez atypique comme homme. À vrai dire, il la faisait penser à un rocker ou à un motard. Sa barbe était dru et Eden trouvait qu'elle avait un certain charme. Mais on ne pouvait pas dire qu'il était vraiment son style. Peu importe, elle n'était pas là pour ça de toute manière. Ce soir, c'était Léandre et Adrasteia qui étaient à l'honneur, et le bout de chou à l'intérieur du ventre de celle-ci.

-Oui, elle m'en a tout l'air. Disons qu'elle a soif de liberté et d'aventures. Pour être honnête, je pense que vous vous apporterez de bonnes choses mutuellement. Elle te donnera un peu de sa...fougue tandis que tu lui offriras, je dirais de la... Sagacité ?


Oui, son travail. S’il y avait quelques années, on aurait dit à Eden que le fils des Rosier finirait auror, elle n'y aurait jamais crû. Si certes, elle ne connaissait pas la famille de Léandre, ni même autres aristocraties, elle devait admettre que l'adolescent rebelle et avide d'heures de colles ne correspondait pas à ce portrait. La seule chose qui persistait déjà à l'époque était la chasse que menait Léandre contre les sang-pur qui prenaient un malin plaisir à rendre la vie indélicate à leurs compagnons nés-moldus.

-Ce sera avec plaisir. Vous avez déjà tout prévû à ce que je vois. Remarque, je peux comprendre que tu ais hâte d'être considéré comme son époux.

A vrai dire, Eden était étonnée de la rapidité des choses qui s'étaient enchaînés en un temps record. Adrasteia était tombée enceinte en été, les fiançailles se déroulaient en automne et nul doute que le mariage officiel prendrait part en hiver. Il ne manquait plus que la naissance au printemps pour conclure une année chargée en émotions pour ce couple. A moins que ce ne soit Eden qui ressente une certaine nostalgie renvoyée à sa propre personne sur le temps qui passe. Oui, c'était fortement possible.

-Aillas ? Oui, très bien.


Suivant son ami à travers la foule, verre à la main, Eden se répétait que définitivement ce nom lui disait quelque chose.


made by guerlain for bazzart



Jonathan Rowleavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-esMessages : 696 Points : 46
Pseudo : Flow
Avatar : David Tennant
Crédits : signature : Freesia (bazzart) avatar : white rabbit
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidences du centre-ville
Patronus: Un python royal
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Mer 28 Fév - 5:24

Be Prepared
RP libre
Dans cette ambiance fastueuse, entouré de Sang Purs habillés de soie et de satin, je me rappelais ces longues réceptions de mon enfance, organisées dans le manoir familial des Rowle, au Pays de Galle. Je n’y avais pas mis les pieds depuis des années, et il était maintenant laissé à l’abandon : il reviendrait à Annie à sa majorité, mais moi-même, je refusais catégoriquement de m’y rendre, ne m’y sentant aucunement légitime. J’avais trahis mon sang, n’est-ce pas ? C’était moi qui avait témoigné contre mes parents, contre ma belle-sœur, contre nombres de mes cousins : c’était moi qui avait donné le coup fatal à bon nombre de personnes de ma famille, également. Qui avait lancé l’Avada sur Thorfinn, mon propre frère. Bien que cette fête de fiançailles restait joyeuse, et que je me doutais que la plupart des proches de Léandre et Adrasteia ne savaient pas mon nom, et encore moins mon rôle durant la guerre, je ne pouvais m’empêcher de croire que chaque regard était rempli de jugement et de rancœur. Comme si des chiens de l’enfer, toujours, aboyaient sur mes traces, me traquant inlassablement et ne me laissant jamais en paix.

Alors, la sollicitude de la slave me toucha profondément. Je me raidis, tout d’abord, alors qu’elle m’étreignait : il était toujours un peu étrange de recevoir un contact physique de quelqu’un d’autre que ma nièce de 8 ans, et je me sentais sans cesse raide, gauche, lorsque quelqu’un témoignait de l’affection à mon égard, comme si je n’en étais pas digne. Mais Adrasteia… Il était vrai que notre rencontre s’était faite dans des circonstances bien peu ordinaires (c’était le cas de le dire), mais des plus grandes épreuves se créent les liens les plus forts. S’il m’avait été impossible de rompre tout contact avec Kingsley, c’était bien à cause de cette guerre que nous avions vécu tous les deux de l’intérieur, de ces morts que nous avions pleuré ensemble et ces blessures que nous avions pansé après de trop sanglants combats. Un mal pour un bien, quelque part.

Je rigolais, avec douceur et sympathie, de ses tracas d’hormones et de grossesse. Je ne m’y connaissais vraiment pas du tout, n’ayant, à mon souvenir en tout cas, jamais côtoyé de femme enceinte avant elle, mais cela faisait maintenant un an que j’étais père (j’avais toujours du mal à y croire, tant le temps passait vite) et si elle savait… ses galères ne faisaient que commencer. Annie était adorable, mais elle m’en faisait, bien souvent, voir de toutes les colères.

« -Ne vous en faites pas, un peu de larmes n’ont jamais fait de mal à personne, que je sache, lui dis-je d’un ton que j’essayais de faire passer pour le plus détendu possible. Et si vous avez besoin d’aide pour quoi que ce soit, n’hésitez pas à m’envoyer un hibou, que ce soit pour aller acheter des chaussettes ou si vous voulez de ma compagnie pour prendre le thé.

Ses mots concernant mon attitude paternelle me touchèrent au cœur. J’avais toujours peur de passer pour un moralisateur, quelqu’un qui donnait beaucoup de conseil sans réussir à suivre ses propres dialectes, alors que bien souvent, j’essayais juste d’aider les autres, sans arrière-pensée derrière la tête. J’avais pas mal vécu, de la joie, comme de la tristesse, et je pensais que mon expérience pouvait se révéler utile pour bon nombre de jeunes gens : savoir que j’avais touché quelqu’un, autant qu’elle m’avait touché, était très important pour moi. Car elle n’en avait probablement conscience, mais voir l’amour dans les yeux d’Adrasteia, sa rage de vivre, sa détermination et son intelligence, m’aidait à me rappeler ce que pouvait nous apporter de vivre. Beaucoup de peine, certes, mais aussi un infinité de moments purs, et forts. Je saisis sa main et la serra doucement, essayant de faire passer, un peu maladroitement, mon attachement.

