I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair

Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 943 Points : 42
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : mechanical heart (bazzart) & solosands (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Dim 10 Déc - 9:03


► Scottish Inn - 19 août
I don’t know if this is wrong or if it’s right
Alistair & Ollie

La fatigue la gagnait doucement. Ce n’était pas l’entraînement de quidditch matinal, ni la journée qui avait suivi qui la mettait dans cet état – enfin si, en partie, c’était plutôt un ras-le-bol qui s’était installé au fil des jours. Elle était fatiguée d’elle-même, en quelques sortes. Ses complexes les plus enfouis refaisaient doucement surface. C’était épisodique, des phases qu’elle traversait de temps en temps, plus ou moins aléatoirement et c’était malheureusement à cet instant-là, au temps T0, que cela lui tombait sur le coin du museau. Elle détestait ses périodes plus ou moins dépressives qu’elle traversait, parce qu’elle se sentait plus minable que tout, comme décalée par rapport au reste du monde.

Elle était assise dans son canapé, une petite fiole posée en face d’elle. Le liquide légèrement fluorescent semblait avoir sa propre vie et ses yeux ne pouvaient se détacher des volutes engendrées par le liquide. Ô Merlin, elle savait que ce produit était un poison de l’esprit, mais ça ne l’avait pas empêcher d’en acheter une petite fiole discrètement. Elle ne l’avait jamais ouverte, jamais sentie, jamais goûtée. À vrai dire, elle s’était toujours dit qu’une chose pareille lui serait utile le jour ou tout ceci serait trop difficile à vivre… Elle ne pensait pas réellement en avoir l’utilité à cet instant-là. Et pourtant, ses yeux étaient irrésistiblement attirés par cet achat compulsif qu’elle avait fait quelques semaines auparavant…

Une petite goutte, rien qu’une petite goutte, pour se donner du courage, pour oublier tout durant quelques heures, quelques minutes. C’était tout ce qu’elle demandait au final : que sa petite voix intérieure se taise, la laisse tranquille, arrête de lui répéter à quel point elle était mauvaise, à quel point malgré sa jeunesse, son parcours, elle n’était qu’une ratée socialement. Incapable même d’énoncer ses sentiments à un autre humain : incapable d’aimer quelqu’un en retour. Dans la rage de cette pensée, ces doigts s’emparèrent de la pipette, glissant une goutte de liquide épais sous sa langue. Le produit amer lui arracha une grimace, elle referma la fiole soigneusement en s’étirant dans le canapé.

Elle ne ressentait plus rien, c’était si étrange. Les sentiments, les émotions semblaient toujours là, présentes, en sourdine. Pourtant impossible de les faire émerger, un brouillard épais les séparées du reste. Elle inspira un grand coup, ressentant un vide à cet instant précis. Ce n’était pas un vide désagréable, enfin. Elle n’était plus réellement capable de savoir ce qui l’était de ce qui ne l’était pas. Un moment de réflexion, et elle se leva. Se dirigea d’un pas énergique vers sa penderie, enfilant une robe qui traînait dans son placard : probablement un cadeau quelconque qu’on lui avait fait, elle ne se souvenait pas de qui, mais elle ne l’avait probablement jamais porté. Une paire d’escarpins et sa pochette sous le bras, elle ferma la porte de sa petite maison, se dirigeant vers le centre-ville d’Atlantis.

Elle n’avait fit du danger, le regard de certaines personnes de sexe masculin sur sa personne ne l’effrayait point. Elle aurait probablement fait demi-tour si elle avait été elle-même. Elle n’aurait jamais pensé sortir, jamais sortie cette robe qu’elle trouvait en général, bien trop jolie pour elle.

Mais quitte à ne plus rien ressentir, pourquoi se terrer chez sois ? S’affranchir de ses peurs, cela semblait être une bonne idée. Elle avait l’occasion de ne pas se fier au regard des autres, de sortir de sa coquille. Et quel meilleur endroit pour cela qu’un bar ? Le scottish semblait encore une fois une bonne idée, peut-être parce que c’était l’endroit qui lui parlait le plus. Inconsciemment, en tout cas, elle s’y dirigeait. Elle s’infiltra dans le bar, regarda autour d’elle pour une place de libre avant de se diriger vers le comptoir ou elle s’installa tranquillement, commandant une boisson au barman qui passait là.

