Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Les questions autour de l’égalité entre sorciers et moldus continuent de faire débat15 novembre 2000 Une nouvelle cellule de travail est créée par le gouvernement mixte britannique afin de trouver des solutions aux problèmes d'égalités entre sorciers et non sorciers... LIRE PLUS
Un super héros à Atlantis ?05-08 Novembre 2000 Des arrestations sont faites grâce aux dossiers d'informations et de surveillances d'un inconnu envoyé à la police... LIRE PLUS
INTERVIEW : Le gène sorcier vu par la science21 novembre 2000 Explications sur les différences entre sorciers et non-sorciers ; des tracts du groupuscules Magic is Might renforce la sécurité à l'UPA... LIRE PLUS

 (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !
AuteurMessage
Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 2194 Points d’activité 381
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Lun 12 Fév - 14:11


Léandre Rosier, sixième année à Serpentard. Batteur dans son équipe et fauteur de trouble reconnu.

Poudlard, 10 mai 1988


Il avait glissé une main faussement nonchalante, quoi qu’un peu vive, dans sa tignasse sombre et fournie. Un mouvement qui trahissait un peu de cette agitation qui courait dans ses veines quant à l’exécution d’un obscur dessein. Quant à la mise en application de son ouvrage du soir. Oh, il en était si fier. Le regard allumé par cette flamme que seul l’orgueil, déplacé et écrasant, parvenait à déclencher chez lui. Mauvais stratège mais bon comédien, selon leurs rumeurs qui finiraient pas poindre ici et là dans les prochaines semaines.

Parce qu’il s’agissait de ça, n’est-ce pas ? Rendre hommage à la comédie en se moquant d’une carcasse isolée du passé. Cependant, il n’était pas aussi piètre tacticien que le laissait présager son plan.

Après tout, n’avait-il pas convié Sebastian à l’aventure pour constater son talent de la parodie ? Et pour tempérer un peu de la punition qui suivrait – parce qu’elle ne tarderait pas, sans doute. D’un doigt agile, Léandre fit taire l’expression narquoise qui glissa sur ses lèvres. Parce qu’il savait, surtout, pertinemment et indubitablement, qu’il perpétrait son acte pendant les horaires de ronde d’Aldabella.

Le Rosier eut un petit frisson d’impatience. Superbe qu’il était, le sixième année à la cravate ophidienne, dans cette insolence qui le caractérisait tant. Dans cette confiance presque détestable qui émanait de lui, à l’instar de la suffisance qu’il éprouvait face à son amusement du moment.

Car devant-lui se dressait une vieille armure parée des atours d’un semblable de Serdaigle. Écharpe et objets divers placés-là (et empruntés à un camarade de sa promotion, évidemment, quoi que sans consentement réel – mais ce n’était pas vraiment un vol à ses yeux, aucun doute là-dessus) sur le métal en ce qui semblait être un pastiche à l’égard des adeptes de Rowena. Léandre avait même légèrement modifié la position des mains de l’armure pour pouvoir y poser un livre. Emprunté réellement, lui.

Il se recula de quelques pas, pour garder un œil sur le couloir. L’affaire restait toutefois dangereuse, il le savait : l’adrénaline cognait contre ses tempes pour lui rappeler en permanence qu’il risquait aussi de tomber sur un enseignant. Il était bien trop tard pour vaquer dans les couloirs sans craindre quoi que ce soit, de toute façon.

La moquerie en serait plus douloureuse que sous le regard sévère de la belle préfète.

_________________
But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 864 Points d’activité 439
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : stillnotginger. signature : buckaroo
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mar 13 Fév - 5:12


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
Sebastian n’était pas un fauteur de troubles, à proprement parler. Ce n’était pas un bon élève, loin de là : ses bulletins de note étaient même assez exécrables, à part en cours de Soin aux Créatures Magiques où il réussissait à tirer son épingle du jeu, et il passait la plupart de ses heures de cours le nez vissé sur la fenêtre, à regarder le ciel (raison pour laquelle il détestait particulièrement les Potions, haïssant l’ambiance humide régnant dans les cachots) : mais il restait un bon gamin, toujours de bonne humeur, le sourire aux lèvres, et les professeurs, en général, l’aimaient bien. Il se retrouvait assez souvent en retenue, pour toute sortes de raisons, la plus fréquente étant pour avoir séché les cours afin de s’entrainer au Quidditch, ou pour avoir pénétré dans le stade sans autorisation. Depuis quelques temps, il fallait l’avouer, il se retrouvait encore plus souvent sur les bancs de colle, pour une simple et bonne raison, et cette raison s’appelait Léandre Rosier : un Serpentard de la même promotion que lui, beau comme un dieu et avec une vibe de bad boy qui avait fait irrémédiablement craquer l’irlandais. Il suivait le Sang Pur dans la plupart de ses aventures, dans l’espoir secret de se rapprocher de lui, ce qui lui attirait bien des ennuis.

Ce soir là ne dérogeait pas à la règle : le Rosier l’avait invité à le rejoindre dans un couloir du château, non loin de la salle commune des Serdaigle, à une heure bien sûre interdite, et sans lui révéler quels méfaits ils accompliraient ensemble. Mais c’était le cœur battant et l’estomac rempli de papillons que le blondinet se rendit au lieu dit, sa cravate rouge et or nonchalamment nouée et en croquant dans une pomme subtilisée aux cuisines (Sebastian O’Connor réussissait même à séduire les elfes de maison… Alors pourquoi devait-il s’amouracher de Serpentard sang-purs hétéros ?). Il était un peu nerveux, car le professeur McGonagall l’avait prévenu que s’il continuait ses bêtises, elle serait forcé de l’exclure de l’équipe de Quidditch des Gryffondor, et ça, ce serait une véritable catastrophe. Mais on est bête, quand on a 16 ans, et pour les beaux yeux de Léandre, Sebastian serait allé jusqu’au bout du monde, en prenant le risque de mettre en péril sa seule vraie passion dans la vie, le sport national des sorciers.

Arrivé à destination, Sebastian avisa le spectacle qu’avait mis en place le Rosier, habillant une armure aux couleurs bleu et bronze des Serdaigle… Peut-être avait-il choisi cette image pour exprimer leur rigidité légendaire ? Il fallait avouer que certains aigles étaient pour le moins… stoïques. L’irlandais s’adossa au mur en observant Léandre mettre les dernières touches sur son œuvre.

« -Pas mal Rosier, dit-il d’un ton léger. Tu t’improvises souvent styliste ou tu as un fantasme étrange sur les armures dont tu m’as pas parlé ? »

A chaque fois qu’il parlait au Serpentard, il ne pouvait s’empêcher de prendre une voix de gros dur, comme s’il était comme lui, un peu plus délinquant et subversif. C’était ridicule, parce que de toute façon, il n’arriverait jamais rien entre eux, l’amour de Léandre pour la gente féminine n’étant inconnue pour personne, et son camarade croyant dur comme fer, de toute façon, qu’il était lui aussi hétéro. Il n’avait qu’à s’en prendre à lui même, après tout, c’était lui qui avait choisi de sortir avec Siobhan pour faire taire les rumeurs, la cousine de celui pour qui son cœur battait réellement.

Il continua de grignoter sa pomme en ricanant à chaque fois que Léandre apportait une modification à la tenue de l’armure, lui soufflant de temps en temps quelques conseils. Il n’avait pas vraiment conscience du risque qu’il courait de se faire attraper par un préfet en pleine ronde, toujours un peu trop insouciant. Ah, la jeunesse…

_________________

    You're my kaleidoscope
    my life was black and white and I believed it, my eyes looked at the world but couldn't see it. you're like the thing that makes the universe explode into the colors of a world I've never known. you keep turning my life around. tonight the stars are in your eyes and I surrender, tonight our hands against the wind, we are forever. + buckaroo.
Eden M. IvyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 28/01/2018 Messages 249 Points d’activité 274
      Pseudo : Marie la pas jolie.
      Avatar : Candice Accola
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Southampton
      Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mer 14 Fév - 15:49

A tous les postérieurs que j'ai aimé...avant.

feat. Eden. Ivy, Léandre Rosier,
Sebastian O'Connor & Aldabella Prendergast



Qu'est-ce qu'Eden avait été fière lorsqu'elle avait été nommée préfète. Son insigne, modestement glissé dans l'enveloppe accompagnant sa liste de fournitures. Elle s'était pavanée dans toute la maison, l'objet à la main et les cris à la bouche. Son père moldu avait esquissé un rire tandis que sa mère s'était contentée de lever les yeux vers elle. Mais Eden ne lui en avait pas tenu rigueur. Selon son père depuis son accident, elle n'avait plus coeur à prendre goût aux choses simples.

Alors, quand elle était revenue à Poudlard, Eden avait fait en sorte de mériter son écusson. Elle avait travaillé avec deux fois plus d'ardeur, d'expertise. Elle avait tenté d'être au plus juste possible, de ne pas abuser de sa fonction. Même si elle avait dû avouer certaines fois que certaines fois, sa patience était à bout avec toutes sortes d'élèves.

Ce jour dont nous allons parler, la Serdaigle sortait de son dortoir et allait commencer sa ronde. Il était à peu près onze et quelques. A cette heure, elle avait ordre de coller tout élève qui serait hors de sa salle commune. Passant à travers le premier couloir, Eden entendit déjà quelques murmures. Quels idiots étaient assez fous pour faire autant de bruit à cette heure et surtout si rapprochés du dortoir des Serdaigle ? Alors qu'elle se rapprocha de l'endroit envahi, la descendante des Ivy regretta d'avoir été si naïve.

Avant d'exploser en un affront sans nom, Eden regarda patiemment la scène : Léandre Rosier & Sébastian O'Connor s'amusaient visiblement bien à déguiser une vieille armure aux couleurs de Serdaigle. Désespérée, Eden passa une main sur son visage. Elle avait l'impression que peu importe le nombre d'heures qu'elle pouvait imposer à Léandre en compagnie de Rusard, son ardeur à faire preuve de sottises n'avait pour seul objectif que de redoubler.

-Tss, tss, tss...Rosier et O'Connor. Je peux savoir ce qui est à...L'origine de ceci. Dit-elle en pointant l'armure du menton. Tu devrais peut-être lui rajouter un bonnet pour ne pas qu'il attrape froid. Et avec, le grain de ton sablier vert qui va dégringoler.

Puis, la demoiselle tourna son regard vers O'Conner, qu'elle connaissait par l'intermédiaire des âneries qu'il partageait avec le vert et argent :

-Quand à toi, je trouve que l'armure semble un peu...vieillotte. Mais ne t'inquiètes pas, tu pourras toujours arranger cela avec l'aide de Rusard.


made by guerlain for bazzart

Aldabella PrendergastProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 09/01/2018 Messages 187 Points d’activité 154
      Pseudo : Shany-ny
      Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
      Crédits : Me baby
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
      Patronus: Lion
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-dar
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Sam 17 Fév - 16:59

Q

ue c’est beau, l’insouciance de la jeunesse ! Que c’est agréable, de n’avoir comme seul souci que le manque de sommeil et les examens finaux ! Qu’elle est douce, la naïve pensée adolescente que ses problèmes sont au centre de l’univers ! À trente ans, une fois professeure à l’université et reconnue comme une femme épanouie, Aldabella regarderait ces derniers jours à Poudlard avec une certaine douceur, mêlée d’une nostalgie mélancolique. Cependant, à dix-huit ans, les pieds en plein dans le merdier, l’adolescente ne voyait pas le bout de ses ennuis.
À un mois de la graduation, la préfète faisait sa ronde habituelle au sein des couloirs endormis du collège avec une certaine distraction. À cette époque, sa réputation n’était point la même qu’aujourd’hui : encore, elle recevait des regards perplexes. Encore, elle recevait des injures anonymes de la part des né-moldus et des sang-mêlés ; encore elle se faisait lancer des accusations de traîtrise par les sang-purs. Et, bientôt, elle serait aussi une déception aux yeux de son frère. Car, plutôt que de suivre le chemin qui lui était destiné depuis des années, elle avait choisi le sentier à part ; l’enseignement plutôt que le parcours auror. Et, pour un Ghrystal de 88, ce serait une nouvelle accablante.

Tournant le coin d’un couloir, la jeune fille observait avec nostalgie les tableaux somnolents, auxquels elle ferait ses adieux dans moins d’un mois. Sur sa poitrine, son insigne de préfète en chef brillait sous la lueur de son lumos, et ses pas doux résonnaient dans les couloirs déserts. Ce qu’il en portait, des souvenirs, cet écusson ! Tous ces élèves qu’elle avait coincés, toutes ces retenues qu’elle avait imposées, toutes les protestations qu’elle avait obtenues... Ah, sacrés jeunes ! Toujours là à tenter le diable, et à pleurnicher lorsqu’ils se font prendre ! De quoi auraient-ils l’air, une fois adulte, à faire les tartes au boulot et à implorer leur employeur à genoux de passer par-dessus leur bêtise ? Peut-être, au fond, était-ce là le véritable rôle d’une préfète ? Préparer les élèves à devenir des membres fonctionnels de la société ? Peut-être était-ce un peu prétentieux de la part d’Aldabella, mais elle aimait bien donner une importance bien particulière à son rôle. Rôle que, d’ailleurs, elle avait toujours rempli de façon juste et objective. Enfin…

Il n’y avait qu’une personne contre qui son autorité inébranlable flanchait : le seul, l’unique, Léandre Rosier. Depuis sa toute première ronde, la préfète ne cessait de croiser le Serpentard et, au fil des retenues, elle avait fini par le cerner. C’est une balade dans le parc, alors qu’il n’était qu’en troisième année, qui avait permis à la Rouge de bien comprendre à qui elle avait affaire. À partir de ce jour, elle avait été plutôt clémente avec le jeune garçon. Comment ferait-il, d’ailleurs, à partir de l’an prochain, pour se tirer d’affaire sans elle ? Elle devait lui parler, lui expliquer que les autres préfets ne serait peut-être pas aussi compréhensifs qu’elle. Qu’il devrait se calmer, ou son dossier pourrait s’en retrouvé taché… En échappant un soupir, le visage du jeune homme se matérialisa en son esprit. Elle crut même entendre sa voix résonner dans sa tête…avant qu’elle ne tombe nez-à-nez avec le garçon, accompagné de son fidèle acolyte et d’une autre demoiselle. Quelle surprise.

Aldabella, complètement découragée de retrouver les deux garçons à nouveau sur une scène de crime, balaya le couloir d’un regard pesant. Une des armures revêtissait les couleurs des Serdaigles, et l’une de leur préfète semblait plutôt mécontente du mauvais coup. « Ahem. » fit-elle fortement, en se raclant faussement la gorge, pour témoigner sa présence. « Franchement, Rosier, c’est tout ce que tu as trouvé ? Tu as visiblement besoin de vacances, les idées te manquent. » Les mains sur les hanches, elle posa le regard sur Sebastian, le regard dur, la rancune au coeur. Même si Siobhan lui avait assuré de lâcher l’affaire, elle n’y arrivait tout simplement pas. « Et toi ? Toujours à suivre les autres ? ‘Faudrait peut-être faire un Gryffondor de toi, t’armer d’un peu de courage et ne plus faire n’importe quoi, tu crois pas ? » Puis, enfin, elle porta son attention à la demoiselle. Elle l’avait déjà croisée, plus tôt dans l’année, mais ne comprenait pas vraiment ce qu’elle faisait là. « Tu es… Eden, je crois ? J’apprécie beaucoup ton aide, mais nous sommes mardi. C’est mon aile de ronde, je crois que tu t’es trompée. Et, si c’est le cas, les couloirs des cuisines sont actuellement sans surveillance. Tu pourrais aller vérifier, s’il-te-plaît ? » Elle soupira, le regard en alternance entre les trois jeunes gens. « Je crois que Rusard ne sera pas nécessaire, pour cette fois. Ils ont déjà commis pire. La salle de réflexion sera suffisante, je crois. C’est moi qui surveille, demain. Eden, si tu n’as rien à faire, que dirais-tu de te joindre à moi ? Ça te permettrait d’apprendre ; un jour, toi aussi, tu auras cette tâche. »


_________________


Lavender's Blue
Dilly Dilly ❀When I'll be Queen, dilly dilly, you'll be my king ; Who told me so, dilly dilly, who told me so ? ; It was my own heart, dilly dilly, that told me so.

Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 2194 Points d’activité 381
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Dim 18 Fév - 11:12


Léandre Rosier, sixième année à Serpentard. Batteur dans son équipe et fauteur de trouble reconnu.

Poudlard, 10 mai 1988


Un mouvement. Immédiatement, il se retourna pour faire face à la silhouette de son acolyte de mésaventure. Probablement plus détendu que lui pouvait l’être : sans doute car le Gryffondor ne savait pas tout de ce stratagème un peu vulgaire. Sans doute car il ignorait à quel point sa présence servait d’abord et avant tout de protection au Serpentard. La confiance aveugle dans sa forme la plus amusante et la plus cruelle.

Pas mal Rosier. Et cette approbation qui arrivait à point nommé ! Comparable à ces caresses données du bout des doigts sur le poil soyeux d’un félin plus rustre qu’amical. Apaisant, brièvement, un peu de la tension extatique qui courait le long des membres du jeune sorcier. Tu t’improvises souvent styliste- Il ne parvint pas à retenir un sourire aux accents victorieux et narquois sur ses lèvres. Tu as un fantasme étrange sur les armures dont tu m’as pas parlé ?

« Oh, Sebastian. Voyons. Des fantasmes, j’en ai tellement. » Il agita le doigt, de droite à gauche, en une théâtralité exagérée. « Juste un petit ‘pas mal’ pour cette œuvre fraiche et innocente ? Elle est merveilleuse, pourtant, selon moi. Merveilleuse de sarcasme et d’originalité. » Il gonfla le buste de fierté pour accompagner l’expression toujours plus moqueuse qui imprégnait ses traits. A l’égard de sa propre création, évidemment. Et des élèves de Serdaigle. Un peu. Aussi. « Note, si j’étais styliste, je m’arrangerais pour que toutes nos camarades puissent … Se déplacer sans l’ombre d’un vêtement dans nos couloirs. »

Un instant, un éclat insolent vrilla son pâle regard. « Après tout, existe-t-il meilleure tenue que celle d’Eve ? » Puis il se reprit. Ou, plus exactement, il tenta de se reprendre.

Des pas résonnaient de nouveau dans le couloir. Belle rencontre en perspective ? Les lèvres de Léandre se pincèrent d’une excitation évidente, presque malsaine. Oh, il espérait tant que ce soit Prendergast. La fougueuse. L’implacable. La- Ah non. Ce n’était pas elle. Même si la longue cape pouvait porter à confusion, les couleurs qui miroitaient sur ses bordures ne témoignaient pas des courageux lions. Au contraire. Le blason de Serdaigle y luisait avec une férocité peu commune.

Intense. Probablement autant intense que la lassitude criante sur le visage d’Eden. La gracile Ivy ! Par la barbe de merlin, comment avait-il été capable de nier ce détail ? Le Serpentard ouvrit de grands yeux stupéfaits et faussement naïfs. Sa tactique avait une faille, à l’évidence. Troublante, toutefois, en ce qu’il se souvenait normalement de tout. A moins qu’il n’ait jamais vraiment prêté attention à l’information ? Ce n’était pas comme s’il avait élaboré ces sottises scabreuses pour mieux profiter de la présence d’Aldabella. Tss, tss, tss. Le début des problèmes.

Inéluctablement.

Je peux savoir ce qui est à l’origine de ceci. « Et bien- » Tu devrais peut-être lui rajouter un bonnet pour ne pas qu’il attrape froid. Et avec, le grain de ton sablier vert qui va dégringoler. « Merde. » Qu’est-ce qu’il pouvait répondre, de toute manière ? Concrètement, il était coincé. « Eden, c’est un énorme malen- » Oui, bon, ce n’était pas vrai, mais s’il pouvait tenter de ne pas se faire piéger par la préfète de Serdaigle plutôt que par celle qu’il attendait fermement… Quant à toi, je trouve que l’armure semble un peu vieillotte. Mais ne t’inquiètes pas, tu pourras toujours arranger cela avec l’aide de Rusard. « Rusard ?! » Il s’était légèrement égosillé. « Vous n’avez vraiment … Aucun humour, chez Serdaigle... »

Il étouffa les derniers mots de sa phrase pour ne pas en rajouter au drame qui se déroulait ici-bas. Ahem. Ah ! LA préfète ! Immédiatement, il se passa une main vive dans les cheveux pour se recoiffer et se donner bonne impression. Franchement, Rosier, c’est tout ce que tu as trouvé ? Les lèvres du Serpentard s’ourlèrent d’un sourire séducteur. Tu as visiblement besoin de vacances, les idées te manquent. « Tu trouves ? Je suis pourtant super inspiré, là, maintenant, tout de suite… » L’esquisse enjôleuse s’agrandit davantage alors qu’Aldabella fustigeait ce pauvre Sebastian et essayait … De leur sauver la mise avec Eden ?

Je crois que Rusard ne sera pas nécessaire. Il expira, soulagé. Mais toujours le regard vissé sur le visage de leur aînée. Ils ont déjà commis pire. « Disons que nous sommes imaginatifs. Des artistes du délit. » La salle de réflexion sera suffisante, je crois. Léandre frémit très légèrement d’impatience. C’est moi qui surveille, demain. Et de réussite, surtout ! Ça te permettrait d’apprendre : un jour, toi aussi, tu auras cette tâche.

« Et on apprend tellement en regardant Aldabella. » Bon, d’accord, elle était vraiment facile celle-là.

_________________
But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 864 Points d’activité 439
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : stillnotginger. signature : buckaroo
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Lun 19 Fév - 8:40


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
Est-ce que Léandre avait conscience de l’effet qu’il faisait à Sebastian ? Probablement pas, étant donné qu’il n’avait aucune idée de l’orientation sexuelle de son partenaire de crimes. Mais les hormones en ébullition de l’adolescent irlandais bouillonnaient alors que le serpentard lui parlait à demi-mots de ses fantasmes, et de se balader nu dans les couloirs. Rien que de l’imaginer… Sebastian bénit l’éclairage relatif que les torches procuraient en cette soirée, masquant la rougeur de ses joues et un certain… grossissement dans son pantalon, heureusement facilement masqué par sa cape doublée de bordeaux. Par contre, s’il pouvait déguiser ses réactions physiques, comment réagir aux insinuations sexuelles que le jeune homme lui balançait, sans se rendre compte de leurs implications pour le blond ? Pas grand chose, de toute façon, il savait que s’il ouvrait la bouche, il bredouillerait et se rendrait totalement ridicule. Alors, il préféra rester silencieux et hocha simplement la tête, avant d’entendre des pas résonner sur les dalles en pierre du château. Parfait, une diversion. Sebastian préférait endurer le moindre reproche d’un préfet zélé plutôt que de devoir écouter Léandre continuer sa diatribe sur ce qu’il imaginait faire subir à ses conquêtes féminines.

Une fille aussi blonde que lui tourna dans le coin du corridor et s’arrêta devant l’armure magnifiquement décorée par les bons soins du vaurien, visiblement… perturbée par la désacralisation faite à sa propre maison. Sebastian ne la connaissait pas vraiment, il connaissait son nom et savait qu’elle était préfète, mais c’était à peu près tout. Elle allait probablement leur donner un avertissement et les laisser filer, n’est-ce pas ? Car à part avec Aldabella (qui ne l’avait jamais vraiment apprécié, et encore moins depuis… l’épisode Siobhan), c’était ce que faisaient la plupart des préfets avec lui : l’un des nombreux avantages d’être capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor, doublé d’une gueule d’ange et un caractère délicieusement jovial et naïf qui le rendait extrêmement populaire. Grave erreur. Sebastian n’avait pas souvent la conscience de la portée de ses actes, et cette situation en était le parfait exemple. Ce n’était pas l’idée de se retrouver à cirer des sols avec Rusard ou de partir faire une virée dans la Forêt Interdite qui l’embêtait, c’était le risque que McGonagall l’exclue de l’équipe de Quidditch. Il avait déjà été approché par un scout des Tornades de Tutshill, qui semblait intéressé par ses performances, et qui lui avait insinué que s’il continuait de délivrer des performances exceptionnelles et faisait gagner la Coupe à Gryffondor, une position de poursuiveur pourrait bien s’offrir pour lui, au niveau professionnel… C’était son futur qui était en jeu. Et pourtant, il le mettait en péril pour les beaux yeux de Léandre Rosier.

Il était content que son camarade, d’ailleurs, proteste doucement, bien qu’il n’était pas sûr que qu’insulter  l’humour des Serdaigle soit une idée réellement judicieuse. D’autres pas. Qu’est-ce que c’était encore, c’était maintenant Rusard qui venait directement les cueillir ? Et non, raté. C’était la belle et fière Aldabella Pendergast, préfète des lions, et loin d’être sa plus grande fan depuis qu’il avait misérablement abandonné sa meilleure amie dans une position ma foi… vulnérable. Pour la défense de Sebastian, certes, il avait utilisé Siobhan pour se protéger en cas de rumeurs sur sa véritable orientation sexuelle, certes, il avait fuit lorsque celle-ci lui avait offert sa virginité, mais il n’était, au moins, pas allé jusqu’au bout. Il aurait pu le faire en pensant à son cousin à la place de la blonde, et il aurait pu continuer sa mascarade au moins jusqu’à son départ de Poudlard, se couvrant indéfiniment. Mais tout ça, Aldabella n’en avait pas conscience. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il avait brisé le cœur de la Kvelgen, et donc, elle regardait avec un profond dédain l’irlandais, à chaque fois qu’il la croisait dans leur salle commune.

La préfète avisa la scène, et Sebastian essaya de se faire le plus petit possible, comme s’il essayait de se fusionner avec le mur auquel il était adossé. Parce qu’il avait conscience qu’Aldabella avait parfaitement raison de le mépriser. Ce qu’il avait fait était vraiment horrible, et à cacher ce qu’il était vraiment, il ne démontrait vraiment pas le courage légendaire des rouges et or. Il ne répondit pas à sa provocation, ne voulant de toute façon pas envenimer la situation, et se contenta d’écouter Léandre, qui flirtait sans vergogne avec Aldabella sous son nez. Pour masquer son désespoir, il continuait de manger sa pomme en maudissant intérieurement le destin qui l’avait fait crusher sur Léandre Rosier, entre tous les élèves de Poudlard.

Il aurait mieux fait de rester dans son dortoir, vraiment.

_________________

    You're my kaleidoscope
    my life was black and white and I believed it, my eyes looked at the world but couldn't see it. you're like the thing that makes the universe explode into the colors of a world I've never known. you keep turning my life around. tonight the stars are in your eyes and I surrender, tonight our hands against the wind, we are forever. + buckaroo.
Eden M. IvyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 28/01/2018 Messages 249 Points d’activité 274
      Pseudo : Marie la pas jolie.
      Avatar : Candice Accola
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Southampton
      Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Jeu 22 Fév - 14:21

Be prepared

feat. Eden Ivy, Aldabella Prendergast, Léandre Rosier & Sébastian O'Connor



Avec un rictus, Eden vit le Serpentard tenter de se dépetrer de sa situation. Ses joues étaient colorées d'un pourpre tout à fait impudique qui apportait davantage de satisfaction à la Serdaigle. Elle n'agissait pas par méchanceté et avait même assez d'affection pour le vert et argent. Il était arrivé par le passé que ce dernier la défende contre d'impudents sang-pur dénigrant son côté moldu. Et même si Eden détestait ça, elle devait avouer qu'elle lui en devait plus d'une.

-Laisses moi deviner...Un énorme malentendu, n'est-ce pas ? Certainement. D'ailleurs, il n'y a rien d'étonnant à ce que ces vêtements aient attéri ici. Ils font souvent ça. Et en élèves je suis certaine, des plus sérieux, vous vous apprétiez à regagner vos dortoirs. D'ailleurs Léandre, tu raccompagnais Sebastian n'est-ce pas ?

Voyant la mine déconfite de son aîné à la mention de Rusard, Eden ne pu s’empêcher un ricanement. Oh, qu'il se trompe Rosier, les Serdaigle avaient beaucoup d'humour. Mais pas toujours là où les autres pouvaient le trouver. Alors qu'elle allait continuer sur sa lancée, Eden vit apparaître à embranchement du couloir Aldabella Prendergast. Une douce sensation envahit la poitrine de la cinquième année. Elle avait toujours trouvé la Gryffondor réconfortante...Et plus si affinité. Mais ça, c'était un autre sentier qui n'était pas encore prêt à être exploré.

-En effet. Eden Ivy.

Elle s'était trompée de jour ? Pas impossible. Dernièrement, les examens trimestriels approchaient dangereusement et la Serdaigle était assez plongée dans ses révisions pour ne pas s'être assez préoccupée de sa ronde.

-Oui, excuses-moi. A ta guise, de toute façon, j'ai encore beaucoup de choses à app...

Les derniers mots de la bleu et bronze se bloquèrent dans sa gorge face à ceux de Rosier. Il était vraiment incorrigible. Lasse, Eden se passa une main sur le visage et déclara, préférant ignorer :

-Ce sera avec plaisir. Demain soir donc vers six heures ou plus tard ?

Après la réponse de la demoiselle, Eden inclina la tête et souhaita le bonsoir à tout le monde en affichant un petit sourire à Léandre. Puis, elle prit le pas vers les cuisines. Décidément, il fallait vraiment être étrange pour s'ennuyer par ici...


made by guerlain for bazzart

Aldabella PrendergastProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 09/01/2018 Messages 187 Points d’activité 154
      Pseudo : Shany-ny
      Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
      Crédits : Me baby
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
      Patronus: Lion
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-dar
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mar 27 Fév - 21:53

À tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
ft. Léandre Rosier, Sebastian O'Connor & Eden Ivy
E
n temps normal, elle se divertissait bien des tentatives de drague foireuses de Léandre. En temps normal, elle se plaisait à voir Sebastian baisser la tête face à elle, qui profitait très légèrement de son autorité. En temps normal, il lui faisait plaisir de guider les nouveaux préfets lorsqu’ils semblaient confus, perdus. Oui, en temps normal, cette scène l’aurait bien amusée.
Mais ce soir-là, Aldabella était fatiguée. Non, elle était exténuée ; épuisée par l’angoisse qui la consumait depuis quelques semaines, affaiblie par le manque de sommeil que lui infligeaient ses révisions pour les ASPICs, elle observait le Rosier comme l’on fixe le vide. Elle ne réagit ni à son commentaire flatteur, ni à ses yeux doux, dont les cils battaient plus fervemment que les ailes d’un monarque en plein envol. Elle ne lui adressa qu’un sourire qui, sans être faux, restait lasse. Elle se tourna ensuite vers Eden, en croisant les bras contre sa poitrine. « Six heures, oui. Si tu n’as pas terminé de manger, je suis certaine que tu pourras trainer ton assiette. J’le fais tout le temps. Et ça va pour vous aussi. » ajouta-t-elle en se tournant vers les garçons, bien qu’ils devaient déjà être au courant. Elle avait l’habitude de les surveiller, compte tenu qu’elle était bien la seule à leur épargner la compagnie de Rusard. Peut-être était-ce pour cette raison, d’ailleurs, qu’ils ne se faisaient pincer que lors de ses rondes ?

« Pour ce soir, cependant, c’est le lit. fit-elle avec autorité. Eden, tu pourrais escorter monsieur Rosier jusqu’à sa chambre, avant de retourner aux couloirs des cuisines, s’il-te-plaît ? Je me charge de Sebastian. » Elle fit un signe de tête au Gryffondor de la suivre et s’engagea dans le couloir, avant de tourner la tête par-dessus son épaule, jetant un dernier coup d’oeil à Léandre et la préfète. « Bonne nuit, Léandre ! Et bonne soirée, Eden. N’oublie pas ton rapport de ronde, et à demain ! » Et, Sebastian sur ses talons, elle tourna le coin.

Le chemin jusqu’au dortoir se fit dans un silence des plus lourds. La main fermement agrippée sur sa baguette, éclairée par la douce lueur de son lumos, Aldabella marchait d’un air fier, le visage teinté d’une confiance feinte qui cachait le pincement rongeant son coeur. Elle regardait bien droit devant elle, sans pour autant s’empêcher de jeter des regards discrets à O’Connor. Lui aussi semblait détester son trajet. Alors, après un long soupir, la brune lâcha mollement : « J’suis désolée, Sebastian. » Elle continua à fixer le vide, son orgueil l’empêchant de faire face au Rouge. « Je suis dure avec toi. Et je devrais pas. Même Sio m’a demandé de pas m’en faire. Mais tu vois, elle est un peu comme ma soeur. Elle me protège, je la protège. On agit comme des boucliers mutuels. » Elle fit une pause. « Mais, une peine d’amour, je peux rien faire pour lui épargner cette douleur là. Alors, vu comment tu l’as jet- » Elle se racla la gorge. « Comment tu l’as laissée, au moment où elle était… enfin… complètement vulnérable et prête à s’offrir… Je sais pas. J’ai trouvé ça… un peu bas, comme coup. » Ils étaient désormais devant la Grosse Dame qui, endormie, ronflait doucement d’un rythme régulier. « Mais avec du recul, j’ai compris que tu aurais justement pu profiter de cette vulnérabilité pour faire encore bien pire. Alors au fond, je veux juste… te remercier, je pense. » Enfin, elle leva les yeux vers lui. « C’est pas tous les mecs qui auraient eu la décence de s’arrêter plutôt que de sauter sur l’occasion. Donc, voilà. C’est ça. Vas te coucher. » À nouveau, elle racla sa gorge, réveilla la Grosse Dame et ne s’éloigna que lorsque le portrait, en râlant, laissa entrer O’Connor.


* * *


Six heures moins quart. La salle était déserte pour l’instant, comme à l’habitude. Un roman moldu sous le bras -Madame Bovary, qui plus est !-, un paquet de friandises dans la main opposée, Aldabella, de bien meilleure humeur que la veille, prit place au bureau du surveillant, non sans avoir tiré une chaise pour Eden au devant de la classe. Elle se plaisait bien à arriver en avance, en plein coeur d’une salle de classe vide. Tandis qu’elle ouvrait son livre, elle balaya la salle d’un regard attendri, un sourire aux lèvres. Un jour, cette classe serait sienne.

code by bat'phanie

_________________


Lavender's Blue
Dilly Dilly ❀When I'll be Queen, dilly dilly, you'll be my king ; Who told me so, dilly dilly, who told me so ? ; It was my own heart, dilly dilly, that told me so.

Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 2194 Points d’activité 381
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Dim 4 Mar - 13:04

Un énorme malentendu, n’est-ce pas ? Exactement le genre de phrase prompte à le pousser vers quelques effarouchements. Quelques véhémences. Tant les menaces présentées à ses yeux, sous les mots précédemment employés par sa propre bouche, se font promesse d’affres détestables. Rusard n’en étant qu’un début. Une part malheureuse d’un problème plus large. Plus gênant. Surtout pour le futur espéré par ses rêves troublés d’adolescent nerveux.

Le ton cassant, presque acerbe, de la préfète au blason de bleu et de bronze le força à se mordre la langue. A ne pas répondre davantage à la rudesse d’un propos assurément moqueur. Tourné en vengeance, chez Eden, contre l’humour proféré en cet espace par la débauche crâneuse du Serpentard. Arrogance consacrée par ses camarades – dont ce cher O’Connor, franchement muet pour le coup – en d’autres heures.

Les lèvres de Léandre s’agacèrent d’une âpreté contenue. D’une rage modérée par la présence des autres. Démesurée, pourtant, face à l’enjeu du moment. Face à- Un vague grognement approbateur s’expulsa de sa gorge à la référence tant attendue. Un peu séducteur, malgré tout, vers la superbe Aldabella.

L’ensemble de ce stratagème, en effet défectueux, ne cherchant qu’à charmer davantage l’éthérée parente. Qu’à contourner l’anathème éternellement censuré pour de semblables penchants. Tabou condamné et condamnable par-delà les âges.

Eden. Escorter. Le Serpentard lâcha un souffle frustré. « D’accord … Sagement rentrer à ma chambre c’est dans mes cordes. Tu m’y accompagneras un autre jour, Aldabella ? » Charme désuet et désespéré, sans doute. « Bon repos ! » Son pâle regard, encore troublé par l’allégresse de ses bévues et la rancœur du rappel à l’ordre, s’arrêta sur Prendergast et O’Connor, avant de fondre sur la préfète de bleue et bronze. « Bon. Ben. Allons-y je suppose. » Une blonde camarade pourtant agréable en des heures plus adaptées. « Rusard. Franchement, Rusard ? C’est cruel Eden. A une autre occas- Non, je te promets, je peux t’apprendre à costumer les armures. L’art d’élaborer- D’accord. J’arrête. »

Une pause alors que leurs pas s'éloignent. « Tu n’as pas assez d’humour. »


***


Un peu avant l’heure attendue, Léandre gagna la salle de retenue. Nerveux et pressé de rencontrer en dehors des cours – encore, toujours, éternellement – Aldabella. Bon, O’Connor et Eden avec. « Hmpfh. » L’un étant son excuse toute trouvée et l’autre un élément pas franchement prévu au départ. Un aléa de ses plans étranges. Un bon aléa cependant.

D’un geste véloce, le Serpentard dénoua sa cravate et passa le pas de la porte. Ses yeux se portant, au même moment, vers la préfète. « Beauté des beautés, comme prévu ! Bonne journée, j’espère ? » En des mouvements amples et exagérés, l’adolescent déposa son auguste séant contre table. « Quelle est la leçon du jour, préfète ? » Non sans régal. « Ça te tente une rose, avant le début de la retenue ? »

_________________
But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 864 Points d’activité 439
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : stillnotginger. signature : buckaroo
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Ven 9 Mar - 9:52


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
Sebastian était partagé : d’un côté, il était content de passer sa retenue en compagnie de Léandre, de pouvoir continuer de l’admirer secrètement et de rire à ses traits d’esprit, en se retenant de trop rougir, mais de l’autre, Aldabella serait là. Attention, l’irlandais n’avait rien de particulier contre la préfète, elle était même plutôt sympathique si on enlevait le fait qu’elle le regardait toujours de cet air réprobateur, similaire à celui d’une vieille chouette ébouriffée, mais l’attirance éhontée que son camarade de Serpentard éprouvait pour elle était difficile à supporter pour lui. Il ne pouvait rien dire : car se plaindre, c’était avouer que Léandre lui plaisait, et donc, qu’il n’était pas, comme tout le monde le pensait, hétérosexuel. Et il ne pouvait pas se le permettre, pas quand sa famille détestait déjà ce qu’il était de par sa naissance (il ne voulait pas en rajouter une couche), et pas quand un contrat pour devenir joueur de Quidditch professionnel s’agitait devant ses yeux. Les sportifs, ils n’étaient pas gay, n’est-ce pas ? Ils étaient durs, fiers, virils : le jeune homme pensait sincèrement que d’assumer ce qu’il était, signifiait qu’il avouait ne plus correspondre à ces trois adjectifs.

Le blond soupira, pestant intérieurement contre le destin qui l’avait fait tel qu’il était, et pas comme les autres, et suivit Aldabella jusqu’à leur salle commune, après avoir salué de la tête Léandre et Eden. Il écouta religieusement la diatribe de la préfète, crevant d’envie de l’interrompre pour lui dire la vérité, mais sachant pertinemment que c’était impossible.

« -Oh, je… enfin, tu n’as pas à me remercier, lui répondit-il en balbutiant. Je sais que j’ai agis comme le dernier des cons, et Siobhan ne méritait pas ça, c’est une chouette fille. C’est juste que… Il chercha quelques secondes une excuse, n’en trouva pas, se traita mentalement de tous les noms. Enfin, c’est du passé de toute façon, j’espère qu’elle trouvera quelqu’un qui s’occupera d’elle à sa juste valeur. »

Et il pénétra dans l’encadrement du portrait, qui s’écartait pour le laisser passer. Cette sortie avait été un désastre. Non seulement il avait récolté une retenue, mais en plus, il avait été aux premières loges pour le Léandre Show, avec dans le rôle du personnage féminin qui se fait courtiser par le héro, la meilleure amie de son ex. Un vrai bonheur.

***

L’irlandais courait dans les couloirs. Il allait être en retard –encore. Ses professeurs en avaient plus qu’assez de le voir débarquer systématiquement 5min après tous ses camarades, bien que la plupart laissaient passer lorsqu’il prenait son air de chien battu, avec un petit sourire contrit et ses cheveux blonds ébouriffés par sa course. Sauf que là, il n’avait pas cours, non, il devait rejoindre Aldabella, Eden et Léandre pour recevoir la punition de leur petite escapade de la veille, et pas sûr que les préfètes accepteraient l’excuse d’avoir réussi un parfait Plongeon de Dionysos à l’entrainement comme raison de son retard. Même la gryffondor n’était pas particulièrement fan de Quidditch, et les records qu’il faisait gagner à l’équipe ne semblaient lui faire ni chaud ni froid, alors compter sur le soutien d'un membre d'une maison adverse...

Après un dérapage soigneusement contrôlé (où il manqua de se prendre le mur, il fallait bien l’avouer), Sebastian tourna enfin dans le couloir qui menait à la salle où ils avaient rendez-vous. La cravate dénouée, le teint aussi rouge que la doublure de sa cape de sorcier, il s’engouffra dans la pièce sans même prendre le temps de reprendre son souffle, avant de lancer un Tempus tonitruant, brisant le calme environnant.

« -AHA ! JE NE SUIS PAS EN RETARD !

Il entreprit ensuite de faire une danse de la victoire, qui aurait été ridicule s’il n’était pas aussi passionné et mignon comme tout, mais qui, dans le cas précis, était étrangement entrainante. Puis son regard se posa sur Léandre, qui était bien trop proche d’Aldabella à son goût, et son cœur manqua un battement. Il se rappela de la veille, de la drague incessante du Serpentard : il allait encore devoir endurer ce spectacle, pendant toute la durée de la retenue… Espérons que la présence d’Eden réfrénera un peu ses pulsions, pensa-t-il, sans vraiment y croire. Il connaissait trop bien Léandre pour se faire des illusions.

-Alors, à quelle sauce tu vas nous manger Alda, aujourd’hui ? »

_________________

    You're my kaleidoscope
    my life was black and white and I believed it, my eyes looked at the world but couldn't see it. you're like the thing that makes the universe explode into the colors of a world I've never known. you keep turning my life around. tonight the stars are in your eyes and I surrender, tonight our hands against the wind, we are forever. + buckaroo.
Eden M. IvyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 28/01/2018 Messages 249 Points d’activité 274
      Pseudo : Marie la pas jolie.
      Avatar : Candice Accola
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Southampton
      Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Dim 11 Mar - 18:13

A tous les postérieurs que j'ai aimé...avant.  

feat. Eden Ivy, Aldabella Prendergast, Léandre Rosier & Sebastian O'Connor



Tournant le dos à Aldabella & Sebastian, Eden eut un fin sourire en voyant la mine déconfite du Serpentard. Était-ce en prévision de sa punition ou simplement par le fait de devoir se faire raccompagner par sa camarade Serdaigle ? Mais malgré tout ce qu'Eden pouvait bien dire ou faire qui pouvait lui donner le caractère de la pire coincée de l'école, la sang-mêlée aimait beaucoup les piques qu'ils s'envoyaient chaqun. Léandre avait cet humour charmant qui ravissait beaucoup la gente féminine et qui aurait certainement plû à Eden dans une autre vie.

- Oui, je suis certainement affreusement cruelle. Mais moins que cet abominable relooking que tu as crû bon de confectionner sur une des armures. Tu devrais t'intéresser davantage à son histoire qu'à ses habits.

Face à la réplique de son compagnon, Eden  lui lança un regard noir.

- Tu aggraves ton cas Rosier et tu ferais mieux de te dépêcher. Je ne suis pas certaine que ton directeur de maison soit très heureux de voir un ses protégés dans les couloirs à cette heure.
----------------

Six heures...Trop tôt pour manger. Bien trop tôt. Tant pis, la Serdaigle mangerait un petit truc dans la salle commune si le buffet de la Grande Salle s'avérerait fermé quand elle aurait terminé. Une pomme dans son sac et un sourire crispé sur son visage, Eden se rendit dans la salle de détention. Ce nom l'avait surprise plusieurs fois. On aurait dit qu'il était inspiré de cachots - était-ce Rusard qui en avait eu l'idée - ou de salle de torture. Remarque, pour les élèves qui venaient y séjourner ça devait ressembler à cela.

Quand Eden arriva dans la salle peu éclairée, Aldabella et les deux garnements étaient déjà présents à la grande surprise de la Serdaigle, elle qui pensait être en avance. Elle salua ses trois comparses et prit place aux côtés d'Aldabella. N'osant pas sortir son livre, de peur d'être malpolie, Eden se contenta de regarder les jeunes gens en laissant parfois dériver son regard aux fenêtres.

A vrai dire, elle essayait de dévier son attention de la préfète rouge et or. Contrairement à Léandre & Sebastian qui avaient chacun quelques plaisanteries en rab pour la Gryffondor, Eden ressentait un véritable creux dans son estomac. Elle connaissait sa bisexualité depuis assez longtemps pour savoir que les sentiments qu'elle entretenait pour Aldabella étaient plus qu'amicaux. Et ça, il fallait absolument que cette dernière ne le sache pas. Du moins, pas tout de suite.


made by guerlain for bazzart
Aldabella PrendergastProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 09/01/2018 Messages 187 Points d’activité 154
      Pseudo : Shany-ny
      Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
      Crédits : Me baby
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
      Patronus: Lion
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-dar
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mar 27 Mar - 21:00

à tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
ft. léandre rosier, sebastian o'connor & eden ivy
E
lle s’était bien mise à son aise, maintenant. Les pieds appuyés sur la chaise prévue pour Eden, elle dévorait Flaubert en remuant la tête, faisant vaciller ses longues boucles châtaines de gauche à droite. Ses yeux noisettes balayaient les mots à une vitesse folle, sans pourtant n’en manquer un seul. Tandis qu’elle faisait claquer sa langue, elle tentait d’imaginer l’ennui d’Emma, coincée auprès son mari Charles et déçue de l’union auquel elle est enchaînée. Sans s’en rendre compte, son esprit dévia du roman, tandis que son regard continuait à faire défiler les phrases ; inconsciemment, elle se mit à imaginer une vie conjugale sans issue, de laquelle nous ne sommes que prisonniers impuissants. Et, d’un coup, une idée la frappa : grâce à sa mère, elle avait échappé à la fatalité d’un amour imposé ; grâce à son sang, elle s’était évité un mariage organisé et tous les misérables détails qui s’y rattachent. Si son père n’avait pas fait à sa tête, s’il avait épousé une dame de sang-pur comme l’avait toujours souhaité Oswald, alors peut-être serait-elle promise, voir fiancée. Peut-être aurait-elle eu des enfants directement après la graduation, dont le futur serait déterminé avant qu’ils n’atteignent dix ans. Peut-être aurait-elle été élevée autrement, peut-être aurait-elle mis sur un piédestal le mode de vie aristocratique des grandes familles ? Peut-être, en effet.

C’est Léandre qui la tira de ses interrogations, faisant une entrée remarquée -comme toujours- et bien digne de lui. « Oh, très cher, fit-elle en s’éventant de son roman, des plus belles, je vous remercie ! » Elle se redressa, reposant ses pieds au sol, tandis que le Seprentard prenait place sur le bureau. « Aujourd’hui, on apprend à tourner sa langue sept fois avant de parler ! lança-t-elle en riant. Tu sais qu’un jour, ta mauvaise manie de flirter avec les figures d’autorité te paiera ? » Et elle s’étrangla à la question de Léandre, sans pourtant être surprise. « Uniquement si elle est en chocolat ! Maintenant, lève tes grosses fesses de ce bureau, ajouta-t-elle en le chassant à légers coups de livre contre la cuisse. C’est pas poli de s’asseoir sur autre chose qu’une chaise. » Et, tout de suite, avant que le jeune homme n’ait le temps de répliquer, elle précisa, le doigt pointé vers lui comme pour le gronder : « Je t’interdis de détourner mes propos pour en faire une blague douteuse. »

Elle détourna enfin ses yeux de Léandre pour les poser à l’embrasure de la porte. Toujours personne. Elle tira donc sa chaise pour la poser devant celle de Léandre et s'asseya devant lui, l’air soudainement grave.  « Dis Léandre... fit-elle sérieusement. J’en parle pas souvent, parce qu’on commence enfin à me laisser tranquille, mais… ‘fin, tu es bien placé pour savoir que, niveau sang, ça a merdé dans ma lignée. Et, bah, je me demandais, toi qui a une… vue panoramique sur l’aristocratie… Les mariages arrangés, c’est foireux ? » Elle baissa les yeux, sans vraiment savoir pourquoi la question la pesait tant. En quoi ça la regardait, les histoires de sangs-purs ? Pourquoi elle en avait quelque chose à faire ? Et soudain, ça la frappa ; une image se matérialisa en son esprit, un visage se dessina dans sa tête. « Tu… commença-t-elle doucement, les yeux toujours rivés au sol, tu te souviens de Erik, n’est-ce pas ? Je crois que je t’ai jamais raconté comment ça s’est terminé. » Elle croisa les bras contre sa poitrine, une boule coincée dans la trachée. Elle se racla la gorge, comme pour la chasser, mais en vain. « Il m’a plaqué car ses parents l’ont fiancé. Et même qu’il m’a proposé de devenir sa maîtresse, le bâtard. Mais, là n’est pas le sujet. Mon point, c’est que… » Elle leva enfin ses yeux brillants vers Léandre, la voix un peu tremblante. « Tu crois que mon sang va me pourrir la vie pour toujours ? Que je trouverai jamais personne ? Que de se marier à quelqu’un qu’on ne choisi pas est moins triste que finir ses jours seule ? Tu penses que je vais finir vieille, et célibataire, et misérable, et… » Elle s’interrompit soudainement, lorsque dans le couloir, des pas de course résonnèrent.

Sebastian, hors d’haleine et complètement décoiffé, apparu au seuil de la porte. Tout de suite, Aldabella se leva et reprit son air habituel, comme si rien ne s’était passé. « Et bah, c’est déjà ça ! Ce serait le comble que de nous faire attendre ! » Elle s’éloigna du pupitre, tirant sa chaise jusqu’au bureau du superviseur. Tandis que le Rouge prenait place près de son ami, qui semblait fixer la préfète, Eden fit son entrée. Discrète, comme toujours, elle glissait entre les postes de travail, glissant jusqu’à l’avant du local. En silence, elle s’installa sur la chaise, droite comme un piquet, le regard rivé vers l’extérieur. Aldabella, devant un tel manque de naturel, posa les mains sur ses hanches et ricana doucement. « Et bien, bonsoir à toi aussi, Eden ! » Puis, elle marqua la page de son roman, le rangea dans son sac, et en ressorti une petite boîte rectangulaire. « Bon, on va pas se faire chier pendant trois heures ! On se fait une partie de Bridge ? »

code by bat'phanie

_________________


Lavender's Blue
Dilly Dilly ❀When I'll be Queen, dilly dilly, you'll be my king ; Who told me so, dilly dilly, who told me so ? ; It was my own heart, dilly dilly, that told me so.

Léandre RosierSorcier - StaffavatarSorcier - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 2194 Points d’activité 381
      Pseudo : Bruleciel
      Avatar : Gaspard Freak Ulliel
      Crédits : Bruleciel (avatar), Mysie, Ariane & Melo (signature)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Enclave Résidentielle Sorcière.
      Patronus: Un Lion. Avec ses bons et ses mauvais côtés.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t25-leandre-rosier-la-haine-
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Mar 1 Mai - 14:48

De son regard pâle et vif, le Serpentard avait profité de sa proximité pour dévisager la préfète. Oh, très cher. Non sans un sourire aussi extravagant que volontairement enjôleur – quoi que les effets attendus s’étaient toujours révélés médiocres sur son aînée – vis-à-vis des mots qu’elle employait pour lui. Et le ton usité lui plaisait tout autant : ça rendait leur relation unique, n’est-ce pas ? Peu en importait les liens qu’ils partageaient, de loin, par le biais de leurs aïeux.  Je vous remercie.

Il se redressa légèrement, les traits encore teintés de cet intérêt qu’il ne dissimulait pas. Aujourd’hui, on apprend à tourner sa langue sept fois avant de parler- Un soupir agacé lui échappa avant qu’il ne puisse vraiment s’en distancer. Probablement plus frustré qu’il ne le souhaitait par cette directive nécessaire. Salutaire. Mais ô combien moralisatrice pour l’indiscipline de Rosier fils. Tu sais qu’un jour- Toujours une question de jours. Ne pouvaient-ils pas profiter du moment présent ?

Maintenant lève tes grosses fesses de ce bureau. « Pfeuh. Tu ne sais pas ce que ce bureau perd. Mes fesses ajoutent du pedigree à la chose de manière très élégante, je trouve. » Il s’exécuta néanmoins avec la plus grande diligence. De s’asseoir sur autre chose qu’une chaise. Immédiatement, il s’esclaffa de ce rire léger et taquin propre à l’adolescent. Un brin provoquant dans ce charme qu’il tentait presque désespérément d’imposer à Aldabella. Parce qu’elle lui interdisait de profiter verbalement de la perche tendue. Pas de s’en gausser.

Après tout, n’était-il pas vrai qu’il aimait siéger sur tout ce qui était autre chose qu’une chaise ?

Dis Léandre. La gravité soudaine du ton employé l’obligea à froncer les sourcils. A se concentrer plus qu’il n’en avait envie. Tu es bien placé pour savoir. Oh. Mon. Dieu. Une discussion sérieuse. Il écarquilla légèrement les yeux, prêt à écouter tout ce qu’elle voudrait bien lui livrer. Parce que c’était des confidences au goût de miel pour l’entiché maladroit et pénible qu’il était. Niveau sang, ça a merdé dans ma lignée. Enfin. Plus il prêtait attention à ce qui se dénouait entre eux, plus il s’inquiétait.

En vérité, il n’y avait rien de séduisant dans les malheurs de Prendergast. Bien au contraire. Les mariages arrangés, c’est foireux ? Le sujet était carrément délicat. Pour la première fois depuis longtemps, le Serpentard s’en trouva déstabilisé. Tu te souviens de Erik, n’est-ce pas ? Il acquiesça, son entière conscience fixée sur les lèvres – douloureuses ? – de la préfète. Il m’a plaqué car ses parents l’ont fiancé.

Oh. Merde. Il se sentait inutile, soudain. Indisposé. Il ne pouvait pas vraiment l’aider, pas vrai ? Tu crois que mon sang va me pourrir la vie pour toujours ? Il pourrait, cependant. Finalement. A l’entendre affiner le sujet. Tu penses que je vais finir vieille et célibataire et misérable et- C’était si horrible de la voir penser ça. Songer à de pareilles éventualités. Il aurait aimé répondre, immédiatement et avec férocité qu’elle se trompait. Que la pureté du sang était un mensonge. Une ignominie inventée pour désunir les sorciers.

Il n’eut que le temps de faire deux pas que la réalité s’imposa à eux. Sebastian. Immédiatement, Aldabella quitta la chaise et Léandre s’efforça de se frotter la nuque pour récupérer de la gêne qu’il ressentait. Du désarroi. De la colère. Aussi. Un peu.  JE NE SUIS PAS EN RETARD. Le regard que Léandre adressa à son comparse trahissait… De l’instabilité. De la frustration. Un battement de cœur enragé qui lui avait échappé. Il se reprit toutefois bien vite, écrasant les doutes sous un sourire goguenard. A quelle sauce tu vas nous manger Alda, aujourd’hui ? « Quoi, je croyais que c’était moi qui fournissait le repas de ce soir ! »

C’était indécent. Mais suffisant, néanmoins, pour dissiper les relents étranges de ce malaise qu’il percevait encore au creux de ses muscles. « Hey, Eden ! Prête à voir comment Aldabella nous mène à la baguette ? » Rosier fils profita de cette intervention pour se rapprocher de son camarade Gryffondor et lui asséner une tape amicale dans le dos. « Si elle nous faisait que lever la baguette, hein… » Il termina sa phrase en toussant, tant elle approchait définitivement la limite du raisonnable. « Carrément. Je préfère le bridge que les lignes à écrire. Est-ce qu’on peut ajouter, genre, des défis ? Rien d’audacieux ! Nous sommes des élèves sages dans une salle de classe bien calme, normalement. »

_________________
But the horror... The horror was for love. The things we do for love like this are ugly, mad, full of sweat and regret. This love burns you and maims you and twists you inside out. It is a monstrous love and it makes monsters of us all.
Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 864 Points d’activité 439
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : stillnotginger. signature : buckaroo
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Jeu 3 Mai - 11:11


A tous les postérieurs que j'ai aimé... avant !
Sebastian & Léandre & Eden & Aldabella
L’irlandais n’avait pas conscience qu’il aurait pu déranger une conversation hautement plus importante que la retenue qui allait se dérouler entre les murs poussiéreux de la salle d’étude, mais de toute façon, probablement que ses hormones adolescentes lui auraient crié de séparer, autant que faire se peut, celui pour qui son cœur battait, de sa cible (certes, pas franchement consentante, mais néanmoins bien présente). On est bête, quand on est adolescent. On perd de vue ce qui est important, pour se focaliser sur ses besoins immédiats et primaires, pilotés uniquement par ses pensées égoïstes induites par ce qu’on a entre les jambes, plutôt que son cerveau. C’était la raison pour laquelle Sebastian ne pouvait s’empêcher de soupirer après Léandre, alors même qu’il sortait d’une relation avec sa cousine, et que le Serpentard était évidemment bien plus attiré par les formes d’Aldabella plutôt que par le joueur de Quidditch.

Sebastian s’esclaffa de rire en écoutant la blague de Léandre, avant de manquer de s’étouffer tout seul, lorsque la portée de ce qu’il voulait dire lui atteint l’esprit. Il comprend vite le O'Connor, mais il faut lui expliquer longtemps, comme on dit. Rien que d’imaginer… L’indécence de son compagnon de Serpentard avait peu de limite, il le savait, et ce n’était ni la première, ni la dernière fois qu’il en venait à fantasmer sur ses allusions à peine cachées, mais là, il fallait qu’il se calme : il allait être bloqué pendant un certain temps dans cette salle, et il lui serait difficile de dissimuler une certaine gêne dans son pantalon, s’il venait à réfléchir trop longtemps à la manière dont Léandre pouvait produire la sauce à laquelle il aurait vraiment aimé être mangé.

Heureusement, Eden vint délivrer le blondinet de sa torture mentale en arrivant dans la pièce, détournant ses idées perverses de là où elles s’étaient rendues, et il la salua amicalement, utilisant, comme à son habitude, le certifié et dévastateur sourire O’Connor, comme l’avait nommé plusieurs filles de l’école, en abaissant doucement sur le côté sa tête tout en dévoilant progressivement sa rangée de dents blanches impeccables. Si Léandre était un dragueur avéré, Sebastian restait l’un des garçons les plus populaires de l’école, et pas seulement grâce à son statut de capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor : son charme avait fait tomber bien des adolescentes sous son charme, alors même qu’il ne faisait pas franchement d’effort pour leur faire la cour. Ce n’était pas son but auprès d’Eden, de toute façon, mais il fallait bien que son standing soit à la hauteur de sa réputation.

Il allait répondre à l’injonction de Léandre, lorsqu’il ajouta, encore une fois, un sous-entendu pas très fin quand à l’appétit que les deux adolescents devraient ressentir à la vue des formes d’Aldabella. Merlin, sortez-moi de là, pensa très fort l’irlandais. Je pense pas être un mauvais bougre, pourtant : qu’est-ce que j’ai fais pour mériter un truc pareil ? Il devait néanmoins réagir, et, après un petit rire plus faux qu’une paire de chaussures de marque vendue sur le marché, Sebastian répondit d’un sourire crispé :

« -T’as bien raison Léandre, quand elle est dans les parages, y’a pas que mon balai qui s’envole dans les airs !

Bon, ça ne voulait pas dire grand chose, mais ça ressemblait suffisamment à l’une de ces blagues que s’échangeaient régulièrement ses coéquipiers dans les vestiaires pour que ça passe, surtout avec l’intonation goguenarde qu’il avait essayé, au mieux, d’adopter. De toute façon, heureusement, Aldabella sauvait l’affaire en proposant un bridge : au moins, ce ne serait pas l’une de ces retenues embêtantes qu’avait l’habitude de lui confier Rusard, où il devait polir des armures ou ranger des livres dans la bibliothèque. Sebastian n’était probablement pas le joueur de cartes le plus habile qu’il était, mais il se débrouillait, lui arrivant, parfois, de jouer à la bataille magique avec ses camarades, dans sa salle commune, quand d’autres préféraient les échecs sorciers, trop savants à son goût.

-Tu parles d’élèves sages en t’incluant dans le lot, Léandre, ça ne peut pas être crédible, dit-il d’un ton toujours aussi joueur. Mais je suis sûr que nos chères préfètes, de toute façon, prendront soin à ce qu’on reste dans la limite du raisonnable… Il réfléchit quelques instants, avant de sortir sa baguette pour lancer des Accios et mettre autour de la table suffisamment de chaises pour tous les joueurs. En tout cas, pas question de se dégonfler : si défi il y a, on ne râle pas, et on le fait sans discuter des heures. »

Il parlait bien plus à Léandre et à Eden qu’à Aldabella, qui, faisant tout comme lui partie de la maison des Lions, ne se défilerait pas devant un gage. Il craignait que le Serpentard n'essaye de se tirer d’un mauvais pas en utilisant son bagout, et que la plus jeune n’évoque quelques stupides règles avec la rigidité habituelle des Serdaigle. Parce que, comme la plupart des adolescents, il rangeait encore les gens dans des cases, et il était difficile pour lui de se dire que la race humaine était plus nuancée qu’une répartition en quatre maisons.

_________________

    You're my kaleidoscope
    my life was black and white and I believed it, my eyes looked at the world but couldn't see it. you're like the thing that makes the universe explode into the colors of a world I've never known. you keep turning my life around. tonight the stars are in your eyes and I surrender, tonight our hands against the wind, we are forever. + buckaroo.
Eden M. IvyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 28/01/2018 Messages 249 Points d’activité 274
      Pseudo : Marie la pas jolie.
      Avatar : Candice Accola
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Southampton
      Patronus: Inconnu - Pas assez puissante
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1513-eden-mia-ivy-revenante#36053
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   Ven 4 Mai - 16:50

Be prepared

feat. Aldabella Prendergast, Léandre Rosier & Sebastian O'Connor



Putain mais détends-toi. Ils vont finir par croire que t’es constipée. Se repositionnant en essayant cette fois de ne pas faire la tête d’un bulldog anglais et de décoincer les jambes, Eden se rapprocha d’un mouvement vers le bureau central où l’impétueuse préfète rouge et or avait déjà sortie un paquet de cartes. Bridge hein ? Et merde. Elle en connaissait à peine les règles. Elle préférait de loin le poker, mais soit. Elle se plierait et dans le pire des cas qui serait aussi le plus probable, si elle perdait personne ne lui en voudrait. Son image de préfète un poil-trop manque-de-vie-réelle l’excuserait.

Répondant poliment au sourire de Sébastian, elle se tâcha de distribuer les treize cartes supplémentaires à la tablée. Si elle avait pu, elle se serait bien pris une clope. Nan c’est faux. Elle l’aurait refusé poliment mais aurait eu très envie de la consommer.

-Voir ? Mais oublies-tu donc que je passe la moitié de mes rondes aux côtés d'Aldabella ? Il n’y aura que vous pour vous habituer, moi c’est chose faite depuis longtemps !

Elle n’eut même pas la sollicitude de lever les yeux face à l’allusion à peine dissimulée des garçons. A ce niveau, nan, c’était carrément plus de l’allusion.

-Carrément. D’ailleurs, Poudlard et même les villages d’à côté sont au courant d’à quel point ta bienveillance, ton assiduité et ta verve font passer le temps à une vitesse inimaginable pendant des colles Rosier.

Consultant son jeu, Eden se rendit compte que même si ses cartes n’étaient pas puissantes, elles contenaient presque toutes le même symbole : le trèfle. Il fallait juste espérer que ce dernier lui porte chance ce soir. S’intéressant davantage aux conversations de ses camarades qu’à sa propre main, Eden pensa, l'air soudain sérieux que c’était possible qu’elle se la ramène trop d’un coup.

On allait finir par croire qu’elle était soit versatile comme une girouette soit folle comme le fantôme des toilettes. Remarque, elle non plus avant d’être pétrifiée, n’avait-elle pas fait partie de la maison Serdaigle ? Eden haussa les épaules, ce n’était certainement pas une maison qui catégorisait une personne.

Quand son tour fut arrivé, Eden se contenta de continuer l’enchère et de voir si quelqu’un aller passer. Après tout, il n’était pas rare que les mauvais jeux tombent.



made by guerlain for bazzart
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (RP FLASHBACK) A tous les postérieurs que j’ai aimé… Avant !   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Toute autre destination britannique-
Sauter vers:  
Désactiver les particules