Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Les Élections Présidentielles Américaines05-08 Novembre 2000 Retour de notre envoyé spécial sur les élections américaines, touchées à leur tour par des questionnements sur la mixité... LIRE PLUS
Les questions autour de l’égalité entre sorciers et moldus continuent de faire débat15 novembre 2000 Une nouvelle cellule de travail est créée par le gouvernement mixte britannique afin de trouver des solutions aux problèmes d'égalités entre sorciers et non sorciers... LIRE PLUS
INTERVIEW : Le gène sorcier vu par la science21 novembre 2000 Explications sur les différences entre sorciers et non-sorciers ; des tracts du groupuscules Magic is Might renforce la sécurité à l'UPA... LIRE PLUS

 A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery
AuteurMessage
Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Mer 20 Déc - 17:32

A l'épreuve des livres
Grace Hamilton & Isaac Montgomery
Septembre 1999 -
La luminosité se faisait timide dans cette petite chambre, une bougie quasi consommée pour seule lumière. Froideur régnant en maître dans l'appartement rue Flamel. Le désordre est présent dans chaque pièce, les livres jonchants le moindre mètre carré du lieu. Les assiettes inondes la cuisine, la douche coule à flot, l'eau brûlante se verse, caresse chaque parcelle de son corps meurtri, il s'éveille à mesure que son corps se réchauffe, sa peau reprend sa couleur naturelle, les cheveux plaqués contre sa nuque, les paupières closes, il reste là, inerte. Les souvenirs se succèdent, se mélangent, il s'y perd, entre les rêves et cauchemars, il ne sait plus réfléchir convenablement, trop embrumé par sa nuit agitée. Agir ou non. Il ne sait plus. Perdu entre le réel et l'imaginaire.

La buée envahie la minuscule pièce lui servant de salle de bain, il essuie de son coude la buée présente sur le miroir, maquillés de lourdes valises sous les yeux violines, il enfile maladroitement ses vêtements parfaitement repassés, « Sois présentable pour ton premier jour mon chéri » lui avait dit sa mère. Un soupire sort de sa poitrine. La fatigue se lit en lui comme un parchemin fraîchement écrit. Il tente de faire bonne figure face à son reflet, mais les conséquences se lisent sur son visage, il n'a pas dormi. Le sommeil se fait désirer depuis quelques temps, le stress le ronge depuis qu'il a reçu sa lettre d'admission. La pression de ses paires l'angoisse, le crispe, le paralyse, l'écrase. Il ne veut pas décevoir. Au grand jamais. Il est l'aîné des Montgomery, sur lui repose l'honneur de la famille. Sur lui seul. L'adrénaline monte, brutalement, comme un prédateur s'approchant de sa proie.

Il s’extirpe de la pièce, prend son calepin, enfourne un biscuit moldu dans son sac et quitte son entre, pour se plonger dans la cage aux lions, Atlantis. Ville d’innovation, moldus et sorciers réunis, en « parfaite » harmonie, il n’y croyait pas, il y a encore quelques mois. Mais l’inimaginable s’est produit, aujourd’hui et face au reste du monde, les sorciers ne se cachent plus, ils vivent au grand jour, ils étonnent, surprennent, effrayent, fascinent, moldus restants stupéfiés par tant de mystères, aujourd’hui, conscients de ne plus être seuls sur la planète terre. Ils se méfient, tentent de comprendre des êtres bien plus complexes qu’eux.

Il déambule dans la foule, parmi les sorciers et moldus, il prend la route de son premier cours. Cette boule est toujours présente, le torture de l'intérieur non sans une certaine satisfaction. Elle jubile. Il tente de l'ignorait. Non sans mal. Il avale goulûment son biscuit, les moldus ont des goûts très bizarres, surtout en matière de cuisine et notamment ses petits biscuits au beurre. Il n'y prête attention qu'une seconde, la faim est toujours là et le fini en une fraction de seconde. Il poursuit son chemin dans les allées de la ville, les bruits des passants agressent, perturbent. Il est encore endormi malgré sa douche vivifiante. Ils voient des sourires, des visages fermés sur leurs engins mécaniques, « les téléphones », outil qu'utilise très souvent son père, mais dont il n'a jamais eu l'utilité, préférant les lettres. Il continu son chemin entre les rires des étudiants, joyeux de commencer cette nouvelle année scolaire, la première d'une nouvelle l'air. Les deux mondes s'éveillent pour la première fois au même moment.

Il bifurque par une petite rue piétonne et arrive devant le bâtiment, immense bâtisse moderne, aux nombreuses grandes vitres, il s'étonne de l'architecture de ce lieu. Encore une idée des moldus, s'amuse-t-il à penser. Les moldus sont des êtres très étonnants songeait-il très souvent. Il entre lentement, le silence y règne, plaisir pour les oreilles du sorcier, il demande son chemin à une petite dame, debout devant l'entrée. Il suit le chemin indiqué et prend place devant, au deuxième rang. Ses doigts parcourent son sac, prend dans son coeur, un cahier rouge, des élèves sont déjà présents, il ne les regardent pas, ordinairement il aurait fait, mais là, il manquait cruellement de sommeil. « Le sommeil d'une vie entière n'aurait pas suffi » songea-t-il à cet instant. Dix minutes à attendre. Il ouvrit son calepin et entreprit un griffonnage dont lui seul avait le secret. Un dessin qui ne ressemblait à aucun autre, une silhouette imaginaire. Courbes, traits, mouvements. Il s’abandonne à des rêveries, comme il avait l'habitude de faire à chaque fois prenait son calepin.
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Jeu 21 Déc - 16:30


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Grace se rappelait parfaitement ce qu’elle faisait ce jour là, et elle s’en souviendrait toute sa vie. Parce que cette matinée de juin avait changé drastiquement sa vie et celle de sa famille, de la pire des manières qu’il soit : certes, l’annonce d’une sclérose en plaques n’était en rien semblable à celle d’un cancer foudroyant, qui ôte la vie de son porteur en quelques mois, parfois même en quelques semaines, mais le cheminement que cette maladie faisait au sein de l’organisme d’une personne était bien plus pervers, bien plus mesquin. Petit à petit, le corps refusait de répondre aux commandements du cerveau, empêchant le moindre mouvement, se retrouvant prisonnier de sa propre enveloppe corporelle. Et si le traitement n’était pas pris régulièrement, si la maladie était détectée trop tard, ou si l’organisme ne réagissait pas bien aux médicaments, le cerveau finissait par s’atrophier, et c’est à ce moment là que la sclérose devenait fatale. Définitive. Le noir, pour toujours. Matthew, son petit frère qui avait toujours été si vif, si sportif, si plein de vie… Comment pourrait-il une seule seconde accepter ce diagnostic ? Lui, le champion d’équitation, paralysé, infirme ? Cela brisait le cœur de Grace de l’imaginer en fauteuil roulant, l’ombre de ce qu’il avait été avant ce mois de juin. Bien sûr, on avait détecté sa maladie tôt. Il était encore en pleine forme, en tout cas, en apparence. Il était parfois un peu fatigué, ses jambes lui tiraient, sa mâchoire se bloquait, mais rien de bien grave, n’est-ce pas ? Sauf que ce n’était que les premiers signes. Les années seraient longues, mais douloureuses. Et le remède n’était qu’un doux rêve dans l’esprit des patients et des chercheurs…

Elle avait pleuré, longtemps, et en cachette, pour ne pas rajouter un fardeau à l’esprit de son frère. Charlie, son meilleur ami, avait été un soutien de tous les instants. Mais maintenant, elle avait décidé de sécher ses larmes. C’était une guerrière, la bretonne, une amazone fière qui ne se laissait pas marcher sur les pieds, même par une maladie neurologique incurable. Elle trouverait un remède. Ce n’était pas un désir, pas un espoir : c’était une certitude. Grace n’envisageait pas l’échec, déniant l’improbabilité de sa quête et crachant sur le sort qui la prévoyait perdante. Une grande sœur protège son petit frère. Elle ne faillirait pas à sa tâche.

C’est la raison pour laquelle elle s’était plongée corps et âme dans des magasines scientifiques, contactant des spécialistes, étudiant la technomagie où se trouvait, selon elle, la réponse à son problème. Maintenant que septembre était arrivé, elle avait décidé d’aller assister à des cours de Médicomagie, en auditeur libre, pour affiner ses connaissances et mettre le plus de chances de son côté. Elle sacrifiait une partie de son temps pour ce projet, et son travail en pâtissait. Avoir son propre cabinet de kiné, c’était son rêve, depuis qu’elle avait commencé ses études, et pourtant, son frère passait avant tout.

En ce premier jour de septembre, on pouvait sentir une fébrilité palpable dans l’air. Le campus était bondé, et les visages souriants : quoi de plus enthousiasmant que d’assister à la toute première rentrée de cette nouvelle université, qui tendait à la mixité entre les sorciers et les moldus ? Grace, qui avait déjà passé 4 ans à la faculté, regardait d’un air bienveillant les jeunes élèves se presser dans les allées boisées pour rejoindre leurs bâtiments, ne connaissant que trop bien ce sentiment étrange de stress et d’excitation, de peur et d’envie. Elle marchait tranquillement, et n’hésitait pas à orienter un élève qui aurait du mal à lire son plan, toujours désireuse d’aider son prochain. Après quelques minutes de marche, elle finit par arriver à la porte de son amphithéâtre, et la poussa délicatement pour ne pas faire trop de bruit.

La grande salle de cours se remplissait peu à peu, le cours allait commencer d’ici cinq ou dix minutes. Elle s’assit, par hasard, à côté d’un jeune homme qui semblait fatigué : le stress de la rentrée avait encore frappé, visiblement. La kiné sortit de son sac à main un petit carnet de note et un stylo, sachant pertinemment qu’en utilisant ces outils et non une plume et de l’encre, son origine moldue se ferait tout de suite ressentir (et encore, elle avait décidé à la dernière minute de ne pas utiliser son IBook flambant neuf). Mais après tout, n’était-ce pas sur l’acceptation de la différence qu’Atlantis et son université avait été bâtie ? Elle portait l’absence de pouvoir magique avec fierté, bien qu’elle ne puisse s’empêcher de penser que pouvoir voyager à des milliers de kilomètres en une fraction de seconde pouvait être bien pratique.

L’attente, maintenant. Grace s’empêcha de se ronger les ongles, c’était si important pour elle d’être là : de cet instant pouvait découler la découverte du remède tant attendu. Pour tromper sa nervosité, elle jeta un œil sur son voisin. Celui-ci griffonnait sur son carnet, les yeux un peu vagues, comme si ses pensées étaient un monde à elles seules. Grace était un animal social, alors, elle décida de le saluer.

« -Bonjour, je m’appelle Grace, lui dit-elle d’une petite voix. Ça va, pas trop stressé pour ce premier jour ?

Son regard dériva sur l’œuvre qu’il traçait du bout des doigts. Elle-même ne savait pas dessiner, et avait toujours admiré ce talent qui ne pouvait s’épanouir qu’après des heures et des heures de travail acharné.

-T’es drôlement doué, dis-donc. Un Médicomage dessinateur, tu cumules les cordes à ton arc, dis-moi. »

Trait d’humour, sourire doux sur le visage, quiconque aurait pu comprendre que Grace n’avait que de bonnes intentions. Le jeune homme avait l’air un peu plus âgé que les gamins de 18 ans fraichement débarqués du lycée qui pullulaient dans la salle, des traces d’acné encore visibles sur leurs joues : elle espérait, pourquoi pas, pouvoir trouver en ce voisin de table un compagnon d’étude pour cette année scolaire.  

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Ven 22 Déc - 15:14

A l'épreuve des livres
Grace Hamilton & Isaac Montgomery

Le crayon se fait hésitant, en arrêt une fraction de seconde sur son bout de papier. Les courbes apparaissent, semblables à celle d’une femme. Elle semble bougeait au vent, comme une fleur subissant les aléas du temps. La vent, la pluie, elle est maltraitée par tous, mais pourtant elle reste toujours aussi belle. Ses longs cheveux se perdent au fond du papier, flottent harmonieusement, il amènent d’elle une odeur de liberté, son âme semble libérée de toute contrainte, elle est maître de son destin.

Passion, devenu indispensable, presque vital. Les calepins s’entassent dans son minuscule appartement, tous remplis de griffonnages plus ou moins terminés. Il dessine, il visualise, il créer, recréer, réadapte, retranscrit, il se voit parfois être un grand artiste. Il ressent chaque coup de crayon qu’il donne, comme l’impression de donner vie à quelque chose de bien plus grand. Il donne vie à l’utopie vivant à l’intérieur de lui-même. Ses personnages de papiers dansent aux sons de son crayon, ils flottent dans les airs, le regardent. Comme des fantômes du passé descendus des nuages, contemplent les pauvres mortels. Ils les plaignent. Eux, les résidents de notre petite planète qui ont encore tant à voir, à découvrir. Les mystères de la vie, de l’évolution, de la science, de l’Homme.  

La médecine, pour seul objectif, l’altruisme se lit sur son visage depuis l’enfance, depuis qu’il sait tenir debout. Depuis qu’il a recueillit un oiseau blessé. C’était un après-midi comme tant d’autres, à l’époque, le jeune Isaac arborait un tempérament un peu turbulent, en réponse à son comportement, le couple Montgomery eu l’idée de le mettre au coin au fond du jardin, il devait restait là, simple spectateur du délicieux déjeuner de ce dimanche midi. Le regard noir et la mine contrariée, il faisait la moue, les bras croisés sur le torse, assit en tailleur, il resta là, un moment, silencieux, attendant un signe de son géniteur pour venir les rejoignent à table. Mais rien. les minutes s’écoulèrent et le jeune impétueux était toujours assit au fond du jardin, boudant. Un faible cris retentit, comme un appel à l’aide, interpelé le petit garçon leva les yeux au ciel, rien, tourna la tête de gauche à droite, rien. Puis, plongea légèrement la tête vers l’herbe verte, un petit corps très mince, était là, tombé de son niz, du grand chêne du jardin. Le petit être criait à l’aide, appeler sa mère à pleine gorge, mais personne. Il était seul, tout comme Isaac à cet instant.

Le regard interrogateur en direction de l’oisillon, il mit un moment à réagir, il ne comprenait pas pourquoi la mère du petit oiseau ne venait, il n’’était pas en âge de comprendre. Lui qui, quelques instants auparavant faisait une de ses nombreuses crises à ses parents, fit soudainement un geste qui ne lui ressemblait pas, il prit très délicatement l’oiseau entre ses petites mains, avança doucement vers ses parents toujours attablés sur la table de jardin. Ses parents l’observèrent, pantois. Le petit démon portant le nom d’Isaac n’était plus.
Lui qui a toujours cherchait sa place, parmi les siens. Le doute subsistait durant toute sa scolarité, avait-il vraiment sa place dans ce monde ? Tel est la question. Et puis au détour d’une conversation avec son père, il a eu une illumination. Pourquoi ne pas suivre la même voie que son père ? Après tout, il a toujours été intéressée par les autres, il vivait dans sa bulle, où la mort n’existe pas, ou la maladie n’était qu’une invention, il voulait rendre cela réelle.

Une voix venue de derrière l’interpelle, ses cheveux sont de la couleur des blés dorés au soleil.
« Bonjour, je m’appelle Grace », il lève le nez, toujours son crayon en main. Il la contemplante une fraction de seconde, sa moue inexpressif se transforme en un sourire chaleureux, malgré les marques de fatigue qui s’illustrent toujours et encore sur son visage bien pâle. « Salut Grace, je m’appelle Isaac. ». Sa voix et douce, apaisante songe-t-il. Elle prend place près de lui, à sa gauche, le regard toujours vers lui. « Ça va, pas trop stressé pour ce premier jour ? »  Il n’est pas surpris de sa question, l’appréhension se lit sur son visage, à sa question il ne peut s’empêchait d’émettre un léger rire. Elle semble vouloir l’étudiait, essayant de sonder son âme, comme ferait un détective privé face à son suspect. Il ne répond rien sur le moment, ne sachant pas vraiment comment répondre, sans trop en dire.

« Stressé est un euphémisme. Je suis terrifié oui, impatient et terrifié à la fois ». Il en avait dit trop, comme d’habitude. Incapable de s’arrêter quand il commençait à discuter avec quelqu’un. Et encore il s’était calmait avec l’âge, son père disait toujours qu’il était un vrai « moulin à parole », il n’a jamais réussi à comprendre le sens de sa phrase. « Et toi ? Comment te sens-tu ? »  Il ne voulait pas être le seul à se sentir terrifié par cette rentrée très particulière, il se sentait déjà assez ridicule comme ça.  

Le regard de sa camarade ne peut éviter son calepin ouvert sur la table. Mais elle ne dit rien, elle contemple le croquis, comprendra-t-elle le sens du tracée ? Peut-être pas. Isaac referme soudainement son calepin, presque un peu trop brutalement que certains élèves se retournent, ne s’attendant pas à un bruit pareil dans une salle de classe. « T’es drôlement doué, dis-donc. Un Médicomage dessinateur, tu cumules les cordes à ton arc, dis-moi. » Elle semble étonnée, presque fascinée. Il ne répond rien, lui adressant un autre sourire pleins de mystères. Il s’apprête à répondre, mais un claque retentit derrière eux. Le professeur était là, sur le seuil de la porte, surplombant la foule d’étudiants amassaient sur les tables. Il est impressionnant, non pas par son physique mais bien par sa prestance, l’aura qu’il dégage, l’assurance transpire de ses pores, le savoir se lit sur les marques de vieillesse de son visage et de sa chevelure grisonnante.

Sa démarche est lente, élégante, son manteau survole les nombreux élèves, arborant la même expression qu’à son entrée, il inspire le respect de chaque individus présents dans la pièce, le brouhaha présent il y a quelques secondes n’est plus, il n’y reste que de rares chuchotements à quasi imperceptibles. Le vielle homme, redresse ses lunettes rondes, remonte légèrement le nez, comme pour prévenir les dernières pipelettes de se taire. Le silence. Gênant presque effrayant. Il prend place sur sa chaise, pose sa mallette, ôta son veston d’une couleur indéfinissable. « Jeunes gens ». L’homme marque un très long temps d’arrêt comme pour étudier chacun de ses élèves, tous fixés à ses lèvres. « Si il y a bien une chose à savoir sur mon cours, c’est que je ne supporte pas la médiocrité et encore moins la bêtise. Ce qui signifie que si vous êtes ici par défauts ou que vous n’êtes pas motivés au maximum…je vous prie de sortir dés à présent de ma salle de cours ». Le silence des élèves se prolongent, personnes n’osent protester ni se lever. L’ambiance est quasi glaciale, Isaac, lui, reste muet, presque choqué du discours de « bienvenue » du professeur. L’année s’annonçait sous de bonnes auspices apparemment.
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Lun 25 Déc - 14:42


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Et sans problèmes aucun, les mots coulèrent de sa bouche, habituels, faciles. Grace, c’était la fille qui avait toujours le bon mot sur ses lèvres ou un sourire d’encouragement, ce n’était pas pour rien que c’était, en quelque sorte, la maman de la plupart de ses amis. Le jeune homme, en face d’elle, semblait être de la même trempe. Presque automatiquement, en entendant sa salutation, il la lui rendit, alors que son visage s’illuminait : visiblement, il était loin d’être timide. Devant son stress immense, le petit bout de femme laissa échapper un petit rire, afin d’essayer, quelque part, de le réconforter.

« -Ça va aller, t’inquiète pas. Les premiers jours, c’est jamais facile, mais si tu te prends pas trop la tête, tout se passera comme sur des roulettes !

Il était aussi poli qu’elle, visiblement, vu qu’il lui rétorqua sa question, en levant un sourcil. Isaac parlait assez rapidement, et c’était à prévoir, la tension qu’il avait emmagasiné pouvait se lire dans tout son corps : ses épaules étaient rigides, son regard fixe et un peu suppliant pour une distraction, quelle qu’elle soit. S’ils se connaissaient depuis plus longtemps, ou si ça ne pouvait être pris de manière totalement détournée (alors que ses intentions étaient on ne peut plus pures), Grace lui aurait probablement proposé un massage afin qu’il se détende un peu.

-Oh, moi… Je ne suis pas vraiment étudiante, à vrai dire, j’assiste à ce cours en tant qu’auditrice libre, lui révéla-t-elle négligemment. Je suis kinésithérapeute de métier. Disons qu’être ici, c’est plus… un intérêt poussé de ma part.

Elle n’en dit pas plus, parce que révéler les véritables raisons de sa présence dans cet amphithéâtre serait donner des détails de sa vie bien trop personnels et délicats pour cette conversation fortuite. Et de toute façon, le professeur avait pénétré dans la salle, magistral, sophistiqué. On pouvait sentir la sagesse dégouliner de ses pores, mais aussi une distance indicible s’instaurer entre lui et ses élèves. Décidemment, il ne serait pas de ces enseignants proches de ses élèves, compréhensifs et bienveillants. Mais au final, le principal était de savoir s’il était capable de transmettre son savoir immense, et ça avait l’air d’être le cas : Grace se concentra donc sur sa voix graveleuse, en préparant son stylo en cas de prise de note.

Après sa menace à demi-mot et sa pause d’emphase, le professeur reprit son discours, et commença à détailler le programme de l’année, précisant les matières selon les semestres et les différents enseignants pour chaque aspect de la formation. Grace nota avec intention l’emploi du temps et entoura les cours qui l’intéressait, tout en laissant de côté l’anatomie (qu’elle connaissait bien sûr sur le bout des doigts, vu son parcours professionnel) et l’alchimie. C’était bel et bien la médecine moldue et sorcière qui l’intéressait, car c’était la liaison de ses deux disciplines dans laquelle, selon elle, résidait le remède pour la sclérose en plaques.

Le silence dans l’amphithéâtre étant pesant, alors que le vénérable instructeur continuait son laïus. En ce premier jour, probablement qu’il ne serait pas vraiment question de médecine, et Grace pouvait sentir son attention commencer à dévier. Elle avait toujours été une bonne élève, mais elle avait déjà donné, et entendre parler de méthodologie alors qu’elle en avait déjà bouffé lors de son propre cursus universitaire, ce n’était pas vraiment son objectif. Elle reprit le fil du monologue lorsqu’un pauvre gamin, qui devait avoir 18 ans, osa lever la main pour poser une question, interrompant l’enseignant dans sa diatribe et se récoltant un regard noir.

-Excusez-moi, je n’ai pas bien compris ce que vous avez dit précédemment. Vous parliez de la liste de livres au programme, vous avez bien dit qu’il faudrait nous procurer tous ceux de la bibliographie ? Mais il y en a une trentaine…

Le professeur, qui avait probablement dit son nom, mais que Grace n’avait absolument pas saisi, sembla offusqué de cette question, pire, outré. Comme si l’étudiant avait dit le pire des blasphèmes ou bien lui avait carrément craché au visage.

-Vous m’avez bien entendu, vous devrez vous fournir l’ensemble de l’index littéraire. Il va bien falloir comprendre que vous n’êtes plus des enfants, et que si vous voulez réussir dans la voie ardue de la Médicomagie, il vous faudra amasser énormément de connaissances, et tout ce savoir se trouve dans ces livres.

Grace leva un sourcil. Et les étudiants les plus pauvres, comment faisaient-ils ? Devaient-ils sacrifier leur budget de nourriture pour pouvoir s’instruire ? Et même si l’ensemble des bouquins étaient nécessaires (ce dont la moldue doutait fortement, les enseignants de faculté ayant tendance à vraiment exagérer sur ce point), ne pourrait-il pas faire un peu de pédagogie et essayer de faire comprendre à l’étudiant qu’il y avait différents moyens de les obtenir ? Grace décida de prendre le taureau par les cornes, et leva la main à son tour, soutenant le regard glacial du professeur sans ciller.

-Ne pouvez-vous pas nous indiquer quels livres sont à acheter en priorité, afin d’étaler sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois, les dépenses ? Je suis sûre que nous n’allons pas étudier tous les ouvrages dès les premiers cours…

L’enseignant ouvrit la bouche pour répondre, mais Grace ne se laissait pas faire, et continua à parler d’une voix un peu défiante. Tant pis si elle se faisait mal voir dès le premier jour, elle préférait se faire saquer plutôt qu’un pauvre gosse fraîchement sortit du lycée. Elle, elle avait les épaules pour le supporter.

-Et puis il y a plusieurs moyens de se procurer les livres, je suis sûre que l’université doit fournir des aides aux boursiers, et sinon, il y a toujours moyen d’aller les emprunter à la bibliothèque, ou de les trouver sur internet… Je pense qu’il y a un moyen pour que les étudiants les plus pauvres ne soient pas pénalisés. Un coup d’œil vers le maitre. Pas méprisant, mais un peu réprobateur. N’est-ce pas, monsieur ? »

Quelqu’un d’attentif aurait pourtant remarqué que sa main tremblait. Elle n’aimait pas le conflit, et ne voulait pas attirer les foudres de l’enseignant : mais il était plus important pour elle de défendre les intérêts des plus faibles, plutôt que de prendre soin d’elle-même.

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Jeu 25 Jan - 13:29

A l'épreuve des livres
Grace Hamilton & Isaac Montgomery

L’assemblée est silencieuse, atmosphère pesante, les élèves s’observent nerveusement. Les paroles du professeurs sont tranchantes, écorchent les esprits encore naïfs des jeunes gens présents dans l’immense salle. Son discours, il le connaît par coeur, à mesure que les années se dessinent sur ses traits, le professeur connaît son speech par coeur, il n’a pas besoin de note, ou de lire le programme de l’année. Il connaît sa matière sur le bout des doigts et personne ne semble s’opposer pour le moment à l’énoncé du programme de sa noble matière. Isaac du bout de son stylo, habille la feuille de son écriture négligé. Il tente de prendre un maximum d’informations à mesure que les mots du professeur résonne dans la pièce.
Il était excité, comme un enfant au matin de Noel, sa poitrine se contracte, il veut commencer dés à présent les cours. Il veut en apprendre le plus possible et le plus rapidement. La soif de connaissance est trop présente. Son père l’avait prévenu de la quantité de travail dont il aurait à faire face durant son cursus, la vie sociale serait à présent en second plan. Il le savait bien le Montgomery, que les cours et les révisions quotidiennes ne laisserait la place à rien d’autre, pas même d’un semblant de vie sociale décente. Mais qu’importe, à partir de maintenant les sacrifices faisaient partie intégrante de sa vie, de son quotidien. Le papier est déjà bien encré, les lignes se succèdent, avec beaucoup d’abréviations, de codes de lecture.
Ta véritable existence d’adulte commence maintenant Isaac Montgomery.

« Excusez-moi, je n'ai pas bien compris ce que vous avez dit précédemment. Vous parliez de la liste de livres au programme, vous avez bien dit qu'il faudrait nous procurer tous ceux de la bibliographie ? Mais il y a une trentaine… ». La voix masculine résonne faiblement au sein de l'amphithéâtre. Elle semble tremblante au premier abord, hésitante, presque dans un murmure il tente d'aligner une phrase correct au bourreau leur servant de professeur pour l'année. L'accusateur ne répond rien sur le moment, peut-être surpris de cette question. Isaac relève la tête de sa copie, il est vrai qu'à l'énoncé de la multitude de livres à avoir pour le programme..ça chiffré assez loin. Comment feraient les élèves les moins fortunés ? Isaac n'était pas dans ce cas, grâce au statut de son père comme Médicomage, mais il se mettait à la place des autres étudiants n'ayant pas la chance d'avoir un parent du même statut. Beaucoup faisaient déjà des prêts étudiants ou faisaient des kilomètres pour venir en cours..Comment feraient-ils pour se procurer les ouvrages dans un délais aussi minime ?
« Vous m'avez bien entendu, vous devrez vous fournir l'ensemble de l'index littéraire. Il va bien falloir comprendre que vous n'êtes plus des enfants, et que si vous voulez réussir dans la voie ardue de la Médicomagie, il vous faudra amasser énormément de connaissances et tout se savoir se trouve dans ces livres ». Abasourdit par la réponse du professeur, il resta pantois. Un autre élève aurait laissé passer une réponse pareille, mais Isaac n'était pas du genre à rester là, inerte, face à une certaine forme d'injustice. Ce qu'il fallait savoir sur le sorcier c'est qu'il ne supportait pas du tout ce genre de comportement. Il allait répondre, c'était certain. Il ouvrit la bouche, prêt à déblatérer son discours militant, mais il fut coupé subitement par sa voisine, Grace.

« Ne pouvez-vous pas nous indiquer quels livres sont à acheter en priorité, afin d'étaler sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois, des dépenses ? Je suis sûr que nous n'allons pas étudier tous les ouvrages dès les premiers cours… » Sa voix est affirmée, presque un peu trop au goût du professeur, il arborait une mine presque choquée comme beaucoup au sein de l'assemblée des élèves. La brune transpire l'assurance, quelque chose qu'appréciait particulièrement le brun. « Et puis il y a plusieurs moyens de se procurer les livres, je sûre que l'université doit fournir des aides aux boursiers et sinon, il y a toujours moyen d'aller les emprunter à la bibliothèque, ou de les trouver sur internet… Je pense qu'il y a un moyen pour que les élèves les plus pauvres ne soient pénalisés ». Le silence s'accentue, les élèves s'observent une nouvelle fois entre eux, puis se retournent vers l'accusé, le professeur se pince le nez, comme dérangé de l'intervention de la jeune femme. Il ne semblait pas prêt à faire face aux interventions d'une élève de première année. « N'est-ce pas, professeur ? » Un sourire amusé se dessine sur les lèvres Isaac, cette fille lui plaît de plus en plus, non content d'avoir fait sa connaissance il était ravi qu'un élève se réveille face à cette injustice. « Je rejoins l'avis de ma camarade. Il est clair qu'il n'est pas primordial d'avoir chez nous la totalité des ouvrages du programme. Nous sommes tous conscients de la quantité de travail impressionnante qui nous attend les mois à venir, mais il est évident que beaucoup d'étudiants ne pourront posséder les trente livres que vous demandez dans les semaines qui suivent ».

Il jette un regard à la jeune femme, les murmures des élèves s'accentuent, d'autres ôtent la tête dans l'attente d'une réponse du professeur qui prend place sur son fauteuil de privilégié, il sort un imposant ouvrage. Le reste de la salle reste en haleine. L'appréhension se lit sur les visages des étudiants. « Certes. Comme l'a dit votre camarade au deuxième rang, vous pouvez très bien prendre les ouvrages que nous étudions en premiers à la bibliothèque, seulement le nombre d'exemplaires est assez restreints, il n'y en aura pas pour vous tous. D'autres part, vous pouvez vous rendre à l'accueil des élèves. L'école a mit en place des prêt à l'année en échange d'une petite somme pour la location des livres, mais comme à la bibliothèque, le nombre de livres est limité. » Le soulagement général reste discret, certain ne disent rien, d'autres ne semblent pas convaincus de la réponse du professeur. L'injustice était omniprésent, même dans les salles de cours. Le monde partait vraiment dans le mauvais sens, songeait le brun, qui restait sur sa faim.

Spoiler:
 
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Dim 28 Jan - 11:53


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Un sourire triomphant éclaira le visage de la moldue. Il y avait peu de choses qu’elle appréciait moins que les gens abusant d’une position d’autorité pour humilier les plus faibles. Non seulement le ton que le professeur avait employé envers ce pauvre étudiant était totalement irrespectueux, mais en plus, il ne répondait pas à son devoir d’enseignant en ne lui proposant pas toutes les solutions à sa portée : de le voir ainsi rabattre son caquet devant ses mots, ainsi que ceux de son voisin, qui étaient tout à fait pertinents et judicieux, était une victoire qu’elle savourait avec plaisir. C’était rare, d’ailleurs, de voir quelqu’un se battre ainsi pour les autres, devant une classe entière : elle, elle n’avait pas vraiment de pression, ayant un travail, son propre cabinet de kinésithérapeute, et un avenir tout tracé, mais Isaac, lui, n’avait probablement pas ce luxe. Se faire saquer par un professeur ayant une matière aussi importante pour le reste de ses études n’était pas une idée facile à accepter, mais Grace respectait le sorcier de prendre ce risque, pour défendre avec équité ses camarades moins aisés. C’était, visiblement, un gars très bien.

L’enseignant vénérable eut un ton bien embarrassé en répondant, se rendant vraisemblablement compte qu’il était allé trop loin dans ses propos, et qu’il était plus sage d’aller dans le sens des étudiants ayant pris la parole s’il ne voulait pas avoir de problèmes. Il était peu compréhensif et charitable, certes, mais il était loin d’être bête, et savait qu’un souffle de rébellion pouvait causer bien plus de ravages que n’importe quel loup dans une bergerie. Il fit un pas, un seul, vers les fortes têtes. C’est tout ce que demandait Grace.

« -Je pense que tous les étudiants seront, de toute façon, d’accord pour laisser la priorité à leurs camarades les plus modestes d’emprunter ces livres à la bibliothèque. Quant au prêt de l’école, c’est une information importante : merci, monsieur.

Car elle était diplomate, la Grace. Elle savait que la plupart des hommes de cet âge, en particulier dans une position comme la sienne, répondait mieux à la flatterie qu’à la morsure âpre de la réprobation. Elle l’avait recadrée, maintenant, il valait mieux le caresser dans le sens du poil, si elle ne voulait pas installer une cible sur son dos, mais aussi et surtout, sur celui d’Isaac. Il devait se concentrer sur ses études plutôt que sur une quelconque vendetta que le professeur aurait pu lancer contre eux.

Maintenant que les considérations pratiques étaient finies, et qu’il restait un peu de temps avant la fin du cours, ce dernier lança un coup de baguette magique pour allumer un rétroprojecteur au fond de la salle, affichant en grand, sur l’écran derrière lui, un plan en coupe d’un corps humain où était représenté avec précision l’ensemble des artères principales de l’organisme. Alors qu’il commençait à expliquer la structure des artères, ainsi que leurs trois couches superposées (l’intima, la media, et l’adventice), Grace commença à noter distraitement, mais sans réellement prêter une forte attention au cours. Ce n’était pas qu’il ne l’intéressait pas : certes, cela ne l’aiderait en rien à trouver un remède pour la sclérose en plaques, mais le fonctionnement du corps humain restait la base même du cursus, et restait fascinant. Cependant, c’était des notions qu’elle connaissait déjà, et si un rappel était toujours utile, elle n’avait pas besoin de focaliser toutes ses pensées dessus.

Enfin, après de longues explications sur la circulation du sang à travers l’organisme, l’heure de cours arriva à sa fin. Alors que les élèves s’apprêtaient à ranger leurs affaires, le professeur interpella la classe une dernière fois :

-Tout au long de ce semestre, vous allez travailler sur un projet d’étude de votre choix, en binôme, qui sera rédigé sous forme de dossier et présenté à l’oral à la fin du semestre. Le sujet sera à valider auprès de moi, mais à part ça, il est entièrement libre, ainsi que le choix de votre partenaire. Ce projet vaudra pour 50% de votre note finale dans ma classe. J’attends un hibou avec les noms de vos binômes et vos premières idées de sujet avant le prochain cours. Bonne fin de journée à tous.

Aux mots « sujets au choix », le cœur de Grace fit un bond. Peut-être qu’elle pourrait travailler sur la maladie de son frère ? Non seulement elle connaissait de près le sujet, mais en plus, elle pourrait en apprendre encore davantage… Il suffisait de trouver quelqu’un pour travailler avec elle, et qui accepterait de bosser sur ce thème. Sans surprise, elle se tourna vers Isaac, un air excité sur le visage.

-Hey, Isaac. Ça te dit de travailler ensemble ? J’ai déjà une idée de sujet, mais on pourrait en discuter un peu plus tard si tu dois t’éclipser bien sûr… »

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Ven 9 Fév - 15:41

L'altruisme, voilà ce qui qualifie parfaitement le tempérament d'Isaac Montgomery. Il a eu cette chance de naître et de grandir au sein d'une famille avec des valeurs tournées vers autrui, vers l'entraide, vers l'amour désintéressé. Et ce premier cours de l'année, démontré parfaitement la situation du monde actuel, celui d'une société ou prône non pas le collectivisme mais l'individualisme. Sentiment qui se propage comme un virus inarrêtable et fait des victimes à tire-larigot. Isaac était donc très fier d'être aux côtés d'une jeune femme défendant les mêmes valeurs. Il lança un faible sourire de satisfaction à Grace. Le professeur prit place dans son confortable fauteuil de privilégié, pendant qu'eux, poser sur une simple planche de bois en guise de chaise. Le jeune homme avait mal au postérieur, oui, Isaac avait physique l'âge d'un retraité.
« Je pense que tous les étudiants seront, de toute façon, d’accord pour laisser la priorité à leurs camarades les plus modestes d’emprunter ces livres à la bibliothèque. Quant au prêt de l’école, c’est une information importante : merci, monsieur. »
Le sorcier hoche la tête en guise d'approbation, il tourne son regard vers le reste de l'assemblée puis du professeur assit sur son trône, son attention portait vers l'objet de son gêne. Il ne savait plus quoi dire, prit de cours par l'éloquence certaine de sa jeune élève. Il tortille sa plume, ses yeux dévient de ceux de l'assemblée, il reste silencieux, sa gorge le gratte, le démange. Se revient-il de dire quelque chose ? Ou a t-il prit conscience qu'il a été bien trop loin pour son premier cours. Pensait-il que sa classe ferait profil bas ? Peut-être. Il ne répondit rien.

Il sort sa baguette de son veston, le projecteur se lance, les choses sérieuses commencent enfin. Isaac arbore un sourire ravi. Enfin, songe le sorcier. Les élèves eux, s'affairent à l'écrire de cette introduction sur l'anatomie, base de toute médecine, moldue ou sorcière. Il n'a pas de note, déblatère son cours consciencieusement. Son savoir semble immense, des élèves posent des questions, il y répond le mieux possible, sans pour autant porter son regard vers eux. Le professeur ne fera pas parti des professeurs proches de ses étudiants. Isaac, lui, écrit rapidement, avec des abréviations, notant le plus d'informations possibles, il était admiratif de ce premier cours. Il en était certain, il avait choisi la bonne formation. Le papier se froisse, tant il écrit rapidement, il gribouille, sa feuille ne ressemblait plus vraiment à grand-chose.
« Tout au long de ce semestre, vous allez travailler sur un projet d’étude de votre choix, en binôme, qui sera rédigé sous forme de dossier et présenté à l’oral à la fin du semestre. Le sujet sera à valider auprès de moi, mais à part ça, il est entièrement libre, ainsi que le choix de votre partenaire. Ce projet vaudra pour 50% de votre note finale dans ma classe. J’attends un hibou avec les noms de vos binômes et vos premières idées de sujet avant le prochain cours. Bonne fin de journée à tous. »

L'heure s'écoule vite, trop vite, il n'a même pas le temps de poser une question, que le professeur prend déjà la direction de la sortie. Il est déçu, un peu. Il met un point d'interrogation sur une notion qu'il n'a pas compris, il irait à la bibliothèque directement. Il n'aimait pas rester sur un doute. Il range précieusement son calepin, son stylo. Enfile maladroitement sa veste. Il n'avait pas vraiment d'idée de sujet sur lequel travaillait. Il trouverait bien, ce n'était pas les idées qui lui faisait défaut. Même question pour son binôme, il ne connaissait personne pour le moment, mais il ne s'inquiétait, il trouverait bien quelqu'un d'assez fou pour travailler avec lui.« Hey, Isaac. Ça te dit de travailler ensemble ? J’ai déjà une idée de sujet, mais on pourrait en discuter un peu plus tard si tu dois t’éclipser bien sûr… » Il se tourne vers elle, il est un peu surpris, lui rendant son sourire chaleureux.« C’est marrant, je pensais te proposer de faire « équipe » avec moi. Je ne connais personne et tu es la seule qui a pris la peine de m’adressais la parole. J’accepte, co-équipière ! » Son sourire est emprunt de sincérité. « Je dois aller à la bibliothèque, tu peux venir avec moi si tu veux. Nous discuterons de notre sujet d’étude ».
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Mer 14 Fév - 12:26


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Ce premier cours fut intéressant, malgré le fait que Grace connaissait déjà la plupart des informations expliquées avec attention par le professeur. Mais après tout, cela ne lui faisait pas de mal de revoir quelques bases, la jeune femme avait quitté les bancs de l’université depuis plusieurs années déjà, et sa première année de médecine était loin et ses souvenirs un peu flous, il fallait l’avouer. Après cette heure qui s’était révélée moins longue que ce qu’elle aurait pensé, elle apprit pour ce devoir donné, ce sujet libre qui signifiait, pour elle, pouvoir faire des recherches sur le domaine de la médecine qui l’intéressait vraiment, avoir un nouveau point de vue grâce à son binôme, et bénéficier de corrections de la part d’un véritable docteur. Une bénédiction, vraiment, pour la petite moldue qui se sentait parfois bien seule, dans sa quête de trouver ce foutu remède contre la sclérose en plaques, et l’excitation commença à fourmiller dans tout son corps. Elle avait déjà hâte de se plonger dans des livres complexes et obscurs, et imaginait trouver enfin remède après des heures interminables de recherche, son front tellement penché sur ses bouquins qu’il touchait presque celui de son binôme, lui aussi absorbé par sa lecture. Elle pensait à la joie de son frère lorsqu’il apprendrait qu’il pourrait remonter à cheval, qu’il pourrait avoir une vie normale. Tant de rêves à porté de main… Mais pour cela, il faudrait travailler dur, elle le savait. C’est pourquoi elle fut ravie d’entendre qu’Isaac semblait enchanté de bosser avec elle, car il avait l’air d’être un garçon qui ne rechignait pas à la tâche et avec qui elle pourrait s’entendre. Maintenant, il n’y avait plus qu’à croiser les doigts pour qu’il accepte le sujet qui l’intéressait : sinon, elle devrait trouver un autre binôme.

La française suivit Isaac dans les couloirs de l’UPA, bondés de toute part d’élèves rejoignant des amis ou leurs classes. Certains s’entrainaient à jeter des sorts dans des salles de TP, et, par la porte ouverte, Grace pouvait admirer des étincelles multicolores produire toutes sortes d’effets extraordinaires. Cette université était vraiment une découverte de tous les instants pour la petite moldue, qui regardait encore la magie avec de grands yeux écarquillés. Malgré le brouhaha environnant (les salles de classe étant toutes isolées magiquement du bruit), les deux étudiants commencèrent à discuter, slalomant à travers les élèves jusqu’à la bibliothèque. L’environnement n’était pas vraiment propice à une discussion poussée, Grace repoussa donc de parler de son idée de sujet avant leur arrivée à destination, et se concentra donc sur Isaac, voulant apprendre à mieux connaître son potentiel futur partenaire d’étude.

« -Alors Isaac, qu’est-ce qui t’as poussé à vouloir devenir Médicomage ? Si ma question n’est pas trop indiscrète bien sûr, je suis juste un peu curieuse !

Elle ponctua sa question d’un sourire, montrant sa nature sympathique et bonhomme. Elle aimait apprendre à connaître une nouvelle personne, et s’intéressait réellement aux gens : elle ne faisait pas que la conversation, la réponse l’intéressait réellement. C’était une seconde nature, pour elle, et c’était en partie la raison pour laquelle ses patients l’appréciaient tellement. Non seulement elle procurait d’excellent soin, mais elle faisait un pas supplémentaire, prenait des nouvelles des petits enfants des personnes âgées, demandait si tout se passait bien au travail des quadras qu’elle voyait régulièrement. Toutes ces informations étaient stockées dans sa tête et elle les ressortait à chaque fois que c’était nécessaire.

Enfin, ils finirent par arriver à la bibliothèque, où l’ambiance était bien plus calme que dans les couloirs : en réalité, l’endroit était aussi silencieux qu’une cathédrale, le bruit étant prohibé, et seuls quelques petits chuchotement pouvaient s’entendre, si on tendait suffisamment l’oreille. Grace pointa du doigt une table vide et deux chaises, coincée entre deux étagères, dans un coin de la gigantesque pièce couverte de livres, du sol au plafond.

-On s’installe là ? » demanda-t-elle en faisant bien attention à ne pas élever la voix.

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Ven 16 Fév - 8:39

Le brouhaha incessant du couloir principal faisait fendre une grimace au sorcier, plus vraiment habitué au bruit ambiant. A vrai dire moins il dormait et plus il devenait sujet aux bruits, notamment des sons sortants d’une bouche. C’était une chose qui le rendait fou. Notamment les voix criardes ou très aiguës, des voix à percer les tympans. Et pourtant il venait d’une famille nombreuse, ce qui impliquait des bruits interminables d’enfants, criants, courants dans les couloirs, se bagarrants inlassablement. Il avait vécu cette fameuse scène où il est au bout de cette immense table avec sa famille. Chaque membre discute, s’en vraiment écouter la personne à côté, donnant alors un bruit cacophonique de l’entrée au dessert.

Il ne comptait plus les après-midis où les enfants se disputés en jouants, ou pour la dernière part de gâteau au yaourt de leur mère. Mais c’était un faite, Isaac, était devenu, un retraité aigri. Par merlin, il avait prit quarante ans en quelques jours. Il s’en rendait compte maintenant. Il esquiva un sourire, avant de reporter son attention sur sa camarade qui le suivait de près. « Alors Isaac, qu’est-ce qui t’as poussé à vouloir devenir Médicomage ? Si ma question n’est pas trop indiscrète bien sûr, je suis un peu curieuse ! » Il freine sa course, se mettant un peu plus à sa hauteur, assez prêt pour pouvoir l’entendre malgré le bruit ambiant, qui ne fléchissait pas. La question est simple et directe et pourtant le sorcier ne trouve pas vraiment les mots adéquats pour lui répondre. « Eh bien…Mon père est Médicomage. Il a son propre cabinet et je ne sais pas, j’ai toujours voulu être Médicomage. Petit déjà, je voulais faire un métier pour aider les autres. Faire en sorte que je reste dans les mémoires peut-être aussi. Je suis trop idéaliste mais j’aimerais pouvoir changer le monde. Le rendre meilleur même, si c’est possible. »
Il fixe l’horizon du couloir qui paraît interminable, il n’aime pas vraiment parler de lui, de sa vie, mais il s’y soustrait, Grace, est la première qui lui adresse la parole de la fac et puis elle paraît assez sympa. Il ne serait pas judicieux de lui faire mauvaise impression dés la première journée - surtout si ils sont partenaires d’étude - « Et toi ? Pourquoi la médecine et surtout la Kinésithérapie ? J’ai lu un ouvrage sur le sujet, c’est une spécialisation moldue plutôt intéressante. Est-ce que tu utilises la rééducation sensorielle-motrice ? Ça semble être un procédé très pointu non ? » Quand il se lançait sur le sujet de la médecine, on ne pouvait stopper le jeune sorcier. La passion prenait le dessus inévitablement. « Il y a un terme que je n’ai jamais compris par contre, qu’est-ce que l’électrocardiogramme ? J’ai bien compris l’utilité de l’objet mais comment on fabrique un truc pareil ? » Il s’arrête et observe son interlocutrice, dubitatif. Il a suivit un stage au sein du cabinet de son père l’été dernier, mais ses outils différents grandement des médecins moldus. Et même en lisant des ouvrages adaptés aux sorciers, il y a quelques notions dont il n’arrive jamais à comprendre le sens ou le fonctionnement.

Ils pénétrèrent dans l’enceinte de la bibliothèque, un lieu sujet à la réflexion, au silence oh combien libérateur pour Isaac. Ses muscles se détendent alors, sa mâchoire se décontracte, il suit sa camarade entre les longues étagères en bois massifs. Sa démarche est lourde et maladroite. « On s’installe là ? »
Il fait signe à sa nouvelle amie de prendre place, reculant légèrement la chaise de celle-ci avant de prendre place à sa droite. La discrétion n'était le fort du garçon, sa chaise poussa un croisement tellement aiguë que la totalité des élèves se retournèrent de leurs - presque - torpeurs ainsi que la documentaliste qui fixa l'accusé d'un regard sévère.
La mine gênait il leva la main en guise d’excuse, avant de reporter son attention devant, il prit en main son stylo bique bleu. « Alors. Est-ce qu’il y a un sujet qui t’intéresse en particulier ? »
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Dim 18 Fév - 16:28


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Grace avait l’habitude de ce chaos organisé qui, bien souvent, composait les facultés. Elle l’avait bien sûr expérimenté durant ses cinq années d’étude, où elle avait habité dans le campus même de l’université de Birmingham, et où elle avait même été assistante-responsable de la vie de sa résidence et avait dû jongler entre les étudiants qui faisaient des fêtes incessantes, ceux qui déclenchaient les détecteurs de fumée après avoir allumé une cigarette (et pas souvent de tabac) et ceux qui essayaient d’étudier au milieu de tout ce micmac. Mais même avant ça, elle avait prit l’habitude de vivre au milieu du bruit et de l’agitation, elle avait été bien obligée, avec un frère comme Matthew : et maintenant, de le voir s’enfermer chez lui, dans son petit appartement silencieux, parce que son corps commençait à lui faire défaut, était si étrange, pour Grace… C’était ce qui lui brisait le cœur, plus que la maladie en elle-même.

La moldue n’avait aucun mal à décrypter les mots d’Isaac dans ce brouhaha, et lui répondit lorsqu’il lui posa une question à son tour, haussant le ton lorsqu’un groupe de sorciers particulièrement bruyants passa près d’eux en débâtant sur les différentes utilisations de quelque chose appelé "Ecorce de wiggentree" :

« -Je pense que tous les soignants sont un peu idéalistes, non ?  Après tout, quand on passe ses journées à s’occuper des autres, sans espoir, c’est facile de devenir aigri… Et de voir ton père aider les autres comme ça, ça a dû forcément t’inspirer, oui !

Elle pouvait voir à la façon dont il lui répondait, avec un peu de retenue, voir de la gêne contenue, qu’il n’avait pas l’habitude de parler de lui. Mais Grace avait cette aptitude innée de rendre à l’aise n’importe qui, et elle se contentait donc de faire rouler les mots sous sa langue, par instinct, et n’avait aucun problème à faire la majorité de la conversation si l’autre était… moins réceptif, tout en restant correcte et en respectant l’autre. C’est ainsi que même Mr White, un de ses patients réguliers, un ancien joueur de rugby professionnel taciturne et renfermé sur lui-même, était devenu une vraie pipelette aux cours de leurs séances, détendu tout naturellement par la jeune femme.

-Je ne sais pas vraiment, moi personne n’est dans le milieu, dans ma famille. Ma mère était représentante en parfums, mon père ingénieur dans la construction navale… Mais j’ai toujours su que je voulais travailler au moins dans le paramédical, depuis que j’étais toute petite. Kiné ça m’est venu après, un peu naturellement. Elle fit une pause. Tout ça lui rappelait de bons souvenirs : son enfance et son adolescence étaient des périodes qui la rendait toujours un peu nostalgique. Elle enchaina ensuite avec son interlocuteur. Oh, je vois que tu t’y connais un peu ! Oui, je l’utilise très souvent, je suis spécialisée dans les accidents sportifs et c’est une pierre angulaire dans la rééducation après des blessures un peu trop violentes… Et les médicomages pourront dire ce qu’ils veulent, la magie n’est pas toujours la solution ! dit-elle en plaisantant.  

Isaac semblait vraiment être quelqu’un de passionné, et ça plaisait à Grace. Elle qui était intéressée par l’autre, avant tout, elle trouvait toujours bien plus attrayants les gens qui n’avaient de cesse de discuter de leurs passions, avec une petite étincelle dans les yeux, plutôt que les blasés et les désabusés. Elle répondit donc avec simplicité à la question du jeune homme.

-Oh, ça… Faudrait plutôt voir avec un ingénieur, je ne sais pas vraiment comment fonctionne, mécaniquement, un électrocardiogramme. Je peux simplement te parler de son utilisation et de comment on en lit un ! ponctua-t-elle d’un grand sourire.

Arrivés à la bibliothèque, ils s’installèrent à la table qu’elle avait choisie, et Grace ne put s’empêcher de pouffer doucement lorsqu’Isaac fit résonner sa chaise dans le silence, s’attirant les foudres discrètes de la documentaliste. Ce rire n’était en aucun cas moqueur, mais la moldue s’en voulut néanmoins légèrement dès qu’elle eut fini de rigoler, ne voulant pas passer pour quelqu’un de caustique auprès de son nouvel ami. Elle se racla la gorge. Le moment était important pour elle.

-Oui, pour tout te dire, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de m’inscrire en tant qu’auditrice libre. Je voudrais travailler sur la sclérose en plaques, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup… qui me touche personnellement, à vrai dire, dit-elle en baissant les yeux, ne voulant pas révéler de détails trop personnels pour ne pas gêner le sorcier. Je veux trouver… Non, je dois trouver un remède, et suivre cette formation m’a semblé un bon moyen de me diriger vers ce but.

Elle releva la tête, pour plonger son regard dans celui d’Isaac. La française voulait qu’il comprenne à quel point c’était important pour elle, qu’elle était prête à tout pour parvenir à ses fins. Certains la traiteraient de folle pour s’obstiner à ce point, à chercher sans cesse une solution pour soigner son frère, alors qu’on ne savait presque rien de cette maladie, mais Grace ne lâcherait pas. Jamais.

-Je ne sais pas du tout si c’est quelque chose qui t’intéresserait, si ce n’est pas le cas, je comprend parfaitement… Mais je t’avoue que j’aimerais bien travailler avec toi, tu as l’air de quelqu’un de bosseur et qui ne recule pas devant un défi. »

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Mar 20 Fév - 9:31

«  Je pense que tous les soignants sont un peu idéalistes, non ?  Après tout, quand on passe ses journées à s’occuper des autres, sans espoir, c’est facile de devenir aigri… Et de voir ton père aider les autres comme ça, ça a dû forcément t’inspirer, oui ! » Il ne pouvait qu’être d’accord avec elle. Son père, fut très longtemps durant son model, l’homme qu’il a très longtemps vu comme quelqu’un d’admirable sur de nombreux points. Notamment celui d’être un excellent Médicomage, proche de ses patients. Du moins c’est ce qu’il pensait jusqu’à il y a quelques semaines encore. Depuis, les choses se sont dégradés. Un matin peu avant sa rentrée scolaire à Atlantis, il a découvert l’adultère de son père avec une jeune fille ayant quasiment le même que lui, son fils. Il garde le secret pour lui, tout simplement parce qu’il ne veut pas faire de peine à sa mare qui se démène depuis toujours pour la famille, pour ses quatre enfants, pour son mari. Mais il garde également en lui une profonde colère envers son géniteur en qui il avait parfaitement confiance, aveugle. Il se sent trahit, souillé. Depuis les deux hommes ne s’adressent plus la parole, d’un côté un père qui évite son enfant par peur que des mots soient dit à voix haute et de l’autre un fils, blessé, déçu, d’un homme qu’il voyait presque comme un dieu.

Change de sujet Isaac, ça devient trop intrusif. Il se souvient avoir emprunté un livre à son père, d’un certain procédé médical moldue qui répond au nom de « Sensorielle-motrice » un ouvrage très intéressant mais plutôt complexe pour un jeune homme n’ayant pas encore de connaissance dans la médecine générale sorcière. Beaucoup de termes lui échappe encore, mais curieux comme il est, il en apprendra petit-à-petit un peu plus sur les procédés moldus. « Oh, je vois que tu t’y connais un peu ! Oui, je l’utilise très souvent, je suis spécialisée dans les accidents sportifs et c’est une pierre angulaire dans la rééducation après des blessures un peu trop violentes… Et les médicomages pourront dire ce qu’ils veulent, la magie n’est pas toujours la solution ! » Une fois encore Isaac était d’accord avec la jeune femme. Certes la médecine des sorciers apportée son lot d’évolution, de solution auprès des moldus mais d’un autre côté, elle ne pouvait pas tout résoudre, si seulement ça pouvait être aussi simple. Car, mystérieusement, les sorciers sont toujours au stade du siècle dernier, l’évolution technologique se met en place mais ils n’y sont pas encore vraiment à l’aise.

« Oh, ça… Faudrait plutôt voir avec un ingénieur, je ne sais pas vraiment comment fonctionne, mécaniquement, un électrocardiogramme. Je peux simplement te parler de son utilisation et de comment on en lit un ! »  Intéressant, il pensait que les médecins moldus avaient également une formation technique sur les outils qu’ils utilisent. Il n’est pas dessus, plutôt surprit. Isaac aime bien connaître la façon dont sont créés les objets sorciers pourquoi les moldus n’ont pas la même curiosité ? « Oh d’accord. Je comprend. » Il est à l’aise avec elle, ça semble très facile de discuter avec elle, plus simple qu’avec les autres.

Son entrée est remarquée, la légendaire maladresse d’Isaac n’est plus à revendre. Grace, l’allait l’apprendre très vite en traînant avec lui. Isaac aimait les projets de groupe et il était plutôt satisfait d’être en binôme avec sa nouvelle amie. Mais comme à son habitude, il n’avait aucune idée du sujet de cet exposé. « Oui, pour tout te dire, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de m’inscrire en tant qu’auditrice libre. Je voudrais travailler sur la sclérose en plaques, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup… qui me touche personnellement, à vrai dire.. » Elle marque un temps de pose, les yeux levés vers lui. « Je veux trouver… Non, je dois trouver un remède, et suivre cette formation m’a semblé un bon moyen de me diriger vers ce but. »

La Sclérose en plaques ? Cette maladie ne lui dit rien, certainement un mal moldu. Elle est semble assez émue à l’énoncé de son sujet, presque sur le bord des larmes. Isaac ne sait vraiment comment réagir sur l’instant. Il se contente de ne rien dire sur le moment, analysant la situation comme il a l’habitude de le faire. « Je ne sais pas du tout si c’est quelque chose qui t’intéresserait, si ce n’est pas le cas, je comprend parfaitement… Mais je t’avoue que j’aimerais bien travailler avec toi, tu as l’air de quelqu’un de bosseur et qui ne recule pas devant un défi. »
Il note scrupuleusement les quelques détails qu’il entend de sa bouche, avant de poser son crayon, son visage se pose sur son poing replié.

« Je ne connais pas cette maladie..Quand tu dis que ça te touche personnellement, tu es atteinte de cette maladie ou c’est un membre de ta famille, un ami ? » Il avait de la compassion pour cette jeune fille, c’était très courageux de sa part de recommencer des études. La cause état en plus très noble..il appréciait de plus en plus Grace. Oui vraiment. « Je suis partant. » Il n’avait même pas attendu la réponse de son amie, parce que ce qu’il avait vu lui suffisait. Il avait vu à quel point ce sujet lui tenait à coeur. Et c’était bien la seule chose qui intéressait le sorcier. «  Est-ce que tu as des livres à me conseiller ? Histoire que j’en apprenne un peu sur cette maladie ? »
Grace HamiltonMolduavatarMoldu
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 17/10/2017 Messages 428 Points d’activité 109
      Pseudo : Flow
      Avatar : Katharine McPhee
      Crédits : little wildling
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Sam 24 Fév - 11:28


A l'épreuve des livres
Grace & Isaac
Grace se rappelait bien de la figure désolée du médecin, lorsqu’il leur avait annoncé la nouvelle. Elle était assise entre sa mère et son frère, son père n’ayant pas pu se rendre au rendez-vous à cause de son travail, et elle avait été la seule à comprendre le diagnostique, lorsque le docteur l’avait prononcé d’une voix claire et contrite. Sclérose en plaques. Une maladie encore méconnue, dont on ne savait pas grand chose, à part sa nature neurologique et ses effets dévastateurs sur l’organisme. Ça expliquait les pertes d’équilibre de Matthew, sa faiblesse physique, sa fatigue, ses douleurs musculaires. Sa mère avait sourit en entendant les mots du médecin, pensant qu’en mettant un mot sur son mal, il pourrait se faire soigner. Matthew, lui, avait tout de suite compris, car il avait vu l’expression sur le visage de Grace. Estomaquée. Détruite. Il n’y avait aucun remède, et nous étions à des années d’en trouver un. Le docteur commença à énumérer les différents aspects de la maladie, et le frère de la moldue s’était levé, avec difficulté, avait refusé la main de sa sœur, et était parti en claquant la porte.

Une journée qu’elle se rappellerait toute sa vie, et qu’elle se remémorait à cet instant, en regardant Isaac, qui lui posait la question légitime, attendue, sur le pourquoi de son intérêt pour l’étude de cette pathologie. Matthew… Il n’avait jamais été le même, depuis ce jour. En y réfléchissant bien, elle non plus.

« -Mon petit frère, Matthew, dit-elle en forçant un petit sourire pathétique sur son visage. Il a été diagnostiqué l’année dernière, et… je me sens tellement impuissante. Je me suis dis qu’en travaillant suffisamment, et avec l’avancée de la technomagie, peut-être que je pourrais trouver un remède, quelque chose, pour qu’il guérisse.

Les mots maintenant, sortaient tout seuls de sa bouche. Elle n’avait pas prévu de raconter toute son histoire à Isaac, mais lorsqu’elle en avait gros sur le cœur, qu’elle contenait tout à l’intérieur d’elle sans pouvoir le faire sortir, une fois que les robinets étaient ouverts, il était difficile de les refermer. C’était peut-être un peu gênant pour le jeune homme, mais ce n’était pas son intention.

-Il voulait devenir cavalier professionnel. Il était doué, mais maintenant… Il passe son temps enfermé chez lui. Et je ne sais pas quoi faire d’autre pour l’aider, à part venir ici.

La kinésithérapeute pouvait sentir les larmes arriver, mais elle se retint. Elle avait suffisamment pleuré, elle s’était suffisamment laissé abattre : dorénavant, il fallait qu’elle soit forte, pour arriver à son objectif. Ce n’était pas le moment de se laisser submerger par les émotions, car le remède n’allait pas se trouver tout seul. Et lorsque Isaac accepta de l’aider, de devenir son partenaire de recherche, son visage s’éclaircit totalement. C’était la première fois qu’elle sentait un véritable soutien de la part de quelqu’un, dans sa quête un peu folle qu’elle s’était lancée ; c’était la première fois qu’elle pensait véritablement avoir une chance de réussir, que la chose devenait concrète.

-Super alors, merci beaucoup Isaac ! J’ai vraiment hâte de bosser ça avec toi. Pour les livres, pas de soucis, je n’ai pas les noms en tête mais je t’enverrais une liste de ceux que j’ai chez moi. On va avoir pas mal de travail à faire, c’est vraiment une maladie dont on sait peu de choses, au final… Mais ça peut être un challenge pour toi, je pense !

Personne n’aurait pu croire que Grace était sur le point de s’écrouler il y avait à peine quelques secondes : elle était maintenant rayonnante. Isaac ne se rendait probablement pas compte à quel point son accord était une bonne nouvelle, pour elle. La petite moldue se sentait comme si elle pouvait conquérir le monde, comme si elle pouvait escalader une montagne à main nues. Invincible.

-Je vais te laisser, je dois passer au cabinet, j’ai rendez-vous avec un patient, mais on s’en reparle bientôt ! Et si jamais tu as besoin d’un massage, n’hésite pas, ma pratique est en plein Centre-Ville, pas très loin de l’Holiday’s Coffee : ce sera offert par la maison, bien sûr ! »

Elle rassembla ses affaires, toute contente. Les quelques mots d’Isaac avait illuminé sa journée.

_________________


Isaac N. MontgomeryÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/12/2017 Messages 421 Points d’activité 52
      Pseudo : Lulu
      Avatar : Andrew Garfield, le beau gosse.
      Crédits : Avatar : conscuzbored
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Rue Flamel, aux Faubourgs à Atlantis.
      Patronus: Un renard.
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1422-things-you-own-end-up-owning-
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   Ven 23 Mar - 8:44

Il l’écoute attentivement, longuement, silencieusement. Isaac n’a jamais vécu la déchirure de connaître la maladie, sa famille va bien, personne n’est malade. Sa détresse se lit sur son visage grimaçant, bloquant les larmes salées. Il aurait eu envie l’espace d’un instant de lui prendre la main, dans l’espoir de la réconforter, mais il se retint. Ce n’était pas vraiment le lieu, ni le moment et puis cela ne servirait à rien. Il voyait bien la détermination dans ses pupilles, l’envie intarissable de venir en aide à son petit frère, sa famille. Et rien n’était plus important pour le sorcier que la famille. Il ne demandait pas de savoir toute l’histoire du jeune homme, non, il voulait simplement lui venir en aide. Et puis cela ferait un bon sujet d’étude en plus.

« J’ai vraiment hâte de bosser cela avec toi. Pour les livres, pas de soucis, je n’ai pas les noms en tête, mais je t’enverrais une liste de ceux que j’ai chez moi. On va avoir beaucoup de travail à faire, c’est vraiment une maladie dont on sait peu de choses, au final… Mais cela peut être un challenge pour toi, je pense ! »
Et subitement, elle reprit son étincelante humeur comme-ci cette façade de petite fille remplie de tristesse, laissait place à celle d’une femme pleine de joie de vivre, ambitieuse. Elle se releva subitement, rangea ses affaires, un sourire toujours sur les lèvres.

« Pas de problème Grace, je t’envoie un hibou si je trouve des livres intéressants. Et pour le massage, cela sera avec plaisir, je ne suis jamais contre un massage par une jolie fille. » il contient un rire amusé. « À bientôt, si jamais on se reverra en cours dans la semaine. »
Elle quitte la pièce silencieuse, laissant Isaac dans sa contemplation des lieux. Les élèves commencèrent à quitter les lieux, l’heure du repas approchait. Le sorcier sortit de son sac qui biscuit salé et se leva en direction des livres traitant de la médecine.
Les ouvrages filent entre ses doigts, présents sur les étagères. Les secrets fondent sous la noirceur brillante de ses iris, l’encre glissant sans vergogne dans son esprit fulminant d’idées. Les gens tombent malade, meurent. C’est un fait. Cela arrive à chacun, vous et lui et tous ceux qu’il a croisés un jour ou l’autre, durant son stage chez son père, dans les rues d’Atlantis, partout. Il se fit une promesse de rendre gain de cause à la médecine, à la science, dont il ne serait plus jamais spectateur mais bien acteur de cette avancée.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A l'épreuve des livres - Grace Hamilton & Isaac N. Montgomery   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm the master of my fate, the captain of my soul ~ Eileen Grace Hamilton
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Livres ou Films???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Administrative :: Amphithéâtres-
Sauter vers:  
Désactiver les particules