-Je suis content de vous voir également. Et je vous avoue que l’idée de revoir ce vaurien de Léandre m’enchante également : surtout sans cette coupe de cheveux ridicule qu’il arborait lorsqu’il était un tout jeune Auror.

J’avais prononcé ma phrase, certes, sur un ton moqueur, mais on pouvait ressentir également l’affection que je portais pour mon ancien protégé, qui avait grandi pour devenir un homme et un défenseur de la loi magique digne de ce nom. J’espérais avoir apporté ma pierre à l’édifice par mes enseignements.
Tandis qu’Aldabella empruntait la brune par des compliments tout à fait appropriés, je buvais le verre d’eau que je tenais à la main (je n’étais certes plus Auror, mais je continuais de suivre le précepte des vieux de la vieille en ne touchant pas à une goutte d’alcool). Lorsqu’elle parla de moi, je manquais de m’étouffer dans mon breuvage, tant je n’y étais pas préparé : j’avais définitivement perdu l’habitude des soirées mondaines.

-Oui oui, Aldabella est ma collègue à l’UPA. Les défenses contre les forces du mal sont bien sûr une prérogative pour mes élèves Aurors, ils ont donc la chance de suivre ses enseignements.

Je taisais notre rencontre au sein de l’Ordre du Phénix : ce n’était ni l’heure, ni le lieu, de parler de l’époque révolue de la guerre. J’appréciais beaucoup Mlle Prendergast, qui m’avait pas mal aidé lors de mes premières semaines en tant qu’enseignant, et ce fut avec un véritable sourire que je la saluais. J’en profitais pour serrer la main du jeune homme qui l’accompagnait, que je n’avais jamais vu, avant de me présenter.

-Jonathan Rowle, dis-je d’une voix claire, révélant mon statut de Sang Pur sans toutefois en porter une fierté apparente. Enchanté de faire votre connaissance. »

Au moins, personne ne pourra me reprocher d’avoir oublié la plus élémentaire des politesses.


there's no peace in quiet
Just footsteps on the stairs, Whispers in the silence Remind me you're not there.
Aillas Flintavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1206-presentation-d-aillas-flintMessages : 639 Points : 35
Pseudo : Ama
Avatar : Ricky Whittle
Crédits : Me
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: Léopard
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Jeu 1 Mar - 12:30
Comme il était plaisant de la regarder se mouvoir et réussir avec quelques sourires à dépasser les autres clients agglutinés au bar. Le barman se pencha vers Mary pour prendre sa commande. L'ancien serpentard était rassuré quand il le vit verser une double dose de l'alcool sorcier qu'il affectionnait.

Elle revint vers lui d'une démarche féline, un petit sourire malicieux sur les lèvres. Elle lui tendit son verre au moment où elle dit d'un ton amusé :

- J'ai hésité à te faire découvrir le Craigellachie, un breuvage écossais mais, je me suis dit que tu étais un homme qui ne fallait pas bousculer en changeant ses habitudes. Je ferais ton éducation un autre jour.

Une nouvelle fois, le chargé de communication leva les yeux au ciel. Elle était impossible et en même temps si différente des autres femmes qu'il avait côtoyé, qu'il en était charmé malgré lui. Et jamais, il ne l'avouerait, même à lui même. Il répondit d'un ton amusé en prenant le verre qu'elle lui offrait :

- Petite présomptueuse ! Je t'ai donné des cours la dernière fois alors je comprends ton envie de me rendre la pareille. Leur dernière nuit était bien trop lointaine. Il lui avait appris à prendre son temps, elle était bien trop pressée. Son regard sombre se posa sur le fiancé quand celui-ci lui fit un signe pour qu'ils les rejoignent.

- Ton souhait va être exaucé. Viens et tâche de tenir ta langue.

La main de Mary se posa sur son bras et pour seule réponse, elle lui tira la langue. Ses yeux vert d'eau brillaient de malice et il s'attendait au pire.

Il la guida jusqu'à son ami qui était en compagnie d'une jeune femme dont le visage ne lui était pas inconnu. Même si il était incapable de se rappeler ni de son nom ni où il l'avait rencontré. Peut-être à Poudlard ? Qui sait ?

Arrivé à la hauteur de Léandre, il prit la main de sa cavalière pour faire un baise-main très vieille France et ainsi, lui rendre sa liberté. L'ancien serpentard offrit un large sourire à son ami et il dit simplement avant de lui faire une accolade amicale :

- Bonjour Léandre. Félicitations ! Ta promise est ravissante. Ce compliment était sincère. Adrasteia était vraiment très belle. Puis son attention se reporta sur la jeune femme blonde et il lui tendit la main avant de se présenter :

- Bonjour, Aillas Flint. Je vous présente Mary Elizabeth Cunningham. Elle était impatiente de faire ta connaissance Léandre.

Mary s'approcha du fiancé pour lui serrer la main et en profita pour lui demander d'une voix amusée :

- Quelle est la pire bêtise que ce Grand Gaillard, si mystérieux, a commis à Poudlard ? Je manque à toutes les convenances. Félicitations pour vos fiançailles. Un mariage pendant les fêtes de Noël, c'est si romantique. Elle fit une légère pause avant de poursuivre : - J'ai fait mes classes à Uagadou et je sais pertinemment que parler de son école est déconseillé. Le mystère doit perdurer. Et vous, Mademoiselle ? Connaissez-vous le Kenya ? Si vous n'avez jamais eu l'occasion de vous rendre dans mon magnifique pays, je vous invite à venir visiter la réserve où je travaille en tant que vétérimage.

D'ailleurs, son rendez-vous se faisait attendre. Elle devait rencontrer Alphonsus Welling, le plus grand spécialiste des diricos et le convaincre de rejoindre son équipe à la réserve. Il serait difficile de le faire quitter sa patrie surtout qu'il n'était plus tout jeune et assez casanier selon les informations qu'elle avait obtenues d'autres confrères.