Oh non, ce soir, ce n’était pas « Ollie, la jeune femme timide qui n’osait jamais rien ». Ce soir, elle était « Ollie, celle qui oserait tout », celle qui ferait tourner les têtes, la fille cool, branchée, un peu badgirl sur les bords. La femme décrite dans les magasines, ni trop réservée, ni trop exubérante, ni trop prude, ni trop sexy. Une version mieux, sinon parfaite de celle qu’elle enviait toujours en regardant les couvertures de magazine. La Ollie qu’on lui demandait d’être devant les flash, celle que la société voulait voir, à ses dépens. Dans un sourire, elle trempe ses lèvres dans le liquide légèrement ambré qu’elle vient de commander.

Son regard se tourne bientôt vers la salle et elle observe quelques instants avant de croiser deux prunelles sombres. Elle les soutient quelques instants avant de détourner les yeux vers son verre. Elle s’était apprêté à ressentir la honte et la timidité qui la prenait quand elle croisait les pupilles d’inconnus, pourtant rien ne vint… C’était étrange et délectable.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





Debenham ☩
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 646 Points : 84
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : / | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Dim 14 Jan - 12:56
Scottish Inn - 19 Août 2000.

Il fait chaud, ce soir, pour cette île. Si chaud qu'on se croirait bien plus au Sud, proche des sonorités exotiques des langues latines. J'ai retourné les manches de ma chemise jusqu'au niveau de mes coudes tant j'ai l'impression de bouillonner à l'intérieur. Le barman, qui est en train de remplir mon troisième verre de Whisky depuis que je suis arrivé, me dirait sûrement que la petitesse de mes yeux trahissait ma prise de drogue et que c'était pour ça, que j'avais chaud. Des conneries. Ce bar est une fournaise, voilà tout.

J'engloutis mon verre et me lève pour aller payer puis partir quand une de ces femmes aux jambes interminables pousse délicatement la porte. Elle n'a pas l'air habituel de ce type de personne, celui du dépit d'une vie dévorée trop vite. Elle, sous sa chevelure de feu, à l'air étrangement vide. Discrètement alors je décide de me rasseoir pour l'observer un peu plus longtemps. A la voir, on dirait un petit oisillon tombé du nid, elle est assez frêle et semble plus douce encore que le tissu de sa robe qui tombe parfaitement tout contre ses hanches. Et pourtant, comme d'autres aventures que j'ai pu croiser, elle respire un je-m'en-foutisme décalé qu'on ne soupçonnerait pas.

Je fais tourner mon verre vide entre mes doigts en me mordant la lèvre. Elle, de son côté, semble avoir jeté son dévolu sur sa proie. Un jeune homme brun et bouclé, avec une certaine carrure au niveau des épaules ne la quitte pas des yeux. Ils échangent un regard mais bien vite lui se lève et s'avance vers elle. On dirait l'un de ces films romantiques qui se passent dans les années 80, cette époque où une femme n'était pas terrifiée d'être accostée. Pourtant, lui, je reconnais le genre d'homme qu'il est. Il croit l'avoir appâtée, il croit dominer la situation et souhaite en profiter. Il a les dents qui raclent le parquet en pensant d’avance à la soirée qu'il va passer en sa compagnie. A aucun moment il ne compte s'intéresser à elle, comprendre son attitude si relâchée du haut de ses escarpins noirs.

Alors puisque le stoïcisme de cette femme m'intrigue, je ne peux décemment pas laisser un abruti irrespectueux en faire son affaire. Il vient d'arriver à son niveau et commence son charabia de soit-disant tombeur au moment où j'arrive juste derrière. « Salut toi, tu ne dois sûrement pas embrasser les inconnus. Donc je me présente, je suis Harvey - ». Je me retiens de rire et joue à la place un jeu que je trouve plutôt convaincant. « Ah, tu es là ! Je t'ai cherchée partout. Joe nous a pris une table. Désolé, bonne soirée ! » puis je lui agrippe délicatement le bras et fais signe au barman de nous apporter deux autres verres à ma table. Je l’emmène avec moi en la poussant légèrement sur le bas du dos puis je lui murmure à l'oreille  « Vous sembliez en détresse, avec un gros lourd comme lui. Mais si vous préférez le rejoindre, je pourrais comprendre. ».

Je lui passe devant pour tirer la chaise devant elle puis m’assoit sur celle d'à côté. Je n'avais pas vu de loin, elle est beaucoup plus jeune que je ne pensais. Beaucoup plus jolie aussi. Je sors une cigarette puis lui tend le paquet tandis que plus loin, le barman arrive avec deux whisky, sans glaçon. « Vous fumez, mademoiselle... ?  ».


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 943 Points : 42
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : mechanical heart (bazzart) & solosands (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Ven 26 Jan - 17:13


► Scottish Inn - 19 août
I don’t know if this is wrong or if it’s right
Alistair & Ollie

Son regard se perd sur le verre que lui tend le barman. Elle joue avec le verre distraitement, observant le monde autour d’elle, semblant le découvrir pour la première fois. Une gorgée du liquide passe dans sa gorge et elle grimace quelque peu à la brûlure que lui provoque la boisson. Et s’il lui restait un tant soit peu d’humour elle aurait rigolé sur le fait que ce verre était moins vide qu’elle-même à cet instant-là. Ses observations se multiplient, elle voit des couples se former lentement, les corps de rapprochant, les paroles s’échangeant.

Une présence près d’elle lui fit relever la tête. Elle tourna son siège vers l’homme qui s’était rapproché. Sa tête se pencha légèrement sur le côté à l’écoute du jeune homme. Ses lèvres trempèrent dans le liquide. Il se pensait donc irrésistible. Elle se demandait si elle devait l’évincer, de manière logique. Elle était là après tout pour faire de nouvelles expériences, et même si elle comprenait bien qu’il n’était pas là pour compter les veines du bois. Mais d’un côté… Ca faisait parti des expériences… Cependant, sa logique décida de l’emporter et elle s’apprêta à l’évincer avant que la voix d’un homme ne s’élève derrière elle.

Son regard se tourna vers lui, il s’adressait à elle ? Il avait posé sa main sur son bras et son regard avait accroché cette main avant de remonter vers son propriétaire. C’était un homme bien plus âgé, elle n’eut pas le temps de le détailler plus, qu’il l’emmenait déjà vers sa table. Se donnaient-ils tous le mot ? Pourtant, elle ne résista pas. Peut-être parce qu’au final, ça lui donnait une excuse pour s’éloigner de ce garçon qu’elle souhaitait évincer. Elle senti sa main dans son dos, légère, présente, mais guidante. Elle s’assoit ensuite sur la chaise qu’il lui tire, ses yeux se posant lentement sur sa personne. Elle ne lui répond pas, elle l’observe.

Il est plus âgé qu’elle, elle aurait été incapable de lui donner un âge : elle n’était pas réellement douée quand il s’agissait de poser des nombres sur les gens. Puis elle avait toujours traîné avec des gens plus âgés, ca avait brouillé sa vision. Toujours est-il que si la jeune femme n’avait pris cette drogue, elle aurait pris les jambes à son cou il y a bien longtemps. Elle l’observe, ses yeux se plissent légèrement, elle essaye de comprendre pourquoi il l’avait invité.

Elle refuse poliment la cigarette qu’il lui propose. Elle sait que c’est la pire idée qu’il soit pour ses poumons et malgré la présence de drogue dans son organisme, elle sait encore rester logique dans ses actions. Cependant, les verres ne tardent pas à arriver et elle porte son regard sur le barman avant de prendre son verre et d’en boire une gorgée. « Ollie. » Elle se recule doucement dans sa chaise, son regard ne quittant pas la compagnie qui l’a rejoint. « Et vous êtes ? » Puis sans crier gare elle lui demande. « Pourquoi ? » La question recelle de beaucoup de choses, mais elle finit par la développer, lentement. Chacun de ses mots est calculé, ils franchissent ses lèvres avec une certaine lenteur non liée à l’appréhension, mais à la parfaite recherche de ce qu’elle veut lui dire. Rien n’a jamais été plus clair à cet instant dans sa tête, que ses paroles qu’elle rajoute. « Je pense être maître de mes actes, donc pourquoi vous souciez de mon sort ? » La question peut paraître stupide au premier abord, et elle l’est probablement. Ollie laisse juste libre court à sa logique qu’elle pense parfaite à cet instant-là.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





Debenham ☩
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 646 Points : 84
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : / | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Dim 15 Avr - 12:20
Scottish Inn - 19 Août 2000.

Je la regarde refuser simplement la cigarette tout en buvant une gorgée de l'alcool qui vient d'être servi. J'aurai pu parier qu'elle était une femme douce, timide, réservée ; mais elle avait cet air ailleurs et désinhibé qui venait balayer mes impressions pour ne laisser plus que le présent et les sous-entendus. Je ramène ma main près de moi puis porte une allumette en feu jusqu'à mes lèvres. La tête légèrement penchée, le regard qui se perd sur son décolleté - je ne suis qu'un homme, après tout - je souris à l'annonce de son prénom. Ollie et Ali, on dirait un coup du destin. Une blague de mauvais goût. « Alistair ». La cigarette brûle doucement, la couleur orangée crépite au bout de mes doigts et je souffle la fumée le plus loin d'elle possible, tournant légèrement la tête, afin de ne pas polluer ce qui l'entoure. J'humecte mes lèvres en écoutant sa question, puis surtout en réfléchissant à ma réponse possible. "J'avais vraiment envie de passer pour un héros et vous n'aviez pas tout à fait l'air d'une nymphomane" serait un mensonge, tant par le fait que je ne suis pas réellement du genre sauveur, que par le fait que j'étais plus qu'incapable de comprendre qui était cette Ollie. Ses gestes disaient non, sa robe hurlait oui, mais son regard restait muet.

« Je ne sais pas vraiment... Je crois que j'ai eu envie d'aller vers vous, simplement. Cet acte de Prince Charmant n'était qu'un coup de chance. Ça aurait pu être moi, cet abruti rentre-dedans. Je devrais même lui être reconnaissant, finalement ! ». J'esquisse un sourire, puis un rire me donnant un air stupide, certainement, mais au moins un peu humain. Je commence à ouvrir la bouche puis freine mon élan : il valait mieux arrêter les carabistouilles, comme dirait mon vieil oncle Manfred. Trêve de niaiseries et de contournements. Elle était belle, c'était pour ça que j'étais venu, rien d'autre. Ollie m'avait intrigué presque autant qu'attirée, comme ces femmes de Belfast qui n'avaient plus d'âme, sauf qu'elle attendait de sortir la tête de l'eau. Le rôle de sauveur n'était peut-être pas si mensonger, finalement. « Mais et vous, pourquoi venir ici, seule, aussi bien habillée ? Ça fait beaucoup pour quelques verres de chouchen ou même de vin. Vous devez rejoindre quelqu'un ? ».

Le temps semblait comme s'arrêter dans le bar, figé, ne laissant plus que quelques bruits venir à mes oreilles. Sa voix, sa respiration, les plissures de sa robe qui se froisse lorsqu'elle bouge les jambes. J'avais l'impression d'avoir les sens décuplés comme si je venais de prendre 5 grammes de cocaïne. Pourtant, je ne me souvenais pas avoir pris quoi que ce soit, et c'était elle qui avait l'air la plus droguée de nous deux, dans un monde que je ne soupçonnais même pas. Je me rapproche d'elle en posant mes coudes sur la table puis commence à murmurer. « Ou vous êtes définitivement et totalement maître de vos propres actes ? ». J'étais plus proche d'elle que je ne le pensais, son parfum venait même jusqu'à mes narines. Quelque chose de doux et lointain à la fois. Un souvenir, peut-être, duquel j'étais tiré par une mèche de cheveux vagabonde qui venait de passer devant mes yeux. Une partie de moi avait envie de continue ce flirt anodin et docile, une autre le trouvait trop facile et manquant de piquant, et la dernière - presque inaudible - restait bien loin de tout cela, perturbée par le manque de vie de cette pauvre fille. Une petite poupée, qui ne maîtrisait bel et bien rien du tout.


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 943 Points : 42
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : mechanical heart (bazzart) & solosands (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Lun 11 Juin - 13:48


► Scottish Inn - 19 août
I don’t know if this is wrong or if it’s right
Alistair & Ollie

Alistair … Bien, elle notait ce nom dans un coin de sa tête. Elle croise ses jambes, l’écoute sagement. Elle sent toujours le produit couler dans ses veines, ce poison insinueux qui au final ne faisait qu’ajouter un brouillard entre ses émotions et ses actes. Probablement, que la suite des événements finirait par lui faire regretter ce choix qu’elle avait eu de se droguer. Si Sebastian venait à l’apprendre de toute façon, il lui passerait un savon et un sacré. Drogue et sportif faisait rarement bon ménage, elle finirait par l’apprendre à ses dépens. Elle sent le regard de l’homme sur sa personne… Ses yeux qui vont jusqu’à son décolleté, malgré le fait qu’il n’y avait pas vraiment quelque chose à y regarder. Ollie ne faisait pas partie de ses mannequins aux tailles fines et aux formes prononcées. Mais que pouvait-elle faire face à so n regard, le réprimandais ? Elle était certaine qu’il était parfaitement conscient de ses actes, et elle-même si son esprit avait presque du mal à mettre les pièces du puzzle en place, elle savait très bien qu’il ne l’avait pas sauvé pour faire joli. La preuve en était.

Elle hausse un sourcil légèrement, se tourne pour voir cet abruti rentre-dedans, déjà parti à la conquête d’une autre jeune femme proche du bar. Elle se retourne vers Alistair, c’était bien sûr une évidence. Elle présentait un intérêt certain : jeune et jolie -même si elle avait toujours du mal à comprendre ce que les gens pouvait trouver à son charme -… Et droguée. C’était juste le parfait combo pour qu’un homme passe une bonne soirée, n’est ce pas ? Mais au final sa réaction ne lui faisait ni chaud, ni froid. Cela répondait juste à quelques unes de ses questions.

Son verre avait donc une fin, quel dommage. Comme d’habitude, elle ne sent pas l’alcool lui monter à la tête. Typique pour une sportive. Elle hausse légèrement les épaules. « J’aime juste l’endroit. C’est familier. Et on est pas serré comme dans d’autres bars. » Ces jambes l’avaient naturellement conduite ici. C’était un peu son lieu de rendez-vous avec le reste de l’équipe. Elle connaissait quelques autres bars dans Atlantis, pour y avoir été avec eux, mais … Étrangement, elle ne gardait de bons souvenirs qu’ici. L’Atlantease était beaucoup trop bondé à ses yeux, les autres bars bien trop fades… Le scottish Inn, elle l’appréciait.

Elle le voit s’approcher par-dessus la table. Elle ne cille pas, elle ne bouge pas. Ses yeux émeraude plongent dans les siens, beaucoup plus sombres. Elle sentirait presque son souffle. Elle joue avec son verre, parcourant de ses doigts fins le bord de ce dernier. Elle a un léger sourire face à sa question. « Vous pensez que ce n’est pas le cas ? » Le pire dans tout cela, c’est qu’il a parfaitement raison. Avec cet épais brouillard, la jeune femme à l’impression de patauger un peu, de ne pas savoir comment réagir, quoi lui dire. Elle aurait pu être parfaitement honnête avec lui quelques minutes auparavant. Lui dire qu’elle avait pris une potion aux effets plus qu’inquiétant. Qu’elle ne savait pas ce qui l’avait mené ici, mais qu’elle avait besoin d’aventure et d’interdit. Mais même pour une Ollie qui n’en était pas vraiment une, c’était de trop.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





Debenham ☩
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Alistair Fawleyavatar
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t1235-alistair-you-can-call-me-susaMessages : 646 Points : 84
Pseudo : Callipyge
Avatar : Andrew Scott
Crédits : Avatar : / | Signature : QUIET RIOT.
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Habitat Troglodyte — Demeure #2
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | Dim 29 Juil - 4:34
Scottish Inn - 19 Août 2000.

La fumée commence doucement à nous embaumer. C'est le souci avec l'intérieur des bars, mais je ne me plains pas, je peux toujours fumer ici, et devoir sortir m'aurait interdit cette belle rencontre. J'ai beau essayer de recracher tout cela bien loin, comme un gentleman, il y a comme une brise légère qui ramène tout à nous deux. Si agréable, quand on y pense. Je me dis que ça ne doit pas la déranger, autrement elle tousserait ou ferait une grimace agacée digne d'une de ces femmes pète-sec qui ne sait pas profiter des plaisirs de la vie. De toute façon, la cigarette commence à s'épuiser, je la fume beaucoup trop vite, tout juste une dernière respiration avant de me brûler les doigts, et j'écrase le fin rouleau de papier dans le cendrier. Je rigole quand elle me demande si je pense qu'elle n'est plus maître de rien, puis dans un mouvement qui vient frôler son bras je me recule sur ma chaise pour étirer mes bras en l'air.

« Je pense surtout que vous avez fini votre verre quand le mien est encore à moitié vide. Vous maîtrisez sûrement toujours quelque chose, mais ça ne va pas tarder à ne plus être le cas, si vous voulez mon avis... ». Un peu éloigné de la table, je la regarde et la dévisage. Elle est différente depuis cet angle, il y a comme une tristesse dans ses yeux, un regret, un petit quelque chose. Ma main vient repousser ses cheveux derrière son épaule dénudée, pour dégager son oreille comme si elle en avait besoin pour m'entendre. « Mais n'ayez crainte, il serait bien impoli de ma part de vous abandonner là à votre sort. Je ne compte pas vous laisser. ». Oui, d'ici, elle est vraiment jolie. Charmante. Les bras fins mais sculpté, les traits du visages doux et le reste de ses courbes tout ce qu'il y a de plus agréable. Mais cette mélancolie, toujours, perturbe autant qu'elle intrigue. C'est comme si elle était là sans l'être, obligée, en un sens.

Je me prends à me demander ce que je fous là, avec cette femme à mon bras. Moi qui ait sûrement une quinzaine d'années de plus, le regard vide et les traits rongés par la vie trop lourde à porter. Je présentais peut-être bien, coiffé et habillé ainsi, mais en y réfléchissant, elle devait vraiment être totalement ivre pour accepter de se faire courtiser par un homme comme moi. Je ne manquais habituellement pas de confiance en moi avec les femmes, j'avais appris à comprendre qu'il y avait un certain charme qui leur plaisait, sans forcément être de ces hommes au physique attirant. L'assurance justement, peut-être. Les belles phrases, le côté hautain. Je ne savais pas trop. Mais avec une femme plus jeune, visiblement dans un moment de faiblesse, je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir une part de culpabilité à la faire entrer dans mon jeu. Heureusement, la gorgée de whisky qui suit, portée par les nombreuses précédentes, vient balayer ce mauvais sang.

« Vous voulez un autre verre ? Il va bien vous falloir quelque chose pour continuer de discuter. Je compte bien continuer de vous posez des questions. ». Je finissais à mon tour mon verre d'une traite. « Vous avez l'air triste, Ollie. Pourquoi ? Est-ce que c'est moi qui vous ennuie ? ». En attendant sa réponse, je fis signe à l'un des serveurs dont le plateau était rempli pour qu'il vienne nous ramener deux whisky. Ma question était presque sincère, j'en étais à me demander si c'était ma présence qui l'incommodait, où si c'était un sentiment latent et plus ancien. « Je peux vous laisser, si vous le souhaitez. ». C'était rare que je montre à ce point mon réel manque de confiance, celui caché derrière le masque de l'homme propre sur lui et au torse bombé d'une fausse fierté. Mais j'avais comme l'impression que Ollie, de toute façon, n'était pas tout à fait elle-même. Et qui de mieux qu'une âme faussée pour dévoiler sa vraie personne ?


STEALIN' STONES & BREAKIN' BONES
Do you know what nemesis means? A righteous infliction of retribution manifested by an appropriate agent, personified in this case by a 'orrible cunt, me.

Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair | 
I don’t know if this is wrong or if it’s right ≡ Ollistair
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» what's wrong with a little chaos ?
» Don’t blame Haitians for election fiasco
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: