Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Les Élections Présidentielles Américaines05-08 Novembre 2000 Retour de notre envoyé spécial sur les élections américaines, touchées à leur tour par des questionnements sur la mixité... LIRE PLUS
Les questions autour de l’égalité entre sorciers et moldus continuent de faire débat15 novembre 2000 Une nouvelle cellule de travail est créée par le gouvernement mixte britannique afin de trouver des solutions aux problèmes d'égalités entre sorciers et non sorciers... LIRE PLUS
INTERVIEW : Le gène sorcier vu par la science21 novembre 2000 Explications sur les différences entre sorciers et non-sorciers ; des tracts du groupuscules Magic is Might renforce la sécurité à l'UPA... LIRE PLUS

 loneliness, it just a waste of your time (amber)
AuteurMessage
Andreas S. YaxleyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 15/09/2017 Messages 43 Points d’activité 0
      Pseudo : Dandan
      Avatar : Henry Cavill
      Crédits : o.dream #goddess
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1277-yaxley-and-i-can-poison-the-s
MessageSujet: loneliness, it just a waste of your time (amber)   Jeu 16 Nov - 14:12


Nothing could be sadder
than a glass of wine alone


Le crépuscule avait tout juste commencé à assombrir le ciel et pourtant, la soirée avait déjà bien débuté. En ce mois d’août, les vacances rythmaient les journées des étudiants d’Atlantis et les habitants flânaient dans les plaines de la Manadh jusqu’à la tombée de la nuit. Tout semblait fonctionner au ralenti en ce dernier mois d’été. Seul Andreas Yaxley poursuivait ses entrainements acharnés, profitant de son temps libre pour passer ses journées sur un balai. Il n’avait perdu ni de sa rapidité, ni de son talent. À vrai dire, il était toujours aussi bon qu’avant, si on omettait la douleur qui lui meurtrissait l’épaule chaque fois qu’il frappait dans le cognard. Il avait essayé de résister à l’appel de la fiole violette, toujours bien dissimulée dans la poche intérieur de sa veste. Mais après une semaine à se réveiller, les larmes aux yeux, le cri au bord des lèvres, il avait de nouveau cédé. La culpabilité l’avait envahi, quelques jours durant, puis s’était finalement évaporée, remplacée par le soulagement de se sentir à nouveau lui-même. Cette disparition de la douleur avait provoqué une certaine euphorie, ce qui avait sans doute motivé son initiative. Le matin même, il avait laissé un mot à Ambäræth, lui priant de descendre les escaliers à 21 heures et pas avant. Il lui avait aussi suggéré de délaisser les tee-shirts et d’avoir l’air présentable ce qui, aux yeux de l’érudit au sang-pur, signifiait qu’elle ferait mieux d’être sur son 31. Rien de plus ne révéla ses intentions. Ce n’était pas une mondanité qui lui préparait, mais une simple soirée de détente, réfugiée dans la fraîcheur et l’intimité de sa propriété privée. La soirée hebdomadaire destinée à faire connaissance avait déjà eu lieu en début de semaine, c’est pourquoi cette proposition créerait certainement la surprise. Et oui, il arrivait parfois au fils Yaxley de laisser place à l’imprévu, pourvu que son instinct lui dicte qu’il s’agissait d’une bonne décision. Même si l’imprévu s’arrêtait au choix de la soirée. Son déroulement, lui, avait été réfléchi et préparé à l’avance avec l’aide de l’elfe de maison.

Cette fois-ci, l’hôte allait l’accueillir dans son jardin d’hiver. Grand de plusieurs mètres carrés, soutenu par une charpente immaculée et vitré de toutes parts, il donnait sur des hectares de domaine boisé et aménagé. Twinkie avait laissé les portes vitrées grandes ouvertes pour laisser passer la brise fraîche du soir. D’un claquement de doigts, elle avait allumé les différentes lampes dont la lumière se tamisait automatiquement selon l’heure. Sur les directives de son maître, elle avait disposé sur la table basse des amuse-gueules aux accents méditerranéens qu’on appelait tapas ou antipasti selon le pays. Andreas ignorait si la princesse russe avait déjà eu l’occasion de voyager en Europe du sud, et si ce n’était pas le cas, c’était le moment de lui faire découvrir quelque chose. Le sorcier était un grand voyageur, même si rien ne valait le retour dans son Écosse natale. La cuisine était un excellent moyen d’apprendre à connaître une région et Andreas était un gourmet doublé d’un gourmand. Il avait envie de réchauffer l’atmosphère qui, si elle n’était plus vraiment tendue, n’était pas des plus complices toutefois. Il voulait juste oublier, le temps d’une soirée, la pression sur ses épaules, c’est pourquoi à côté des assiettes étaient disposées plusieurs bouteilles : champagne, vin blanc, sans oublier son whisky favori. Pour des adultes libres et indépendants, il y avait de quoi oublier le monde. Un fond d’ambre dans le verre, Andreas était adossé dans l’encadrement des portes qui donnaient sur le jardin. Après être rentré de l’entraînement, il s’était douché et avait enfilé un pantalon à pinces gris anthracite et une chemise blanche retroussée jusqu'aux coudes. Les deux premiers boutons du col étaient ouverts. Ses boucles, domptées par une cire au parfum mentholé, ondulaient sur son crâne et dégageait son visage rasé de près. Même chez lui, Andreas était incapable de lâcher du lest et seuls ses pieds nus sur le marbre tiède témoignaient de sa décontraction.

À 21 heures tapantes, il entendit des bruits de pas descendre les grands escaliers du hall. Se retenant d’esquisser un sourire de triomphe face à cette ponctualité étonnante, Andreas afficha un masque totalement neutre, presque hautain, tandis qu’il se retournait pour accueillir Ambäræth. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle avait lu entre les lignes. « J’espère que tu as faim. » dit-il, sans plus de cérémonie, avant de la laisser découvrir le contexte dans lequel ils allaient peut-être s’apprivoiser un peu plus.

_________________

A STAR'S LULLABYE
When I was a man I thought it ended, when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.

Ambäræth ArkadyevnaÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 14/09/2017 Messages 32 Points d’activité 0
      Pseudo : o.dream alias tiphe
      Avatar : jennifer lawrence
      Crédits : o.dream ‹avatar› exception ‹signature› tumblr ‹gif›
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1263-ambaraeth-baby-i-m-dancing-in
MessageSujet: Re: loneliness, it just a waste of your time (amber)   Lun 20 Nov - 16:15

       
loneliness, it just a waste of your time

   
- AMBÄRÆTH ARKADYEVNA — ANDREAS YAXLEY -

   

Sometimes I hate every single stupid word you say, sometimes I wanna slap you in your whole face. There's no one quite like you, you push all my buttons down. I wanna wrap my hands around your neck, you're an asshole but I love you !

   Le pouls fébrile, la jeune sorcière achevait de se préparer, sans réellement connaître la raison de l’agitation qui semblait s’être installée dans la demeure. Au matin, elle n’avait eu droit qu’à une simple note, aussi mystérieuse que pouvait l’être le maitre de maison, mais s’en était finalement à peine inquiétée, achevant son déjeuner sur une réflexion intéressée avant de partir vaquer à ses propres occupations. Le mois d’août était pour elle une source de nouveauté, le début d’une vie qu’elle souhaitait finalement réellement mener. Quelques temps auparavant, un Auror l’avait conviée, offert une opportunité pour laquelle elle n’aurait jamais offert de réponse négative. Depuis lors, ses journées oscillaient entre son stage d’apprentie auror, ses heures au pub, et les quelques autres heures d’exercice qu’elle se devait de suivre pour rester en forme. Elle avait eu beau tenter de ne plus y penser, la missive mystérieuse s’était rappelée à elle bien plus souvent qu’elle n’aurait put y penser. Que mijotait donc le sorcier qui l’hébergeait ? Alors aux activités de la journée s’étaient mêlés les songes typiquement féminins, mélange de mode et de superficialité. Il lui avait suggéré d’oublier les tee-shirts et d’avoir l’air présentable. La première réaction avait sans aucun doute de lever les yeux aux ciels… Quand donc s’était-elle affublée de la sorte ? Elle même n’en portait aucun souvenir. Néanmoins, elle ne pouvait visiblement se contenter d’une simple tenue de ville. La robe rose qu’elle avait délaissée dans le placard courant juillet ? Elle ne pouvait se résoudre à la ressortir de l’armoire, il lui semblait, dans une certaine superstition légitime, que celle-ci ne pouvait que lui apporter du malheur. Il y en avait bien une qui trônait fièrement sur un cintre et n’avait jamais eu l’occasion d’être portée. Sans doute la sorcière attendait-elle une occasion spéciale, mais qui ne viendrait certainement jamais. La soirée en compagnie du fils Yaxley pouvait certainement en être une. Si elle tenait la robe, le reste suivrait sans aucun doute…

Aussi s’était-elle laissée couler dans un long bain, après une longue journée chaude, savourant la mousse parfumée, délassant son corps de toutes les tensions possibles. Il n’était nul besoin d’ajouter des futures tensions – si la soirée se déroulait mal -  à celles déjà existantes. L’heure toutefois, semblait vouloir défiler le plus lentement possible, l’obligeant à prendre son temps pour se préparer. Devait-elle paraître devant le maitre de maison en tant qu’Ambäræth Arkadyevna, ou en tant que la princesse déchue du même prénom, Zaïtseva ? Était-il possible de trouver un compromis entre les deux créatures ? Séchant sa chevelure blonde dont les racines commençaient à brunir, elle admira une première fois son reflet dans le miroir. Peut-être finalement la coquetterie ne serait-elle pas de trop, à peine un effort, gestes d’antan retrouvés comme si jamais elle n’était sortie de ce monde de paillettes et de faux-semblants. Elle ne put que se trouver jolie finalement, comme si rien n’avait réellement changé. Bien sûr, elle avait prit un peu d’âge, et quelques traits avaient légèrement changés. Le souci s’était mêlé avec facilité à la quiétude d’autrefois. L’innocence avait disparue. Attrapant finalement le long tissu noir, elle l’enfila sans peine, achevant les finitions par quelques rares bijoux et des talons noirs.

Vingt-et-une heure, une attente et une curiosité prenant fin, tandis qu’elle quittait la chambre, se dirigeant vers les escaliers, puis tâchant de rejoindre le maitre des lieux. Ce fut avec un intérêt certain qu’elle lança une première œillade vers Andreas, saluant la musculature soulignée par une chemise simple, mais suffisamment cintrée pour que l’on ne puisse rien manquer. La seconde œillade fut bien plus amusée devant les pieds dénudés, sans qu’elle ne pipe mot pourtant, se dirigeant vers l’homme, et plus encore vers le lieu et le contexte de cette étrange soirée. « Je suis affamée… » glissa t’elle en retour, avant de tourner son regard vers le jardin d’hiver, qu’elle avait déjà vu, mais pas apprêté de la sorte. « C’est magnifique… » Souffla t’elle finalement, avant de tourner le regard vers son hôte. «  En quel honneur ? » Demanda t’elle enfin, sachant pertinemment que leur soirée commune s’était déjà déroulée en début de semaine.

   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 692 WORDS.

 

_________________


- tu marches sur les morts, dont tu te moques -
Andreas S. YaxleyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 15/09/2017 Messages 43 Points d’activité 0
      Pseudo : Dandan
      Avatar : Henry Cavill
      Crédits : o.dream #goddess
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1277-yaxley-and-i-can-poison-the-s
MessageSujet: Re: loneliness, it just a waste of your time (amber)   Mer 29 Nov - 15:58


Nothing could be sadder
than a glass of wine alone


Il lui paraissait improbable qu’elle ne daigne pas le rejoindre ce soir. Dans ce contrat étrange qui les liait une fois de plus, c’était elle qui avait tenu à imposer ces rencontres régulières. C’était elle qui tenait à en savoir plus sur lui et son quotidien, à défaut d’obtenir tout ce qu’elle souhaitait. Au fil des semaines, Andreas avait égrené çà et là des indices et des détails insignifiants. Elle pouvait se vanter de comprendre peu à peu comment il fonctionnait, elle n’en restait pas moins étrangère à son âme la plus profonde. Il y avait des choses qu’il valait mieux que personne ne sache. Chaque être renfermait des secrets plus ou moins obscurs qui pouvaient devenir des armes mortelles entre les mauvaises mains. En voyant certains proches tomber à cause de leur négligence, l’homme avait appris au fil du temps que le moins était le mieux. Alors évidemment qu’elle accourrait dans ce jardin d’hiver. Néanmoins, la seule chose à laquelle Andreas ne put s’attendre, c’était à quel point elle l’avait pris au mot. Il put constater que son dos était traversé de haut en bas par une fine lanière noire qui rejoignait le bas de la robe. Celle-ci, sans être trop moulante, mettait en valeur des courbes qu’Andreas avait déjà pu admirer en d’autres occasions. Le noir seyait à la peau porcelaine de la Russe et à ses cheveux blonds qui, malgré une couleur artificielle, reflétaient la lumière comme les blés. Sur son sillage, Ambäræth laissait un léger parfum frais, qu’il ne parvenait néanmoins pas à identifier précisément. La jeune femme était au de-là de son 31. Cherchait-elle à faire passer un message à son hôte ? Il l’ignorait, mais il comptait bien en apprendre plus au fil de la soirée. Il la laissa prendre ses marques dans ce lieu qu’elle n’avait eu que peu l’occasion de visiter et se sentit presque soulagé quand elle lui confia qu’elle était affamée. Elle allait être servie. Il n’y avait peut-être pas de quoi faire un festin de roi, mais Andreas avait toujours privilégié la qualité à la quantité. Sitôt que ses bouchées se retrouveraient dans sa bouche, elle ne répondrait plus de rien. Peut-être qu’au fond, cette nourriture était un moyen d’apaiser les tensions à la façon Yaxley : subtilement, mais avec détermination.

Ambäræth ne résista pas à poser la question qui lui brûlait les lèvres. Pourquoi avait-il pris cette initiative ? Qu’est-ce que pouvait cacher cette invitation ? Rien n’était réellement anodin sitôt qu’Andreas se donnait la peine. Il esquissa quelques pas en direction de la desserte où étaient posées toutes les boissons. « Faut-il un honneur à tout ce qu’on fait ? » répondit-il pour attirer son attention. D’un geste de la main, il lui demanda silencieusement ce qu’elle souhaitait boire avant de la servir. « J’en avais envie. J’ai besoin de me détendre avec la rentrée qui approche et je me suis dit qu’on avait mérité quelques douceurs ce soir. » Il lui tendit son verre. Une raison des plus banales en vérité, mais libre à elle d’en interpréter autrement et d’y déceler davantage de motivations. Il ne lui avait jamais laissé autant de liberté. « Sers-toi. » Il joignit le geste à la parole et prit entre son pouce et son index une bruschetta miniature qu’il engloutit d’une bouchée. L’arôme de tomate séchée, de basilic et d’huile d’olive le rendait fou. Andreas glissa son pouce entre ses lèvres pour y enlever les traces de gras puis leva son verre en direction d’Ambäræth. Sur son visage, il restait toujours impassible, laissant croire qu’il pouvait sortit ce cinéma à n’importe qui. « À cette nouvelle année, en espérant que nous passions tous deux l’hiver. » À ce nouveau départ. Peut-être. Si l’un comme l’autre réussissait à faire taire son égo. Comme un affront à sa promesse intérieure, il acheva d’une traite le reste de son whisky. La princesse rentrerait-elle dans son jeu ? Il se détourna d’elle, traînant son verre vide. Il parcourait la pièce de long en large, rien que pour le plaisir de marcher pieds nus sur le carrelage. Il ne connaissait que trop cette sensation qui était en train de poindre : l’illusion que peut-être ce soir, il pourrait lâcher prise.

_________________

A STAR'S LULLABYE
When I was a man I thought it ended, when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.

Ambäræth ArkadyevnaÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 14/09/2017 Messages 32 Points d’activité 0
      Pseudo : o.dream alias tiphe
      Avatar : jennifer lawrence
      Crédits : o.dream ‹avatar› exception ‹signature› tumblr ‹gif›
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1263-ambaraeth-baby-i-m-dancing-in
MessageSujet: Re: loneliness, it just a waste of your time (amber)   Ven 2 Fév - 7:16

       
loneliness, it just a waste of your time

   
- AMBÄRÆTH ARKADYEVNA — ANDREAS YAXLEY -

   

Sometimes I hate every single stupid word you say, sometimes I wanna slap you in your whole face. There's no one quite like you, you push all my buttons down. I wanna wrap my hands around your neck, you're an asshole but I love you !

   La réponse de son hôte ne sembla pas même la surprendre, comme si elle s’y attendait. Andreas était un mystère, de ceux qui demandent de la patience pour lever n’en serait-ce qu’une parcelle. Elle l’avait connu bon vivant, affamé d’insouciance, aujourd’hui… Il n’était plus qu’un homme plein d’assurance et de sérieux. Rien à voir avec le visage du passé. Il ne lui répondrait jamais aussi facilement, toujours avec un moyen détourné. Avisant la desserte, elle observa rapidement les bouteilles, consciente pourtant que l’homme savait déjà ce qu’elle prendrait. Aucun autre alcool ne trouvait grâce à ses prunelles céruléennes. « Vodka, s’il te plait. » susurra t’elle avant de finalement esquisser quelques pas vers le petit buffet improvisé, ses talons claquant le sol avec une assurance manifeste. Elle était née pour porter ce type de chaussures, pour transpirer le chic et le sensuel. Ses courbes ne pouvaient que suivre la cadence d’une démarche gracieuse et assurée. Bientôt rejointe par son hôte, elle laissa ses phalanges caresser les siennes, tandis que le verre rempli atterrissait dans sa paume, l’esprit priant pour qu’il ne s’agisse pas de cette piquette qu’était la vodka détournée, produite pour permettre aux non-russes de s’enivrer d’une boisson forte et exotique. « C’est une raison honorable et acceptable. Tu as déjà réfléchi à ton programme de l’année ? » Engagea t’elle comme conversation, ses lèvres rosées laissant passer une gorgée du liquide brulant, le palais goûtant une sensation ancienne, affirmant le bon goût du maitre des lieux. La Russie se voulait délicieuse sous sa langue, tandis que, sous le feu vert de l’homme, les phalanges volaient un amuse-bouche, sensiblement le même que celui de l’hôte. Petite bouchée, avant de lancer un regard coupable à l’hôte, empli de gourmandise tout autant que d’étonnement. « C’est toi qui a cuisiné ça ? » L’interrogea t’elle, peinant manifestement à croire aux talents de cuisinier du joueur de quidditch. Pas tant qu’elle espérait le vexer, reprenant une petite bruschette différente de la première, mais pas sans rincer la première d’une nouvelle lampée de vodka. La seconde fut une véritable explosion de saveurs, et si elle l’avait été aussi bien élevée, il n’aurait fait nul doute qu’un gémissement de plaisir aurait franchi ses lèvres conquises. Aussi se contenta t’elle de lécher aussi ses doigts, rinçant le gras pour éviter d’en mettre partout, mais surtout pour éterniser la saveur du petit met.

Levant son verre à l’ode audacieuse, elle ne put cependant retenir un sourcil de se hausser face au défi de son hôte. Pensait-il réellement qu’elle ne le suivrait pas, aspirant le reste de liquide de son verre, le laissant réchauffer son gosier, sans qu’elle ne toussote, ou qu’elle ne grimace face à l’amer, allant même jusqu’à lentement se diriger vers la desserte, prenant par la même occasion l’autre verre. « La même chose j’imagine ? » demanda t’elle sans même attendre la réponse, remplissant de nouveau les contenant du liquide respectif. « Rassure-toi Andreas, tu passeras l’hiver… Si cela devient trop glacial, tu peux toujours faire fondre la glace. » Métaphore qu’il pourrait capter, ou non, rappel d’un souvenir, une audace manifeste, tandis que l’étrangère revient avec les verres, lui tendant le sien avant de boire une longue gorgée de sa boisson favorite, fermant une nouvelle fois les paupières sous la familiarité. Oui, ce soir, elle pourrait bien, elle aussi, lâcher prise, venant s’installer dans un des fauteuils, gardant son verre dans sa paume tandis que déjà, elle se penche pour défaire ses chaussures. « Alors dis-moi tout… Quel programme nous as-tu concocté pour ce soir ? »

   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 692 WORDS.

 

_________________


- tu marches sur les morts, dont tu te moques -
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: loneliness, it just a waste of your time (amber)   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don't waste your time to looking back you're not going that way
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Manadh :: Enclave résidentielle sorcière-
Sauter vers:  
Désactiver les particules