Rain Kvelgenavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1539-rain-kvelgen-your-eyes-tell-mMessages : 169 Points : 92
Pseudo : CookieStorm
Avatar : Emilia Clarke
Crédits : CookieStorm
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre ville
Patronus: Léopard des neiges
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Jeu 1 Mar - 12:59
Quelques jours auparavant, Rain avait reçu une invitation de la part de Léandre Clarence Rosier et de Adrasteia Raventhorne. Elle avait sourit en retournant le carton grammé entre ses doigts fins. Ils en avaient de la chance. Ils s’étaient trouvés et avaient réussi à surmonter toutes les épreuves que la vie leur avait envoyé. Elle les enviait et était sincèrement heureuse pour eux.
Quand elle rentra de la réserve, elle fut surprise de voir qu’un hibou postal l’attendait avec un petit mot : “n'oublie pas que c’est ce soir, au Scottish Inn.” Vu l’heure, elle ne prit pas la peine de répondre. Simplement de caresser un peu l’oiseau qui l’avait attendue.Il semblait qu’elle n’avait plus vraiment le choix: Rain s’installa devant son dressing et commença à y chercher une tenue correcte: rien qui ne soit trop habillé et rien qui ne la fera paraître pour une éternelle dragonologiste: elle pouvait donc dire adieu à ses pantalons de cuir de dragon (récupéré de manière éthique sur des dragons morts de mort naturelle) ses lourdes rangers et ses t-shirts noirs pratiques mais vraiment pas élégants. Elle soupira en extirpant de son dressing des habits qu’elle avait dû acquérir en Finlande quand elle avait été forcée d’abandonner ses dragons pour enseigner le violoncelle et le solfège. Un chemisier en soie d’un gris perle brillant, une jupe crayon qui lui tombait à mi genou, des escarpins noirs vernis à talon vertigineux et une veste de tailleur à la coupe faussement militaire qu’elle porterait ouverte. Et une ceinture dont la boucle fine couverte de faux diamants pour casser le look “employée de banque chiante et déprimée qui carbure au vin blanc dès 10h du matin.” Elle décida pour la même raison, de laisser quelques boutons de son chemisier libres, un de trop, peut-être…

Rain prit une douche assez longue pour éliminer l’odeur de dragon et celle du fauve avec qui elle partageait son corps. Elle élimina la journée de travail sous le contact de l’eau chaude… Si seulement l’eau pouvait aussi éliminer cette petite voix qui polluait ses pensées.

Toute propre et pomponnée Rain sorti de son appartement et marcha jusqu’au bar. Elle entra et se fraya un chemin jusqu’au comptoir et commanda un whisky pur feu qu’elle comptait bien faire durer une bonne heure, le temps de saluer tout le monde, de faire semblant de s’amuser mais surtout de féliciter sincèrement son cousin et sa future femme.

Elle finit par repérer son cousin en compagnie de Jonathan Rowle au milieu de personnes qu’elle ne connaissait pas, et d’un coup, elle sut que venir ici était une bonne idée. Elle pourrait rencontrer des gens et certainement faire de nouvelles connexions en rapport avec la Réserve. Avec la finlandaise, on ne pouvait pas véritablement s’éloigner très longtemps des dragons.

Rain se joignit à eux, un sourire radieux accroché aux lèvres.

”Léandre, Toutes mes félicitations, à vous aussi Adra.”

Elle prit son cousin dans ses bras dans une étreinte fraternelle. Oubliés les jours où elle lui renvoyait des cognars avec autorité quand ils s’affrontaient au quidditch, et la rivalité entre gryffondor et serpentard. Aujourd’hui, ils s’appréciaient pour les adultes qu’ils étaient devenus, le chemin parcouru, sans jugement. Rain se garda d'étreindre la future femme de Léandre, elles se connaissaient somme toute pas assez pour ce genre de familiarités


Elle se tourna vers John, Elle ne l’avait pas revu depuis leur café ensemble mi septembre. sur le coup, elle n’avait pas rattaché le nom de Jonathan Rowle au visage de l’homme que Rain n’avait croisé que très rapidement à l’enterrement de Sirius Black il y avait déjà plusieurs années.

”Jonathan, comment ça va?”

L’histoire de John l’avait touchée, comme toutes celles de ses connaissances ayant pu faire la bataille de Poudlard. Elle était ravie de savoir qu’il était suivi par un psychomage, cependant elle s’inquiétait de ne pas le voir à la réserve pour sa thérapie par les animaux. Il n’était ni le lieu ni l’endroit pour ce genre de conversation. Et surtout ce n’était pas avec elle qu’il devait l’avoir. Elle prit une minuscule gorgée de son verre. Elle comptait bien siroter ce verre lentement. Rain et l’alcool s’étaient un peu perdus de vue entre Turku et Atlantis.


Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Dim 4 Mar - 16:30


"Be Prepared"

Life can only be understood backwards; but it must be lived forwards.  - Søren Kierkegaard




Une invitation de la part de Léandre Rosier, Mazikeen n'avait pu refuser cela. Elle le connaissait depuis quelques temps déjà. Néanmoins, l'invitation ne provenait pas seulement de Léandre mais également d'Adrasteia Raventhrone, une vieille camarade de Serpentard avec qui elle a déjà traîné, à l'époque. Cela dit, l'aristocrate ne savait pas l'objet de cette invitation qui se tenait au Scottish Inn du centre-ville d'Atlantis. Elle y était déjà allée quelques fois bien que ces fois-là sont plutôt rares, surtout durant le rush scolaire. Pourtant, la jeune femme aime bien prendre un coup et il n'est pas rare de la voir prendre une coupe de vin de très bonne qualité mais chez elle seulement.

Après une bonne douche bien chaude, Mazikeen se regardait dans le miroir à savoir quel était l'objet de cette invitation. Quelques minutes passèrent puis elle se mit à se préparer lentement pour l'occasion, un café noir bien fort à la main, comme elle l'aimait. Elle enfila sa nouvelle robe noire et argentée (au niveau des épaules) , achetée cet été à Saint-Pétersbourg, en Russie. Puis, elle mit ses habituels bijoux afin de montrer sa provenance bien que Léandre et Adrasteia le savaient très bien mais qui y aurait-il ? Cela n'importait pas la jeune Sang-Pure. Mazikeen termina donc de se préparer puis enfila des escarpins noirs et argents, eux aussi, avant de bien verrouiller la porte de son appartement. Elle sortit à l'extérieur, étant donné qu'il était impossible de transplaner dans l'immeuble, avant de, effectivement, transplaner vers le Scottish Inn où se déroulait la soirée.

L'aristocrate y entra lentement en poussant la porte après avoir regardé vite fait la façade de bois.Une fois à l'intérieur, elle jeta un oeil vers le bar mais s'y adonnerait sûrement un peu plus tard. Tout d'abord, elle devait se diriger vers l'endroit où étaient Léandre et Adrasteia. Cela ne prit pas plus que quelques secondes pour les trouver où il y avait un petit groupe de personnes. Au moins, Mazikeen était juste à l'heure. Elle se faufila jusqu'à eux, se demandant toujours quel était l'objet de cette soirée mais en approchant, elle ne put que rester surprise. Elle savait pour ce qui était du couple Adrasteia et Léandres, au moins. La jeune femme leur envoya donc la main pour les saluer avant que la voix de l'aristocrate Rosier ne vienne à ses oreilles et à celles des autres pour terminer à : « … Je suis fier de vous annoncer que nous sommes fiancés et que nous nous marierons pour Noël. » Mazikeen applaudit en même temps que les autres mais un certain choc vint engouffrer son esprit, se souvenant de sa vieille attirance envers son aîné, il y a à peine un peu moins que d'un an de cela, avant qu'elle ne se mette à fréquenter Jasper. Même lorsqu'elle avait découvert ce couple cela lui avait fait le même effet. Le temps avançait trop rapidement, faut croire.

Secouant rapidement la tête, Mazikeen entendit le nom de "Rowle", nom de famille dont elle avait entendu à maintes reprises au sein de sa famille, comme celui des autres familles pures notables. Peu importe, la cadette Avery se dirigea vers Léandre discutait avec des gens. Un sourire aux lèvres, la vipère le félicita : « Toutes mes félicitations, Mr. Rosier. » Elle lui fit la bise. « Ainsi qu'à toi, Miss Raventhrone. » Mazikeen s'était tournée vers elle, toujours d'un sourire. Cela faisait une sacrée tarte qu'elle et Adrasteia ne s'étaient pas adressées la parole, probablement depuis Poudlard. « J'ai soif, je vais m'offrir un truc ! » Dit l'aristocrate, un peu pour elle-même, se dirigeant au bar afin de se chercher un verre de cognac au bar.


Code by Sleepy
Charlie L. Weissavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domineMessages : 101 Points : 22
Pseudo : Kvelgen
Avatar : Ben Robson
Crédits : /
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Lun 12 Mar - 1:11
Spoiler:
 

   
Be prepared
Léadra & du monde

   

« Félicitations, Léandre ! Je suis vraiment ravie pour vous deux. » avait articulé l'aristocrate, le suisse à ses côtés « Merci Alda, sincèrement. Ça me fait très plaisir de te voir ! Tu es accompagnée ? » il afficha un sourire courtois « Enchanté ! » et Aldabella le présenta officiellement, ce qui ne lui déplaisait pas bien que d'ordinaire il n'appréciait guère les protocoles « Et moi dont ! Cela faisait bien trop longtemps à mon goût. Mais je manque à tous mes devoirs, je te présente mon ami, Charles Weiss. Charlie, voici Léandre Rosier, un vieil ami de Poudlard et un homme des plus chanceux s'il en est ! » le sorcier n'y connaissait pas grand chose concernant les règles de bienséances et toutes ces choses que faisaient les aristocrates, aussi avait-il seulement seulement sourit poliment, supputant que les poignées de main étaient vue d'une manière trop... populaire. Il avait fixé l'héritier dans les yeux sans aucune provocation, témoignant seulement de son assurance « Tout le plaisir est pour moi, et je ne peux qu'appuyer les propos d'Aldabella, votre fiancée est magnifique, et il émane de sa personne quelque chose d'indiciblement fascinant. Vous semblez avoir trouvé la perle rare mon cher. » puis il inclina de nouveau la tête avec respect et courtoisie et se tut, souriant.

« J’espère que je serai invitée au mariage ! Cela dit, il vous faudra me garder une place à l’avant, avec les personnes âgées. Je me fais vieille, mes yeux ne sont plus ce qu’ils étaient. » il lui coula un regard un brin amusé avant d'être cité par le Rosier, ne pouvant alors retenir un petit rire tout aussi sincère que contrôlé. « N’exagère pas, beauté, tu sais encore choisir un bel homme. La preuve. Mais compte sur moi pour t’installer à côté de Siobhan au mariage, vous pourrez vous moquer de mon costume. » Charlie avait ensuite légèrement tourné la tête vers la jolie brune, curieux de voir sa réaction, et il ne fut pas surpris de la voir un peu gêné car lui-même ne savait pas trop comment réagir, non seulement vis-à-vis de Léandre mais aussi d'elle car au fond ils n'étaient que des amis, hein ? D'autant qu'elle esquiva les propos de l'aristocrate. Le suisse ne savait pas quoi en penser. Pourtant elle n'avait cessé de laisser des indices un peu partout, tant dans ses mots que dans son attitude, tant dans le fait qu'elle l'avait invité à une soirée du genre que dans le fait qu'elle avait courru le cent mètre pour le faire, alors qu'elle aurait pu proposer cela à quelqu'un d'autre. Non, ça avait été lui, mais quand bien même... il n'était pas assez présomptueux, pas assez arrogant pour penser qu'il pourrait éventuellement l'intéresser autrement que comme un bon ami. Ou plutôt il oscillait entre ses espérances et un comportement qui lui était propre mais qu'il pensait commun à beaucoup. Il n'était pas homme à collectionner les conquêtes, pas plus qu'il ne collectionnait les ex car, ce qu'il cherchait généralement chez les autres, et en particulier chez les femmes, c'était des amitiés. D'ordinaire il mettait du temps à s'attacher, à crusher, à vouloir la présence de cette personne.

Et Aldabella elle n'était pas ordinaire. Pas comme lui. Cette fois il avait l'impression que les rôles étaient inversés.

« Tu sais qu'on t'aime beaucoup Léandre... Nos railleries n'en seront que pire ! » et elle rit doucement d'un rire contrôlé, d'un rire qu'il n'avait jamais entendu au cours de la semaine passée car, au cours de la semaine passée, Aldabella avait pu être elle-même, et ce changement lui était relativement peu agréable. Il la préfèrait largement au naturel et pour cause, son rire était l'une des choses qui lui plaisit le plus chez elle ; ça et son sourire. Son vrai sourire, pas la chose factice dont elle s'était paré pour faire bonne figure devant tous les invités, le privant non seulement lui mais aussi Léandre qui devait sans doute lui aussi la préférer au naturel.

Une jolie blonde s'approcha alors d'eux, saluant la Prendergast avant de se tourner vers lui et de se présenter.

« Bonjour Aldabella. Comment vas-tu ? Ravie de vous rencontrer. Je n'avais pas encore eu le plaisir de vous connaître. Eden Ivy, enchantée. » une fois encore le suisse afficha un sourire à l'allure des plus sincère et il inclina poliment la tête en baissant le regard en signe de respect pour la demoiselle, puis il se redressa et la fixa elle aussi droit dans les yeux, semblant bien plus serein que ce qu'il ne l'était en réalité. Devait-il lui serrer la main ? « Charles Weiss. Il en va de même pour moi, Mademoiselle ; disons donc qu'il s'agit d'une erreur du destin que nous venons de corriger, et sachez que tous le plaisir est pour moi. » et il sourit un peu plus bien qu'il se questionnait beaucoup au sujet d'Aldabella. Comment allait-elle le voir après ça ? Après tous ces comportements tellement... "hypocrites" ? Elle reprit, simplement, avec cordialité mais sans plus. « Je vais bien, je te remercie. Et toi comment vas-tu ? »

Puis les deux laissèrent Eden accaparer Léandre pour un petit moment et allèrent à la rencontre de la fiancée pour la saluer, Charlie restant aux côtés de la jolie brune.

« Félicitations, très chère. Je ne vous connais que très peu, mais j’ai la certitude que vous ferez une épouse idéale pour ce cher Léandre. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour vous témoigner mon amour pour vos collections. Si mon grand-père a une préférence marquée pour les styles classiques de la compagnie, je dois avouer que vos nouvelles pièces me plaisent toutes particulièrement ! » Avec un sourire, elle posa les yeux sur le ventre d’Adrasteia et le sorcier fit de même, un sourire attendri aux lèvres. « Vraiment, félicitations pour vos nouveaux précieux. Vous avez de quoi être fière. » Charlie et les enfants c'était quelque chose. Il avait une tendresse particulière pour ceux à naître, et plus encore pour ceux nés. Malgré son caractère... orageux il s'était toujours senti à l'aise avec les enfants et pouvait faire preuve d'une grande patience, contrairement d'avec les adultes. Si la vision de la vie sous sa forme la plus pure l'avait réjoui elle l'avait aussi ramené à la triste réalité ; il allait sur ses trente-cinq ans et n'avait toujours aucun enfant, et ce n'était pas faute de volonté. Il avait bien Jodie sous sa garde mais c'était bien différent, quand bien même il apprenait à l'aimer comme sa propre fille

« Merci beaucoup, j’ose espérer que… Léandre a fait l’étalage de mes qualités bien plus que mes défauts. Sans doute, se montre-t-il bien plus clément que je n’aurais cru, sans quoi épouse idéale n’aurait pas eu prédilection sur épouse indomptable ! » il sourit face à l'espièglerie dont elle faisait preuve, la trouvant d'emblée très agréable et des plus douce, quand bien même l'étiquette altérait indubitablement son véritable comportement. Il n'avait pas menti au Rosier, elle dégageait réellement quelque chose de fascinant, et s'il l'avait remarqué au premier coup d'oeil le fait de la voir de plus près et de l'entendre ne faisait que le confirmer « Oui, je suis pour le moins enthousiaste quant à pouvoir rencontrer les proches de Léandre ce soir. Les derniers mois ont été plus que difficiles et contraignants, ce qui n’a pas facilité les choses quant à pouvoir profiter d’une vie sociable autant pour lui que pour moi. Mais s’il puisse vous faire plaisir, vous n’avez qu’à demander, il me fera plaisir de vous faire visiter les nouvelles installations de l’UkRa à Atlantis. Nous avons sorti quelques pièces, exclusivement, mais d’autres sont à venir. Il nous serait d’autant plus aisé de faire plus amples connaissances et de vous laisser profiter de découvrir les pièces à venir ! Je ne sais pas si vous connaissez Jonathan ? Sans doute ? Qui est votre invité ? Un charmant jeune homme… » le suisse souriait encore et toujours, faisant bonne figure malgré le malaise que causait la présence de tant de sang-pur au même endroit et la gêne d'Aldabella qui, une nouvelle fois, avait un brin rougit. Fort heureusement le Jonathan en question avait empêché la situation de devenir bien plus gênante. « Oui oui, Aldabella est ma collègue à l’UPA. Les défenses contre les forces du mal sont bien sûr une prérogative pour mes élèves Aurors, ils ont donc la chance de suivre ses enseignements. » suite à quoi il avait tendue la main à Charlie - oh non... alors il avait manqué de respect à deux des amis de la belle Prendergast ? -, ce dernier la saisissant pour la serrer avec assurance « Jonathan Rowle. Enchanté de faire votre connaissance. » tandis qu'on le présentait à sa place. « Je vous présente Charles Weiss, un bon ami ! » suite à quoi il reprit immédiatement. « Moi de même Monsieur Rowle » un sourire courtois, puis il se tourna vers La dame de cette soirée, lui présentant calmement sa main pour qu'elle la lui prête. Il s'en saisit alors doucement et, mettant en pratique ce qu'il avait vu à la télé et lu dans de nombreux livres traitant plus ou moins du sujet, il détacha son regard des yeux de l'aristocrate lorsque il s'inclina pour venir présenter son front au niveaux de ses délicates phalanges, se redressant ensuite. « Je suis ravi de faire votre connaissance. Votre fiancé ne cesse de faire vos éloges, et je suis heureux de constater sans surprise qu'il est un homme de raison et de goût. Vous êtes, si je puis me permettre, un couple des plus beau. » et Aldabella sourit puis reprit « Jonathan est en effet un collègue, mais plus que ça il est comme un modèle pour moi et un ancien compagnon ! » elle se tourna un peu vers lui, toute souriante, moins guindée, et le suisse plissa les yeux au mot "compagnon", sans toutefois qu'il ne le relève ou que l'irlandaise ne précise.

Tout ce qu'il espérait c'est que ce ne soit pas un ex. « Ça me fait plaisir de te voir, je suis heureuse que tu sois venu ! » puis elle revint à Adrasteia « Les choses ne vont aller qu'en s'arrangeant, j'en suis certaine. Et ce serait pour moi un véritable plaisir que d'avoir le privilège de visiter vos installations et votre collection, il s'agit pour moi presque d'un rêve d'enfant, tout comme il serait un véritable plaisir que de passer du temps en votre compagnie et d'apprendre à mieux nous connaître ! » La brune n'était que joie et sincérité bien qu'elle gardait une certaine tenue, et cela fit du bien à Charlie de la voir si sincèrement heureuse... mais ce fut de courte durée, car il l'avait aperçue tourner la tête vers deux grands hommes en costume et aussitôt perdre son sourire, avant que ces deux croquemorts ne les approchent. La Prendergast recouvra alors un semblant de sourire et s'excusa auprès d'Adrasteia, s'éloignant un peu pour aller au contact de ce qui, Charlie le savait, n'allait pas être une partie de plaisir.

« Aldabella. Quelle surprise de te voir ici. commença le premier, guindé et aussi chaleureux qu'une porte de prison. Je pensais que ton travail prenait tout ton temps. Mais je suis sûr que ton grand-père serait heureux de savoir que tu sais tout de même profiter des soirées mondaine malgré un emploi du temps chargé. » le suisse n'aurait su dire s'il s'agissait d'une pique ou d'une sorte de compliment, mais il n'appréciait déjà pas ces deux aristocrates chiants comme la mort et moins agréables qu'un détraqueur. L'autre prit la parole, crachant des phrases du même acabit, souvent en rapport avec un certain Oswald, qui était le grand-père de la brune, que le premier, et Aldabella répondit avec le plus de respect qu'elle pouvait, mais le sorcier voyait bien qu'elle perdait patience. La lueur dans son regard s'était estompée, tout était devenu morne. Lui-même se limitait au strict minimum lorsqu'on lui adressait la parole, jusqu'à ce que... jusqu'à ce qu'une phrase de trop ne l'irrite... un peu trop et qu'il remarque l'air blasé d'Aldabella. « Ne tardez cependant pas trop Aldabella. Votre grand-père n'apprécierait pas de savoir qu'une jeune femme comme vous traine hors de chez elle à cette heure-ci. Surtout dans une taverne comme celle-ci. » et il répondit instantanément « Ils n'ont pas tort Aldabella, l'on y trouve de toute évidence le pire de ce qui se fait en terme d'hommes, c'est un fait, je dirais même que c'est de notoriété commune ; de plus c'est une heure où il est aisé de croiser des personnes peu fréquentable et encore moins engagente de nuit que de jour, je ferais mieux de te raccompagner chez toi. Il tourna le regard vers les deux sang-pur, simplement froid. Bonne soirée, Messieurs. » et, sans attendre de réponse, il leur offrit un bref sourire tout en posant délicatement la main sur l'avant-bras de son amie pour l'entrainer dehors, se servant de sa carrure pour leur frayer un passage.

Il lui ouvrit finalement la porte et sorti à sa suite, posant sa canne contre la devanture, trop irrité pour s'en encombrer plus longtemps, tout comme il n'aurait supporté plus longtemps qu'Aldabella subisse les remarques de deux sang-purs. Peut-être avait-il mal agit, mais au moins, il ne les avait pas laissés faire sans rien dire. Peut-être allait-elle lui en vouloir, mais lui s'en serait voulu s'il n'avait pas agit. Elle semblait bien trop malaisée pour qu'il ne fasse rien. Charlie s'assura par la suite qu'elle allait bien et que tout était bon puis, rassuré, il lui avait proposé d'aller dans un autre endroit, le plus loin possible d'eux, et elle avait accepté. La Prendergast avait même pris l'initiative de lui proposer d'aller manger un burger, ce qui l'avait d'ailleurs surpris. Agréablement surpris.

Le restaurant étant un peu loin, n'allant pas transplaner et au vu de la température qui régnait et de la tenue d'Aldabella, le suisse retira sa veste et, comme dans un mauvais film romantique, la mis sur ses épaules. Puis ils se mirent en route, côte à côte, et la jeune femme lui prit le bras tandis qu'ils se mirent spontanément à discuter, puis rapidement à rire. L'ambiance n'était clairement plus la même maintenant qu'ils avaient quitté ce nid à aristocrates et le suisse retrouvait enfin la vraie Aldabella. On ne pouvait présentement faire plus heureux que lui.

(c) D?NDELION
Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1236 Points : 68
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | Jeu 15 Mar - 0:17
I've survived through rainstorms, sandstorms,
Burning for the heat, the fire,the sparks, the love to keep me alive. One way track, to heard and to forgive. Pick me up off of the desert, feed me water, walk me through the hills. Wait until the sun shines upon us, as we cross the haunted hills. I've fought the war, now it's time to go home.1 548 mots
Be prepared

L
e rire de l’ancien Auror ne fit qu’en étirer davantage le coin de ses lèvres, baissant toutefois les yeux par embarras alors qu’il prenait la parole. « Et si vous avez besoin d’aide pour quoi que ce soit, n’hésitez pas à m’envoyer un hibou, que ce soit pour aller acheter des chaussettes ou si vous voulez de ma compagnie pour prendre le thé. » Avait-il offert avec bienveillance. Et la Slave en avait roulé les pupilles, son sourire abordant des teintes un peu plus malicieuses. « Faites bien attention à vos propositions Monsieur Rowle, s’il fallait qu’un certain Rosier n’en n’entende quelques brides, vous pourriez vous retrouver avec une mission officieuse avant même d’avoir compris le stratagème… Toutefois, ne croyez pas qu’elle fut tombée dans l’oreille d’une sourde. Les journées sont parfois longues avant que l’Auror ne devienne crépuscule. » avait-elle répondu, d’un ton espiègle accentué d’un sourcil furtivement haussé. « Je… ne… Ce n’est pas parce que je ne comprends pas ses intentions cela-dit. Il a bien évidemment plus conscience des dangers en conséquence de son emploi. Seulement… je ne suis pas certaine qu’il comprenne à quel point l’idée même de rester enfermée entre quatre murs me donne envie de hurler. Alors s’il faut en plus ajouter la perspective de l’attendre jour après jour sans savoir dans quel état, il passera la porte ? Même s’il rentrera tout simplement... Et puis vous savez, j’ai cette fâcheuse tendance à… Comment avez-vous dit déjà ? Impertinente ? Je crois qu’il est tout à fait d’accord avec vous sur le sujet…OH ! Mais attendez… S’il fallait que vous et Léandre aient comploté pour me surveiller lors de sortie, sachez Monsieur l’ancien Auror, qu’il vous faudra bien rapidement récupérer vos réflexes parce que j’ai une très grande facilité à exécuter maléfices et malédictions ! »

La menace était définitivement lancée à la rigolade, et pourtant… de ses petits yeux suspicieusement plissés, l’infante semblait jauger la possibilité de son accusation. Parce qu’il n’aurait très certainement pas été surprenant d’en découvrir la conspiration, venant de Léandre… tout était possible, sans équivoque. « Je suis content de vous voir également. Et je vous avoue que l’idée de revoir ce vaurien de Léandre m’enchante également : surtout sans cette coupe de cheveux ridicule qu’il arborait lorsqu’il était un tout jeune Auror. » - Un gloussement, malencontreusement échappé à la plaisanterie, qu’elle avait tenté d’en dissimuler l’affront derrière une main fautive. Et d’une œillade furtive en direction du concerné, la Nymphe chercha à s’assurer qu’il ne l’avait pas entendu. Et si l’œillade avait résulté d’une confirmation à son avantage, l’erreur avait résidé dans le geste même alors qu’elle croisait son regard l’espace d’une infime seconde. Sans doute trop longue, n’est-ce pas ? Puisqu’à l’évidence des expressions qu’avaient dépeintes ses traits, le Rosier paraissait avoir deviné sa culpabilité facétieuse. À quel point ? Mieux sans doute, valait-il présumer le pire et d’aller au-devant du dernier Templier. « John! Vous allez m’attirer des ennuis en racontant ce genre de médisance ! » s’était-elle empressée d’exprimer, avant de poursuivre d’un murmure complice : « Si vous avez des photos, venez me rejoindre samedi le 14, dans les jardins du manoir….À quatorze heures douze précisément. Nous appellerons ça l’opération chercher midi à quatorze heures… Assurez-vous de ne pas être suivi Auror. » Avait-elle lancé d’un ton solennel, reportant son regard en direction de Léandre, diablotine qui haussait une épaule d’un avertissement concis : elle venait de découvrir le pot aux roses

« Oui oui, Aldabella est ma collègue à l’UPA. Les défenses contre les forces du mal sont bien sûr une prérogative pour mes élèves Aurors, ils ont donc la chance de suivre ses enseignements. Jonathan Rowle. Enchanté de faire votre connaissance. » - « Je vous présente Charles Weiss, un bon ami ! » Et tandis que les présentations se succédaient, la Slave avait profité de la poignée de main pour se signaler au dernier fils, de patienter une petite minute, de ne pas se volatiliser parmi la foule présente. - « Moi de même Monsieur Rowle » Et à peine avait-elle eu le temps d’abaisser son index, que le dénommé Weiss réclamait sa main. Hébétée, la Russe avait tout de même répondu à la curieuse demande, interdite l’espace d’un instant alors que le jeune homme semblait déployer toute ses bonnes convenances… bien que magnifiquement exécutées, il n’en restait pas moins que la pratique du baise-main était particulièrement déplacée. « Je suis ravi de faire votre connaissance. Votre fiancé ne cesse de faire vos éloges, et je suis heureux de constater sans surprise qu'il est un homme de raison et de goût. Vous êtes, si je puis me permettre, un couple des plus beau. » - Ses sourcils s’était levés bien haut, hochant lentement le menton d’une approbation impressionnée de l’effort. Sans néanmoins dissimuler ce sourire aux allures mutines qui se dessinait sur son faciès. Il avait fauté, indubitablement fauté. Au grand jamais ne fallait-il baiser la main d’une femme non mariée, encore moins lors de réceptions… Surtout, s’il ne s’agissait pas d’une prétendante. Et pourtant, la Raventhrone avait toujours été friande de galanteries… Il ne fallait pas non plus enlever les mérites pour si peu. Mieux valait prévaloir les efforts distingués que d’en relever les faux-pas. « Ah ! Par les sept enfers, mais cessez les hâbleries ! Si vous croyez tous que je ne connais pas suffisamment Léandre pour ne pas le savoir narquois, ce n’est pas pour autant qu’il faille vous laisser entraîner dans sa roublardise ! Quoi qu’il en soit… je suis heureuse de faire votre connaissance également Monsieur Weiss. Au plaisir de vous revoir bientôt ! D’ailleurs, pourquoi ne pas vous joindre à Aldabella pour visiter l’UkRa ? Peut-être saurez-vous distraire Léandre le temps que j’arrive à soutirer des informations compromettantes à son sujet… John vient à l’instant de faire l’étalage d’une coupe de cheveux… peu glorieuse semble-t-il. Je suis persuadée qu’il est possible de conclure des échanges avantageux l’une comme pour l’autre. La seule optique de pouvoir faire des diableries à mon fiancé, vaut tout l’or du monde… ou du moins quelques bijoux. »

Le couple s’était excusé, abordé par ce qui semblait être une vieille connaissance. Nul surprenant après tout… n’était-il pas ainsi que la vie se déroulait ? À se croiser ici et là, par l’entremise de festivités et de rassemblement mondains pour se donner de bref nouvelles ? Bien évidemment. Et d’un regard distrait, la Némésis avait balayé la salle pour en discerner les invités qui s’étaient éparpillés pour s’adonner à des conversations candides. Et peut-être cherchait-elle quelqu’un… et peut-être n’était-ce qu’une absence parmi tant d’autres dont elle faisait le constat. Lèvres pincées d’une amertume qu’elle avait pourtant anticipée. Toutefois, ce n’était pas parce qu’elle avait tenté à mainte reprise de se convaincre de l’évidence, que la déception n’était pas à son apogée. Peut-être… qu’elle ne cherchait qu’un fantôme… encore et toujours. Peut-être… que le Karkaroff attendait patiemment que les convives soient plus ou moins tous partis… peut-être. D’un soupir agacé, elle avait reporté son attention sur l’ancien Auror, pressant sa main contre la sienne pour en attirer sa sollicitude. « Allez, suivez-moi… vous avez un petit vaurien à retrouver… avait-elle remémoré à l’intention de Jonathan, un tendre sourire complice avait progressivement illuminé son visage avant de s’élancer en direction de Rosier fils, s’arrêtant brusquement après quelques pas seulement. Ah ! S’il vous prend l’envie de sermonner Léandre, sachez que… ce serait un magnifique cadeau de mariage ! Je trouve qu’il prend beaucoup trop de plaisir à me réprimander ! Il faudrait bien que quelqu’un lui rappel – par la même occasion – qu’à mon âge lui aussi faisait bien des bêtises ! » avait-elle chuchoté sa requête, refoulant avec tant de difficulté l’espièglerie qui lui chatouillait la gorge. Il était bien facile, de comprendre qu’elle incitait le plus vieux à dévoiler encore un peu plus de ces précieuses informations sur un Léandre d’autrefois. C’était du moins l’aspect positif à sa solitude… personne à l’horizon pour raconter quelques anecdotes humiliantes de jeunesse. Laurentius ne se serait certainement pas gêné pour raconter – comme à chaque opportunité qu’il eu rencontré – cette nuit fatidique où il l’avait pourchassé dans la forêt en revêtant les traits de la Baba Yaga. Parce qu’évidemment, il n’y a rien de plus amusant que de perturber sa nièce de quatre ans par l’entremise d’un sort d’illusion.

Sans se départir de cette main chaleureuse, la Slave s’était finalement faufilée jusqu’à l’Auror tyrannique, glissant délicatement une main contre son dos. « Léandre, toutes mes félicitations, à vous aussi Adra. »… Remerciements soufflés, accentués d’un hochement de tête reconnaissant, attendant patiemment avant de l’interrompre dans ses discussions. « Toutes mes félicitations, Mr. Rosier. Ainsi qu'à toi, Miss Raventhrone. » - La brune avait finalement levé les yeux à son attention, pétillante d’une tendresse manifeste… mais certainement pas assez pour en éclipser son espièglerie. Parce qu’elle était excitée la jeune promise, voir turbulente, de songer à l’éventuelle retrouvaille qui prendrait place. Et doucement elle s’était dressée sur la pointe de ses pieds, pour y murmurer comme s’il s’agissait d’un secret d’état. « Je crois qu’il y a quelqu’un qui souhaiterait vous rencontrer Monsieur Rosier… » avait-elle révélé, se laissant lentement retomber sur ses talons en identifiant le requérant subtilement d’un coup de tête, avant de s’écarter légèrement pour les laisser se retrouver. Et d’un hoquet sonore, la sorcière s’était brusquement retournée, farfouillant la salle avec affolement. Heureusement, la jeune Avery passait à l’instant devant elle, en direction du comptoir. Elle s’était laissé distraire si profondément par l’idée des deux Aurors enfin réunis, qu’elle n’avait même pas remarqué l’ancienne Serpentard. D’une main véloce, l’oiselle avait attrapé la main de l’infante Avery, l’observant comme s’il était question d’une chimère. « MAZIKEEN ! J’ÉTAIS PERSUADÉE QUE… J-je… nous n’avions… vous vous… Nous nous sommes égarés… Comment êtes-vous arrivés à sortir de Tchernobyl ? Je vous croyais tous morts, aucun d’entre vous n’était présent à la base ! »

Perturbée, soudainement… Confuse, brusquement. Et il lui semblait que la présence de Mazikeen était davantage troublante que celle de Jonathan, avec qui pourtant elle avait passé les moments les plus terribles du chapitre. Sans en lâcher la jeune femme du regard, la Slave avait tendu maladroitement sa main libre en direction des deux hommes, l’agitant mollement pour attirer l’attention. « Jonh… Elle y était… elle aussi. Au début, avant que l’on ne tombe sur vous. Elle y était également… Là-bas. Les autres… Nouveau halètement, comme si la Nymphe semblait se remémorer un peu plus précisément le début d’une histoire bien nébuleuse à son esprit. Et sa main s’était resserrée un peu plus fortement contre le poignet de son interlocutrice, fronçant les sourcils d’une hantise qu’elle tentait d’oublier pour sa propre santé mentale. Jasper n’est pas avec toi ? Il ne lui est rien arrivé n’est-ce pas ? Ces créatures… si ces hommes ne nous avaient pas trouvés, je ne crois pas que nous serions encore en vie aujourd’hui… C’est un miracle que vous… mais comment ? »




Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Be Prepared | RP ouvert à tous | 
Be Prepared | RP ouvert à tous
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Questions ouvert à tous.
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: