Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Épidémie de Dragoncelle6 Septembre 2000 L'épidémie de Dragoncelle continue son chemin allant jusqu'à mettre certains lieux en quarantaine magique. On recherche toujours un traitement à l'Hôpital de Sainte Mangouste... LIRE PLUS
Un espoir de cure8 Septembre 2000 Un traitement médicamenteux a été trouvé contre la Dragoncelle et l'Eclabouille qui s'était déclarée dans la Moonrise Gallery. On recherche encore une cure totale. Des grèves pétrolières bloquant les importations ont commencé dans tout le Royaume-Uni... LIRE PLUS
Manifestations pour les droits des êtres magiques et non-magiques15 Septembre 2000 Des manifestations mettent en avant les droits des moldus et des êtres magiques en vue de modifier les lois par le Gouvernement. En parallèle les Jeux Olympiques commencent à Sidney, avec des sportifs mixtes, à la fois moldus et sorciers.... LIRE PLUS

 [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Siobhan KvelgenProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 413 Points d’activité 37
      Pseudo : Kvelgen
      Avatar : Katheryn Winnick
      Crédits : Astra pour la signa
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: L'Enclave Résidentielle sorcière, à l'Est - Second manoir
      Patronus: Un loup arctique
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t145-siobhan-kvelgen-soyez-l
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Lun 15 Jan - 22:03


Il était tout à fait légitime de se demander si, au fond, ce n'était pas Adrasteia qui causait tout ces problèmes. Elle avait été présente à l'attentat, puis avait disparue dans les ruines de la tristement célèbre Pripyat, et avait enfin été bloquée avec elle au sein d'une foule en panique il y avait de cela quelques temps. Il restait que la Scandinave ne s'attendait pas à ça, même avec une porte-chkoumoune comme elle. La situation était totalement irréelle et la perspective de ne pas pouvoir revenir au présent étreignait son coeur de peine. Pas pour elle ; elle serait capable de mettre à profit ces cinq années dans le pire des cas, pragmatique à en faire peur. Non, elle avait de la peine et avait peur pour sa belle soeur, pour Adrasteia, et pour le bébé qu'elle portait en son sein. Pour Léandre qui raterait tant de la vie de son enfant à venir. Mais tout ça n'était que des pensées éphémères. Elle n'y connaissait pas grand chose aux retourneurs de temps mais ce qu'elle savait c'est qu'ils allaient s'en sortir ; tous sans exception. Il le fallait, il devait bien y avoir une solution quelque part.

Respire Sio. Calme toi.

La salle s'éclaira de lueurs chaude et festive, éveillant l'instinct de la louve, et elle posa sa flute de champagne. Parallèlement, son regard se posa sur le buffet et toute ces bougies, ainsi que le sapin et les cadeaux surmontés d'une étiquette. Mais ce n'est pas tant sa curiosité que son envie de comprendre qui la poussèrent à aller y jeter un oeil. Néanmoins, pressée par les bruits de pas qu'elle entendait désormais à l'étage, elle changea d'idée, d'autant plus que d'autres personnes s'étaient déjà approchée pour relever les noms.

Elle ne faisait pas vraiment attentions aux blablas, et elle ne comprit que quelques mots essentiels par ci par là. La blonde se fichait bien de ce qu'il se passait dans la pièce, et si son regard se posa sur l'une des personne présente - sur ce visage qui ne lui était plus inconnu depuis quelques semaines maintenant -, et si l'intérieur de ses cuisses et le bout de ses seins se souvenaient encore de cette bouche jalousée, Siobhan garda le contrôle de ses pensées et n'offrit qu'un agréable sourire à la rouquine qui avait croisé son regard. Par politesse. Les souvenirs étaient encore vivaces, et nul doute que dans d'autres circonstances la norvégienne se serait laissée aller aux prémices de son excitation, bienheureuse de bénéficier du secret de son plastron en métal. Peut-être aurait-elle même remarqué la trace qu'elle avait laissée dans le cou de son amante. Mais Skuld en avait décidé autrement. Pas maintenant. Pas alors qu'il fallait agir non seulement pour la sécurité des autres - car oui, même si elle avait quitté la formation sur la fin, il restait qu'elle avait passé trois ans à apprendre les rudiments du métier d'Auror et qu'elle avait toujours à coeur la protection d'autrui - mais aussi pour que le continuum espace / temps ne soit pas altéré. En y pensant, elle se remémora la première fois qu'elle avait été confrontée à ça. Pas dans la réalité, mais au travers d'un écran et d'une fiction ; la première fois qu'elle était allée voir Retour vers le futur au cinéma en compagnie de Ghrystal, le frère de sa meilleure amie. Elle avait été éblouie, mais elle n'avait pu s'empêcher de se dire que tout ça, c'était bien réel pour les sorciers, et que, mis entre de mauvaises main, un retourneur de temps pouvait être catastrophique. Aujourd'hui, elle devait y faire face.

Il lui fallait réfléchir, et vite.

Tandis qu'une poignée de ses camarades d'infortune s'étaient précipités sur les cadeaux pour en découvrir le nom de leurs propriétaires, et que les bruits de pas se faisaient de plus en plus audibles, la skjaldmö s'était dirigée avec aplomb vers la fenêtre, une idée en tête « N-non-non-non ! Reposez ça immédiatement ! Il y a ! Eloise Mintumble ! Les retourneurs de temps ont été conçut par le Ministère de la Magie en résultat de recherches effectuées par des langues de plomb de la salle du temps. En 1899, Eloise s’est retrouvée en l’an 1402 pour une durée de cinq jours. Lorsqu’elle est revenue, toute les personnes ayant interagi avec elle ont drastiquement changé d’existence au point d’annihiler la naissance de 25 de leurs descendants. » et elle s'arrêta, happée par les mots d'Adrasteia.

Elle s'arrêta, et elle l'écouta sans la couper. Ainsi donc la dangerosité était réelle. Véritablement réelle « Cameleonis. Son corps a vieillit de cinq siècles et elle en est décédée. Voilà pourquoi… Cinq heures étant la limite de sécurité. Nous ne pouvons pas intervenir… Tout ça s’est déjà produit, Ombrage et le secrétaire d’état dans la même réception… Ça ne peut pas faire autrement qu’être un évènement majeur… Ce n’est certainement pas pour rien que le gouvernement Britannique s’est opposé à nous aider pendant la bataille… Mais si nous… Des sorts de dissimulations, à plusieurs, nous pourrons produire quelque chose de suffisant pour être invisibles… Nous devons rester loin, ne pas gêner, ne pas... Les changements seraient au niveau politique… Préoccupants… Aidez-moi... Je me fatigue trop rapidement pour maintenir un sortilège… » « On peut peut-être encore essayer de s'échapper avant qu'ils n'arrivent, mais on n'a plus beaucoup de temps. elle pointa sa fidèle alliée de sorbier vers la fenêtre Alohomora. et un clic se fit entendre, salvateur pour ces visiteurs du futur, mais surtout pour l'héritière. Allez-y, dépêchez-vous. Griselda, récupérez votre retourneur de temps. Vite. » malgré elle son ton s'était fait autoritaire, déterminé ; aucun doute à avoir quand à son assurance, irisée tant d'adrénaline que de sang-froid. Elle était ce qui se rapprochait le plus d'un Auror ici. Mais au fond, elle ne réalisait pas encore vraiment les enjeux de la situation. Elle n'y pensait pas ; faisait barrage dans son esprit pourtant si prompt aux doutes et à la terreur. Elle niait le danger, tout simplement, mais il restait qu'il s'agissait d'une défense toute aussi précaire qu'utile.

_________________

   
   
Walk unafraid
Siobhan Astrid Kvelgen I was brought into this life a little lamb, courageous, stumbling ; fearless was my middle name. But somewhere there I lost my way, everyone walks the same, expecting me to step the narrow path they've laid, they claim to walk unafraid, I'll be clumsy instead. Hold me love me or leave me high.
Narrateuravatar
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Mar 16 Jan - 12:48

Aventure du Narrateur
Les vestiges d'un Noël passé



/!\ MAJ du 16/01
ATTENTION ! Pour votre prochain message, vous n’avez droit qu’à une seule et unique action (notez que les dialogues ne sont pas limités … Tant qu’ils sont raisonnables avec le temps écoulé : vous avez environ une minute pour agir). Préférez-vous vous cacher ? Lancer un sortilège ? Fuir ? Rester-là ? Choisissez-là bien, car elle déterminera certaines choses lors de la prochaine intervention du Narrateur.

A savoir que plusieurs alternatives vous ont déjà été proposées (mais vous avez totalement le droit d’opter pour autre chose) : se réfugier derrière le sortilège de dissimulation d’Adrasteia (déjà en cours, donc il n’a pas besoin d’être relancé, il suffit de se positionner derrière-elle ... Après, il est instable et pourrait bien ne pas tenir autant qu'il le faudrait ... Qui sait ?), fuir par la fenêtre (ouverte par l’Alohomora), ou affronter les arrivants (bien que vous ne puissiez pas savoir d’avance s’ils sont hostiles ou pas).



Le 17 septembre 2000 en soirée - RP


« Ça va... ça va. J'ai juste l'impression que je vais rendre mon repas sur le plancher si je fais pas attention. La magie ça me fait pas tellement, je pense. » Les mots de Jude – à moins que ce ne soit son expression ? –  semblent porter jusqu’à Griselda. Elle a beau être au centre d’un échange pour le moins tumultueux entre plusieurs individus, c’est vers lui que son regard inquiet se tourne. Probablement car il exprime aussi un fait en lequel sa conscience se reconnait. Des cracmols aux moldus, il n’y a qu’un pas, pas vrai ? Elle n’a toutefois pas le temps de s’y intéresser davantage ou de pouvoir s’en approcher.

Pas même d’entendre l’inquiétude d’Ollie. « Jude, je crois que c'est de ma faute. » Ni les véhémences d’Adrasteia à son égard, pourtant difficiles à ignorer. « Très chère, si exposer les artefacts de vos ancêtres  vous semble plus important que la sécurité de vos invités, nul doute qu’il vous serait avisé de revisiter vos priorités. On ne laisse jamais traîner des objets magiques à la portée de n’importe qui lors de rassemblements voyons ! Pas sans sorts de protections, la magie qu’ils renferment peuvent être, comme vous pouvez le constater, d’une stabilité dangereusement compromise. »

Car c’est la voix de Finn qui s’élève et interpelle l’assemblée capturée par la débauche du temps : « Est-ce qu’il y a un Auror, parmi vous ? Parce que je crois qu’on a un problème… » Provoquant une stupéfaction sincèrement effrayée de la part de Griselda et la déstabilisant alors qu’Aillas l’interroge. Décontenancée par la situation et les baguettes qui se tirent de leurs écrins ici et là, elle laisse Alistair répondre à sa place.

Au moins dans un premier temps, pour récupérer un peu de toute cette folie douce engendrée par leur … Voyage imprévu. « Non, l'acquisition est récente. Je doute que tu saches qui était propriétaire en 1995, non ? » Au moins pour essayer de lier les choses davantage dans son esprit. « Je sais à qui j’ai loué la salle … Monsieur Connor Williams, si vous connaissez ... Mais je ne crois pas que ce soit le propriétaire … » Jusqu’à ce qu’elle soit entraînée par Alistair vers la fenêtre. Dérobée à Aillas en une expression confuse.

Il se veut discret, d’ailleurs, Al. « Tu sais, la question du mec... Elle est légitime. Je sais que c'est pas chez toi ici, en 2000. Tu l'as louée. Tu l'as louée à qui, cette salle ? Et puis, c'est quoi ce Remonteur de Temps que tu as en ta possession comme ça ? D'où il te vient ? » Il murmure. Mais quelqu’un semble avoir entendu l’échange malgré les précautions prises par le cracmol. « AH ! N-non-non-non ! Reposez ça immédiatement ! Il y a ! Eloise Mintumble ! Les retourneurs de temps ont été conçu par le Ministère de la Magie en résultat de recherches effectuées par des langues de plomb de la salle du temps. En 1899, Eloise s’est retrouvée en l’an 1402 pour une durée de cinq jours. Lorsqu’elle est revenue, toutes les personnes ayant interagi avec elle ont drastiquement changé d’existence au point d’annihiler la naissance de 25 de leurs descendants. » Encore une fois, Griselda apparaît terrifiée et les mots mettent un moment à se former dans sa gorge. Trop pour qu’elle puisse avoir le temps répondre – car, déjà, la Slave continue.

« Son corps a vieillit de cinq siècles et elle en est décédée. Voilà pourquoi… Cinq heures étant la limite de sécurité. Nous ne pouvons pas intervenir… Tout ça s’est déjà produit, Ombrage et le secrétaire d’état dans la même réception… Ça ne peut pas faire autrement qu’être un évènement majeur… Ce n’est certainement pas pour rien que le gouvernement Britannique s’est opposé à nous aider pendant la bataille… Mais si nous… Des sorts de dissimulations, à plusieurs, nous pourrons produire quelque chose de suffisant pour être invisibles… Nous devons rester loin, ne pas gêner, ne pas ... Les changements seraient au niveau politique… Préoccupants… Aidez-moi... Je me fatigue trop rapidement pour maintenir un sortilège… » Baguette en main et sortilège énoncé – une tentative de dissimulation ? Alors qu’une alternative est présentée par Siobhan. « On peut peut-être encore essayer de s'échapper avant qu'ils n'arrivent, mais on n'a plus beaucoup de temps. Alohomora. Allez-y, dépêchez-vous. Griselda, récupérez votre retourneur de temps. Vite. »

L’organisatrice de la soirée, complètement impuissante, s’efforce d’obtempérer en ce sens. Ses mains se referment avec appréhension sur la montre à gousset. Mais elle s’arrête, toutefois, à quelques pas de la fenêtre ciblée par le sortilège de la blonde pour se retourner vers l’assemblée. Son regard se fixe sur Jude. « Est-ce que … C’est vraiment une bonne idée ? »

Personne n’arrive vraiment à savoir si elle pose directement la question à l’écrivain ou au groupe. Personne, même, n’a le temps de concrètement y songer. Car les pas à l’étage se déplacent. Ils semblent emprunter un escalier, en témoigne le claquement des semelles sur les marches, et se rapprocher la salle.

Petit à petit, un bourdonnement de plusieurs voix se distingue. Elles sont encore trop loin pour être clairement discernées et identifiées, à moins d’utiliser un sortilège à cet effet.

Mais comme les pas, elles se rapprochent.


Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Les participants ayant été "embarqués" dans l'aventure sont vos seuls personnages et Griselda. La petite fille blonde du début n'est pas avec vous. Pourquoi ? Mystère ...

Qui est Griselda ?:
 

Une fenêtre a été déverrouillée !

Jude WhitmoreMoldu - StaffavatarMoldu - Staff
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 20/11/2016 Messages 451 Points d’activité 29
      Pseudo : Lexie
      Avatar : Ben Wishaw
      Crédits : Bazzart
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis
      Patronus: /
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t27-jude-whitmore-travel-far
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Ven 19 Jan - 22:41

Caché derrière Ollie, figure protectrice solide à mes yeux de sans-magie effrayé, je regarde les autres convives réagir à la situation. Les noms qui figurent sur les présents apparus au bas du sapin déclenchent une vague d'inquiétude dans l'assemblée ; apparemment, ces personnes, en 1995, ne font pas partie des fréquentations qu'on souhaite avoir. Des questionnements sur le voyage dans le temps et l'attitude à adopter fusent pendant que d'autres convives plongent dans l'action.  Durant quelques secondes, j'admire le sang froid de cette grande blonde au corset de fer qui lui donne des airs de valkyrie. Elle a l'air d'avoir un plan, qu'elle met en action rapidement. Une sortie s'ouvre, à travers une salvatrice fenêtre, et c'est dans le regard de notre hôtesse, Griselda, que tombe le mien, apeuré, incertain. « Est-ce que … C’est vraiment une bonne idée ? » La question semble s'adresser à moi alors que je me pose exactement la même et tout se passe, en ces quelques secondes, comme si elle avait simplement lu ma pensée. Car la tentation de fuir l'endroit est forte tant la panique s'installe ici. Mais fuir... pourquoi ? Qui y a-t-il dehors de mieux qu'ici, sachant que ce n'est pas un lieu qu'il nous faut fuir mais une année? Mon regard se tourne vers Ollie, dont je ne vois que la nuque et le dos. Une marque rouge flotte sur sa peau.

Puis, c'est sur la jeune femme sophistiquée et visiblement enceinte que mon regard retombe. Être invisible. Cette proposition me sied à un point tel que je m'étonne de n'assimiler ses paroles que maintenant. Se cacher. Ne toucher à rien, n'influer sur rien, doucement attendre que le moment passe, que les choses se calment, que les autres trouvent les solutions à ma place. De toute façon, à quoi puis-je servir, moi, sans magie, frêle et sans une once de courage ? Ma meilleure chance de survie est le retrait. Je n'ai jamais été fait pour vivre les aventures, tout juste suis-je assez bon pour les écrire.

Moldu je suis, alors c'est comme un moldu que je me cache. Je serre les doigts de Ollie pour l'entraîner avec moi, mais mes doigts lâchent les siens dans ma précipitation. Doucement, je glisse sur le sol sans trop attirer l'attention des autres, tout juste assez brave pour demeurer furtif. Je me rapproche de la longue table derrière le petit groupe d'invités qui se sont rassemblés, soit Griselda, la femme enceinte, l'imposant protecteur de notre hôtesse et les autres, et je soulève la large nappe qui descend presque jusqu'au sol. Je m'accroupis, penche la tête et hop. Caché. Assis contre le mur, j'entoure mes genoux de mes maigres bras et je regarde les pieds des convives en priant pour me réveiller bien vite de ce cauchemar.

_________________
« Songes et Contemplations »
Finn W. BowmanÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 29/03/2017 Messages 1128 Points d’activité 154
      Pseudo : Flow
      Avatar : Herman Tømmeraas
      Crédits : Me, myself and Google
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Les Salines
      Patronus: un Mustang
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t708-finn-w-bowman-keep-my-g
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Dim 21 Jan - 16:04


Les Vestiges d'un Noël passé
Aventure du Narrateur
Pendant que la plupart s’agitait, ouvrant des fenêtres, jetant des sorts en veux-tu en voilà, Finn réfléchissait, le nom prélevé sur le paquet toujours en main. S’il se trouvait bien en 1995 au milieu d’une réunion entre Ombrage, le secrétaire d’état et il ne savait quel autre ponte, et que tout ça n’était pas une hallucination causée par une prise trop importante de drogue, la situation était… compliquée. Et pas sûr que l’artefact utilisé par la jeune fille fonctionnait comme un Retourneur de temps classique, après tout, pourquoi eux avaient-ils été transportés et pas les autres personnes assistant à la petite sauterie ? Si ça se trouvait, ils n’étaient pas vraiment dans le passé, peut-être se trouvaient-ils dans un de ces mondes parallèles dont les moldus parlaient dans leurs livres de science-fiction, et en s’échappant de cette pièce, ils allaient se retrouver dans un monde totalement différent du leur, peuplé de monstres déterminés à le dévorer ou il ne savait encore quelle bizarrerie. Finn pensa qu’il était beaucoup trop beau gosse pour finir ses jours dans l’estomac d’une créature, alors il était hors de question pour lui de quitter l’abri relatif de la salle de réception.

Finn fit alors la chose qui lui sembla le plus logique, plus que de lancer un sort de camouflage qu’un artefact anti-magie pourrait percer, ou seulement un mage plus puissant que lui (et vu le gratin qui se trouvait à l’étage, ça ne l’étonnerai pas des masses) : il se précipita sous le buffet, où la nappe procurait une protection suffisante pour se cacher des regards. Cela lui rappelait lorsqu’il avait l’habitude, plus jeune, de se dissimuler sous les tables en bois massifs des manoirs des Sang-Purs que côtoyait son père, en compagnie de Mazikeen. Un temps plus simple, assurément.

Visiblement, il ne fut pas le seul à avoir cette idée, puisqu’à peu près en même temps, il vit Jude se glisser lui aussi derrière la couverture qu’apportait la nappe, et il pouvait maintenant entendre son souffle court et apeuré tandis que le moldu s’adossait au mur derrière lui. Si la situation était critique pour un sorcier, il était vrai qu’un moldu était encore plus exposé au danger… L’étudiant fit tourner sa baguette dans sa main, avant de décider de s’asseoir près de son ancien amant.

« -Hey Jude, dit-il en chuchotant, un sourire un peu taquin sur le visage. Ça fait longtemps, ça t’arrives souvent de remonter le temps et venir te coincer en 95 ? Moi c’est la première fois et je suis pas sûr que ça me plaise tellement. »

Malgré le contexte, il espérait que l’humour détendrait un minimum le moldu, qui était tout sauf un mauvais bougre.

_________________
How could this happen to me?
I open my eyes, I try to see but I'm blinded by the white light. I can't remember how, I can't remember why I'm lying here tonight. And I can't stand the pain, and I can't make it go away.

Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Dim 28 Jan - 22:21



► Soirée Caritative
Un carnage vous avez dis ?
Ollie & Cie
Et le bordel fut.

Ollie prit une grande inspiration, les uns et les autres essayaient de partir, de se cacher, et il fallait agir aussi vite que possible. Elle était perdue dans tout ce brouhaha. Elle avait beau cherché à se concentrer sur un sort, ou sur ce qui était en train de se passer, son cerveau n’arrivait pas à faire deux connexions logiques entre les éléments. Ils étaient faits comme des rats dans cette pièce, et dans cet environnement tout court… Ils pouvaient limiter les événements à la pièce… Mais bon dieu, c’était compliqué de faire un choix.

Elle se retourna et vit Jude partir se réfugier sous une table. C’était probablement l’une des meilleures choses à faire. Son regard se posa sur Sio, qui avait décidé apparemment de fuir la pièce. Et bien tant pis. Jude avait besoin d’elle, c’était un moldu. Si elle l’abandonnait maintenant, Seb la tuerait. Ses dents se serrèrent tout comme ses doigts sur baguette et elle partie à la suite de Jude, se glissant sous la table.

D’une main, elle tenait sa baguette, de l’autre, elle tenait sa robe qui cherchait à remonter le long de ses cuisses. À la rigueur, ils verront des pieds. Elle essaye de prendre de longue respiration pour se calmer et écouter ce qui se passe autours. Le seul souci qu’elle trouve à cette cachette, c’est qu’ils sont incapables de voir ce qui se passe. À la rigueur, ils verront des pieds. Elle pose doucement sa main sur l’épaule de Jude.

Finn essaye de le rassurer. Elle tourne son regard vers lui. Ils se connaissent ? Après une rapide réflexion, elle ne préfère pas savoir comment ils se connaissent. Elle sait très bien comment est Finn et ça ne l’étonnerait même pas qu’il se soit fait Jude. Mais Jude…. Il a l’air si innocent. Si doux. Cependant, elle remercie Finn d’un signe de tête, elle sait qu’il essaye de détendre l’atmosphère. Le seul souci qu’elle trouve à cette cachette, c’est qu’ils sont incapables de voir ce qui se passe.

Elle n’arrive pas à parler. Parce qu’elle a peur, parce que sa gorge est a présent sèche et nouée. Damned, elle aurait dû prendre une de ses coupes de champagne et se l’enfiler, ça l’aurait au moins détendue. Au lieu de ça, elle se retrouve accroupie sous une table, noël 1995. Génial.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Aillas FlintSorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1206-presentation-d-aillas-flint
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Lun 29 Jan - 19:31

Aillas avait écouté la jeune femme à la longue chevelure ébène et elle avait raison de rappeler ce fait historique. Mais, heureusement pour eux, ils n'avaient fait qu'un bond en arrière de quelques années. Les Flint fêtaient Noël en famille. Cette fête était sacrée à leurs yeux alors ses parents avaient l'habitude de décliner toutes les invitations qui les priveraient de se retrouver entre eux. Il savait qu'il ne croiserait pas son double dans cette salle ce soir, ni d'autres membres de sa lignée.

Quand Griselda lui apprit qu'elle avait loué la demeure à cette erreur de la nature de Williams, son visage exprima son dégoût, pendant un bref instant. Cette abomination, ce vil opportuniste osait se faire de l'argent sur des familles de sorciers. Jamais, il n'accepterait de lui louer un manoir. Il fallait le dépouiller de ses biens immobiliers qu'il avait certainement récupéré en escroquant des sorciers et sorcières vulnérables !

Il vit une belle femme blonde, une guerrière vu sa tenue, déverrouiller une fenêtre et leur proposer de s'enfuir par cette ouverture. Leur hôtesse semblait inquiète et l'exprima en posant une question de bon sens. Le danger réel était à l'extérieur, il en était convaincu. Qui sait si l'ancien diplomate ne croiserait pas un membre de sa grande famille ou pire lui-même ?

Du coin de l'œil, il vit trois invités se cacher sous la table. La nappe les préservait des regards mais, pour combien de temps ? D'autres lançaient des sorts pour devenir caméléon et se fondre dans le décor.

Son regard sombre embrassa les décors chaleureux de Noël. Il ne ressentait aucun danger dans cette salle, peut-être à tort ? Ils étaient juste des invités surprises. Que faire ? Il n'allait pas se cacher comme un vulgaire moldu. Il rangea sa baguette de façon à pouvoir l'atteindre facilement si il se trompait.

Sa voix grave  résonna dans la salle quand il prit la prit la parole d'un ton rassurant :

-  Pourquoi se cacher et penser au pire, vous êtes présents à une fête de Noël alors à moins que l'un d'entre vous se souvienne d'avoir reçu une invitation à ces festivités et d'y être venu ? Il y a peu de risque que vous croisiez votre double. Vous avez plus de danger à sortir d'ici et à être reconnu.  Nous avons besoin d'aide pour trouver une solution et retrouver notre vie. Peut-être que l'un d'entre vous sait à qui appartenait cette demeure en 1995 ?

_________________
Alistair FawleyMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 08/09/2017 Messages 434 Points d’activité 19
      Pseudo : Callipyge
      Avatar : Andrew Scott
      Crédits : Avatar : Avengedinchains | Signature : QUIET RIOT.
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
      Patronus: /
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susa
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Dim 11 Fév - 14:41

Londres - 17 septembre 2000.

« Putain, putain, putain, putain... ». Tout était allé beaucoup trop vite, et je ne comprenais pas vraiment comment j'avais pu me retrouver devant cette table derrière laquelle se cachait la moitié de la pièce, armé d'une chaise en bois rongée par les termites. Je n'avais aucune chance. J'allais crever. Et pour qui ? Une bande de sorciers froussards pas foutus de prendre leur courage à deux mains. Urh. Et ces pas qui se rapprochent me glacent le sang, un à un, tandis que le remède contre l'Eclabouille est en train de me donner des sueurs froides et des vertiges...


Quelques minutes plus tôt...

Rien ne fait sens... La fenêtre s'ouvre et déjà certains s'engouffrent pour fuir, comme je l'avais murmuré en blaguant. Définitivement, les sorciers sont encore plus stupides que je ne le pensais. Je continue de me cramponner à Griselda qui doit bien être en train d'étouffer sous les remarques désagréables de chacun. Comme si c'était de sa faute... La gamine n'était pas la sienne, elle n'était pas non plus en charge de la sécurité de l'artefact. N'y avait-il d'ailleurs pas quelqu'un qui aurait pu empêcher cela ? N'était-ce pas lui le vrai problème de l'histoire ? Ou bien... Tout ce là n'est qu'une immense blague de mauvais goût, un canular, car après tout, ce retourneur ne devrait pas pouvoir revenir jusqu'en 95 pour autant de temps, sans même qu'on ne le touche, pas vrai ? « Eh ! ». Je m'adresse à la jeune femme qui est visiblement trop bavarde quand elle panique (Adra) ; je la reconnais d'ailleurs, elle m'est familière. « Il faut vous calmer, ok ? Ce retourneur... Ce n'est pas normal tout ça. On ne devrait pas pouvoir revenir comme ça en 1995 aussi longtemps, tous, sans toucher l'objet, pas vrai ? J'y connais rien moi, dans tout ça, la magie... mais ça me semble bizarre, Griselda n'est pas responsable, donc on va arrêter de lui jeter la pierre, vous voulez bien ? ».

J'étais resté étonnement calme, me surprenant moi-même. Peut-être que cette femme que j'appréciais tant arrivait vraiment à faire germer le bon en moi... Ah, foutaises, ces abrutis de mages me désespèrent, voilà tout. Mais je continue de serrer fort le bras de notre hôte en lui lançant quelques regards à la fois complices et compatissants pour faire s'envoler sa culpabilité. Après tout, elle est comme moi, une victime de tout ça. Mais quand les bruits se rapprochent toujours plus, et que la salle qui panique commence d'autant plus à s'agiter, je ne réfléchis plus vraiment. Je repense à ce que disait mon père, ses longs discours sur la nécessité d'être fort, être l'Alpha. Puis à mes nuits dans les rues du Royaume-Uni et de l'Irlande, à être obligé d'embaucher des gros bras pour mes besognes, trop incapable de me défendre par moi-même au vu de mon gabarit peu impressionnant. Dieu que c'est frustrant, ces situations. Puis Griselda réveille en moi ce passé tumultueux, ces envies d'émancipation totale. Ainsi, m'étant fait voler ma pique de fer, je rapproche de moi une chaise en bois qui traînait près de la fenêtre ouverte. Elle est vieille et miteuse, mais elle fera l'affaire. « Va avec eux, vite ! ». Je pousse Griselda jusque dans les bras de la femme qui a ouvert la fenêtre (Sio), il est hors de question qu'elle courre le moindre danger, puis je me mets devant la table que je retourne d'un simple mouvement afin que le plateau ne cache vraiment les froussards qui se cachent de la porte d'entrée. De banquet, nous passons à tranchées, et je ris aux remarques de l'homme impressionnant qui se trouve pas loin (Aillas).


Les pas se rapprochent, et plutôt que de brandir devant moi une arme bien top friable, je pose la chaise devant la table. Je la contourne, et doucement, je m'y assois. De toute façon, le temps passerait sûrement très vite. Tout serait bientôt terminé.

_________________
STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.



Adrasteia N. RaventhroneSorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   Aujourd'hui à 7:55

Heaven, if you sent us down,
so we can build a playground, for the sinners to play as saints, you'd be so proud of what we've made1 289 mots
Les vestiges d'un Noël passé

E
t la tête lui tournait, à nouveau, dans tous les sens qu’il était possible d’une rotation désorientée. Et son cœur palpitait, bien trop rapidement, bien trop douloureusement, d’une détresse qu’elle laissait s’échapper inconsciemment par prières murmurées. Visiblement, personne n’avait mesuré la portée de ses paroles, voir même, l’homme à la peau hâlée préférait continuer à se préoccuper de savoir à qui les avoirs et de complètement ignorer ses explications. N’avait-il même pas pris trois petites secondes pour réaliser qu’il ne s'agissait pas d’un petit bond sécuritaire de cinq heures, mais de cinq ans vers l’arrière ? . « Va avec eux, vite ! » Et que croyait-il ce pauvre fou ? Qu’on pouvait clairement se taper l’incruste dans une soirée où siégeait Dolores Ombrage et le secrétaire d’état d’Écosse et faire comme si - « Ah ! Franchement, ce n’est pas le moment de jouer à l’agent d’immeuble, quand des disciples du Lord sont possiblement à quelques pas d’entrer dans une salle où personne ne devrait être, cinq années dans le passé. » avait-elle pesté en direction d’Aillas, son regard s’agrandissant davantage alors qu’elle observait les gestes d’Alistair, l’envie d’hurler roulant dangereusement contre les parois de sa gorge, tandis que d’autres se cachaient au mieux. Et ses doigts s’étaient resserré contre sa propre baguette, jetant un regard inquiet en direction de la seule personne ayant fait preuve d’un jugement suffisamment logique sur le coup, poussant un long soupire alors qu’elle s’évertuait d’hocher la tête à la blonde pour lui indiquer de sortir sans elle, d’emporter la cracmol pour la protéger. S’il lui semblait impossible de quitter la pièce et de laisser ces aliénés ruiner ses chances de retrouver sa vie telle qu’elle avait laissé, cette nouvelle vie qu’elle avait enfin réussi à chérir. Et peut-être que d’avoir Sio hors de la salle, pouvait être un atout considérable en leur faveur. Le chaos, le chaos pour une foutue réception mondaine.

Les pas étaient maintenant si près, trop près, pour ses jambes qui semblaient vouloir se dérober sous son propre poids. Furtivement, la Slave s’était rapprochée d’Alistair, dans l’espoir de ne pas se trouver sur le chemin des inconnus qui allaient entrer d’une seconde à l’autre. « S’il arrive quoi que ce soit à mon bébé… » Avait-elle sous-entendu d'un murmure à l’intention du Fawley, que son amie serait la première à tomber, sans quitter la porte du regard alors qu’elle tentait difficilement de contrer les vertiges qu’incombait sa frayeur. Et pourtant, plus horrifiant lui semblait-il de laisser ces deux gaillards gérer entièrement leur présence en s’affichant comme des idiots qui avaient reçut des invitations à une soirée évidemment privée. Elle n’avait sans doute jamais été aussi déterminée, malgré tout, que de protéger cet enfant au creux d’un ventre qui se tordait d’une douleur vive par l’angoisse, pressant ses lèvres pour retenir une plainte alors qu’elle posait une main sur son ventre galbé en priant silencieusement d’en apaiser ses maux.



_________________
Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Aventure] Les vestiges d'un Noël passé ...   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Vestiges du passé [PV : Noroi]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Partons à l'aventure !
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Le Monde :: Royaume-Uni :: Londres-
Sauter vers:  
Désactiver les particules