Chapiteau des créatures

Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 185 Points : 38
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Chapiteau des créatures | Sam 13 Jan - 21:57
INTRIGUE
Le chapiteau des créatures

En entrant dans le chapiteau, vous passez entre les estrades, puis débouchez directement sur le gigantesque espace en demi-lune qui sert de scène lors des spectacles. Le chapiteau est définitivement plus grand à l'intérieur qu'il n'en avait l'air vu de dehors. Une lourde tenture rouge tombe du sommet de la tente jusqu'au sol et s'étend de droite à gauche, tranchant le chapiteau en deux espaces bien définis ; l'un est cette scène et les estrades en forme de demi-lune, et l'autre est encore caché à votre vue. Vous vous doutez cependant que c'est là que sont installés les animaux et créatures en tout genre. Vous entendez d'ailleurs les sons de quelques-uns d'entre eux. Des chants d'oiseau, des rugissements et des couinements mêlés aux jappements et aux barrissements créent une ambiance dynamique et vous rendent fébriles.

Vous faites partie d'un groupe de plusieurs visiteurs, guidé au centre de la scène complètement vide. Vous commencez à vous demander ce que vous faites là et les jeunes enfants d'une mère essaient déjà de courir jusqu'à la tenture pour la soulever et voir ce qu'il y a de l'autre côté, quand un projecteur s'allume vers le sommet de la tente : Une femme aux cheveux blonds et courts lévite à plusieurs mètre du sol, portée uniquement par un essaim d'oiseaux de taille minuscule, au plumage multicolore. Ils sont si nombreux que la supporter ne leur demande individuellement presque aucun effort. À demi-couchée, supportée par ces petites ailes hyper-actives, elle hypnotise. Un jeune homme d'à peine 15 ans passe sous le rideau et court en position accroupie pour venir déposer un petit banc de bois au sol à quelques mètres devant les visiteurs, puis se positionne en retrait alors que, en douceur, la dame pose le pied sur le banc. Elle claque deux fois dans ses mains et les oiseaux se dispersent instantanément. Quelques visiteurs applaudissent alors qu'elle salue.

Vous ne volerez pas sur les oiseaux d'ici la fin de ce jour, mes chers visiteurs et amis des animaux, mais vous aurez appris sur les merveilleuses créatures qui sont sous nos soins une tonne de renseignements tous plus épatants les uns que les autres. Vous aurez appris les rudiments du dressage et, si vous êtes suffisamment attentifs et doués, vous parviendrez peut-être même à guider les éruptifs à travers nos cerceaux élémentaires. Je suis la grande Evelyn et je vous souhaite la bienvenue sous le chapiteau des créatures, où ces dernières peuvent enfin vous montrer toute l'étendue de leurs talents, pour le plaisir des yeux des petits et des grands.


La dame salue à nouveau sous les applaudissements.

HRP

Bienvenue sous le chapiteau des créatures ! Animée par la grande Evelyn, l'activité offerte aux gagnants du concours et aux membres de leur famille durera tout l'après-midi. Ce post en est un d'introduction, vous permettant de bien caler vos personnages dans l'aventure. L'action commencera lors de la seconde intervention du narrateur. Après son discours de bienvenue, la grande Evelyn vous a présenté son assistant, Monkey, qui a salué d'un sourire retenu et en baissant le regard.

Vous faites partie d'un groupe de 15 personnes, dont 6 gagnants d'âge adulte et 9 enfants.

Informations sur les PNJ:
 

Pour toutes questions, contactez @Jude Whitmore!
Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Dim 14 Jan - 19:23
Pourquoi avait-il participé au concours ? Par frustration, sans doute. Une mauvaise soirée, un verre de rhum en trop, la baguette a proximité de la radio qui débitait en sourdine des informations qui ne l’intéressait pas. Ça avait du se jouer sur un hasard aussi simple que celui-là. Il avait tout oublié le lendemain déjà : la radio, le cirque, le concours. Tout cela ne lui était revenu, par flashs flous, que lorsque l’annonce du gain l’avait atteint. Erich n’avait jamais eu de chance. Il ne croyait pas au coïncidence, au destin. Tant le bon que le mauvais, dans sa vie, avaient été attiré par des faits, les actions menées au bon moment et surtout, beaucoup de contrôle et de volonté. Alors, d’entrée, il avait crû à une erreur.

Par curiosité, pourtant, il avait poussé la porte du Wicked Bazaar quelques jours plus tôt, afin de vérifier l’authenticité du concours, et de son ticket gagnant. Il avait été accueilli avec force paillettes, sympathie et mystère, confirmant le stéréotype qu’il avait gardé du cirque, de sa seule et unique visite lors de sa plus tendre enfance. Une ambiance de joie, de douceur et de couleur, entièrement dédiée à l’émerveillement. Une atmosphère qui ne lui parlait plus guère depuis longtemps, qu’il pensait même avoir quelque part oublié, depuis qu’il passait ses journées dans les bas fonds de l’Europe, côtoyant la population qui avait plus d’ambition que de rêves.

Pourtant, une part de lui avait fini de se réveiller, et le jour de la représentation, il n’avait pu résister à pousser la porte du cirque une nouvelle fois. Installé à l’arrière du groupe de spectateurs, bien éloignés des enfants, il avait observé l’arrivée de la Grande Evelyn d’un regard qui ne laissait rien présager de ses émotions, ni de l’excitation particulière qui lui serrait le ventre. Si surjouer l’assurance était assurément le talent le plus développé d’Erich, prétendre le désintérêt suivait de près. Par politesse néanmoins, il s’était joint aux applaudissements, sans que son regard ne se perde jamais sur Evelyn. Ses yeux étaient rivés sur le rideau dans l’arrière-plan, toute son attention dirigée vers les murmures et les bruits feints qui leur parvenait des coulisses. Cela allait être magique.

[HRP: Je fais un peu court, mais il faut que je me dérouille XD ]
Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1125 Points : 54
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Dim 14 Jan - 23:28
Martha Brown
Aimante mais dépassée
Etre une mère de 6 enfants, ce n'est vraiment pas facile. Martha pensait pouvoir continuer son travail d'agent de voyage, mais après ses deux premières grossesses, lorsqu'elle avait mis au monde les triplés, elle s'était rendu compte que ce n'était définitivement pas possible. Son monde tourne autour de ses enfants, et elle les aime de tout son coeur, même si ils lui apportent bien des ennuis. Mais ce qui est bien quand on est mère, c'est qu'on oublie d'avoir honte, on oublie la bienséance, on oublie ce qui est bien ou mal, pour se concentrer sur ce qui est juste. Et les besoins des enfants viennent avant tout, toujours.



"Le Chapiteau des créatures"
Event
«-Bon les enfants. J’ai une surprise : on va aller au cirque !

Des cris de joie accueillirent mon annonce, et les triplés me sautèrent dessus, presque par automatisme. Tous les parents au monde vous le diront : il n’y a rien de mieux que de recevoir un calin de la part de votre enfant. Mais lorsqu’ils sont trois, qu’ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau, et qu’ils sont tout sauf délicats, j’avais bien souvent l’impression de me faire frapper par des lutins en colère, quand ils décidaient de se précipiter sur moi en même temps. Heureusement que Sally, la plus grande, était plus sage, et que Samantha, la plus jeune, encore trop timide pour oser ce genre de choses. Quant à Caleb… J’avais arrêté d’essayer de comprendre le caractère de mon petit garçon de 9 ans, cela avait tendance à me donner bien trop mal au crâne.

Mon mari ne pouvait pas nous accompagner, bien sûr, avec son travail au Ministère de la Magie, dans le bureau de la Mixité moldue et sorcière, il était bien trop occupé. Il fallait bien mettre de la nourriture sur la table, après tout, surtout lorsqu’on a 6 bouches voraces à nourrir : mais j’étais néanmoins contente de pouvoir un peu sortir de la maison avec mes adorables têtes blondes, surtout dans un contexte si particulier et féérique. J’avais gagné ma place à la radio, bien que je ne me rappelais même pas avoir participé à un quelconque concours (mais après tout, il m’arrivait bien souvent de commander des tonnes de produit au télé-achat, et de ne pas me souvenir lorsque les colis arrivaient à ma porte… Après tout, être une mère au foyer signifiait avoir à la fois beaucoup de temps libre, et pas assez de sommeil), et j’avais décidé d’emmener avec moi mes chers enfants pour partager cette journée qui sera, j’en suis sûre, tout à fait mémorable.

En entrant sous le chapiteau, les 6 gamins poussèrent des petits cris d’excitations : bien que nous vivions à Atlantis depuis plusieurs années maintenant, il était toujours incroyable de voir les prouesses sorcières, nous qui n’avions pas un poil de sang magique dans la famille. Autour de nous, d’autres participants, la plupart des adultes, mais quelques autres enfants, et j’intimais du regard ma progéniture à se tenir tranquille, bien que je savais par avance que la journée risquait d’être tout sauf un grand fleuve tranquille, surtout si les triplés, Jamie, Evans et Pierce, du haut de leur 7 ans, commençaient à faire leurs diableries habituelles.

Et puis, voilà une femme qui descend du ciel, supportée par… des oiseaux ? Je ramenai tout mon petit monde près de moi, au cas où les bestioles étaient un tant soit peu dangereuses, en priant que j’ai le bras assez long pour les empêcher de se jeter sur les animaux, au cas où. J’avais prévu dans mon sac à dos mon arme ultime, s’ils étaient sages : des kinder, chocolats que mes enfants raffolaient, et je les avais prévenu qu’ils n’y auraient droit qu’en cas de conduite exemplaire. Enfin, je me contenterai d’une conduite à peu près convenable, il fallait l’avouer. Je n’étais pas vraiment ferme avec eux. Mais pour ma défense, ils étaient siiiii mignons…

Je tapai dans mes mains lorsqu’Evelyn atterrit sur le sol, et ma petite Samantha, qui, a 5 ans, répétait le moindre de mes gestes, en fit de même. Les autres se contentèrent de fixer avec admiration les oiseaux qui s’envolaient dans les airs, un peu impressionnés par le décorum et l’aura qui se dégageait de la femme de cirque. Pendant le discours d’Evelyn, alors que Samantha se réfugiait dans mes jambes et que je prenais par la main Caleb d’un côté, et Pierce de l’autre, je priais à ma plus grande, Sally, de garder un œil sur ses frères Evans et Jamie qui commençaient à se chamailler, car, visiblement, l’un avait bousculé l’autre. Dans la fratrie, ces deux petits gars avaient souvent des différents de ce genre, et c’était les plus difficiles de mes triplés. Je chuchotais donc, en essayant de me faire le plus discrète possible, pour ne pas déranger les autres spectateurs, et en utilisant ma plus grosse voix (qui n’était pas vraiment effrayante) :

-Ça suffit maintenant, vous êtes sages, d’accord ! »

Je savais que ça ne serait pas suffisant, mais je n’étais pas vraiment capable de faire mieux, dans tous les cas.



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Jeu 18 Jan - 7:36


"Le Chapiteau des créatures"
Event

Life can only be understood backwards; but it must be lived forwards.  - Søren Kierkegaard




Le cirque. Pourquoi pas ? Mazikeen n'avait jamais été fanatique de ce genre, quoi que cela allait être sa première fois bien qu'elle en connaisse le contenu. En fait, c'est grâce à un concours dont elle avait précédemment participé si elle se retrouvait là. Sinon, l'aristocrate s'en serait abstenue. Depuis toujours, Mazikeen avait été malchanceuse lorsqu'il s'agissait de concours ou tirage. Était-ce ce fameux karma ou je-ne-sais quoi ? Bref, cela faisait quelques jours que la Sang-Pure connaissait le résultat de la loterie et avait hésité à y mettre les pieds. Elle ne savait pas à quoi s'attendre, autant au niveau de la foule que du spectacle. Car au niveau de la foule, elle espérait fortement de ne pas se retrouver entourée d'enfants. Pas que la jeune femme n'aime pas les enfants mais cela risque de bien l'énerver s'il y en a trop.

C'est donc en toute solitude que la jeune Avery décida d'y aller. Jasper n'était pas disponible et il était inutile d'y aller avec son frère qui était plutôt absent depuis quelques temps. Du moins, dans sa vie à elle. En même temps, Mazikeen n'avait pas été cherchée à aller vers lui. L'aristocrate était enfin rendue au Wicked Bazaar, vers le chapiteau dans lequel elle était attendue. Elle arriva au même moment qu'une dame accompagnée de six enfants. Merde. Elle allait tout faire pour ne pas avoir à les côtoyer, surtout qu'ils semblaient excités.

À l'intérieur, Mazikeen fut conduite, avec d'autres gens dont cette dame et les six enfants, vers le centre de la scène. Ça y est, elle allait réellement devoir se trouver en leur présence. Et ce concours ? Est-ce que les gagnants allaient se faire bouffer par les animaux ? Cette idée ne plaisait pas à l'étudiante qui avait déjà passé à quelques reprises de se faire dévorer par des créatures magiques, comme cette fois en Australie dont sa peau, dans le bas du dos, en est encore marquée. Mazikeen prit ainsi le plus de distance possible des enfants avant d'observer la Grande Evelyn faire son entrée, sur de petits oiseaux de diverses couleurs. L'aristocrate applaudit avant de remarquer un autre individu qui accompagnait Evelyn, ayant déposé un banc sur la scène. Les yeux verts de Mazikeen croisèrent les siens. Pourquoi ce gamin la regardait, elle ? Il ne semblait pas vouloir la lâcher du regard. Était-il obsédé par elle ? La jeune femme se contenta de simplement lui faire un signe de main alors que la Grande Evelyn venait de faire un petit discours. De plus, Mazikeen avait envie de s'énerver contre les enfants présents de par leur hyperactivité actuelle mais le bon sens lui disait de ne rien faire et se préparer pour le spectacle.

Finalement, l'assistant qui semblait obsédé par la cadette Avery avait été présenté, du nom de "Monkey". Il pouvait bien avoir l'air d'un singe à la fixer de cette manière-là. Est-ce que cela avait un rapport avec la pureté de son sang ? Franchement, c'était la première fois qu'elle voyait le fameux Monkey. Cela restait à suivre.


Code by Sleepy
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 185 Points : 38
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Dim 28 Jan - 20:22
INTRIGUE
Le chapiteau des créatures

La Grande Evelyn demeure silencieuse pendant quelques secondes, le temps d'examiner le groupe qui se tient devant elle. La majorité des personnes présentes sont des enfants et c'est avec un sourire mi attendri, mi agacé qu'elle regarde certains d'entre eux se chamailler. Elle espère qu'ils seront plus calmes avec les animaux, parce que ces derniers pourraient bien être moins patients que leur mère, malgré tout visiblement désolée du tapage et remplie de bonne volonté. D'un geste grandiloquent, la Grande Evelyn invite le petit groupe à la suivre. Monkey, occupé à regarder fixement une jeune femme aux magnifiques yeux verts, reste immobile.

- Monkey ! Claque la Grande Evelyn pour attirer son attention, s'adressant à lui comme s'il était véritablement l'un des singes du cirque. Le jeune homme sursaute, se secoue et se dépêche de la rattraper.

D'un geste de la baguette qu'elle vient de tirer du discret petit étui fixé à sa cuisse, la dresseuse écarte la lourde tenture qui sépare la scène de l'arrière-scène. Devant les yeux des invités se dévoile l'envers du décors ; un vaste espace magiquement élargi, dont le sommet se perd dans un ciel illusoire et les côtés s'inventent des airs d'horizons. Ça et là, des enclos délimitent les différents habitats, dans lesquels reposent plus ou moins paisiblement diverses espèces animales magiques ou non magiques.

- Bienvenue au Jardin d'enfants ! lance-t-elle en se tournant vers la petite assistance, souriante, fière.

Elle les entraîne à sa suite pour leur offrir un petit tour du propriétaire ; à droite les crabes de feu, à gauche les grands danois, encore à gauche les diablotins, à droite les lions, devant, un grapcorne. Quelques éléments d'informations sont donnés sur les occupants, leur mode de vie, la nourriture qu'ils préfèrent, les numéros auxquels ils participent. Apparemment, ce grapcorne très agressif est une nouvelle acquisition. Elle les met en garde de ne surtout pas s'approcher de son enclos. Pendant qu'elle parle, l'un des gamins de la mère aux 6 enfants s'échappe de sa surveillance et se dirige vers l'habitat des éruptifs. Agressivement, il ramasse un caillou qu'il lance dans l'enclos pour attirer leur attention, trop occupés qu'ils sont à mâchouiller leur nourriture en fixant le vide. Il recommence encore et encore et, finalement, à cours de cailloux, il se met à crier en tentant de secouer les barreaux de fer. Un employé du cirque tente de l'en empêcher, mais le garçon s'échappe et s'enfuit, riant à moitié, hurlant l'autre moitié. Pendant ce temps, des jappements enthousiastes se font entendre alors qu'un chiot de la taille d'un petit poney se dirige vers le petit groupe. Tous seraient facilement attendris si le chiot en question n'avait pas trois têtes au lieu d'une seule, lui conférant un air à la fois bizarre et angoissant. Néanmoins, aucune trace d'agressivité ne semble se dégager de l'animal qui, content de voir des gens, lèche les doigts des uns d'une tête et renifle les chaussures des autres d'une autre. Il s'arrête devant un jeune homme aux cheveux bruns et bouclés et ses trois têtes se posent contre son bassin dans une synergique demande de câlins. La Grande Evelyn rigole doucement, attendrie.

- Voici Dougal, notre chien à trois tête, un animal très rare et beaucoup plus affectueux qu'on pourrait le penser. Il n'a que 6 semaines ; nous nous occupons de son éducation avant qu'il puisse intégrer le Freak Show. N'ayez pas peur de le caresser !


Informations HRP


Le petit garçon qui s'est échappé et qui fait une scène est Caleb.
Monkey est toujours près de la Grande Evelyn à regarder Mazikeen à la dérobée.
L'homme de qui Dougal veut de l'amour est Erich.
Les prochaines réponses du Narrateur mettront moins de temps à arriver ! N'hésitez pas à poser vos questions par MP ou sur Discord à Jude s'il y a quoi que ce soit :)  

Informations sur les PNJ:
 
Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Lun 29 Jan - 21:12
L’enchantement du chapiteau était une véritable prouesse. Il en avait vu, des sortilèges qui trompaient le regard, perdaient le conscient humain dans la pénombre, des alcôves tortueuses ou encore, des murs d’une hauteur vertigineuse, qui faisaient oublier de vastes étendues. Jamais pourtant il n’avait été témoin de ces enchantements féériques qui avaient pour but d’ouvrir l’esprit et de perdre les regards. Peut-être était-ce britannique – qui n’avait pas entendu parler du ciel magique qui émerveillait les étudiants de Poudlard ? Durmstrang n’avait jamais entretenu cette aura onirique de la magie ; elle était plutôt moquée, même. Dans leurs montagnes enneigées, la magie était sournoise et trompeuse.

Erich s’approcha lentement, décrivant un large arc-de-cercle afin de laisser les enfants, et surtout, leur enthousiasme, le précéder. Comme souvent, il préfère se perdre dans l’arrière-plan et observer en retrait. Il se démarquait nettement du reste de l’assemblée, et il en avait conscience. Le visage fermé, les mains profondément ancrées dans les poches de son blouson en cuir, sa réputation rédigée sur le front, il se demandait même comment la mère de famille n’avait pas encore murmuré à son clan de se tenir à l’écart du jeune homme étrange. Le concierge de l’UPA s’était trop habitué à l’ombre durant ces quelques années à parcourir l’Europe, et il avait déjà oublié à quel point la lumière était éblouissante.

Avec un air délassé trop travaillé pour être sincère, il déambulait en bout de cortège entre les cages. Son regard cilla devant le grapcorne, et il s’arrêta quelques instants pour détailler la créature visiblement encore sauvage, mais alors qu’il s’apprêtait à interroger la Grande Evelyn à son sujet, un vacarme détourna son attention. Erich laissa échapper un soupir en découvrant l’enfant s’acharner sur les grilles, le regard farouchement vissé sur les éruptifs. Pourtant, rapidement, une étincelle s’alluma dans son regard, et tâtant sa poche pour vérifier la présence de sa baguette, il se décala vers la gauche. Un pas, puis un second, entre chacune d’entre elle, une œillade vers la troupe des visiteurs, jusqu’à ce que sa hanche gauche heurte quelque chose de solide et doux à la fois.

Le jeune homme baissa la tête et sursauta de concert, surpris à la fois de découvrir trois têtes de chien de la taille d’un petit meuble et de découvrir que toute l’attention du groupe s’était tournée vers lui. Il marmonna, visiblement mal à l’aise, les mains levées à la hauteur des épaules, incertain de l’approche à adopter. Lui qui n’avait même jamais possédé un chat.

« Si je ne caresse que deux têtes, je ne risque pas de rendre la troisième jalouse ? » Lâcha-t-il dans l’espoir de faire un peu d’humour, sans qu’il soit possible de déterminer si son malaise venait d’une peur des animaux en règle générale, de la taille des mâchoires qui se pressaient contre ses hanches ou d’être soudainement ramené sous le feu des projecteurs. Maladroitement, il finit pourtant par tapoter les têtes en alternance, le regard perdu ailleurs.
Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1125 Points : 54
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Mer 31 Jan - 21:22
Martha Brown
Aimante mais dépassée
Etre une mère de 6 enfants, ce n'est vraiment pas facile. Martha pensait pouvoir continuer son travail d'agent de voyage, mais après ses deux premières grossesses, lorsqu'elle avait mis au monde les triplés, elle s'était rendu compte que ce n'était définitivement pas possible. Son monde tourne autour de ses enfants, et elle les aime de tout son coeur, même si ils lui apportent bien des ennuis. Mais ce qui est bien quand on est mère, c'est qu'on oublie d'avoir honte, on oublie la bienséance, on oublie ce qui est bien ou mal, pour se concentrer sur ce qui est juste. Et les besoins des enfants viennent avant tout, toujours.



"Le Chapiteau des créatures"
Event
Cela faisait, quoi… une dizaine de minutes que nous avions pénétré sous le chapiteau, et mes petits monstres commençaient déjà à n’en faire qu’à leur tête : il y avait Evans et Jamie, bien sûr, qui avaient commencés à se chamailler pour savoir qui allait avoir le droit de caresser en premier les « pigeons », mais surtout Caleb, qui glissa sa petite main, que je tenais pourtant fermement, hors de la mienne, et s’envola je ne savais où exactement… Jusqu’à ce que j’entende un employé du cirque l’intimer de se calmer, à quelques pas de là. A quoi jouait-il ? Il avait 9 ans maintenant, c’était censé être un grand, et jeter des cailloux sur une sorte de rhinocéros magique géant n’était définitivement pas une attitude de grand. J’appelais mon enfant en prenant la voix la plus autoritaire que je pouvais (ce qui était, il fallait l’avouer, assez peu impressionnant) :

« -Caleb, tu viens ici tout de suite ! Si tu commences à faire l’idiot, on s’en va, et tous tes frères et sœurs seront très déçus de devoir rentrer par ta faute !

Bien sûr, avec la force de l’expérience, je savais que ça ne serait pas suffisant, et soupira lourdement tandis que je m’apprêtais à aller chercher mon rejeton. Comme je tenais toujours la main de Pierce, je la confiais à Sally, ma plus âgée, en la priant de veiller quelques instants sur ses frères. Un peu au hasard, je repérais une jeune femme (Mazikeen) dans la petite troupe de participant et lui chuchota précipitamment, en essayant le moins possible de déranger les autres participants :

-Ça vous dérange de garder un œil sur mes enfants quelques instants, je vais juste chercher mon fils Caleb là-bas, j’en ai pour 5 petites minutes…

Et sans prendre le temps d’attendre sa réponse (je n’avais pas d’autres choix de toute façon, et probablement qu’en me voyant m’éloigner, elle se sentirait quelque peu obligée d’accéder à ma demande. Lorsqu’on devient parent, on devient un peu égoïste, c’est vrai), je me dirigeai vers l’enclos des éruptifs, ces animaux qu’Evelyn nous avait heureusement décris comme étant placides. Je m’agenouillai devant Caleb, qui bougeait dans tous les sens, comme s’il était possédé par un esprit démoniaque ou avait attrapé des puces.

-Hey mon grand, tu te rappelles de ce dont j’ai parlé, avant d’arriver ? Ici, il y a des animaux dangereux, et si tu veux qu’ils soient nos amis, il faut les laisser tranquilles et être gentils avec eux, d’accord ? Tu peux faire ça pour moi ?

J’avais toujours été plus adepte de la technique de l’écoute et de la compréhension avec mes enfants, plutôt que de la sévérité. Il valait mieux utiliser la carotte que le bâton, n’est-ce pas ? J’avais lu beaucoup de livres à ce sujet, et tous s’accordaient à peu près à dire que la discipline de fer ne marchait pas. Alors pourquoi mes enfants ne m’écoutaient pas les trois quarts du temps ? Etais-je donc une si mauvaise mère ?

-Et puis si tu es calme, j’ai une surprise pour toi dans mon sac… Je sens que tu vas beaucoup l’aimer…

S’il y avait bien une chose qu’aimaient les gamins, c’était les surprises, et ce qui était bien avec les cerveaux pas encore tout à fait développés, c’est qu’ils s’émerveillaient pour un rien. Un Kinder surprise, c’était pour eux l’équivalent au gain d’une somme importante à la loterie pour un adulte. Autant utiliser les cartes que j’avais dans mes manches. J’espérais juste que ça serait suffisant pour que Caleb se calme enfin… Je jetais un œil vers le groupe qui s’éloignait vers les autres animaux, et je souris en voyant que les autres étaient sages, s’émerveillant devant un… chien à trois têtes ? Est-ce que tout ceci était bien sans danger ? Il fallait que je rejoigne ma couvée le plus vite possible, pour les protéger au cas où cette bête magique se décidait à faire d’eux son quatre heures. Quelle idée j’avais eu de venir au cirque, en particulier un cirque magique, nous qui nous accordions à dire, avec mon mari, que les habitudes des sorciers étaient bien étranges (et avec son travail au Bureau de la mixité, il en voyait passer, des étrangetés !) ? Mon sourire était crispé, devant Caleb.

-Allez viens avec moi, on va retrouver tes frères et sœurs, d’accord ? »

Je le saisis encore une fois par la manche, et priais tous les dieux que je connaissais pour qu’il m’obéisse enfin.



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Dim 18 Fév - 20:00


"Le Chapiteau des créatures"
Event

Life can only be understood backwards; but it must be lived forwards.  - Søren Kierkegaard




La jeune Sang-Pure espérant largement passer une belle journée même si en arrivant, elle avait aperçu de nombreux enfants. Six, qu'ils étaient. Mazikeen avait déjà un mauvais feeling par rapport à cela car elle n'était guère habituée à côtoyer des gamins même si elle n'était pas très vieille. Bref, la cadette Avery s'était présentée à l'endroit prévu pour ensuite y apercevoir celle qui présentait le spectacle, une dénommée Evelyn, dite la Grande. Néanmoins, ce qui avait d'abord attiré l'attention de la jeune femme était l'assistant de Evelyn, Monkey. Celui-ci semblait avoir une fixation sur elle pour une raison inconnue. La première chose qui vint à l'esprit de Mazikeen était une possible attirance de cette personne envers elle alors que le type ne lui disait absolument rien.

C'est d'ailleurs la magicienne du spectacle qui "réveilla" le dénommé Monkey de sa transe vis-à-vis l'aristocrate afin de débuter la présentation. Ainsi, le décors changea du tout au tout et diverses enclos contenant différentes créatures, autant magiques que régulières, ne pouvant empêcher d'impressionner Mazikeen vis-à-vis cette collection. Pendant ce temps, d'un coin de l'oeil, Mazikeen observait les enfants qui commençaient à l'énerver. Bien sûr, elle faisait tout pour que rien ne paraisse. Un des gamins, justement, s'enfuit vers l'habitat des éruptifs, échappant à sa mère. Soupirant, la jeune Avery observa la scène. C'est alors que la maman de tous ces enfants lui demanda de garder un oeil sur les cinq autres gamins. Par politesse, la vipère hocha de la tête pendant que cette dame fila vers le jeune garçon. Les yeux de Mazikeen les regardèrent un à un, offrant un tout petit sourire pendant que Evelyn présentait un petit chien à trois têtes, nommé Dougal, qui se frottait à un homme inconnu à première vu, qui, comme elle, était ici pour assister au spectacle. Mazikeen, elle, était toujours silencieuse, entourée de ces enfants hyperactifs dont elle espérait qu'ils ne fassent pas comme leur frère en se mettant à courir partout vers les créatures. Vivement que la mère revienne.

Le regard vert de la jeune femme retomba vers le dénommé Monkey qui la regardait encore. Il avait quoi ce gamin ? Mazikeen le pointa et se pointa elle-même avant de faire un signe de mains qui signifiait "Que me veux-tu ?". Elle n'était pas à bonne distance pour le dire avec des mots. Chose sûre, avec tous ces enfants et cet assistant obsédé, elle n'allait pas pouvoir profiter du spectacle.

« Restez ici, pendant que votre mère revient, hein. » Lâcha-t-elle, aux cinq enfants.

Spoiler:
 



Code by Sleepy
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 185 Points : 38
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Ven 2 Mar - 19:41
INTRIGUE
Le chapiteau des créatures

La Grande Evelyn sourit au trait d'humour du nouveau meilleur ami de Dougal, avant de s'approcher pour caresser l'une des trois têtes avec affection. Le jeune homme semble mal à l'aise et dans l'espoir de le détendre, elle s'apprête à lui donner davantage d'informations sur l'animal qui, dégoulinant de bave aux coins de toutes ses mâchoires, halète de plaisir sous les caresses. Elle est cependant distraite par le brouhaha créé par Caleb. Préoccupée par la situation, la Grande Evelyn regarde la mère s'approcher de son garçon et surveille les employés afin de s'assurer qu'ils calment bien les éruptifs qui, pour une raison qu'elle ignore mais qu'elle pense due à cet enfant turbulent, semblent particulièrement agités. Sauf qu'ils sont trop nombreux à s'approcher de l'enclos et elle connaît leur tempérament anxieux et agressif, eux qui paniquent lorsqu'ils se sentent pris au piège.

- Excusez-moi un instant, finit-elle par dire au jeune homme et au reste du groupe, soucieuse, avant de se diriger vers l'enclos des énormes bêtes. Éloignez-vous de l'enclos, maintenant ! Lance-t-elle aux personnes présentes alors que les grosses pattes commencent à gratter et piétiner le sol et que les larges museaux soufflent et piaffent.

Elle étend les bras pour attirer l'attention de ses bêtes et s'accroupit légèrement, s'adressant à eux d'un ton doux qui tranche avec celui qu'elle emploie pour s'adresser aux humains. Mais la frénésie semble se répandre d'un enclos à l'autre et plus les animaux s'agitent, moins les éruptifs parviennent à se calmer. L'enfant a-t-il vraiment pu déclencher tout seul un tel remous ?

Cet enfant, d'ailleurs, observe présentement sa maman d'un air soupçonneux. Une surprise, hein ? Il semble méditer sa réponse. Il n'a pas envie de faire ce qu'elle dit. Il est en colère. Tellement en colère. Tellement en colère qu'il voudrait pleurer. Le ton doux de sa maman lui donne envie de tout lui dire. Mais il ne veut pas pleurer. Alors il fuit.

- Non ! Crie-t-il, avant de se débattre avec une force qui lui permet de s'échapper à nouveau et de courir plus loin.

La Grande Evelyn, de son côté ne se laisse pas démonter. Elle use de tendresse et tout en elle dégage l'apaisement. Son ton maternel et ses phrases affectueuses ont l'air de commencer à fonctionner et malgré les protestations des employés, elle finit par entrer dans l'enclos, complètement centrée sur ses bêtes, qui, enfin, semblent se laisser hypnotiser par elle. Le petit groupe de visiteurs et les employés semblent, eux aussi, hypnotisés. C'est pour cette raison, sans doute, que personne ne remarque ce gigantesque bicorne et son corps mi-panthère mi-vache profiter de la distraction d'un employé pour s'échapper de son enclos et charger la foule.

Énervé, sans doute, par les cris des animaux et la frénésie ambiante, il fonce droit sur le petit groupe d'enfant surveillés par une étudiante.

Et juste au moment où les pauvres gamins réalisent leur mort sans doute imminente, Monkey s'interpose et d'un ton insoupçonné, ordonne à l'animal de battre en retraite.

- BAXTER, NON ! Tempête-t-il devant l'animal qui se cabre, mais se calme immédiatement. Paniqué, l'employé fautif, qui courrait derrière la bête, lance un regard impressionné au petit assistant timide et reprend le contrôle de la bête pour l'emmener plus loin.

Informations HRP

Informations sur les PNJ:
 
Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Dim 4 Mar - 23:30
Le concierge tenta d’adresser un sourire qu’il espérait convainquant à la Grande Evelyn, tandis qu’il profite de l’intervention pour faire un pas en arrière, et tenter de retrouver un peu d’espace personnel. La bête aux trois têtes, dont il avait déjà oublié le nom, ne se laissa cependant pas démonter par tant de pudibonderie et ajouta un nouveau filet de bave sur son blouson. Même l’avertissement soudain lancé par sa maîtresse et l’agitation qui s’ensuivit ne semblèrent pas détourner l’attention de la créature. Lui qui avait toujours cru que les chiens se reconnaissaient par leur empressement à secourir leurs maîtres et à se mêler de ce qui ne les regardaient pas.

Erich abandonna la bataille, cependant, laissant les trois têtes se battre pour l’attention de sa main gauche, il laissa glisser sa baguette dans sa main droite, tandis qu’il suivait, enfin, du regard les événements qui se déroulaient à quelques mètres de lui. Comme il en avait l’habitude lors des soirées de duel, il scruta les différents protagonistes, n’y perdant qu’une poignée de secondes tant il était rompu à l’exercice. L’étudiante, trop occupée avec les gamins, visiblement déboussolée par la responsabilité qu’on lui avait laissé tomber sur la tête, n’était sans doute pas prête de le remarquer. Il en allait de même pour la mère de famille, tout comme de la Grande Evelyn, qui venait tout juste de pénétrer dans un enclos. Le concierge, tout aussi indifférent au sort de l’enfant qu’il ne l’avait été depuis son arrivée, continua son approche discrète du Grapcorne.

Il n’en avait jamais vu de si près, bien qu’il lui était arrivé d’en apercevoir alors qu’il survolait les alentours de Durmstrang lors des échauffements de Quidditch. L’agressivité de ces créatures était loin d’être un mythe, en revanche, et il n’était pas assez fou pour s’en approcher vraiment sans avoir évalué la situation. Malgré l’émoi qu’il devinait du coin de lui, Erich constata avec surprise que la gigantesque créature bossue paraissait passablement apathique, mais alors qu’il allait s’approcher un peu plus, pour tenter de l’observer d’un autre angle, un cri de terreur le fit sursauter. Sans plus de réflexion, le concierge prononça un rapide « Wingardium Leviosa » sur ce qui ressemblait à un sac de nourriture, et le laissa retomber derrière le dos du Grapcorne – tout ce qu’il savait des bêtes, c’était que comme les humains, ne mangeait que celui qui se sentait bien. Puis, un air paniqué bien travaillé sur le visage – et probablement également causé par l’adrénaline soudainement montée lorsqu’il avait manqué de s’affaler sur le chien à trois têtes, dont il avait complètement oublié la présence, il se rua en direction du reste du groupe.

La baguette pointée, comme s’il avait tenté d’intervenir mais avait été pris de vitesse, il s’agenouille près des enfants, après avoir jeté un regard interrogateur à l’étudiante. « Par Merlin, tout le monde va bien ? » Avant de se tourner vers l’employé du cirque, à qui il s’adressa avec une étonnante douceur. « Nous en avons eu de la chance ! Quelle agressivité… Dompter de telles créatures ne doit pas être facile tous les jours ! » Il jeta un œil en direction de Monkey. « Quel charisme. On dirait que c’est comme chez les humains, il faut s’imposer comme un leader si on veut être suivi ? » Il se tourna à nouveau vers les enfants, pensif. « En tout cas, c’est un jour dont on se souviendra. »
Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1125 Points : 54
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Mer 7 Mar - 22:19
Martha Brown
Aimante mais dépassée
Etre une mère de 6 enfants, ce n'est vraiment pas facile. Martha pensait pouvoir continuer son travail d'agent de voyage, mais après ses deux premières grossesses, lorsqu'elle avait mis au monde les triplés, elle s'était rendu compte que ce n'était définitivement pas possible. Son monde tourne autour de ses enfants, et elle les aime de tout son coeur, même si ils lui apportent bien des ennuis. Mais ce qui est bien quand on est mère, c'est qu'on oublie d'avoir honte, on oublie la bienséance, on oublie ce qui est bien ou mal, pour se concentrer sur ce qui est juste. Et les besoins des enfants viennent avant tout, toujours.



"Le Chapiteau des créatures"
Event
Dépassée, c’était bien le mot qui définissait le mieux la situation dans laquelle je me trouvais. J’avais été naïve de penser que mes 6 enfants se comporteraient comme des anges lors de cette sortie : mon mari m’accusait toujours d’être un peu trop optimiste, et il était vrai que cette propension à toujours voir le bon chez les autres, en particulier mes enfants, me jouait parfois des tours. S’ils pouvaient parfois être de véritables angelots, surtout mes petites Samantha et Sally, les garçons se changeaient bien souvent en diables lorsque nous nous trouvions en public, et entouré d’animaux, Caleb devenait carrément hors de contrôle. Ses professeurs m’avaient plusieurs fois fait part de leur inquiétude quant à son comportement, et je savais que je devais redoubler de prudence avec lui, mais je ne voulais pas le priver des mêmes expériences que ses frères et sœurs, simplement parce qu’il était un peu plus difficile… Je pensais sincèrement que ça aurait empiré la situation, et ce n’était de toute façon pas la vision que j’avais de ma condition de parent.

Les animaux étaient troublés : plus que ce que j’aurai imaginé. Certes, Caleb avait un comportement des plus agité, mais leur réaction me semblait disproportionné, surtout pour des animaux de cirque. N’étaient-ils pas dressés pour ne pas s’énerver devant les cris de la foule et les lancers intempestifs de popcorn ? Si c’était si dangereux que ça, ils n’auraient pas invités des "civils", surtout des moldus et des enfants, à se balader librement auprès d’eux… Mais je n’avais pas le temps de réfléchir à tout ça : d’abord, je devais m’occuper de Caleb, pour revenir le plus vite possible auprès de mes autres enfants. Je ne doutais pas que la jeune femme à qui je les avais confié prendrait soin d’eux, mais je ne voulais ni la gêner, ni passer pour une mère indigne qui ne savait pas prendre soin de sa progéniture.

Et Caleb s’enfuit, encore. Quelle mouche avait piquée mon garçon ? Je sentais bien que quelque chose clochait, appelons ça l’instinct maternel, mais je le savais au plus profond de mes tripes. Un dernier regard sur mes autres têtes blondes, auprès de la foule, Sally semblait bien veiller sur sa sœur et les triplés semblaient fascinés par les actions d’Evelyn, probablement aussi impressionnés par mon absence et ces inconnus qui les entouraient. Je n’hésitai pas et commençai à suivre Caleb, en trottinant derrière lui comme une maman poule derrière ses poussins, tout en lançant à la cantonade :

« -Je suis vraiment désolé, je reviens tout de suite, je dois… CALEB ! m’écriais-je en m’éloignant du groupe, voyant que mon fils s’éloignait de ma vue pour échapper à ma surveillance.

Je ne vis pas (et heureusement, pour ma tension) la bête se précipiter sur le groupe de visiteurs. J’entendis, par contre, les cris d’effroi et les exclamations de Baxter, puis d’un jeune homme qui faisait partie, comme moi, des gagnants du concours, et mon sang ne fit qu’un tour. Je devais absolument aller réconforter mes enfants, et bien que je pouvais voir, du coin de l’œil, l’homme aux cheveux bouclés gérer admirablement la situation, avec un sang froid totalement admirable, je me doutais que mes têtes blondes devaient être terrifiés. Et je n’étais pas là. Martha, fais quelque chose bon sang, arrête de te lamenter, va récupérer Caleb et joue ton rôle de mère ! me dis-je, maudissant le sort qui, décidemment, se retournait contre moi.

Heureusement, je rattrapai bien vite le petit garçon de 9 ans, et, renforçant mon autorité du mieux que je le pouvais, je le pris par la main et lui dit fermement, sans crier :

-Maintenant ça suffit Caleb. Je ne sais pas ce qui t’arrive, mais on doit rejoindre tes frères et sœurs, je ne le redirai pas une deuxième fois. Ton comportement me déçoit beaucoup.

Faisant attention à ce qu’il n’échappe pas à ma poigne, cette fois, j’essayais de lui montrer que je ne laisserai pas passer d’autres incartades de sa part, et qu’il devait s’attendre à des sanctions lorsque nous retournerions à la maison. Revenus à la hauteur du groupe, je serrais avec mon autre bras mes  enfants, qui avaient un air traumatisé sur le visage, à part Pierce, qui regardait son sauveur (Erich) avec des yeux plein d’admiration : un peu plus, et il se serait accroché à sa jambe en le priant de devenir son mentor. Je m’adressai ensuite aux adultes présents, notamment à lui et à l’étudiante.

-Je vous remercie beaucoup, heureusement que vous étiez là… Je suis vraiment confuse et désolé, mille excuses… »



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Invité
Invité
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Ven 16 Mar - 21:12


"Le Chapiteau des créatures"
Event

Life can only be understood backwards; but it must be lived forwards.  - Søren Kierkegaard




La jeune aristocrate était maintenant prise à surveiller cinq enfants en bas âge. Elle ne détestait pas les gamins, en ayant déjà été une, mais ne les adore pas non plus. La seule chose est qu'elle espérait que les jeunes ne fassent pas de bêtise pendant que leur mère était partit chercher l'autre qui avait fuit.  Une chance que la Sang-Pure avait eu la gentillesse d'accepter la demande de la mère bien qu'elle n'avait pas eu vraiment le choix de dire oui.

Chose sûre, alors que Mazikeen ne bougeait pas pendant qu'une certaine tension semblait se développer en ce qui concernait les animaux du spectacle. D'ailleurs, elle ne remarqua qu'au dernier moment qu'une créature mi-panthère et mi-vache fonçait vers elle et les enfants. Elle sortit sa baguette mais c'était trop tard, elle n'allait pas avoir le temps de jeter un sortilège afin de l'arrêter. Une vieille pensée vint dans son esprit, le moment où un Bunyip avait presque pris sa vie lors de son voyage en Océanie.

Néanmoins, la vie de la jeune Avery ainsi que celles des gamins furent sauvées de justesse par l'assistant d'Evelyn, Monkey. Celui qui avait une obsession envers elle pour des raisons encore inconnues. L'animal se calma aussitôt alors que l'employé qui l'avait laissé échappé venait à la course et il y avait aussi un autre homme sorcier, plus âgé, qui demanda si tout le monde allait bien, ce à quoi Mazikeen hocha de la tête avant de regarder l'employé fautif. La faute de celui-ci a presque coûté la vie de six personnes dont cinq enfants. L'homme (Erich) s'adressa aux enfants et pendant ce temps, la vipère profita pour s'adresser à l'employé :

« Vous avez presque coûté la vie à ces gamins et moi-même, imbécile. Je ne suis pas venue ici pour me faire manger vivante. Heureusement que ce jeune était là. » Dit-elle, en faisant signe vers Monkey, lui faisant un clin d’œil au passage. Baguette en main, Mazikeen était maintenant prête si une situation du genre se produisait encore. La mère arriva ensuite vers elle et les autres. Heureusement car Mazikeen n'en pouvait déjà plus de surveiller les gamins même si elle n'avait pas fait grand chose. Pour elle, l'employé fautif n'était qu'un incompétent qui méritait de se faire renvoyer alors qu'en fait, comme l'avait dit l'homme (Erich), il ne devait pas être très facile de dompter ce genre de créatures. « Bon, que fait-on, à présent ? » Demanda la jeune femme, se demandant si le spectacle était déjà terminé suite à cette situation plutôt dangereuse.



Code by Sleepy
Narrateuravatar
• PNJ •
Messages : 185 Points : 38
Pseudo : --
Avatar : --
Crédits : Catharsis.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence:
Patronus:
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | Sam 5 Mai - 0:35
Intrigue
Le Chapiteau des créatures

Les respirations sont rapides, mais c’est sans aucun doute le soulagement qui domine parmi les employés du cirque. Le pire, ce qu’ils redoutent tous toujours, tout au long de leur carrière, ce risque qu’ils côtoient si proche qu’ils arriveraient parfois même à l’oublier, n’est finalement pas arrivé. Tous savent à quel point ces animaux sont dangereux, malgré les exploits qu’ils parviennent à exécuter avec beaucoup de patience et de dressage. Cette fois, l’adrénaline a cependant suffit à réagir, et de l’extérieur, il aurait même semblé que toute cette aventure a été une mise en scène, soigneusement préparée pour impressionner les adultes comme les enfants et il ne ferait pas de doute que certains témoins de cette escapade, préférant cette explication à celle de l’accident tout juste évité, se convaincront avec le temps que tout cela a fait partie du spectacle.

Les enfants se sont pour l’instant calmés, fascinés qu’ils sont toujours par le tour de force réalisé par Monkey, rassuré par l’inquiétude doublée d’amour de leur mère et par cet inconnu qui brandit sa baguette avec ferveur, comme s’il était tout juste sorti d’un film policier. La seule qui semble agir comme si rien de tout ceci n’était normal est la jeune fille à laquelle ils ont été confiés, et comme en besoin soudain de s’ancrer dans le monde qui est leur quotidien, ils continuent de s’agglutiner autour d’elle, sans pourtant lâcher des yeux les magnifiques créatures qui les entourent encore. Dans leur regard brille déjà, à nouveau, l’excitation et la curiosité.

Ils sont les premiers à remarquer que le Grapcorne, après une courte période d’intérêt pour la nourriture fournie par le jeune homme, frissonne au milieu d’une bouchée. Il laisse tomber le fourrage à moitié mâchonné, et comme si de rien n’était, entreprend lui aussi une escapade. Lentement, mais sans laisser le moindre doute sur sa force, il écrase la clôture qui l’a si longtemps retenu prisonnier. Les enfants laissent échapper des cris de stupeur, doublés par ceux, difficilement étouffés, des employés du cirque.

L’effroi fait place à l’incompréhension. Contrairement aux éruptifs qui ont décidé de charger ce brouhaha qui les énervait tant, le Grapcorne, malgré le danger qu’il représente et sa réputation d’agressivité, continue de soigneusement nier les visiteurs. Lentement, précautionneusement, mais toujours sans le moindre signe qui trahirait qu’il accepterait même d ‘être arrêté, l ‘imposante créature poursuit son chemin en direction de l’entrée du cirque.

La surprise est telle que bien observateur seront ceux qui auront remarqué que similairement inspirés, la lionne et le phénix, après avoir frémi et tourné en rond dans leurs enclos pendant quelques secondes, empruntent eux aussi le même chemin.

HRP


Ce post clôture le chapiteau des créatures ! Le topic restera ouvert afin que vous puissiez terminer vos interactions ; néanmoins, la suite de l'intrigue se déroulera dans un topic commun, rassemblant tous les participants des différents chapiteaux. Ce topic sera ouvert samedi 5 mai, dans la soirée (heure française). Vous êtes tous invités à continuer cette intrigue dans ce topic unique ! Plus d'informations sur le déroulement exact et le rythme de celui-ci seront données dans ce nouveau topic !
Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: Chapiteau des créatures | 
Chapiteau des créatures
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Créatures rares et nommés - Ered Luyn
» Inscriptions aux cours de Soins aux créatures Magiques
» Créatures rares et nommés - Trouée des Trolls
» Les créatures du mal.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: