Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Épidémie de Dragoncelle6 Septembre 2000 L'épidémie de Dragoncelle continue son chemin allant jusqu'à mettre certains lieux en quarantaine magique. On recherche toujours un traitement à l'Hôpital de Sainte Mangouste... LIRE PLUS
Un espoir de cure8 Septembre 2000 Un traitement médicamenteux a été trouvé contre la Dragoncelle et l'Eclabouille qui s'était déclarée dans la Moonrise Gallery. On recherche encore une cure totale. Des grèves pétrolières bloquant les importations ont commencé dans tout le Royaume-Uni... LIRE PLUS
Manifestations pour les droits des êtres magiques et non-magiques15 Septembre 2000 Des manifestations mettent en avant les droits des moldus et des êtres magiques en vue de modifier les lois par le Gouvernement. En parallèle les Jeux Olympiques commencent à Sidney, avec des sportifs mixtes, à la fois moldus et sorciers.... LIRE PLUS

 (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !
AuteurMessage
Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 1943 Points d’activité 278
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Lun 12 Fév - 14:11


Léandre Rosier, sixième année à Serpentard. Batteur dans son équipe et fauteur de trouble reconnu.

Poudlard, 10 mai 1988


Il avait glissé une main faussement nonchalante, quoi qu’un peu vive, dans sa tignasse sombre et fournie. Un mouvement qui trahissait un peu de cette agitation qui courait dans ses veines quant à l’exécution d’un obscur dessein. Quant à la mise en application de son ouvrage du soir. Oh, il en était si fier. Le regard allumé par cette flamme que seul l’orgueil, déplacé et écrasant, parvenait à déclencher chez lui. Mauvais stratège mais bon comédien, selon leurs rumeurs qui finiraient pas poindre ici et là dans les prochaines semaines.

Parce qu’il s’agissait de ça, n’est-ce pas ? Rendre hommage à la comédie en se moquant d’une carcasse isolée du passé. Cependant, il n’était pas aussi piètre tacticien que le laissait présager son plan.

Après tout, n’avait-il pas convié Sebastian à l’aventure pour constater son talent de la parodie ? Et pour tempérer un peu de la punition qui suivrait – parce qu’elle ne tarderait pas, sans doute. D’un doigt agile, Léandre fit taire l’expression narquoise qui glissa sur ses lèvres. Parce qu’il savait, surtout, pertinemment et indubitablement, qu’il perpétrait son acte pendant les horaires de ronde d’Aldabella.

Le Rosier eut un petit frisson d’impatience. Superbe qu’il était, le sixième année à la cravate ophidienne, dans cette insolence qui le caractérisait tant. Dans cette confiance presque détestable qui émanait de lui, à l’instar de la suffisance qu’il éprouvait face à son amusement du moment.

Car devant-lui se dressait une vieille armure parée des atours d’un semblable de Serdaigle. Écharpe et objets divers placés-là (et empruntés à un camarade de sa promotion, évidemment, quoi que sans consentement réel – mais ce n’était pas vraiment un vol à ses yeux, aucun doute là-dessus) sur le métal en ce qui semblait être un pastiche à l’égard des adeptes de Rowena. Léandre avait même légèrement modifié la position des mains de l’armure pour pouvoir y poser un livre. Emprunté réellement, lui.

Il se recula de quelques pas, pour garder un œil sur le couloir. L’affaire restait toutefois dangereuse, il le savait : l’adrénaline cognait contre ses tempes pour lui rappeler en permanence qu’il risquait aussi de tomber sur un enseignant. Il était bien trop tard pour vaquer dans les couloirs sans craindre quoi que ce soit, de toute façon.

La moquerie en serait plus douloureuse que sous le regard sévère de la belle préfète.

_________________

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 673 Points d’activité 67
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en En ligne
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mar 13 Fév - 5:12


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
Sebastian n’était pas un fauteur de troubles, à proprement parler. Ce n’était pas un bon élève, loin de là : ses bulletins de note étaient même assez exécrables, à part en cours de Soin aux Créatures Magiques où il réussissait à tirer son épingle du jeu, et il passait la plupart de ses heures de cours le nez vissé sur la fenêtre, à regarder le ciel (raison pour laquelle il détestait particulièrement les Potions, haïssant l’ambiance humide régnant dans les cachots) : mais il restait un bon gamin, toujours de bonne humeur, le sourire aux lèvres, et les professeurs, en général, l’aimaient bien. Il se retrouvait assez souvent en retenue, pour toute sortes de raisons, la plus fréquente étant pour avoir séché les cours afin de s’entrainer au Quidditch, ou pour avoir pénétré dans le stade sans autorisation. Depuis quelques temps, il fallait l’avouer, il se retrouvait encore plus souvent sur les bancs de colle, pour une simple et bonne raison, et cette raison s’appelait Léandre Rosier : un Serpentard de la même promotion que lui, beau comme un dieu et avec une vibe de bad boy qui avait fait irrémédiablement craquer l’irlandais. Il suivait le Sang Pur dans la plupart de ses aventures, dans l’espoir secret de se rapprocher de lui, ce qui lui attirait bien des ennuis.

Ce soir là ne dérogeait pas à la règle : le Rosier l’avait invité à le rejoindre dans un couloir du château, non loin de la salle commune des Serdaigle, à une heure bien sûre interdite, et sans lui révéler quels méfaits ils accompliraient ensemble. Mais c’était le cœur battant et l’estomac rempli de papillons que le blondinet se rendit au lieu dit, sa cravate rouge et or nonchalamment nouée et en croquant dans une pomme subtilisée aux cuisines (Sebastian O’Connor réussissait même à séduire les elfes de maison… Alors pourquoi devait-il s’amouracher de Serpentard sang-purs hétéros ?). Il était un peu nerveux, car le professeur McGonagall l’avait prévenu que s’il continuait ses bêtises, elle serait forcé de l’exclure de l’équipe de Quidditch des Gryffondor, et ça, ce serait une véritable catastrophe. Mais on est bête, quand on a 16 ans, et pour les beaux yeux de Léandre, Sebastian serait allé jusqu’au bout du monde, en prenant le risque de mettre en péril sa seule vraie passion dans la vie, le sport national des sorciers.

Arrivé à destination, Sebastian avisa le spectacle qu’avait mis en place le Rosier, habillant une armure aux couleurs bleu et bronze des Serdaigle… Peut-être avait-il choisi cette image pour exprimer leur rigidité légendaire ? Il fallait avouer que certains aigles étaient pour le moins… stoïques. L’irlandais s’adossa au mur en observant Léandre mettre les dernières touches sur son œuvre.

« -Pas mal Rosier, dit-il d’un ton léger. Tu t’improvises souvent styliste ou tu as un fantasme étrange sur les armures dont tu m’as pas parlé ? »

A chaque fois qu’il parlait au Serpentard, il ne pouvait s’empêcher de prendre une voix de gros dur, comme s’il était comme lui, un peu plus délinquant et subversif. C’était ridicule, parce que de toute façon, il n’arriverait jamais rien entre eux, l’amour de Léandre pour la gente féminine n’étant inconnue pour personne, et son camarade croyant dur comme fer, de toute façon, qu’il était lui aussi hétéro. Il n’avait qu’à s’en prendre à lui même, après tout, c’était lui qui avait choisi de sortir avec Siobhan pour faire taire les rumeurs, la cousine de celui pour qui son cœur battait réellement.

Il continua de grignoter sa pomme en ricanant à chaque fois que Léandre apportait une modification à la tenue de l’armure, lui soufflant de temps en temps quelques conseils. Il n’avait pas vraiment conscience du risque qu’il courait de se faire attraper par un préfet en pleine ronde, toujours un peu trop insouciant. Ah, la jeunesse…

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Eden M. IvyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 28/01/2018 Messages 20 Points d’activité 72
      Pseudo : Marie la pas jolie.
      Avatar : Candice Accola
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Southampton
      Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mer 14 Fév - 15:49

A tous les postérieurs que j'ai aimé...avant.

feat. Eden. Ivy, Léandre Rosier,
Sebastian O'Connor & Aldabella Prendergast



Qu'est-ce qu'Eden avait été fière lorsqu'elle avait été nommée préfète. Son insigne, modestement glissé dans l'enveloppe accompagnant sa liste de fournitures. Elle s'était pavanée dans toute la maison, l'objet à la main et les cris à la bouche. Son père moldu avait esquissé un rire tandis que sa mère s'était contentée de lever les yeux vers elle. Mais Eden ne lui en avait pas tenu rigueur. Selon son père depuis son accident, elle n'avait plus coeur à prendre goût aux choses simples.

Alors, quand elle était revenue à Poudlard, Eden avait fait en sorte de mériter son écusson. Elle avait travaillé avec deux fois plus d'ardeur, d'expertise. Elle avait tenté d'être au plus juste possible, de ne pas abuser de sa fonction. Même si elle avait dû avouer certaines fois que certaines fois, sa patience était à bout avec toutes sortes d'élèves.

Ce jour dont nous allons parler, la Serdaigle sortait de son dortoir et allait commencer sa ronde. Il était à peu près onze et quelques. A cette heure, elle avait ordre de coller tout élève qui serait hors de sa salle commune. Passant à travers le premier couloir, Eden entendit déjà quelques murmures. Quels idiots étaient assez fous pour faire autant de bruit à cette heure et surtout si rapprochés du dortoir des Serdaigle ? Alors qu'elle se rapprocha de l'endroit envahi, la descendante des Ivy regretta d'avoir été si naïve.

Avant d'exploser en un affront sans nom, Eden regarda patiemment la scène : Léandre Rosier & Sébastian O'Connor s'amusaient visiblement bien à déguiser une vieille armure aux couleurs de Serdaigle. Désespérée, Eden passa une main sur son visage. Elle avait l'impression que peu importe le nombre d'heures qu'elle pouvait imposer à Léandre en compagnie de Rusard, son ardeur à faire preuve de sottises n'avait pour seul objectif que de redoubler.

-Tss, tss, tss...Rosier et O'Connor. Je peux savoir ce qui est à...L'origine de ceci. Dit-elle en pointant l'armure du menton. Tu devrais peut-être lui rajouter un bonnet pour ne pas qu'il attrape froid. Et avec, le grain de ton sablier vert qui va dégringoler.

Puis, la demoiselle tourna son regard vers O'Conner, qu'elle connaissait par l'intermédiaire des âneries qu'il partageait avec le vert et argent :

-Quand à toi, je trouve que l'armure semble un peu...vieillotte. Mais ne t'inquiètes pas, tu pourras toujours arranger cela avec l'aide de Rusard.


made by guerlain for bazzart

Aldabella PrendergastProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 09/01/2018 Messages 155 Points d’activité 274
      Pseudo : Shany-ny
      Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
      Crédits : bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
      Patronus: Lion
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-dar
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Sam 17 Fév - 16:59

Q

ue c’est beau, l’insouciance de la jeunesse ! Que c’est agréable, de n’avoir comme seul souci que le manque de sommeil et les examens finaux ! Qu’elle est douce, la naïve pensée adolescente que ses problèmes sont au centre de l’univers ! À trente ans, une fois professeure à l’université et reconnue comme une femme épanouie, Aldabella regarderait ces derniers jours à Poudlard avec une certaine douceur, mêlée d’une nostalgie mélancolique. Cependant, à dix-huit ans, les pieds en plein dans le merdier, l’adolescente ne voyait pas le bout de ses ennuis.
À un mois de la graduation, la préfète faisait sa ronde habituelle au sein des couloirs endormis du collège avec une certaine distraction. À cette époque, sa réputation n’était point la même qu’aujourd’hui : encore, elle recevait des regards perplexes. Encore, elle recevait des injures anonymes de la part des né-moldus et des sang-mêlés ; encore elle se faisait lancer des accusations de traîtrise par les sang-purs. Et, bientôt, elle serait aussi une déception aux yeux de son frère. Car, plutôt que de suivre le chemin qui lui était destiné depuis des années, elle avait choisi le sentier à part ; l’enseignement plutôt que le parcours auror. Et, pour un Ghrystal de 88, ce serait une nouvelle accablante.

Tournant le coin d’un couloir, la jeune fille observait avec nostalgie les tableaux somnolents, auxquels elle ferait ses adieux dans moins d’un mois. Sur sa poitrine, son insigne de préfète en chef brillait sous la lueur de son lumos, et ses pas doux résonnaient dans les couloirs déserts. Ce qu’il en portait, des souvenirs, cet écusson ! Tous ces élèves qu’elle avait coincés, toutes ces retenues qu’elle avait imposées, toutes les protestations qu’elle avait obtenues... Ah, sacrés jeunes ! Toujours là à tenter le diable, et à pleurnicher lorsqu’ils se font prendre ! De quoi auraient-ils l’air, une fois adulte, à faire les tartes au boulot et à implorer leur employeur à genoux de passer par-dessus leur bêtise ? Peut-être, au fond, était-ce là le véritable rôle d’une préfète ? Préparer les élèves à devenir des membres fonctionnels de la société ? Peut-être était-ce un peu prétentieux de la part d’Aldabella, mais elle aimait bien donner une importance bien particulière à son rôle. Rôle que, d’ailleurs, elle avait toujours rempli de façon juste et objective. Enfin…

Il n’y avait qu’une personne contre qui son autorité inébranlable flanchait : le seul, l’unique, Léandre Rosier. Depuis sa toute première ronde, la préfète ne cessait de croiser le Serpentard et, au fil des retenues, elle avait fini par le cerner. C’est une balade dans le parc, alors qu’il n’était qu’en troisième année, qui avait permis à la Rouge de bien comprendre à qui elle avait affaire. À partir de ce jour, elle avait été plutôt clémente avec le jeune garçon. Comment ferait-il, d’ailleurs, à partir de l’an prochain, pour se tirer d’affaire sans elle ? Elle devait lui parler, lui expliquer que les autres préfets ne serait peut-être pas aussi compréhensifs qu’elle. Qu’il devrait se calmer, ou son dossier pourrait s’en retrouvé taché… En échappant un soupir, le visage du jeune homme se matérialisa en son esprit. Elle crut même entendre sa voix résonner dans sa tête…avant qu’elle ne tombe nez-à-nez avec le garçon, accompagné de son fidèle acolyte et d’une autre demoiselle. Quelle surprise.

Aldabella, complètement découragée de retrouver les deux garçons à nouveau sur une scène de crime, balaya le couloir d’un regard pesant. Une des armures revêtissait les couleurs des Serdaigles, et l’une de leur préfète semblait plutôt mécontente du mauvais coup. « Ahem. » fit-elle fortement, en se raclant faussement la gorge, pour témoigner sa présence. « Franchement, Rosier, c’est tout ce que tu as trouvé ? Tu as visiblement besoin de vacances, les idées te manquent. » Les mains sur les hanches, elle posa le regard sur Sebastian, le regard dur, la rancune au coeur. Même si Siobhan lui avait assuré de lâcher l’affaire, elle n’y arrivait tout simplement pas. « Et toi ? Toujours à suivre les autres ? ‘Faudrait peut-être faire un Gryffondor de toi, t’armer d’un peu de courage et ne plus faire n’importe quoi, tu crois pas ? » Puis, enfin, elle porta son attention à la demoiselle. Elle l’avait déjà croisée, plus tôt dans l’année, mais ne comprenait pas vraiment ce qu’elle faisait là. « Tu es… Eden, je crois ? J’apprécie beaucoup ton aide, mais nous sommes mardi. C’est mon aile de ronde, je crois que tu t’es trompée. Et, si c’est le cas, les couloirs des cuisines sont actuellement sans surveillance. Tu pourrais aller vérifier, s’il-te-plaît ? » Elle soupira, le regard en alternance entre les trois jeunes gens. « Je crois que Rusard ne sera pas nécessaire, pour cette fois. Ils ont déjà commis pire. La salle de réflexion sera suffisante, je crois. C’est moi qui surveille, demain. Eden, si tu n’as rien à faire, que dirais-tu de te joindre à moi ? Ça te permettrait d’apprendre ; un jour, toi aussi, tu auras cette tâche. »


_________________


You hold the strings
Sweet, sweet doll ☽ Until you realize how easily it is for your mind to be manipulated, you remain the puppet of someone else's game.

Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 1943 Points d’activité 278
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Dim 18 Fév - 11:12


Léandre Rosier, sixième année à Serpentard. Batteur dans son équipe et fauteur de trouble reconnu.

Poudlard, 10 mai 1988


Un mouvement. Immédiatement, il se retourna pour faire face à la silhouette de son acolyte de mésaventure. Probablement plus détendu que lui pouvait l’être : sans doute car le Gryffondor ne savait pas tout de ce stratagème un peu vulgaire. Sans doute car il ignorait à quel point sa présence servait d’abord et avant tout de protection au Serpentard. La confiance aveugle dans sa forme la plus amusante et la plus cruelle.

Pas mal Rosier. Et cette approbation qui arrivait à point nommé ! Comparable à ces caresses données du bout des doigts sur le poil soyeux d’un félin plus rustre qu’amical. Apaisant, brièvement, un peu de la tension extatique qui courait le long des membres du jeune sorcier. Tu t’improvises souvent styliste- Il ne parvint pas à retenir un sourire aux accents victorieux et narquois sur ses lèvres. Tu as un fantasme étrange sur les armures dont tu m’as pas parlé ?

« Oh, Sebastian. Voyons. Des fantasmes, j’en ai tellement. » Il agita le doigt, de droite à gauche, en une théâtralité exagérée. « Juste un petit ‘pas mal’ pour cette œuvre fraiche et innocente ? Elle est merveilleuse, pourtant, selon moi. Merveilleuse de sarcasme et d’originalité. » Il gonfla le buste de fierté pour accompagner l’expression toujours plus moqueuse qui imprégnait ses traits. A l’égard de sa propre création, évidemment. Et des élèves de Serdaigle. Un peu. Aussi. « Note, si j’étais styliste, je m’arrangerais pour que toutes nos camarades puissent … Se déplacer sans l’ombre d’un vêtement dans nos couloirs. »

Un instant, un éclat insolent vrilla son pâle regard. « Après tout, existe-t-il meilleure tenue que celle d’Eve ? » Puis il se reprit. Ou, plus exactement, il tenta de se reprendre.

Des pas résonnaient de nouveau dans le couloir. Belle rencontre en perspective ? Les lèvres de Léandre se pincèrent d’une excitation évidente, presque malsaine. Oh, il espérait tant que ce soit Prendergast. La fougueuse. L’implacable. La- Ah non. Ce n’était pas elle. Même si la longue cape pouvait porter à confusion, les couleurs qui miroitaient sur ses bordures ne témoignaient pas des courageux lions. Au contraire. Le blason de Serdaigle y luisait avec une férocité peu commune.

Intense. Probablement autant intense que la lassitude criante sur le visage d’Eden. La gracile Ivy ! Par la barbe de merlin, comment avait-il été capable de nier ce détail ? Le Serpentard ouvrit de grands yeux stupéfaits et faussement naïfs. Sa tactique avait une faille, à l’évidence. Troublante, toutefois, en ce qu’il se souvenait normalement de tout. A moins qu’il n’ait jamais vraiment prêté attention à l’information ? Ce n’était pas comme s’il avait élaboré ces sottises scabreuses pour mieux profiter de la présence d’Aldabella. Tss, tss, tss. Le début des problèmes.

Inéluctablement.

Je peux savoir ce qui est à l’origine de ceci. « Et bien- » Tu devrais peut-être lui rajouter un bonnet pour ne pas qu’il attrape froid. Et avec, le grain de ton sablier vert qui va dégringoler. « Merde. » Qu’est-ce qu’il pouvait répondre, de toute manière ? Concrètement, il était coincé. « Eden, c’est un énorme malen- » Oui, bon, ce n’était pas vrai, mais s’il pouvait tenter de ne pas se faire piéger par la préfète de Serdaigle plutôt que par celle qu’il attendait fermement… Quant à toi, je trouve que l’armure semble un peu vieillotte. Mais ne t’inquiètes pas, tu pourras toujours arranger cela avec l’aide de Rusard. « Rusard ?! » Il s’était légèrement égosillé. « Vous n’avez vraiment … Aucun humour, chez Serdaigle... »

Il étouffa les derniers mots de sa phrase pour ne pas en rajouter au drame qui se déroulait ici-bas. Ahem. Ah ! LA préfète ! Immédiatement, il se passa une main vive dans les cheveux pour se recoiffer et se donner bonne impression. Franchement, Rosier, c’est tout ce que tu as trouvé ? Les lèvres du Serpentard s’ourlèrent d’un sourire séducteur. Tu as visiblement besoin de vacances, les idées te manquent. « Tu trouves ? Je suis pourtant super inspiré, là, maintenant, tout de suite… » L’esquisse enjôleuse s’agrandit davantage alors qu’Aldabella fustigeait ce pauvre Sebastian et essayait … De leur sauver la mise avec Eden ?

Je crois que Rusard ne sera pas nécessaire. Il expira, soulagé. Mais toujours le regard vissé sur le visage de leur aînée. Ils ont déjà commis pire. « Disons que nous sommes imaginatifs. Des artistes du délit. » La salle de réflexion sera suffisante, je crois. Léandre frémit très légèrement d’impatience. C’est moi qui surveille, demain. Et de réussite, surtout ! Ça te permettrait d’apprendre : un jour, toi aussi, tu auras cette tâche.

« Et on apprend tellement en regardant Aldabella. » Bon, d’accord, elle était vraiment facile celle-là.

_________________

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 673 Points d’activité 67
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en En ligne
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Lun 19 Fév - 8:40


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
Est-ce que Léandre avait conscience de l’effet qu’il faisait à Sebastian ? Probablement pas, étant donné qu’il n’avait aucune idée de l’orientation sexuelle de son partenaire de crimes. Mais les hormones en ébullition de l’adolescent irlandais bouillonnaient alors que le serpentard lui parlait à demi-mots de ses fantasmes, et de se balader nu dans les couloirs. Rien que de l’imaginer… Sebastian bénit l’éclairage relatif que les torches procuraient en cette soirée, masquant la rougeur de ses joues et un certain… grossissement dans son pantalon, heureusement facilement masqué par sa cape doublée de bordeaux. Par contre, s’il pouvait déguiser ses réactions physiques, comment réagir aux insinuations sexuelles que le jeune homme lui balançait, sans se rendre compte de leurs implications pour le blond ? Pas grand chose, de toute façon, il savait que s’il ouvrait la bouche, il bredouillerait et se rendrait totalement ridicule. Alors, il préféra rester silencieux et hocha simplement la tête, avant d’entendre des pas résonner sur les dalles en pierre du château. Parfait, une diversion. Sebastian préférait endurer le moindre reproche d’un préfet zélé plutôt que de devoir écouter Léandre continuer sa diatribe sur ce qu’il imaginait faire subir à ses conquêtes féminines.

Une fille aussi blonde que lui tourna dans le coin du corridor et s’arrêta devant l’armure magnifiquement décorée par les bons soins du vaurien, visiblement… perturbée par la désacralisation faite à sa propre maison. Sebastian ne la connaissait pas vraiment, il connaissait son nom et savait qu’elle était préfète, mais c’était à peu près tout. Elle allait probablement leur donner un avertissement et les laisser filer, n’est-ce pas ? Car à part avec Aldabella (qui ne l’avait jamais vraiment apprécié, et encore moins depuis… l’épisode Siobhan), c’était ce que faisaient la plupart des préfets avec lui : l’un des nombreux avantages d’être capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor, doublé d’une gueule d’ange et un caractère délicieusement jovial et naïf qui le rendait extrêmement populaire. Grave erreur. Sebastian n’avait pas souvent la conscience de la portée de ses actes, et cette situation en était le parfait exemple. Ce n’était pas l’idée de se retrouver à cirer des sols avec Rusard ou de partir faire une virée dans la Forêt Interdite qui l’embêtait, c’était le risque que McGonagall l’exclue de l’équipe de Quidditch. Il avait déjà été approché par un scout des Tornades de Tutshill, qui semblait intéressé par ses performances, et qui lui avait insinué que s’il continuait de délivrer des performances exceptionnelles et faisait gagner la Coupe à Gryffondor, une position de poursuiveur pourrait bien s’offrir pour lui, au niveau professionnel… C’était son futur qui était en jeu. Et pourtant, il le mettait en péril pour les beaux yeux de Léandre Rosier.

Il était content que son camarade, d’ailleurs, proteste doucement, bien qu’il n’était pas sûr que qu’insulter  l’humour des Serdaigle soit une idée réellement judicieuse. D’autres pas. Qu’est-ce que c’était encore, c’était maintenant Rusard qui venait directement les cueillir ? Et non, raté. C’était la belle et fière Aldabella Pendergast, préfète des lions, et loin d’être sa plus grande fan depuis qu’il avait misérablement abandonné sa meilleure amie dans une position ma foi… vulnérable. Pour la défense de Sebastian, certes, il avait utilisé Siobhan pour se protéger en cas de rumeurs sur sa véritable orientation sexuelle, certes, il avait fuit lorsque celle-ci lui avait offert sa virginité, mais il n’était, au moins, pas allé jusqu’au bout. Il aurait pu le faire en pensant à son cousin à la place de la blonde, et il aurait pu continuer sa mascarade au moins jusqu’à son départ de Poudlard, se couvrant indéfiniment. Mais tout ça, Aldabella n’en avait pas conscience. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il avait brisé le cœur de la Kvelgen, et donc, elle regardait avec un profond dédain l’irlandais, à chaque fois qu’il la croisait dans leur salle commune.

La préfète avisa la scène, et Sebastian essaya de se faire le plus petit possible, comme s’il essayait de se fusionner avec le mur auquel il était adossé. Parce qu’il avait conscience qu’Aldabella avait parfaitement raison de le mépriser. Ce qu’il avait fait était vraiment horrible, et à cacher ce qu’il était vraiment, il ne démontrait vraiment pas le courage légendaire des rouges et or. Il ne répondit pas à sa provocation, ne voulant de toute façon pas envenimer la situation, et se contenta d’écouter Léandre, qui flirtait sans vergogne avec Aldabella sous son nez. Pour masquer son désespoir, il continuait de manger sa pomme en maudissant intérieurement le destin qui l’avait fait crusher sur Léandre Rosier, entre tous les élèves de Poudlard.

Il aurait mieux fait de rester dans son dortoir, vraiment.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux noel à tous!
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Toute autre destination britannique-
Sauter vers:  
Désactiver les particules