Freak Show

Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 169 Points : 19
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Freak Show | Sam 13 Jan - 15:57
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Le Freak c’est chic


Devant-vous, se dresse un chapiteau plus sombre que les autres. Plus obscure. Plus dérangeant. Comme s’il n’avait pas vraiment sa place dans toute la féérie apportée par le Wicked Bazaar. Comme s’il existait en parallèle de toutes les festivités les plus innocentes qui soient. Toléré sans être accepté : à moins que ce soit l’image voulue en dépit de la réalité ? Le Freak Show. Banderole à peine malmenée par le vent sur laquelle est inscrite en de grandes lettres luisantes ces deux mots révélateurs.

Ces deux mots qui trahissent l’atmosphère soudainement oppressante alors que vos pas s’immobilisent à quelques mètres des tentures sombres et verdâtres. Qu’est-ce qui peut bien vous attendre, ici-bas ? Tout, vraisemblablement. Quelques images aux abords vous présentent d’ailleurs les … Êtres que vous risquez de côtoyer. Une petite hybride charmeuse. Un géant musicien. Un fourchelangue envoûtant. Et … Un dresseur à tête de chien. Des physiques inhabituels. Des corps déformés et déroutants, voire dégoûtants.

Singulier mélange de curiosité et de rejet mêlés.

Face à vous, le rideau remue légèrement. Il laisse entrevoir une obscurité peu amène dans laquelle semble percer quelques lumières vacillantes. Des néons aux reflets marins. Et un bras à la peau effritée. Pardon, une main, qui se tend dans votre direction en un petit rire déstabilisant. « Venez, oh oui venez … Laissez-vous porter par ce qui existe mais ne se voit pas … Laissez-vous guider vers l’Upside Down … » La voix est traînante et sensuelle. Aussi captivante que ce mouvement qui vous saisit et vous guide vers cet autre monde.

Vers cette réalité dévoyée ou ignorée selon les nécessités de la société.

Alors, seulement, le voile se déchire et se rompt sous votre passage. Vous entrez enfin dans le chapiteau. La moiteur du milieu est aussi frappante que son aspect. Sombre. Chaud. Humide. Comparable à ces crevasses tumultueuses dans lesquelles sévissent les vices les plus incommensurables de la vie. La lumière teintant – à peine – de vert de bleu les bords des tentures.

Sur la scène de bois, une jeune femme d’un mètre trente environ étire ses bras au-dessus d’elle. Son costume ocre se veut séduisant et ne couvre que les parties les plus sensibles de son anatomie. Sa peau, parcheminée et noueuse comme le serait celle d’un elfe de maison, à quelque chose d’attirant au regard. Elle brille. Comme une multitude de cristaux. Pourtant, lorsque son regard se pose sur vous. C’est celui d’un être humain.

Et cette voix. Encore. Toujours. Fragrance libidineuse émanant d’un corps qui ne le serait théoriquement pas à vos yeux. « Lady vous souhaite la bienvenue au Freak Show ! »


Pour toutes questions, contactez @Léandre Rosier!
Jodie Tenenbaumavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t23-cho-baby-the-stars-shineMessages : 552 Points : 0
Pseudo : melody.
Avatar : malina weissman.
Crédits : moi-même.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs.
Patronus: Un cygne blanc.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Lun 15 Jan - 8:30
Cho avait participé à ce concours radio sans trop réfléchir, alors qu'elle étudiait chez elle par une après-midi ensoleillée, s'arrêtant pour observer le paysage par la fenêtre et manger une Patacitrouille accompagnée d'une tasse de thé. Et finalement, elle avait fini par gagner un de ces Tickets Dorés. Sans trop savoir comment ni pourquoi. Et à la lecture de la liste des expositions disponibles, c'était machinalement qu'elle avait coché une case qui l'avait hypnotisée de fascination. Malgré la présence de la divination sur la liste, c'était ce mot simple. Freakshow. Cho marchait sur le chemin qui la séparait du cirque, dans ses bottines en cuir, jupe plissée et collants à carreaux, vêtue comme une parfaite écolière britannique. Elle n'avait croisé personne en route, en y repensant, c'était un peu étrange, mais peut-être que tout le monde n'appréciait pas une petite marche et préférait transplaner. Cedric semblait vouloir faire le chemin avec elle, marchant devant elle en essayant de shooter dans des châtaignes un peu prématurées, son pied passant au travers des petits fruits dans des bruissements d'air que seule Cho entendait. « Je me demande encore pourquoi tu as choisi cette exposition plutôt qu'une autre plus intéressante, au hasard, celle sur la divination ? » fit-il, les sourcils interrogateurs à son adresse. Et si il disait ça, c'est qu'elle n'en savait foutre rien non plus. « Pour faire parler les fantômes, » rétorqua Cho sans lever le nez de ses pieds, marchant au même rythme. Il sembla prendre note de la remarque et se tut sans pour autant disparaître. Cho atteignit alors le petit groupe de visiteurs attendant le début de l'exposition, silencieuse, les deux mains accrochées à la lanière de sa besace en cuir. La tente est ouverte, mais l'intérieur est d'un noir si profond qu'elle n'en décèle absolument rien. Les banderoles et affiches étendues ci et là dans le cirque promettent visiblement frissons et fascination. « Absolument tout ici me file les poils. Si j'étais le fruit d'une partie plus importante de ton cerveau, je te ferais tourner les talons fissa, » commenta Cedric, planté devant l'affiche montrant un dresseur à tête de molosse. Il parlait alors qu'un représentant du cirque appelait les gagnants dans la tente, alors elle se contenta de le faire taire. « Sshhhhh, » fit-elle, les yeux rivés sur cette main osseuse qui les attirait. Ce fut lorsqu'elle fit quelques pas, suivant le groupe, qu'un frisson d'air froid lui parcourut le corps alors qu'elle manquait de heurter le bras de cet homme... grand, brun, un peu trop propre sur lui, au regard de glace. « Oh, pardon, » souffla-t-elle en guise d'excuses, levant les yeux vers cet inconnu qui étrangement, la fascinait bien plus sur cette femme miniature qui tentait de faire son spectacle. Mais Cho toussota, et fit mine de focaliser à nouveau son attention sur la prénommée Lady, les yeux faisant des crochets réguliers vers ce personnage plus étrange que la physionomie de leur hôte.
Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1236 Points : 68
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Mer 17 Jan - 21:43
Douglas Ford
Le courageux petit froussard.
Cet élève du Charms a gagné à la radio. Il est accompagné d'un tuteur de son établissement avec qui il s'entend bien. Grand sensible, le cœur sur la main, curieux et exubérant, en grande hâte de faire ses preuves, il compte bien profiter au maximum de son prix ... Après tout, quel adolescent ne rêverait pas de se promener ainsi au Wicked Bazaar, sérieusement ?


  • Douglas Ford
  • Sang-mêlé, 15 ans
Freak Show
Ô qu’il regrettait ses choix de vie. Ô qu’il regrettait tout ce qu’il avait promptement juré devant toute la classe. Ses petites mains se contractent pour en former des poings aux jointures blanchies par la force et il s’abstient de passer quelconque commentaire alors qu’il observe les images représentants les dures épreuves qui allaient s’en suivre. Ses sourcils sont bien hauts, tant bien qu’une multitude de rides se forment sur son front. Et il regrette, de ne pas avoir caressé son bon vieux Jacky, trop pressé de se préparer pour aller rejoindre son tuteur à l’entrée de la maison. Il regrette aussi d’avoir essuyé ce baiser tendrement offert par une mère trop impliquée dans les moindres détails de sa petite vie. Il a quinze ans non d’une chouette ! Il sait faire des boucles à ses souliers comme un homme ! Pourtant, il aurait peut-être dû lui dire qu’au fond, il l’aimait beaucoup, sa petite maman. Il regrette de ne pas avoir mis des sous-vêtements plus décents, puisqu’aux dires de sa mère, rien n’est plus gênant que d’aborder des sous-vêtements sales devant des médecins en cas d’accident. Mais ce n’est pas sa propreté qui lui cause problème, advenant une mort certaine dans ce chapiteau… Il regrette de marquer les esprits à tout jamais, comme étant l’ado aux sous-vêtements de Batman, ornés de trous disposés à des endroits peu glorieux. Que penseraient les élèves de sa classe ?

« Venez, oh oui venez … Laissez-vous porter par ce qui existe mais ne se voit pas … Laissez-vous guider vers l’Upside Down … »

Il frissonne, comme jamais il n’a jamais frissonné de toute sa sainte vie. Son tuteur pose une main sur son épaule pour l’inviter à entrer dans le chapiteau, mais il ne bronche pas, il hésite voir, ses prunelles apeurées soutenant le regard du plus vieux comme s’il lui demandait de lui confirmer l’obligation qui les force à y entrer. Peut-être, même, s’il lui refilait tout son argent de poche, ils pourraient sagement rentrer à la maison et le tuteur mentirait pour lui en racontant aux élèves de sa classe, combien il avait été courageux. Il était prêt, même, d’y additionner les 80 euros qu’il avait reçu pour son anniversaire, si l’homme acceptait de dire qu’il avait même été dans l’obligation de se cacher derrière lui, incapable de regarder le spectacle jusqu’à sa fin.

D’un ricanement rêveur, Douglas avance sous la tutelle de son accompagnateur, fier comme un coq devant la tête des élèves du C.H.A.R.M.S qu’il s’imagine déjà. Le torse bombé, il avance, d’un pas confiant… Avant de dégonfler sa posture devant la scène. Ses poumons fragiles souffrent systématiquement de l’air ambiante et il farfouille dans ses poches, un peu inquiet, la voix de sa mère résonnant dans son esprit à lui rappeler de ne pas oublier ses médicaments. Et puis pendant qu’il sent l’angoisse accentuer ses problèmes respiratoires, il voit une jeune femme qui semble tout autant malaisée que lui, le regard qui louche hors de la scène. Il ne sait pas exactement ce qu’elle regarde, mais il est évident que c’est parce qu’elle n’arrive pas à tolérer la frayeur du spectacle ! Alors, Douglas le grand rebombe le torse et tire sur sa manche. Il se maudit un peu aussi, tournant furtivement la tête pour prendre une grande bouffée de son inhalateur, sub-tile-ment, puis reporte son attention sur la jeune – plus vieille que lui visiblement – asiatique. Et peut-être que s’il arrive à l’impressionner elle, il réussira pour les autres. « S-s-s … S-s-s .. MERde … Oh Pardons. J-je voulais hum… Si vous avez trop peur madame… N’hésitez pas à… Vous… Pouvez compter sur moi, je veux dire. Parce que moi, ils ne me font pas peur… Mais pas duuuu tout. Ce sont des acteurs et ils me font vraiment, mais alors vraiment pas peur du tout. Ils ne sont pas effrayants. J’ai vu pire dans des jeux vidéo à la maison, et je jouais tout seul, à deux heures du matin madame, tout seul dans le noir. »
Informations


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 529 Points : 40
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : Nuit Parisienne | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Jeu 18 Jan - 3:42
Ray Patton
Tête brulée
Officiellement, Ray est une vendeuse de beignets sans histoire dans une petite enseigne d'Atlantis. Officieusement, elle est une membre très active du SCAM. Elle rédige de nombreux articles sur le mensonge éhonté que représente la magie et sur toutes les ficelles qu'elle devine derrière ce que ces supposés sorciers nomment sortilèges. En tout cas, cette tête de mule au tempérament de feu, plus proche d'une boxeuse que d'une midinette, croit fermement en une théorie du complot fomenté par le gouvernement américain sur le territoire écossais ... Après tout, ils cachent bien la zone 51.


Son sourcil droit se lève, devant cette affiche aux créatures difformes, comme cherchant une explication sensée à toutes ces conneries. Pourquoi Dingo côtoyait-il un homme à la langue coupée, un géant et une naine ? Encore une arnaque de la multinationale Disney qui veut soit disant nous faire rêver avec des êtres irréels. Ray avait l'impression de voir un mélange de Blanche-Neige et les Sept Nains avec La Belle et la Bête, sur une teinte de Livre de la Jungle. Voilà ce que c'était. La Jungle.

Elle souriait sous sa casquette des Mets de New York laissant apparaître tout juste quelques mèches de ses cheveux colorés. Peut-être qu'elle aussi serait bonne à avoir une tente rien qu'à elle. En l'habillant du bon costume, on pourrait la faire devenir sirène, ou Ursula la sorcière ? Tout le monde pouvait bien faire partie de cette supercherie à taille humaine, et c'est le pas trop curieux d'en déceler chaque erreur qu'elle poussa la grande toile pour découvrir à qui appartenait la voix fluette qui les invitait. Le fait est qu'elle avait dû appeler une bonne centaine de fois pour gagner sa place. Elle y tenait plus que tout et aurait vendu père et mère pour pouvoir, par A + B, démontrer de l'absurdité de ce cirque "magique".

Seulement en voyant la petite femme à la peau reluisante devant elle, pendant une seconde elle fut... Heurtée. Non pas par la peur, mais par ce sentiment étrange de dégoût propre à l'homme lorsqu'il découvre quelque chose de réellement peu agréable à la vue. Mais cette femme était-elle vraiment ainsi ? N'était-elle pas juste une personne atteinte de nanisme qui se serait versé un peu d'huile de karité sur le visage pour ressembler à ces ados prépubères à la peau grasse ? « Hugh... Mais qu'est-ce que - ». La réflexion de Ray pour comprendre et analyser ce que ses yeux lui offraient fut vite coupée par le petit garçon à côté d'elle. Ce sont des acteurs. AH ! Bah oui, voyons. Elle n'est pas seule à ne pas y croire. Rassurée, Ray décrispa ses épaules qui, malgré le fait qu'elle soit certaine d'être face à une supercherie n'avaient pas pu s'empêcher de se tendre dans un réflexe musculaire, et s'avança au plus près de la scène pour mieux voir chaque détail de la petite dame.

Elle sortit un petit appareil photo compact et déclencha le clic une fois, puis une seconde, rapidement. Ainsi, si quelqu'un lui ferait une remarque, elle aurait au moins un cliché à étudier tranquillement dans sa petite chambre du centre d'Atlantis.


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 169 Points : 19
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Dim 21 Jan - 11:06
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Le Freak c’est chic


« Lady est raaaavie de vous voir ici les amis ! » Et tandis qu’ils passent le voile et finissent d’entrer sous les ténèbres du chapiteau, l’étrange jeune femme tape dans ses mains pour récupérer l’attention de ceux qui se laissent troubler. Notamment par son physique décalé. « Hugh... Mais qu'est-ce que - » Ou par l’apparence d’autres intervenants. Car, effectivement, non loin de Cho se trouve une silhouette masculine à l’aura nébuleuse. « Oh, pardon. » Et avant que d’autres regards n’aient le temps de se tourner vers lui, il rabat une capuche de tissu noir sur son visage pour en dissimuler une expression indéchiffrable.

A la fois absence de réponse à l’excuse qu’il a probablement très bien discernée et tentative de laisser toute la lumière – pour l’heure – à sa camarade au physique déroutant. « S-s-s … S-s-s .. MERde … Oh Pardons. J-je voulais hum… Si vous avez trop peur madame… N’hésitez pas à… Vous… Pouvez compter sur moi, je veux dire. Parce que moi, ils ne me font pas peur… Mais pas duuuu tout. Ce sont des acteurs et ils me font vraiment, mais alors vraiment pas peur du tout. Ils ne sont pas effrayants. J’ai vu pire dans des jeux vidéo à la maison, et je jouais tout seul, à deux heures du matin madame, tout seul dans le noir. » Et pourtant, malgré la distance, les jeunes âmes peuvent presque percevoir ou sentir un sourire moqueur naître et croître dans ces pans obscurs du chapiteau, à peine éclairés d’ondées marines malaisantes.

Lady tape une nouvelle fois dans ses mains, d’une manière curieusement enjouée. « Evidemment mon garçon que tu n’as pas peur ! Voyons, que peux-tu craindre de Lady ? Les elfes de maisons ne sont-ils pas tes amis ? » Elle glousse, soudain, charmeuse et dérangeante à la fois dans ce qui semble l’amuser. « Enfin, Lady n’est pas juste une elfe ! Mais … D’abord ! Que serait une réception digne de ce nom sans un excellent majordome et ses serveurs attitrés ? »

Elle fait un petit tour sur elle-même puis tend ses mains fripées vers la droite. Une ombre se détache petit à petit des autres. « Lady vous présente Jeeves et ses petits copains ! » Et tandis qu’elle entre sous la lumière des néons, cette silhouette inhabituelle à la face déformée, six petits reniflements se font entendre. « Mesdames, messieurs, bonsoir. »

Ledit Jeeves s’immobilise à côté de Lady, d’une voix désagréable à l’oreille. Il est gigantesque, en comparaison de la petite taille de … L’hybride ? C’est bien une hybride, exact ? En tout cas, il a l’air grand de son mètre quatre-vingt-dix. Et hideux. La bouche et le nez déformés en une sorte de museau canin duquel s’extirpe des dents jaunies. Le regard luisant d’une animalité contenue ; contrôlée ?

Il s’incline. « Recevez mes respects et prenez le temps de boire en notre compagnie avant le début du spectacle. Vous verrez, il n’y a rien de profondément monstrueux : nous sommes aussi vivants et intelligents que vous pouvez l’être. Même si … Nous représentons sûrement la lie de l’Humanité. » Avant de se relever en un sourire qui dévoile une langue poilue et clairement dégoûtante.

Entre vous, soudain, six petites créatures – des … chiots ? –  se faufilent et portent à votre attention l’étrange plateau qui est harnaché sur leurs dos. Sur ceux-ci, des coupes qui apparaissent être … Du cidre ? Du champagne ? Le liquide doré est pétillant. Plutôt avenant. Si on excepte les globes gélatineux qui flottent à la surface. Espérons pour vous que c’est du bonbon. « Qu’importe, buvons à cette excellente occasion de nous fréquenter avant … D’entamer le plat principal ! »

Au loin, un rire d’ogre. Alors que l’un des chiots, le tout blanc, a l’air d’éprouver des difficultés à tenir droit avec le plateau sur son dos.


Pour toutes questions, contactez @Léandre Rosier!

HRP - Les chiots ressemblent à ces bestioles-là Eyes
Jodie Tenenbaumavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t23-cho-baby-the-stars-shineMessages : 552 Points : 0
Pseudo : melody.
Avatar : malina weissman.
Crédits : moi-même.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs.
Patronus: Un cygne blanc.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Jeu 25 Jan - 0:06
À peine Cho s’était-elle excusée que l’inconnu lui jetait un regard de glace pour ensuite se cacher sous sa capuche sombre, la laissant quelque peu déroutée. L’individu n’avait déjà pas l’air engageant, mais sa silhouette sous sa cape noire s’inspirait que peu de choses à Cho qui frissonna. Elle glissa un regard de biais vers l’homme, lui emboîtant le pas dans la tente, avant de reposer son attention sur le spectacle. La prénommée Lady les invitait et introduisait l’exposition, qui arracha des murmures stupéfaits aux visiteurs. Les croisements entre races de créatures magiques n’étaient pas rares, mais la demoiselle avait visiblement eu un drôle de prix à la loterie de la génétique. Une silhouette frêle mais qui la dépassait en hauteur s’était glissée près d’elle et elle sursauta lorsque le garçon (Douglas) se mit à lui parler, d’une voix visiblement faussement assurée. Et puis cette femme aux cheveux colorés manipulait un petit appareil photo moldu, ponctuant les mots du garçon de cliquetis effrénés. « Oh, euh... merci, mais ne te fais pas de souci pour moi, tout va bien, » répondit Cho d’un ton hésitant, ne sachant trop que dire à ce garçon derrière ses verres épais, respirant dans sa petite boîte en plastique dans un soupir sifflant. D’ailleurs, la prénommée Lady ne tarda pas à rebondir sur sa remarque. Ne manquant pas au passage de se moquer gentiment du garçon, arrachant un sourire amusé à Cho, avant qu’elle ne croise à nouveau les yeux de glace de l’inconnu à la capuche, qui se tenait en retrait. Frissonnant, elle détourna le regard. « Je ne sais pas pourquoi ce type est venu mais je crois qu’il me fait plus flipper que la mi-Elfe de maison, » commenta Cedric, apparaissant juste derrière Cho, chuchotant au creux de son oreille. Elle le chassa tel un moustique ennuyeux d’un geste de la main avec une légère grimace. Le commentaire de Cedric fut interrompu par Lady qui appela donc ses supposés camarades.
Ledit Jeeves apparut dans la lumière, gigantesque, difforme, le visage écrasé comme s’il était fait de glaise et venait de heurter une vitre de plein fouet. Cho eut un haussement de sourcils, mais les réactions furent plus soutenues chez les visiteurs moldus moins habitués à côtoyer créatures magiques, sortilèges ratés ou même Métamorphomages. Cela dit, elle n’avait encore jamais vu un visage comme celui de Jeeves. Elle eut un petit sursaut et un mouvement de recul lorsque le personnage dévoila sa langue, silencieuse. Les visiteurs furent ensuite salués par une portée de petits chiens au museau écrasé, leur apportant à chacun une flûte de ce qui semblait être du champagne ?
Suspicieuse, elle se contenta de saisir un verre comme demandé, mais ne fit qu’approcher son nez du liquide, dans lequel flottaient des morceaux gélatineux.  « C’est peut-être alcoolisé, » commenta Cho à l’adresse du garçon, sous-entendant qu’il devrait peut-être s’abstenir. « Ou empoisonné, » glissa Cedric à son oreille une nouvelle fois. « Tsk, » fit Cho en le chassant encore une fois d’un geste de la main. A ses pieds, un des chiens semblait avoir un peu de difficultés à tenir son plateau droit, faisant dangereusement tanguer les verres remplis, appelant au drame domestique. « Attention, » souffla-t-elle à la femme aux cheveux colorés (Ray) en essayant de le diriger pour éviter de se retrouver avec du champagne ? cidre ? sur les chaussures, sursautant au rire guttural qui venait de surgir d’un coin de la tente.
Aldabella Prendergastavatar
• Professeur •
http://www.catharsis-rpg.com/t1490-i-m-not-a-stranger-to-the-darMessages : 195 Points : 30
Pseudo : Shany-ny
Avatar : Lily James, la seule, l'unique.
Crédits : Me baby
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Enclaves résidentielles sorcières
Patronus: Lion
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Mer 7 Fév - 20:44
I

l y a quelque chose d’absolument fascinant à corriger les travaux des étudiants. S’ils sont médiocres, alors c’est divertissant ; s’ils sont réussis, ça en est intéressant. Dans tous les cas, c’était un fardeau envoûtant, qui savait captiver l’attention et gruger vos heures sans préavis. Et, parfois, les corrections avaient cette fâcheuse tendance à vous rendre foutrement en retard. Comme lors du jour du Wicked Bazaar, par exemple.
C’était par simple orgueil qu’Aldabella avait participé au concours de radio, et par soucis de l’engagement qu’elle avait accepté le prix qui lui était offert. Mais, au milieu des centaines de copies aux écrits raturés, elle avait complètement oublié l'événement. Ce n’est que lorsque Mara lui fit un commentaire sur son retard qu’elle quitta le sofa précipitamment, non sans oublier de lancer un juron spontané, avant de quitter le manoir en vitesse.

Elle n’avait pas nécessairement envie de passer sa journée à observer des êtres difformes, mais quel choix avait-elle ? Elle ne se serait tout de même pas infligé la tente de divination ! Voyons. Mais, tout de même. Quel drôle de concept c’était, de présenter des créatures vivantes et intelligentes sur une scène, sous simple prétexte qu’elles sont uniques ! Certes, la différence fascinait les mortels. La différence faisait rire, faisait peur. Mais surtout, que la différence rapportait gros. Aldabella espérait simplement que personne n’était forcé à se produire sur scène contre son gré. Peut-être, d’ailleurs, était-ce besoin constant de justice qui l’avait poussée à choisir cette tente. Peut-être. Ou était-ce de la curiosité simple, toxique et pourtant, si humaine ?

Elle tenta de se faire aussi discrète que possible lorsqu’elle se glissa à l’intérieur du chapiteau. Un petit groupe observait le duo qui, sur scène, semblait prendre un grand plaisir à présenter leur numéro. De dos, elle ne reconnut personne. En s’approchant, cependant, le visage d’une jeune femme lui revint vaguement en mémoire ; probablement une étudiante qu’elle avait déjà croisée dans les couloirs de l’UPA. Elle avançait à petit pas, effrayée de déconcentrer les deux artistes, qui semblaient faire interagir leur public au fil de la représentation. Sans quitter la scène des yeux, absorbée par le spectacle curieux qui s’y donnait -qui aurait cru qu’il existait plus intéressant que des copies !-, Aldabella arriva presque à la hauteur du groupe. Cependant, ne regardant pas où elle mettait les pieds, la brune trébucha et, non sans laisser échapper un petit cri de surprise, se retrouva les quatre fers en l’air. Consciente d’avoir involontairement attiré l’attention, elle se morfondit en excuses : « Pardon ! Pardon… continuez, je vous pris ! Excusez-» Ses yeux se posèrent enfin sur la raison de sa chute : un petit chiot. L’intrépide animal semblait n’avoir aucune séquelle de l’incident ; déjà, il s’était remis debout et agitait la queue. À sa gauche, cependant, une flute -probablement auparavant portée par le chiot- s’était lamentablement échouée. N’étant pas tombée d’assez haut pour se briser, elle avait néanmoins offert au sol l'étendue de son contenu ; un liquide -probablement un breuvage- qui serpentait, étendant le dégât près du groupe, ainsi que de petits morceaux gélatineux auxquels Aldabella offrit un regard perplexe. Se relevant, elle se maudit elle-même, surveillant le chiot qui semblait, malgré tout, en excellente forme. « Je suis… vraiment désolée. »

Et à partir de ce moment, elle eut la résolution de se faire toute petite durant toute la durée du spectacle. Résolution qui perdura environ deux minutes.
Car là, derrière la scène, là où elle n’avait pas accès, où elle ne pouvait rien voir, venait de s’élever une voix qui lui avait fait glacer le sang. Ce n’était ni son ton, ni son volume qui l’avait pétrifiée sur place ; c’était les mots qu’elle avait prononcés. Discrètement, elle se tourna vers l’étudiante qu’elle croyait avoir déjà aperçue et chuchota : « Excusez-moi mais… avez-vous entendu quelque chose ? »




Lavender's Blue
Dilly Dilly ❀When I'll be Queen, dilly dilly, you'll be my king ; Who told me so, dilly dilly, who told me so ? ; It was my own heart, dilly dilly, that told me so.

Adrasteia N. Rosieravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhroneMessages : 1236 Points : 68
Pseudo : Mie
Avatar : Zhenya Katava
Crédits : Mie
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus: Euplecte à longue queue.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Ven 16 Fév - 20:46
Douglas Ford
Le courageux petit froussard.
Cet élève du Charms a gagné à la radio. Il est accompagné d'un tuteur de son établissement avec qui il s'entend bien. Grand sensible, le cœur sur la main, curieux et exubérant, en grande hâte de faire ses preuves, il compte bien profiter au maximum de son prix ... Après tout, quel adolescent ne rêverait pas de se promener ainsi au Wicked Bazaar, sérieusement ?


  • Douglas Ford
  • Sang-mêlé, 15 ans
Freak Show
« Oh, euh... merci, mais ne te fais pas de souci pour moi, tout va bien, »

Ses épaules s’étaient légèrement affaissées, baissant les yeux avec un air dépité malgré lui. Et pourtant, à peine avait-il eu le temps de se laisser succomber à la défaite certaine, qu’une voix avait retentie, le faisant tout autant sursauter par surprise, que rougir d’une gêne subite alors que l’attention semblait se porter sur lui. « Evidemment mon garçon que tu n’as pas peur ! Voyons, que peux-tu craindre de Lady ? Les elfes de maisons ne sont-ils pas tes amis ? » – Il avait hoché la tête, frénétiquement, ses doigts se pressant davantage contre son inhalateur alors qu’il écoutait la suite avec une oreille plus ou moins distraite tant bien il se laissait impressionner par l’elfe. « Enfin, Lady n’est pas juste une elfe ! Mais … D’abord ! Que serait une réception digne de ce nom sans un excellent majordome et ses serveurs attitrés ? Lady vous présente Jeeves et ses petits copains ! » - « Mesdames, messieurs, bonsoir. »

« HUGH ! » - Le cri lui avait échappé, relevant sa jambe alors qu’il avait – on ne sait comment encore – réussit à faufiler sa tête sous le bras de son tuteur, une main portée au cœur pour en calmer en vain les battements qui devaient sans doute être perceptible sous son t-shirt. Puis il avait finalement soufflé, le regard posé sur le petit chiot qui se trouvait à ses pieds. Et s’il n’avait pas osé lever les yeux pour observer l’hybride qui se tenait sur scène, il n’en avait pas moins écouté les paroles. « Qu’importe, buvons à cette excellente occasion de nous fréquenter avant… D’entamer le plat principal ! » – Il avait retroussé ses lèvres, un peu curieux, un peu méfiant en direction du breuvage… « Attention, C’est peut-être alcoolisé.»

Lentement il s’était redressé, levant les yeux vers son tuteur, qui s’empressait de lui donner son accord quant à boire le contenu de la coupe qui trônait sur le plateau d’un petit chiot au pelage blanc. Clairement, il l’incitait à faire vite, considérant la maladresse de la bête. Douglas s’était finalement accroupi, ses doigts attrapant la coupe qu’il vida d’un trait, pour s’en débarrasser, à coup de grimace et de visage secoué pour s’en départir du goût. Et puis le garçon avait tendu son verre vide vers le ciel, s’empressant de porter ses mains contre le canin dès que son tuteur l’avait délivré de l’objet.

Peut-être, que d’autres gamins de son âge se seraient bien plus extasié sur la possibilité d’alcool ingéré… Mais pas Douglas, qui préférait porter toute son attention sur le petit chiot étrangement maladroit. Un peu comme lui, différent et clairement moins doué que les autres pour se montrer habile… et pourtant le chiot essayait, tout comme lui. « T’es un bon garçon. » avait-il murmuré, tandis que ses bras venaient soutenir le petit chien pour le prendre dans ses bras et de se redresser complètement, peut-être un peu plus rassuré par la présence de l’hybride au physique effrayant qui se trouvait devant. « Excusez-moi mais… avez-vous entendu quelque chose ? » - « Hunh ? » l’adolescent avait brusquement tourné la tête pour observer la nouvelle jeune femme qui s’adressait à la jeune asiatique. Il avait soupiré, finalement, remontant distraitement ses lunettes alors qu’il tentait de tenir son nouvel acolyte. Et puis son regard s’était posé sur une autre jeune femme, à la chevelure clairement excentrique… Ce devait-être le genre de fille cool que les autres admiraient… avec des tonnes de garçons à ses pieds.

Le gamin s’était finalement redressé, le visage illuminé par une idée bien trop ingénieuse pour qu’il ne se félicite pas intérieurement. Difficilement, il avait pointé le petit appareil de la jeune femme, haussant les sourcils avec anticipation. « Est-ce que vous voudriez, prendre une photo avec moi ? J’ai heu … 12 mornilles si jamais… pour… Enfin j’aimerais bien avoir des souvenirs, pour avoir des doubles de vos photos. Moi c’est Douglas ! Douglas Ford. »
Informations


Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 529 Points : 40
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : Nuit Parisienne | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Dim 25 Fév - 6:00
Ray Patton
Tête brulée
Officiellement, Ray est une vendeuse de beignets sans histoire dans une petite enseigne d'Atlantis. Officieusement, elle est une membre très active du SCAM. Elle rédige de nombreux articles sur le mensonge éhonté que représente la magie et sur toutes les ficelles qu'elle devine derrière ce que ces supposés sorciers nomment sortilèges. En tout cas, cette tête de mule au tempérament de feu, plus proche d'une boxeuse que d'une midinette, croit fermement en une théorie du complot fomenté par le gouvernement américain sur le territoire écossais ... Après tout, ils cachent bien la zone 51.


Elfe de Maison, rien que le nom était aussi absurde que les légendes sur les Leprechauns et autre membres de ce qu'on appelait le "Petit Monde". En écoutant ce discours, Ray ne pouvait pas s'empêcher de rire quelque peu, amusée par la situation et le mensonge ambiant qui s'en dégage. Elle continuait de prendre quelques photos, sans trop en faire afin de ne pas risquer l'éviction - quoi qu'elle jouerait la parfaite petite moldue curieuse si on l'embêtait. Mais lorsque cet homme au visage difforme arriva sur la scène, Ray s’arrêta un instant. Ses yeux balayèrent ce museau, sa taille, ces oreilles étranges... Dieu que ce masque était bien fait ! Ils devaient avoir les moyens, dans ce cirque, de faire appel à de vraies prothèses de bonne qualité ! Vite, elle bombarda l'homme-chien de quelques clichés, sans remarquer l'armée de chiots lancés entre les jambes des spectateurs.

« Attention », Ray eu tout juste le réflexe de regarder entre ses jambes pour éviter de piétiner le pauvre petit carlin qui se balade. Elle sourit, amusée, avant de perdre l'équilibre et se heurter involontaire à une jeune femme qui venait d'arriver avec du retard (Alda) qui venait de toute façon de se prendre les pieds dans le chiot trop aventureux. Sans dire un mot, profitant de la confusion pour fuir et ne pas être tenue responsable de cette chute et de ses conséquences, Ray en profite pour s'avancer un peu afin de prendre de meilleures photos de ce fameux Jeeves. Elle voudrait s'approcher, le voir de dos, avoir l'opportunité de lui retirer ce masque absurde... Tant concentrée sur cette idée pour démasquer le faux, la jeune femme n'entend même pas le cri qui en fait sursauter plus d'un - ou plutôt, elle n'y prête pas de réelle attention, tout ça n'est qu'un artifice pour créer une ambiance propice à faire croire à l'impossible.

Un nouveau clic de son appareil photo se perd cette fois en direction du chiot maladroit, il vacille, il est mignon. Un sourire fend le visage de la vendeuse de beignet tout autant amusée de voir le petit garçon (Douglas) prendre le chien dans ses bras. C'est lui, tout à l'heure, qui décrivait les organisateurs comme des acteurs, ce garçon sait réfléchir ; alors quand il lui adresse la parole, Ray sourit, enchantée. « Bien sûr ! Et garde tes mornilles mon grand, ne t'en fais pas. Il suffira que je prenne l'adresse de ton école, et je viendrais te déposer les doubles des photos ! ». Sans prévenir, elle le prend par surprise avec ce petit chiot rigolo, puis ponctue d'une nouvelle question « Peut-être que si tu le demandes gentiment, les "acteurs" accepteraient d'être pris en photo avec toi ! Ça te ferait un chouette souvenir, tu veux ? On essaye de se rapprocher ? ». Bon, certes, la combine n'était pas très discrète et utiliser un enfant pour mieux voir la supercherie qui se cache derrière ces être bizarres n'est pas des plus déontologiques, mais Ray ne le cache jamais : elle est prête à tout pour arriver à ses fins.

Spoiler:
 


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 169 Points : 19
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Mer 28 Fév - 7:32
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Le Freak c’est chic


« C’est peut-être alcoolisé » La remarque de l’étudiante attire brièvement le regard de Lady. Plus alerte et prompte à réagir aux discussions que son collègue au visage de canidé, concentré désormais sur sa propre coupe. « Oh, Lady vous rassure. Rien de dramatique là-dedans. Et puis, il y a un jeune garçon ! » De ses doigts à la texture toujours dérangeante, elle désigne l’élève du Charms accompagné de son tuteur.

« Pardon ! Pardon… continuez, je vous pris ! Excusez» L’arrivée pour le moins marquante d’une jeune femme impose un court silence dans le chapiteau. Lady quitte la scène et s’avance doucement à sa rencontre. « Je suis… vraiment désolée. » Plus curieuse qu’inquiète. « Lady dit que ce n’est pas grave. Pas vrai Jeeves ? » Le visage de l’hybride dérangeante se tourne vers son acolyte toujours en hauteur. « En effet, madame. Ne vous inquiétez pas pour nos amis à pattes courtes. Ils sont résistants. Du moins, ils finiront bien par l’être … N’hésitez pas à les encourager, ce sont nos nouvelles recrues ! »

En un geste exagérément théâtral, presque élégant et de fait complètement décalé par rapport à l’horreur de ce visage inhumain, Jeeves effectue une nouvelle courbette pour se débarrasser de son propre verre. « Ils méritent autant que nous de vous convaincre, pas vrai ? » Son regard glisse ensuite vers l’adolescent et la femme aux cheveux colorés avant de leur offrir un sourire plein de den- de crocs. « Ils sont vraiment adorables. »

Le petit chien blanc, maintenant dans les bras de Douglas, le fixe avec une intensité peu commune. Comme s’il cherchait à… Comprendre, quelque chose ? « Mais passons donc à l’animation ! Maintenant que vos bouches pétillent des malices de la vie… Laissez-moi vous présenter notre charmeur attitré… Croyez-moi, il est … Vous verrez. Il divertira votre esprit le temps de récupérer nos petits canidés pour les préparer à la suite et… De prendre, effectivement, quelques photos avec vous si vous en avez le souhait ! »

Jeeves glisse hors de la scène pour se rapprocher de Douglas et de Ray, non sans passer rapidement ses doigts contre ce qui semble être une commande. Seulement, alors, une légère brume se manifeste et commence à envahir l’espace de représentation, en hauteur. La voix de Lady, toujours à côté d’Aldabella et à la tonalité plus forte qu’auparavant – sans doute grâce à un sortilège – profite de cette distraction pour animer le chapiteau. « Les mystères sont innombrables … Incompréhensibles … Ils prennent des formes étranges … Ils révèlent les plus noirs secrets des sociétés humaines et sorcières… Mais parfois … Ils adoptent aussi un apanage trompeur … Avenant…  Laissez-vous hypnotiser … »

Et la silhouette soigneusement repérée par Cho, à la capuche baissée, quitte sa retraite temporaire pour gagner la scène. Elle s’y immobilise, bras tendus de part et d’autre du torse en ce qui ressemble à une croix. Les paumes ouvertes et tendues vers le ciel. Au milieu de ces dernières, une matière noirâtre et luisante se met à couler le long de la chair pâle jusqu’à tomber en gouttelettes inquiétantes sur le sol.

Seulement, alors, un sifflement long et lugubre se fait entendre. Un sifflement reptilien maîtrisé, aux ondulations précises. Un appel qui émane directement de la silhouette masculine sur la scène.

Au loin, le rire du troll s’est arrêté. Seul perdure ce son aigu et déstabilisant au creux du chapiteau. Ce souffle aux accents de serpent.

Jusqu’à obtenir une réponse, beaucoup plus sauvage et languissante, provenant du sol même et de ce qui semble être un boa, soudainement présent derrière Cho et Aldabella. Un boa qui inquiète particulièrement quatre des six petits carlins, dont trois se mettent à japper de frayeur avant d'être accompagnés par le quatrième couleur beige. Et tandis que le tout blanc, dans les bras de Douglas, semble plus décontenancé que terrifié, celui au pelage marron clair finit par imiter ses pairs dans une série de petits couinements terrifiés.

Pour toutes questions, contactez @Léandre Rosier!

HRP - Les chiots ressemblent à ces bestioles-là Eyes
Jodie Tenenbaumavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t23-cho-baby-the-stars-shineMessages : 552 Points : 0
Pseudo : melody.
Avatar : malina weissman.
Crédits : moi-même.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Résidence Universitaire des Faubourgs.
Patronus: Un cygne blanc.
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Mer 28 Mar - 0:40
L’étrange elfe mi-humaine semblait désireuse de rassurer ses invités quant au contenu des flûtes à champagne. Pas d’alcool, certes, mais Cho était bien trop méfiante et raisonnable pour commencer à ingurgiter le premier liquide offert par des inconnus. « Si vous le dites... » fit-elle avec un sourire poli mais toujours dubitatif. Elle garda sa flûte à la main, pleine, pour ensuite discrètement la déposer à terre dans un coin de la tente. Cho adressa un sourire et un haussement d’épaules au garçon, alors qu’une jeune femme blonde débarqua, visiblement en retard, manquant de marcher sur un des petits chiens dans un brouhaha soudain. Une distraction qui coupa légèrement court à l’étrange ambiance qui régnait avec l’arrivée des petits carlins et de leur bizarre maître. Mais la maîtresse de cérémonie ne sembla pas perdre pied et profita de la retardataire pour lancer la suite de son spectacle.
La tente sombra dans le noir, et un frisson parcourut le corps de Cho lorsqu’elle remarqua l’homme à la capuche alors qu’il montait sur scène. Il faisait donc partie du cirque... ? Confuse, son coeur se mit à battre la chamade, subjuguée par l’aura sombre de l’homme, qui, dans une mise en scène lugubre, écarta les bras pour... lâcher un long sifflement. Un sifflement familier, dont elle avait non seulement déjà entendu parler mais qui, malgré qu’elle n’ait jamais réellement eu affaire à ce langage, c’est une voix familière qui résonna dans son esprit. Cedric était réapparu juste derrière elle, tourné vers le spectacle. « C'est moi ou ce type vient de parler Fourchelang... ? » souffla-t-il près de son oreille, alors que Cho essaya de le faire taire d’un geste de la main, comme si elle chassait un moustique récalcitrant. Fourchelang. Un mot qu’elle n’avait pas osé effleurer du bout de ses pensées depuis bien longtemps. Sans voix, le coeur battant à tout rompre et le visage livide, elle sentit alors quelque chose de froid lui effleurer les chevilles sous sa robe, et eut un sursaut de surprise. « Oh mon dieu, » souffla-t-elle, en apercevant le boa. Elle n’était pas particulièrement effrayée par les reptiles, mais l’effet de surprise avait eu raison de son self-control. Le mot ’fourchelang’ valsait sans sa tête et elle était désormais avide d’en savoir plus sur cet individu qui présentait une compétence que tout le monde avait préféré oublier. « Tu devrais dire quelque chose. » Cedric était toujours derrière, et elle se retourna légèrement pour froncer les sourcils d’un air interrogateur, passant probablement pour une névrosée de première auprès des autres visiteurs. En jetant un oeil derrière elle, elle aperçut également un des chiens, dans les bras du jeune garçon, affichant une mine déconfite. « Et ce clébard a une drôle de tête, ils sont sûrs qu’il va bien ? » commenta Cedric, avant que Cho ne prenne une inspiration pour lever la main timidement. « Excusez-moi, j’ai une question... » commença-t-elle, avant de faire un pas en avant pour se rapprocher de l’homme à la capuche. « Ah, pardon, » souffla-t-elle à la jeune femme blonde à côté d’elle, alors qu’elle essayait d’éviter le boa au sol. « Réfléchis bien à ce que tu vas dire, histoire de ne pas te ridiculiser, » lui chuchota Cedric derrière elle, qu’elle ignora royalement. Il ne lui disait rien de bien nouveau, comme d’habitude. « Je me demandais... votre compétence en Fourchelang, est-ce bel et bien héréditaire, ou vous la-t-on enseignée... ? » demanda-t-elle en tentant un ton le plus innocent possible. Elle l’avait dit, elle avait prononcé le mot qui faisait mal, lancé le pavé dans la mare. Fourchelang. Oui, étrange inconnu, où avez-vous donc appris la langue de Lord Voldemort ? « Tu crois qu’il va te filer le hibou des anciens Mangemorts comme ça sur un bout de parchemin ? Bon, au moins, tu auras tenté, » railla Cedric les bras croisés, laissé derrière elle dans le public. Elle n’avait aucune idée d’où elle allait avec ça, mais elle avait besoin de savoir. Il fallait qu’elle en sache plus.


(omg sorry du méga-retard mais J’AI ENFIN RP, CHAMPAGNE)
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 169 Points : 19
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Ven 4 Mai - 18:35
Intrigue Atlantis - Chapitre 2
Le Freak c’est chic

Sans trop d'explication, la lumière au sein du Freak Show baisse petit à petit. La scène est toujours éclairée, faisant ressortir les longues oreilles difformes de Lady, mais cachant dans la pénombre le visage entier de l'homme à moitié chien non loin d'elle. La silhouette qui se trouve à présent sur la scène, murmurant ces mots inaudibles, finit pour sa part par relever la tête, notamment lorsque Cho s'approche - courageusement - d'elle. Ses yeux, qui jusque là étaient restés cachés, reluisent presque d'une couleur jaunâtre reptilienne. Pourtant, il n'a ni peau d'écaille ni langue fourch- Ah si. Esquissant un large sourire, ravi d'attirer l'attention, l'homme dévoile sa bouche et sa langue coupée en deux morceaux parfaitement distincts. Il commence tout juste à vouloir répondre à la jeune asiatique et à sa délicieuse hôte quand il se retrouve coupé par les aboiements de plusieurs des petits chiens, qui viennent attirer son attention, et celle de tout le chapiteau.

En effet, dans un jappement particulièrement apeuré, l'un des carlins se précipite dans les jambes de son maître, suivi rapidement par trois, non, quatre de ses compagnons. Et dans les bras de Douglas, après quelques secondes à ne rien faire, le sixième chien quelque peu difforme commence à gigoter pour rejoindre ses congénères. La mouche qui les a piqués est encore inconnue, mais Jeeves se retrouve comme accablé par ses animaux de compagnie. De son côté, une fois posé sur le sol, le carlin tout blanc continue de gigoter sur place. Il n'avance pas. Il ne rejoint pas les siens. On dirait qu'il tremble. C'est souvent le cas avec les petit chiens comme les chihuahua, mais ici, le carlin frissonne puis marque une pause avant de relever la tête vers ses semblables. Au pied de leur maître, c'est maintenant le carlin marron qui se met à trembler à son tour. Autour de lui, trois des chiens commencent à aboyer de plus belle, comme soudainement terrifiés par ceux qui étaient leurs frères, puis ils s'écartent et en vont jusqu'à finir autour de Lady, auprès de qui ils arrivent facilement aux cuisses. Les deux carlins qui se sont arrêtés de gigoter se regardent alors puis se rejoignent sur la scène, avant de se mettre tous les deux à aboyer, une fois, en direction du dernier chien qui est resté jusque là immobile : le carlin beige.

La suite ne se fait pas prier, le petit beige se met à trembler à son tour puis, après avoir stagné sur place, finit par rejoindre les deux autres. Comme un sort jeté sur eux, les trois chiots se regardent, se reniflent, puis commence à s'avancer vers la sortie du chapiteau dans le calme le plus absolu. En chemin, ils croisent le boa qui sort sa langue à leur passage, craintif. Les trois carlins restants, autour de Lady, ne font qu'aboyer, ils hurlent presque, et Jeeves quant à lui, semble avoir envie de pleurer. Il essaye de bouger, de prendre en chasse ses trois chiens qui s'enfuient, incapable de courir ou de se précipiter, car sa stupeur face à la situation le bloque dans ce tableau immobile, si étonné de ce qui se passe. C'est finalement Lady qui en s'approchant de lui va lui arracher un mot. Un simple mot. Comment.

Et derrière, l'ogre dont le rire ne résonne plus sous la tente, sort de sa cachette. Il fait presque 5 mètres et a un petit orgue logé dans l'estomac - une sombre histoire. « Fini ? » arrive-t-il à lancer dans l'assemblée avant que son énorme main ne s'écroule sur le clavier de l'orgue, faisant résonner un Do Mineur si fort et plaintif qu'il en fait sursauter à peu près chacune des créatures. Au niveau de l'ouverture de l'entrée, les trois queues gigotantes des petits carlins finissent par disparaître. Il n'y a plus aucun bruit sous le chapiteau sombre et embrumé.

HRP


Ce post clôture le chapiteau du Freak Show ! Le topic restera ouvert afin que vous puissiez terminer vos interactions ; néanmoins, la suite de l'intrigue se déroulera dans un topic commun, rassemblant tous les participants des différents chapiteaux. Ce topic sera ouvert samedi 5 mai, dans la soirée (heure française). Vous êtes tous invités à continuer cette intrigue dans ce topic unique ! Plus d'informations sur le déroulement exact et le rythme de celui-ci seront données dans ce nouveau topic !
Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 529 Points : 40
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : Nuit Parisienne | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Freak Show | Mar 8 Mai - 12:28
Ray Patton
Tête brulée
Officiellement, Ray est une vendeuse de beignets sans histoire dans une petite enseigne d'Atlantis. Officieusement, elle est une membre très active du SCAM. Elle rédige de nombreux articles sur le mensonge éhonté que représente la magie et sur toutes les ficelles qu'elle devine derrière ce que ces supposés sorciers nomment sortilèges. En tout cas, cette tête de mule au tempérament de feu, plus proche d'une boxeuse que d'une midinette, croit fermement en une théorie du complot fomenté par le gouvernement américain sur le territoire écossais ... Après tout, ils cachent bien la zone 51.


La brume artificielle qui commence à se lever lui pique les yeux, mais elle se fait violence pour ne pas frotter : il ne faudrait pas qu'elle retire involontairement son maquillage et finisse par ressemble à un panda. Pourtant, on pourrait croire que Ray se moque bien de l'image qu'elle dégage, qu'elle préfère l'action au confort. Mais le maquillage est sa faiblesse inavouable, un petit plaisir qu'elle a toujours eu, et croyez-là si elle vous dit que ce n'est pas un soit-disant sortilège qui va faire qu'elle ne prendra pas soin de son rouge sur les lèvres et de son trait d'eye-liner. Doucement, cependant, elle lâche la main du jeune garçon (Douglas) dont les bras commencent à se gigoter lorsque le carlin se secoue. Elle marque une courte pause avant de simplement lui dire « Tu me rejoins quand tu veux, je vais voir avec le monsieur à la tête de chien s'il accepterait une photo ! ». Elle lui sourit, même, à son petit alibi tout trouvé. Le plan se déroulait comme prévu, elle avait une raison valable d'aller fouiner sur la scène, de s'avancer, de - « Mais qu'est-ce que c'est que ça ?! ».

Involontairement, elle a manqué d'écraser un énorme boa qui rampe doucement sur le sol. Le fait est qu'elle ne les avait pas vu, ni lui ni les regards douteux figés sur les visages des autres curieux. Rien entendu, elle était dans son monde, réfléchissant déjà aux gros titres du lendemain. Supercherie dans un cirque, les créatures magiques n'existent pas. Il y aura toujours les chiens à trois têtes, les siamois, les femmes à barbe, et les cyclopes, qui sont de vrais cas possibles et observables bien que très rares... Mais jamais, elle vivante, les Freak Show se composeraient de bêtes soit disant magiques. Alors elle empoigne bien comme il faut son appareil photo et s'avance vers Jeeves, en manquant de se faire bousculer une nouvelle fois par les chiots agités.

Concentrée sur son but ultime, ôter ce masque absurde de tête de chien, Ray ne remarque pas l'agitation derrière elle. Les carlins qui s'en vont, l'homme-serpent qui apparaît, ni même l'ogre pas loin d'elle. Ses yeux sont rivés sur le museau bavant de Jeeves, ses poils autour des oreilles, ses babines qui dégoulinent. C'est bien fait tout de même, il faut l'avouer. Il tromperait n'importe qui... Dieu que les artificiers qui travaillent sur ce genre de masque sont doués ! Elle secoue la tête, souriante, en espérant au fond d'elle que les créateurs ont été payés une fortune et qu'ils travaillent à Hollywood le reste du temps, pour ces films à gros budgets et aux effets spéciaux grandioses. Puis enfin, la voilà devant Jeeves... « Wow... Depuis quand vous avez... cette tête ? On dirait vraiment qu'elle vous colle à la peau, c'est impressionnant... ». Puis elle prend une photo, et une deuxième, avant de lever sa main vers le visage de l'homme-chien. Elle a peur, redoute la réaction de celui qu'elle tente de démasquer, mais dans un élan de courage inconnu, elle s’empare d'une petite touffe de poil visible sous son menton et tire, et tire encore. Qui sait, après deux ou trois essais, peut-être arriverait-elle à lui arracher la peau ?

Spoiler:
 


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Freak Show | 
Freak Show
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Freak Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: